La vérité par les photographies: corrigé

Commentaires

Transcription

La vérité par les photographies: corrigé
La vérité par
les photos
[1]
 Introduction
À quoi te fait penser le terme « Photographie » ? Réponses libres
La photographie
[2]
 Lis ce document, puis réponds à la question.
Depuis son invention, la photographie est au centre de nombreuses controverses et de
procès retentissants. Symbole de liberté et de droits individuels, mais aussi de pouvoir
et d’argent, la photographie est régulièrement confrontée aux autorités, à la censure
ou à la manipulation.
Une photographie peut susciter bien des questionnements, lesquels ?
-
La véracité d’un message et l’authenticité d’un tirage photographique ;
Les droits d’auteur ;
La question de ce qui est moralement photographiable ou non ;
Le pouvoir politique des images et de leurs contrôles ;
Les valeurs que véhiculent les médias à travers les images ;
Etc…
[3]
 Parmi ces photos, à ton avis, lesquelles ne sont pas retouchées ? Aucune
[4]
[5]
Dans la publicité, la mode, etc. les photos sont souvent, voire toujours,
retouchées. Avec les outils numériques, la retouche photo semble accessible à
tous. Mais aujourd’hui, quand les politiques réfléchissent à des lois pour limiter
les retouches, peut-on accuser Adobe (éditeur de photoshop) d’être à l’origine du
trucage photo ?
La réponse est non. Le trucage et, d’autant plus la retouche, photo sont presque
aussi vieux que la photographie elle-même.

Un peu d’histoire
 Par groupes, vous allez lire un paragraphe de ce texte et le résumer
en quelques phrases (trois maximum). Vous désignerez un «
rapporteur » qui viendra expliquer votre paragraphe à la classe.
1) L’invention de la photographie a véritablement
commencé avec Niepce en 1825. C’est lui qui
prit la première photographie d’une gravure
hollandaise du 17ème siècle. Il fait aussi la
première expérimentation de la reproduction
d’une image de la nature. De découverte en
perfectionnement technique, la photographie
acquiert un rôle primordial dans le champ des
images. On peut même dire que celle-ci
révolutionne le champ même de la
représentation.
2) Auparavant, la peinture avait déjà joué le rôle de représentation mais elle n’avait pas
la précision et ce pouvoir d’objectivité que la photographie possède. En effet,
l’homme ne représente plus le réel tel qu’il le voit et tel qu’il le peut, comme dans la
peinture, mais c’est le réel qui impressionne, seul, le support. De plus, on peut
reproduire une image à l’infini.
3) De par sa qualité sérielle et son principe de réalité, la photographie sera une
technique reprise dans beaucoup de domaines. Elle sera très vite utilisée dans le
reportage, comme moyen efficace de témoignage d’un événement. La publicité et la
communication en font également un moyen de prédilection pour faire passer leur
message. Les artistes useront aussi de cette technique comme moyen d’expression
propre.
4) La photographie, depuis, son invention, est donc un médium riche en tant qu’elle est
à la fois témoignage du réel et œuvre d’art. Mais il est essentiel de rappeler que si la
photographie peut être le reflet d’un fait objectif, elle est aussi un acte d’interprétation
du réel, une production de sens qui a été au cours du temps accepté ou refusé selon
