Biladi n°673

Commentaires

Transcription

Biladi n°673
MASSACRE DES DOU’AT
N° 673 du 12 Septembre 2012 - hebdomadaire d’informations générales
SENOUSSI
Le jackpot azizien
Abdallah Senoussi, le numéro un des
services de renseignements libyens, véritable ‘’boîte noire’’ du régime de Kaddafi, comme on le surnomme à Tripoli,
a été extradé, mercredi dernier, par les
autorités de Nouakchott, vers son
pays…
Lire en page 4
CAP
Messoud
s’attaque à Aziz
Messoud Ould Boulkheir, juge "défavorable" la position de l'ambassadeur de
France en Mauritanie, Hervé Besancenot, vis-à-vis de l'initiative politique lancée pour sortir le pays de l'impasse
politique. Et se montre peu amical à
l’égard du président Aziz…
Lire en page 5
NOUAKCHOTT
Enième campagne
d’assainissement
De nouveau, les autorités administratives
et municipales se sont lancées dans une
nouvelle campagne pour ‘’mettre de l’ordre’’ dans la capitale Nouakchott et nettoyer ses grandes artères.
Lire en page7
Bavure ou acte délibéré?
Prix : 200 UM
D
ÉDITO
ans la nuit de samedi à dimanche, un
groupe des Douat (les prêcheurs), ces gens
aux allures asiatiques, austères, patients, endurant et qui essaient de refléter l’islam dans leur
vie au quotidien, a été massacré, non loin de la
frontière entre la Mauritanie et le Mali par une
unité de l’armée malienne ; ou de ce qui en reste.
Les membres de ce groupe (16 ou 19 personnes ?),
composé de mauritaniens et de maliens, semblent
avoir tous trouvé la mort. On dispose encore de très
peu d’éléments sur les conditions dans lesquelles
s’est produite cette tuerie, unanimement condamnée dans notre pays. Même le gouvernement mauritanien, d’habitude très prudent, en pareille
circonstance, qui engage une partie étrangère, a
condamné le massacre et exigé une enquête ‘’sérieuse’’, à laquelle il demande à être associé, pour
rétablir la vérité et ‘’punir’’ les auteurs.
Certains organes de presse, nationaux et étrangers,
mettent en exergue la ‘’colère du gouvernement
mauritanien’’ contre son homologue malien. Un
constat qui ne rend certainement pas compte de la
réalité de la position officielle mauritanienne.
Certes le ministère des affaires étrangères a rendu
public un communiqué ‘’sévère’’ sur cette affaire,
mais tout porte à croire qu’il est plutôt destiné à la
consommation intérieure. La même indignation officielle qui avait accompagné l’autodafé des ouvrages du Fiqh il y a quelques mois.
Quelle que soit la douleur sentie, suite au massacre
perpétré, contre les paisibles et pacifiques Douat,
il faut savoir raison garder et ne pas perdre de vue
que l’Etat et toutes ses institutions se sont effondré
au Mali depuis le coup d’état et la débandade de
l’armée de ce pays coupé désormais en deux parties
: le nord sous contrôle de djihadistes et le sud où
personne ne détient vraiment les rênes du pouvoir.
La Mauritanie toute entière, son pouvoir et son opposition, est appelée à apprécier correctement la situation chez le voisin malien, l’intégrer dans toute
analyse de la situation interne et agir en conséquence. Malheureusement, ce genre de bavures
pourrait se répéter de nouveau à nos frontières pour
la simple et unique raison que le Mali a perdu le
‘’nord’’ et que ses voisins vont objectivement en pâtir.
Hebdomadaire d’informations
et d’analyses
BP : 1122 Nouakchott
Tél : 00222 524 02 75 - 00222 524 02 75
Fax: 00222 524 02 75
e-mail : [email protected]
www.rmibiladi.com
DIRECTEUR DE PUBLICATION :
Moussa Ould Hamed Tél : 22- 41-28-68
REDACTEUR EN CHEF:
Abdelvetah Ould Mohamed
COMITE DE REDACTION :
Abdoulaye Ciré Bâ
Mohamed Mahmoud Ould Targui
Coulibaly Nouhoum
Mohamed Mahmoud Ould Taleb
Moussa Ould Hamed
Ould Bladi
RESPONSABLE COMMERCIAL :
Mohamed Lemine Tel: 4640 69 76-3307 99 00
CORRESPONDANT A ATAR:
Gueye Ahmet Tel: 4640 99 67
COLLABORATEURS
Cheikh Sidya
Bâ Sileye
Charly
MAQUETTE :
Cheikh Oumar
Tel: 4674 67 35 / E-mail: [email protected]
Siége: Immeuble BMCI, 5eme Etage, Apt: 508
TIRAGE : Imprimerie Nationale
N° 673 du 12 Septembre 2012
2
INSOLITES
INSOLITES
Primates, tortues
les dessous chics des
trafiquants d'animaux exotiques
Les douanes indiennes ont procédé à des saisies originales
ces derniers temps à l'aéroport de New Delhi: un lémurien et
dix tortues dissimulés dans les slips de trafiquants qui tentaient de les passer en contrebande, a rapporté la presse locale lundi. Un homme en provenance de Bangkok a ainsi été
arrêté avec deux complices alors qu'il s'apprêtait à prendre
un avion pour Dubai en embarquant un passager clandestin
dans ses sous-vêtements, un loris, petit lémurien d'Asie.
Un autre loris a été retrouvé dans une poubelle de l'aéroport
international Indira Gandhi.
"Ils l'ont abandonné parce qu'ils ne pouvaient pas le transporter", a expliqué un responsable des services de sécurité à
l'agence de presse Press Trust of India. Les passagers,
Hamad Al-Dhaheri, Mohammed Al-Shamsi et Rashid AlShamsi, ont été remis au Département des douanes et de la
vie sauvage pour interrogatoire. Récemment, un homme de
nationalité indienne en provenance de Bangkok avait été interpellé dans un aéroport de Bombay, la capitale financière
indienne, avec 10 tortues cachées dans son caleçon. Les
douanes avaient également saisi à cette occasion six chats
persans, trois tarentules et 11 oeufs d'oiseaux. La Thaïlande
est considérée comme une plaque tournante du trafic des espèces protégées en Asie. Certains grands marchés de Bangkok, notamment, sont réputés pour pouvoir fournir n'importe
quel animal pourvu que l'acheteur puisse payer.
Un Obama facétieux demande
son certificat de naissance
à un garçon né à Hawai
Le président américain Barack Obama a provoqué des rires
samedi dans un restaurant bondé à Orlando (Floride, sud)
lorsqu'il a demandé sur le ton de la plaisanterie à un garçon
né comme lui à Hawaï s'il avait un certificat de naissance.
En campagne pour sa réélection, le président en exercice
s'est faufilé vers une table de 10 personnes, dont cinq enfants. Une femme lui a alors signalé que l'un des enfants était
né à Hawaï "Tu es né à Hawai? Tu a un certificat de naissance?", a plaisanté M. Obama à l'adresse du garçon, déclenchant l'hilarité de la tablée.
Certains ultraconservateurs entretiennent une polémique sur
le lieu de naissance de M. Obama, et ce depuis 2007, quand
il avait déclaré sa candidature à la présidence.
Pour tenter de les faire taire, M. Obama avait fait publier dès
cette époque son extrait d'acte de naissance, montrant qu'il
était bien né le 4 août 1961 à Honolulu, Hawaï, donc sur le
territoire des Etats-Unis comme la Constitution du pays
l'exige de ses présidents.
En 2011, alors que le milliardaire Donald Trump avait rejoint le mouvement de ces incrédules, la Maison Blanche
était allée encore plus loin en divulguant l'acte de naissance
complet de M. Obama.
Une panne d'électricité
plonge dans le noir le centre
de Cuba, dont La Havane
Une panne d'électricité a plongé dans le noir dans la nuit
de dimanche à lundi le centre et la partie occidentale de
Cuba, dont La Havane, à la suite d'une avarie sur une
ligne à haute tension, a indiqué la compagnie d'électricité
nationale Union Electrica.
La panne, qui a commencé à 20H08 locales (00H08
GMT lundi), a touché 10 des 15 provinces du pays, a précisé la compagnie, dont six ont été totalement plongées
dans le noir: Pinar del Río, Artemisa, La Havane, Mayabeque, Matanzas et Cienfuegos, ont précisé des habitants
à l'AFP. "L'avarie s'est produite sur une ligne de 220.000
volts entre (les provinces de) Ciego de Avila et Santa
Clara, provoquant une rupture de l'alimentation de Camaguey (est de l'île) jusqu'à Pinar del Río (extrême
ouest)", a précisé la compagnie dans un communiqué, indiquant qu'elle recherchait les causes de la panne. Dans
la capitale, les habitants sont descendus dans les rues pour
profiter de l'air frais de la nuit, la chaleur devenant vite insuportable sans ventilateurs ni air conditionné. L'électricité a été rétablie au bout de trois heures dans certains
quartiers de la capitale, mais le reste de la ville restait
plongé dans le noir lundi, ont indiqué des habitants.
Vent de fronde autour d'une
cagnotte de poker à 5 millions d'euros
Un tournoi de poker international organisé à Cannes
jusqu'à dimanche par le groupe Partouche a connu un
vent de fronde lorsque la cagnotte annoncée de 5 millions
d'euros a été revue à la baisse jeudi par le PDG Patrick
Partouche, finalement acculé à faire volte-face vendredi.
