Séminaire interne - CDG Développement

Commentaires

Transcription

Séminaire interne - CDG Développement
4
N°
Novembre - Décembre 2010
Le magazine d’information de
CDG Développement et de ses filiales
Event
Séminaire interne
Revue du portefeuille stratégique
Métiers
La gestion
du stationnement
Focus Filiale - Sothermy
Mieux Connaître
L’Entité Exploitation d’Exprom
Directrice de la Publication :
Wassila Slaoui (CDG Développement)
Comité de rédaction :
Abla Aouad (CDG Développement)
Oumnia Benarafa (CGI)
Karima Benkhallouq (Casanearshore)
Hajar Dinar (CDG Développement)
Najwa Drissi (CDG Développement)
Khalid Elarabi (Novec)
Youssef Hayat (AUDA)
Ghizlene Ytto Houki (MEDZ)
Meryem Lemsouguer (CDG)
Yasmina Naji (Fondation CDG)
Asmaa Ouaaline (CGI)
5
5
10
Event : Séminaire interne - Revue du portefeuille stratégique
14
Lu pour vous
17
22
Contributeurs :
Ahmed Akkary (Sothermy)
Mériem Alaoui (Dyar Al Mansour)
Najib Arhila (CGI)
Anouar Atmani (Casanearshore)
Yahya Belasri (CGI)
Faisal Belhassani (Dyar Al Madina)
Selma Belkora (CGI)
Asmaa Benouahoud (Exprom)
Loubna El Bahari (CGI)
Mhamed El Merini (Al manar)
Hind El Yamani (CGI)
Abderrafie Hanouf (MEDZ Sourcing)
Kamal Hitmi (Sothermy)
Saad Laachfoubi (Casa Développement)
Soroure Tamouro (CG Park)
Ce journal a été imprimé au Maroc sur du papier 100% recyclé, labélisé «L’ange Bleu»
Crédit-photos :
Casanearshore, CDG Développement, CGI, Exprom et Novec
Achevé de rédiger :
7 janvier 2011
Med Sourcing Morocco
croisés : Ofshoring
Focus Filiale : Sothermy
26
Focus Projet : Casa Green Town
29
La parole à : Faisal Belhassani
«Les résidences pour étudiants»
30
30
Mieux connaître : L’Entité Exploitation d’Exprom
32
Portrait : Yahya Belasri
34
36
38
Nos filiales ambitionnent
de se positionner comme des opérateurs
innovants et des accompagnateurs
des politiques des villes
Dossier : La gestion du stationnement
24
Impression :
Direct Print
24
Conception, réalisation :
Med Yassine Alioualla
Med Amine Lebbar (CDG Développement)
Flash Infos
Le Mag ambitionne d’être la vitrine privilégiée pour vous informer sur
l’état d’avancement des projets stratégiques et opérationnels de notre
groupe. Dans cette lignée, l’événement phare de ce 4ème numéro est la
tenue du séminaire interne de restitution du projet de revue du portefeuille stratégique et d’alignement du modèle de gestion de CDG Développement. Cette réunion, tenue en présence de notre Président, de
nos Administrateurs et de l’ensemble des Managers de notre groupe, a
été l’occasion de rappeler les principaux objectifs de cette étude stratégique et d’informer sur ses conclusions. Ce chantier structurant permettra, sans nul doute, de mieux exploiter les opportunités et de générer
davantage de valeur.
Dans un autre registre, le dossier spécial de ce numéro aborde la problématique de la gestion du stationnement, qui est devenue depuis
quelques années l’une des préoccupations majeures des collectivités,
que nos filiales souhaitent accompagner. Ainsi, CG Park, pionnière dans
la construction et la gestion de parkings, est appelée à gérer le stationnement au niveau des villes de Rabat et Marrakech. De même, Casa
Développement, société d’économie mixte, accompagnera dorénavant
la ville de Casablanca dans la gestion du stationnement au niveau du
centre-ville. De la sorte, nos filiales aspirent à devenir de véritables opérateurs de mobilité, qui ne se limitent pas à la simple gestion de parkings, mais qui visent à faire porter un autre regard sur le stationnement
à l’intérieur des grandes villes.
A travers le Focus Filiale de ce numéro, nous nous sommes intéressés
à Sothermy qui, forte de son eau thermale aux vertus thérapeutiques
uniques, ambitionne de devenir une destination incontournable pour les
curistes marocains et étrangers, aussi bien en matière de tourisme de
santé que de thermalisme médical. L’établissement thermal moderne
offre des espaces dédiés au bien-être, à la beauté et à la santé, garantissant ainsi à ses visiteurs confort, remise en forme et relaxation.
Nous mettrons également la lumière sur l’un de nos grands projets, Casa Green Town, un développement urbain conçu sur près de
360 hectares, offrant des services et des commodités de haut standing
à ses résidents. Casa Green Town, qui se veut une ville verte exemplaire, a été pensée dans une logique de respect de l’environnement.
De la sorte, elle s’insère parfaitement dans la démarche entreprise par
notre groupe pour inscrire le développement durable au cœur de nos
priorités.
Comme vous le constaterez, nous avons développé dans ce numéro
certaines rubriques de notre magazine, notamment le Kiosque. Cela
procède de notre volonté de mieux vous informer sur l’actualité des
salons professionnels dédiés aux métiers du développement territorial,
mais aussi sur l’agenda des événements culturels et artistiques.
Bonne lecture !
Le Comité de rédaction
Dépôt légal & ISSN :
Dépôt légal : 2010PE0084
ISSN : 2028 - 280X
Contact :
[email protected]
Novembre - Décembre 2010
3
23/09/2010
Med Paper
• Tenue du Conseil d’Administration de Med Paper, sous la présidence de M. Mohcine Sefrioui, au siège
social à Tanger.
• Lors de cette réunion, les membres du Conseil ont passé en revue l’activité de la société et procédé à
l’arrêté des comptes au 30 juin 2010.
• Chiffre d’affaires de 162 MDH et résultat net de -15 MDH.
29/09/2010
CGI
• Tenue du Conseil d’Administration de la CGI sous la présidence de M. Anass Alami pour examiner l’activité et arrêter les comptes sociaux et consolidés au 30 juin 2010.
• Chiffre d’affaires consolidé de 622 MDH, en hausse de 22% par rapport à la même période en 2009.
• Nette amélioration du Résultat d’Exploitation (108 MDH, en hausse de 44%).
• Résultat Net Part du Groupe de 157 MDH, en progression de 2%.
01/10/2010
MEDZ
• Nouvelle organisation du Pôle Offshoring de MEDZ, marquant le passage à une phase de développement
soutenu des différents parcs.
• Le montage institutionnel s’articule autour de :
- Casanearshore S.A et Technopolis S.A. : Sociétés de portage d’actifs, dont les principales missions
seront d’assurer la conception, le financement, la réalisation, la commercialisation et la gestion des
actifs.
- MEDZ : qui assure la réalisation des parcs en maîtrise d’ouvrage déléguée.
- MEDZ Outsourcing : la Société Centrale de Gestion, qui sera l’interface privilégiée pour les relations
clients, les relations avec les pouvoirs publics, les institutionnels (Fédérations, Associations, etc.) ainsi
que les acteurs nationaux et internationaux de l’externalisation des services et de l’Offshoring. Elle sera
en charge de la conception, programmation, commercialisation, gestion et animation des différents
parcs.
Septembre et octobre 2010
4
Novembre - Décembre 2010
Du 17 au 21 octobre
Novec
MEDZ
• Dans le cadre de la stratégie de développement
des activités de Novec à l’international, des
missions de prospection en Mauritanie, en Côte
d’Ivoire, au Burkina Faso et au Mali ont été effectuées en septembre et octobre 2010.
• Ces visites ont permis d’établir des contacts avec
les principaux donneurs d’ordres locaux, d’identifier des opportunités de projets dans ces pays et
d’initier des conventions de partenariat avec des
partenaires locaux.
• Par ailleurs, des délégations venant de Grèce, de
Mauritanie et du Burkina Faso ont effectué des
visites de travail à Novec et ont rencontré les responsables des différents départements.
• Participation de MEDZ au Salon International de
l’Alimentation (SIAL) à Paris, en collaboration
avec Maroc-Export.
• Ce salon est considéré comme le rendez-vous
mondial des acteurs de l’agroalimentaire.
• Cette présence avait pour objectif la présentation
des atouts du parc industriel intégré, Agropolis, à
une cible internationale spécialisée.
• Agropolis offre aux investisseurs des terrains viabilisés, des bâtiments industriels prêts à l’emploi,
des plateaux de bureaux et une pépinière d’entreprise. Il propose également de multiples services
aux entreprises et aux personnes, notamment un
guichet unique, un appui à l’innovation, des restaurants d’entreprise, un transport collectif, des
services d’hygiène et de santé.
« Le partenariat avec la CDG dans le
cadre du Club Med Yasmina est une
marque de confiance dans le secteur
du tourisme en général, la région du
nord en particulier et plus spécifiquement dans les sites de Tamuda Bay et
Cabo Negro. En effet, le secteur du
tourisme au Maroc est prometteur et
constitue un moteur de croissance.
La capacité actuelle gérée dans le
giron du groupe CDG est estimée à
près de 4 000 lits. Avec les projets en
cours et ceux qui sont à l’étude, elle
peut atteindre 10 000 lits dans les 5
ou 6 prochaines années ».
M. Anass Alami
PDG de CDG Développement
La Vérité
20 septembre 2010
Novembre - Décembre 2010
5
Coin Affaires
Sothermy
• Proposition d’une offre conjointe entre Sothermy, Sogatour et Royal Golf de Fès, filiales de
CDG Développement, «Zen Week-end».
• Promotion spéciale jusqu’au 31 janvier 2011
ouverte aux collaborateurs du Groupe CDG,
alliant sport, détente et relaxation.
• Le pack comprend 2 nuitées en BB à l’hôtel
Jnan Fès, 1 green-fee au Royal Golf de Fès,
1 forfait découverte aux thermes de Moulay
Yacoub et les transferts entre les sites, au prix
préférentiel de 1 400 DH TTC (avec un supplément single de 350 DH).
Sogatour
• Mise en place de tarifs préférentiels pour les
collaborateurs du Groupe CDG, jusqu’au 31
octobre 2011 dans les hôtels gérés par Sogatour : Jnan Fès, Moulay Yacoub, Sidi Harazem,
Ouzoud Béni Mellal, Zat à Ouarzazate et Suites
Hôtel Mohammed V d’Al Hoceima.
• Les tarifs et coordonnées des hôtels sont disponibles auprès des Directions Support des
filiales.
3 novembre
MEDZ
• MEDZ a pris part à la conférence «International
Outsourcing Forum-Locations», qui s’est tenue à
Malaga, du 3 au 5 novembre, sous le thème du choix
de destinations pour une entreprise désirant réaliser
une opération d’outsourcing.
• La délégation marocaine comprenait, outre MEDZ,
l’Agence Marocaine de Développement des Investissements (AMDI). Elle a présenté, l’évolution et le
potentiel du secteur de l’offshoring au Maroc.
• A l’issue des travaux de cette rencontre, les organisateurs et la délégation marocaine ont annoncé la
tenue de la prochaine édition de l’International Outsourcing Forum à Casablanca du 9 au 11 mars 2011.
5 novembre
MEDZ
• Maintien de la certification ISO 9001 version 2008
de MEDZ pour son Système de Management de la
Qualité (SMQ), suite à son 1er audit de surveillance.
• Le champ de certification couvre la conception, l’incubation, l’aménagement et la commercialisation de
zones touristiques, industrielles et logistiques ainsi
que les prestations de Maîtrise d’Ouvrage Déléguée.
•
Selon les conclusions de l’audit, le système de
management de MEDZ est parfaitement adapté aux
6
Novembre - Décembre 2010
besoins effectifs de l’entreprise et permet une
parfaite maîtrise des données relatives au projet.
9 novembre
• Rencontre organisée sous forme d’un séminaire de formation sous le thème « Mieux communiquer avec les médias en période normale ou de crise ».
• Formation articulée autour de 4 axes : principes généraux de la relation média, outils des relations
presse, règles de l’interview et gestion de la communication de crise.
