Voir

Commentaires

Transcription

Voir
Légende et instructions
Avancer à la diapositive suivante
Retourner à la diapositive précédente
L'étoile vous ramènera au sommaire des sujets.
Au sommaire des sujets, il sera possible de visiter
chacun des thèmes en cliquant sur la plume ou le
totem correspondant au sujet désiré.
Sommaire des sujets
Algonquiens
Territoire
Population
Vie quotidienne
Agriculture, Commerce
et Industrie
Iroquoiens
Territoire
Population
Vie quotidienne
C
C
C
Gouvernement
Gouvernement
Transport
Transport et
Communication
Commerce
C
C
Territoire des Algonquiens
Les Algonquiens vivaient sur des terres boisées et parsemées de cours d'eau qui, de
nos jours, correspondent au Bouclier canadien. Dans cette région, il était difficile de
pratiquer l'agriculture car il y avait beaucoup de pierres et de forêts. Alors, ils se
nourrissaient de gibier comme du lièvre ou de la perdrix. Bien sûr, lorsqu'ils
pêchaient, ils rapportaient aussi du poissons pour se nourrir.
Les wigwams sont généralement
décorés de motifs représentant
des oiseaux, des orignaux, des
castors, des loutres, etc. L'hiver,
il est recouvert de peaux
d'animaux. Un feu est entretenu
en permanence au centre, la
fumée s'échappe par un trou de
cheminée.
Pour construire un wigwam il faut:
- qu'il soit bâti sur des perches
sur lequel est fixé le
recouvrement d'écorces de
bouleau.
-Les pièces d'écorce doivent être
cousues ensemble à l'aide de
racines ou de sapin.
-Le sol doit être recouvert de
branches de sapin ou d'épinette
afin de le rendre confortable et
isolant.
La population
En 1500, les Algonquiens étaient environ 70 000 dans l'est du Canada.
Un regroupement de clan
Les Algonquiens partagent des
langues qui se
ressemblent,mais ils ne
forment pas un seul groupe
uni. Ils sont divisés en
plusieurs nations. Chacune
d'elles ont une langue, des
habitudes, un mode de vie et
une culture semblable.
Par contre, chaque nation a
ses particularités. Chacune
d’entre elles est composée de
quelques villages, qui sont des
groupes de 35 à 75 personnes
de deux ou trois familles.
Les groupes sociaux
Tous les membres d’une nation algonquienne sont égaux. Les
femmes sont donc des membres à part entière de la tribu et
jouent un rôle important dans la vie de la bande. Chez les
Algonquiens, les hommes et les femmes ont chacun leurs tâches
et il est très rare qu’une femme effectue la tâche d’un homme et
vice versa.
Clique sur chaque image pour voir les tâches de chacun.
Hommes
Femmes
Enfants
Divertissements
Dans la famille algonquienne,
l'homme s'occupe de la chasse et
de la pêche. C'est aussi lui qui
confectionne et répare tous les
outils le matériel dont il a
besoin: flèches, arcs, lances à
pointes de pierre, massues,
haches, filets ou pièges pour
attraper le petit gibier. Il
fabrique aussi les moyens de
transport: canots d'écorce,
raquettes et tobogans.
Voici les tâches quotidiennes des femmes.
-Construire et nettoyer les habitations
-Trouver du bois de chauffage
-Faire la cueillette des fruits sauvages
-Confectionner les outils dont elle a besoin pour cuisiner
-Confectionner des vêtements
-Transporter les bagages pour permettre aux hommes de partir
rapidement à la chasse s’ils aperçoivent une proie intéressante.
-S'occuper de la garde et de l'éducation des enfants.
Les enfants algonquiens ont une
très grande liberté. Ils ne vont
pas à l’école. C’est en
regardant leurs parents ou les
autres adultes que les enfants
apprennent.
À dix ans, les garçons ont une
éducation plus forte. Ils vont à
la chasse avec les hommes.
Pendant ce temps, les jeunes
filles font l’apprentissage des
tâches plus générales.
Les divertissements
Les algonquiens aiment bien
danser, chanter, raconter des
récits et des légendes,
pratiquer des sports et se
livrer à des jeux d'adresse
pour se divertir.
Les enfants avaient deux jeux
très populaires, les filles
jouaient à la poupée et les
garçon au billoquet.
La vie quotidienne des Algonquiens
Les Algonquiens sont nomades, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas d’habitation fixe. En
été, ils forment de grands groupes et s’établissent près d’une rivière ou d’un
