En savoir - SAFER Marche

Commentaires

Transcription

En savoir - SAFER Marche
L'accompagnement du cédant dans la transmission de sa propriété
Administrateur de la Safer Marche Limousin depuis de nombreuses années, c'est tout
naturellement que j'ai confié la vente de mon exploitation à la Safer lors de ma volonté
de prendre ma retraite après 50 ans de carrière.
Dans cette position de
cédant, j'ai pu apprécier le travail du conseiller
foncier de la Safer, notamment sa patience pour
trouver le candidat : 1 an s'est écoulé pendant
lequel de nombreux porteurs de projets se sont
présentés, certains se sont d'ailleurs installés
dans le département de la Haute-Vienne sur
d'autres exploitations… Mais pour beaucoup,
leur projet n'a pas pu se concrétiser (équilibre
difficile entre les capacités financières et
techniques).
avec courage. C'est avec plaisir que je leur donne
« coup de main » quand ils en ont besoin.
Heureusement, un couple de Vendée souhaitant
effectuer une mutation a repris l'exploitation
Le lieu :
En Haute-Vienne, au lieu-dit Le Bas Carteron sur la commune de Saint Junien, une exploitation
d'élevage bovins limousins (98 ha dont 65 ha en propriété groupée).
Le constat :
Le propriétaire souhaitait conserver sa maison d'habitation isolée des bâtiments d'exploitation et
transmettre l'ensemble de son outil de travail (cheptel, matériel, foncier).
L'enjeu :
1- Transmettre l'exploitation avec l'ensemble des droits PMTVA (cession-reprise) c'est-à-dire :
transmission concomitante du cheptel, du matériel et du foncier exploité,
maîtriser les parcelles louées afin qu'elles soient reprises par l'attributaire de la Safer
2- Trouver un logement à proximité de l'exploitation.
Les actions :
La Safer diffuse des publicités localement, mais aucun candidat ne se présente. Avec l'aide du SPIR
(service de la Safer Marche Limousin chargé de la recherche de porteurs de projets) qui publie une
offre sur le site www.proprietes-rurales.com, un couple de Vendée prend contact avec la Safer.
En parallèle, le conseiller foncier de la Safer rencontre les propriétaires des terres louées pour leur
expliquer l'enjeu de préserver la viabilité de l'exploitation à céder. Fort heureusement, Jean-Pierre,
ayant toujours eu de bonnes relations avec ses propriétaires bailleurs, un accord de principe a
rapidement été trouvé pour « réserver » leurs terres au repreneur potentiel. Mieux, une des
propriétaires nous informe qu'elle souhaite vendre une maison d'habitation et des granges attenantes
à ses terres et situées au cœur de l'exploitation. Ainsi la problématique du logement a été résolue.
Conclusion :
Finalement, avec la bonne volonté de chacun des intervenants, la transmission a pu se faire dans de
bonnes conditions en respectant les souhaits du cédant et en maintenant une structure viable pour le
repreneur.

Documents pareils