Bulletin 42 - Ville de Saint-Jean

Commentaires

Transcription

Bulletin 42 - Ville de Saint-Jean
LYCEES
CULTURE
ECONOMIE
200 « post-bacs »
préparent un BTS
Médiathèque :
Un multi-partenariat
La Grenoblerie 2
au complet
INFO FLASH N° 42 - Mars 2013
www.angely.net
Bataille de BD : un seul vainqueur, le public
Ayons confiance !
J
EDITO
our après jour, mon équipe
et moi-même travaillons
sans relâche sur le dossier majeur du développement
économique, clé de la création
d’emplois. La crise perdure, qui
met un frein puissant aux ambitions. Pourtant, nous progressons. Des entrepreneurs s’installent, de nouveaux commerces
s’ouvrent. Ils ont confiance en
l’avenir de Saint-Jean d’Angély.
Une confiance que nous avons
su rétablir en accompagnant
leur installation, en réaménageant notre territoire, en agrandissant et en viabilisant nos
zones d'activités, en jouant de
tous nos atouts, en particulier
la qualité de vie, liée autant au
maintien des services publics
qu’à son charme reconnu.
Demain, lorsque la croissance
reviendra, grâce à ce travail
certes peu médiatique, SaintJean d’Angély sera prête, aux
avant-postes pour en profiter.
Paul-Henri Denieuil
Maire de Saint-Jean d'Angély
Mardi 29 janvier, une cinquantaine de fans de BD sont venus participer à la « battle » organisée par la médiathèque. Deux
dessinateurs professionnels, Tristoon et Patrice Cablat, se sont affrontés en direct avec l'aide de deux équipes de cinq scénaristes volontaires à partir d’un indice improbable tiré dans un chapeau. Au final, du suspens, de l’action, de la bonne humeur !
Et surtout huit planches surréalistes qui racontent le voyage abracadabrantesque d’un zèbre avec un drôle de haut de forme.
Associations : le "grand déménagement"
S
aint-Jean d’Angély compte près de
200 associations. La municipalité les
soutient par une politique à la fois
généreuse et sélective. Aux subventions,
505 562 € en 2013, s’ajoutent 628 408€,
montant des charges indirectes que constituent la mise à disposition du personnel et
des matériels pour leurs manifestations et
l’attribution de locaux pour leur fonctionnement.
La démolition de l’ancien garage des pompiers et la volonté des élus de réduire le
parc immobilier trop important de la commune ont conduit la Ville à attribuer à une
quinzaine d’associations de nouveaux locaux, plus fonctionnels, agréables et, dans
la mesure du possible, accessibles aux personnes à mobilité réduite.
Au 19, avenue Port-Mahon, une Maison
des Associations a été créée dans l’ancien
centre socio-culturel. Y sont installés l’association des commerçants C2A, les Anciens
Combattants, les Médaillés Militaires et les
sous-officiers en retraite, le D’Y Scrabble, le
club de bridge, le Rotary Club, les trois comités de jumelage (Togo – Québec-Louisiane
– Mondsee), le Fil en Fête, les Donneurs de
Sang, ainsi que la Croix-Rouge. Quant aux
syndicats CGT, FO et CFDT, ils sont dorénavant tous regroupés au 14, allées d’Aussy.
Enfin, faubourg Taillebourg, la maison de
l’impasse des Essanges, auparavant occupée par Aide et Soutien, est attribuée à l’association Touché mais pas Coulé.
Sans oublier les Restos du Cœur, nouvellement installés rue des Capucins, dans un
bâtiment acquis spécialement par la Ville.
Ce « grand déménagement » n’a qu’un objectif : mieux aider encore ceux qui se dévouent pour animer la ville.
Une douzaine d'associations sont installées dans leur nouvelle Maison avenue Port-Mahon
INFO FLASH N° 42 - Mars 2013
DOSSIER
LYCEES
R
ares sont les villes de 8 000 habitants qui possèdent sur leur territoire deux lycées.
C’est le cas de Saint-Jean d’Angély, avec le Lycée d’enseignement général et professionnel Louis Audouin-Dubreuil et le Lycée Professionnel Blaise-Pascal.
