portfolio - Catherine Martin

Commentaires

Transcription

portfolio - Catherine Martin
PORTFOLIO
Lahco of Switzerland Identity Editorial Design
zahnzimmermannfankhauser:
Victor Zahn (Creative Direction), Catherine Martin (Art Direction).
fotos: alessandra leimer
zahnzimmermannfankhauser
c l a s sic c ol l ec t ion 2 0 0 9
l a hc o of s w i t ze rl a nd e s t. 19 2 2
www.lahco.ch
1
2
5
Theater Spektakel Zürich Print
Benker, Steiner, Matter:
Daniel Matter (Creative Direction), Philipp Skrabal (Art Direction), Catherine Martin (Junior Art Direction), John Leuppi (Text), Claudia Imholz (Beratung).
Michel Waeber Editorial Design
| Entre les lignes | Michel Waeber
| Entre les lignes |
CATHERINE MARTIN DIRECTION:
Catherine Martin (Art Direction).
Rues, Routes, Places, Ponts | Rues et places piétonnes, Fribourg |
PIÉTONS DANS LA VILLE
Jean-Marc Schaller
D
ans la deuxième moitié du XXe siècle,
tecture et en urbanisme. Il offre les qua-
le réaménagement des espaces pu-
lités requises pour maîtriser une telle
blics a été réalisé dans de nombreuses
réalisation. L’enjeu est de taille, nécessi-
villes européennes. En Suisse, à partir des
tant de concevoir et de réaliser un aména-
années 1960, les villes de Lausanne, Berne,
gement avec beaucoup de sensibilité.
Saint-Gall, Zurich et Lugano ont contribué à
Dans son projet, Michel Waeber écarte
la redécouverte de lieux où le piéton peut
avec justesse la solution simpliste d’élimi-
se déplacer en toute liberté.
ner des rues le trafic automobile et de n’y
A Fribourg, l’étude du plan d’aména-
installer qu’un mobilier urbain. Sa démarche
gement de la ville débute en 1975. Ce nou-
est différente. Il constate au départ que la
veau concept urbain cherche à mettre en
dégradation des rues et des places est le ré-
valeur notamment les espaces publics.
sultat d’un amalgame de trottoirs, d’îlots, de
L’aménagement de la ville s’inscrit dans
signaux, de panneaux et d’autres éléments
une réflexion d’ensemble cohérente :
qui perturbent l’espace.
une densification du centre favorise l’ha-
Son intervention consiste à décons-
bitation en ville tout en imposant une
truire puis à remodeler l’espace et ses
meilleure qualité environnementale. Ce
composantes, avant de l’assainir et de le
réaménagement permet la création, au
réhabiliter. La qualité qu’il veut retrouver
cœur de la ville, d’une zone piétonne qui
est un processus par soustraction. Pour re-
vise à relier les quartiers historiques au
définir l’espace, il concentre sa recherche
centre économique, situé aux abords de
sur une analyse détaillée de l’histoire du
la gare ferroviaire.
lieu à l’aide d’un matériel documentaire
La première étape s’étend du bas de
la rue de Lausanne jusqu’à l’extrémité de la
pement de la ville au cours des siècles.
rue de Romont, où s’élevait jadis la porte de
Ces repères iconographiques ap-
l’enceinte médiévale. C’est ainsi le quartier
portent à l’architecte une connaissance
du Bourg qui se voit relier au centre ville.
accrue du lieu. Il aborde ensuite la re-
Dans cette cité si marquée par les valeurs
qualification de l’espace avec un grand
patrimoniales, l’intervention architecturale
respect de l’histoire, mais en y plaçant
en vue d’aménager les espaces publics re-
de façon judicieuse son intervention
présente un défi. Pour atteindre cet objectif,
contemporaine.
l’étude impose de grandes connaissances
Son mandat s’étend sur trois secteurs
architecturales, paysagères et historiques
bien distincts :
afin de conjuguer le respect du passé et
• La rue de Lausanne, en assez forte pente,
l’intervention contemporaine.
