3 e année

Commentaires

Transcription

3 e année
Sur les traces du passé
fascicule 15
L a
g o u v e r n a n c e
d e s
p e u p l e s
CHEZ LES ALGONQUIENS
Choisir
son
chef :
Chez
les
Algonquiens,
chaque
nation
est
gouvernée par un chef et un conseil. Le
chef est choisi parce qu’il possède des
qualités personnelles comme la force,
l’habileté, le courage, des talents de
chasseur, la sagesse et la générosité.
Malgré toutes ces belles qualités et le
pouvoir qu’il possède, le chef ne peut
pas prendre de décisions seul. Il doit
convaincre les membres du conseil que
sa décision est la bonne avant d’agir. C’est ce qu’on appelle le consensus, tout le
monde doit être d’accord pour qu’une décision soit prise. On doit parfois avoir de
longues discussions avant que tout le monde soit d’accord et on doit prévoir beaucoup
de temps pour prendre des décisions importantes.
Le pouvoir du chef : Comme le chef ne peut pas prendre de décisions sans consulter
les membres du conseil, son principal pouvoir est de convaincre les autres que ses
décisions sont les bonnes. Il doit donc être un excellent communicateur et mériter le
respect des autres. Pour cela, il doit faire preuve d’une grande générosité envers les
membres de la tribu parce que c’est la qualité la plus admirée par les Amérindiens chez
un chef.
Les nations et les bandes : Chez les Algonquiens, la vie politique est organisée
autour des nations et des bandes. Chaque nation est divisée en plusieurs clans qui eux,
sont indépendants les uns des autres. Ils partagent une même langue, des coutumes et
un mode de vie semblables mais ils ont chacun leur territoire de chasse, de pêche et de
cueillette. Les clans regroupent les membres de familles qui ont des ancêtres
communs. À l’intérieur des clans, on retrouve des bandes, qui sont formées de 35 à 75
personnes provenant de deux ou trois familles qui se déplacent ensemble durant les
mois d’hiver.
Les guerres entre les nations : Avant l’arrivée des Européens, il y avait plusieurs
conflits entre les nations amérindiennes. Les Amérindiens entraient souvent en guerre à
propos de la protection des territoires de chasse et de pêche, et des routes qu’ils
utilisaient pour faire le commerce Ils entraient aussi en guerre pour venger la mort de
certains membres de leur groupe lors de guerres précédentes.
Sur les traces du passé
fascicule 15 : page 57
CHEZ LES IROQUOIENS
Une grande famille : Pour les Iroquoiens,
l’appartenance au clan est très importante.
Ce sont des sociétés matrilinéaires, c’est-àdire que les enfants appartiennent au clan
de leur mère. Ils vivent avec la famille de
leur mère dans une maison longue. La
femme la plus âgée est la mère de clan. Le
clan, lui, est formé du regroupement de
quelques maisons longues. Pour t’aider à
comprendre, pense à un arbre. Imagine que
le clan est le tronc, les branches sont les
maisons longues et les feuilles les individus. Le clan est à la base de l’organisation de la
société. Il représente une grande famille pour les Iroquoiens. Les membres d’un clan ont tous
une même ancêtre lointaine et s’entraident. Chaque clan se distingue par un symbole qui le
représente, soit un animal ou un oiseau. Il peut y avoir, par exemple le clan du loup, du cerf, du
héron ou de la tortue.
Les chefs : Chaque clan a deux chefs : un chef civil, qui s’occupe des affaires courantes, et
un chef de guerre. Le chef civil est un homme qui sait s’exprimer avec facilité et qui est capable
d’amener les gens à s’entendre sur des décisions. Mais si quelqu’un n’est pas d’accord, il n’est
pas forcé d’obéir. Chacun est autonome. Le chef devient le porte-parole du clan dans les
assemblées de conseils ou lors de rencontres avec d’autres nations. Le chef de guerre possède
des qualités différentes : il doit avoir prouvé ses talents de guerrier. C’est un homme qui a
généralement entre 30 et 40 ans.
Nations et confédérations : Les nations iroquoiennes ont une organisation politique bien
définie. Elle va de la structure la plus près du quotidien des habitants, le clan, à la plus éloigné,
la confédération. Observe le schéma. Dans l’ordre, allant du plus bas jusqu’en haut, il y a le
conseil du clan, le conseil du village, le conseil de la nation et, finalement, le conseil de la
confédération. Pour t’aider à comprendre, prenons l’exemple de ta classe et des écoles de ta
ville.
1. Le conseil de clan = ta classe : ta classe nomme un représentant de classe, c’est le chef civil.
2. Le conseil de village = le conseil d’élèves : le village est alors représenté par l’école (toutes les
représentants de classes de l’école réunies).
3. Le conseil de la nation = tous les conseils d’élèves de ton quartier : la nation est alors représentée
par toutes les écoles de ton quartier.
4. Le conseil de la confédération = des représentants des écoles de tous les quartiers de la ville : la
confédération représente alors l’ensemble des écoles de la ville.
Voici un exemple pour les Mohawks : Cette nation compte trois clans différents : les clans
de l’Ours, du Loup et de la Tortue. Chaque clan a un chef civil qui fait partie du conseil de
village. Les Mohawks sont dispersés dans plusieurs villages. Lorsque tous les chefs de clans