Au total, plus de 1 600 jeunes les fréquentent. Bien qu’il ne s’agisse pas de structures à
proprement parler universitaires, ces étalissements préparent les élèves aux différents
bacs, mais aussi 200 « post-bacs » à des BTS dans des filières industrielles et tertiaires
très recherchées. Coup d’œil sur la qualité -trop souvent méconnue- des lycées angériens.
Audouin-Dubreuil : la proximité et l'ambition
Un lycée de territoire qui allie qualité de l'enseignemen et qualité de vie
D
es « secondes » aux « post-bacs »,
le lycée d’enseignement général
et professionnel Louis AudouinDubreuil* accueille 1 100 jeunes. 85%
d’entre eux demeurent dans l’arrondissement. « Un lycée de territoire », dit
son proviseur, Claude Baudemont, qui
en souligne trois caractéristiques essentielles : la mixité des publics, la variété des
formations et son attractivité, liée au taux
de réussite aux examens, aux alentours
de 90%, meilleur que la moyenne nationale. Le personnel d’encadrement et le
matériel pédagogique sont à la taille de
l’établissement, le plus important du Pays
des Vals de Saintonge. 180 personnes, dont près de 120 professeurs, une vingtaine d’agents
administratifs, autant de
conseillers et de surveillants
d’éducation et une trentaine d’agents d’entretien. Mais aussi 550 or-
dinateurs, 650 conventions de stages par
an, de multiples visites d’entreprises et de
nombreux partenariats socio-culturels ou
sportifs avec des institutions locales.
« Nous recevons des élèves de toutes origines sociales et d’âges très différents »,
note le proviseur. Cela va du collégien
de 15 ans à l’apprenant de 29 ans, venu
suivre une formation continue. « Cette
mixité, dit-il, est la marque du lycée public, qui, depuis la suppression du service
militaire, est le denier lieu où les jeunes se
retrouvent mélangés ».
Quant aux filières proposées, elles sont
en adéquation avec les besoins de l’économie locale. « Nos diplômés trouvent
du travail sur place et le coût des études
dans un établissement de proximité tel
qu’Audouin-Dubreuil est mieux supporté
par les familles modestes. Sur un territoire
où elles sont plus nombreuses qu’ailleurs,
notre souci est de faire progresser le taux
de poursuite des études après bac, plus
faible ici que dans l’ensemble de la région ».
Fin juin, après huit ans aux commandes
de ce « gros paquebot », Claude Baudemont partira en retraite avec la satisfaction d’avoir développé un lycée
formations enseignées
+ Le lycée général et technologique :
ses 700 élèves, dont 225 en seconde
(sept classes) préparent les Bacs S
(scientifique), ES (économique et social), L (littéraire) et STMG (sciences et
technologies du management et de la
gestion).
Un magasin au lycée ? Non, le module de formation
pour les filières vente et commerce
+ Le lycée professionnel compte 320
élèves, dont une classe de 3ème prépaprofessionnelle. Il prépare à un CAP
vente (en deux ans) et à cinq bacs professionnels (en trois ans) : comptabilité, vente, commerce, accueil et ASSP
(accompagnement, soins et services à
la personne).
Info
qui, pour notre territoire, est un élément
majeur de son avenir.
Le grand restaurant
1 500 ! Tel est le nombre impressionnant
de repas fabriqués chaque jour dans
les cuisines du lycée. Outre ses propres
élèves, l’établissement accueille ceux du
collège Georges-Texier. Une prouesse
quotidienne pour le personnel, qui doit
assurer le service en moins d’une heure et
demie… et fournir des repas calibrés aux
normes diététiques de plus en plus draconiennes, tout en maîtrisant les coûts. Retour au calme le soir, avec « seulement »
150 pensionnaires…
Une Maison des jeunes très active
*
L'Angérien Louis Audouin-Dubreuil a été, dans les
années 1920-1930, un héros des Croisières Citroën
en Afrique (Croisière Noire) et en Asie (Croisière
Jaune).
+ La section « Post-Bac » où, cette année, plus d’une centaine d’apprenants
se préparent, en deux ans, au BTS MUC
(management des unités commerciales avec 48 élèves) ou CGO (comptabilité et gestion des organisations).
Cette unité, qui, jusqu’à maintenant,
n’offrait qu’une formation par apprentissage (30 élèves), sera complétée,
dès la rentrée 2013, par une formation
initiale (35 élèves en septembre, 70 en
2014). S’ajoute une unité FCPM (Formation aux concours paramédicaux)
qui propose un enseignement sur six
mois à 30 stagiaires.