Le tournoi 2012 rassemble 573 inscrits qui ont payé une
participation à 8.500 euros, ce qui porte les sommes
mises en jeu à quelque 4,2 millions d'euros, avec un premier prix à un million d'euros. Le PDG du groupe ne
souhaitait pas aller au-delà de cette somme jeudi, s'offusquant de toute accusation de tricherie, au cours d'une
conférence de presse houleuse mise en ligne par Poker
News. Avant de faire un mea culpa 24 heures plus tard
vendredi dans un communiqué en établissant la juteuse
cagnotte ("prizepool" dans le jargon de la discipline) à 5
millions d'euros... Estimant appliquer à la lettre les règlements du tournoi, Patrick Partouche a néanmoins reconnu
vendredi à l'AFP "la confusion et le cafouillage d'une
communication qui a été mal maîtrisée". Il a jugé que ses
clients "ont pu être à tort convaincus d'un prize pool garanti". Le responsable marketing du groupe, Jean-Jacques
Ichaï, avait en effet souligné en juillet dans une interview
à RTL9: "on est le seul tournoi en Europe et dans le
monde où le prizepool est garanti", ajoutant "on garantit
les 5 millions d'euros". Sa démission remise vendredi a
été refusée par le PDG. Vendredi matin, le propre site internet du groupe Partouche évoquait encore la somme de
"5 millions d'euros" pour "le plus grand tournoi de poker
d'Europe", tandis que certaines affiches promotionnelles
ont pu mentionner 5 millions "garantis".
Annonce
L’Association des Amis de Habib Ould Mahfoudh prie les lecteurs qui détiendraient les éditions suivantes des Journaux Le Calame : 52, Mauritanie
Demain: 18 , Al Bayane: 7 - 12 - 66, de bien vouloir les signaler
à la direction du journal.
Merci
3
À LA UNE
MASSACRE DES DOU’AT
Bavure ou acte délibéré ?
Dix huit prédicateurs (16 ou 19…) du groupe
connu sous le nom de la djemaat addawaa we
ettabligh (Groupe de Prêche et Prédication)
ont été assassinés ‘’froidement’’, dimanche
dernier, par une unité des forces de sécurité
maliennes. Indignation, consternation et colère
en Mauritanie. Le gouvernement réclame
des explications à son homologue malien
qui n’est, peut-être pas en mesure de fournir…
C
e groupe constitué essentiellement de mauritaniens et de maliens allait rejoindre un colloque
international, qui devrait se tenir à Bamako, par
ce mouvement religieux né, dans les années 70, au Pakistan, prônant un islam intérieur détaché du politique.
L’idée fondatrice, dont l’inspirateur fondateur le pakistanais Abderrehmane Kendahlaoui, devait faire émerger
un islam à tendance plus pacifique, en réaction à la guerre
entre le Pakistan et l’Inde sur fond de divergences religieuses islam/Hindouisme…).
Très tôt, les pouvoirs politiques dans les pays musulmans,
ont adopté cette manière de voire et de vivre l’Islam pour
faire face à la vague djihadiste.
Contrairement aux idéologies djihadistes, les ‘’tablghistes’’ privilégient le premier pallier du djihad, à savoir, le dialogue, la parole, la bonne parole. Pas question
de passer à l’acte, ni d’utiliser armes pour négocier la
conversion des tiers, mais répandre la bonne parole, rappeler le message fondateur et convoquer le Jour du Jugement Dernier en indiquant aux uns et autres la voie qui
sauve.
Le groupe était le premier de quatre convois devant rejoindre le Mali. Les autorités mauritaniennes aussi bien
que maliennes étaient au courant de cette rencontre. Mais,
l’armée malienne qui a perdu le Nord depuis quelque
temps semble avoir opté pour s’attaquer à tout ce qui
bouge dans le Sud.
Déjà, elle a propagé l’horreur à Bamako, en perpétrant
un putsch contre un président à mandat finissant et
n’ayant pas l’intention de se représenter. Maintenant,
elle s’en prend à tous ceux qui portent turbans et gandouras et abat froidement le plus paisible des êtres qui
fait fausse couleur.
Le spectre de l’affaire Biram…
La réaction des autorités mauritaniennes ne s’est pas fait
attendre. Elle a été même quelque peu musclée, si on s’en
tient aux différents communiqués rendus pour l’occasion,
par les organes de presse officiels. Les communiques rappellent un peu la fameuse affaire d’autodafé des livres du
rite malékite commandité par Biram Ould Dah. Le gouvernement civil malien ne contrôle strictement rien qu’il
est presque absurde de surenchérir.
Mardi, avant-hier, Mohamed Ould Abdel Aziz a accueilli,
dans son bureau une délégation des leaders du groupe de
prêche. Déjà, des manifestations, à Maghtaa Lahjar, Bassiknou, villes, essentiellement, endeuillées par cet acte.
D’autres marches s’élèvent à Nouakchott. Mais, le porteparole du Groupe, donnant une déclaration, à l’AMI,
semble vouloir apaiser les esprits et rappeler la résignation et soumission à Allah qui s’imposent dans pareilles
circonstances.
Mais, les communiqués laissaient entrevoir en filigrane
un clin d’œil à l’adresse des forces qui tiennent l’Azawad.
Des fleurs, en somme, jetées dans le grand désert du nord
malien. Y fleuriraient-elles ? Pour
les pays voisins, elles fleurissent déjà
depuis quelques mois, les fleurs de
Nouakchott, dans l’Azawad.
Une haute autorité sécuritaire nigérienne, en tout cas, se confiant à Biladi, parle d’un accord concocté entre
Ould Abdel Aziz et les forces de la
Qaida qui font l’ordre et le désordre
dans le nord du Mali. L’existence
d’un pacte secret de non agression
mutuelle entre Nouakchott et
l’Azawa est si évidente que Mohamed Abdel Aziz s’emmure d’ores et
déjà dans une position, toute nouvelle, et floue sur la question du
Mali.
En tout cas cet assassinat, on ne peut
cruel, qu’on ne saurait justifier,
quelle que soit l’instrumentalisation
immédiate dont il serait l’objet, n’est
qu’une partie apparente du redoutable iceberg malien.
Cet événement convoque les débordements possibles d’un conflit créant
une confusion chez les voisins, démontrant la fragilité, sinon l’absence, des Etats et mettant à rudes
épreuves la crédibilité des partenaires.
On aurait, peut-être, pu éviter le pire, en maîtrisant le flux
au niveau des frontières avec un territoire où le chaos est
le seul maître de la situation.
La Mauritanie, d’aujourd’hui, rappelle ce qu’était, et demeure, le Pakistan, dans le conflit qui oppose l’Occident
à Al Qaïda de Ben Laden, dont le théâtre n’est autre que
l’Afghanistan voisin.
AVT
L’hivernage possède sa torpeur, l’esprit s’y englue, les
sens s’y délassent, et on a comme l’impression que le
temps essoufflé par sa course folle, se repose un instant.
Mais un déclic, un flash, un coup de fil traversent de
temps en temps l’interstice fragile qui vous sépare des
choses pour vous ramener vers les fureurs du temps et
à la fragilité des êtres.
C’est une clameur d’abord qui m’a réveillé, des cris
d’agneaux assassinés, la folie qui tue les enfants. Qu’est
t il arrivé à notre société, quels dérèglements nous ont
dérangé les esprits et les cœurs ? Même notre folie n’est
plus la même, elle est devenue abjecte, notre folie, elle
n’est plus gaie, elle n’est plus innocente, elle se vautre
maintenant dans le sang des cœurs innocents. Je ne sais
pas imaginer une folie qui tue les enfants.
Mais de l’autre coté il y a des chansons. C’est comme
cela la vie : le sang des innocents versé et aussi les chansons. C’est du coté de Ain Farba qu’ont résonné les
sons. Ain Farba c’est un petit coin, volé au paradis et qui
possède la plus belle rivière de sable qui soit, et des palmeraies des plus harmonieuses et aussi (quelle richesse
!) la gaité de chaque instant. Ain Farba a abrité le Premier Septembre un Festival de musique et d’art, je
pleure de ne pas y être allé. Il parait que c’était grandiose
et beau et que le promoteur, un fils du bled, Brahim Ould
Cheikh Ahmed s’y est surpassé. Aoujeft ce n’est pas
tout à fait Ain Farba. Ici on y est plus sobre, plus traditionnel, plus tourné peut être vers l’ailleurs. L’Association Chems Eddine que préside notre excellent confrère
Seni Ould Abdawa a organisé un festival culturel à
Toungad dans le département d’Aoujeft. A ceux qui ne
connaissent pas Toungad,je ne dirai rien. Rien. Seulement qu’ils devraient courber la tète et se taire. Toun-
gad..non, inutile d’expliquer Toungad,il faut y être allé
seulement . Le Festival était tout tourné vers les jeux traditionnels et la musique des oueds, Tout Aoujeft et Seni
Ould Abdawa sont tournés vers les choses anciennes.
Tiens, ils réclament également un statut de ville ancienne… et ils ont des arguments, trop longs à développer ici...
Revenons aux douleurs. C’est la disparition d’un érudit
qui a également réveillé ma torpeur. Mohamed Maouloud Ould Daddah. Je l’ai très peu connu. Je l’ai rencontré une seule et unique fois Je voulais en savoir plus sur
une princesse, originaire de chez nous et qui a régné
longtemps sur un grand pays du Maghreb. Sur ce sujet
où la documentation est très maigre, il a montré une admirable érudition. J’ai été frappé par sa simplicité, son
sourire, et l’espèce d’éloignement qu’il montre vis-à-vis
d’un sujet par ailleurs passionnant. La rigueur alliée au
savoir. Rahimahou Allah. C’est ce qu’on doit dire.
Autre douleur doublée cette fois-ci d’une terrible colère
: l’assassinat de sang froid par une armée malienne en
déroute de 16 pacifiques prêcheurs de la « Da’wa islamique » La « Da’wa » est une espèce de confrérie qui
appelle au retour aux valeurs islamiques et refuse toute
forme de violence comme d’ailleurs toute implication
dans la chose politique. L’assassinat de ces « missionnaires » de l’Islam est un merveilleux cadeau offert aux
djihadistes et à tous les extrémismes. Nous vivons en
Barbarie. Voilà, ma torpeur ne saurait s’éterniser quand
autour de moi tout se met à crier. Le monde est fou et
nous n’en sommes que les jouets. Mais nous possédons
trois armes contre lesquels les folies vont toujours buter
: la foi, le rêve et le sourire. Nous en parlerons.
Beyrouk
CLIN D’ŒIL
Torpeur d’hivernage
N° 673 du 12 Septembre 2012
4
ACTUALITÉ
Senoussi
B’...
B’ il a dit
La CENI
B’...
Biram, jusqu’à nouvel ordre.’’ Comprend qui comprend !