lac. Ils passent tout l’été au même endroit et se nourrissent du poisson qu’ils
pêchent. L’hiver, lorsque les lacs et les rivières sont gelés, ils se déplacent et
vont s’établir dans la forêt. À cette époque de l’année, les Algonquiens chassent
le petit et le gros gibier. Il est plus facile pour eux de chasser le gros gibier
comme l’orignal parce qu’il se déplace lentement dans la neige épaisse.
Les langues
Chez les Algonquiens, toutes les
différentes langues parlées par les
nations proviennent d’une même
langue commune. Avec le temps,
chaque nation a développé ses
propres mots et ses propres
expressions.
Ils utilisent aussi une langue
commune à toutes les nations pour
pouvoir se comprendre lorsqu’ils se
rencontrent et font du commerce.
**Le savais-tu?
Plusieurs villes et régions du Québec portent encore des
noms algonquiens. Voici quelques exemples :
Magog : veut dire « étendue d’eau sur le long »
Abitibi : veut dire « là où les eaux se divisent »
Oka : veut dire « poisson doré »
Maniwaki : veut dire « terre de marie »
La culture des Algonquiens
La spiritualité est très présente dans la vie des Algonquiens. Le monde, selon
eux, est dirigé par deux grandes forces : Kitci Maniò le grand esprit de bien
et Matci Maniò, le grand esprit du mal. Les Algonquiens croient que chaque
chose est habitée par un esprit, bon ou mauvais. Selon les Algonquiens,
Michadou a créé le monde. Un jour où il était avec un castor, il envoya le
castor dans l'eau. Le castor lui rapporta une branche et Michadou plongea à
son tour. Une fois rendu sur l'île, il a créé les Algonquiens.
La Terre
Les
Algonquiens
ont
beaucoup de respect et
d'amour pour la terre,
parce que la terre leur
donne tout pour vivre. Ils
croient qu'on ne peut pas
posséder la terre. Ils
pensent que la terre leur
permet
d'être
utilisée
tant qu'il n'y a pas de
gaspillage.
Les animaux
Pour les Algonquiens, les animaux
sont des frères. L'ours et le castor
sont des animaux qui sont vénérés
par les Algonquiens. Les animaux
représentent aussi des totems.
Ainsi, la majorité des plantes et
des animaux symbolisent quelque
chose.
L'ours,
par
exemple,
symbolise la force et la puissance.
Lorsquu'un jeune algonquien est en
âge de trouver son totem, il va dans
les bois, jeûne et essaye d'entrer
en contact avec la nature. Le
premier animal qu'il voit devient
son
totem.
Cependant,
les
Algonquiens
ne
représentent
jamais, pour leur totem, un animal
qu'ils chassent.
L'agriculture des Algonquiens
La chasse
Les hommes des tribus algonquiennes chassent avec un arc, une massue ou une lance,
selon le gibier recherché. Lorsqu’un chasseur attrape une prise, il la partage avec les
autres membres de la bande.
La pêche
Les Algonquiens pratiquent beaucoup la pêche. Pour ce faire, ils utilisent un hameçon
fait avec un os en forme de crochet.
La cueillette
Une bonne partie de la nourriture des Algonquiens vient de la cueillette. Selon les
saisons, ils cueillent différents fruits, légumes et herbes comme l’ail des bois, le riz
sauvage, la quenouille et divers petits fruits. Au printemps, ils recueillent de l’eau
d’érable pour en faire du sirop.
Le gouvernement des Algonquiens
Chez les Algonquiens, chaque nation est gouvernée par un chef et un
conseil. Le chef est choisi parce qu’il possède des qualités personnelles
comme la force, l’habileté, le courage, des talents de chasseur, la
sagesse et la générosité. Le chef ne peut pas prendre de décisions seul.
Il doit convaincre les membres du conseil que sa décision est la bonne
avant d’agir. Son principal pouvoir est de convaincre les autres que ses
décisions sont les bonnes. Il doit donc être un excellent communicateur
et mériter le respect des autres.
La guerre
Au sud, les Algonquiens ont souvent des conflits avec leur
grand ennemi, les Iroquoiens. Les combats contre les
Iroquoiens sont sanglants, les Algonquiens utilisent des arcs,
des flèches et des massues. Les prisonniers capturés sont
torturés et mis à mort, ou ils sont acceptés dans la nation. La
pire épreuve pour les nouveaux Algonquiens est de faire une
guerre contre les membres de leur ancienne nation