Rues et places piétonnes, Fribourg, 1993-1995
fouillé qui permet de retracer le dévelop-
où le commerce et l’habitation font bon
Michel Waeber, architecte fribour-
ménage, mais où le nouvel usage de la
geois, qui a préalablement exercé à Zurich,
rue va à l’encontre de certaines activités
bénéficie d’une large expérience en archi-
commerciales.
25
Béton, Bois, Acier, Couleurs | Introduction |
BÉTON
BOIS
ACIER
COULEURS
Introduction Bernard Pochon
Ma rencontre avec Michel remonte au début des années quatrevingt. D’abord comme administré puis comme membre de la Commission
cantonale d’architecture et d’urbanisme (abrégé : CAU-KAS, mais sans référence géopolitique). Cette commission, née de la volonté de l’urbaniste cantonal d’alors, a été créée en 1983. Elle avait, et a d’ailleurs toujours, comme
particularité d’être composée de membres établis en majorité à l’extérieur
du canton de Fribourg et de ne se prononcer que sur des plans d’aménagement ou de construction devant répondre à des « qualités urbanistiques et
architecturales accrues » selon les termes de la loi. La commission a été un
lieu de réflexion et d’échanges enrichissants sur chaque projet examiné. A
cet égard, je me souviens d’une envolée présidentielle qualifiant la participation à cette commission non seulement de privilège, mais de véritable
« gâterie professionnelle ».
La commission nous a réunis à de nombreuses reprises entre 1985 et
1999. Elle nous a vus passer du « vous » au « tu » et nouer ainsi de véritables
liens d’amitié. La qualité a toujours été au centre des discussions de la
commission, et souvent un sujet de déception, car nombre de projets n’atteignaient pas les qualités accrues requises. Elle n’a par contre jamais été un
sujet de résignation. Ainsi avons-nous traité, au sein de ce cénacle, d’objets
vastes et complexes comme l’ensemble de Gottéron-Village et le quartier
de Cormanon Est à Villars-sur-Glâne, une pyramide monumentale à Sévaz,
une grande salle communale à Middes, une autre à Promasens, le quartier
de la Vernaz à Corminboeuf, et à Fribourg, la surélévation du bâtiment des
Finances, l’avenue de la Gare Sud et la route des Arsenaux. Citons encore
la transformation du bâtiment de la Viennoise (actuellement Molino) à
Fribourg dont le préavis de la CAU, pourtant motivé et impartial comme
il se doit, avait été qualifié de « ténu » par le préfet, ce qui n’avait peu eu
l’heur de plaire à certains membres.
Dans le contexte de cette commission, j’ai eu l’occasion d’observer,
d’approcher et surtout d’apprécier en Michel Waeber, tant l’homo architectus que l’homo sapiens, mais en aucun cas l’homo hermeticus, tant il tenait à
nous faire part de son avis et à livrer le fond de sa pensée. En professionnel
avisé, il veillait toujours dans ses interventions à bien s’informer sur l’objet
dans son contexte ou plutôt ses contextes.
35
Béton, Bois, Acier, Couleurs | Espace Jean Tinguely-Niki de Saint Phalle, Fribourg |
DU HANGAR
À L’ESPACE MUSÉOGRAPHIQUE
Yvonne Lehnherr
L
Espace Jean Tinguely-Niki de Saint Phalle, Fribourg, 1996-1998
e destin de l’Espace Jean Tinguely – Niki
1897, fut transformée en garage en 1947-
de Saint Phalle fut scellé un jour d’oc-
48. Sis entre la basilique Notre-Dame et
tobre 1993. Après Bonn, Glasgow et Paris,
l’église du couvent des Cordeliers, sur
Fribourg accueillait, au Musée d’art et d’his-
l’emplacement de son cimetière, cet édi-
toire (MAHF), la rétrospective consacrée à
fice proposait par les thèmes qui l’habi-
Niki de Saint Phalle. Comme Jean Tinguely
taient – la religion, la mort, la machinerie
deux ans auparavant, l’artiste investit
industrielle et l’automobile – une dimension
l’ensemble des salles et espaces muséaux
idéale à même d’entrer en résonance avec
disponibles. Soucieuse de faire vivre ses
l’œuvre de Jean Tinguely.