L’un de ses codétenus, Boumediene Ould Bate, est, lui,
parti, en retraire, dans la campagne et, fougueux habituellement, s’est montré peu prolixe.
Le jackpot azizien
élit domicile à défaut d’élire autre chose…
Abdallah
Senoussi,
le numéro
un des services de
renseignements libyens,
véritable
‘’boîte
noire’’ du
régime de
Kaddafi, comme on le surnomme à Tripoli, a été extradé,
mercredi dernier, par les autorités de Nouakchott, vers
son pays. Rentré en Mauritanie, en mi-mars dernier, sous
une fausse identité, Senoussi a été arrêté par la justice
mauritanienne et depuis lors, il alimente toute sorte de
supputations. Installé en lieu sûr, dans les relatifs hauts
standings de Nouakchott, lui, et sa petite famille, ne manquaient de rien ou presque. Ce fut une grosse capture. Un
gisement ou presque pour le Président Aziz. Suscitant
l’intérêt de bien de pays, de la France, à l’Iran, en passant
par le CPI, le Liban et bien entendu la Libye, Senoussi
constituait, pour Mohamed Ould Abdel Aziz, une aubaine inespérée, à grignoter, mille fois, pourquoi pas, à
vendre et revendre, à merveille.
Dans une déclaration à la presse libyenne le ministre des
finances libyenne qui faisait partie, mystérieusement, de
la mission à laquelle a été remis Senoussi, à l’aéroport de
Nouakchott, citant l’extradé, parle d’un piège dont celui
a été victime. En indiquant, sans nommer expressément,
une ancienne, et récente, haute autorité du régime d’Ould
Abdel Aziz.
Dans sa dernière sortie médiatique, Mohamed Ould
Abdel Aziz n’était pas prompt à extrader Senoussi. Mais,
il semble que son dernier voyage en Arabie Saoudite serait à l’origine de son revirement. Le Royaume aurait ramené Aziz à revoir sa position.
On ne sait vraiment pas, en dépit des rumeurs nourries
par l’extradition de Senoussi, la nature de la transaction.
On évoque, au passage, l’annulation de l’ardoise mauritanienne auprès de la Libye, en plus d’un engagement
ferme de la part des autorités libyennes de tenir les promesses tenues par Kadaffi, en ce qui concerne la rencontre des bailleurs de fonds à Paris ainsi que les
investissements envisagés à Nouakchott. La presse libyenne parle du dédommagement des émigrés mauritaniens en Libye et leur rétablissement dans la situation anté
révolution. Mais, on parle également d’un jackpot accordé à Mohamed Ould Abdel Aziz. Difficile d’y croire
et surtout gênant pour un président des pauvres qui fait
de la lutte contre la gabegie et la corruption son cheval
de bataille.
Abdallah Senoussi était le numéro des renseignements libyens témoin actif et complice peut-être de tant d’injustices commises sous le règne du guide de la Jamahiriya.
Mais, l’intérêt de Senoussi ne se limite pas seulement sur
la mine d’informations qu’il emmagasine. Mais, sur une
autre mine. L’argent. L’homme semble être l’unique
personne, en dehors de kadaffi assassiné par les rebelles, qui possède les clés des trésors libyens, espèces,
en devises, et or.
Mohamed Ould Abdel Aziz aurait été au parfum de cette
seconde mine. C’est peut-être pourquoi ses détracteurs le
trouvent de bonne mine, après l’extradition de Senoussi
.
La Commission
Electorale Nationale
Indépendante
(C. E.
N.I) a
démarré
ses activités.
Pas son
activité principale, bien entendu, qui est de réfléchir sur
l’agenda des échéances électorales futures et mettre en
place l’arsenal nécessaire. Mais, elle constitue déjà un
tremplin pour les floués de la rectification. Elle sert, désormais, à caser, recaser, surtout, des anciens ‘’débarqués’’
et autres revenants des enfers d’Ould Abdel Aziz. Les nominations se gèrent au niveau de la présidence de la République. C’est à Mohamed Ould Abdel Aziz que revient
la plus petite des nominations au sein de cette structure.
Elle vient d’élire domicile, à défaut d’élire une assemblée
nationale, dans une villa du quartier chic de Tevragh
Zeina. La C.E.N.I devrait s’atteler à résoudre une question d’ordre juridique, à savoir la liste électorale, base de
toute élection digne du nom. Celle-ci doit-être obligatoirement, si on s’en tient à la loi mauritanienne, l’extraction
d’un recensement administratif à vocation électorale.
L’enrôlement actuel n’a visiblement aucune force juridique et ne fait pas foi, en matière électorale. Et, un recensement à caractère électoral renvoie à des délais
incompressibles qui risquent de conduire vers le milieu
de l’année prochaine. En attendant, d’ici-là, la CENI
pourra continuer à donner l’occasion pour Mohamed
Ould Abdel Aziz de se faire dans la générosité.
La C.O.D
serait-elle
en train de
changer
de stratégie ? En
tout cas,
elle accepte,
désormais, de profiter des médias publics. Récemment,
une personnalité de haute facture de l’UFP, Lô Gourmo
Abdoul, a participé à un débat qui l’opposait au cacique
de l’UPR, Mohamed Yahya Ould Horma. La TVM ne
cesse, depuis quelques jours, de diffuser, en boucle, une
rencontre qu’elle entend animer avec Jemil Mansour, le
président de Tawassoul. Jemil reviendra même sur le discours de l’opposition, le mot d’ordre Dégage Aziz et bien
d’autres thèmes du débat politique.
Cet intérêt a vu le jour après une rencontre entre Saleh
Ould Hannena, le député de Tawassoul, Salek et un représentant du RFD avec le président de la HAPA. Celuici aurait tout simplement une copie de la réglementation
en vigueur en matière de répartition équitable des antennes des médias publics entre les différentes sensibilités
politiques.
En tout cas, à l’opposition, on n’ignore pas cette réglementation. Mais, la COD avait opté jusque-là pour le boycott des médias publics.
C’était, peut-être, l’occasion pour l’UPR de placer ses
communicateurs dans des postes clés au sein des institutions de presse publique. On verra bien si la nouvelle
orientation, ou le nouvel intérêt de la COD, pour ces médias, allait ramener l’autorité publique à ôter sa main
d’inféodation du service public !
Biram libéré
Boghé paralysée
N° 673 du 12 Septembre 2012
B’...
bouche cousue jusqu’ à nouvel ordre…
Le président
de l’IRA et
militant anti
esclavage,
Biram Ould
Dah a été libéré, lundi
03 septembre au soir.
Officiellement,
on
évoque les
raisons de santé. Après plus de quatre mois, en détention
préventive, Biram et compagnie ont été libéré. Aucune
déclaration n’a été faite par le défenseur des droits humains et l’auteur de l’autodafé des livres du rite malékite.
Biram a fait une seule déclaration à l’adresse de ses
confrères des organisations des droits humains ayant fait
des communiqués dans lesquels ils ont rendu public
quelques échanges privés. Le communiqué était également adressé à la presse pour insister sur la conduite de
réserve que le président de l’IRA observe depuis sa libération. ‘’ L’IRA ne fait pas de communiqué sur l’affaire
La C.O.D à la TVM…
B’...
B’...
La ville de Boghé située, au sud, dans la wilaya du
Brakna, souffre depuis une semaine de coupures intempestives d’électricité et d’une pénurie d’eau inqualifiable
devant lesquelles les autorités et services concernés sont
restés passivement inertes. En effet, depuis le 3 septembre, les dizaines de milliers d’habitants de la ville vivent
dans les ténèbres et boivent l’eau des puits et du fleuve,
sans aucun traitement, qui les met à l’abri des risques sanitaires occasionnées par eaux polluées.
Ce lundi 10 septembre, les populations de la ville ont organisé une marche de protestation, pour dénoncer les
conditions dans lesquelles elles vivent depuis plusieurs
jours. Pris en otage au niveau de la digue, le Hakem a assuré les populations que leur calvaire est à son bout , car
selon l’administrateur un groupe électrogène qui devrait
permettre le rétablissement de la panne est arrivé et
l’équipe technique en charge de son installation est déjà
en route pour Boghé.
Ces promesses ont calmé la furie des Boghéens qui ont
aussitôt rompu les rangs dans l’espoir que leur souci
prenne effectivement fin avec le retour de l’eau potable et
de la dame électricité sans laquelle Boghé ressemble à un
gros village des années soixante.
B’...
5
CAP
Le Président de l'Assemblée Nationale et de l'APP,
Messoud Ould Boulkheir, a jugé "défavorable" la position de l'ambassadeur de France en Mauritanie,
Hervé Besancenot, vis-à-vis de l'initiative politique
lancée pour sortir le pays de l'impasse politique. Et se
montre peu amical à l’égard du président Aziz.
L
ors d'une conférence de presse tenue lundi aprèsmidi, de la Convergence pour une Alternance Pacifique (CAP) pour le passage de sa présidence à
Abdesselam Ould Horma, président du parti Sawab
d'obédience nationaliste arabe, Ould Boulkheir a indiqué
que le diplomate français "a refusé de débattre des
grandes lignes de l'initiative de Ould Boulkhier avec une
délégation de l'APP chargée de faire exposer le contenu
de ladite initiative aux missions diplomatiques".
Ould Boulkheir, interrompu à plusieurs reprises par les
applaudissements des militants du parti panarabiste, a
promis de "rompre toutes relations" avec l'ambassadeur
de la France qu'il a qualifié de "moins intelligent que son
prédécesseur", selon ses termes.
Le président de l'APP a estimé qu'un représentant d'un
pays "censé concerné d'une sortie de la crise" devrait être
responsable et ouvert à toutes les initiatives qui peuvent
aboutir à une solution.
Toutefois, le Président de l’Assemblée Nationale Messoud
Ould Boulkhair a exprimé son optimisme sur l’issue de son
initiative comme voie qui permettrait la sortie de la crise
politique dans laquelle se trouve le pays et a déclaré que :
« le Président Ould Abdel Aziz est comme une boîte fermée, tantôt il répond avec souplesse et tantôt il réagit avec
force. » Le Président Messoud a ajouté que son initiative
a obtenu l’approbation de tous les Mauritaniens y compris
la société civile et quelques partis de la majorité et a
Petite annonce
Hadja Okiki
Tradi praticienne confirmée
Adresse : 6 ème arrondissement près de la mos-
quée du Qatar, en allant vers le marché du 6 ème
arrondissement soigne de nombreuses maladies.