Technopolis
15 décembre
SAZ
• Logica a inauguré ses locaux dans la plateforme
de Technopolis.
•
Cette cérémonie s’est déroulée en présence
notamment de M. Andy Green, Président Directeur Général de Logica, M. Ahmed Réda Chami,
Minsitre de l’Industrie, du Commerce et des
Nouvelles Technologies et M. Mohamed Lakhlifi,
Directeur Général de Logica North Africa.
• Avec une surface d’environ 3 000 m² , le nouveau
site de la filiale marocaine (après celui déjà inauguré à Casanearshore) lui permettra de poursuivre
son développement dans le Royaume.
• Logica emploie près de 700 collaborateurs en
2010 (contre 450 en 2008).
•Tenue du Conseil d’administration de la Société d’Aménagement de Zenata (SAZ), sous la présidence de M. Anass Alami.
• Le Conseil d’Administration a passé en revue les principales conclusions de l’étude relative au
positionnement stratégique de la ville nouvelle de Zenata à l’horizon 2030.
• Le Conseil a aussi pris connaissance des premiers résultats de l’étude urbanistique et de l’état
d’avancement de la procédure d’acquisition du foncier.
23 décembre
Dyar Al Mansour
• Inauguration de la garderie « Riad Al Mansour » dépendant de la 1ère tranche du projet Al Kora.
• Ce projet a été réalisé en partenariat avec le Ministère du Développement Social, de la Famille et
de la Solidarité, la Wilaya de la Région de Rabat - Salé - Zemmour - Zaërs et la Fondation CDG.
• L’objectif est d’offrir aux nouvelles générations une meilleure insertion dans leur nouveau cadre de
vie, à travers des programmes de mise à niveau en faveur des enfants de quatre à six ans.
23 novembre
CDG Développement
• Organisation du séminaire de lancement du projet de mise en place de la solution IT du système
de pilotage stratégique et financier.
•
Allocution de M. Alami soulignant l’importance cruciale de ce chantier structurant pour
le groupe CDG Développement et appelant les
intervenants à la mobilisation de leurs efforts.
• Ce projet est nécessaire compte-tenu de la forte
progression de la taille des investissements
consolidés, de la diversité des métiers et de
l’importance du portefeuille géré par le groupe
CDG Développement.
• Le processus de pilotage stratégique et financier
est basé sur les principes directeurs suivants : La
vision économique, la complétude, la fiabilité et
la rapidité, la cohérence et la lisibilité.
25 novembre
Novec
• Organisation de la 4ème journée technique de Novec sous le thème : « L’optimisation des Projets
de Bâtiment et de VRD ».
•Des interventions à la fois des collaborateurs du
groupe et d’experts ont ponctué cette journée.
• Des axes d’optimisation ont été retenus lors
des présentations et des discussions. Il a été
recommandé de n’en retenir que ceux à caractère pratique et faciles à mettre en œuvre et qui
interviennent surtout en amont des projets.
15 décembre
CDG Développement
• Tenue du 6 Meeting Com du groupe CDG Développement, en présence des responsables de
communication de la holding et de ses filiales.
ème
Dans notre approche, il n’a jamais
été question de faire de Chbika
une station balnéaire, mais bien
une ville intégrée. La réputation
de l’endroit ne doit pas se faire
uniquement avec le volet loisirs et
vacances, bien que l’hôtellerie soit
nécessaire pour atteindre la masse
critique et lancer la destination. Le
succès de Chbika se mesurera au
nombre de personnes qui y vivront
en permanence, et non au nombre
de touristes saisonniers.
Nous tiendrons nos engagements.
On agit comme s’il n’y avait pas
de crise, à la seule différence
que les ventes escomptées vont
arriver plus tard que prévu. Nous
aurons besoin de 3 ans de travaux
au plus pour le 1er livrable du projet. En 2013, 300 hectares seront
livrables et comprendront 5 hôtels
de 1 500 chambres, 1 111 appartements, villas, riads, une marina
de 100 anneaux et un golf de 18
trous.
Samih Sawiris
PDG d’Orascom Dévelopment
Holding
L’Economiste du 15 novembre
28 décembre
Technopolis
• Réception provisoire de l’usine « Lear Rabat Electronics » qui fait suite à la décision de Lear Technology Corporation Electronics d’avoir une implémentation au Maroc et plus particulièrement à
Technopolis, « Smart City ».
• Cette nouvelle unité, a été construite sur un terrain de 40 500 m², pour une surface couverte
totale de 14 350 m² et dont 11 000 m² ont été dédiés à la production et au stockage des matières
premières et des produits finis.
•L’usine compte déjà 60 collaborateurs et prévoit d’atteindre 100 personnes à fin janvier 2011. Lear
prévoit la création de plus de 500 emplois à terme pour cette 1ère phase.
29 décembre
Exprom
• Certification d’Exprom selon la norme ISO 9001 version 2008 par le Bureau Veritas, une norme
portant sur le système de management de la qualité.
• Cette certification couvre le management de la qualité des projets de l’entreprise pour ses activités de Facility Management.
31 décembre
CGI
• L’Assemblée Générale Ordinaire du 20 Septembre 2010 avait autorisé la CGI à procéder en une ou
plusieurs fois à l’émission d’un emprunt obligataire plafonnée à 3 milliards de dirhams.
• Le Conseil d’Administration a fixé le montant de l’opération à 1,5 milliards de dirhams. Ce mode
de financement devrait permettre à la CGI de financer sa croissance, d’optimiser son coût de
financement et d’améliorer son effet de levier, ainsi que la rentabilité de ses fonds propres.
• Cette opération a connu un franc succès puisqu’elle a permis de sécuriser le montant demandé
au taux le plus bas (4,94%), en étant souscrit plus de 4 fois, du fait que le volume total proposé
par les investisseurs a dépassé 6,1 milliards de dirhams.
Après une période de croissance rapide, au
terme de laquelle MEDZ a initié 40 projets à
ce jour, il était nécessaire pour la société de
réfléchir à son business-model et à l’organisation qui en découle. Cette dernière a
deux objectifs : clarifier la logique de notre
intervention dans chacune des activités
faisant partie de notre chaîne de valeur et
recentrer notre société sur ses métiers de
base.
Ainsi, nous avons séparé les activités de
portage d’actifs et celles de gestion de
zones. Le portage d’actifs ne fait pas partie
de notre cœur de métier. MEDZ concentrera ses efforts sur l’incubation, le développement et la gestion de zones d’activités économiques. Notre métier est de développer
un projet, le gérer et faciliter l’installation
d’entreprises dans les différents domaines
d’activités.
M. Abdellatif Hadj Hamou
Président du Directoire de MEDZ
Economie & Entreprises
Novembre 2010
6 janvier
Sogatour
• Mise en ligne du site web dédié aux Suites Hôtel Mohammed V d’Al Hoceima : www.suiteshotelmohammedv.com.
Novembre - Décembre 2010
7
L’Office National d’Electricité (ONE) a rejoint le consortium chargé de
promouvoir le codéveloppement de l’interconnexion électrique entre
les pays du nord et du sud de la Méditerranée (Transgreen). Ce dernier s’inscrit dans le cadre du Plan Solaire Méditerranéen, qui prévoit
la construction, au sud et à l’est du bassin, de capacités de production d’électricité renouvelable, notamment solaire, de 20 gigawatts
(GW) à l’horizon 2020.
Source : www.enerzine.com
En mars 2011, Mogador sera la 3ème station du Plan Azur, après Saïdia et Mazagan, à voir le jour. S’étalant sur 600 hectares, la station
aura un positionnement haut de gamme axé à la fois sur la culture
et la nature. Ainsi, outre 4 hôtels de luxe (5*), Mogador comprendra
un village qui abritera des boutiques-hôtels, des galeries d’art, des
cafés et des activités sportives. Sa capacité litière sera de 3 300 lits.
Source : Infomédiaire Flash du 20 octobre 2010
Le Maroc et le Koweït ont signé à Rabat plusieurs accords
de coopération qui portent, notamment, sur le développement d’infrastructures au Maroc. Les deux pays ont signé
une série de quatre accords de rapprochement sur les plans
économique. Trois Conventions (ferroviaire, industrielle et électrique) ont été ratifiées entre les deux pays. Elles concernent une
contribution koweitienne de 40 millions d’euros pour la réalisation du
TGV marocain reliant Tanger à Casablanca et l’octroi de 5,5 millions
d’euros pour le développement d’un réseau d’électricité dans les provinces du sud du royaume.
Source : www.jeuneafrique.com
Les prévisions d’investissements du groupe CDG s’élèvent à 13 milliards de dirhams pour 2011. Les détails du plan d’investissement
seront dévoilés lors de la présentation de la vision stratégique du
groupe.
Source : Perspectives du Maghreb, 1er décembre
Des accords de coopération économique ont été signés entre la
Grèce et le Maroc, au cours de la 7ème commission mixte réunie le
18 octobre à Athènes. Ces accords renforcent le cadre institutionnel
pour les entrepreneurs des deux pays. Tous les domaines d’activités
économiques sont concernés, des sources renouvelables d’énergie,
aux produits agricoles certifiés, à la pisciculture, au tourisme et en
particulier aux voyages de croisière en Méditerranée.
Source : Google News, 20 octobre
Avec la mise en œuvre du Plan Solaire, le Maroc ambitionne, d’ici
10 ans, de couvrir 42% de ses besoins grâce aux énergies renouvelables. Ainsi, avec le lancement de ce plan, 5 centrales solaires
seront construites au Maroc, à commencer par celle de Ouarzazate,
dont les travaux débuteront à la fin 2011. Le coût global d’investissement est estimé à 70 milliards de dirhams.
Lors des assises du tourisme, tenues à Marrakech, le Ministre du
Tourisme, M. Yassir Zenagui, a dévoilé un ambitieux plan de développement du secteur touristique pour les 10 prochaines années visant
à doubler les recettes tirées de cette activité et d’en faire le plus
grand secteur de l’économie nationale après l’agriculture. L’objectif
est de faire du Maroc la 20ème destination touristique au monde. Aux
termes de ce plan, le Maroc investira 100 milliards DH pour développer le tourisme dans 8 régions du littoral Méditerranéen et de la côte
Atlantique. L’objectif est de faire passer les recettes touristiques à
150 milliards DH par an.
M. Saâd Harket a été nommé Directeur Général de la société Parc Haliopolis, filiale de MEDZ, lors du Conseil d’administration qui s’est
tenu le 21 juillet 2010. Titulaire d’un diplôme d’Ingénieur d’Etat de l’Ecole Hassania des Travaux Publics, Option Bâtiment & Génie Civil
et d’un Mastère de l’Ecole Spéciale des Travaux Publics (ESTP Paris) en Maîtrise d’Ouvrage et Gestion Immobilière, M. Harket a débuté
sa carrière en 1992 au sein de la Société Nationale des Autoroutes du Maroc. En 1994, il a occupé le poste de Responsable du Bureau
d’Etude et du Service Commercial de Soprelco. En 1996, il a intégré le groupe CDG, où il a occupé plusieurs postes de responsabilité,
notamment celui de Directeur Technique de la société Al Manar Développement (entre 2005 et 2007). Il a rejoint MEDZ en septembre
2007 en qualité de Directeur en charge du Pôle Produits de la Mer, au sein du Pôle Industrie & Logistique.
M. Amine Elhajhouj a été nommé Directeur Général de la Société d’Aménagement et de Valorisation de Cala Iris (SAVCI) lors du
Conseil d’Administration qui s’est tenu le mardi 7 septembre. Titulaire d’un diplôme d’Ingénieur d’Etat en génie civil de l’Ecole Hassania
des Travaux Publics et d’un diplôme du Cycle Supérieur de Gestion de l’ISCAE, M. El Hajhouj a débuté sa carrière en 1992 au sein de
la Société Nationale des Autoroutes du Maroc, où il a occupé plusieurs postes de responsabilité, notamment celui de Directeur de
la Stratégie et du Développement (entre 2003 et 2007). En 2007, il a rejoint le groupe CDG Développement en qualité de Directeur
Délégué, en charge de la Direction du Suivi de Projets et Réalisations. Depuis juin 2008, il a occupé le poste de Directeur Délégué, en
charge de la Direction Conception & Développement au sein de la Société d’Aménagement Zenata, filiale de CDG Développement.
