manutention

Commentaires

Transcription

manutention
MANUTENTION
Les équipements de la logistique
Rendez-vous sur www.bienplusqu1industrie.com !
N°32 - JUIN 2013
Sommaire
Profession
1 et 36
Produits
& Services
2 à 15
Marchés
15 à 22
Entreprises
23 à 34
PROFESSION
❍❍ Une activité correcte en 2012 et des prévisions en demiteinte pour 2013
En 2012, la production du secteur des biens d’équipement de manutention s’est élevée à 3,3 milliards d’euros, en progression de 2% par rapport à l’exercice précédent. Compte tenu de la conjoncture économique européenne, les prévisions pour 2013 sont aujourd’hui négatives, de l’ordre de
- 5%. Sur cette gamme de biens d’équipement, l’Europe dans sa globalité représente plus de 60%
des exportations, même si les États-Unis et la Chine sont dans le top 5 des pays clients. L’investissement en biens d’équipement s’est replié en Europe. Ainsi, après une reprise en 2010, puis en 2011
et sur les tout premiers mois de 2012, l’investissement en biens d’équipement s’est-il sensiblement
modéré les mois suivants. Il est toujours inférieur à son niveau de 2008 et est dégradé en zone euro
et au Royaume-Uni. Mais la France résiste plutôt mieux que la moyenne européenne.
De manière générale, la mécanisation et la recherche de productivité favorisent les ventes de matériels de manutention de charges isolées. La poursuite de l’amélioration de l’activité économique
dans les secteurs aéronautique et ferroviaire, sans oublier l’agroalimentaire, la distribution et le
e-commerce, a permis de maintenir à un bon niveau les flottes de chariots industriels. Bien que
la visibilité dans le bâtiment et les travaux publics se soit progressivement dégradée, les loueurs
ont poursuivi leurs investissements dans de nouveaux matériels (nacelles élévatrices…). Compte
tenu du retournement important du secteur de la construction résidentielle, ce ne pourra pas être
le cas cette année. De plus, la faiblesse de la reprise économique, les incertitudes budgétaires et
l’attentisme de nombreux gouvernements européens n’ont pas amené les entreprises à augmenter leur capacité de production ou à créer de nouvelles entités industrielles sur le territoire. Bien au
contraire avec l’arrêt ou la restructuration de nombreuses entités industrielles ces derniers mois.
Résultat : une relative atonie du secteur des ponts roulants et des produits accessoires tels les treuils
et les palans.
Les carnets de commandes sont, quant à eux, en retrait par rapport à l’année dernière, laissant augurer d’une année 2013 plus délicate. En clair, le premier semestre sera nettement plus difficile que celui
de l’an passé et l’espoir d’un redémarrage au second semestre s’amenuise. Heureusement, le coût
des matières premières, à l’exception de l’énergie, et les taux de change, deviennent plus favorables,
entraînant une amélioration de la rentabilité des entreprises. L’accès au crédit bancaire reste un handicap pour les clients, ce qui génère une incertitude sur les résultats 2013, constructeurs et clients.
Suite page 35
Nous vous rappelons que toutes
les informations figurant dans ce document
sont disponibles dans l’espace adhérent
www.cisma.fr
PRODUITS & SERVICES
PRODUITS & SERVICES
❍❍ABUS LEVAGE
Les experts techniques d’Aprolis viennent d’intégrer à leur GMAO des milliers de données collectées, analysées et répertoriées à partir de l’historique des interventions de maintenance effectuées
sur plus de 20 000 matériels de manutention de 300 marques différentes.
lance un contrat de maintenance durable : Abus Assistance
Les plans de maintenance sont désormais plus précis, élaborés sur-mesure, par type de matériel, par
marque et en adéquation avec son utilisation et son environnement.
Abus Levage développe des contrats de maintenance sur-mesure qui permettent d’augmenter la
durée de vie des parcs d’équipements de levage Abus mais également d’autres marques.
Ils permettent de planifier automatiquement des interventions de maintenance préventive, en y associant la liste des pièces à changer avant de risquer d’être en panne, ce qui limite les immobilisations.
Faire appel à Abus Assistance permet au client de bénéficier de l’expertise des équipes d’Abus
Levage dont les techniciens disposent de nacelles, de pièces de rechange, de consommables,
d’enregistreurs de tension, de température et d’intensité.
« Global Service », le système de GMAO d’Aprolis, existe depuis une dizaine d’années. Il intègre
toutes les données constructeurs des matériels, les spécificités de ses clients et ses plans de maintenance : les données clients (nom, sites d’utilisation, contacts, parcs), les données matériels (localisation géographique précise du matériel, identification personnalisée de la machine sur un site, listes
des pièces prédéfinies par kit nécessaires à la maintenance), les données de gestion et de productivité (affectation d’un plan de maintenance préventive, identification des machines stratégiques
à la continuité de l’activité, identification de machines relais, détails des contrats sur ces machines,
localisation des techniciens par compétence et pilotage de leur planning en fonction des besoins).
Entretien, rénovation et modification d’appareil, mise en conformité pour répondre aux exigences
imposées par les législations communautaire et française par le test et le suivi du matériel sont les
métiers d’Abus Assistance qui accompagne ses clients durant toute la durée de vie des matériels de
levage.
Hervé Rondel, ABUS LEVAGE FRANCE, 03 83 59 22 22
❍❍APROLIS
propose les nouveaux gerbeurs à conducteur accompagnant Cat® NSP10-16N2…
Aprolis distribue la nouvelle gamme Cat® NSP10-16N2 de gerbeurs à conducteur accompagnant
spécialement conçue pour le travail de manutention en entrepôt sur courte et moyenne distances.
Le NSP10-16N2 est disponible en quatre capacités de levage de 1, 1,2, 1,4 ou 1,6 tonne, et sur des
hauteurs de levage allant jusqu’à 5,4 mètres, grâce à des mâts haute résistance qui réduisent le mouvement de la charge à son minimum.
La NSP10-16N2 est dotée de leviers de commande de montée et de descente sur le timon surdimensionnés. Les performances de traction et d’accélération sont issues de la plus récente technologie
AC et la transmission remplie d’huile est silencieuse. Le contrôleur programmable permet aux utilisateurs de choisir entre performances plus rapides ou manutention plus homogène qui consomme
moins d’énergie et accroît l’autonomie tout en utilisant les réglages de performance les plus appropriés à l’environnement.
Pour optimiser la maniabilité et l’utilisation dans les espaces confinés, le chariot peut être déplacé en
bloquant le timon en position verticale à la vitesse ultra-lente du mode « Tortue ».
Afin d’accroître la sécurité pendant le travail, le chariot est équipé d’une roue pivotante à hauteur
réglable qui élimine le jeu et augmente la stabilité de la charge.
Le châssis fermé et le circuit électrique étanche renforcent la résistance à l’humidité, aux saletés et à
la corrosion tandis que le système de levage et d’entraînement intégré comporte moins de composants que les modèles précédents, ce qui réduit les risques de panne. Un compartiment fermé avec
un capot en acier protège la batterie contre les impacts et évite ainsi des remplacements de batterie
inutiles et onéreux.
L’accès aux principaux composants du chariot permet des diagnostics de panne rapides, un entretien accéléré et des immobilisations minimisées. Les formats de batteries standards garantissent
l’interchangeabilité avec d’autres marques.
Outre les versions à conducteur accompagnant, les chariots NSPN2 de 1,2, 1,4 et 1,6 tonne peuvent
être équipés d’une plate-forme rabattable qui réduit la fatigue du conducteur (modèles N2R) tandis que les versions à levage initial offrent une garde au sol accrue pour les passages sur rampes
ou sur quais (modèles N2I). Pour les applications qui consistent à soulever des palettes fermées ou
des charges plus larges, le modèle de 1,6 tonne est également disponible en deux versions à bras
encadrants (modèles N2S), l’une à conducteur accompagnant et l’autre avec plate-forme rabattable.
… et finalise sa GMAO pour une gestion de maintenance sur-mesure
Aprolis planifie automatiquement les interventions préventives pour garantir la disponibilité des
matériels loués et finalise sa GMAO pour une gestion de la maintenance sur-mesure.
LA LETTRE DU CISMA N°32 JUIN 2013
Aprolis assure ainsi une traçabilité totale des interventions et est accessible 24 heures sur 24 et 7 jours
sur 7 via son site web. L’[email protected] est un outil qui permet aux utilisateurs de suivre en temps
réel les interventions effectuées et de connaître les coûts de location, d’entretien et de réparations
de leurs matériels : vue dynamique du parc, rapports et analyses personnalisées, carnet de bord
électronique, ouverture en ligne d’une intervention, planning et suivi en temps réel des interventions, affichages (parc machine, contrats, compteurs horaires, coûts). Les clients peuvent également
vérifier que les visites périodiques sont à jour et ont accès à des rapports et synthèses personnalisés.