des villages mohawks se réunissent, ils forment le conseil de la nation. Enfin, comme les
Mohawks font partie de la Confédération des Cinq Nations, ils envoient un certain nombre de
chefs au conseil de la confédération. En s’alliant au sein d’une confédération, les Cinq Nations
peuvent s’entraider, que ce soit pour des raisons politiques ou économiques.
Sur les traces du passé
fascicule 15 : page 58
L e
t r a n s p o r t
e t
l e s
c o m m u n i c a t i o n s
CHEZ LES ALGONQUIENS
Du canot au toboggan : Les Algonquiens se déplacent beaucoup puisqu’ils sont
nomades. Ils se déplacent généralement sur les cours d’eau lorsqu’ils ne sont pas
gelés. Le transport en canot est une façon rapide et efficace de se déplacer au
printemps, pour aller rejoindre le camp d’été et à l’automne, pour retourner vers les
territoires de chasse.
Les Algonquiens ont développé des moyens de transport adaptés à leur mode de vie.
Ils leur permettent de se déplacer facilement et rapidement, ils sont légers et faciles à
réparer avec des matériaux accessibles. Le canot d’écorce, par exemple, est solide (il
peut transporter deux adultes, deux enfants et 150 kilos de matériel à son bord) mais
assez léger pour faire du portage lorsque c’est nécessaire. Le portage c’est l’action de
transporter une embarcation par voie de terre pour éviter une chute, un rapide ou pour
rejoindre une voie navigable. Le toboggan, qui est une sorte de traîneau bas muni de
deux patins, permet aux Algonquiens de transporter facilement leurs bagages sur la
neige l’hiver.
Comme tu le sais déjà, les Algonquiens sont un peuple nomade. Cela les amène à se
déplacer souvent. Ils ont donc adapté des modes de transport à leur environnement.
Sais-tu qu'avec l'écorce de bouleau, des filaments de racines d'épinette blanche et la
résine d'épinette chauffée, ils arrivent à faire un beau canot. Ils peuvent transporter
facilement ce canot de 4 mètres et pesant environ 23 kilogrammes pour effectuer de
nombreux portages à travers les forêts. Si leur canot s'endommage, on peut toujours le
réparer grâce aux matériaux trouvés dans la forêt. Pratique, n'est-ce pas ?
Pendant l'hiver, ils utilisent les
toboggans ainsi que des raquettes
pour le transport du matériel. Le
collier de charges est un autre outil
important pour le transport. Le porteur
passe sur son front une large lanière
de cuir au bout de laquelle est
suspendue la charge à transporter.
Des sacs doublés de mousse attachés
à une planche sont utilisés pour
transporter les bébés. Ce sont les
porte-bébés.
Sur les traces du passé
fascicule 15 : page 59
CHEZ LES IROQUOIENS
De bons marcheurs : Les Iroquoiens sont de bons marcheurs, car leurs jambes sont
un de leur principal moyen de transport. Il n’y a aucun cheval pour faciliter leurs
déplacements vers 1500. Pour s’orienter, ils savent observer ce qui les entoure dans la
nature, par exemple la mousse des arbres, le vent, le soleil. Des sentiers forestiers
guident aussi leurs pas.
Des raquettes en hiver : L’hiver, pour empêcher que leurs pieds ne s’enfoncent trop
profondément dans la neige et ne ralentissent leur marche, ils fabriquent des raquettes.
Elles ont des formes légèrement différentes d’une nation à l’autre, mais elles ont toutes
la même fonction : rendre les déplacements sur la neige plus faciles et plus rapides.
Des canots pour les nombreux cours d’eau : Que font-ils pour de plus longues
distances ? Ah ! Les Iroquoiens ont mis à profit les nombreux cours d’eau qui
parcourent leur territoire. Grâce aux canots d’écorce que les hommes fabriquent, ils
peuvent voyager à peu près partout. Comme pour les raquettes, les canots diffèrent un
peu selon les nations. Les Hurons, par exemple, utilisent l’écorce de bouleau, alors que
les Iroquois utilisent surtout l’orme, car il n’y a pas de bouleau sur leur territoire. Les
qualités de leurs canots ne sont donc pas les mêmes.
[…] http://primaire.recitus.qc.ca/LigneTemps_html.php
Mots en italique et soulignés : vocabulaire à chercher dans le dictionnaire
Sur les traces du passé
fascicule 15 : page 60

Documents pareils

Le transport et les communications

Le transport et les communications rejoindre une voie navigable. Le toboggan, qui est une sorte de traîneau bas muni de deux patins, permet aux Algonquiens de transporter facilement leurs bagages sur la neige l’hiver. Comme tu le sa...

Plus en détail

Voir

Voir Chez les Algonquiens, chaque nation est gouvernée par un chef et un conseil. Le chef est choisi parce qu’il possède des qualités personnelles comme la force, l’habileté, le courage, des talents de ...

Plus en détail

Les Iroquois

Les Iroquois Les femmes font la cueillette de petits fruits. Transport Les Iroquoiens utilisent différents moyens de transport. En été, ils utilisent les canots d’écorce pour naviguer le long des cours d’eau. I...

Plus en détail

Pas de taches pour une girafe

Pas de taches pour une girafe MOTS DE VOCABULAIRE Module de recherche : Sur les traces du passé 1re partie La société amérindienne ancêtre (s) ennemi (s) chef entretien confectionner famille conflit festin défricher stratégie

Plus en détail