les mœurs de la société. Une image est polysémique, elle ouvre le champ à des
significations diverses. Son pouvoir de représentation est donc sujet à de nombreux
débats et conflits, menant parfois devant les tribunaux.
[6]
Synthèse du texte
1) L’invention de la photographie date de 1825. La photographie acquiert vite
un rôle primordial dans le champ des images : elle révolutionne le champ
même de la représentation.
2) La photographie a une précision et une objectivité que la peinture, qui
avait jadis un rôle de représentation, n’a pas. Avec la photographie, c’est
le réel qui impressionne, seul, le support. De plus, on peut reproduire une
image à l’infini.
3) Grâce à ces deux avantages, la photographie va être utilisée dans les
reportages pour témoigner, la publicité et la communication vont s’en
servir pour faire passer un message, Les artistes vont l’utiliser pour
s’exprimer …
4) La photographie est à la fois témoignage du réel et œuvre d’art.
Cependant, la photographie peut être le reflet d’un fait objectif mais elle
est aussi un acte d’interprétation du réel. Une image peut avoir plusieurs
sens, plusieurs significations et son pouvoir de représentation est donc
sujet à de nombreux débats et conflits, menant parfois devant les
tribunaux.
[7]
 La photographie comme image, témoignage ou
interprétation des faits réels ?
Cette notion de vrai recoupe en photographie la véracité du message.
La question est plus que d’actualité car l’image est omniprésente dans notre
société et est centrale dans la communication entre les hommes.
 Avec quels types d’images avez-vous été mis en contact
aujourd’hui ? Donnez quelques exemples. Réponse libre
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
Les images ont souvent comme effet de se
présenter à nos yeux comme objectives, comme si
la photographie était le prolongement de nos
propres yeux et nous présentait les événements
sans détournement. Pourtant, parfois, elle montre
la réalité au service d’une propagande, d’une
société de consommation qui l’utilise pour faire
[8]
l’événement (l’information), ou fétichiser (la publicité). Dans ce cas, elle
participe à manipuler une information au-dessus de tout soupçon.
Elle dispose d’un pouvoir et d’une force de conviction inégalée. Compte tenu de ce
pouvoir, la réalité objective sera parfois mise en scène ou travaillée pour servir
le message de l’image. Cela pose le problème et la crainte de la désinformation et
de la manipulation, accompagné d’un doute croissant quant à la véracité des
contenus photographiques.
La révolution numérique augmente encore les possibilités de retouches et de
transformations de l’image. Il est donc essentiel de réguler cela et de
déterminer le degré acceptable de manipulation ou de mensonge avant que toute
l’image ne soit contaminée.
Il est facile pour certains cas de trancher, comme il est plus délicat pour
d’autres.
Deux exemples :
 Mise en scène mensongère de la propagande nazie.
Walter Frentz (1907-2004) Déportés, montage des fusées V2, Dora, Allemagne, 1944
[9]
Walter Frentz, photographe ami d’Hitler, effectue entre mai et juillet 1944 un
reportage dans le camp de Dora. Il montre la construction de fusées V2, des
armes produites en secret dans le camp et qui devaient permettre aux Nazis de
gagner la guerre.