Tél: 36 170 200
ACTUALITÉ
Messoud s’attaque à Aziz
confirmé qu’il tiendra une conférence de presse pour parler de cette initiative la semaine prochaine.
La CAP, qui se compose de trois partis politiques (APP, El
Wiam et Sawab) est entrée dans un dialogue en 2011 avec
le pouvoir qui a abouti à un certain nombre de résultats que
le gouvernement « tarde à appliquer » globalement.
Au cours de cette manifestation, le Président Boidiel Ould
Houmoid a passé le témoin de la présidence de la Convergence au docteur Abdesselam Ould Horma. Aussi un document a été distribué dans lequel la CAP demande au
Président Ould Abdel Aziz d’intervenir personnellement
pour la promotion de la paix avec la classe politique, la
Convergence rappelle la nécessité de l’application des résultats du dialogue et la prise en compte des opinions de
tous les courants politiques.
La CAP a critiqué la situation économique du pays à travers des chiffres des taux du chômage, la léthargie des
systèmes de l’éducation et de la santé, la prolifération de
la gabegie, de la corruption, du clientélisme, du régionalisme et du népotisme dans tous les départements de
l’Etat, le profit d’un petit groupe de proches des cercles
du pouvoir dans une surdité totale du gouvernement aux
problèmes quotidiens des populations. Dans le même
ordre d’idées, la CAP a appelé à la création d’un climat
économique serein dans lequel les critères scientifiques
sont pris en compte. Selon l’initiative, les derniers chiffres
avancés par le Président à Atar dans son fameux show «
rencontre avec le peuple » ne sont que de la poudre aux
yeux, car la pauvreté s’amplifie de jour en jour, le chômage continue à ravager des franges importantes de la
population notamment les jeunes et les diplômés, l’exclusion se propage, la faiblesse du pouvoir d’achat et la folle
flambée des prix sont autant d’indicateurs éloquents qui
prouvent que le pays est dans une situation catastro-
phique. La
CAP a réitéré
son attachement à l’initiative
de
Messoud
Ould Boulkhair qu’elle
considère
comme
la
seule issue
susceptible
de sortir le
pays de la
crise et a appelé la majorité et l’opposition à faire valoir
la raison pour éviter au pays les affres des dérapages dangereux sur la base de litige politique stérile. La CAP a
aussi critiqué la campagne politique prématurée entreprise par les ministres du système qui est selon elle
contraire à l’esprit de l’accord convenu entre les dialoguistes d’octobre 2011. La CAP a assuré qu’il est impossible d’organiser des élections en dehors d’un consensus
national sur la base des accords issus du dernier dialogue
politique dont l’application permet la sortie de crise et
prépare à une alternance pacifique au pouvoir. Enfin, la
CAP a indiqué que la nonchalance du pouvoir dans l’application des clauses de ce dialogue est à l’origine de la situation de blocage politique et de la détérioration
économique que connaît le pays.
Quoi qu’il en soit la sortie de la CAP, lundi dernier, inaugure ce qui tient lieu de rentrée politique pour ces partis
qui cherchent à se ménager une place sur une scène politique marquée par des discours et prises de positions très
tranchées entre le pouvoir et la COD.
WWW.Beyrouk.Com
C’EST LE NOUVEAU SITE
QUE VIENT DE LANCER
NOTRE CONFRERE Mbareck Ould Beyrouk et qui est
consacré exclusivement à la
culture. Il s’agissait d’abord,
a-t-il dit, « d’un site d’auteur
destiné avant tout à me présenter, à présenter mes œuvres
et mes activités Mais j’ai vite
décidé d’en faire une vitrine
de notre culture et de notre
rapport au monde »
On y retrouvera une rubrique
quotidienne et des articles de
haut niveau écrits par des
spécialistes et des hommes
de lettres.
www.beyrouk.com
N° 673 du 12 Septembre 2012
6
HOMMAGE
LES NATIONS QUI NE RECONNAISSENT PAS LEURS GRANDS HOMMES NE SONT PAS VIABLES
Allocution prononcée à l'occasion de la cérémonie organisée
en l'honneur du Professeur Mohamed Ould Maouloud Ould Daddah,
Ce genre de manifestations scientifiques injecte du
baume au cœur et donne la sensation que la collectivité nationale offre ses honneurs à ceux parmi ses fils
qui méritent sa paternité, et exprime sa reconnaissance à ceux qui se sont montrés dignes de la distinction. En effet les Nations qui ne reconnaissent pas
leurs grands hommes ne sont pas viables.
Le chercheur Mohamed Ould Maouloud Ould Daddah que nous distinguons aujourd'hui, à travers cette
cérémonie est l'un de ces grands hommes qui ont
consacré toute leur vie à leur Nation, dans le silence
absolu, loin du vacarme assourdissant de la propagande médiatique.
Parmi les scientifiques mauritaniens, notre illustre
chercheur réunit des vertus que l'on trouve rarement
chez ses pairs:
- l'exhaustivité dans la perception ;
- la rigueur dans la méthode;
- la richesse des outils utilisés;
- l'authenticité dans l'appartenance;
- l'objectivité dans la recherche de la vérité;
- l’indifférence par rapport aux subsides du monde matériel d’ici-bas.
Il n'est donc pas étonnant qu'il demeure le père spirituel
de plusieurs générations d'étudiants, de chercheurs et
d'enseignants ayant puisé, directement ou indirectement,
dans son immense savoir.
Nous lui devons alors le minimum d'efforts qu’il nous a
consacrés et ce serait lui rendre justice que de le dire car
il nous a habitué à la recherche au long cours caractérisée
par la foi inébranlable dans l'investigation, le recul et la
sagesse dans l'appréciation et la formation du jugement,
et le souci de l'objectivité dans la collecte de la matière
historique.
Le Professeur Mohamed Ould Maouloud Ould Daddah, a
incontestablement laissé des empreintes indélébiles, dans
le cœur et l'esprit de ceux qui ont eu la chance de le
connaître et de puiser de son savoir si vaste.
Le caractère exceptionnel de ce chercheur, son charisme
scientifique, sa connaissance encyclopédique et son tempérament à la fois facile et inaccessible, tous ces éléments
réunis, ont gravé ces empreintes et permis aux conclusions, déductions, avis et jugements de Chenavi, de s'imprimer quelque part dans notre âme profonde, constituant
ainsi une partie intégrante de notre manière d'apercevoir
les choses et de les aborder.
Par la profondeur de sa vision et l'acuité de son jugement,
la patience dont il fait montre dans la collecte des éléments constitutifs de la matière historique, il a su guider
les pas de plusieurs générations d'amateurs et d'initiés, à
travers le labyrinthe de la recherche historique, non seulement dans notre pays mais aussi dans la sous- région.
Celui qui aborde pour la première fois Mohamed Ould
Maouloud Ould Daddah, tout comme celui qui ne le
connaît pas, peut avoir l'impression qu'il est prétentieux,
voire condescendant.
La conclusion du chercheur
islamologue français (Denis
Grill) alias Cheikh Daoud, qui
est lui-même un Soufi par sa
vocation et par sa spécialité,
constitue à cet égard la meilleure illustration des dons de
cet homme qui dispose d'un
savoir exceptionnel et d'une
capacité extraordinaire à suivre l'évolution des sciences,
quand il décrit le phénomène
"Chenavi" lorsqu'on a visité
son Temple scientifique à
"Ain Salama", au courant de
l'été 2001, en disant:
" C'est encore une autre curiosité de la Mauritanie de
constater que le chercheur se
retire dans cette bourgade
lointaine et qu'il puisse en même temps prendre connaissance des plus récentes théories dans le domaine des
sciences humaines".
Tel est le phénomène Chenavi qui s'impose à travers ses
ramifications au niveau mondial par la qualité des travaux
qu'il a publié dans plusieurs revues scientifiques occidentales homologuées, au cours des décennies antérieures.
Je saisis cette opportunité, pour lancer au nom du LERHI
de l'Université de Nouakchott, un vibrant appel à tous
ceux qui s'intéressent à la recherche et ceux qui sont jaloux pour l'histoire du pays, que ce soit au niveau des institutions ou des individualités, pour la conjugaison des
efforts, afin d'aider ce chercheur exceptionnel, à publier
le résultat de ses recherches, dont il vient d'achever la
conception et la collecte.
Par la parution de " cette encyclopédie silencieuse" qui
renferme les observations, commentaires, conclusions et
analyses prospectives de Chenavi, et sa mise à la disposition du public dans les rayons des bibliothèques, nous
aurons contribué à conserver et à valoriser le fruit de son
labeur, pendant plus de cinq décennies.
Enfin j'adresse mes sincères remerciements à la " Fondation AI El Beït Tigoumati" pour son heureuse initiative,
modeste dans sa forme mais profonde dans sa signification, et nous avons bon espoir que d'autres institutions ou
organismes publics ou privés suivent cet exemple afin
d'accorder les honneurs et la distinction aux compétences
et symboles de dimension nationale, dans le but de récompenser le mérite, d'encourager l'innovation et d'impulser la production scientifique.
Mes félicitations au Professeur et au Maître des générations de chercheurs et d'étudiants, Monsieur Mohamed Ould Maouloud Ould Daddah, pour cette
distinction méritée.
Mes remerciements vont également à la Fondation AI El
Beït Tigoumati, pour ce geste précurseur auquel elle nous
a habitués.
Mes félicitations aux chercheurs mauritaniens, pour cette
distinction en laquelle ils se reconnaissent tous, et qu'ils
doivent méditer pour promouvoir l'émulation positive au
Mais cette impression s'efface vite pour laisser la place à service de la Nation.
une personnalité complexe qui combine l’humilité du savant, l'affection du père, l'effacement du mystique, la mé- Docteur Mohamedou Mohameden Meyine
ditation du philosophe et la fierté du fils du désert si Directeur du Laboratoire des Etudes et
jaloux de sa dignité et intraitable par rapport à ce qu'il Recherches Historiques (LERHI)
pense être la vérité.