Annick Lejeune, APROLIS, 01 43 99 89 08
❍❍FENWICK-LINDE
lance une nouvelle gamme de chariots à mât rétractable…
La nouvelle gamme de rétractables « Performance » de capacité d’1,4 à 2 tonnes de Fenwick-Linde
est conçue pour les utilisateurs intensifs travaillant à grande hauteur.
La gamme « Performance » propose un poste de conduite ajustable équipé d’un siège pneumatique
actif qui s’adapte automatiquement au poids de l’opérateur, une vitre de toit blindée pour améliorer
la visibilité et de nouveaux profils de mât plus rigides pour une prise et une dépose de palettes plus
rapide et plus haute.
Fenwick-Linde conçoit ses chariots autour de l’opérateur, afin d’améliorer la sécurité, de réduire la
pénibilité et de lutter contre les troubles musculo-squelettiques (TMS). La console de commandes
réglable en hauteur et en profondeur associée au siège lui aussi réglable, permet d’adapter le poste
de conduite à toutes les morphologies des caristes.
Une vitre de toit blindée en verre sécurit ainsi qu’un nouveau design des montants du mât intégrant
chaîne et flexibles, procurent une vision panoramique sur la charge et son environnement. Pour une
prise et une dépose des palettes à très grande hauteur, un nouveau dispositif de double caméras
(toit et mât) offre une vision successive de l’environnement puis de la charge.
La prévention des risques est également un axe important dans le développement de ce nouveau
rétractable. La réduction automatique de la vitesse du chariot en courbe, ainsi qu’au-dessus de la
levée libre, permet de minimiser les risques de renversement et de préserver la charge. Des avertisseurs sonores et lumineux, tels que le « Blue Spot » qui signale aux piétons ou aux engins la présence
du chariot, viennent compléter ces dispositifs de sécurité.
Les nouveaux profils renforcés du mât augmentent la rigidité et réduisent les déformations et oscillations de 15 à 20%, pour une plus grande capacité résiduelle. Une levée de 13 mètres permet aux
entreprises qui utiliseront ce chariot rétractable de créer des entrepôts pour stocker plus haut, afin
de limiter les m² au sol dans un contexte immobilier en pleine inflation.
La gamme « Performance » de chariots à mât rétractable Fenwick propose ainsi un éventail de solutions : mât à très grande hauteur, cabine étroite, chambre froide, autonomie de batterie augmentée
allant jusqu’à 930 Ah…
3
PRODUITS & SERVICES
… et présente ses dernières innovations sur le salon Préventica
Fenwick-Linde exposait sur le salon Préventica de Lille du 28 au 30 mai 2013 pour valoriser ses dernières innovations et solutions de chariots qui répondent aux problématiques de sécurité au travail
et de protection de l’environnement.
Une équipe d’experts était présente sur le stand et sur la piste de démonstration et animait une
conférence sur les émissions de gaz à effet de serre. Objectif : montrer sa proactivité tant dans le
cadre de la directive européenne sur les limites d’émissions polluantes que sur la prévention des
troubles musculo-squelettiques (TMS) parce que la prévention des risques, l’amélioration des conditions de travail des caristes et la protection de l’environnement sont au cœur de sa stratégie de
développement.
Fenwick a ainsi présenté sur le salon quatre modèles représentatifs : son transpalette accompagnant
T16 L avec mise à niveau des charges et une capacité de 1,6 tonne ; son préparateur de commandes,
le N20 Li, chariot à conducteur porté avec une capacité de 1,2 tonne ; son chariot N20 LoL qui permet
de préparer deux palettes consécutives et son chariot R14, de la gamme de chariots élévateurs à mât
rétractable.
À l’occasion de sa participation au salon, Fenwick a organisé une conférence le 28 mai 2013 au cours
de laquelle Yves Michel, responsable marketing solutions et options clients, et Stéphane Jardin, chef
de produits chariots frontaux et tracteurs, ont décrypté la directive européenne 2004/26/EC sur les
limites d’émissions de gaz à effet de serre pour les chariots de puissance allant de 37 à 56 kW. Celle-ci
oblige les constructeurs à réduire ces émissions dans les deux prochaines années. Ils ont également
présenté les solutions de Fenwick, notamment la gamme EVO (2 à 5 tonnes) dont les dernières innovations (pompe à cylindrée variable et moteur Diesel 2.0 Tdi Common-Rail avec filtre à particules
intégré) lui ont permis d’anticiper et de proposer sur le marché des chariots en versions Diesel, GPL
et GNV, répondant déjà à ces obligations.
Céline Fiorina, FENWICK-LINDE, 01 30 68 47 27
début de charge, le courant de charge est réduit et les pertes de charge sont évitées. Si la résistance
interne effective diminue au cours de la charge (la capacité d’absorption de courant augmente), le
courant de charge augmente automatiquement pour baisser à nouveau par la suite lorsque la résistance interne effective augmente (batterie pleine, la capacité d’absorption de courant diminue).
Cela signifie que chaque cycle de charge d’une batterie est unique et possède sa propre caractéristique.
Afin de permettre au chargeur de fixer la valeur de départ et l’évolution de la tension de charge,
l’état de la batterie est déterminé en permanence : De quelle batterie s’agit-il ? Est-elle neuve ou
ancienne ? Quelle est sa température ? Jusqu’à quel point est-elle déchargée ? En prenant en considération ces informations, le logiciel du chargeur adapte chaque phase de charge en contenant
continuellement l’évolution de la tension et en ajustant en permanence le courant de charge en
fonction de la courbe de résistance interne effective. Le process de charge Ri de Fronius est autorégulateur.
Le rendement global est de 84%. Seules la tension de la batterie et la durée de la charge doivent
encore être réglées. En pratique, nombreuses sont les batteries raccordées au chargeur qui ne sont
que partiellement déchargées. L’indication d’une durée de charge, par exemple sept heures, permet d’allonger la charge dans le temps. De cette manière, la batterie peut être chargée avec un apport en énergie minimal et donc un faible échauffement, ce qui contribue à sa préservation. En cas
d’exploitation fluctuante des engins de manutention, on empêche ainsi les surcharges nuisibles
et les dommages sur la batterie. En outre, les courants de pointe sont évités lorsque, à la fin d’un
cycle de travail, plusieurs batteries d’engins de manutention sont mises à charger simultanément.
Les nouveaux chargeurs de batteries ne nécessitent que le réglage de la tension de la batterie et de
la durée de la charge, il n’est plus nécessaire d’indiquer la capacité de la batterie. Il est donc tout à
fait possible de charger plusieurs batteries de capacités différentes sans procéder à un quelconque
ajustement.
Le nouveau chargeur Selectiva est équipé d’une Led bleue qui s’allume une fois la batterie refroidie
après la charge.
Jean-François Estimado, FRONIUS FRANCE, 01 39 33 12 12
❍❍FRONIUS
développe un nouveau process de charge
À l’occasion du salon LogiMAT, Fronius a dévoilé une nouvelle génération de chargeurs qui prolonge la durée de vie des batteries d’entraînement pour les engins de manutention électriques.
Le nouveau process de charge Ri réduit à son minimum la production de chaleur résultant de la
charge.
Les températures élevées, notamment au-delà de 40°C, ont une influence particulièrement négative sur la durée de vie d’une batterie à base de plomb et d’acide sulfurique, car elles accélèrent
toutes les réactions chimiques. En outre, une surcharge trop importante entraîne un encrassement
plus rapide de la batterie (et donc une autodécharge accélérée), une consommation d’eau supérieure (du fait de l’augmentation des dégagements gazeux) ainsi qu’un développement plus élevé
de gaz détonant dangereux. La nouvelle génération de chargeurs Fronius Selectiva avec process
de charge Ri est équipée de prises triphasées. Ces nouvelles unités sont initialement développées
pour les batteries d’entraînement 24, 48 et 80 volts.
Seuls les chargeurs jusqu’alors mis à disposition par Fronius tiennent compte du niveau de charge
de la batterie lors de la phase de recharge, afin de réduire la surcharge à son minimum.
Les pertes de charge sont dues à des courbes caractéristiques de charge prédéfinies, selon lesquelles la batterie, indépendamment de sa concentration d’acide et, donc, de son état de charge,
est parfois soumise à un courant de charge « i » trop élevé. C’est en cherchant à s’affranchir de cette
approche erronée que Fronius a développé le process de charge Ri.
Ri représente la résistance interne effective de la batterie, une valeur spécifique qui évolue pendant
la charge et la décharge au gré des variations de la concentration d’acide et des effets parasites,
tels que les processus de diffusion, la surtension de polarisation ou la transformation du sulfate
de plomb en oxyde de plomb. Par ailleurs, la mesure de la résistance interne effective permet de
déterminer la tension de charge. Le courant de charge est ainsi automatiquement adapté au tracé
de la courbe de résistance interne effective de la batterie. En d’autres termes, si la résistance interne
effective est plus élevée (faible capacité d’absorption de courant de la batterie), par exemple en
LA LETTRE DU CISMA N°32 JUIN 2013
❍❍HAULOTTE GROUP
facilite l’accès de ses clients aux pièces détachées grâce à « Easy spare parts »
Haulotte a développé le système « Easy Spare Parts » (ESP) qui permet à ses clients de consulter
les documentations techniques et de commander des pièces détachées en ligne. La base de
données disponible contient plus de 2500 catalogues, 10 000 dessins et vues éclatées et 20 000
photos de pièces. Les clients ont ainsi accès à un système simplifié et la gestion de leur compte
web est améliorée. Ils peuvent y accéder directement grâce à leur mot de passe. L’objectif de
Haulotte est d’étendre ESP « Silverlight » à tous ses clients avant la fin du 1er semestre 2013.