M. Abderrafie Hanouf a été nommé le 1er octobre en qualité de Directeur Général de MEDZ Outsourcing. Il est diplômé de l’Ecole
Mohammedia des Ingénieurs, en tant qu’Ingénieur d’Etat en automatique et informatique industrielle. Il a par ailleurs suivi de
nombreuses formations en management, en marketing et en finance d’entreprise. Membre du Conseil d’Administration de l’APEBI
(Fédération des Télécommunications, des Technologies de l’Information et de l’Offshoring), du Conseil d’administration du Technopark,
du Conseil scientifique et technologique du Soft Centre (ANRT), du Comité d’investissement du fonds de capital d’amorçage Maroc
Numeric Fund et de bien d’autres institutions, il est reconnu en tant qu’expert en Technologies de l’information et en ingénierie de
l’innovation. Avec 25 ans d’expérience, durant lesquels il a occupé plusieurs postes de direction dans le secteur des Technologies de
l’Information et de la Communication, il rejoint en 2007 le Groupe CDG, pour prendre en charge la Cité de la Technologie : Technopolis.
M. Rachid El Alaoui est maintenu en tant que Directeur Général des sociétés Casanearshore SA et Technopolis SA, filiales de MEDZ.
M. El Alaoui est Ingénieur diplômé de l’Ecole Centrale de Marseille et titulaire d’un Master en Gestion d’entreprise de l’EDHEC Lille. Il
a rejoint MEDZ en 2006, en qualité de Directeur Administratif et Financier du Pôle Offshoring et Technologies. A ce titre, M. El Alaoui
a accompagné l’ensemble des réalisations de ce pôle et ce, depuis sa création.
Source : Infomédiaire Flash, 1er décembre
Source : www.maghrebinfo.actu-monde.com, 10 octobre 2010
C’est le montant global d’investissement pour la construction de la centrale
thermique de Kenitra et qui sera livrée en 2012.
M. Aziz Hijaouy a été nommé Directeur du Parc Technopolis le 11 octobre 2010. Cette nomination entre dans le cadre de la nouvelle
organisation du Pôle d’activités Offshoring de MEDZ, qui a pris effet le 1er octobre 2010, et prévoit notamment la mise en place d’une
société de portage d’actifs et d’une société centrale de gestion. Titulaire d’une Maîtrise de Méthodes Informatiques Appliquées à la
Gestion des Entreprises (MIAGE) de l’Université de Grenoble, M. Hijaouy a une expérience de plus de vingt ans dans le secteur des
TIC. Ainsi, il a débuté sa carrière en 1988 dans la société Agro Concept. Par la suite, il a occupé de nombreux postes de responsabilité
au sein de CONCIS (SSII) en 1994, de Munisys (pendant 3 ans) et de l’ODI en 1990. En 2004, M. Hijaouy a intégré le groupe CDG
Développement en qualité de Directeur Général de la société Acacia Net, filiale spécialisée dans la numérisation du territoire.
Millions d’euros
C’est le chiffre d’affaire réalisé en 4 ans par le secteur de l’Offshoring au Maroc.
Il a aussi permis la création de plus de 3500 emplois.
Milliard de Dirhams
C’est la quantité de bois consommée chaque année au Maroc (dont seulement
la moitié est renouvelable).
Millions de tonnes
C’est le taux d’électrification rurale atteint au Maroc à fin 2009
(contre 95,4% une année auparavant et 18% seulement en 1996).
8
Novembre - Décembre 2010
M. M’hammed El Merini a été nommé Directeur Général de la société Al Manar Development Company lors du Conseil d’Administration
qui s’est réuni le mercredi 27 octobre 2010. Titulaire d’un diplôme d’Ingénieur d’Etat de l’Ecole Hassania des Travaux Publics et d’un
MBA de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées de Paris, M. El Merini a débuté sa carrière en 1993 au sein du Cabinet du Ministre
de l’Equipement. En 1998, il a été nommé Directeur Technique, puis Directeur Général de la société Helgem Ingénieurs Conseil. En
2003, il a intégré le groupe CDG en tant que Chef du Département Eau et Environnement au sein de Novec. Depuis 2006, il a occupé
diverses responsabilités au niveau de la CGI, dont notamment celle de Directeur Général Délégué, en charge du Pôle Tertiaire.
M. Saad Laachfoubi a été nommé Directeur Général de la Société Nationale d’Aménagement Communal (Sonadac), filiale de CDG
Développement, lors du Conseil d’administration de la société du 21 décembre 2010. Diplômé de l’Institut Polytechnique des Sciences
Appliquées à Paris, M. Laachfoubi a débuté sa carrière en 1996 au LPEE. Il a effectué un bref passage dans le secteur du bâtiment,
avant d’intégrer le groupe CDG, où il a occupé divers postes de responsabilité. M. Laâchfoubi continuera d’assurer, par ailleurs la
fonction de Directeur Général de la société Casa Développement.
Novembre - Décembre 2010
9
14 octobre
Séminaire interne :
Revue du portefeuille stratégique
& Alignement du modèle de gestion de CDG Développement
M. Alami saluant les collaborateurs du groupe
Photo de groupe
Par la suite, M. Mourad Toufiki, Directeur Associé du
cabinet McKinsey, a présenté les conclusions de l’étude
lancée par CDG Développement en début d’année. Cette
présentation s’est articulée autour des axes suivants :
• Grille de lecture sur le portefeuille d’investissement actuel et analyse des besoins en fonds propres consolidés.
• Cartographie des leviers de résorption potentiels et
marges de manœuvre financières du groupe en cas
d’environnement « stressé ».
Allocution de bienvenue de M. Anass Alami
Le jeudi 14 octobre 2010, un séminaire interne a été organisé par CDG
Développement à l’hôtel Sofitel Jardin des Roses et ce, afin de restituer
les conclusions de l’étude sur la revue du portefeuille stratégique et l’alignement du modèle de gestion de la holding.
Présidé par M. Anass Alami, Président Directeur Général de CDG Développement, ce séminaire interne a connu la participation des Administrateurs de CDG Développement, de l’ensemble des managers de la
holding et de ses filiales ainsi que des représentants de la CDG et de
CDG Capital.
Dans son allocution de bienvenue, M. Anass Alami a rappelé les objectifs
poursuivis par la réflexion sur la revue stratégique du portefeuille, à savoir :
• Affiner la structuration du groupe CDG Développement et asseoir le
positionnement des filiales.
• Evaluer la capacité financière de CDG Développement à tenir les engagements pris sur les projets engagés et donner de la visibilité sur son
10
Novembre - Décembre 2010
• Lignes de force de la stratégie de développement de
CDG Développement à l’horizon 2020.
M. Ouanaya, M. Fassi Fihri, M. Bastos et M. Lhassani
aptitude à saisir les opportunités attractives d’investissement ainsi
que sur sa capacité à générer des dividendes durables pour l’actionnaire CDG.
Intervention de M. Ahmed Fouad Chraïbi
• Marge de manœuvre concernant l’équation de financement de la stratégie du groupe CDG Développement à
l’horizon 2020.
• Faire la lumière sur les impacts financiers et stratégiques d’éventuelles situations de crise sur les composantes du portefeuille de CDG
Développement (scénario de stress test).
• Identifier les nouveaux secteurs à investir en corrélation avec la vocation de CDG Développement et définir, ainsi, une posture stratégique
par domaine d’activité (enveloppes d’investissement, charte d’investissement, maturités, objectifs de performance, degré de contrôle).
• Identifier les pistes d’équilibre d’équation de financement du développement.
• Adapter le modèle de gestion de la performance et ajuster le modèle
de gouvernance du groupe CDG Développement, son modèle de gestion et de suivi de la performance des filiales.
Vue de l’assitance
Novembre - Décembre 2010
11
8 octobre
Med Sourcing Morocco
La rencontre des experts de l’outsourcing
Vue de l’assistance
Allocution de M. Anass Alami, Président du Conseil de Surveillance de MEDZ
Med Sourcing Morocco, événement d’envergure internationale, a été organisé le 8 octobre 2010 à Casablanca. Cette manifestation, orientée vers l’externalisation, rassemble les donneurs d’ordre et les prestataires de services.
Fruit d’une collaboration fructueuse entre l’Agence Marocaine de Développement des Investissement (AMDI) et MEDZ, filiale de CDG Développement,
cette rencontre a réuni un parterre d’experts internationaux et nationaux de
haut calibre en matière d’externalisation des services.
Durant cette journée, près de 200 personnes (dont plus
de 50 étrangers) ont pris part aux présentations, tables
rondes et échanges entre les panels et l’auditoire. Les
participants ont évoqué les aspects qui impactent la décision d’externalisation, mais surtout celle de sa pérennisation. Cette manifestation a été l’occasion de discuter
de l’externalisation, de ses tendances futures, de ses
facteurs clés de succès, des enjeux de la protection des
données, de la dynamique du marché IT marocains, tout
en ayant un retour d’expérience des acteurs internationaux et nationaux.
Etaient notamment présents :
• Des représentants d’associations professionnelles (European Outsourcing
Association, CIGREF, Syntec, etc.).
• Des prestataires de services (Cap Gemini, Logica, Webhelp, etc.).
• Des donneurs d’ordre.
En clôture de cette journée, une visite du parc Casanearshore a été organisée. Elle a permis aux invités de
s’arrêter sur la première zone dédiée aux métiers de
l’outsourcing, avec une visite des locaux de Dell (qui est
installé sur près de 20 000 m², emploie 2 000 personnes,
travaille en plus de 12 langues et sert des pays européens et américains).
Les allocutions d’ouverture ont été données par :
• M. Ahmed Réda Chami, Ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies.
• M. Anass Alami, Président Directeur Général de CDG Développement.
• M. Mohamed Horani, Président de la Confédération Générale des Entreprises Marocaines (CGEM).
• M. Alain Donzeaud, Secrétaire Général du Groupe Cap Gemini.
Cette manifestation, organisée pour la première fois en
terre africaine, a définitivement ancré la destination Maroc en tant que leader pour les processus francophones
et hispanophones. Un second rendez-vous a d’ores et
déjà été pris les 9-10-11 mars 2011 pour l’International
Outsourcing Forum (IOF Morocco).
12
Novembre - Décembre 2010
Panel d’experts
Med Sourcing 2010 en chiffres
•7 pays participants
•200 invités
•53 personnalités internationales
•100 entreprises
•10 associations
Intervention de M. Ahmed Réda Chami, Ministre du Commerce, de l’Industrie et des Nouvelles Technologies
Novembre - Décembre 2010
13
La CDC s’engage fort en Méditerranée
L’ONU attribue son Prix 2010 UN-Habitat au Royaume du Maroc
En marge du sommet sur les Objectifs du Millénaire pour le développement, M. Ban Ki-moon a annoncé l’attribution du Prix 2010
de l’UN-Habitat au Maroc, en signe de reconnaissance importante
du travail accompli par le Royaume, sous la Haute conduite de Sa
Majesté le Roi, dans le domaine de l’amélioration des conditions de
vie des couches vulnérables dans les villes.
Cette distinction, l’une des plus prestigieuses allouées en matière
d’établissement humain, a été attribuée au Maroc pour son programme national développé en faveur de l’amélioration des conditions de l’habitat des populations des bidonvilles.
Le Prix récompense les personnes et les institutions ayant mis en
œuvre les projets les plus significatifs dans le domaine de l’habitat
et du développement humain, afin d’améliorer les conditions de vie
dans les villes.
www.atlasinfo.fr
21 septembre 2010
ISO 26 000 : Une norme internationale pour guider la responsabilité sociétale
Les entreprises, associations mais aussi collectivités territoriales
désireuses de s’engager dans le développement durable vont bientôt
pouvoir disposer d’un nouveau plan de route : la norme ISO 26.000.
Après cinq années de négociations, le contenu de ce référentiel
international vient d’être adopté définitivement par les membres de
l’Organisation Internationale de Normalisation. Son texte sera publié
officiellement dès ce 1er novembre.