Qu’est-ce qui fait de cette photo une photo de propagande ?
Mensonge sur les activités dans les camps.
Prisonniers « heureux », dans une activité productive et constructive, au service
du pays.
Cadre agréable, matériel disponible.
Etc...
Propagande : Action systématique exercée sur l'opinion pour lui faire accepter
certaines idées ou doctrines, notamment dans le domaine politique ou social.
Un tel décalage entre la photographie et la réalité n’est pas rare pendant la
seconde guerre mondiale. La propagande était destinée autant à rassurer le
régime nazi qu’à tromper l’ennemi et à cacher l’horreur des camps.
[10]
Beaucoup de documents photographiques furent falsifiés à des fins de
propagande par la plupart des régimes autoritaires.
Disparition pure et simple de personnages tombés en disgrâce ou de détails
gênants, retouches destinées à embellir les portraits officiels, la photographie a
servi parfois à réécrire l’histoire.
 L’instantané de la mort
Robert Capa (1913-1954), Mort d’un soldat républicain, 1936
Robert Capa se rend en Espagne quelques semaines après le début de la guerre
civile espagnole. Il y réalise sa plus célèbre photographie : un jeune soldat
républicain fauché par une balle ennemie. Pour la première fois, une image
montre l’instant précis de la mort.

L’image suscite immédiatement des polémiques, pourquoi ?
On montre la mort en direct, mais qu’en est-il de la dignité de cette
personne, du respect qui lui est dû ?
Quelle est la limite de ce que l’on peut montrer ?
[11]
 Peut-on tout montrer au public ?
Quelles sont les limites pour un artiste ? Jusqu’où peut-on montrer l’horreur de
la guerre et la souffrance d’une personne ? La photographie d’un enfant mourant
prêt à se faire dévorer par un vautour, diffusée dans la presse internationale
pour dénoncer la pauvreté et les effets de la guerre, n’enfreint-elle pas la
dignité humaine ? Quelles limites aussi pour l’artiste qui crée une œuvre qui
conteste les valeurs d’une société ?
 La photo d’Omayra Sanchez
Omayra Sanchez, Aremero, Colombie, 1985
Cette photographie a été prise par Franck Fournier en 1985 à Armero en
Colombie, peu après l’entrée en activité du volcan Nevado del Ruiz. La coulée de
boue déclenchée par l’éruption provoque la mort de 24 000 personnes.
[12]
La jeune Oymara Sanchez se retrouve prisonnière des décombres. Les
secouristes tenteront de la dégager durant deux jours et trois nuits, mais le
matériel de sauvetage n’arrivera pas à temps. Epuisée, Omayra finit par
succomber à un malaise cardiaque. Sa dignité et son courage ont ému le monde
entier.
Fournier se rend vite compte qu’il ne peut rien faire ; des centaines de victimes
ont besoin de soins médicaux d’urgence pour être sauvées.
Face au sentiment d’impuissance qui l’assaille, il réalise que la chose la plus utile
est de témoigner de la souffrance de la jeune fille.
Même après avoir reçu le prix World Press Photo, l’année suivante, pour cette
photo, il doute.
Peut-on montrer la souffrance sans porter atteinte au respect ?
Mais se souviendrait-on de la tragédie d’Armero si cette photographie n’avait pas
été prise ?
 Qu’en penses-tu ? Réponse libre
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
______________________________________________________
[13]
 Regarde attentivement cette photo, et tente de deviner ce qu’elle illustre.
Réponse libre
[14]
 Voici l’histoire véritable de
cette photo :
Depuis hier, la photo d’un enfant allongé entre
deux tombes fait le tour du net, accompagnée
de la légende: "Un petit garçon qui dort avec
ses parents… #Syrie".
Une photo émouvante et choquante qui
dénonce la violence que subit la population
syrienne depuis plusieurs mois. À un détail
près: elle n’a pas été prise en Syrie mais en
Arabie Saoudite, dans le cadre d’un projet
photo!
C’est un bloggeur qui a découvert le pot aux roses en contactant directement l’auteur de
la photo, un Saoudien prénommé Abdul Aziz Al Otaibi.
Ce dernier, révolté de voir le fruit de son travail ainsi détourné, explique: "Ma photo n’a
rien à voir du tout avec la Syrie. Je suis vraiment choqué de voir comment des personnes
ont pu la déformer. (…) Chaque artiste a des idées dans la tête. Moi, j’avais eu l’idée de