sculptures monumentales, elle peupla les
Le bâtiment, dernier survivant du
jardins du Musée d’imposantes œuvres de
réseau des tramways de Fribourg supprimé
la famille des célèbres Nanas. Adossé à la
en 1965, se trouvait dans un état précaire.
galerie de l’hôtel Ratzé, le « Grand Oiseau
La question d’une nouvelle construction –
amoureux » recevait les visiteurs.
la commission fédérale des monuments
Lors de la conférence de presse, Niki
historiques avait émis un préavis favorable
de Saint Phalle promit très généreusement
en vue de sa démolition – ou d’une restau-
la donation d’une dizaine d’œuvres de la
ration conforme respectant le bâtiment
période fribourgeoise de Jean Tinguely en
originel, fut longuement analysée. Cette
faveur de l’Etat de Fribourg. Elle était en
dernière proposition fut retenue par le
effet préoccupée par le sort de machines
Conseil de Fondation. En effet, cet édifice,
désormais inertes ou stockées dans des
témoin de l’époque industrielle et doté
dépôts. Les œuvres du sculpteur vivent par
d’une façade néobaroque, s’intégrait idéa-
leur mouvement ; leur arrêt ou leur panne
lement entre ces deux églises, parmi les
sont synonymes de mort.
plus anciennes de Fribourg.
Le Musée d’art et d’histoire ne dispo-
En 1995, le Conseil de Fondation
sait pas à l’époque d’espaces susceptibles
chargea Michel Waeber, architecte à
de les présenter en permanence. Un lieu
Barberêche, d’élaborer un concept de
idoine s’avérait nécessaire et pour ce faire,
reconversion et de restauration de l’ancien
une Fondation, chargée de trouver un édi-
dépôt des tramways en espace culturel,
fice à la fois accessible à un large public
consacré à la présentation de l’œuvre de
et capable de répondre aux exigences de
ce célèbre couple d’artistes de la deuxième
telles œuvres, fut créée en 1994.
moitié du XXe siècle.
Par chance, la Commune de Fribourg
Michel Waeber, passionné par l’archi-
était alors en quête d’une nouvelle affec-
tecture de sa ville natale et riche de l’expé-
tation pour l’ancien « Garage du Bourg »,
rience fribourgeoise de la reconversion de
sis à proximité du MAHF. Cette bâtisse,
l’ancien abattoir en musée (1979-1981) – en
ancien dépôt de la société des Tramways,
collaboration avec l’architecte zurichois
construite par l’architecte Léon Hertling en
Pierre Zoelly – entreprit ce mandat avec
67
Terres, Réseaux, Site, Paysage | La Fruiterie, Barberêche |
INITIATIVES VERTES DU DOMAINE
Nicolas Rossier
C
La Fruiterie, Barberêche
’est en 2004 que j’ai eu les premiers
lieu, à la gestion des terres et à l’aména-
contacts avec Michel Waeber au sujet
gement paysager, déjà très présent sur le
des sources d’eau situées sur le domaine
domaine et cher à Michel Waeber. Lorsque
de La Fruiterie, propriété familiale. Dans
je lui proposai de reconvertir le domaine à
le but de pérenniser la qualité de l’eau,
l’agriculture biologique, il n’hésita pas un
les
instant et je me mis à la recherche d’un
propriétaires
souhaitaient
inclure
les zones de captages des sources dans
agriculteur « bio » dans la région. Christoph
un programme de protection du bassin
Schmid se montra très motivé et accepta
d’alimentation contre les contaminations
les conditions d’exploitation sévères qui lui
par les nitrates. La mauvaise volonté des
furent imposées pour atteindre les objectifs
agriculteurs voisins ne permit de réaliser
visés. Ainsi et malgré quelques péripéties
ce projet ni de manière régionale ni avec
avec les agriculteurs voisins, la première
le soutien de l’Etat. Les propriétaires n’en
initiative verte du domaine de La Fruiterie
furent pas découragés pour autant, et trois
trouva son aboutissement à la plus grande
ans plus tard, ils profitèrent du départ du
satisfaction des propriétaires. Je fus très
fermier de La Fruiterie pour mettre sur pied
touché par la reconnaissance et les remer-
un projet « nitrates » privé ainsi que tout un
ciements répétés de Michel Waeber, moi
concept d’écologisation du domaine. Il leur
qui avais tout simplement fait mon travail
fallut un certain courage pour transformer
de conseiller.