Tous les types d’organisations auront la possibilité de se conformer
à cette norme. Ainsi, La «26 000» leur permettra d’endosser leur
responsabilité sociétale en suivant une méthode reconnue internationalement. Elle leur proposera de travailler sept questions : leur
gouvernance, les droits de l’homme, les relations et les conditions de
travail, l’environnement, la contribution au développement local, les
bonnes pratiques des affaires et la protection du consommateur. Et
si cette norme n’est qu’un simple recueil de bonnes pratiques, Afnor
Certification proposera sa propre évaluation aux volontaires désireux
de mieux progresser et, éventuellement, de communiquer sur leurs
succès en matière de développement durable.
Lors du colloque de Marseille dédié aux « Villes nouvelles en Méditerranée », qui s’est tenu le 30 septembre et le 1er octobre 2010 à
l’initiative de Fadela Amara, Secrétaire d’État chargée de la politique
de la Ville, la Caisse des Dépôts (CDC) a réaffirmé son engagement
concret et pérenne en faveur du projet d’Union pour la Méditerranée.
Dés le début, la CDC a été la première grande institution financière
à développer une politique méditerranéenne. Parmi ses initiatives
très concrètes, elle a notamment été l’un des membres fondateurs
du premier instrument financier méditerranéen, le fonds Inframed,
abondé à hauteur de 400 millions d’euros de fonds dès son démarrage en mai dernier, et avec un objectif à un an de 1 milliard d’euros.
La CDC est aussi partenaire fondateur du Centre Méditerranéen d’Intégration (CMI), installé à Marseille, et dont la vocation est de devenir « le
réseau des réseaux méditerranéens », avec pour mission prioritaire de
faciliter l’innovation dans la région, grâce notamment aux échanges sur
les expériences respectives des uns et des autres opérateurs.
De même, la CDC s’est positionnée, avec la Banque mondiale, comme
l’un des deux leaders dans la création et le déploiement du réseau
des financiers et aménageurs urbains de la Méditerranée, dont la
création a justement été annoncée lors de ce forum international.
Aussi, la CDC a déclaré s’engager pour l’Institut des Hautes Études
d’Aménagement de la Méditerranée ainsi que pour l’Office Économique de la Méditerranée, deux entités actuellement en gestation,
et dont les lancements prochains ont également été évoqués lors
du forum.
www.lejmed.fr
3 octobre 2010
Editorial
L’affaire de la « Cité de l’Air » (projet Casa-Anfa) connaît une issue dramatique avec des familles délogées de force au terme de plusieurs
mois de résistance.
Derrière l’apparence d’un bras de fer ou du combat du pot de terre
contre le pot de fer, dont les travers sont aujourd’hui ressentis violemment par les habitants, il s’agit en réalité d’un retour souhaitable
à la légalité. Un nouvel acquéreur, rachète un terrain domanial occupé depuis des années par quelques centaines de familles. Nous
ne sommes donc même pas devant un cas d’expropriation puisque
l’assiette foncière n’appartient pas aux occupants. Il n’empêche, le
nouveau propriétaire propose des indemnisations à des conditions qui
ne semblent pas inintéressantes. Le compromis aurait dû normalement arranger les deux parties. En tout cas les habitants avaient de
bonnes raisons de penser qu’ils ont tout à gagner en acceptant les
premières médiations et le déménagement. Ce ne fut pas le cas, les
occupants préférant initier une guerre d’usure.
Bien sûr, les images de ces familles, des ces enfants qu’on évacue par
voie judiciaire et dont les autorités démolissent les maisons sont poignantes. C’est un drame humain, c’est incontestable. Et à cet égard,
il serait judicieux qu’un dispositif de prise en charge soit déployé pour
l’hébergement vu les implications sociales de cette affaire. Mais dans
le fond, les arguments des squatteurs ne sont pas défendables.
Il est surtout regrettable que ces ménages n’aient pas mesuré le
risque qu’ils ont pris : celui d’une insécurité juridique dont ils sont les
premiers responsables. Sans vouloir miner le moral de cette population, le dernier mot devait objectivement revenir à la loi.
L’Economiste,
4 novembre 2010.
www.localtis.info
23 septembre 2010
14
Novembre - Décembre 2010
Novembre - Décembre 2010
15
Spécial Gestion
du stationnement
16
Novembre - Décembre 2010
Novembre - Décembre 2010
17
Spécial Gestion du Stationnement
Stationnement et espace public
Avec le développement des villes, les problèmes de stationnement se
sont fortement intensifiés. Les usagers perçoivent le stationnement à
proximité comme un droit, qui plus est libre et gratuit. De ce fait, les
premiers modèles de stationnement doivent nécessairement évoluer
pour absorber une demande de plus en plus croissante.
Constamment exposés aux problèmes de coût, de sécurité et de
manque d’emplacements à proximité, les automobilistes considèrent
leur place de stationnement comme le prolongement de leur logement ou de leur lieu de travail. En conséquence, l’espace public est
de plus en plus saturé, ce qui contribue à dégrader le paysage urbain,
à perturber le cheminement des piétons, des transports en communs
et à dégrader l’environnement.
Plusieurs études ont montré que le stationnement est aujourd’hui au
centre des préoccupations des collectivités pour une gestion pertinente des espaces urbains. Outre sa grande voracité à consommer
l’espace, il est une condition sine qua non pour que les quartiers les
plus denses, surtout dans les grandes agglomérations, restent accessibles.
Par conséquent, les Collectivités Locales doivent atteindre les objectifs suivants :
18
Novembre - Décembre 2010
• Économique : Favoriser l’attractivité des centres-villes (meilleure
accessibilité des commerces etc.).
• Réglementaire : Faire respecter la réglementation grâce à un
contrôle efficace du stationnement.
• Écologique : Optimiser le stationnement en respectant l’environnement (très peu de travaux de voirie, alimentation de l’horodateur
par panneau solaire, etc.).
Quelques chiffres
• Chaque véhicule n’est en circulation que 6% du temps.
• Il passe, ainsi, en moyenne 94% de son temps en stationnement.
Le stationnement, outil de
réhabilitation des centres-villes
L’analyse de la problématique du stationnement urbain doit faire
l’objet d’une démarche intégrée et globale, prenant en compte les
problématiques économiques, réglementaires et environnementales.
Ainsi, les centres-villes, compte-tenu de leur poids attractif
(commerces, services, etc.) sont des quartiers dans lesquels les
problèmes de circulation et de stationnement sont particulièrement
intenses. Pour ces raisons, les collectivités ont pour mesure
d’instaurer une réglementation du stationnement, et de recourir à
la limitation de durée accompagnée d’une tarification, à condition
que l’argument soit celui d’améliorer la rotation des véhicules pour
fluidifier au mieux la circulation et s’approcher d’une meilleure qualité
de vie dans la ville.
En conclusion…
Dans la problématique des transports, le stationnement automobile est donc de plus en plus pris en compte par les décideurs, qui le considèrent comme un levier de régulation des
flux de véhicules.
Les réglementations axées sur la tarification et la limitation des
durées de stationnement améliorent la rotation des véhicules,
elles permettent ainsi de faciliter l’accès des centres-villes
aussi bien pour les résidents que pour les visiteurs.
Nos filiales, CG Park et Casa Développement, fortes de leur expérience
et du savoir-faire de leur personnel, entament une démarche
d’opérateur de mobilité au sein de nombreuses grandes villes comme
Marrakech, Rabat et Casablanca, pour faire du passage dans ces
dernières un véritable moment de vie, dans un cadre rassurant,
agréable, bénéficiant de multiples services, en lien avec le quartier et
les commerces environnants.
Novembre - Décembre 2010
19
Spécial Gestion du Stationnement
Notre principal bénéfice sera de contribuer à résorber
la problématique du stationnement à Casablanca
Le stationnement, un enjeu majeur de la
politique des villes
Soroure Tamouro,
Saad Laachfoubi
Directeur Général Délégué de CG Park
Administrateur Directeur Général d’Avilmar
Directeur Général
Casa Développement
Casa Développement est une société d’économie mixte (SEM) dédiée
au développement de la ville de Casablanca. Son capital est détenu
conjointement par CDG Développement et la Commune Urbaine de
Casablanca. Cette SEM est un outil au service de la collectivité et agit,
ainsi, dans de la cadre de l’intérêt général. Sa mission consiste à organiser et adapter le stationnement en fonction des spécificités des quartiers concernés.
La gestion de la problématique du stationnement sera indéniablement
bénéfique aux citoyens casablancais, qui gagneront notamment :
La Ville de Casablanca a décidé de confier la gestion des nouvelles
zones ouvertes au stationnement payant à Casa Développement. Dans
ce cadre, nous avons pour mission d’organiser et de gérer le stationnement sous ses trois composantes : sur voiries, en surface et en ouvrage.
• Une portabilité du titre de stationnement sur l’ensemble du périmètre
exploité par Casa Développement.
Un premier périmètre d’intervention, situé dans l’Arrondissement du
Maârif, a été identifié. Il cible principalement les zones à fortes densités
de commerces, où il y a un réel besoin de créer de la rotation dans
le stationnement. Totalisant près de 2 300 places de stationnement,
ce périmètre sera équipé d’environ 120 horodateurs. A cet effet, une
consultation a été lancée et nous prévoyons de démarrer les travaux
d’installation dans les prochains mois.
Notre politique de stationnement ambitionne d’être au service d’une
mobilité durable, en phase avec les objectifs environnementaux, sociaux
et économiques de la collectivité. Il convient de rappeler qu’une mobilité
est dite durable lorsque sa réalisation respecte l’intégrité de l’environnement, assure les besoins matériels de la vie et garantiet l’équité entre
les individus. A cet égard, nous avons trois enjeux fondamentaux :
•D
es enjeux environnementaux : il s’agit de baisser la pollution et la
consommation de ressources, grâce à du stationnement en ouvrage
et en surface à proximité des terminus de transport en communs.
•D
es enjeux sociaux : nous visons à améliorer le quotidien des citoyens
et à maintenir les emplois en dehors de l’informel. En ce qui concerne
les gardiens, nous avons prévu des alternatives d’emploi.
•D
es enjeux économiques : une bonne gestion du stationnement devrait notamment permettre une facilité d’accès aux commerces, la
décongestion de certaines artères et la restitution des trottoirs aux
piétons.
20
Novembre - Décembre 2010
• Une circulation plus fluide.
• Un stationnement plus accessible, par la diversité de l’offre qui sera
structurée autour des 3 types de stationnement.
• Des modalités d’accès au service, qui seront facilitées, diversifiées et
adaptées à chaque profil d’usager.
•U
n exploitant à leur écoute.
Casa Développement destine le fruit de l’exploitation du stationnement
sur voiries au financement partiel de la construction de parkings en
ouvrage et à l’aménagement de parkings de surface, qui font défaut
à la ville de Casablanca. Notre principal bénéfice sera de contribuer à
asseoir la nouvelle image de Casablanca, tout en y résorbant la problématique du stationnement.
Chaque zone qui nous est confiée fera l’objet d’une étude par des cabinets spécialisés, visant à établir un diagnostic de la situation et à préconiser des recommandations précises quant aux types de stationnement
à décliner en fonction des activités dans ladite zone. La construction de
parkings en ouvrage est très capitalistique, avec une rentabilité faible et
à très long terme.
Ces équipements structurants pour la ville verront le jour à moyen
terme. Nous étudions actuellement l’opportunité de réaliser un parking
en sous-sol au niveau de l’Arrondissement du Maârif.
Le stationnement est l’un des principaux enjeux de la politique des villes. Il
influence de la sorte la mobilité, l’aménagement du territoire, l’infrastructure, le logement et le cadre de vie. Les villes évoluent en permanence.
Ces transformations, souvent associées à un développement démographique ou économique, sont consommatrices d’espaces. De ce fait, la
tendance générale dans les villes a été, jusqu’ici, de laisser les fonctions
de circulation et de stationnement prendre le pas sur la fonction de séjour.
Ainsi, les centres-villes se sont adaptés aux contraintes de l’automobile
et non l’inverse. Maintenant, il est primordial de dégager l’espace public
afin de lui rendre une certaine convivialité et permettre au public de
trouver un espace de stationnement le plus facilement possible.