Au total, à la rentrée 2014, le lycée Audouin-Dubreuil accueillera 180 apprenants « post-bac ».
Journée portes ouvertes le 16 mars de 8h30 à 12h30
INFO FLASH N° 42 - Mars 2013
formations enseignées
Blaise-Pascal : le pari de l'excellence
à leur disposition un centre de documentation, une salle de musculation, une salle
multimédia, une Maison des lycéens, de
nombreuses activités culturelles telles que
le cinéma ou le théâtre.
Un atelier de maintenance des matériels de TP...
N
ombre d’Angériens l’appellent
encore le LEPMA, le Lycée d’Enseignement Professionnel de
Machinisme Agricole. Au tournant des années 1990, l’établissement, créé en 1956,
est devenu le Lycée Professionnel Blaise
Pascal.
Son offre de formations a été alors réorientée vers trois pôles de métiers qui ne
connaissent pas la crise : la prévention et
la sécurité, la maintenance des matériels,
les travaux publics. « Cela a été notre
chance et nous assure une forte notoriété
et un taux très satisfaisant d’insertion professionnelle », dit le proviseur, Stéphane
Allioux. Après avoir obtenu leur diplôme
-CAP, Bac Pro, BTS-, les élèves sont quasiment tous embauchés en entreprise.
Cette année, le lycée, dont l’effectif augmente chaque année, accueille plus de 500
apprenants : 400 élèves en formation initiale, une quarantaine d’apprentis qui pratiquent l’alternance en entreprise, et de 80
à 100 adultes dans le cadre de la formation
continue (GRETA), permettant d’obtenir un
CAP. S’ajoute une 3ème prépa-pro, qui permet aux plus jeunes de découvrir les métiers enseignés dans l’établissement.
Le pari du lycée ? Poursuivre le développement de l’offre de formations pour enrichir
encore plus le label « Lycée des Métiers »
obtenu l’an dernier. Un nouveau pas sera
franchi en 2013 avec la création du BTS
maintenance de matériels de travaux publics par apprentissage et un projet de
création d’une ULIS-pro (classe de découverte professionnelle pour des élèves présentant des besoins particuliers liés à une
situation d’handicap).
Un nouvel internat en septembre 2014
Construit sur un terrain de six hectares,
beaucoup de bâtiments du lycée datent
de 1956. L’internat actuel, peu confortable,
sera remplacé à la rentrée 2014 par un bâtiment « haute qualité environnementale »
construit sur l’actuel terrain de football de
l’établissement, côté Porte-de-Niort.
Le lycée Blaise-Pascal prépare les
jeunes en formation initiale à trois
CAP (agent de sécurité ; conducteur
d’engins de travaux publics ; maintenance des engins de TP) et cinq baccalauréats professionnels (sécurité
et prévention ; maintenance automobile ; maintenance des matériels
- agricoles - parcs et jardins - travaux
publics).
Pour les apprentis, il forme, après
la troisième, au CAP de constructeur de canalisations de travaux publics. L’offre après le baccalauréat,
concerne les BTS agro-équipement,
auxquels, à la rentrée s’ajoutera le
BTS maintenance de matériels de TP.
La formation continue permet d’obtenir, en un ou deux ans, les CAP
d’agent de sécurité (section réservée aux demandeurs d’emploi), de
conducteur routier (section réservée
aux titulaires d’un bac pro ou d’un
CAP) ou, de conducteur d’engins de
travaux publics.
Il accueillera 270 résidents dans des
chambres de quatre lits, équipées de sanitaires et de deux douches chacune.
Sont aussi prévus un nouvel externat abritant des salles de cours et les locaux de la
vie scolaire, puis, plus tard, de nouveaux
ateliers techniques.
Un réaménagement de l’accès du lycée par
la Porte-de-Niort est également à l’étude.
Pour préparer le bac sécurité, les élèves se déplacent à
la caserne des pompiers
L’équipe professorale compte environ 70
enseignants et l’encadrement en nécessite une cinquantaine. Le recrutement des
élèves s’étendant même au-delà de la région Poitou-Charentes, Blaise-Pascal, qui
n’accueille qu’une quinzaine d’externes,
reçoit en internat mixte 270 élèves. Sont
Le site de Bignay permet les travaux pratiques
... et un parc important de machines agricoles
Un équipement coûteux
Le parc de matériels de conduite et de
maintenance nécessaires aux enseignements ne comporte pas moins de cinquante engins, du bulldozer au tractopelle,
de la moissonneuse-batteuse à la machine
à vendanger, sans compter un porte-char.