faire un projet pour montrer à quel point l’amour d’un enfant pour ses parents est
irremplaçable. Rien ni personne ne peut se substituer à cet amour, même à la mort des
parents."
Non seulement la scène ne s’est pas déroulée en Syrie, mais en plus il ne s’agit pas de
vraies tombes. Abdul Aziz al Otaibi a en effet créé lui-même les deux tas avec des gravats,
avant de demander à son jeune neveu de s’allonger à côté et de le recouvrir d’une petite
couverture.
Après avoir publié la photo sur le Net, il en partagea d’autres des "coulisses de l’histoire"
pour être sûr que les internautes comprennent son projet.
Mais il aura
suffi qu’une
personne
l’assimile au
conflit syrien
sur Twitter pour que la photo fasse
le buzz, malgré elle.
Le photographe a pourtant essayé
d’éviter la propagation de ce fake en
publiant une autre photo de son
neveu après la séance, le sourire aux
lèvres.
"C’est vraiment injuste de sortir une de mes photo de son contexte et de l’utiliser pour
faire de la propagande", a déploré le jeune homme.
[15]
 Cette histoire illustre la problématique de l’appartenance des
photos au domaine public.
Lors de l’invention de la photographie, il était problématique d’un point de vue
juridique, de considérer la photographie comme une création originale. Plusieurs
pistes ont été explorées pour mettre en valeur son caractère créatif. Tout
d’abord, il a été question de mettre en valeur le fait que la photographie est la
représentation, la copie d’un objet et non le référent lui-même. Il y a donc
toujours un choix de cadrage, de composition propre à chaque photographe : il y
a donc une part subjective dans le processus de création photographique.
Le photographe acquiert, petit à petit, le droit d’auteur et peut contrôler la
diffusion de ses images.
Un autre point est celui du droit à l’image. Dans ce cadre, la limite entre le
domaine public et le domaine privé est parfois difficile à tracer. Dans la photo
journalistique, le travail du photographe est mis en péril par le droit à l’image.
 Le cas d’Abbas :
Journées mondiales de la jeunesse,1997
[16]
Abbas est un photographe né en 1944. En 1997, il photographie trois femmes en
train de prier dans la rue lors des Journées mondiales de la jeunesse organisées
par l’Eglise catholique à Paris.
En 2000, l’Express publie un article intitulé Dieu est-il misogyne ? consacré aux
offenses faites aux femmes au nom de Dieu et l’illustre avec cette photographie.
Deux des femmes portent plainte. Pourquoi ? Réponse libre
____________________________________________________________
____________________________________________________________
____________________________________________________________
___________________________________________________________
Le photographe et l’agence Magnum portent plainte contre les deux femmes.
Pourquoi ? Réponse libre
____________________________________________________________
____________________________________________________________
____________________________________________________________
____________________________________________________________
[17]
En 2002, la justice tranche en faveur de la liberté d’expression, tout en
sanctionnant l’Express pour avoir dénaturé la photographie en l’utilisant hors
contexte. Le jugement confirme le droit de publier une photographie prise sans
le consentement des personnes lors d’un événement public.
Cependant, vu la multiplication des plaintes, les journalistes hésitent à réaliser
des photographies susceptibles de les entrainer dans une action en justice.
 Selon toi, laquelle des deux parties a raison ? Pourquoi ? Réponse libre
_______________________________________________________
_______________________________________________________
______________________________________________________
 Dans ta vie de tous les jours, essaies-tu de contrôler ton droit à l’image ?
Quels sont les facteurs rendant ce contrôle difficile ? Réponse libre
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_________________________________
_________________________________
_________________________________
_________________________________
_________________________________
_________________________________
_________________________________
_________________________________
[18]