Aujourd’hui, le besoin en stationnement à Marrakech est estimé au
minimum à 2 750 000 m² sur la base d’une surface brute de 25 m² par
véhicule et de 110 000 véhicules en circulation par jour en moyenne sur
l’année. Cela permet de dégager trois enjeux importants :
• Opérer des choix cohérents quant à la destination de l’espace urbain,
au lieu d’un choix par défaut, en réduisant la pression automobile
dans les centres urbains.
• Favoriser les alternatives, à travers l’utilisation d’autres modes de
transport.
• Faire fédérer dans sa démarche une grande partie des intervenants
(usagers, associations, presse, autorités locales, etc.)
• Sensibiliser et convaincre les usagers des bienfaits du système, ce
qui permettra, d’une part, d’alléger la pression sur la voirie et par
conséquent de réduire le temps de recherche des places de stationnement et l’augmentation des visiteurs et clients potentiels des commerces avoisinant les zones concernées et, d’autre part, la réduction
des émissions de CO2.
• Adopter un comportement citoyen vis-à-vis de l’espace public à partager.
A cet effet, une campagne de communication a été entreprise pour
accompagner ce changement organisationnel dans le mode de stationnement. A ce jour, nous pouvons dire que l’impact est positif et nous
resterons attentifs durant les prochains mois aux différents changements de comportements afin de procéder aux recadrages nécessaires
de notre approche et mener à terme notre mission.
A ce jour, dresser un bilan peut s’avérer inapproprié au regard de la jeunesse
de l’expérience, mais nous pouvons souligner quelques recommandations qui
pourront faciliter à l’avenir la reproduction de l’expérience dans d’autres villes :
• Prendre le recul nécessaire pour l’élaboration du cahier des charges,
avec la prise en compte impérative des spécificités locales.
• Développer la concertation et l’information entre les acteurs.
En effet, une politique de stationnement ne peut être décidée qu’en concertation avec l’ensemble des acteurs intervenant au niveau de la ville, qu’il
s’agisse d’institutionnels, de « techniciens » ou de la société civile. L’adhésion sociale doit être recherchée, notamment, par l’information sur les
enjeux d’une telle politique, surtout lorsque celle-ci est, de toute évidence,
sensible et qu’elle fait l’objet de divergences entre différents lobbies.
Ainsi, lors de la mise en place des bases du nouveau mode de stationnement au niveau de la ville de Marrakech, CG Park à travers sa société
de développement local, Avilmar, a entrepris des actions diverses dans
le but de :
• Mettre en place, au préalable le cadre juridico-administratif de la mission.
• Construire, au fur et à mesure des études, des indicateurs-clés de
gestion et d’organisation afin de permettre l’anticipation des besoins
et des solutions alternatives.
• Préparer un plan général de mise en oeuvre du changement organisationnel et du comportement culturel des usagers et des intervenants
du secteur.
Coordinnatrice du dossier : Hajar Dinar
Novembre - Décembre 2010
21
Offshoring
Mohamed Lakhlifi
Directeur Général
Logica North Africa
Logica est une entreprise de service en business et technologie, qui propose conseil en management, intégration de technologies et externalisation à ses clients du monde entier. Le groupe, qui réunit 39 000 collaborateurs dans 36 pays, est coté à la Bourse de Londres et d’Amsterdam.
En 2004, Logica était le 1er acteur à s’être installé au Maroc dans l’activité
ITO en offshore, en raison des atouts dont bénéficie le Royaume (proximité
culturelle, linguistique et géographique, disponibilité de ressources à des
coûts compétitifs, infrastructures et télécoms). Aujourd’hui, la société est
leader sur le marché marocain de par sa taille (plus de 700 collaborateurs
et 30 clients) et sa maturité (certification CMMI niveau 3). Elle est présente dans deux technopoles : Casanearshore (site inauguré en juin 2009)
et Technopolis (site inauguré en novembre 2010).
Le Maroc dispose d’une réelle avance au niveau de l’industrie de l’offshoring. Notre croissance est restée soutenue, notre activité étant principalement tournée vers le marché français, qui est resté globalement actif en
matière d’offshore ITO en 2009. Cependant, notre pays doit maintenir sa
compétitivité en continuant à investir dans la qualité des infrastructures.
En période de crise, nous restons vigilants malgré notre croissance.
Pour accompagner nos clients, nous sommes d’abord à leur écoute. Il
est clair qu’en période de crise, la pression sur les coûts est plus forte,
les clients sont plus exigeants et leurs attentes sont plus importantes.
Notre rôle est d’innover afin d’apporter la solution la plus optimisée et leur
permette de faire face à leurs challenges en intégrant les Hommes, les
enjeux business et les technologies.
Logica Maroc est une entreprise jeune et dynamique ; la moyenne d’âge
est de 27 ans. Nous essayons de mettre en place une politique de ressources humaines innovante qui puisse accompagner notre développement. Nous comptons aujourd’hui 700 collaborateurs, contre 450 en
2008.
Au niveau des recrutements, nous avons une équipe interne dédiée et
nous travaillons aussi avec quelques prestataires spécialisés. Nous privilégions néanmoins les partenariats avec l’enseignement supérieur (universités, écoles privées). Nous participons également aux forums de recrutement, que ce soit au Maroc ou à l’étranger. Enfin nous faisons appel à la
mobilité interne pour certains profils pointus. Des collaborateurs de France
ou d’Inde ou autres peuvent égal ment venir au Maroc pour des missions
précises.
Le Maroc représente indéniablement une très bonne opportunité en matière d’externalisation. En témoigne notre croissance à ce jour et nos ambitions. L’ouverture d’un 3ème site au Maroc est à l’étude. La satisfaction de
nos clients est également un facteur de mesure pertinent. Les clients qui
nous rendent visite sont agréablement surpris par la qualité de nos infrastructures et surtout des hommes et des femmes qui font notre réussite.
Maintenant, nous devons rester vigilants pour faire face à quelques challenges :
•Maintenir la compétitivité du Maroc avec des clients qui demandent
plus avec moins.
En ce qui concerne la concurrence au Maroc, plusieurs entreprises internationales du secteur sont présentes. Au niveau de l’offshore, chacune
travaille sur son portefeuille de clients existant en Europe, où la concurrence existe réellement dans son premier sens.
• Trouver les bonnes compétences localement pour répondre aux besoins
de nos clients.
Ici, le challenge est d’attirer et de garder les meilleurs talents. C’est
pourquoi nous concentrons nos efforts sur notre politique de ressources
humaines, très orientée vers les collaborateurs et la valeur qu’on peut leur
offrir et la mise en place de structures que nous appelons Centres d’Excellence. Ces derniers offrent un coaching de proximité et un suivi continu
des collaborateurs afin d’accompagner leur développement et leur offrir
des opportunités de carrière à la hauteur de leurs ambitions.
Le Maroc a fait une grande avancée dans le domaine de l’Offshoring et
plusieurs grands noms sont aujourd’hui présents au royaume. Mais il ne
suffit pas de briller il faut durer. La question de la compétitivité est un sujet
à ne pas négliger. Au-delà de la dimension coût, le Maroc a le potentiel
pour compléter son modèle actuel et devenir une destination d’excellence
et d’expertise.
22
Novembre - Décembre 2010
• Nous adapter à la demande de plus en plus complexe de nos clients
Le secteur de l’offshoring a-t-il été épargné, contrairement à des pans
entiers de l’économie mondiale, par la crise financière ? Peut être pas.
Mais, il a à coup sûr développé une très bonne résilience. Certes, le secteur a connu une baisse de régime en 2009 et 2010, de 5 à 15%, surtout
dans le BPO (externalisation des processus métiers). Mais les analystes
s’accordent à dire que les premiers signes de la reprise sont déjà là et que,
très vite, on reviendra à des taux de croissance de 20-30%.
C’est qu’auparavant, l’offshoring a connu une très forte croissance, voire
une explosion durant des années, tant dans les secteurs de l’ITO (externalisation des services informatiques) que du BPO : de 30 à 40% par an.
Le marché représente aujourd’hui plus de 90 milliards de $ et emploie
plus de 4 millions de personnes. Les experts estiment le potentiel du marché à terme à 1000 milliards de $. L’Amérique du nord continuera à être le
plus grand pourvoyeur, avec plus de 60%. L’Europe représentera 30% avec
près de 70% de BPO vers 2020, ce qui constituera une véritable inversion
de tendance par rapport à l’état actuel : 61% d’ITO et 39% de BPO.
Quant aux destinations offshore, elles ne cessent de se multiplier. Elles
passent à plus de 150 destinations contre 50 voilà quatre ans à peine !
Quatre grandes régions se distinguent : l’Asie du Sud Est (avec en tête le
champion mondial, l’Inde), l’Europe de l’Est (la Roumanie en tête), l’Amérique latine (l’Argentine en tête) et l’Afrique du Nord (le Maroc en tête).
Le Maroc a vu arriver les premières entreprises en offshoring des le début
des années 2000, avec l’implémentation de centres d’appel. Mais c’est
en 2006 qu’une véritable stratégie nationale a été élaborée. Le Royaume
a fait le choix d’une politique volontariste, en érigeant le secteur au rang
des principaux piliers du programme « Emergence ». Une offre spécifique
compétitive et adaptée aux besoins des entreprises de l’offshoring a été
mise en place. Cette offre, consolidée par le Pacte National pour l’Emergence Industrielle, signé le 13 février 2009, consiste en la création de Plateformes Industrielles Intégrées dédiées aux activités liées à l’offshoring
(P2I offshoring) dotées d’une infrastructure d’accueil et de télécommunication de premier ordre, à des coûts compétitifs et d’un dispositif incitatif
attrayant, notamment en matière de formation et d’impôt sur le revenu ;
le tout, accompagné d’un programme national de formation et de qualification pour mettre sur le marché les ressources nécessaires.
Le Maroc a fait le pari du nearshoring francophone et hispanophone. Il
constitue depuis une destination compétitive et attractive, de par sa
proximité géographique, culturelle et linguistique, la disponibilité de ses
ressources humaines, la qualité de son infrastructure d’accueil et de télécommunication et l’évolution de l’environnement des affaires vers les
standards internationaux.
Le Groupe CDG, de par son rôle majeur d’accompagnateur du gouvernement marocain dans la réalisation des chantiers structurants du Royaume,
n’a pas hésité à porter cette politique, en aménageant et en développant
des zones dédiées, dotées d’une infrastructure de qualité, mais aussi,
grâce à de gros efforts d’influence et de promotion du pays à l’international.
Aujourd’hui, force est de constater que le pari est en train d’être gagné.
Plus de 120 000 m² de bureaux sont déjà livrés et commercialisés.
Casanearshore, le porte-drapeau de la stratégie offshoring compte déjà
une cinquantaine d’entreprises dont Dell, Accenture, Atos, Cap Gemini,
GFI,etc. Et environ 10 000 employés. Les constructions s’accélèrent et
le nombre d’entreprises augmente régulièrement pour atteindre l’objectif
fixé des 26 000 employés, une fois la totalité des 270 000 m² de plateaux
de bureaux commercialisée. Technopolis pour sa part, compte actuellement 25 entreprises dont Axa, Logica, Hp, Sofrecom, Indra, Genpact,etc.
Avec quelques 3 000 employés et la cadence de la construction et de la
commercialisation s’accélère.
Après le succès de ces deux premiers parcs, un programme ambitieux
de régionalisation a été lancé. C’est ainsi que Fès Shore est en phase de
construction avancée ; les parcs d’Oujda, de Marrakech et d’Agadir sont
quant à eux en phase d’étude. Ces plateformes viendront contribuer à
l’émergence de nouvelles activités pour la jeunesse marocaine dans des
régions où les avantages comparatifs ne manquent pas. A terme, c’est
près de 600 000 m² qui vont être développés, ce qui va nécessiter une
enveloppe de plus de six milliards de DH.
Le secteur est donc plein de promesses pour l’économie nationale, mais
une de ses caractéristiques à ne pas négliger est la volatilité. La vigilance
doit être de mise, à travers une veille concurrentielle qui garde les yeux
rivés sur l’indicateur de la compétitivité. Dans un marché mondialisé et
fortement concurrentiel, l’offre de valeur Maroc, dans toutes ses composantes, doit se mesurer en permanence aux offres régionales et internationales, avec comme souci une amélioration continue.