Lequel est indispensable pour transporter
tout ce matériel sur le site d’évolution de
Bignay, un terrain de quatre hectares où
s’entraînent les conducteurs d’engins.
Former plus qu’enseigner
Dans les deux lycées, on attache une
grande importance à prendre en
compte dans l’offre d’enseignement
la demande des entreprises et les débouchés prévisibles du marché du travail, grâce à des relations entretenues
tant avec le tissu économique local
qu’avec les syndicats professionnels.
Sans perdre de vue l’objectif essentiel
des deux proviseurs : « Nous sommes
des établissements de formation ».
En clair : plus que se préparer à un métier précis, les jeunes doivent recevoir
une formation assez large pour pouvoir s’adapter à l’offre. Il s’agit aussi de
promouvoir une politique d'ambition
professionnelle en suscitant leur désir
à poursuivre leurs études.
INFO FLASH N° 42 - Mars 2013
Médiathèque : un multi-partenariat très actif
D
ans le domaine culturel, les
responsables ont compris
depuis longtemps que, pour
réussir et atteindre ses objectifs, il fallait développer des partenariats et partager son public. C’est le cas de la médiathèque qui a proposé ce mois-ci une
rencontre d’auteur en collaboration
avec le collège Georges-Texier, le Conseil
Général et l’association Larochellivre et
une animation en lien avec le spectacle
proposé par l’A4.
Il a ainsi échangé et expliqué son métier
d’auteur polymorphe. Plusieurs fois récompensé par des prix littéraires, notre
quadragénaire a plus d’un stylo dans sa
trousse : scénariste de jeux, de BD et de
pièces radiophoniques, romancier pour
la jeunesse et le public adulte, il est aussi journaliste et conseiller éditorial à ses
heures. Bref, de quoi en raconter, surtout quand on aime parler et qu’on ne
craint pas d’échanger avec le public. Ce
dernier ravi de pouvoir faire dédicacer
un ouvrage à l’issue de cette rencontre
très enrichissante.
chanteuse-musicienne au balcon pour
les intermèdes avec des partitions
d’époque. On a ainsi pu entendre des
fables célèbres comme « Le loup et
l’agneau », mais d’autres moins connues
comme « La couturière ». Le tout donné
dans l’esprit de la commedia dell’arte,
théâtre populaire italien qui eut beaucoup de succès à la cour de Louis XIV, au
moment où ces pièces morales furent
écrites.
Des fables...
« La cigale, ayant chanté tout l’été… »
Qui ne connaît pas au moins une fable
de Jean de la Fontaine ? Dimanche 17
février en matinée, à la salle Aliénord’Aquitaine, l‘association culturelle
angérienne A4 proposait un spectacle
de la compagnie Aigle de sable autour
des fables de ce célèbre poète du XVIIe
siècle. Un spectacle intitulé « Je me sers
d’animaux pour instruire les hommes »
avec deux comédiens sur scène et une
Fabrice Colin et Jacques Charcosset de l’association
Larochellivre répondent aux questions du public
Fabrice Colin, un auteur qui aime le
contact !
Après avoir écumé toute la journée les
salles de cours du collège, l’auteur Fabrice Colin a consacré sa soirée du vendredi 8 février à répondre aux questions
des 36 aficionados de littérature fantastique qui était venus à la médiathèque,
parfois de loin, pour cette occasion rare.
Une interprétation dans l'esprit du XVIIème siècle
Des masques d'animaux pour jouer les fables de Jean
de la Fontaine
... et des masques d'animaux
Dans ce genre théâtral, hormis les
servantes, chaque acteur portait un
masque qui caractérisait son personnage. C’est ce qui a donné l’idée d’organiser la veille à la médiathèque une
après-midi consacrée à la fabrication
de masques d’animaux. Une douzaine
d’enfants ont ainsi répondu à l’appel et
conçu et réalisé, en une heure et demi
de temps, des masques en carton représentant des animaux, parfois très
réalistes. Ils mettaient ainsi un pied
dans la création théâtrale, puisqu’ils
devaient ensuite jouer le personnage
qu’ils étaient censés incarner, après une
courte répétition, comme des pros !