Carine Ploton, HAULOTTE GROUP, 04 77 29 24 24
❍❍IFC
propose deux modules de formation « Hydraulique mobile »
IFC Hydraulique organise deux modules de formation « Hydraulique mobile » : « Maintenance et
dépannage » et « Technologie et symbolisation ».
• « Hydraulique mobile – Maintenance et dépannage » :
La division matériels mobiles de l’IFC propose à ses stagiaires un simulateur qui retransmet fidèlement le comportement d’un engin équipé d’un moteur thermique. Celui-ci est équipé d’un
moteur thermique qui permet de reproduire les écrasements thermiques qui influent directement sur les régulations automatiques de la transmission. Les procédures de dépannage prévus
dans ces stages sont ainsi reconstituée.
5
PRODUITS & SERVICES
Prochaines sessions à Roanne : session A du 30 septembre au 4 octobre 2013 et session B du
21 au 25 octobre 2013
• « Hydraulique mobile – Technologie et symbolisation » :
Largement documenté, ce module de formation permet d’acquérir les connaissances de base
de l’hydrostatique, de maîtriser le fonctionnement et la technologie des principaux composants
d’un circuit et d’identifier les symboles d’un schéma.
Il permet également d’analyser les risques hydrauliques occasionnés par une intervention sur
une machine à l’arrêt, de définir les consignes de sécurité correspondantes et d’accéder au
niveau d’habilitation HY1.
Prochaines sessions à Roanne : session A du 9 au 13 septembre 2013 et session B du 30 septembre
au 4 octobre 2013.
Laurent Noblet, IFC-OLÉOHYDRAULIQUE, 01 60 69 60 56
❍❍JUNGHEINRICH
propose des installations clé-en-main à ses clients...
Les chariots élévateurs manuels ou automatisés (type AGV), les transtockeurs ainsi que la transitique associée (convoyeurs) sont tous intégrés à la gamme de produits et services proposés
par Jungheinrich. À cela s’ajoutent les solutions de stockage, manuels ou automatiques, et trois
types de solutions proposées à ses clients : informatisées et développées en interne, telles que
l’outil de gestion d’entrepôt WMS (Warehouse Management System), logistiques interfaces pour
augmenter la disponibilité des marchandises, pour la radiofréquence et intralogistiques.
C’est le département ventes logistiques qui se charge d’accompagner les clients au cours de
leur évolution, en leur proposant la solution intralogistique adaptée à leur problématique. Pour
mener à bien ses missions, la filiale française a un soutien important de Jungheinrich Allemagne.
« Les équipes de Munich sont expérimentées et se développent vite. La première équipe est
dédiée aux projets d’études, au conseil en ingénierie. Forte de sa solide expérience, elle nous
accompagne sur toute la gamme. La seconde gère la partie réalisation. Elle est constituée d’experts de la mise en place de projets logistiques. Enfin, l’équipe de suivi intervient chez les clients
après la réalisation. Par cela, je pense à tout ce qui est prestation informatisée et AGV (Automated
Guided Vehicle) », conclut Hoyame Saber, responsable du Département ventes logistiques.
Afin de renforcer sa position d’acteur majeur dans l’équipement intralogistique, Jungheinrich
France a créé un poste de chef de projets AGV. C’est Didier Blum, fort d’une expérience de plus
de 15 ans chez un constructeur de matériels de manutention et de trois ans dans une start-up
dédiée aux AGV, qui occupe ce poste. « Nous sommes à un moment charnière du monde de
l’AGV où les PME spécialisées essaient de se diversifier, alors que les acteurs majeurs du chariot
s’y intéressent. Pour Jungheinrich, l’AGV est une suite logique dans la prise en compte de l’amélioration de la productivité de ses clients », souligne Didier Blum.
En effet, cette solution développée par Jungheinrich et basée sur un chariot standard de la
marque consiste en un système flexible et sécurisé qui permet notamment de gérer la manutention de palettes répétitives.
… lance un nouveau contrat Full Service : UseFull…
En réponse à la demande de ses clients, Jungheinrich a créé un nouveau contrat d’entretien :
UseFull qui propose une nouvelle approche de la tarification Full Service. Le principe : ne payer
que ce qui est réellement consommé par l’utilisateur.
Un « mini » forfait de base donne accès au service et seules les heures réellement consommées
sont facturées. En d’autres termes, si le chariot ne travaille pas pendant un mois, il n’y a pas de
facturation d’heures. La difficulté réside dans l’acquisition des données d’heures d’utilisation.
Jungheinrich a fait développer un système de télétransmission automatique d’horamètre qui
communique avec l’ERP afin de générer la facturation.
Ce nouveau contrat est particulièrement adapté aux petites utilisations et au travail saisonnier.
Les clients utilisateurs de chariots d’occasion seront certainement utilisateurs de ce contrat.
LA LETTRE DU CISMA N°32 JUIN 2013
Au-delà de l’intérêt du système de télétransmission pour suivre et permettre la facturation au
réel, Jungheinrich est désormais en mesure de donner de la visibilité sur les engagements des
appareils et de proposer des optimisations de parcs.
… étend son activité chariots d’occasion…
Dans le cadre de son projet « 2018 », le groupe Jungheinrich a prévu une extension de la Centrale
Occasions de Dresde. Celle-ci a démarré en mars 2013 et, sans interruption d’activité, doit porter
à 8000 chariots par an sa capacité. Elle reconditionne actuellement 4500 chariots par an et a déjà
presque atteint la limite de sa capacité en 2012.
Depuis sa mise en service le 1er juin 2006, la Centrale Occasions de Dresde a quasiment triplé sa
capacité de production. Sa superficie disponible, actuellement de 19 000 m², est cinq fois plus
importante qu’à sa création. « La tranche des travaux qui a démarré en mars 2013 reliera les halls
existants et constituera une nouvelle optimisation des flux de produits dans le sens du développement durable », explique Ronald Ohlrogge, responsable location et occasion chez Jungheinrich. La surface de production est passée de 8500 à 13 500 m² au total.
Le reconditionnement Premium des chariots est assuré industriellement à la Centrale de Dresde
selon les normes de qualité Jungheinrich JungSTARs qui concernent la sécurité, la technique,
l’optique et la fiabilité. Ronald Ohlrogge explique : « Le reconditionnement des chariots d’après
l’optique actuelle et conformément aux dernières dispositions de sécurité permet d’obtenir de
bons résultats et constitue une protection fiable contre l’immobilité imprévue de chariots. C’est
pourquoi nous appelons aussi nos chariots d’occasion les Jungheinrich JungSTARs. »
Pour le reconditionnement des chariots, le principe de la production flexible en ligne est appliqué
et la production est subdivisée entre chariots électriques et thermiques. À l’entrée, un contrôle
est effectué et ensuite les chariots sont démontés. Les différents composants du chariot sont
remis en état et les pièces importantes pour la sécurité du chariot sont changées. « Nous utilisons
pour nos chariots d’occasion des pièces de rechange d’origine », précise Ronald Ohlrogge. Enfin,
la peinture des chariots est effectuée selon les critères de qualité appliqués dans l’automobile.
Les chariots qui doivent être remis en état viennent de toute l’Europe pour être reconditionnés
à la Centrale de Dresde puis ils sont commercialisés à nouveau sur le continent et mis à disposition par le réseau de distribution Jungheinrich. Des centrales locales de chariots d’occasion sont
actuellement créées sur les marchés en croissance de la Chine et du Brésil. « Elles sont conçues
sur le modèle de notre Centrale Occasions de Dresde et montées sur place », conclut Ronald
Ohlrogge.
… présente un nouveau chariot à mât rétractable : l’ETV 318…
Jungheinrich a lancé sur le marché au printemps 2013 un rétractable entièrement revu, l’ETV 318.
Ce chariot a été présenté pour la première fois à un public international au salon IMHX 2013 de
Birmingham qui s’est déroulé du 19 au 22 mars 2013.
L’une des principales caractéristiques de ce nouveau chariot est sa levée maximale de 11,5 mètres
(hauteur du plancher supérieur de la palette dans le rayonnage : 11,3 mètres) avec une capacité
résiduelle d’une tonne.
Le nouveau toit de protection panoramique en verre de sécurité teinté est une caractéristique essentielle de ce rétractable. Sa conception entièrement revue améliore la visibilité pour le stockage
et le déstockage à grande hauteur.