un domaine mis à mal par une exploitation
Cette première initiative ne s’arrêta
très intensive et résister aux ambitions des
pas là. Elle fut au fond le début d’une aven-
agriculteurs voisins. C’est à cette période
ture qui dure toujours. Il ne se passe pas un
que Michel Waeber s’engagea plus com-
mois sans que Michel Waeber me contacte
plètement et que nos contacts s’inten-
pour me faire part de ses soucis sur l’évo-
sifièrent. Je mis alors mes compétences
lution du domaine et me demander conseil
d’agronome à disposition pour élaborer
sur différents aspects techniques. Grâce à
un concept de gestion extensive et écolo-
son sens aigu de l’observation et son esprit
gique du domaine.
curieux, il est devenu, d’architecte très
Michel Waeber avait à coeur de proté-
introduit aux questions environnementales,
ger sur le domaine l’environnement dans sa
expert en compensation écologique, en
globalité, c’est-à-dire de prendre en compte
aménagement paysager et en biodiversité.
tous les éléments vitaux que sont le sol,
Ses connaissances et sa vision permirent
l’air, l’eau, le paysage et la biodiversité.
de mettre en place une deuxième initia-
Pour atteindre ces objectifs ambitieux, il
tive très valorisante pour le domaine et la
nous fallut dépasser l’approche sectorielle
région. Il projeta sur le plateau de Breilles,
agricole et intégrer une approche beaucoup
la plantation d’un alignement de chênes
plus large incluant les spécificités liées à la
en prolongement de l’allée existante, de
distribution de l’eau, à la topographie du
groupes de noyers dans la zone des sources
99
Sergio Beti Editorial Design
«IF I CAN MAKE
IT THERE,
I'LL MAKE IT
ANYWHERE,
IT'S UP TO YOU,
NEW YORK,
NEW YORK.»
frank sinatra
CATHERINE MARTIN DIRECTION:
Catherine Martin (Art Direction), Joni Müller (Text).
VERBLÜFFEN
SUBTIL Kreativ-Retusche soll den Betrachter überraschen, erstaunen und
verzaubern. Egal ob mit einem Züritram an der Wall Street oder mit typisch schweizerischen Geranien an einem Wolkenkratzer. Doch dies kann sie nur dann, wenn das
manipulierte Bild so natürlich wirkt, dass es als echt wahrgenommen wird. Subtile
Unterschiede müssen zwar deutlich gemacht, aber sie dürfen niemals plump werden.
SORGFÄLTIG Sorgfalt ist neben Können und Erfahrung das Wichtigste,
um aus einem schönen Bild ein perfektes zu machen. Oder um eine überraschende
Fotografie in eine verblüffende zu verwandeln. Das kleinste Detail muss mit grösster
Liebe zur Perfektion ausgearbeitet werden und jede Feinheit will auf jede andere abgestimmt sein. Licht und Schatten, Farbe und Form, Stimmung und Atmosphäre –
erst wenn alles stimmt, ist das Bild optimal.
VERFÜHREN
ENTDECK EN Gekonnte Retusche verführt den Betrachter, indem sie das
Gute in einem Bild entdeckt und es noch besser macht. So wird eine bestehende Aufnahme facettenreicher, sie gewinnt mehr Tiefe, mehr Ausdruck, mehr Emotion. Und
damit natürlich auch mehr Aufmerksamkeit und Überzeugungskraft.