Saint-Jean d'Angély reçoit l'armée de l'Air
V
endredi 25 janvier à 10 heures place de l'Hôtel-de-Ville.
Pour la troisième fois depuis 2008, l’école des sous-officiers et des militaires du rang de l’armée de l’Air de
Dans la promotion "angérienne" une centaine d'hommes mais aussi 15 jeunes femmes
Rochefort a choisi notre ville pour sa cérémonie de présentation au drapeau des élèves sous-officiers de la compagnie
2012.36. En l’occurrence 102 élèves dont 15 jeunes femmes
qui viennent d’achever leur formation militaire.
Le général de brigade Olivier Taprest, commandant de l’école,
a présidé cet événement qui clôt la formation des élèves et
marque leur entrée dans la carrière militaire. Après la revue
des troupes place de l’hôtel-de-ville, plusieurs décorations ont
été décernées.
Puis, en défilant dans les rues de la ville au son de la musique
de l’école, les militaires se sont rendus à la caserne Voyer pour
un vin d’honneur en présence du maire, de la sous-préfète et
des élus. Les Angériens présents auront apprécié les chants
qui ont rempli le bâtiment principal et se sont réjouis que des
familles venues de toute la France découvrent à cette occasion Saint-Jean d’Angély et sa région.
INFO FLASH N° 42 - Mars 2013
E conomie
Mois après mois, l'économie locale se fortifie...
P
etit à petit, l’économie angérienne relève la tête. Rien de très spectaculaire par ces temps de crise globale, mais il n’est plus
un mois sans l’installation d’une nouvelle entreprise, l’arrivée ou le déplacement d’un commerce. Il est déjà certain que
cette tendance se confirmera en 2013, tous les lots de l’une des zones artisanales réaménagées par la municipalité ayant
trouvé acquéreur. Une bonne nouvelle, qui démontre que l’engagement dont font preuve les élus en ce domaine porte ses fruits.
Ferment motoculture, installée
depuis longtemps dans la zone de la Sacristinerie, a quitté en août la rue France
III pour la rue de la Charente-Maritime.
Spécialisée dans la vente et la réparation
du matériel pour petits et grands jardins,
l’entreprise, dirigée par Olivier Ferment,
a enregistré depuis lors une belle hausse
de son chiffre d’affaires.
La rose de sable, au canton des
Forges, a remplacé, depuis début décembre La Table de Marrakech. Après
les saveurs marocaines, voici les odeurs
savoureuses de la cuisine tunisienne,
préparées par Leila Aouini et Alain Ohnenwald, par ailleurs directeur du Centre
de Culture Européenne. Au menu : des
spécialités sucrées ou salées, à consommer sur place ou à emporter.
Couett'hotel : Le Sweet’Hôtel, à
deux pas de l’échangeur autoroutier, est
devenu, cet l’été, le Couett’Hôtel. Repris
par une jeune chaîne nationale, l’établissement, ouvert 7 jours sur 7, a été
réaménagé et offre aux touristes et aux
commerciaux de passage une trentaine
de chambres disposées comme dans un
motel américain. Un restaurant y est associé, du lundi au jeudi.
A fleur d'eau, au 42, rue Gambetta,
est ouvert depuis Noël. Jeune artisan
fleuriste, Florence Duluc fait partager à
ses clients sa passion pour les plantes et
les fleurs exotiques. Outre ses créations
florales, elle propose un espace dédié
aux poteries d’origine française.
Saintonge Bio Distribution,
début janvier, a retrouvé ses origines angériennes. C’est en 1975 que la graineterie Raballand, installée rue Rose, avait
créé un rayon bio. Peu à peu, cette activité a grossi, à tel point que l’actuel directeur, Jean-Pierre Raballand, qui livre
des clients jusqu’en Bretagne et dans les
Pyrénées, a décidé de quitter ses locaux
trop exigus de Courcelles pour s’installer
dans l’ancien garage Peugeot, avenue du
Point du Jour, Il dispose là de 7 000m2,
dont 2 500 couverts. Un espace à la
taille de ses besoins de stockage, qui lui
permettra aussi de développer la vente
aux particuliers. L’entreprise emploie
six personnes, huit en haute saison, et
pourrait en recruter deux de plus dans
les prochains mois. Sa devise : cultiver
en respectant la nature.