Email : meyine @ yahoo.fr
N° 673 du 12 Septembre 2012
Tél.: 3633 2479 (portable)
45254919 (domicile)
Email : meyine @ yahoo.fr
B.P : 1588/Nouakchott /RIM
(Hôtel El Khater Nouakchott, le 6 septembre 2006)
Pour avoir des informations sur
la Mauritanie, consultez:
www.mauritanidees.fr
7
ACTUALITÉ
NOUAKCHOTT
Enième campagne d’assainissement
De nouveau, les autorités administratives et municipales se sont lancées dans une nouvelle campagne
pour ‘’mettre de l’ordre’’ dans la capitale Nouakchott
et nettoyer ses grandes artères.
L’opération fait apparemment suite à une visite ‘’inopinée’’ ou ‘’provoquée’’ du président de la République à
une mare dans le quartier communément appelé ‘’cité
Maaouiya’’ ou SOCOGIM-Plage.
Dégouté par l’envahissement du quartier par les eaux des
dernières pluies de Nouakchott, il a ordonné tout de suite
à son gouvernement d’entreprendre une action rapide
pour ‘’assécher’’ la ville et donner à la capitale un autre
visage. Le traitement des eaux de pluie relève de la compétence du ministère de l’intérieur qui, généralement,
confie la mission aux sapeurs pompiers, sans grand succès. Cette fois-ci, le gouvernement a mis d’autres moyens
matériels et humains pour venir à bout de ce ‘’désastre’’
qui passait presque inaperçu les années précédentes. Bien
qu’il ne s’agit pas de la première opération ‘’coup de
poing’’ à Nouakchott. Tout le monde se rappelle encore de
la campagne menée au temps de Maaouiya, et pour laquelle, il avait utilisé l’armée pour détruire toutes les
constructions illégales pour dégager la voie publique.
Pour que, peu de temps après, les gens reviennent aux
mêmes pratiques, au vu et au su de l’administration qui
n’avait pas fait bouger le plus petit… D’autres actions seront menées dans la même direction. Sans succès ! Quelque
chose a-t-il changé entretemps ? Pas grand-chose…
Hamza sollicité
Contrairement à ce qu’on pouvait penser, la communauté
urbaine n’a pas été associée à la conception de l’opération. Son président, un opposant issu du RFD d’Ahmed
Ould Daddah et qui a toujours brandi haut et fort son appartenance politique, n’a jamais caché qu’on lui mettait
des bâtons dans les roues de la part du pouvoir. Particulièrement son chef, le président Aziz qui, lui, aurait même
dit ouvertement qu’il ne va pas laisser le président de la
CUN faire un boulot qui allait être comptabilisé pour
l’opposition. Exit les considérations juridiques. La poli-
MINISTÈRE DES FINANCES
Nouveau souffle
tique politicienne
passe avant toute
autre chose. Ould
Hamza a bien
compris
qu’il
n’était pas ‘’normal’’ aux yeux
d’un pouvoir qui
s’en fout éperdument des autres.
Ceux-là mêmes
qui s’opposent à
lui. Et laisse,
comme il a l’habitude de le dire,
‘’les choses passer’’. En attendant qu’il soit délivré du
‘’calvaire’’ : la présidence de la communauté urbaine de
Nouakchott. Mais les élections tardent à venir… Et le président Hamza rêve d’être associé à quelque chose, surtout
s’il lui revient de droit et qu’on le laisse , enfin, accomplir
son boulot.
C’est, semble-t-il, la garantie que lui a donnée le premier
ministre au cours d’un comité interministériel, en demandant à tous les ministres de mettre leurs services à sa disposition pour ‘’nettoyer’’ les grandes artères où vendeurs
ambulants et autres exposants considèrent comme espace
dédié à leur commerce. Dans ce cadre, le gouvernement
à mis à sa disposition 120 éléments des forces de l’ordre
: 40 gendarmes, 40 gardes, 40 policiers. Ould Hamza s’est
mis tout de suite au travail dans les quartiers chauds : capitale, Tevragh Zeina, mosquée marocaine, Sebkha…
Son objectif est très simple, faire déguerpir les vendeurs
de rue et autres gens encombrants. Une opération qui se
poursuit depuis quelques jours, qui donne déjà ses fruits
mais qui peut ne pas échapper à la règle du passé. Surtout
que la communauté urbaine ne dispose pas de police municipale et demeure à la merci de l’humeur gouvernementale.
Rien ne garantit donc la pérennité de l’opération de nettoyage et de propreté de Nouakchott, tant qu’elle ne s’est
pas transformée en pratique quotidienne régulière chez
les populations et chez l’administration.
La Haute Autorité de la Presse et de l’Audiovisuel, institution essentielle pour la démocratie, semble vouloir reprendre plus de force.
Sous l’impulsion de son nouveau président, la HAPA retrouve en effet une bonne partie de l’entrain de ses premières années. Hamoud Ould Mhamed a d’abord
entrepris d’intenses contacts avec tous les partenaires de
son institution : syndicats et associations de journalistes,
entreprises de médias publics et privés, société civile,
partis politiques, autorités publiques. Il s’agissait de réaffirmer le souci de la HAPA de reprendre pleinement la
mission qui est la sienne dans un esprit d’ouverture, de
responsabilité et d’indépendance.
La HAPA a entrepris également des contacts nourris avec
les autres autorités de régulation afin d’affiner ensemble
les principes de la régulation et de créer une sorte de pont
commun entre les différentes AAI (Autorités Administratives Indépendantes). Elle a organisé, à cet effet, un séminaire qui a vu la présence des différents acteurs de la
régulation et qui a donné lieu à de nombreuses conférences, exposés et débats.
Le nouveau Président de la HAPA a également entrepris
différentes autres actions comme le lancement du site
Web de l’organisme, l’élaboration du bulletin qui est une
obligation réglementaire (il est sur le point d’être imprimé), tout comme il a décidé de regrouper les différents
services de la HAPA, hier encore éparpillés, dans deux
bâtiments éloignés l’un de l’autre. Le nouveau siège de la
HAPA situé prés des pompiers, face à l’ANAPEJ, est
assez vaste et assez fonctionnel pour réunir tous ses services.
Enfin, il semble bien que les divergences ayant pendant
longtemps entrainé l’immobilisme au sein de la HAPA
sont dorénavant dépassés.
Espérons donc que la HAPA saura continuer sur le même
rythme…
Il s’agit d’un instrument de pilotage du budget qui permet de : contrôler mensuellement et a postériori le volume des recettes et des dépenses ; analyser l’évolution
des ressources-emplois ; de maitriser l’exécution du
budget et de procéder à une gestion prévisionnelle des
ressources et charges publiques.
Il s’agit là d’un effort de transparence jamais égalé dans
la stratégie « publication des données de la gestion de nos
finances publiques ». Nos parlementaires pourront ainsi,
désormais étayer leurs observations par des aspects de
calculs plus fiables.
La Situation
mensuelle de Trésorerie de l’Etat (SMT)
Les Comptes Publics sur le site web du Trésor
Dans le but de rendre plus accessible à l’opinion nationale
et internationale l’évolution des finances publiques mauritaniennes et de confirmer ainsi la volonté de l’Etat d’être
transparent dans la gestion de ses affaires, en conformité
avec l’engagement pris par le Président de la République
à son accession au Pouvoir, le Ministre des Finances vient
de publier une circulaire (n° 15/72 du 6/9/2012) informant les membres du gouvernement de la mise en ligne
électronique (www.tresor.mr) de l’ensemble des données
permettant d’avoir une opinion précise sur l’état des
comptes de la nation.
Cet effort a été obtenu grâce aux multiples mesures d’assainissement des fonctions financières de l’Etat et de modernisation de ses outils de gestion comptable, entreprises par
la Direction Générale actuelle du Trésor et de la Comptabilité Publique (DGTCP) et son équipe sous l’impulsion et la
supervision du Ministre chargé des Finances.
Les informations financières et comptables, désormais
disponibles sur le site web précité, à l’intention du public
mauritanien et des Partenaires Techniques et Financiers
(PTF) de la Mauritanie, sont importantes puis qu’elles
concernent les indicateurs macro et micro économique
suivants :
Le Tableau des Opérations
financières de l’Etat (TOFE)
HAPA
Le Rapport sur les Opérations
Financières de l’Etat (ROFE)
Ce document est élaboré en deux temps (le premier semestre et annuel). Il décrit l’évolution des masses budgétaires et mesure les performances obtenues par rapport
aux indicateurs du programme d’exécution convenu avec
le FMI.
Les informations fournies par ce document permettent de
vérifier si nos finances publiques sont gérées de manière
transparente et en accord avec les bailleurs de fonds.
Les derniers communiqués des bailleurs de fonds parus
sur l’économie mauritanienne sont jugés satisfaisants,
même si des efforts restent encore à fournir.
Ce document qui est mensuel, permet de donner un éclairage sur les flux de trésorerie relatifs : à la position nette
du gouvernement ; au solde du Compte Unique du Trésor
à la BCM ; au solde du Fonds National des Revenus des
Hydrocarbures ; aux encours des bons du trésor et des
obligations cautionnées.
Les informations obtenues dans ce document permettent
de mesurer le degré de solvabilité de l’Etat. Ceux qui tiennent à une information fiable doivent tout simplement cliquer sur ce document tout à fait accessible et mis à jour
régulièrement.
Le Rapport sur les Revenus Pétroliers (RRP)
Ce document permet au public d’être régulièrement
informé sur : le volume de la production pétrolière ;
sur le quota de partage de la production entre les différents intervenants ; les ventes effectuées ; enfin le
volume des recettes pétrolières revenant à l’Etat et les
retraits effectués par le trésor public.