Le rétractable ETV 318 est équipé en outre d’une nouvelle direction électrique. « Quand le chariot
se déplace en ligne droite la boule du volant reste dans une position ergonomique qu’on appelle
la position de 9 heures », explique Joachim Schier, responsable de la gestion produits pour les chariots à mât rétractables chez Jungheinrich. Peu importe qu’on ait tourné le volant lorsque le chariot
était à l’arrêt ou qu’on ait continué de tourner le volant en mode 180°. La direction Jungheinrich
repositionne toujours la boule du volant dans la position de départ. »
Le rétractable Jungheinrich comporte, par ailleurs, de nouvelles caractéristiques qui impliquent
de multiples allègements pour le cariste et donc une plus grande efficience du chariot. Le système
Position Control, par exemple, assure un stockage simple et rapide à des hauteurs prédéfinies et
la nouvelle fonction intégrée Snap représente une nouvelle avancée. Comme l’indique Joachim
Schier : « Dès que le cariste actionne la manette de commande, le chariot reconnaît automatiquement le bon niveau de rayonnage. Il n’est donc plus nécessaire de sélectionner la hauteur. »
Ce nouveau système offre une protection supplémentaire qui permet d’éviter d’endommager le
7
PRODUITS & SERVICES
rayonnage ou les marchandises.
Le système d’assistance Warehouse Control assure les échanges de données entre le terminal embarqué et le système de gestion d’entrepôt. Le traitement des données s’effectue sur le chariot et
fournit les valeurs permettant de sélectionner la hauteur de levée. « Le système Warehouse Control
intègre entièrement le chariot au système de gestion de l’entrepôt. Non seulement il augmente
sensiblement l’efficience du chariot, mais il permet aussi d’éviter les erreurs de stockage ou de déstockage », poursuit Joachim Schier.
Le système Operation Control qui mesure en continu à l’aide de capteurs le poids de la charge
assure le traitement synchronisé de cette donnée et de la hauteur de levée du mât. Des signaux
d’alerte aussi bien visuels que sonores sont émis en cas de dépassement de la capacité résiduelle
correspondante.
Le chariot ETV 318 peut également être doté de plusieurs packages selon les utilisations. Le
package Efficiency permet d’atteindre, avec une seule charge de batterie, la durée d’utilisation la
plus longue. Le package Drive Plus est conçu pour les utilisations incluant des déplacements fréquents sur longue distance. Le package Lift Plus est destiné en revanche aux utilisations impliquant
la levée de charges importantes à grande hauteur.
… un nouveau chariot allée étroite : l’EFX 410-413…
Jungheinrich a présenté, en mars 2013, le nouveau EFX 410-413. Ce « petit » chariot pour allée
étroite peut être équipé lui aussi du système de navigation en entrepôt Jungheinrich qui repose sur
la technologie transpondeurs. L’utilisateur bénéficie ainsi d’une amélioration de rendement allant
jusqu’à 25%.
L’EFX 410-413 est un tridirectionnel électrique à siège frontal dont la levée maximale est de
7 mètres. « Ce chariot est le modèle d’entrée de gamme dans le domaine des chariots pour allée
étroite », explique Sebastian Riedmaier, responsable gestion produits pour les chariots élévateurs
et les chariots systèmes chez Jungheinrich. Cette génération de chariots est équipée d’un système
de commande JXP qui repose sur la technologie RFID déjà utilisée avec succès depuis des années
pour les « gros » chariots allée étroite.
innovation dans sa version de base incluant diverses fonctions. « Jungheinrich a développé un
système innovant de gestion de flotte, l’ISM Online, qui permet aux clients d’assurer le suivi et la
gestion de leurs parcs de chariots répartis entre plusieurs sites et plusieurs pays ainsi que de renforcer la sécurité en entrepôt », explique André Friedrich, responsable commercial chez Jungheinrich
pour la gestion du service-clients. Le portail de gestion de Jungheinrich, un domaine Internet protégé, permet d’avoir accès à ces données quasiment partout dans le monde. ISM Online regroupe
aussi bien des informations commerciales que des données par chariot concernant les utilisations
et les chocs subis. « Ce système, en regroupant de manière claire et transparente toutes les données importantes, contribue à faire baisser les coûts des parcs de chariots », ajoute André Friedrich.
ISM Online est composé de différents modules combinables individuellement et conçus pour
répondre aux différents besoins des utilisateurs. Le module Base permet à l’utilisateur d’avoir une
vision globale de toutes les données afférentes à plusieurs sites concernant les chariots, les contrats
et les caractéristiques liées à l’équipement. En plus du nombre de chariots par site et de leur âge, ce
module indique, en appuyant sur un bouton, le total des coûts du parc de chariots.
Le module Sécurité gère et contrôle l’accès aux chariots et enregistre des informations sur les chocs,
ce qui permet d’obtenir non seulement des informations générales sur les dommages mais aussi
de les traiter immédiatement. André Friedrich indique : « L’expérience montre que l’utilisation du
module sensibilise les caristes à la sécurité dans le maniement des chariots. » Ainsi, plus de sécurité
en entrepôt est également synonyme de baisse des coûts imputables à un usage non conforme
des chariots.
« Le système de gestion de flotte ISM Online est amélioré en permanence en fonction des besoins
de nos clients », explique André Friedrich. La dernière innovation concerne le module Coûts qui
peut fournir une présentation détaillée des coûts. En plus des informations sur la facturation, les
temps d’utilisation et les rapports de maintenance, l’utilisateur obtient une présentation différenciée et une analyse des coûts totaux par chariot.
Béatrice Renault, JUNGHEINRICH FRANCE, 01 39 45 68 12
Cette nouvelle technologie permet aussi d’exploiter totalement la navigation Jungheinrich sur
l’EFX 410-413. Comme l’EKX 513-515, son « grand-frère », ce chariot peut désormais communiquer
avec les systèmes de gestion d’entrepôt spécifiques aux clients. Les informations du système de
gestion d’entrepôt sont transmises par l’interface logistique au système de commande du chariot.
❍❍MANITOU
Le chariot reçoit les ordres de stockage et déstockage du système de gestion d’entrepôt. Le cariste
se dirige vers l’allée dans laquelle est stockée la marchandise. Le système de navigation détermine
automatiquement le parcours vers l’emplacement cible dans l’allée. « Le cariste ne fait plus qu’accélérer et le point de destination est atteint par l’itinéraire le plus court, avec une vitesse optimale
et l’utilisation la plus faible d’énergie », explique Sebastian Riedmaier. « L’expérience des années
passées montre que le système de navigation en entrepôt offre une augmentation de rendement
allant jusqu’à 25% ». Outre le rendement, la sécurité du process est renforcée. L’erreur d’emplacement de stockage n’est plus possible. La lecture scanner de sécurité à chaque opération de
stockage est superflue ; le système de navigation indique en retour l’emplacement de stockage
correct au système de gestion d’entrepôt via WLAN.
Manitou simplifie sa gamme moyenne hauteur pour plus de lisibilité. Les trois modèles, MT 835,
MT 1135 et MT 1335, sont conçus de la même manière (châssis, flèche, moteur, transmission,
hydraulique…) et respectent les nouvelles normes européennes €IIIB. Compacts et polyvalents,
les trois modèles de la gamme construction moyenne hauteur sont particulièrement adaptés
pour des applications dans des chantiers résidentiels ou non résidentiels, ainsi que pour des travaux de voiries ou de travaux publics. Tout particulièrement dans des environnements exigus.
« D’une conception identique et d’une maintenance facilitée quel que soit le modèle, la gamme
construction de moyenne hauteur est particulièrement adaptée pour de la location.
L’utilisation de la technologie asynchrone Jungheinrich de dernière génération a permis d’optimiser l’efficience énergétique de ce chariot.
Manitou lance une nouvelle gamme de chariots télescopiques rotatifs : la Privilège Plus. « Cette
gamme améliore l’efficacité du travail des opérateurs, et ce, quelles que soient les contraintes
des chantiers. En cabine ou à l’extérieur, l’opérateur peut travailler avec précision et en toute
sécurité. D’une prise en main aisée et d’une maintenance facilitée, la série Privilège Plus répond
aux besoins des utilisateurs, qu’ils soient propriétaires ou loueurs », argumente Olivier Traccucci,
responsable marketing pour le marché construction de Manitou.
L’EFX 410-413 peut être guidé en allée étroite ou se déplacer tout aussi bien librement en allée large.