ÜBERRASCHEN Einer guten Kreativ-Retusche sieht man die Retusche
nicht an. Sie lässt offen, ob das Bild so fotografiert oder manipuliert, verfremdet,
bearbeitet, ergänzt, reduziert oder anderswie verändert wurde. Was den Betrachter
möglicherweise etwas irritiert, verunsichert oder auch erstaunt. Aber auf jeden
Fall überrascht.
Otto Fischer AG Identity
Vorher
Nachher
CATHERINE MARTIN DIRECTION.
Ausgezeichnet am REBRAND 100® Global Awards 2016. Der Rebrand 100® gehört zu den begehrtesten globalen Auszeichnungen seiner Art, der die weltweit effektivsten
Neugestaltungen von Unternehmen und Institutionen würdigt. Er gilt als wichtigster internationaler Wettbewerb für Markenneupositionierungen und Redesigns.
Foto: Jean-Jacques Ruchti
Foto: Jean-Jacques Ruchti
SPAG E. Nebel AG Identity Website
CATHERINE MARTIN DIRECTION:
Catherine Martin (Konzept und Art Direction), Claude Catsky (Konzept und Text), Catherine Purgly (Strategie und Beratung),
Sven Germann (Fotografie), Reto Knödlseder/WebGarage AG (Programmierung).
Bildungsdirektion Kanton Zürich Print Editorial Design
Bildungsdirektion Kanton Zürich
Was geht ab
im Netz?
Förderung der Medienkompetenz,
von Jugendlichen
in Schule und Elternhaus.
Tagung am 6. April 2013
CATHERINE MARTIN DIRECTION:
Catherine Martin (Art Direction).
PRÄVENTION
FRÜHERKENNUNG
INTERVENTION
Barbara Meister und Christine Böckelmann
Zürcher Arzteball Editorial Design
CARNET
DE BAL
3 . Zürcher Ärzteball
CATHERINE MARTIN DIRECTION:
Catherine Martin (Art Direction).
CARNET
DE BAL
3 . Zürcher Ärzteball
8
CARNET DE BAL
9
CARNET DE BAL
BALLNACHT
BALLMUSIK
FEIERN SIE MIT UNS
EINE BALLNACHT
VOLLER ABWECHSLUNG
UND BEGEGNUNGEN
SM!LE THE BAND
BALLMUSIK AUF HÖCHSTEM NIVEAU
«Lasst uns tanzen, lasst uns springen!
Lasst uns laufen für und für! Denn durch
Tanzen lernen wir eine Kunst von schönen
Dingen.» (Paul Fleming, 1609 - 1640, deutscher Arzt und Schriftsteller): der 3. Zürcher
Ärzteball wird ein Fest für all jene, die eine
rauschende Ballnacht feiern und gleichzeitig
Gutes tun wollen.
Selbstverständlich wird auf dem Ball getanzt. Aber nicht nur! Ein Galadinner gehört zum festen Bestandteil des 3. Zürcher
Ärzteballs und eröffnet den Abend. Ein
hochkarätiges Unterhaltungsprogramm und
zwei Tanzflächen garantieren eine unvergessliche Ballnacht bis in die frühen Morgenstunden mit vielfältigen Möglichkeiten,
das Tanzbein zu schwingen.
Die Ballnacht ist eine gehobene festliche
gesellschaftliche Tanzveranstaltung, für ein
meist ausgewähltes Publikum. Der festlich
geschmückte Ballroom des Dolder Grand
dient als idealer Ort für eine rauschende
Ballnacht. Die schwarzen Anzüge der Herren
sind ein stilvoller Kontrast zu den atem-
STAATSBAR
ERINNERUNGEN WERDEN WACH
beraubenden und in Farben erstrahlenden
Abendkleidern der Damen. An den Tischen
herrscht Hochstimmung: Man trifft sich
wieder oder lernt sich kennen, man plaudert
oder schmiedet Pläne – kaum eine Branche
kann Fleiss und Freude besser miteinander
verbinden.
Beginnen Sie die Ballnacht mit einem
Apéro im Foyer des ovalen Ballrooms. Die
Spannung steigt, wenn die Türen sich öffnen und den Blick auf das Tanzparkett im
Bankettsaal und das imposante Kuppeldach
frei geben.