Par ailleurs suite à l’adhésion de la Mauritanie à l’initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE),
le site permet également de donner
une situation exhaustive des recettes Suite en page 10
N°673 du 12 Septembre 2012
8
ACTUALITÉ
SOUS LE SIGNE DE « L’INTÉGRATION NATIONALE ET DE LA JUSTICE SOCIALE »
Le MPR fête son 3 ème anniversaire
Le Mouvement pour la Refondation(MPR) a
célébré, le dimanche 9 septembre, son troisième anniversaire par l’organisation d’une
série de manifestations à La Case. Des militants, sympathisants et cadres de ce parti ainsi
que des représentants de formation politique
issus de l’opposition et de la majorité ont été
conviés à cette cérémonie.
Cet anniversaire a été placé sous le signe
de « l’intégration nationale et de la justice
sociale ».
Dans son adresse à ses militants, Kane Hamidou Baba, président du MPR, a déclaré qu’il
reste « favorable à la poursuite du dialogue
avec l’opposition considéré comme radicale,
et ceci, sans aucun préalable ».
Selon kane, en matière d’équité électorale, le point de départ réside dans l’élaboration d’un fichier électoral complet, fiable et incontesté ».Regrettant les lenteurs
constatées dans la mise en place des bureaux d’enrôlement à l’étranger, le MPR a exhorté le gouvernement à
permettre à nos compatriotes de bénéficier d’un égal traitement mais aussi à « rendre financièrement accessible
les papiers d’état civils pour les nationaux ».
Le retour de la Mauritanie dans la CEDEAO s’impose,
de l’avis de Kane, «comme un impératif d’intégration ré-
gionale et de mutualisation des efforts».
Le président du MPR a souligné que « bien de questions
sociales piétinent encore » avant d’inviter les mauritaniens à « revoir le rapport du militaire à la politique ». Il
a qualifié la question du passif humanitaire « d’éminemment politique ».La recherche de solution durable ne saurait, à son avis, être l’affaire des seuls hommes en
uniforme.
Enfin, Kane a annoncé la tenue du prochain congrès de sa
formation politique avant la fin de cette année.
EXPO
La culture populaire de la
Mauritanie s’affiche au Musée
Sidi
Moctar
Ould Mohamed
Boya
expose
jusqu’à la fin du
mois de septembre les traditions
orales de la
Mauritanie au
Musée National.
Contes, légendes
et sagesses populaires sont représentés sur des
tableaux fortement colorés.
Des similitudes
avec la culture
égyptienne sont signalées par le directeur du Centre culturel égyptien, Docteu Khaled Kharib qui soutient la manifestation.
L’événement est parrainé par l’Union des artistes plasticiens de Mauritanie (L’UAPM) qui œuvre depuis
quelques années pour le développement des arts plastiques dans notre pays. Un important programme axé sur
la formation, le management, les échanges entre artistes
et la coopération internationale est mis en place.
L’année dernière, L’UAPM a bénéficié d’un atelier
animé par un professeur de l’école des Beaux-Arts de
Paris, par le biais de l’Ambassade de France en Mauritanie. Idem pour la représentation diplomatique des Etats –
Unis d’Amérique qui a déplacé à Nouakchott une artiste
de renommé mondiale, Michelle Cavalcanti dont le travail a été impressionnant. Signalons, enfin, que l’association des artistes mauritaniens bénéficie du concours du
ministère de la Culture qui l’appuie financièrement depuis l’année dernière.
Yero Amel Ndiaye
N
ou
v
ea
u
SALAM
TRANSPORTS
Nouvelle Ligne
Nouakchott-Dakar
et
Dakar-Nouakchott
Départ Nouakchott: tous les
dimanche à 7 heures du matin.
Départ de Dakar: tous les
lundi à 23 heures.
N° 673 du 12 Septembre 2012
9
ELIMINATOIRES CHAN 2014
SPORT
Liberia vs Mauritanie
Les Mourabitoune découdront en préliminaire des éliminatoires du Championnat d’Afrique des Nations 2014 réservés aux locaux, dont la phase finale se déroulera en
Afrique du Sud, le Liberia, suite au tirage au sort effectué
jeudi 6 septembre. La Manche aller est programmée le 30
Novembre, le 1er ou le 2 décembre au Antonette Tubman
Stadium de Monrovia. Tandis que celle retour aura lieu
les 14, 15 ou le 16 décembre 2012, à Nouakchott .Le
vainqueur de cette rencontre croisera le Sénégal, au
premier tour.
Pour cette rencontre, les Mourabitoune pourraient ne pas
aligner bien de leurs cadres: Ely Cheikh Voulany dit
Eto’o, Ba Mohamed Yacoub et Samba Abdallahi Moussa
sont en pourparlers avancés avec des clubs saoudiens et
anglais. Les négociations sont à un stade avancé, selon
leurs proches.
Loin d’être une foudre de guerre, le Liberia renait de ses
cendres après la guerre civile fratricide. Ils sont actuellement à la 111 ème place du classement FIFA. Ayant disposé de grands footballeurs talentueux, George Weah,
meilleur buteur de la sélection avec 22 réalisations, James
Debbah, Kelvin Sebwe (recordman des sélections (73),
Prince Daye, Edward Dixon…, le Lone Stars du Liberia
n’a pu se hisser au sommet africain ou mondial.
Sur un autre plan, les Mourabitoune et le Lone stars se
sont mesurés à quatre reprises. Les libériens s’en sortent
avec deux victoires, une défaite et un nul. La dernière
confrontation entre les deux équipes s’était soldée par une
victoire des partenaires de George Weah 2 buts à O, à
Monrovia après un nul de un but partout au stade olympique, pour le compte des éliminatoires de la CAN 1996.
La
première renc o n t r e
entre les
deux sélections s’était
déroulée
en1986, au
stade Sam u e l
Kayon Doe
Sports Complex, pour le compte du tour préliminaire. Les
libériens s’imposent à l’aller 3 buts à 1.A la manche retour, les Mourabitoune s’imposent 3 buts à O et se hissent au premier tour. Ils seront éliminés par l’Algérie
(4 à O; 1-1).
Enfin, lors du tirage au sort qui a été effectué au siège de
l’organisation au siège de la CAF par le secrétaire général, Hicham El Amrani, Il s’est agi, selon le site de la
CAF, « de définir les rencontres zone par zone ». Rappelons que la Zone Nord a droit à 2 qualifiés, la Zone Ouest
A, également à 2 qualifiés, les Zones Ouest B, Centre,
Centre-Est et Sud à trois qualifiés chacune. Toutefois,
pour la Zone Sud l’Afrique du Sud, pays organisateur, est
inclus parmi les trois représentants.
« Pour la première fois un classement spécifique a été
établi sur la base des résultats des deux premières éditions (2009 et 2011) qui a permis d’établir des têtes de
série et les équipes appelées à jouer un tour préliminaire
quand nécessaire », fait remarquer l’instance du football africain.
MANCHE ALLÉ DES ÉLIMINATOIRES DE LA CAN U17
Des Mourabitoune héroïques
Transcendés et pratiquant un jeu limpide, les Mourabitoune cadets se sont largement imposés, samedi 8 septembre, au stade olympique, avec l’art et la manière 5
buts à 2 face à la Libye, en manche aller des éliminatoires
de la CAN U17. Soutenus par tout un public acquis à leur
cause, les cadets ont montré leur meilleur visage et se
sont donnés à cœur joie, au cours d’un festival offensif.
Balisant le chemin à ses coéquipiers, Youssouf Gaye, véritable homme du match et auteur d’un hatrick, 9 mn, à la
35mn et 45mn s’est dépensé sans compter, au cours de
cette partie palpitante. Les Mourabitoune ont dominé les
libyens dans tous les compartiments du jeu, réduisant à
néant leurs velléités offensives. Se trouvant dans de meilleures dispositions tactiques, les Mourabitoune ont complètement maîtrisé la partie avec une bonne circulation
de la balle, une meilleure visibilité dans le jeu. Dés lors,
les protégés de Sid’Ahmed Ould Ghassoum se lancent
dans l’offensif. Sy Abdellahi marque, le quatrième but
des Mourabitoune à la 61mn avant que Mohamed Vall
ould Mohamed El Kory ne ferme à la 84mn la marque.
Les libyens avaient réduit le score à la 31 mn par le biais
de Eyoub Amber et Moheïd Mougueid à la 86mn. Le
score aurait pu être bien lourd tant les Mourabitoune ont
raté plusieurs occasions franches. Néanmoins, cet exploit
à domicile ouvre de nouvelles perspectives à nos cadets
qui envisageront la manche retour qui se déroulera au
Maroc pour des raisons de sécurité, dans de meilleures
dispositions. Cette superbe victoire scelle, enfin, la réconciliation de la sélection avec son public, sevré de victoires, depuis un certain temps.
Rassemblés par Saydou Nourou T.
N°673 du 12 Septembre 2012
10
ÉCONOMIES
BOURSE
CONTENUS NUMÉRIQUES
La Bourse de Paris évoluait sur une note stable lundi à la
mi-journée (+0,08%), reprenant son souffle après avoir
salué les mesures de la BCE et dans l'attente de nombreux
rendez-vous dans la semaine dont une réunion de la
banque centrale américaine.
A 12H16 (10H16 GMT), l'indice CAC 40 prenait 2,83
points à 3.521,88 points, dans un volume d'échanges de
776 millions d'euros.
Les analystes chez Saxo Banque misent sur "une séance
de temporisation après les forts gains enregistrés en fin
de semaine dernière".
Le CAC 40 a accueilli très positivement les annonces
jeudi dernier de la Banque centrale européenne (BCE),
destinées à soutenir la zone euro via des rachats illimités
de dette publique.
La prudence des marchés est également alimentée par
l'absence de tout indicateur majeur en cours de séance,
tant en Europe qu'aux Etats-Unis.
Le produit intérieur brut (PIB) de l'Italie s'est toutefois
contracté plus que prévu au deuxième trimestre avec une
baisse de 0,8%, selon des chiffres définitifs diffusés lundi.
Les marchés se préparaient surtout à une semaine riche en
événements, avec mercredi la décision de la Cour constitutionnelle allemande sur le futur fonds de secours européen et les élections aux Pays-Bas, ainsi que la fin de la
réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed) jeudi.
"Les investisseurs restent concentrés sur les politiques
monétaires et sur la capacité des banques centrales à +relancer+ la croissance mondiale", indiquent les économistes chez les courtier Aurel BGC.