Grenoblerie : la 2 complète, la 3 pour bientôt
est actuellement examinée au niveau
national.
La Ville ne compte pas s’arrêter en si bon
chemin, d’autant que d’autres projets
d’implantations lui sont proposés. La
Grenoblerie 3 est désormais programmée. Elle occupera les six hectares entre
le stade de Pélouaille et la route Angoulême-La Rochelle. Une consultation
pour son aménagement est déjà lancée,
l’objectif étant d’en faire une zone artisanale et commerciale respectueuse de
l’environnement et de l’Agenda 21. Un
maître d’œuvre sera choisi en avril et le
permis d’aménager sera déposé avant la
fin de l’année.
Agenda du Maire
L
a zone d’activités Grenoblerie 2
est entièrement commercialisée.
L’ouverture du magasin Espace Revêtements de 500m2 est programmée
au printemps et la société Saintes-Invest a confirmé l’implantation d’un ensemble commercial de 2 500m2 réparti
en cinq lots, dédié à la décoration et à
l’équipement de la maison. Le dernier
lot sera vendu avant l’été et la construction du bâtiment devrait prochainement
débuter pour une mise en service courant 2014.
La zone devrait aussi comprendre une
grande surface spécialisée dans le bricolage, dont l’autorisation d’ouverture
Le Maire reçoit les Angériens
sur rendez-vous
tous les mardis de 10 h à 11 h
05/03 : Comité de pilotage Agenda 21
06/03 : Commission de la gouvernance
intercommunale
08/03 : Assemblée générale de
l'association Mary Poppins
11/03 : Comité syndical du Pays des
Vals de Saintonge
12/03 : Conseil communautaire (CDC)
19/03 : Commémoration "Cessez le
feu guerre d'Algérie"
22/03 : Concert Josquin des Prés
20/03 : Forum emplois saisonniers
28/03 : Conseil municipal
INFO FLASH N° 42 - Mars 2013
agenda
Spectacles
2 et 3 mars
Festival de théâtre patois
Salle Aliénor-d’Aquitaine
13 mars
2 pièces de théâtre
"Album" et "être" (20h30)
Salle Aliénor-d’Aquitaine
16 mars
Journée Portes ouvertes
Lycée Louis AudouinDubreuil (8h30 à 12h30)
16 mars
Handball (Pré Nat F)
SHSJ - PRAHECQ
Complexe du Coi (21h15)
16 et 17 mars
Bourse multi-collections
de l'Oiseau Club
Charentais
Complexe du Coi
Animation "Défi Rêve"
Présentation Tir à l'arc,
pétanque, motocross
Puy de Poursay (9h à 16h)
22 mars
Soirée bien être
Atlantys (20h à 23h)
17 mars
Rencontre indoor
d'aéromodélisme
Complexe du Coi
(9h à 18h)
Pétanque concours de
triplette féminin
Boulodrome quai SaintJacques (à partir de 14h)
19 mars
Lecture médiathèque
"Abordage"
Médiathèque (20h30)
27 mars
Forum des emplois
saisonniers
Salle Aliénor-d’Aquitaine
20 mars
Audition de piano
Hôtel de ville (18h30)
2 au 4 avril
Semaine du
Développement Durable
Salle Aliénor-d’Aquitaine
21 mars
Audition de flûte
Musée municipal (18h30)
25 mars
Audition de guitare
Abbaye Royale
(18h30)
Expositions
1 au 15 mars
Exposition de peinture
(Les couleurs de Chaniers)
Chapelle des Bénédictines
er
Cérémonies
19 mars
Commémoration "Cessez
le feu guerre d'Algérie"
Monument aux morts
(11h30)
Animations
1er au 31 mars
Jeu de l'oie
Office de tourisme
9 mars
Journée portes ouvertes
école Sainte Sophie
(10h à 16h)
23 mars
Randonnée pédestre
Ligue contre le cancer
RDV complexe du Coi (8h)
Tir à l'arc concours
jeunes Indiana Trophée
Complexe du Coi
« La situation financière de la commune de Saint-Jean d’Angély
est bonne »
C’est en ces termes que le percepteur conclut son analyse
financière de la gestion et des comptes de la ville pour l’année qui
vient de s’écouler.
