Septembre 2010

Commentaires

Transcription

Septembre 2010
NEWSLETTER DE SEPTEMBRE
Association de sauvegarde du patrimoine architectural du XXè siècle au Maroc
Numéro 15
Septembre 2010
L’Edito de la rentrée
Après deux mois de silence et des vacances méritées, la newsletter de Casamémoire revient. Nous avons choisi, pour cette lettre
d’information de septembre, de parler des écoles.
D’abord, parce que c’est la rentrée…Eh oui, cela tombe sous le sens. Ceux qui ont des enfants le savent : c’est une période
importante de l’année. Les autres le savent aussi : la circulation devient à nouveau plus dense, après quelques semaines de répit
durant lesquelles la durée des trajets habituels est divisée par deux, voire par trois. Emmener son enfant à l’école est tellement
important que cela justifie l’injustifiable : le stationnement en double file, les klaxons intempestifs, la conduite dangereuse…Ces
images font partie du paysage urbain quotidien des casablancais. Choisir l’école de son enfant peut également se transformer en
véritable chemin de croix, mettant les parents devant d’effroyables dilemmes. Dans un pays qui, aujourd’hui encore, cherche la
bonne formule pour un système éducatif de qualité et surtout accessible à tous, la place de l’école n’est pas ce qu’elle devrait être :
c’est à dire au cœur du système, droit inaliénable de tous. L’école marocaine a évolué. Les établissements ont changé. On ne vous
le dira jamais assez : ‘’L’école, c’était mieux avant’’, dans les années 1940, 1950, 1960…
L’autre raison du choix du thème de cette newsletter, c’est l’actualité des écoles casablancaises. Nous venons d’assister,
impuissants et scandalisés, à la démolition du collège Ibn Toufail situé au quartier Mâarif. Des menaces continuent de peser sur
d’autres établissements. Les rumeurs vont bon train : le lycée Chawki sur le boulevard Zerktouni ancien lycée de jeunes filles, le
lycée Ibnou Toumert établissement scolaire phare du centre ville, le lycée Moulay Driss 1eret le collège Ibn Habous du boulevard Al
Massira… Les autorités, malgré les innombrables mises en garde, et malgré la valeur urbanistique, architecturale et historique de ces
bâtiments, n’ont rien fait pour protéger ces écoles. Elles ferment toutes les unes après les autres avant d’être la cible des bulldozers.
Prétexte : personne ne va plus à l’école publique. Pourtant, celle-ci possède une histoire, que nous avons choisi de vous rappeler
dans ce numéro, citant au passage quelques belles réalisations architecturales.
Silence, on démolit… de plus belle
Notre société est malade. Nous assistons, sans que personne ne
réagisse ni ne se révolte à la destruction des écoles. Pourquoi ?
Parce que, paraît-il, l’école publique n’attire plus personne. Les
parents la fuient pour mettre leur progéniture dans des structures
privées. Dernière démolition en date, celle du
collège Ibn
Toufail (photo 1), bâtiment emblématique du Mâarif, dont
certaines parties datent des années 30 dans un style Art Déco,
mais dont l’essentiel est construit à la fin des années quarante
dans une architecture moderne, élégante, faite de volumes simples
et orthogonaux, était un des exemples de l’architecture publique
marocaine dans laquelle se sont illustrés de nombreux grands
noms de l’architecture. Nous nous posons plusieurs questions.
D’abord pourquoi ? Réponse : pour construire un club des
enseignants. Ceci est sans doute une nécessité, mais était-ce
utile à cet endroit précis, supprimant ainsi des classes et
répartissant les élèves vers d’autres écoles ? Et puis, nous nous
posons une autre question : quel sera l’établissement suivant à
tomber ? Chawki, Ibn Habous, Idriss 1er ? Allons-nous laisser
détruire les principaux lieux de mixité sociale dans cette ville pour
voir pousser à leur place des supermarchés, des centres
commerciaux ou tout autre projet immobilier plus lucratif ? Notre
réponse à nous, c’est NON. Nous espérons que celle des autorités
responsables nous fera écho.
Il faut dire que l’actualité des démolitions réduit nos espoirs
quasi à néant. Cette semaine, la villa de l’architecte Auguste
Cadet, sa résidence personnelle (photo 2) a été démolie en
quelques heures, laissant place à un tas de ruine. Pourtant cet
édifice a été retenu dans la liste des bâtiments à inscrire
comme patrimoine national architectural à préserver et œuvres
exceptionnelles et représentatives de l’architecture et de
l’urbanisme du 20° siècle, lors d’une commission du
patrimoine le 08 janvier 2010, réunissant des représentants de
la Wilaya, de l’Agence Urbaine, de l’arrondissement, du
ministère de la culture, de l’inspection des monuments
historiques à Casablanca et nous-mêmes. La liste a ensuite
été envoyée pour publication au bulletin officiel. Nous sommes
étonnés et scandalisés que dans ces conditions, et malgré un
Procès Verbal officiel signé par l’ensemble des administrations
présentes, un permis de démolir ait pu être délivré.
L’architecte y avait repris l’ensemble des éléments
d’architecture marocaine que nous retrouvons dans la plupart
des bâtiments qu’il a réalisé (patios, utilisation de matériaux