Deux challenges et une opportunité : renforcer par la formation le bassin
d’emplois qualifiés, contenir l’inflation des salaires des cadres et investir
dans le multilinguisme (notamment l’anglais) pour prétendre à une part de
l’énorme marché de l’offshore anglophone.
Bien les négocier, c’est mettre en
avant le leadership marocain sur la
région méditerranéenne et positionner le pays pour un rôle sur l’arène
mondiale de l’offshoring global.
Le pays figure dans le top 30 des destinations les plus prisées et a pour
ambition de décrocher une place dans le top 10 dans les toutes prochaines années. Il a déjà créé plus de 33 000 emplois dans le secteur,
loin devant l’Egypte avec 16 000 emplois et la Tunisie avec 8 000 emplois.
Abderrafie Hanouf
Directeur Général
MEDZ Sourcing
Novembre - Décembre 2010
23
Sothermy
Sothermy en bref
Fondée en 1979, Sothermy (Société Thermo-Médicale de
Moulay Yacoub) a pour mission de gérer les installations
thermales de Moulay Yacoub englobant les thermes traditionnels
et le nouvel établissement thermal. Son capital est détenu par
CDG Développement à raison de 95%. Le reste est partagé par
diverses communes de la Région.
Chiffres clés
• Capital : 31 087 800 DH
• Effectif : 143 collaborateurs
• Chiffre d’affaires 2009 : 19,8 MDH
• Résultat net 2009 : 1,2 MDH
• Fréquentation annuelle des thermes traditionnels : près de
1 000 000 de personnes
• Fréquentation annuelle des nouveaux thermes : 60 000
personnes
Moulay Yacoub : un site exceptionnel
Certains font remonter l’origine du site à l’époque romaine. Ce
qui est sûr, c’est que la source était connue au moins depuis
l’époque médiévale.
Moulay Yacoub n’était pas uniquement une «ville d’eaux» mais
représentait également une destination où de nombreuses
pratiques religieuses et superstitieuses accompagnaient les
baignades. C’était, et cela le reste, la première destination
thermale des marocains.
Une notoriété à laquelle s’ajoutent d’autres atouts indéniables :
• Nature exceptionnelle des eaux thermales, qui bénéficient de
multiples vertus curatives,
• Proximité de la ville de Fès et d’autres centres d’intérêt
touristique,
• Propreté de l’environnement et éloignement de toute source
de pollution,
• Climat sec et tonique, constituant un complément non
négligeable à la cure et au repos.
Le thermalisme, un vecteur de développement local
Kamal Hitmi
L’activité de thermalisme représente le premier employeur de la
localité et des régions environnantes et contribue fortement à la
dynamique économique de Moulay Yacoub.
Les thermes traditionnels, avec une fréquentation très importante
à longueur d’année, concourent à faire marcher tout un ensemble
d’activités annexes (commerces, restaurants, hébergement,
etc.).
Nouveaux thermes : des ambitions à
l’échelle régionale et nationale
Ouvert en 1990, le nouvel établissement constitue, jusqu’à ce
jour, le seul établissement thermal moderne du pays. Il offre une
variété de prestations, aussi bien en matière de tourisme de
santé (balnéothérapie et soins de beauté) que de thermalisme
médical (cures médicalisées sous contrôle du médecin thermal,
et notamment dans les domaines de la rhumatologie et de l’ORL).
Avec ce potentiel, Sothermy vise à positionner Moulay Yacoub en
tant que produit touristique intégré dans celui de la destination
Fès et, d’une manière générale, dans celui de la destination
Maroc.
La mise à niveau des installations thermales et de la localité
toute entière conforte par ailleurs cet objectif et constitue une
avancée importante, valorisant ainsi la richesse et la variété du
patrimoine thermal marocain.
Directeur Général
Sothermy
M. Hitmi, pouvez-vous nous éclairer concernant
le positionnement actuel du produit proposé par
Sothermy ?
Au niveau de Sothermy, nous gérons deux unités thermales, les thermes
traditionnels et le nouvel établissement. La gestion de la première unité
prend en considération son implication profonde dans le tissu économique et social de Moulay Yacoub, étant donnée la fréquentation importante des thermes traditionnels.
Cette dernière, qui peut atteindre 7 000 personnes par jour en haute
saison, focalise notre attention également sur des contraintes liées à
l’hygiène, la sécurité, etc. C’est un produit qui a donc ses spécificités, et
qui a également une dimension historique et spirituelle. En effet, il s’agit
là d’un patrimoine ancré dans la mémoire collective des marocains, non
seulement comme étant une destination thermale mais aussi comme
étant un lieu à forte connotation religieuse.
La deuxième unité est le nouvel établissement thermal. Malgré les
avantages comparatifs indéniables le caractérisant (eaux thermales
uniques, seul établissement thermal au Maroc actuellement, environnement, etc.), une mise à niveau des installations est nécessaire, d’autant
plus que des produits similaires commencent à faire leur apparition et à
se développer rapidement (centres de balnéothérapie, de thalassothérapie, spas, etc.).
A cet égard, nous projetons d’opérer en 2011 un investissement partiel
au niveau du matériel thermo-médical, afin d’introduire de nouveaux
appareillages et de remplacer ceux qui sont défectueux. L’objectif étant
de rester le leader en matière de thermalisme et d’avoir une place considérable sur le marché de la remise en forme et du bien-être.
Votre produit s’intègre-t-il dans l’offre touristique de la
ville et de la région de Fès ?
faiblesse de la moyenne de séjour, ce qui se répercute bien entendu
directement sur notre activité.
En plus de notre présence au niveau des institutionnels et des professionnels du tourisme à Fès, nous avons amorcé une volonté de fédérer
les efforts des entités touristiques de notre groupe dans cette région,
afin de développer davantage de synergie. A titre d’exemple, une offre
attractive vient d’être conçue, sous la forme d’un package entre Sothermy, le Royal Golf de Fès et l’Hôtel Jnan Fès. Ce package propose
une diversité de produits à un prix très attrayant. Les collaborateurs de
notre groupe pourront, d’ailleurs, en bénéficier à des conditions plus
qu’avantageuses.
Que pouvez-vous nous dire sur le volet communicationnel ?
Communiquer sur un produit qui a deux dimensions, médicale et touristique n’est pas chose aisée. Sous la houlette du directeur médical, les
partenaires médicaux (médecins prescripteurs, centres de recherches,
etc.) sont régulièrement approchés pour la mise en valeur de ce capital.
Récemment, une étude scientifique, largement médiatisée, sur les effets des cures à Moulay Yacoub a été menée avec le Centre Hospitalier
Universitaire Hassan II de Fès.
Concernant le volet de la remise en forme, l’effort est axé aussi bien
sur les professionnels du tourisme que sur le grand public, ce dernier
constituant le plus gros la fréquentation. La stratégie de communication
vise notamment à améliorer l’image et la notoriété des thermes et à
accompagner les objectifs marketing en termes de fréquentation, de
consommation, etc.
Concernant le volet notoriété, nous avons remarqué qu’une grande partie de notre public cible ignore l’existence même du nouvel établissement. Aussi, nous avons entrepris, à titre d’exemple, une campagne
télévisée le printemps dernier, que nous comptons bientôt relancer.
Effectivement, notre objectif est d’imposer Moulay Yacoub en tant que
composante de l’offre touristique régionale. La destination, malgré ses
nombreux atouts, souffre encore d’un manque de notoriété et de la
Entretien réalisé par Ahmed Akkary
24
Novembre - Décembre 2010
Novembre - Décembre 2010
25
Casa Green Town
Une nouvelle vie dans ma ville
Construit sur près de 360 ha en lisière de la forêt de Bouskoura, Casa
Green Town est un projet intégré, une nouvelle ville verte exemplaire. Ce
concept novateur consiste à offrir aux résidents une vie calme, en harmonie avec la nature et proposant tout le confort et les divertissements
(villas, lofts et penthouses luxueux, lac artificiel, parcours de golf, etc.)
; autant d‘arguments qui ne peuvent laisser indifférents les acheteurs
potentiels.
Dés son lancement en 2009, le projet a connu un succès remarquable,
du fait que près de 650 villas on été vendues en une semaine. Le projet
a suscité un rush sans précédent, dont la presse a fait ses grands titres.
Motivées par cette réussite, les équipes de la CGI ont multiplié leurs
efforts pour faire de Casa Green Town, et par là même de la CGI, une
référence dans le secteur de l’immobilier de luxe, faisant face à une
concurrence très forte dans le domaine par :
• La qualité des études engagées, notamment, un master plan confié
à Icon Architecture, l’une des plus grandes agences d’architecture et
d’aménagement urbain, primée à plusieurs reprises pour ses conceptions.
• L’exemplarité dans l’avancement des réalisations et des délais de
livraison.
• L’audace de l’approche marketing et commerciale.
Ainsi, architectes, ingénieurs et commerciaux se sont mobilisés pour
un but ultime, celui de satisfaire le client. Pari réussi, le rendez-vous a
été donné pour le 13 novembre 2010 pour la 2ème tranche, qui a été un
triomphe en un seul week-end de commercialisation.
L’opération a dégagé 1 milliard de dirhams de chiffre d’affaires sécurisé
en une seule journée par la vente de 200 unités, soit 70% de la consistance de la tranche mise en vente.
Les premiers clients se sont présentés au show-room dès la veille, allant
même à y passer la nuit pour être les premiers servis au démarrage de
la commercialisation. Les bureaux de vente ont ouvert leurs portes à 9h
pour ne les fermer qu’à 22h et ce, afin de servir une horde de clients
qui n’ont cessé d’affluer tout au long du week-end et les semaines suivantes.
Quelques chiffres
• 600 visiteurs durant un wee-kend.
• 324 unités (dont 224 villas et 100 lofts et penthouses).
• Prix des villas : entre 5,7 et 13 millions de dirhams.
• Prix des appartements : entre 1,7 et 3,6 millions de dirhams.
Hall du show-room : Information des clients en prévente
26
Novembre - Décembre 2010
Vue intérieure d’un penthouse
Novembre - Décembre 2010
27
Faisal Belhassani
Directeur Général
Dyar Al Madina
Dyar Al Madina, accompagnateur
des stratégies des pouvoirs publics
Les résidences pour étudiants
Dyar Al Madina est le leader marocain en matière de gestion locative. La
société a développé, durant plus de soixante ans d’activité, une expertise avérée et un savoir-faire certain dans le domaine du développement
et de la gestion du patrimoine immobilier.
Depuis 2005, la société a enclenché une nouvelle dynamique, à travers
une nouvelle stratégie basée essentiellement sur la revalorisation de
son patrimoine, par la réalisation de projets de réhabilitation urbaine des
tissus anciens, mais également sur le positionnement sur des créneaux
du locatif de niche, en accompagnement des stratégies des pouvoirs
publics. Ainsi, la société ambitionne de développer des résidences locatives, en accompagnement des zones dédiées aux activités nouvelles
(telles que l’offshoring), des résidences du 3ème âge, ainsi que des résidences pour étudiants,
S’agissant de ce dernier créneau, il convient tout d’abord de rappeler le
déficit important que connaît le marché du logement pour étudiants. En
effet, seuls 12% des étudiants de l’enseignement supérieur (soit près
de 290 000 étudiants selon les statistiques provisoires de l’enseignement supérieur pour 2008) sont pris en charge au niveau des résidences
universitaires de l’Etat. Les autres étudiants logent dans des conditions
soit onéreuses soit défavorables, et souvent dans des endroits éloignés
des lieux d’étude, ne réunissant pas toujours les conditions nécessaires
pour l’étudiant.
A cet égard, la société a adopté une stratégie pour ce créneau qui
répond, tout d’abord, au besoin du marché, tout en accompagnant la
volonté des pouvoirs publics de répondre à la demande importante de
logements pour étudiants. Par ailleurs, nous ambitionnons d’introduire
des produits innovants, tant en termes de concept que de services.
Ceci, en nous appuyant sur notre expertise, à la fois en terme de développement mais également de gestion et d’exploitation.