Et, contrairement à ce que prétend l’opposition, il ajoute pour finir :
« Les ratios d’endettement… marquent un désendettement. »
Dont acte.
Effectivement, quand on examine les tableaux publiés en annexe
de ce rapport de synthèse, on constate que l’évolution des charges
est maîtrisée, pendant que les produits augmentent légèrement.
La capacité d’autofinancement est ramenée à 6,4 années, le seuil
critique étant de 9 années.
Un tel résultat de bonne gestion, validé par le Trésor public, obtenu
sans augmenter les impôts et ce, dans une période économique
très difficile pour les collectivités, est un gage de sérieux pour nos
partenaires et augure de bonnes perspectives pour l’avenir.
(8h à 19h)
22 mars
Concert Josquin des Prés
Inscription dès le 4 mars
au 05 46 59 02 01
Eglise St-Jean Baptiste
(20h30)
19 mars
Volley-ball (Reg G.)
SJVB - Niort
Complexe du Coi (20h45)
Expression des groupes politiques
Pétanque concours de
doublette masculin
Boulodrome quai SaintJacques (à partir de 14h)
Sports
2 mars
Football (DHR)
SCA - Cognac
Stade municipal (20h)
Water-Polo (Nat 1G)
NCA - Aix-les-Bains
Centre Atlantys (21h)
3 mars
Football (3ème div)
AFA - St Christophe
Stade municipal (15h)
9 mars
Volley-Ball (Reg G.)
SJVB - Parthenay
Complexe du Coi (21h)
9 et 10 mars
Stage de karaté
Complexe du Coi
10 mars
Rugby (Fed 1)
RACA - Marmande
Stade municipal (15h30)
13 mars
Animation "Défi Rêve"
Présentation basket
Gymnase Chauvet
(14h30 à 16h)
Kayac challenge jeunes
départemental
Ecluses de Bernouet
(10h à 17h)
24 mars
Volley-ball (Reg G.)
SJVB - Sèvres Anxaumont
Complexe du Coi (13h30)
Volley-ball (Dep F.)
SJVB - Saint-Michel
Complexe du Coi (16h)
24ème déscente de la
Boutonne en palmes
RDV Quai St-Jacques (10h)
30 mars
Volley-ball (Dep F.)
SJVB - Angoulême
Complexe du Coi (20h30)
30 et 31 mars
Congrès national
Fédération Citizen Band
Salle Aliénor-d’Aquitaine et
Chapelle des Bénédictines
(Samedi à partir de 13h30
dimanche à partir de 8h15)
1er avril
Athlétisme
6ème ronde de la
Boutonne
RDV Stade municipal (9h)
Directeur de publication : Paul-Henri Denieuil
Photos : Ville de Saint-Jean d’Angély
Impression IRO Tirage : 8 712 ex. Distribution La Poste - ISSN N°3450-9419 Dépôt légal à parution
Les élus de la liste majoritaire
Le bulletin municipal de Saint Jean d’Angely est … rochelais
L’examen attentif du dernier bulletin municipal nous apprend qu’il
est toujours imprimé … à La Rochelle !
Nous avions proposé, lors du Conseil Municipal du 24 mai 2012, de
faire imprimer le bulletin municipal par l ‘imprimerie Bordessoules
pour soutenir la reprise de cette entreprise. Reprise qui permettait
de sauver une quinzaine d’emplois.
Le Maire avait répondu « qu’il n’y avait pas de raison qu’il ne soit
pas imprimé sur place si le travail était de qualité ».
Or, le travail de l’imprimerie Bordessoules est d’une grande qualité
mais huit mois plus tard , le bulletin municipal est toujours imprimé
à La Rochelle.
Encore une fois, le Maire promet mais ne tient pas parole.
Encore une fois, le Maire ne tient pas compte des propositions qui
lui sont faites.
Plus grave, le Maire n’a même pas le souci de soutenir les
entreprises de sa ville et cela, c’est inexcusable.
Les élus d'opposition

Documents pareils

Bulletin 38 novembre 2012 - Ville de Saint-Jean

Bulletin 38 novembre 2012 - Ville de Saint-Jean haque année depuis 2009, le Centre de Culture Européenne, dont l’objectif est de développer la citoyenneté européenne surtout auprès des jeunes, distingue un ouvrage qui "apporte une connaissance e...

Plus en détail