Die Küchencrew des Fünfsterne Hotels
hat ein besonderes Menu zusammengestellt.
Lassen Sie sich verwöhnen.
Damit Ihr Ballabend direkt auf dem
roten Teppich und nicht in der Parkgarage
beginnt, ist unser Valet Parking Team
besorgt, dass Ihr Auto am Haupteingang des
Luxushotels entgegen genommen und sicher
parkiert wird. Am Ende des Abends wartet
Ihr Auto am Haupteingang für eine unbeschwerte Heimreise.
SM!LE
staatsBAR im Hotel The Dolder Grand
SPONSORED BY
UROVIVA
Leo Wundergut
Als unzüchtig war der Walzer zunächst verpönt, denn man konnte bei dem
schwungvollen Tanze die Fussknöchel der
Damen sehen. Ausserdem kam es – anders
als bei Barocktänzen – zu grosser Nähe und
unentwegter Berührungen zwischen den
Tanzenden. Vielleicht gerade deswegen etablierte sich der Walzer spätestens seit dem
Wiener Kongress als Gesellschaftstanz.
Sm!le zaubern mit viel Lebensfreude
und mitreissender Livemusik ein Lächeln auf
die Gesichter unserer Ballbesucher. Durch
eine umwerfende Bühnenshow überzeugt
das aus Warschau kommende Geschwisterpaar das Publikum. Von der Presse werden
sie liebevoll die Sm!le-Angels genannt.
Dem Nachwuchs gehört die Zukunft!
Deshalb ist die staatsBAR zum ersten Mal
zu Besuch am Ärzteball. Die staatsBAR ist
mehr als nur eine Party. Guter Sound und
exklusives Ambiente verleihen dieser Party in den Garden Salons des Dolder Grands
jugendlichen Charme und etwas Einzigartiges. Die staatsBAR ist traditionellerweise
der Treffpunkt für Staatsexamensabsolventen, damit sich alle an ihre Zeit an der Alma
mater erinnern können. Eine unvergessliche
Partynacht wartet auf Sie!
Leo Wundergut ist – wie die Schweiz –
voller Widersprüche. Geboren in Aarau und
aufgewachsen in Zürich, besuchte er das
«Heilig-Geist-Knabenchor-Internat», wo er
den kirchlichen Gesang von Grund auf
erlernte. Nach einer Banklehre bei der
Schweizerischen Kreditanstalt liess er
mittels eines Stipendiums der BegabtenStiftung der Schweizerischen Nationalversicherung seinen Traum vom Gesangsstudium bei der Tenor-Legende René Kollo
in Berlin wahr werden.
Seien Sie gespannt auf diese komödiantische Sensation: Wundergut und seine
Musiker öffnen Herzen, heben Launen, und
lassen die Tradition der gehobenen und gepflegten Unterhaltung wieder aufleben. Mit
satirischen Gedanken fordern sie aber auch
den Verstand.
Moringa Pure Identity Website Packaging
CATHERINE MARTIN DIRECTION:
Catherine Martin (Art Direction), Reto Knödlseder/WebGarage AG (Programmierung).
CATHERINE MARTIN DIRECTION.
Vom Lürzers Archive 2015/2016 zu den weltweit 200 besten Packaging Designern gekürt.
Buckmann gewinnt Identity Website
CATHERINE MARTIN DIRECTION:
Catherine Martin (Art Direction), Reto Knödlseder/WebGarage AG (Programmierung).
CR Reinigung Identity Website
CATHERINE MARTIN DIRECTION:
Catherine Martin (Art Direction), Joni Müller (Text), Marco Schaaf (Bildbearbeitung),
Reto Knödlseder/WebGarage AG (Programmierung).
Sauberkeit bis
in die kleinste Ritze.
Sauberkeit bis
in die kleinste Ritze.
Sauberkeit bis
in die kleinste Ritze.
Danke für Ihre Aufmerksamkeit.
© 2016
+41 79 223 37 14
[email protected] catherinemartin.ch

Documents pareils