A ce titre, nous pouvons citer quelques innovations introduites au niveau
de nos résidences :
• Nos constructions sont conçues de sorte à offrir un cadre de vie
agréable : espaces verts, ensoleillement et aération, chambres spacieuses, architecture conviviale, chambres dédiées aux personnes
à mobilité réduite, salons d’accueil des visiteurs, salles d’étude,
commerces de proximité, etc.
• Nos studios sont confortables et entièrement équipés : douche, lavabo et WC, kitchenette avec frigo, plaque chauffante et ventilation,
matelas, couvertures, table de nuit, bureau, chaise et placard aménagé, connexion internet individuelle, télédistribution, nettoyage des
28
Novembre - Décembre 2010
chambres, équipe d’entretien dédiée, etc.
• Nos résidences sont sécurisées : gardiennage et télésurveillance
24h/24 et 7j/7 des espaces communs (caméras généralisées),
contrôle permanent des chambres et accès aux chambres par serrure
sécurisée.
•N
ous avons instauré des règles de vie commune au sein de la résidence : règlement intérieur, réglementation des rapports entre les
étudiants et la Direction, responsabilisation des étudiants, etc.
• Nous avons mis en place un service personnalisé : contact permanent
avec les parents des étudiants, etc.
Il convient de rappeler que le développement de ces résidences se fait
en partenariat avec le Ministère de l’Enseignement Supérieur et le Ministère de l’Economie et des Finances, ainsi que les différentes Universités du Royaume. Nos principaux projets de résidences estudiantines
sont les suivants :
• La résidence pour étudiants Bayt Al Maarifa à Rabat, qui a une capacité totale de 1 077 lits et enregistre un taux de remplissage de 100%.
L’investissement global porte sur un montant de 104 MDH. Une 3ème
tranche est en cours d’étude.
• Une résidence pour étudiants à El Jadida, en cours de réalisation, dont
la 1ère tranche porte sur 500 lits et qui sera mise en exploitation début
2011. La capacité totale de la résidence à terme sera de 1 134 lits.
L’investissement prévisionnel est de 71 MDH.
• Une résidence pour étudiants à Meknès, en cours de réalisation, dont
la 1ère tranche porte sur 617 lits et qui sera mise en exploitation début
2011. La capacité totale de la résidence sera à terme de 1 290 lits.
L’investissement prévisionnel est de 87 MDH.
• Une résidence pour étudiants à Casablanca, d’une capacité totale
de 2 000 lits et pour un investissement de 200 MDH. Un protocole
d’accord a été signé dans ce sens avec l’Université Hassan II de Casablanca.
D’autres projets sont en cours d’étude, notamment au niveau des
villes de Fès, Marrakech, Agadir et Tanger. S’agissant des prévisions
en termes de capacité litière au niveau du marché des résidences pour
étudiants et cités universitaires, il est à noter que nous avons abordé
ce marché dès 2005, à travers le lancement des travaux de réalisation
de la première résidence pour étudiants à Rabat. Notre objectif, à court
et moyen terme, est d’atteindre une capacité de plus de 6 000 lits au
niveau de nos résidence, à la fois existantes et en cours de réalisation.
Notre ambition pour le long terme est de dépasser 10 000 lits et de se
positionner, ainsi, comme un acteur majeur pour cette nouvelle activité.
Novembre - Décembre 2010
29
L’Entité Exploitation d’Exprom
Présentation
En réalisant prés de la moitié du chiffre d’affaires d’Exprom de l’année 2009, l’Entité Exploitation représente l’épine dorsale du Pôle
Opérationnel.
Cette Entité garantit à ses clients une gestion de leur patrimoine
immobilier, à travers des contrats multitechniques et multiservices. Elle constitue, ainsi, l’interlocuteur unique du client, ayant
pour objectif l’optimisation du rapport qualité/coût global d’utilisation de l’espace.
A cet effet, l’Entité Exploitation met au service de ses partenaires
des équipes expertes et polyvalentes pour assurer les fonctions
suivantes :
• L a maintenance des installations techniques : génie climatique,
groupe électrogène, électricité, contrôle d’accès, ascenseurs,
portes automatiques, protection incendie, courant fort, courant
faible, etc.
• L a gestion technique centralisée (GTC).
• La gestion des énergies et des fluides : électricité, eau.
• Les services aux occupants : accueil, standard, courrier.
• La sécurité : gardiennage, vidéosurveillance, sécurité incendie.
• L ’environnement : propreté et hygiène, entretien des espaces
verts.
• L’accompagnement pendant la phase des études.
• L’assistance pour la réception des travaux.
Missions
De la conception des solutions proposées à leur mise en œuvre opérationnelle, l’Entité Exploitation mobilise tout le savoir-faire de ses
ingénieurs et de ses techniciens, dans le respect de la démarche
qualité, résolument orientée client pour garantir des résultats qui
s’inscrivent dans la durée afin de pérenniser le patrimoine occupé
et le préserver de toutes dégradations liés à son exploitation.
L’ambition de l’Entité Exploitation est de mettre les clients au cœur
de ses préoccupations. Ses prestations s’inscrivent dans une logique de partenariat à moyen et long terme impliquant :
•U
n engagement fort sur des résultats à atteindre.
• L a satisfaction des utilisateurs.
• L a mise en place d’un processus d’amélioration continue.
• L a mise en place des meilleures pratiques.
• L a fourniture d’une prestation de service «World Class», en adéquation avec les standards internationaux.
30
Novembre - Décembre 2010
• L a gestion efficace des infrastructures et installations techniques.
• L a réponse aux attentes des usagers en termes de qualité et de
continuité de services.
• Le développement d’économies de gestion.
• L a fiabilisation et l’optimisation du fonctionnement des installations.
• La pérennité des équipements.
• L’assistance technique du cliant dans le cadre de la conception
et de la réalisation des infrastructures, des équipements et du
système d’information.
• L’établisement d’un véritable esprit de partenariat et de confiance
avec le client.
Organisation
L’Entité Exploitation fait partie du Pôle Opérationnel d’Exprom. Elle
compte 60 collaborateurs, dont 6 cadres-ingénieurs et 54 techniciens. Elle est organisée comme suit :
Les principaux sites gérés
• Immeuble Dalil : Siège de la CDG.
• Immeuble Mamounia : Siège de CDG capital.
• E space Les Oudayas : Siège de CDG Développement, MEDZ, CGI,
l’APDN et le FEC.
• E space Les Palmiers : Siège de Novec, et de la HACA.
• E space HighTech : Espace abritant une dizaine de sociétés.
• E space Les Patios.
•S
iège de Dyar Al Mansour.
•R
yad Business Center (RBC) : Aile Nord : Siège de la CNRA/
RCAR et IAM.
•R
yad Business Center (RBC): Aile Sud : Espace abritant le Ministère du Tourisme, la Commission Européenne, Ericsson, etc.
•S
iège de la Société d’Aménagement de Zenata.
•S
iège de l’AUDA.
•S
iège de La Marina de Casablanca.
•S
iège de Dyar Al Madina.
• L a Tour Atlas : Siège de la SCR.
• L ’immeuble Hadi : Siège de Maroc Leasing et de Sofac.
• U ne Entité en charge de coordonner l’ensemble des actions sur
le terrain, en s’appuyant sur des Responsables Exploitation, des
Responsables Site et des techniciens polyvalents :
- 4 Responsables Exploitation chargés de la gestion des
contrats, qui représentent les interlocuteurs privilégiés des
clients. Chaque Responsable Exploitation gère plusieurs
sites.
- 1 1 Responsables Sites qui assurent la coordination des
équipes de techniciens et la gestion des prestataires sur
le terrain. Ils représentent l’interface au quotidien auprès
du client.
- 4 1 techniciens qui assurent la maintenance multitechniquedes installations (maintenance corrective et préventive).
• Une Cellule Méthodes et Normalisation chargée de :
- L a mise en place de solutions d’optimisation relatives aux
contrats d’exploitation (réalisation et optimisation des
gammes opératoires de maintenance, analyse de la pertinence des fréquences d’intervention, etc.).
- L a mise en place et le suivi de la GMAO «Gestion de la
Maintenance Assistée par Ordinateur»
- L’audit des sites afin d’assurer le suivi du planning de maintenance et mettre en évidence d’éventuels écarts.
- L’établissement des offres commerciales.
De gauche à droite :
• Mohammed Sadqi : Responsable Exploitation
• Redouane Yousfi : Responsable Méthodes et Normalisation
• Zakaria Zalarh : Responsable Entité Exploitation
• Z ouhir Hafid : Chargé des réclamations
•S
alah Ryahi : Responsable Exploitation
•A
bderrahim El Massoudi : Chargé de la GMAO
• S aid Assif : Responsable Exploitation
Novembre - Décembre 2010
31
Yahya Directeur
Belasri
Commercial
CGI
Etre conciliant, une qualité
doublement recommandée pour
être Manager et Commercial
Titulaire d’une Maîtrise en Relations Internationales, d’un MBA en
Management de l’Université Saint Thomas Aquinas de New York et
du Cycle Supérieur de Gestion de l’ISCAE, Yahya Belasri ne jure que
par l’effort comme gage de progrès.
A 39 ans, il jouit déjà d’une expérience de près de 17 ans dans la
vie active, au cours de laquelle il a occupé plusieurs postes de responsabilité au sein d’entreprises de renom. Il a fait de la fonction
commerciale son cheval de bataille et de l’immobilier son domaine de
prédilection, auquel il a d’ailleurs consacré sa carrière. Ses collègues
et amis lui reconnaissent sa maîtrise du process immobilier de bout
en bout. Bref, Yahya est un « pur produit de l’immobilier ».
Il a fait ses premières armes à la Société Nationale d’Equipement et
de Construction (SNEC), où il a accumulé entre 1993 et 1999 une
expérience riche et probante et a fini par diriger la Division Centrale,
en charge du Commercial et du Marketing.
Quant à son rapport avec la CGI, Yahya a pris goût au travail dans
cette société avant même d’y entamer sa carrière professionnelle.
En effet, alors qu’il poursuivait encore ses études, Yahya a jeté son
dévolu sur la Direction Commerciale de la CGI pour y passer un stage
de deux mois en 1993. Il revient, 7 ans après, pour y occuper le poste
de Responsable de Département, puis de Directeur Commercial.
Cette grande école, qui a formé cinquante ans durant un palmarès de
cadres et dirigeants, sait fidéliser ses compétences en leur assurant
une carrière dynamique et glorieuse durant laquelle ils deviennent
des experts de l’immobilier, profil rare sur le marché de l’emploi.
Au terme de 11 années à la CGI, Yahya Belasri estime que cette
dernière a réalisé deux grandes mues auxquelles il a eu la chance
de participer activement. La première en 2000, lorsque la société a
modernisé ses process et son mode organisationnel. Il y a participé
en contribuant au parachèvement du Système d’Information Commercial et à l’éclosion des fonctions Marketing et Communication. La
seconde en 2007, quand la CGI a décidé de remanier son positionnement stratégique et redimensionner le volume de ses investissements. Etant en charge d’une fonction clé, à savoir le Commercial,
Yahya a participé activement aux principaux événements qui ont
marqué cette période, en l’occurrence l’introduction en bourse de
la CGI, l’élargissement de son portefeuille aux projets tertiaires et la
montée en puissance de son chiffre d’affaires au fil des ans.
32
Novembre - Décembre 2010
C
M
J
CM
MJ
Fort de ses grandes capacités d’adaptation et d’intégration, Yahya a
réussi à accompagner positivement ces grands changements, tout
en assurant l’adhésion totale de ses équipes. Fédérateur, mobilisateur, motivant et tout le temps souriant, telles sont les qualités
innées de ce manager aguerri.
CJ
CMJ
N
Grâce au labeur et à la persévérance de Yahya et sa quarantaine de
collaborateurs, les projets qu’ils gèrent se comptent en centaines,
les clients en milliers, les produits en millions de mètres carrés et le
chiffre d’affaires en milliards de dirhams.
Patient, conciliant, élégant, perfectionniste, diplomate et digne
comme seul un vrai Oujdi sait l’être, telles sont les qualités reconnues par ses collègues et amis qui le côtoient depuis des années déjà
et qui constatent que son authenticité reste immuable.