iroquoienne.
Transports et communications
Les Algonquiens ont développé des moyens de transport adaptés à leur mode
de vie. Ils leur permettent de se déplacer facilement et rapidement, ils
sont légers et faciles à réparer avec des matériaux accessibles. Le canot
d’écorce, par exemple, est solide (il peut transporter deux adultes et deux
enfants et 150 kilos de matériel à son bord). Le toboggan, qui est une
sorte de traîneau, permet aux Algonquiens de transporter facilement leurs
bagages sur la neige l’hiver. Pour communiquer de nation à nation, les
Algonquiens ont élaborer une série de sigaux de fumée pour dire les
messages les plus importants.
Territoire
Les Iroquoiens
habitaient les
basses-terres du
St-Laurent et
des Grands Lacs.
Emplacement
Les Iroquoiens étaient sédentaires. Ils cultivaient la terre et
changaient de territoire lorsque le sol devenait infertile. Ils pouvaient
vivre au même endroit près de 10 à 15 ans. Situé dans une clairière et
près d’un cours d’eau, le village iroquoien était entouré d’une palissade
formée de pieux plantés dans le sol.
Habitation
Les Iroquoiens construisaient des abris
pour héberger leurs familles. Appelées
aussi
«
maisons-longues
»,
ces
constructions bâties en longueur se
composaient de bois et d’un toit fait
d'écorces. Au centre de l’immense et
unique pièce, les Iroquoiens pouvaient se
faire du feu pour se réchauffer et pour
se faire à manger. Chaque maison pouvait
accueillir jusqu’à 8 - 10 familles à la fois.
Population
Clique
sur la
femme
iroquoienne
pour
connaître
ses tâches
quotidiennes
Les villages iroquoiens étaient
formés de 1000 à 2000 habitants.
Les aînés du village, qu’ils soient
homme ou femme, étaient
respectés et écoutés pour leur
sagesse et leur connaissance.
Dans la société iroquoienne, la
plus âgée des mères prenait les
décisions pour l’ensemble du clan
famillial. Les Iroquoiens
considéraient l’homme et la
femme égaux. Leurs tâches
quotidiennes étaient différentes
et réparties selon leur genre
(homme ou femme).
Clique sur
l'homme
iroquoien
pour
connaître
ses tâches
quotidiennes
Hommes
Dans la société iroquoienne, les hommes
s’occupaient de défricher les champs et de
déboiser la forêt. Ils construisaient le village
et réparaient les maisons et les palissades.
Ils sculptaient les outils de
bois et de pierre. Ce sont également eux qui
chassaient et qui pêchaient pour nourrir la
tribu. Les hommes iroquoiens s’occupaient
des affaires extérieures et allaient se
battre contre les tribus ennemis. Et ils
enseignaient toutes ces tâches aux jeunes
garçons.
Femmes :
Les femmes-mères iroquoiennes
jouaient un rôle très important dans la politique,
l’économie et l’organisation sociale:
➔
Les femmes étaient responsables de l’agriculture
et des habitations.
➔
Elles entreposaient et distribuaient la nourriture
pour leur famille.
➔
Les femmes fabriquaient les chaudrons, les marmites, les vases et les ustensiles. Elles les
façonnaient à la main, dans l’argile et les faisaient
sécher à l’air ou cuire dans le feu.
➔
➔
➔
➔
Elles ramassaient le bois et entretenaient le feu.
Elles préparaient les repas.
Elles apprêtaient les peaux, confectionnaient et
décoraient les vêtements.
Elles cousaient les canots. Elles transmettaient aux
générations suivantes le savoir du clan et enseignaient
toutes ces tâches aux plus jeunes filles.
Vie quotidienne
Agriculture
Les Iroquoiens habitaient des
régions où le sol était assez
fertile pour permettre la culture
d'une grande variété de légumes,
principalement le maïs. En plus du
maïs, les femmes iroquoiennes
cultivaient des courges, des
haricots et des tournesols.
Cueillette
Selon les saisons, les Iroquoiennes
ramassaient des petits fruits, des
racines, des noix et des plantes
médicinales.
Elles
profitaient
également du printemps
recueillir la sève d'érable.
pour
Chasse
La chasse se pratiquait surtout pendant
l'automne et l'hiver. Les hommes, qui
partaient pour la grande chasse annuelle à
l'automne, revenaient habituellement
au village en décembre.
Les Iroquoiens pourchassaient surtout les
cerfs de Virginie, appelés chevreuils au
Québec, et les ours noirs bien gras à