Ils ajoutent que les espoirs d'une action de la Fed sont
grands, surtout depuis les mauvais chiffres de l'emploi
publiés vendredi dans le pays.
Parmi les valeurs, plusieurs banques profitaient encore de
l'optimisme en zone euro après la BCE. BNP Paribas prenait 2,67% à 38,79 euros, Crédit Agricole 3,33% à 5,52
euros et Société Générale 1,96% à 24,97 euros.
Eiffage (+2,15% à 25,44 euros) bénéficiait de propos de
son nouveau PDG Pierre Berger aux Echos, assurant que
Après une
décennie de
bagarres homériques et
de révolutions technologiques, le
paysage des
contenus numériques
semble pacifié. La nouveauté majeure : nous acceptons de payer.
Mais les contenus sont-ils pour autant le nouvel Eldorado
numérique ? Une infographie a passionné les marketeurs
du Net, et probablement désespéré les défenseurs du Web
libre et du tout gratuit. Celle de Business Insider, "L'ascension des contenus 4.0" qui veut en une infographie
optimiste démontrer que les contenus en ligne sont enfin
rentables, propulsés par des utilisateurs enfin consommateurs, et à peu près disciplinés.
Pour mémoire, après le Web 2.0 des réseaux et applications partagées, et le web 3.0 ("les machines nous comprennent"') appelé parfois aussi Web au carré, le Web 4.0
intègre dans le nuage infini de stockage partagé du
"cloud" tous les contenus, et les contenus numériques 4.0
seraient alors cette rivière de contenus toujours disponibles pour être téléchargés, visionnés, et consommés depuis une multitude d'écrans et machines récepteurs
(tablettes, smartphone, télévision, etc.), moyennant un
micro-paiement ou un abonnement.
Business insider explique par cinq facteurs son optimisme. Le plus frappant : les consommateurs seraient
enfin prêts à payer ce qui pendant une décennie a été gratuit. "Nous apprécions le côté pratique". "Nous avons été
formés aux procédures du micro-paiements par les jeux
vidéo et le mobile." "Nous acceptons l'idée que la qualité
a un prix, grâce aux modèles Freemium (NDLR : version
de base gratuite, services supplémentaires payants). "Nos
options sont plus limitées", les distributeurs de contenus
(dont les pirates) quittant ou étant boutés hors du tout gratuit.
Bourse de Paris marque une pause, à l'orée d'une semaine riche
MINISTÈRE DES FINANCES
Les Comptes Publics sur le site web du Trésor
extractives versées dans le compte courant du trésor public. Il s’agit là d’une volonté jamais égalée de mettre à la
disposition de nos citoyens des informations leur permettant de mieux contrôler la gestion de nos ressources pétrolières et minières.
Communication
sur les adjudications des Bons du Trésor
Le Trésor Public gère avec la BCM de manière transparente le recours au financement sur le marché local : Le
communiqué d’adjudication informe régulièrement les
soumissionnaires sur : les montants et dates des émissions
; la date limite de dépôt des offres ; les échéances proposées ; et la date de règlement des montants adjugés.
Le site permet de mettre à la disposition des soumissionnaires intéressés par ces appels de fonds, toutes les informations qui leur permettent de déposer leurs offres en
connaissance de cause.
Il s’agit d’un effort du respect constant des principes de
libre accès, d’égalité de traitement des candidats et de
transparence dans le choix des bailleurs de fonds.
D’autres informations, suivantes, relatives à l’exécution
budgétaire et comptable sont disponibles sur le site précité. Pour les dépenses courantes, les informations
concernent : l’identification selon l’objet, la référence du
dossier et l’étape franchie au niveau de l’Ordonnateur
principal, du Contrôleur Financier Ministériel et du Tré-
N° 673 du 12 Septembre 2012
le résultat net sera en "nette croissance" sur l'année.
LVMH (+0,41% à 133,40 euros) n'était pas affecté par le
tollé provoqué par le patron du groupe, Bernard Arnault,
qui a demandé la naturalisation belge. M. Arnault a tenté
dimanche de désamorcer la polémique, réaffirmant qu'il
continuera à payer ses impôts en France, en plein débat
sur les projets fiscaux du gouvernement.
Vallourec (-3,84% à 35,79 euros) était affecté par un
abaissement de recommandation de "neutre" à "vendre"
par la banque suisse UBS.
PSA Peugeot Citroën perdait 0,30% à 6,42 euros. Le rapport commandé par le gouvernement pour évaluer la situation du constructeur automobile laisse "en suspens" la
question de la fermeture de son usine d'Aulnay-sousBois, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier.
Faurecia perdait 4,00% à 14,15 euros. L'équipementier
va lever 220 millions d'euros via une émission d'obligations à option de conversion et/ou d'échange en actions
nouvelles ou existantes (OCEANE).
Enfin, NYSE Euronext perdait 1,16% à 20,10 euros, affecté par la chute de ses volumes de transactions sur ses
marchés européen et américain.
Les internautes enfin prêts à payer
sorier Payeur Général. Les usagers de l’administration
peuvent ainsi avoir accès, à tout moment, à ces informations électroniques sans aucune tracasserie
jusqu’au paiement. Il s’agit là aussi d’un effort non
négligeable de simplification des procédures administratives et financières, comparativement à l’opacité du
système précédent.
Au niveau de l’exécution de la Loi des Finances, la
consultation du site permet également d’avoir des tableaux de synthèse des dépenses exécutées par entité dépensière et leurs différents démembrements (cabinet,
direction, établissement public, projets et autres structures
rattachées) par type de budget (Fonctionnement, Investissement et Comptes spéciaux du Trésor) et par nature
économique.
Ainsi nos parlementaires seront informés, en temps réel,
du niveau d’exécution des lois de finances. Les questions
orales et écrites formulées à l’occasion des débats budgétaires seront, désormais, plus fondées sur des éléments
comptables avérés que sur des informations approximatives ou erronées.
Dans un proche avenir le Ministère des Finances compte
mettre en ligne d’autres informations utiles : Il s’agit de
l’état de recouvrement des recettes fiscales et non fiscales
du secteur minier (SNIM,TASIAST, MCM) et de l’état
d’exécution des dépôts des Etablissements Publics et
Suite de la page 7
Agences Nationales. Ceux-ci pourront consulter leur
compte à distance et tirer, au besoin, un relevé de compte
au moyen de leur propre code d’accès.
Pour maintenir le cap de la modernisation des outils de
gestion financière de l’Etat, il est prévu, après l’institution du Compte Unique du Trésor consécutive à la clôture
systématique des comptes divisionnaires des EPA et régies d’avances, anciennement ouverts dans les livres de la
BCM, de développer avec l’aide des PTF d’autres outils
permettant de mieux gérer la trésorerie de l’Etat et de
mieux anticiper ses besoins de financement à court et
moyen terme. L’admission du Trésor Public aux échanges
interbancaires, permet enfin aux chèques trésor, d’être
admis à la chambre de compensation et acceptés par les
banques primaires de la place.
Il s’agit là d’une importante innovation inédite qui donne
une certaine crédibilité à l’Etat.
Tous ces acquis, vérifiables sur le terrain, ont été obtenus
sous la Présidence de Mohamed Ould Abdel Aziz, et la
direction du gouvernement dirigé par le Dr Moulaye
Ould Mohamed Lagdaf, Premier Ministre.
Ainsi, l’accès des citoyens aux informations de base font
partie des promesses électorales de Monsieur le Président
de la République.
10/9/2012
HN.KAN
11
INTERNATIONALES
SYRIE
Le nombre de réfugiés dépasse 250.000 personnes dans la région
Le nombre de réfugiés syriens a dépassé 250.000 personnes, a déploré mardi le Haut-commissariat de l'ONU
pour les réfugiés (HCR), tandis que le chef du HCR, Antonio Guterres, et son émissaire spéciale, Angelina Jolie,
se trouvent actuellement en Jordanie.
"Les derniers chiffres montrent que plus d'un quart de
million de réfugiés syriens (253.106 personnes) ont maintenant été enregistrés, ou attendent d'être enregistrés, dans
la région", a déclaré un porte-parole du HCR à Genève,
Adrian Edwards.
En Jordanie, le HCR a comptabilisé 85.197 réfugiés, dont
35.961 attendent d'être enregistrés.
Face à cette situation, le HCR a décidé d'envoyer sur
place M. Guterres et l'actrice américaine Angelina Jolie,
cette dernière étant arrivée dans la nuit en Jordanie.
A son arrivée, Mme Jolie, accompagnée de militaires jordaniens, a visité des familles récemment arrivées à la
frontière jordanienne.
Mardi, les deux hauts responsables du HCR doivent visiter les réfugiés du camp de Al-Zaatri. Ils rencontreront le
roi Abdallah II de Jordanie, le Premier ministre Fayez Tarawneh et le ministre des Affaires étrangères Nasser
Judeh. Pour sa part, un porte-parole de l'Organisation
mondiale de la santé, Tarek Jasarevic, a indiqué que
l'OMS souhaitait renforcer ses activités à Homs où "la situation est grave et continue de se détériorer".
La situation est d'autant plus inquiétante selon l'OMS que
l'hiver approche.
A Alep, la deuxième ville de Syrie, théâtre de violents
combats entre armée régulière et insurgés, l'eau potable a
été rétablie mardi après des bombardements à l'aube sur
plusieurs quartiers de la ville, selon des témoins et l'Obervatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
"La ville est étonnamment calme en ce moment", a affirmé mardi matin un habitant à l'AFP alors que la veille
139 personnes ont été tuées dans le pays, dont 30 à Alep.
FUSILLADE AU MALI
"Les rebelles ont tenté d'entrer durant trois jours à Midane
(centre). Hier (lundi) vers 22H00 (19H00 GMT), l'armée
a mené une opération et les a repoussés vers le nord, vers
Boustane al-Bacha", a expliqué le résident.
Par ailleurs, l'acheminement de l'eau potable a repris
après la réparation de la principale canalisation détruite
pendant le week-end. Les deux parties se sont accusées
mutuellement d'être à l'origine de cette destruction.
