cėleste boursier- mougenot

Commentaires

Transcription

cėleste boursier- mougenot
CĖLESTE BOURSIERMOUGENOT
Né en 1961 à Nice, France
Vit et travaille à Sète, France
Aura, 2015
Technique mixte, batterie acoustique en érable,
Détecteur de hautes fréquences, mécanisme,
Noyaux de cerises, cercle en bois
© Blaise ADILON
Œuvre
Aura, Création Biennale 2015
Installation composée d'une batterie, d'un cerclage en bois au sol, de noyaux de cerise, d'un détecteur
d'ondes électromagnétiques.
| La Sucrière
Description
Les installations de Céleste Boursier-Mougenot génèrent des partitions musicales poétiques,
aléatoires et inattendues.
Aura fait suite à Averse, 2013 dans laquelle une pluie venait s'abattre sur les peaux d'une
batterie au gré de la détection de rayons cosmiques.
Pour la Biennale, l'artiste conserve la batterie mais modifie le protocole scientifique et
artistique.
Ce sont en effet des noyaux de cerise qui viennent percuter l'instrument de musique, en
fonction du taux d'ondes électromagnétiques détecté à la Sucrière en temps réel par un
radar.
Ainsi la présence de chaque visiteur muni d'un téléphone portable a une incidence sur
l'activation de l'œuvre.
A travers une expérience sensible, sonore et poétique, Aura met en lumière l'immatérialité de
nos systèmes de communication.
Pistes d’exploitation
-
Aura nous questionne sur la représentation matérielle de l'invisible, nous permet de
prendre conscience de la présence de notre environnement technologique.
L'œuvre donne une dimension spatiale à la musique, qui devient sculpture. « Chez
Céleste Boursier-Mougenot la recherche musicale prend appui sur le réel, sur des
objets du quotidien, qu'il investit pour démontrer qu'il existe dans le quotidien une
vibration qu'il convient d'écouter. » Les noyaux de cerise deviennent ici des matériaux
de percussion.
- Les noyaux de cerise n'étant pas ramassés au fur et à mesure, la pièce va évoluer
jusqu'à la fin de la Biennale.
- De par son dispositif, l'installation est autonome, le visiteur n'a pas de prise directe
sur celle-ci mais il est cependant la condition sine qua non de son activation.
Aura a donc une dimension aléatoire.
CĖLESTE BOURSIER- MOUGENOT 1
-
L'oeuvre se situe à l'intersection des arts plastiques et de la musique expérimentale.
L’œuvre et son spectateur :
Incidence du spectateur sur l’œuvre, désignation d’une présence spectatorielle.
Prise de conscience de l’expérience esthétique.
L’œuvre et le mouvement : réactivité et sensibilité de l’objet artistique.
Processus de transformation qui s’inscrit dans la matérialité de l’œuvre et les
conditions de sa perception. Détérioration, dégradation, disparition, délitescence,…
L’œuvre comme marqueur d’une temporalité.
Référence à John Cage, pour la dimension aléatoire de la musique et la redéfinition
de ses codes.
Des mots pour en parler
Environnement,
Aléatoire
Écoute
Interactivité
Pistes pédagogiques, liens aux programmes
6° : L’objet dans l’œuvre (fonction usuelle et dimension artistique).
3° : L’espace, l’œuvre et le spectateur ( le spectateur comme condition de l’œuvre,
interactivité, …). Espace scénique et ses composants, mise en scène, singularité des
dispositifs.
Terminale option facultative : la présentation (aspect matériel de la présentation, espace de
présentation de l’œuvre, le statut de l’œuvre et sa présentation).
Terminale spécialité : L’espace du sensible.
Regroupement(s) thématique(s)
Art et sciences
Le dispositif de présentation
Le sonore
L’objet dans l’oeuvre
CĖLESTE BOURSIER- MOUGENOT 2

Documents pareils