Mari avenant et père affectueux de Mohamed Farouq (3 ans) et Rim
(15 mois), c’est la description donnée par Lamiae, l’épouse de Yahya
depuis 2003. Il aborde ses responsabilités familiales avec le même
sérieux et la même abnégation que nous lui connaissons dans le
domaine professionnel.
Mordu de pêche et de chasse, d’art figuratif et de musiques Jazz
et Raï, il s’adonne avec plaisir à ses passions quand son emploi de
temps le lui permet. Il y trouve la sérénité et le calme nécessaires à
la méditation et à l’idéation.
Portrait réalisé par Salma Belkora
Sponsors Gold
Novembre - Décembre 2010
33
Rénovation et extension de l’hôtel Michlifen d’Ifrane
Grand Marathon International de Casablanca
Novec a assuré les missions suivantes :
La CGI a sponsorisé la 3ème édition (24 octobre 2010)
• Ordonnancement, Pilotage et Coordination (OPC).
• Suivi technique.
• Métrés d’exécution et établissement des décomptes.
• Les participants disposaient d’un temps maximum de 5 heures pour effectuer le parcours.
• Le départ et l’arrivée se sont faits à la Place Mohamed V.
• Le parcours de la course était de 42,195 km.
Arrivée du vainqueur
Vue extérieure
Remise de certificats d’hommage aux athlètes Zhor El Kamch et Abdelkader Mouaziz
Passage des athlètes près de la mosquée Hassan II
Piscine intérieure
Patio ascenseurs
34
Novembre - Décembre 2010
Hammam
Salon
Remise des trophées aux vainqueurs
Novembre - Décembre 2010
35
Campagnes de communication de Dyar Al Mansour
36
Novembre - Décembre 2010
Novembre - Décembre 2010
37
Le 18 novembre, l’artiste marocain Mehdi Qotbi a reçu le prix
« Adolphe Boschot » de l’Académie française des Beaux-arts
pour les ouvrages d’art, lors d’une cérémonie au siège de
l’Institut de France à Paris.
Culturel
Casablanca, du 7 décembre au 28 janvier 2011
Exposition Mahi Binebine
L’artiste peintre Mahi Binebine expose ses dernières œuvres à la galerie L’Atelier 21.
•N
atif de Marrakech, Mahi Binebine a décidé à la fin des années 80 de quitter
l’enseignement pour se consacrer à l’écriture et à la peinture. Sa peinture l’a fait
immédiatement entrer dans des collections prestigieuses, telles le Guggenheim
Museum de New York. Il expose régulièrement dans de prestigieuses galeries en
Europe.
•G
alerie L’Atelier 21 : 21, rue Abou Mahassine Arrouyani, Casablanca.
• Pour plus d’informations, appeler le 0522 98 17 85 - www.atelier21.ma
Sofitel Jardin des Roses de Rabat, du 4 au 6 mars 2011
Rencontres d’Art Actuel
Ce prix récompense son dernier ouvrage
« Ecrits et Esprits », qui est une rétrospective de l’œuvre
picturale de l’artiste, présentée comme « un point de
rencontre entre l’Orient, l’Afrique et l’Occident, entre
l’abstraction géométrique et les élégantes subtilités des
arts décoratifs arabo-islamiques ».
•2ème édition, organisée par Maroc Premium en partenariat avec Sofitel Luxury Hotels.
• Plate-forme d’échanges et de rencontres entre artistes et amateurs d’art.
• E xposition exceptionnelle, rassemblant près de 100 artistes, qui ouvriront
exceptionnellement leurs ateliers à cette occasion.
• 15 lieux d’exposition, tables rondes et ateliers pour enfants.
Ce livre, qui vient de paraître aux Editions du Chêne, est
préfacé par Tahar Benjelloun et Frédéric Mitterrand.
Galerie 38, jusqu’au 10 mars 2011
Radia Bent Lhoucine : Faune brute et figures populaires
• E xposition de 40 œuvres magistrales de l’artiste, tenues
au secret pendant 35 ans et exposées pour la première
fois dans leur intégralité, réalisées entre 1961 et la fin des
années 70.
• F igure de proue de la peinture naïve marocaine des années
60 et 70, Radia Bent Lhoucine est née en 1912 et décédée
en 1994.
Rabat, jusqu’au 5 février 2011
• L ’artiste a été encouragée par son fils, l’artiste peintre
Exposition »Escale au Maroc Saharien«
Miloud Labied, à composer ses personnages au henné sur
son cache-nez blanc.
•Organisée par l’Agence du Sud, en partenariat avec le Groupe Crédit Agricole du Maroc. • L’univers onirique de Radia Bent Lhoucine est un trait
•C ette exposition permet de mettre en lumière les arts, le patrimoine et la culture du
d’union entre art rupestre et conte populaire. Son œuvre
Maroc Saharien.
relate la poésie sauvage d’une nature à l’état brut, où personnages et animaux imagi•Espace d’exposition du Crédit Agricole : 11, rue Annaba, Hassan, Rabat.
naires évoluent en teintes ultra colorées.
•Pour plus d’informations, appeler le 0537 76 62 60
•D
écouverte en 1961 par Jacqueline Brodskis, qui en fera l’une des artistes de référence présente dans les collections étrangères, cette femme créera sans discontinuer
Rabat, jusqu’au 6 février 2011
pendant 20 ans. Elle sera d’emblée saluée par la critique et remarquée par les amaExposition de Bouchta Hayani
teurs d’art brut et naïf lors de l’exposition « Deux mille ans d’art au Maroc » à la galerie
Charpentier à Paris en 1963. Elle expose à la fondation Jean Dubuffet à Lausanne la
même année, puis à la galerie Bab Rouah à Rabat en 1966.
• E xposition des travaux récents de l’artiste plasticien à l’espace d’expositions de la
bibliothèque nationale de Rabat.
• Galerie 38 : Studio des Arts vivants, 38, route d’Azemmour, Aïn Diab Casablanca.
• Adresse : Avenue Ibn Khaldoun, Agdal, Rabat.
Palais des Congrès de Marrakech, du 30 mars au 3 avril 2011
• P our plus d’informations : www.bnrm.ma ou 0537 77 18 90
euros, toutes disciplines confondues (peinture, sculpture,
architecture, gravure, composition musicale, cinéma,
photographie).
En décembre, Mehdi Qotbi a été fait Chevalier des Palmes
Académiques en France. Les insignes de cette décoration lui
ont été remis par le ministre français de l’Education nationale,
Luc Chatel.
A noter que Mehdi Qotbi exposera une quarantaine d’oeuvres
à Loft Art Gallery à Casablanca du 10 décembre au 8 janvier.
Mehdi Qotbi, né à Rabat en 1951, vit et travaille à Paris, où il
mène une double carrière de peintre et de lobbyiste politique
et culturel en faveur de son pays d’origine, le Maroc.
Créé en 2000, le prix Adolphe Boschot fait partie d’une
quarantaine de récompenses attribuées chaque année
par cette institution pour une valeur totale de 450 000
Marrakech, jusqu’au 18 mars 2011
Exposition des modèles d’Yves
Saint Laurent inspirés du Maroc
•O
rganisée par le Jardin Majorelle et la Fondation
Pierre Bergé-Yves Saint Laurent.
Tout est possible. On ne devrait rien
dédaigner. Rien n’est incroyable.
Rien n’est impossible. Les possibilités
que nous rejetons ne sont que les
• J ardin Majorelle, Avenue Yacoub El Mansour,
Gueliz, Marrakech.
possibilités que nous ignorons.
• www.jardinmajorelle.com
Yves Saint Laurent 1er Smoking
Collection automne/hiver 1966, n°76
Carlos Fuentes, écrivain et essayiste mexicain.
Riad Art Expo
• Salon professionnel de l’art de vivre marocain.
• C adre de référence pour la promotion de l’artisanat et de la
création marocaine.
• 90 exposants, 10 000 visiteurs, 3 000 m2 d’exposition.
• Pour plus d’informations : www.riadart-expo.com
Rabat, jusqu’au 3 mars 2011
Exposition de Morabiti
Casablanca, du 26 au 29 janvier 2011
Salon International des Professionnels de l’Evènementiel (Dom & Event)
• Rendez-vous annuel de 6 000 professionnels, prescripteurs et acheteurs en matière de communication,
tourisme d’affaires et évènements professionnels.
Casablanca, jusqu’au 31 mai 2011
Exposition “Nature et Paysage”
• AB Galerie et JB Design présentent une exposition des oeuvres de l’artiste Mohamed • C e rendez-vous célèbre la rencontre de 73 artistes issus
Morabiti.
d’horizons divers, parmis lesquels : Amina Agueznay,
•Adresse : 3, rue d’Oran, Quartier Hassan, Rabat.
Younes Babab Ali, Fouad Bellamine, Abdelbassit
• Pour plus d’informations, appeler le 0537 70 11 48 ou 0661 29 40 54
Bendahmane, Hicham Berrada, Mohamed Melehi,
Mohamed Drissi, Mohamed Ezoubeiri, Abdelkébir Rabi,
• Consultez le site web : www. abgalerie.ma
Tibari Kantour, Fouad Maazouz, Jacques Majorelle, Bill
West, ou encore Abderrahim Yamou.
• L es exposants ont pour point commun d’avoir peint
ou relaté la nature, source inépuisable et continue
d’inspiration pour les artistes.
• E space d’art Société Générale Maroc : 55, Boulevard
Abdelmoumen, Casablanca
• Pour cet 3ème édition, 200 exposants sont attendus
dont plus de 50 internationaux, sur 14 000 m² de surface d’exposition.
• 5 univers : Prestataires de Services, Agencement &
Décoration, Prestataires Techniques, Destinations Evénementielles et Prestataires Artistiques.
• Pour plus d’informations : www.dom-event.com
Fouad Maazouz
Agadir, du 26 au 29 janvier 2011
Salon Halieutis
• 1ère édition de ce salon professionnel dédié aux
métiers de la pêche maritime, l’aquaculture et la
38
Novembre - Décembre 2010
valorisation des produits de la mer.
• Des dizaines de milliers de visiteurs et 300 exposants
de plus de 15 pays sont attendus, sur 16 000 m²
d’exposition.
• 6 pôles sont prévus : Flottes & Engins, Valorisation
& Process, Ressources, Formation, International &
Régions et Institutionnels.
• Au programme : conférences , rencontres B2B et animations grand public.
Rabat, du 28 au 30 janvier 2011
Bati Expo 2011
• Placée sous le thème de la rénovation durable des
bâtiments et de l’efficacité énergétique, la 1ère édition de ce salon international de la construction sera
l’illustration de l’engagement des professionnels pour
concevoir le bâtiment de demain : réduction des déperditions énergétiques, développement des énergies
renouvelables, isolation acoustique, accessibilité aux
personnes à mobilité réduite, sécurité, confort, etc.
• Ce salon, qui rassemblera des professionnels marocains et internationaux venant de 48 pays, présentera les dernières nouveautés en matière de produits,
matériels et services dans 7 espaces, sur près de
135 000 m² d’exposition.
• Pour plus d’informations : www.batiexpo2011.com
Agadir, du 24 au 27 février 2011
Salon du Logement et de l’Immobilier (Logimmo)
• 12ème édition du salon, sous l’égide du Ministère de
l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement de
l’Espace.
• Pour plus d’informations : www.lesalonlogimmo.com
Novembre
Novembre
- Décembre
- Décembre
2010
2010 39
39
CDG Développement
Espace des Oudayas,
Angle Avenues Annakhil et Mehdi Benbarka, Hay Ryad, Rabat - Maroc
Tél : (+212) 537 57 60 00 - Fax : (+212) 537 71 46 78
www.cdgdev.ma
Oeuvre de Mahi Binebine
Reproduction photographique de Fouad Maazouz
Nos remerciements à l’artiste, qui a donné son accord pour l’exploitation de ses oeuvres

Documents pareils

Profil - CDG Développement

Profil - CDG Développement débarquement des produits de la mer et de leur transformation. Par ailleurs, la Région Souss Massa Draa dispose de ressources humaines qualifiées et de centres de formation spécialisés dans la fili...

Plus en détail