traditionnels, espaces introvertis). Elle est considérée par les
experts comme « le dernier chef d’œuvre de l’architecture
domestique néomarocaine ».
Photo 2 : la villa de l’architetce A. Cadet (A.Cadet – 1948-49)
Photo 1 : Collège Ibn Toufail – Mâarif – Casablanca
14-18 avenue Hassan Seghir 20000 Casablanca _ Tél : 05 26 51 58 29 _ www.casamemoire.org _ [email protected]
NEWSLETTER DE SEPTEMBRE
Association de sauvegarde du patrimoine architectural du XXè siècle au Maroc
L’histoire des écoles publiques au Maroc : un
rêve de modernité
L’enseignement primaire au Maroc a longtemps été purement
religieux, administré dans les écoles coraniques où les enfants
apprenaient puis récitaient les versets sacrés et les principaux
piliers et règles de la religion musulmane. L’enseignement
continuait dans les mosquées ou les zaouias pour les plus doués.
Ils y apprenaient les principes fondamentaux de la grammaire et
du droit islamique. Lorsqu’ils étaient plus âgés, plus doués ou
simplement plus fortunés, les élèves pouvaient rejoindre une
médersa plus prestigieuse voire même la fameuse université
Qaraouyine de Fès, où étaient concentrés essentiellement
l’enseignement secondaire puis supérieur. De plus, et jusqu’au
début du 20ème siècle, l’enseignement reste une affaire presque
strictement masculine.
D’autre part, la communauté juive du Maroc avait mis en place
l’Alliance Israélite Universelle dès 1862, permettant de dispenser,
tant bien que mal, un enseignement moderne français au côté de
l’enseignement talmudique traditionnel déjà en place.
Dès 1912, une convention de réforme scolaire est signée pour un
enseignement moderne, sous la tutelle de la Direction de
l’Enseignement, puis celle de la direction Générale de l’Instruction
Publique dès 1920. Cette réforme s’est heurtée à un ensemble
d’obstacles, matériels notamment, pour trouver des locaux,
construire des établissements scolaires, équiper les écoles,
recruter des enseignants…Sans compter qu’il fallait prendre en
considération la langue, la confession et les quartiers afin d’offrir
un enseignement commun mais adapté à chaque communauté
tout en accroissant l’accès des fillettes. Ainsi, de nombreux
systèmes cohabitent : l’enseignement européen, franco-marocain,
marocain musulman, franco-israélite et l’enseignement des fillettes
musulmanes.
La Direction Générale de l’Instruction Publique a alors mise en
place une politique dynamique avec la volonté très forte
d’augmenter le nombre d’élèves inscrits et d’accélérer la
construction des écoles.
Ainsi, à Casablanca, de nombreux établissements ont vu le jour,
mobilisant des architectes de toutes les nationalités aux styles très
différents. Les italiens M. Pauciconi et G. Pediconi ont construit en
1935, les Ecoles Italiennes des Roches Noires, actuellement
occupée par l’OFPPT. Sous un thème corbuséen, l’établissement
est caractérisé par sa tour cylindrique à claustras aux accents
africains et au style très audacieux (photo 3).
Numéro 15
Septembre 2010
Dans les années 1950, E. Azagury (1954) construit l’école
primaire de Longchamp (photo 4). Il bouscule l’organisation
traditionnelle de la classe en mettant l’accent sur le patio Il
joue sur le contraste des matériaux et sur les formes
d’éclairage, d’inspiration clairement nordiques. A. Courtois,
dessine la même année, le groupe scolaire du rond point de
l’Europe. L’établissement est sous forme de barre à claustras,
déclinaison de son langage cubiste.
Photo 4 : école primaire Longchamp (Azagury – 1954)
A Bournazel, G. Joubert construit en 1956 un groupe scolaire
dont il a voulu faire un véritable centre de vie. Avec son grand
patio, entouré de rampes distribuant les classes, l’école est
un véritable microcosme rassurant, protégé de l’intensité de
la métropole. Il s’inspire de Boyer et la cour ressemble plus à
celle de l’hôtel que ce dernier a construit plutôt qu’à une cour
de récréation (photo 5)!
Photo 5 : groupe scolaire cité Bournazel (G. Joubert – 1956)
Photo 3 : Ecoles Italiennes des Roches Noires
(Pauciconi et Pediconi – 1935)
News de la Médina
Le projet de réhabilitation de l’ancienne médina de
Casablanca est enfin une réalité ! Une enveloppe de 300
millions de dirhams a été allouée à la première tranche de ce
projet dont les objectifs sont multiples : réhabilitation urbaine,
sociale, historique, patrimoniale, touristique sans oublier
l’amélioration des conditions de vie des habitants. Un comité
de pilotage de 17 membres (institutionnels, acteurs
associatifs, particuliers, historiens, membres de la société
civile…) a été désigné pour superviser le déroulement des
différentes actions à entreprendre. La maîtrise d’ouvrage sera
assurée par l’agence urbaine de Casablanca
Sources :
Casablanca, mythes et figues d’une aventure urbaine (JL Cohen, M. ELeb)
Maroc 54, Encyclopédie mensuelle d’outre-mer, numéro spécial
L’architecture marocaine, revue bimestrielle de l’ordre des architectes du Maroc, n°4, 1954
http://www.lyceefr.org/histoire.htm#LE%20LYCÉE%20ACTUEL
14-18 avenue Hassan Seghir 20000 Casablanca _ Tél : 05 26 51 58 29 _ www.casamemoire.org _ [email protected]

Documents pareils