« Le chariot est rapide et flexible dans la zone de transfert, indique encore Sebastian Riedmaier. Il
peut même être utilisé, si nécessaire, pour le déchargement des camions. » Il est équipé d’un siège
frontal et la conduite du chariot est la même que pour un chariot « normal » à contrepoids. En plus,
le mât latéral permet au cariste d’avoir une visibilité dégagée sur l’allée et la charge.
renouvelle sa gamme de chariots télescopiques moyenne hauteur…
… et propose trois nouveaux chariots télescopiques rotatifs
Pascale Noël-Hudson, MANITOU, 02 40 09 10 56
… et son système de gestion de flotte : l’ISM Online
Sur le salon LogiMAT 2013, Jungheinrich a présenté son système de gestion de flotte ISM Online
pour lequel des modules supplémentaires sont prévus pour cette année. Celui-ci permet de gérer
des parcs entiers de chariots répartis sur plusieurs sites et augmente la transparence et la sécurité
de l’entrepôt.
Au CeMAT 2011, Jungheinrich avait présenté pour la première fois à un public international cette
LA LETTRE DU CISMA N°32 JUIN 2013
❍❍MECALUX
lance un nouveau transtockeur tridirectionnel automatique
Mecalux a développé un transtockeur tridirectionnel automatique qui déplace les palettes en
9
PRODUITS & SERVICES
bout d’allée et les dépose sur des consoles ou un système de transport automatique grâce à sa
fourche pivotante. Celle-ci permet de charger et décharger les palettes dans trois positions : une
position frontale et deux positions latérales.
Les transtockeurs tridirectionnels automatiques permettent d’automatiser les entrepôts de
rayonnages conventionnels exploités au moyen de chariots conduits par des opérateurs, dans
les entrepôts existants comme dans les nouvelles installations.
Le transtockeur de Mecalux est guidé par deux rails. Il n’a que quatre points d’appui au sol et ne
requiert pas de rail de guidage supérieur. Ainsi, peut-il être installé dans un entrepôt existant
qui utilise habituellement des chariots. Il s’adapte également à presque tous les espaces d’accès
direct aux palettes.
Son fonctionnement est entièrement automatique, tous les mouvements du transtockeur
répondent aux ordres de mise en place et d’extraction envoyés par un système de commande
qui optimise les mouvements.
Natacha Pesic, MECALUX, 01 60 11 92 92
❍❍PMS INDUSTRIE
développe une gamme professionnelle d’antichutes à rappel automatique :
l’Alti-Pro
Utilisé dans les domaines du bâtiment, de l’entretien, de l’extraction pétrolière, des télécommunications…, l’antichute à rappel automatique est largement plébiscité dans le monde du travail
en hauteur. PMS Industrie lance ainsi une gamme professionnelle d’antichutes à rappel automatique, l’Alti-Pro.
Ce système de type « ceinture de sécurité » permet à l’utilisateur de conserver une certaine
liberté de mouvement par rapport à un système antichute traditionnel. Il se bloque en cas de
fort à-coup (chute ou trébuchement) et réduit la violence de la chute car le blocage immédiat du
système ralentit le phénomène d’accélération dû au poids de l’utilisateur.
En fonction des besoins de l’opérateur, la gamme d’antichutes Alti-Pro est composée d’antichutes avec sangle textile 100% polyester de 47 ou 20 mm, ou de câble en acier allant jusqu’à
4 mm de largeur. De 0 à 6 mètres pour les références textiles et de 0 à 30 mètres pour les références acier, la gamme Alti-Pro couvre les besoins des utilisateurs. PMS Industrie garantit une
traçabilité totale grâce aux numéros d’identification uniques.
Les éléments sont capables d’accélérer automatiquement pour rattraper les charges en aval et
diminuer ainsi les intervalles de circulation. Ils peuvent aussi accumuler les colis sur une zone
définie, sans pression et sans perturber les flux, ce qui offre une plus grande fluidité et une capacité de réaction accrue en cas d’incident sur la ligne.
Les temps d’installation de cette nouvelle gamme sont réduits d’environ 40% par rapport à une
solution de même type. Ce gain de temps est dû en partie à sa conception mécanique novatrice.
Les convoyeurs sont fabriqués avec un nombre de composants réduits (moins de pièces utilisées
et moins de références). Toute la connectique, les câbles… sont intégrés dans des longerons
réversibles assurant la fonction de guide, prêts à être connectés. Dès sa mise en place, chaque
élément (dont la carte est paramétrée) peut ainsi être testé. Le paramétrage de la carte peut
être modifié, à tout moment et à distance. Enfin, dans le cas d’une extension de l’installation ou
d’un déménagement de site, tous les composants sont réintégrables quelle que soit la nouvelle
configuration. L’installation peut évoluer à mesure des besoins, pics d’activité et configuration de
l’entrepôt. Elle peut également être raccordée à des convoyeurs d’ancienne génération.
La gamme Intelis® de Savoye a été développée en interne avec les conseils d’un cabinet d’écoconception. La volonté a été de se rapprocher de la tendance du marché vers le tout électrique.
Fini donc l’alimentation en air comprimé : Intelis® est 100% électrique, avec des moteurs directement intégrés dans les rouleaux. L’innovation permet également une économie d’énergie sensible. Lorsque les convoyeurs ne sont pas utilisés, les moteurs s’arrêtent automatiquement.
La gamme Intelis® propose un fonctionnement en « mode éco ». Si le niveau d’activité est bien
maîtrisé et sans risque de saturation, ce dernier permet un convoyage sans accélération et la
récupération automatique d’énergie au freinage.
La maintenance peut être anticipée. Les cartes électroniques des éléments de convoyeurs réalisent un reporting automatique des pièces à remplacer et remontent des indicateurs de défauts
(graphiques avec seuil d’usure des composants…). Une carte électronique à changer, un boîtier
électrique à remplacer : toutes ces opérations s’exécutent en dévissant et débranchant le matériel.
Le paramétrage des cartes électroniques est réalisé en trois tours de tournevis et un transfert à
distance ou via une carte mémoire SD.
Enfin, les convoyeurs permettent de réduire le stock de pièces de rechange puisqu’ils comptent
un nombre de composants nécessaires à leur conception et à leur fonctionnement limité.
*Les composants droits, courbes, épis, transferts 45°, 90° permettant de répondre à l’ensemble des besoins de manutention : lancement, gares de picking, tri d’expédition… compatibles avec les systèmes de convoyeurs existants.
Nathalie Giry, SAVOYE, 03 80 54 40 00
Julien Ducret, PMS INDUSTRIE, 03 81 69 30 15
❍❍SAVOYE
présente une nouvelle génération de convoyeurs : l’Intelis®
Savoye a lancé fin 2012 une nouvelle génération de convoyeurs pour la manutention de charges
légères (jusqu’à 32 kg) 100% électrique : l’Intelis®.
Un million d’euros d’investissement, deux ans de R&D, les conseils d’un cabinet d’écoconception
et six mois de mise au point ont été nécessaires pour la conception de ces nouveaux convoyeurs.
L’innovation tient à son architecture totalement modulaire. Le convoyeur se compose de différents éléments standards* indépendants qui se raccordent directement sur le site selon le mode
Plug and Play et leur consommation énergétique est réduite. Chaque élément a ses propres
structures mécaniques, distribution électrique et unité de pilotage : il est livré prêt à être installé
et interconnecté.
Le pilotage du convoyeur est entièrement décentralisé. Chaque élément dispose d’une carte
électronique individuelle qui lui permet d’adapter son « comportement » en fonction de son
propre paramétrage. En effet, il s’adapte au flux à convoyer et au volume d’activité.
LA LETTRE DU CISMA N°32 JUIN 2013
❍❍SSI SCHAEFER
développe de nouveaux postes de travail multifonctionnels ergonomiques
Les nouveaux postes de travail multifonctionnels développés par SSI Schaefer pour une palettisation/dépalettisation manuelle répondent aux exigences en matière d’ergonomie, de sécurité,
de performance et de protection de la santé des opérateurs. Conçus selon le principe de « Marchandise-vers-l’homme », ils réduisent la charge que les activités de levage, de déplacement et
de port, font peser sur les opérateurs. Des actions de tirer et pousser ergonomiques remplacent
désormais les actions soulever et porter. Un système intelligent de communication et d’indication guide l’opérateur de façon intuitive.
Les nouvelles propriétés ergonomiques novatrices de ces postes de travail ont notamment été
reconnues par le service allemand de santé et sécurité au travail. Son représentant, le docteur
Sven Stabenow, affirme qu’ils contribuent à l’ergonomie dans les zones de rayonnages grande
hauteur ou dans les entrepôts de grandes dimensions.
Maryline Méchineau, SSI SCHAEFER, 03 82 59 14 71
11
PRODUITS & SERVICES
❍❍STILL
lance deux nouveaux chariots thermiques : les RX 70-40/50 et RX 70-60/80…
Que ce soit pour l’industrie du papier, des boissons, du bois, les industries lourdes..., lorsque
les conditions sont difficiles, ou simplement pour le chargement de camions, les entreprises
recherchent des chariots qui combinent force, précision, ergonomie, compacité et sécurité. Ainsi,
Still a-t-il développé deux nouveaux chariots thermiques, le RX 70-40/50 et le RX 70-60/80.
D’une capacité de 4 à 8 tonnes, ces chariots sont conçus pour être productifs dans des applications très difficiles.