Manipulation médiatique
 Visionne
le
film
Des hommes
d’influence et réponds en même
temps
à
ces
différentes
questions.

Dans le film, en quoi consiste la manipulation médiatique ?
Les médias « fabriquent » une guerre contre l’Albanie

À quoi sert-elle ?
À détourner l’attention du public, le président étant impliqué dans une
histoire avec une jeune fille majorette

Selon toi, une manipulation telle que celle-ci serait-elle envisageable à
notre époque ? Oui : « Bye bye Belgium », etc…
 Les premières retouches et les premiers trucages photo ont sans doute
été artistiques. Mais la politique et les désirs de certains hommes
totalitaires ont rapidement illustré leurs idéaux de photos dévoyées.
[19]
1840
«Autoportrait en noyé» d’Hippolyte Bayard
Tout juste un an après l’invention de la
photographie, Hippolyte Bayard présente cet
auto-portrait en inscrivant que son auteur s’est
suicidé par noyade. Il ne s’agit pas réellement
d’un montage photo mais d’une manipulation
par sa légende.
1860
Peu après l’invention du négatif et
avant l’invention du film souple, une
photo d’Abraham Lincoln a été
truquée, sa tête étant placé sur le
corps d’un autre homme politique,
John Calhoun. Il s’agit de la première
intention de tromperie.
1872
«Massacre des dominicains d’Arcueil».
Publiée durant la commune de Paris,
période révolutionnaire, cette «photo»
montre des communards qui assassinent
des chrétiens. En réalité, des portraits de
communards ont été ajoutés à l’image
originale représentant des figurants qui
ont joué des poses expressives.
1942
[20]
Mussolini, en quête de grandeur, a fait retirer l’écuyer, qui tenait le cheval, de cette photo
«héroïque». Comme les autres dictateurs de l’époque, Mussolini a de nombreuse fois eut recours à la
retouche et au trucage photo lors de ses campagnes de propagande
1994
Le Time Magazine a publié
une photo retouchée
d’OJ Simpson peu après son
arrestation.
Le Time a été accusé d’avoir
rendu OJ Simpson
plus noir et menaçant pour
servir ses besoins.
On voir la photo originale sur
la couverture de
Newsweek.
2000
[21]
L’université du Wisconsin a souhaité illustré la diversité ethnique de son recrutement. La photo
originale date de 1993 et celle de l’étudiant noir de 1994.
L’université a annoncé avoir passé tout
l’été à chercher une photo représentant
la diversité de l’école, sans succès.
 As-tu déjà eu connaissance d’autres manipulations médiatiques, en
Belgique ou ailleurs ? Réponse libre
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
 Une retouche en particulier est très courante à notre époque, et illustrée
dans ce clip de Boogie. Quelle est-elle ? Photoshop
 Cherche l’erreur …
[22]
[23]
 Que penses-tu de ces retouches esthétiques/cosmétiques ? Réponse libre
_____________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________

Conclusion
Comme nous pouvons le constater, la retouche et le montage photo ne datent pas
des années 90 et des évolutions de photoshop. En revanche, l’arrivée du
numérique a démocratisé la retouche photo de sorte qu’on la retrouve partout...
Ou presque. Certains organes de presse (Reuters, AFP, Géo...) licencient les
photographes qui ont recours au photomontage ou même à la retouche légère
(densifier la fumée). D’autres utilisent la retouche sans scrupule, parfois pour
vendre, parfois pour maladroitement illustrer un article ou mieux se mettre en
valeur, d’autres fois encore pour tromper le « lecteur » dans un but de
propagande.
Quoi qu’il en soit, dans la démarche de chaque photographe, il faut définir ce que
l’on peut s’autoriser ou pas, là où s’arrête le traitement et où commence le
montage.
De même, en tant que spectateur, il est très important d’avoir une vision critique
à l’égard des différentes photos auxquelles on est soumis, que ce soit des
publicités, des images illustrant des reportages, des magazines, etc.
[24]
 Travail de groupe : analyse d’une photo de presse
 Choisissez une photo parmi la série de photos présentées.
 Présentez votre photo par écrit et oralement en répondant aux questions suivantes :

Quand cette photo a-t-elle été réalisée ou quand a-t-elle été publiée ?

Quel est le sujet de la photo et quels thèmes y retrouve-t-on ?

Quel est le contexte de publication de la photo ?

Quel est l’effet produit (plaisir, rêve, choc, malaise, peur, colère…) ? Pourquoi ?

Quel est le message qu’a voulu faire passer le photographe ? Est-il explicite ou
implicite ? Pourquoi ?

Quelles sont les valeurs et références culturelles transmises à travers l’image ?

Cette photo vous semble-t-elle artistique ? Vous semble-t-elle créative ? La trouvezvous belle ? Justifiez.

La photo recoupe-t-elle une des problématiques présentées ci-dessous ? Si oui
laquelle et pourquoi ?
[25]
Olivero Toscani, Kissing,-nun, 1992
Olivero Toscani, un malade mourant du sida, 199 3
[26]
Olivero Toscani, campagne No-l-ita, 2007
Le vautour et l’enfant, Kevin Carter, 1993
[27]
L’enterrement du petit Grégory, 1984
La place Tian- A’nmen, Pékin, 1989
[28]