l'automne. Ils chassaient aussi les
castors, les lièvres, les martres, les loups,
les écureuils noirs et quelques oiseaux
aussi.
Pêche
Plusieurs familles iroquoiennes vivaient dans des camps de pêche une
bonne partie de l'année. Les saisons les plus propices pour pêcher
étaient l'automne et le printemps à l'époque des migrations de
certaines espèces. L'automne, les pêcheurs accumulaient des surplus
considérables de poissons qui permettaient de faire des provisions
pour l'hiver à venir.
Les croyances
Les Iroquoiens croyaient en
plusieurs
choses.
Ils
reconnaissaient un dieu dans
presque tout ; un dieu pour les
rivières, un dieu pour les arbres,
les lacs, la terre, le ciel, le soleil
et la lune. Ils croyaient aussi à
l’existence des esprit. Chaque
tribu possédait un chaman,
spécialiste dans la communication
avec les esprits ; il pouvait
inviter les bons esprits et
chasser les mauvais. Il détenait
aussi la connaissance des plantes
et guérissait les malades.
Langue et communication
Paix
Les Iroquoiens
parlaient des
langues
semblables, mais
ce n'était pas
toujours le cas.
Alors, ils
utilisaient le mime
et le langage des
signes.
Guerre
Ami
Chef
Cheval
Tipi
Bison
Divertissements
Pour se divertir, les Iroquoiens chantaient, dansaient et jouaient
aux jeux de hasard et au jeu de la crosse. Ils racontaient des
histoires ou quelques exploits accomplis à la chasse et à la guerre.
Les fêtes de mariage et de guérison étaient très prisées.
Gouvernement
Le clan était formé par 10 ou 15
familles habitant la même maison-longue.
Chaque clan possédait un chef et un nom
symbolique représentant une particularité
du groupe (nom d'un animal protecteur).
Maison
Clan de l'Aigle
CHEF
Maison
Clan du Chevreuil
CHEF
La réunion de tous les chefs du
conseil des villages formait
le CONSEIL DE LA NATION
et la réunion de tous les chefs du
conseil des nations formaient
la FÉDÉRATION
Maison
Clan du Lièvre
CHEF
L'ensemble des chefs de tous
les clans formaient le
CONSEIL DU VILLAGE
Chef
Le chef était élu pour son intelligence,
sa générosité, son honnêteté
et sa sagesse.
Il veillait au respect des coutûmes et des
lois. Il préparait les fêtes et organisait le
commerce entre les nations.
Transport
Les Iroquoiens se déplaçaient de différentes façons selon la
saison. Pour les longs voyages, ils utilisaient les cours d’eau.
Ils se transportaient en canot. Le canot iroquoien était
construit en écorce d'orme ou de bouleau.
En hiver
En hiver, les Iroquoiens utilisaient des raquettes tressées
avec de la babiche (lanière de cuirs)
pour ne pas
s’enfoncer dans la neige. Sur la glace ou sur
la neige , ils
utilisaient aussi le toboggan (traîneau en
bois recourbé)
pour transporter leur matériel. Pour
amener leurs
bébés avec elles, les Iroquoiennes
utilisaient le
porte-bébé traditionnel.
Commerce
Les Iroquoiens faisaient du commerce et
échangeaient leurs surplus agricoles contre
les produits de la chasse des nations algonquiennes. Les échanges se
faisaient grâce au troc ou à l'occasion de foires annuelles. Plusieurs
nations amérindiennes se donnaient rendez-vous pour échanger leurs
produits. L'été était la saison idéale pour ce genre de rencontre
puisque certains groupes, qui venaient de très loin, devaient parcourir
de longues distances pour
s'y rendre.

Documents pareils

Le transport et les communications

Le transport et les communications nomades. Ils se déplacent généralement sur les cours d’eau lorsqu’ils ne sont pas gelés. Le transport en canot est une façon rapide et efficace de se déplacer au printemps, pour aller rejoindre le ...

Plus en détail

3 e année

3 e année nomades. Ils se déplacent généralement sur les cours d’eau lorsqu’ils ne sont pas gelés. Le transport en canot est une façon rapide et efficace de se déplacer au printemps, pour aller rejoindre le ...

Plus en détail

Pas de taches pour une girafe

Pas de taches pour une girafe Module de recherche : Sur les traces du passé 2e partie La société amérindienne bande jour organiser rassembler porte-bébé tambour des porte-bébés transporter plusieurs guerre gibier habitation hiv...

Plus en détail