Les RX 70 disposent de cinq programmes de conduite réglables. Dans chaque programme, la
vitesse de translation et les propriétés d’accélération et de freinage sont réglables individuellement. Une seule pédale permet d’accélérer et de freiner. Dès que le cariste enlève le pied de
l’accélérateur, le chariot freine. Le frein de service n’est donc pas nécessaire en utilisation normale. Le freinage automatique augmente la sécurité en empêchant tout mouvement du chariot
sur sol irrégulier et sur rampe. Le RX70 « gros tonnage » possède également des propriétés de
conduite constantes et précises.
Les nouveaux chariots possèdent un design ergonomique et fonctionnel. Compact en particulier pour le nouveau modèle 6-8 tonnes, sa largeur d’1,60 mètre (RX 70-60) le rend plus maniable.
Il peut travailler dans des largeurs d’allée très réduites de moins de 5 mètres, même pour la
manutention de charges lourdes et optimise ainsi l’espace de travail dans les entrepôts.
La cabine du RX 70-60/80 est décalée de côté, vers la gauche (comme sur une voiture) et les
vérins d’inclinaison sont intégrés en bas du mât pour ne pas gêner la visibilité du cariste dans
ses manœuvres. Le toit de protection offre une vue panoramique et un champ de vision plus
large pour le gerbage des palettes. La cabine protège le cariste contre les vibrations et le bruit.
Les valeurs vibratoires des nouveaux modèles RX 70 sont de 0,31 m/s² (RX70-60/80) et 0,47 m/s²
(RX 70-40/50).
Les nouveaux modèles RX 70 atteignent des valeurs inférieures aux seuils définis dans la directive
97/68/CE niveau IIIB relative aux émissions de gaz d’échappement. Le RX 70-60/80, par exemple,
est équipé d’un catalyseur et d’un filtre à particules dont la combinaison réduit les émissions
d’oxyde d’azote de près de 50% par rapport aux modèles précédents. Les émissions de particules
sont même réduites de 97%. Le RX 70-40/50 est le seul de sa catégorie à atteindre ces valeurs
sans filtre à particules, grâce à un moteur Diesel (Deutz 2,9l) de conception nouvelle.
Par ailleurs, sur les nouveaux modèles RX 70, une commande électronique régule et diminue
automatiquement le régime moteur d’environ 25%. Cette technique innovante réduit la consommation de carburant et assure, en combinaison avec le régulateur de vitesse proposé en option,
une conduite économique.
… et un chariot 3 en 1 : le COP
La préparation de commandes demande de nombreuses allées et venues, descendre, monter,
avancer… Le préparateur de commandes horizontal COP conçu par Still, d’une capacité de levée
de 2 tonnes, est un chariot dédié à la préparation de commandes au sol.
Still propose également le COP-H dont la levée ergonomique peut atteindre jusqu’à une tonne
à une hauteur de 830 mm. La roue motrice centrale entourée de robustes galets stabilisateurs
latéraux offre une bonne traction dans toutes les situations.
Dans les courbes, un système de stabilisation « IntelliDrive » répartit de manière optimale les
pressions sur chaque roue.
Le COP réduit automatiquement sa vitesse en courbe, lorsque l’angle de braquage est supérieur
à 10%. Le système de freinage est équipé d’un système antiblocage des roues : l’eABS. Grâce à
cette technologie, le chariot freine dans toutes les conditions et sur tous les sols, même humides,
sans risque de dérapage.
Le moteur de traction asynchrone de 3 kW permet une récupération d’énergie et ne nécessite
pas de maintenance.
La plate-forme est recouverte d’un revêtement en caoutchouc avec une surface antidérapante
qui amortit les vibrations. La faible hauteur de la plate-forme (112 mm) facilite les montées et
descentes du cariste. Pour la sécurité, le dosseret possède un arceau côté charge.
LA LETTRE DU CISMA N°32 JUIN 2013
Le cockpit (easyDrive) et le dosseret ont des formes ergonomiques. De nombreux rangements
sont intégrés au dosseret et sur le capot batterie pour permettre au préparateur de laisser son
matériel (film, ciseaux, stylos…).
Afin de rouler en toute sécurité, le cariste est obligé de démarrer avec les deux mains sur les
poignées du cockpit. À partir de 4 km/h, une main suffit pour rouler jusqu’à la vitesse maximale
de 14 km/h. Cette vitesse est paramétrable en fonction du souhait des clients.
Pour la préparation de commandes en mode accompagnant, un bouton implanté sur les côtés
du dosseret permet de déplacer le chariot en mode accompagnant. Lorsque le bouton est relâché, le frein de parking s’active automatiquement.
Lise Gerbet, STILL, 01 64 17 40 73
❍❍TOYOYA MATERIAL HANDLING
lance le BT Reflex série O, un nouveau chariot à mât rétractable…
Toyota Material Handling France étend sa gamme de chariots à mât rétractable avec l’arrivée de
son nouveau modèle, le BT Reflex série O RRE160R. Ce chariot est polyvalent et permet de réaliser des opérations intensives à l’extérieur et à l’intérieur.
Issu du Reflex série R, il bénéficie des derniers équipements de la gamme : le TLC (Transitional
Lift Control) qui sécurise et accélère la manutention de la charge en hauteur, les moteurs AC, la
direction à 360° et la cabine cariste dotée d’une conception « Total View ».
Les chariots conventionnels sont conçus pour travailler sur une surface plane et lisse. La direction et le variateur du BT Reflex série O sont adaptés pour faciliter le travail sur les surfaces extérieures. Grâce à sa garde au sol de 145 mm et ses pneus larges élastiques, le nouveau chariot
assure une haute adhérence sur sol mouillé ou sur bitume chaud. Il s’accommode des surfaces
irrégulières ou en mauvais état.
En option, une gamme de protections contre les intempéries est disponible sur ce modèle : cabine fermée avec grandes vitres pour élargir la visibilité, portes, chauffage et ventilateur. De plus,
des phares de travail permettent au chariot d’être opérationnel dans un environnement sombre.
La capacité nominale du modèle BT Reflex série O est de 1600 kg et ses hauteurs de levée
atteignent jusqu’à 7,5 mètres. Il est adapté au stockage en masse, au chargement et au déchargement latéral des camions et dans les cours de matériaux.
… présente ses solutions sur le salon Préventica Lille 2013…
Sur le salon Préventica du 28 au 30 mai, le constructeur de chariots élévateurs Toyota Material
Handling France exposait de nouveaux produits et concepts pour plus de sécurité et d’ergonomie dans la logistique des entrepôts.
Partenaire officiel de l’agence européenne EU-OSHA*, Toyota Material Handling s’investit dans le
cadre de la campagne « Ensemble pour la prévention des risques ».
À ce titre, Toyota Material Handling a animé sur le salon une conférence consacrée à la sécurité
des personnes et à la prévention des risques dans l’environnement des chariots élévateurs et
des transpalettes manuels à laquelle étaient conviées toutes les personnes impliquées dans la
sécurité et la réduction des troubles musculo-squelettiques.
L’entreprise a exposé ses solutions sur son stand mais également sur la zone dynamique « La
Piste des Manutentions » : le système actif de stabilité SAS, la cabine inclinable limitant les mouvements de la tête haut-bas, le mini-volant pour la réduction des mouvements du bras, la préparation de commandes au sol avec une hauteur ajustable ergonomique des fourches, un dépalettiseur qui supprime la prise manuelle au début de la tournée de la préparation de commandes…
Le Toyota SpotMe était également présenté en avant-première. Il s’agit d’un nouveau système
d’avertissement actif indiquant l’arrivée d’un obstacle (chariot ou piéton) dans les zones accidentogènes (voir page 33). Des avertisseurs lumineux sont placés dans les lieux à hauts risques
de collisions et flashent dès qu’un chariot ou un piéton passe devant un capteur situé en amont
pour avertir qu’une personne se trouve dans un angle mort.
13
PRODUITS & SERVICES / MARCHÉS
Chez Toyota Material Handling, la sécurité commence dans les usines de fabrication de chariots
élévateurs qui, en plus des certificats ISO 9001 et ISO 14001, ont obtenu la certification OHSAS
18001 qui engage un dispositif de gestion associant le personnel, les procédures et les moyens
afin d’améliorer les performances en matière de santé et de sécurité au travail, ce qui permet de
progresser en intégrant la santé et la sécurité à toutes les fonctions.
*Agence européenne pour la santé et la sécurité au travail.
… et développe une solution intelligente de gestion de flotte : le Toyota I_Site
Toyota Material Handling France lance un nouvel outil optimisé qui contrôle les opérations et les
coûts liés aux chariots élévateurs : le Toyota I_Site. Cette solution intelligente de gestion de flotte
offre une vue complète du flux interne à chaque entrepôt.