Cependant, la pénurie se poursuivait dans le nord-est de
la ville, notamment à Boustane al-Bacha un quartier
contrôlé part les rebelles.
L'OSDH a fait état d'un bombardement des quartiers rebelles comme Hanano, Chaar, Karm al-Mayssar et Haydriyé, dans l'est de la ville, et un rebelle a été tué à l'aube
durant les combats. Dans la capitale, une explosion a secoué le quartier de Mazzé (ouest) alors que des affrontements ont opposé les forces gouvernementales et les
rebelles à Barzé (nord-est), selon l'Observatoire.
Un homme a été tué à Douma, dans la banlieue nord-est
et un enfant a trouvé la mort à la suite de la chute d'un
obus de mortier dans la banlieue de Damas.
Nouakchott en colère, les enquêteurs sur le terrain
Des enquêteurs désignés par le gouvernement malien se
sont rendus lundi dans la zone de la mystérieuse fusillade
ayant fait 16 morts, dont huit Mauritaniens, et suscité la
colère de la Mauritanie qui a dénoncé un "assassinat collectif" et exigé une enquête indépendante.
Selon un gendarme malien, "une mission nationale composée de gendarmes, de militaires et de civils" s'est rendue lundi dans la journée à Niono (centre du Mali),
département où est située la localité des faits, Diabali.
Elle y a été dépêchée "pour l'enquête sur l'affaire de Diabali" et devait se rendre sur place, a-t-il dit.
Pour éviter une tension avec son voisin, le Mali avait annoncé cette enquête, en promettant d'en rendre les résultats publics au Mali comme en Mauritanie, ainsi que
l'envoi à Nouakchott de son chef de la diplomatie, Tièman
Coulibaly. M. Coulibaly n'y était pas encore arrivé lundi
soir, selon des sources concordantes mauritaniennes.
Selon le gouvernement malien, il sera chargé d'exprimer
"de vive voix" aux autorités mauritaniennes "la compassion et les regrets" du Mali après la fusillade de Diabali
survenue dans la nuit de samedi. Bilan: huit Maliens et
huit Mauritaniens tués.
Bamako avait dit ses regrets, sans se prononcer sur les
circonstances de cette fusillade, l'identité des tués et les
auteurs des tirs.
Dans un communiqué au ton peu diplomatique, Nouakchott a affirmé que les personnes tuées étaient des "prédicateurs musulmans" et "désarmés". Il a dénoncé un
"assassinat collectif injustifiable" et exigé "une enquête
indépendante" en demandant à y être associé.
Selon
un
responsable
à
Nouakchott, des
militaires
mauritaniens
ont
reçu mission
de se rendre
au Mali par
la route pour y récupérer les corps des Mauritaniens.
Ces dernières 24 heures, des Mauritaniens ont organisé
devant la présidence à Nouakchott deux manifestations
de protestation contre la tuerie et réclamé des sanctions
contre ses auteurs.
"Erreur", "regrettable"
Plusieurs zones d'ombres subsistaient lundi autour de
cette fusillade, qui s'est déroulée à environ 400 kilomètres
au nord-est de Bamako, très au sud de la limite des zones
contrôlées depuis plus de cinq mois par plusieurs groupes
islamistes armés, dont Ansar Dine et le Mouvement pour
l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), alliés
d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Dimanche, diverses sources maliennes avaient expliqué à l'AFP que
l'armée malienne avait tiré, de nuit, sur le véhicule de présumés islamistes ayant refusé d'obtempérer, ce qui, selon
une des sources, a poussé l'armée à les traiter "comme des
ennemis". Un responsable malien avait précisé qu'il
s'agissait de membres de la secte Dawa, originaire du Pakistan et présente dans plusieurs pays du Sahel.
YÉMEN
Le ministre de la Défense échappe
à un attentat, 7 gardes du corps tués
Le ministre yéménite de la
Défense, Mohamed Nasser
Ahmed,
a
échappé mardi
à un attentat à la
voiture piégée
dans le centre
de Sanaa qui a
fait sept morts parmi ses gardes, ont indiqué des sources
policière et militaire.
L'attentat s'est produit à 200 mètres de l'entrée du siège du
Conseil des ministres, près du mur d'enceinte de la radio
publique, selon ces sources. L'explosion s'est produite au
passage de la dernière des trois voitures du convoi qui
transportait les gardes du ministre en treillis militaire.
Quatre corps calcinés ont été retirés des débris de la voiture qui a été pulvérisée par l'explosion, ont indiqué des
officiers des services de sécurité.
Dans un premier temps, des témoins et l'agence officielle
Saba, ont fait état de l'explosion d'une voiture piégée près
du siège du Conseil des ministres et du quartier général
de la sécurité à Sanaa. Le secteur a été bouclé par les
forces de l'ordre et des ambulances se sont ruées sur le
lieu de l'explosion, ont rapporté des témoins, tandis que
l'agence Saba a indiqué que l'explosion avait envoyé une
colonne de fumée dans le ciel.
L'attentat intervient au lendemain de l'annonce par les autorités yéménites de la mort du numéro deux d'Al-Qaïda
au Yémen, le Saoudien Saïd Ali al-Chehri dans une opération de l'armée dans l'est du pays.
ATTENTATS DU 11-SEPTEMBRE
Un 11e anniversaire
dans une relative sobriété
Les Américains
marquent
mardi le 11e
anniversaire
des attentats du
11-septembre
dans une relative sobriété
qui reflète une
forme d'apaisement progressif par rapport à cette tragédie. La principale
cérémonie est prévue à Ground Zero, le site sur lequel
s'élevaient à New York les tours jumelles du World Trade
Center. Comme chaque année depuis le drame, y seront
lus les noms des quelque 3.000 personnes qui ont péri à
New York, Washington et Shanksville, en Pennsylvanie.
Comme à chaque anniversaire également, plusieurs minutes de silence marqueront les moments où les deux
avions de ligne ont frappé les tours du World Trade Center et à l'heure à laquelle elles se sont effondrées.
Cette année cependant, ni le maire de New York Michael
Bloomberg ni aucune personnalité politique de premier
plan ne prendront la parole, comme ce fut le cas en 2011
à l'occasion du 10e anniversaire de la catastrophe.
Le président américain Barack Obama et sa femme Michelle se recueilleront en silence à l'extérieur de la Maison Blanche puis visiteront le mémorial du Pentagone.
Le vice-président Joe Biden se rendra de son côté à
Shanksville, en Pennsylvanie, lieu où s'était écrasé le vol
93 d'United airlines dont les occupants avaient résisté aux
pirates de l'air.
N° 673 du 12 Septembre 2012
12
DERNIÈRE
MAURICHRONIQUE
Maurichronique : Ministres stagnants contre eaux stagnantes…
Un comité interministériel pour les eaux stagnantes est
liorer la capacité d’absorption des départements mi- C’est aussi là une manière de fournir une réponse aux
la grande trouvaille de cet hivernage. Le Président nistériels qu’ils dirigent.
n’aime, semble-t-il, pas les eaux stagnantes. Un tour
supputations de certains quant à l’imminence d’un re-
Après ce test d’absorption, on pourrait bien les envoyer maniement ministériel. Aux propagateurs de la rumeur,
dans la capitale, et il trouve la parade pour aspirer les au charbon électoral. Cela absorbe, aussi, le charbon. se justifiant, alors, par l’opposition d’un président élu
eaux qui stagnent et qui polluent les espaces nouak-
Les élections, également. Elles absorbent.
chottois. Pour dégager une eau stagnante, il faut un
Il connaît bien ses ministres, le président de la Répu- ble’’ et maniable à l’innommable, le président saurait
à un ministre inéligible, donc nommable, ‘’dégomma-
ministre. Et, pas n’importe quel ministre, un ministre blique. Il est fort probable qu’il soit l’unique personne,
dire :
stagnant, lui, aussi.
‘’ Voyons, voyous, c’est ma manière, à moi, de faire les
en dehors, bien sûr, de leurs géniteurs, ou de leurs
On sait bien que l’équipe ministérielle actuelle stagne épouses ou époux, à les connaître avec tant de proxi- remaniements ministériels ; envoyer mes ministres
depuis l’élection de Mohamed Ould Abdel Aziz. Des mi-
mité. Jamais une autre personne n’ose se targuer de
stagnants braver les eaux stagnantes !’’
nistres élus, ou presque, en quelque sorte, tel le prési- connaître avec une telle constance les ministres actuels
En tout cas, nos ministres sont sur le front. Ils sont en
dent qui les a nommés. Certains même, parmi eux, sont
guerre contre les eaux stagnantes. Pas question de les
de la République.
des ministres putschistes. Qui étaient là, lorsqu’Aziza Peut-être que l’idée d’envoyer les ministres stagnants démobiliser. Du courage. Bravo, On ne peut alors que
délogea l’ex président.
aux eaux stagnantes serait inspirée par l’univers fami- leur souhaiter bonne chance et un triomphe des plus
C’est un match dans l’arène de la stagnance. C’est une
lial. Qui vous dit qu’un ministre, une fois revenu d’une
exaltants. Même si le résultat est connu d’avance. Vain-
manière, peut-être, de montrer aux incrédules la capa- journée de sueur publique, ne soit pas engagé à une
queur ou vaincu un ministre mauritanien contre une
cité d’absorption ministérielle, des eaux usées, bien sûr.
corvée dans la fosse d’aisances familiale ? On ne sait eau stagnante, c’est un match nul. A tous les coups.
Au moins, ils absorbent quelque chose, à défaut d’amé- jamais. Mais, le président sait.
N° 673 du 12 Septembre 2012
Mouna Mint Ennas

Documents pareils

Biladi n° 488

Biladi n° 488 N° 488 du 19 Avril 2010 - Quotidien d’informations générales

Plus en détail

Biladi n°701

Biladi n°701 agir autrement. Au lieu de lancer des chantiers chimériques qui ne trompent pas grand monde, il devrait plus tôt soigner son image à travers plus de démocratie et d’ouverture. Cela lui coûterait mo...

Plus en détail

Biladi n°685

Biladi n°685 confirmer, il risque de ne pas arranger les affaires du leader harratine dans le secret des urnes.

Plus en détail