le Tres De Mayo de Goya - Collège Les Marronniers Condrieu

Commentaires

Transcription

le Tres De Mayo de Goya - Collège Les Marronniers Condrieu
HDA : Comment Goya témoigne-t-il de l’affirmation du sentiment national espagnol ?
Les mains qui prient

Le poing de la révolte
J’identifie la nature de l’œuvre d’art
1. Comment s’appelle cette représentation artistique ? peinture historique

Je situe l’œuvre dans son contexte :
2. Cette peinture a-été-réalisée : par qui ? Francisco. Goya Pour qui ? pour le roi d’Espagne,
Ferdinand VII

Quand ? en 1814, après la défaite française
Je décris l’œuvre d’art et j’explique son sens :
3. à quoi correspond chaque numéro sur le croquis. Complète le document ci-dessus. Colorie le croquis en fonction des
numéros
4.
Décris ce que tu vois en utilisant les notions « premier plan, deuxième plan….arrière-plan » (voir corrigé fiche
suivante)
5. à qui est identifié le personnage central ? Justifie ta réponse. Le personnage en blanc rappelle le Christ par sa
posture et les stigmates qui marquent sa main droite

J’étudie la dimension artistique de l’œuvre :
6. Que veut faire ressentir l’artiste au spectateur ? il dénonce la barbarie de la guerre ; il glorifie la
résistance et le courage du peuple espagnol. Il met en avant l’idée d’unité et de liberté
(indépendance)
7.
Quel événement historique a-t-il peint ? la répression du soulèvement madrilène de 1808.
Sujet : Dans la nuit du 2 au 3 Mai de l’année 1808, l’armée de
Napoléon exécute les espagnols qui se sont révoltés à Madrid dans la
journée du 2 Mai.
Histoire de l’œuvre : Après le départ des troupes françaises en
1814, Goya propose au conseil de régence (qui précède le futur roi
Ferdinand VII) d’illustrer les épisodes les plus marquants de la

Titre : El Tres de mayo

Artiste : Francisco Goya (1746-1828)

Date : 1814

Nature et technique : peinture, huile sur
révolte des madrilènes contre les troupes françaises. Il peint la
révolte du 2 Mai 1808 et sa répression le 3 mai. En dénonçant les
toile
horreurs de la guerre et en glorifiant la résistance espagnole, il

Genre : scène historique
ouvre la voie à la peinture dite romantique

Dimensions : 2.66 x3.45 m
Le romantisme : courant artistique de la première moitié du XIXe

Lieu de conservation actuel : musée du Prado
qui cherche à faire passer les sentiments, les passions. Les artistes
romantiques prennent souvent position pour les libertés.
 Analyse de l’œuvre
Ce que je vois : une scène nocturne, centrée sur deux masses
d’hommes
N° 5
N° 1 (premier
plan à droite)
N°3 et 4
(premier plan à
gauche)
N°2 : Le
personnage
central
La scène se passe à Madrid dont on aperçoit une partie de la ville, de nuit
Des soldats de l’armée française sont représentés dans l’ombre. Ils forment un
bloc, leurs jambes sont parallèles et ils sont prêts à tirer : leurs fusils à baïonnette
sont dirigés vers le peuple.
On les voit de dos : on distingue leur uniforme et leur équipement (casque, armes).
Le fait de na pas voir leur visage les rend anonymes, inhumains.
Ils représentent la force brutale, les bourreaux.
Les condamnés espagnols encore vivants qui prient et qui manifestent leur révolte
(le poing). Ils sont représentés de face et dans la lumière. On peut voir le visage de
certains d’entre eux qui expriment la souffrance.
L’autre partie du peuple a été assassinée et jonche le sol.
Il peut être identifié au Christ avec ses bras en croix et ses mains marquées par
les stigmates. Il est vêtu d’une chemise blanche, symbole de pureté et il est
illuminé par la lanterne qui lui donne une dimension sacrée. Derrière lui, la colline
fait penser au Mont Golgotha, sentiment renforcé par le fait qu’une file de
condamnés semblent longer la colline rappelant le chemin de croix des condamnés.
Il est le symbole du martyr pour la liberté espagnole.
 Mouvement artistique
Cette œuvre marque un tournant dans l’Histoire de l’art. Elle annonce le romantisme par :

le fait que le peuple est au centre du tableau

les héros ne sont ni tirés de la mythologie, ni célèbres ; ils sont pauvres, anonymes et
désarmés.

Une nouvelle manière de peindre (abandon des contours, rôle de la Lumière, contrastes)
 Cette œuvre est considérée comme un hommage au sentiment national des espagnols car
Goya peint une nation fière, unie et solidaire face à l’oppression. Le sentiment national au
XIX e siècle, est exalté par la représentation d’événements symboliques ou par la
représentation de scènes de guerre, dans lesquelles le peuple est opprimé ou encore par
la ridiculisation de l’ennemi.
Par S.Bruyère
Sources : Hatier 2013, Nathan 2013, Belin 2013