En effet, Toyota I_Site donne en permanence un accès total aux informations décisives et ce
n’importe où, via un portail internet. Ce système apporte aux responsables de flotte des données
clés sur les performances des caristes et des chariots. Ils peuvent réaliser des analyses factuelles
et développer des plans d’actions. Grâce aux indicateurs du Toyota I_Site, ils gèrent les immobilisations chariots, les dommages aux marchandises, l’état de la batterie et autorisent les caristes
dûment formés à conduire les chariots adéquats… À cela s’ajoute le support d’experts certifiés.
Cette nouvelle version du Toyota I_Site capitalise sur l’expérience acquise et apporte de nouvelles fonctionnalités. Elle dispose d’un certain nombre d’améliorations, parmi lesquelles un
tableau de bord personnalisable et intuitif revisité qui donne une vision globale et instantanée
des opérations de manutention. Toyota I_Site intégre en option une nouvelle fonctionnalité : les
vérifications à la prise de poste (« pre-operational check ») gérées centralement. Le dispositif est
facile à installer sur les chariots et vérifie si l’appareil est dans un état de marche adéquat pour
travailler. Si un échec critique est identifié sur l’appareil lorsque le cariste réalise les vérifications
d’usage, le chariot est immédiatement et automatiquement immobilisé ou une alarme est activée.
est effectué à la cadence d’un cycle par minute. Le cycle d’essai de productivité Yale mesure
les mouvements des charges sur un parcours d’essai plus complexe. Il permet de distinguer les
chariots qui déplacent les charges plus vite en déterminant le nombre de charges déplacées par
heure, ainsi que la quantité de carburant consommée.
Pour ces essais, Yale a fait appel à des caristes chevronnés, qui ont passé un temps significatif à se
familiariser avec chaque chariot avant d’entreprendre chaque essai d’une heure.
Et Steve Ridgway, directeur de la marque Yale pour la zone EMEA, de conclure : « […] Notre principal objectif est de faire baisser le coût d’exploitation total pour nos clients. Et l’un des facteurs
ayant des répercussions sur ce coût est le prix croissant et fluctuant du carburant. »
Christine Péna, YALE FRANCE, 01 60 43 69 06
MARCHÉS
❍❍ALSTEF
a été choisie par Aéroports de Paris pour réaliser deux projets de manutention de
bagages à Roissy Deux projets de manutention de bagages ont été lancés par Aéroports de Paris pour l’aéroport
Roissy-Charles-de-Gaulle et Alstef a été retenue pour la réalisation. Au terminal 2E, le projet
consiste à réaliser un système de collecte des bagages de deux nouveaux groupes de banques
d’enregistrement (12 et 13), suivi d’un dispositif de sécurisation et de transfert des bagages
jusqu’à des jetées de conteneurisation situées dans la galerie arrivées Est.
Patricia Horain, TOYOTA MATERIAL HANDLING FRANCE, 01 64 77 85 17
Aéroports de Paris a confié à Alstef la réalisation de ces travaux dans les délais très courts imposés par Air France qui compte augmenter ses capacités d’enregistrement de bagages dès la mijuin 2013, début de la période de fort trafic estival.
❍❍YALE FRANCE
développe un calculateur de coûts de carburant des chariots élévateurs
L’équipe recherche et développement en charge des séries de chariots thermiques à contrepoids
de Yale a achevé une analyse de la consommation de carburant du modèle GDP25 VX et d’un
certain nombre d’autres chariots des principaux constructeurs.
Les résultats des essais effectués sur les sites de production de Craigavon et de Portland, dans
l’Oregon, ont été recoupés avec les informations des fiches techniques publiées par les constructeurs. Ainsi, Yale a-t-il créé un calculateur des coûts de carburant, basé sur le cycle d’essai
VDI 2198-2002 et sur le cycle d’essai de productivité Yale, afin d’aider les utilisateurs à prendre
une décision d’achat éclairée pour cette capacité de chariot.
Des essais poussés du chariot et une analyse par rapport à la concurrence sont régulièrement
effectués sur les sites de la société en Europe et aux États-Unis, afin d’offrir en permanence les
informations précises et fiables aux clients et leur permettre de prendre une décision d’achat
informée.
Ces informations servent aussi à développer de nouveaux chariots, à en améliorer la conception
et à vérifier les données des supports techniques.
Dans le cadre de ce programme d’essais, les techniciens ont mesuré la consommation de carburant des chariots thermiques Diesel à contrepoids Veracitor VX 2,5 tonnes Yale par rapport à
celle de six chariots concurrents équivalents. Les données recueillies lors du cycle d’essai VDI et
du cycle d’essai de productivité, élaboré pour correspondre à une application plus exigeante, ont
été téléchargées dans un outil simple. Il permet de consulter les informations disponibles sur les
chariots actuels dans cette capacité de levage.
La procédure de validation repose sur le cycle d’essai VDI 2198-2002, rigoureusement contrôlé.
Ce cycle consiste à déplacer une charge nominale entre deux postes de chargement situés à
30 mètres l’un de l’autre et à actionner les fonctions de levage et d’inclinaison. Le parcours d’essai
LA LETTRE DU CISMA N°32 JUIN 2013
Au terminal T3, le contrat consiste à modifier le système de traitement des bagages existant afin d’intégrer les nouvelles machines de contrôle des bagages EDS Standard 3* disponibles actuellement.
Alstef réalise les prestations d’études, de fabrication, d’intégration, de mise en exploitation relatives aux différentes versions des nouveaux EDS Standard 3.
Dans un contexte opérationnel sensible, Alstef confirme ainsi ses capacités à réaliser des travaux
sans perturber l’exploitation commerciale.
* Explosive Detection System : machines de détection des explosifs dans les bagages de soute.
Catherine Chauvet, ALSTEF AUTOMATION, 02 38 78 42 30
❍❍BA SYSTÈMES
fournit le centre logistique de L’Oréal France à Essigny
Le centre logistique d’Essigny de L’Oréal France (CLOE) a choisi BA Systèmes pour l’automatisation et la sécurité de son activité. En effet, ce centre logistique se devait d’être équipé d’AGV en
vue d’automatiser l’acheminement des palettes de produits finis vers une zone de stockage et leur
transfert vers les quais d’expédition.
Depuis le centre logistique d’Essigny sont expédiées dans toute la France mais également partout
dans le monde des palettes d’aérosols en provenance de deux usines de production. Les palettes
sont réceptionnées 5 jours sur 7. Au total, le centre logistique a une capacité de stockage de plus
de 20 000 emplacements répartis dans trois stocks (deux stocks dédiés aux expéditions « France »,
un stock « international »).
15
MARCHÉS
Les GLR, AGV à mât rétractable, ont pour mission de stocker puis de préparer toutes les palettes
expédiées à l’international. Les AGV ont été choisis compte tenu des spécificités des charges manutentionnées qui nécessitent une vigilance particulière pour assurer la sécurité du site. En effet,
les palettes (exclusivement des aérosols) nécessitent des mesures de sécurité spécifiques du fait
du caractère inflammable des produits et nécessitent une grande souplesse dans leurs transferts,
mais surtout elles doivent être préservées de chutes ou d’éventuelles détériorations qui pourraient
générer un risque d’incendie.
Les AGV sont pilotés grâce au logiciel de supervision : AGV Manager, logiciel développé par
BA Systèmes. Ce logiciel s’interface avec le WMS (Warehouse Management Software) du site et
attribue ses missions à la flotte AGV : priorisation des missions, ordonnancement des commandes,
palettes à stocker ou à expédier...
En réponse au cahier des charges, BA Systèmes a conçu un process d’automatisation qui prend
en compte les spécificités du centre logistique CLOE : un déplacement dans des allées de
stockage très étroites, une optimisation de la capacité de stockage et une réactivité du système
assurée lors du lancement des expéditions.
BA Systèmes a opté pour des AGV de type gerbeur à longerons rétractable (GLR). Le GLR est
un AGV ultra compact. Son mât rétractable lui offre un faible encombrement qui lui permet
d’évoluer dans des allées étroites et de s’adapter aux besoins d’optimisation des capacités de
stockage. Grâce à la précision dont sont capables ces chariots, les palettes peuvent être stockées
en toute sécurité à près de 7 mètres de hauteur.
Tous les AGV fournis sont équipés du système de changement automatique de batteries breveté
par BA Systèmes. Grâce à ce système baptisé Autoswap, les AGV sont en mesure de remplacer
automatiquement leur batterie et libérer ainsi du temps aux opérateurs. Ils sont également dotés
du guidage laser pour un fonctionnement plus souple, une navigation sécurisée et un positionnement précis.
BA Systèmes a déjà déployé ses solutions logistiques sur huit sites du groupe L’Oréal en France
mais aussi en Europe.
Guy Caverot, BA SYSTÈMES, 02 99 85 11 00
❍❍KONECRANES
équipe la société Linamar d’un pont roulant
Linamar, société de mécanique lyonnaise qui travaille non seulement pour l’automobile, mais aussi
pour le matériel agricole, le poids lourd et les engins de chantier, a implanté dans son atelier de
mécanique un pont roulant avec profilés creux XM de Konecranes.
Afin de répondre aux besoins d’une importante commande d’usinage de blocs moteurs comprenant également des opérations de surfaçage et de rectification, l’équipe LFI a mis en place un nouvel
atelier comprenant 16 machines réparties sur huit postes en trois zones, avec un système de manutention de charge permettant de passer rapidement d’un poste à l’autre et d’une zone à l’autre.
Pour le déplacement des blocs moteurs, le système de manutention légère par profils creux XM
de Konecranes a été retenu pour son fonctionnement simple combinant levage de la charge par
palan électrique à chaîne XN et déplacement manuel d’un poste à l’autre, avec peu d’effort pour
l’opérateur.
L’investissement est réduit du fait de la modularité des profilés de transferts et une mise en place
rapide sur la structure métallique d’accrochage. Comme la capacité de levage de la gamme XM est
de 2 tonnes, le matériel standard a été utilisé sans aucune difficulté.
L’autre aspect de cette application est son délai de réalisation de deux semaines, la première pour la
conception du système et la seconde pour la mise en place opérationnelle du matériel.
LA LETTRE DU CISMA N°32 JUIN 2013
À partir du plan d’implantation des machines, le bureau d’études a défini la structure de transfert
et, en accord avec le client, les piliers métalliques supportant cette structure ont été positionnés de
manière à ne jamais être dans une zone de travail. Ceci est possible avec les profilés creux XM, car ils
acceptent à la fois de longues portées mais également de longues distances de suspension.
Au moment de l’étude d’implantation, un calepinage précis a été réalisé afin de déterminer la position de la structure métallique et la longueur de chaque profil XM de la structure de transfert. Les profils ont été coupés à la longueur en usine et l’assemblage sur place s’est fait à la manière d’un mécano.
Pour Xavier Roland, ingénieur production, il était important que la structure de transfert de charge
puisse être mise en place alors que la fabrication avait commencé.
Les équipes de montage de Konecranes ont donc travaillé en tenant compte des phases d’opérations de reprises des blocs moteurs sur les machines. Les trois zones de travail de l’atelier ont ainsi été
couvertes, en respectant les spécificités de chacune.
D’une manière générale, le système monorail modulaire XM s’adapte à l’environnement de
travail en proposant non seulement des longueurs droites, mais également des courbes, des plaques
tournantes et aiguillages qui permettent d’éviter que deux palans ne se trouvent sur le même
module et provoquent une surcharge.
Enfin, la maintenance du matériel est simplifiée et peut être reconfigurée en fonction des besoins.
Jean-Yves Beaussart, KONECRANES, 02 38 71 94 00
❍❍MANITOU
poursuit son développement sur les marchés des mines et carrières
Depuis septembre 2011, le groupe Manitou est doté d’une équipe dédiée au développement de
nouveaux marchés comme les mines et carrières, mais également l’environnement, la défense… Au
travers de ses marques Gehl et Mustang, Manitou est présent à la fois dans des mines à ciel ouvert
mais également dans des exploitations souterraines (minerais, gaz, pétrole, charbon…). Le groupe
offre ainsi des solutions adaptées aux besoins de service et de maintenance des sites d’exploitation
minérale.
Ainsi, Manitou développe-t-il sa gamme d’accessoires adaptés aux besoins de ses clients issus
des métiers de la construction et des mines. Le « couple machine-accessoire » suit toujours un
processus de validation précis qui permet d’assurer la performance du chariot, ceci garantissant la
sécurité de la machine et de l’opérateur, dans toutes les conditions d’utilisation.
Pascale Noël-Hudson, MANITOU, 02 40 09 10 56
❍❍SAVOYE
retenue par Timken pour améliorer l’ergonomie de ses postes de travail…
Fin 2012, Savoye a achevé la mise en place de convoyeurs à rouleaux, de tables élévatrices et de
palans chez Timken (société spécialisée dans les roulements à destination de l’industrie). Timken
souhaitait ainsi améliorer l’ergonomie de ses « split stations », zones de préparation de commandes
où les opérateurs peuvent manipuler des colis pesant jusqu’à 130 kg.
Devenu au fil du temps l’unique base logistique du groupe pour l’ensemble de l’Europe, le site strasbourgeois de Timken a eu besoin d’améliorer ses flux logistiques tout en préservant les conditions
de travail de ses collaborateurs. Après un premier contact avec Savoye, d’une part pour la mise en
place d’un WCS et d’autre part pour l’installation de quatre nouvelles stations de lectures de codes à
barres, Timken sélectionne à nouveau la société pour créer cinq « split stations ».
17
MARCHÉS
Depuis Strasbourg, Timken envoie près de 800 commandes tous les jours, après réception des produits finis depuis toutes les usines du groupe à travers le monde. Le poids moyen d’une palette est
de 800 kg, mais il peut aller jusqu’à deux tonnes... Pour le préparateur, les contraintes physiques
peuvent donc être très importantes. Dans la constitution de certaines commandes, il est nécessaire
d’aller chercher la palette-mère dans les racks-palettes avec un chariot tridirectionnel. Avant la mise
en place de l’installation de Savoye, cette palette était déposée dans une zone de « split » où les
colis nécessaires à la commande étaient prélevés par le préparateur pour constituer sa palette-fille.
Désormais, cette palette est déposée sur un convoyeur à rouleaux, qui permet au préparateur de
faire venir la palette jusqu’à lui, dans une logique de « Goods-to-man ». Grâce à une table élévatrice, il
n’a plus à se baisser pour prélever les colis, ni à tourner autour de la palette-mère puisque cette table
est également rotative. Il est par ailleurs aidé d’un palan avec une pince pour déplacer la marchandise soit sur la palette vide à sa gauche, soit sur le convoyeur à carton lorsqu’il s’agit de plus petites
commandes.
« Pour l’opérateur, quatre avantages : il ne se déplace plus, il ne se baisse plus, il ne tourne plus
autour de la palette et il ne soulève plus de charge lourde », se réjouit Nicolas Repp, responsable
projets chez Timken. Une fois les produits nécessaires prélevés, la palette-mère repart sur les ordres
de l’opérateur, en zone de stockage.
… par Hesbaye Frost pour déployer son système Magmatic® dans son nouvel entrepôt…
L’entrepôt frigorifique automatisé de la société belge Hesbaye Frost, filiale des groupes Ardo & Crops
à Geer en Belgique, sera opérationnel à l’été 2014. En effet, Savoye avait signé un nouveau contrat
avec l’entreprise qui consistait à déployer son système Magmatic® dans le nouvel entrepôt frigorifique grande hauteur du spécialiste des surgelés de l’entreprise belge.
Cette nouvelle plate-forme disposera de 32 000 emplacements palettes pour stocker des produits finis et semi-finis. Pour ce faire, Hesbaye Frost a retenu le système de stockage automatisé
Magmatic® de Savoye. Ce dernier est un système AS/RS flexible basé sur des navettes et ascenseurs
permettant de transporter des palettes qui entrent et sortent d’un magasin de grande hauteur. Le
magasin est un silo autoportant d’une hauteur de 36 mètres et d’une surface de 6500 m2. Le système
Magmatic® est prévu pour effectuer 230 mouvements de palettes par heure, ce qui permettra à
Hesbaye Frost de charger quatre camions pleins par heure, grâce à une zone de préparation automatisée. Savoye fournira également le WCS pour piloter les flux entrants et sortants. Ce projet a été
finalisé suite à une étude de schéma directeur effectuée par la société Logflow de Loppem.
C’est la deuxième fois que le groupe Ardo et Savoye travaillent ensemble sur un projet d’une telle
envergure. Un entrepôt similaire avait été construit en 2009 à Ardooie (Belgique) et contenait déjà
31 000 emplacements palettes. Savoye avait été sélectionnée pour sa solution Magmatic® et son
expérience dans des applications frigorifiques similaires.
… par Shimano pour poursuivre l’automatisation de son centre européen…
Shimano, fournisseur mondial de composants de vélo de haute technologie, d’articles de pêche et
d’équipements sportifs, a de nouveau fait appel à Savoye pour agrandir son système automatisé à
navettes PTS Picking Tray System, installé en 2009. L’extension a pour objectif d’anticiper la croissance que connaît Shimano, en automatisant plus fortement son centre européen de distribution
basé à Nunspeet, aux Pays-Bas.
Initialement sur cinq allées, le PTS Picking Tray System de Savoye a été installé sur deux allées
supplémentaires. Chaque allée est desservie par un ascenseur pour permettre à quatre navettes de
changer de niveau. Des casiers de stockage de 38 mètres de long ont été découpés en 15 sections
verticalement et 20 niveaux horizontalement, stockant 15 000 plateaux, avec deux tailles de cartons
pouvant être, ou non, divisés à l’aide de séparateurs. Au total, ce sont 5760 plateaux supplémentaires
qui ont été installés dans le PTS Picking Tray System. Ce dernier sert une gare de réapprovisionnement et deux gares de picking à une cadence de plus de 350 lignes de commande, par gare et par
heure.
Savoye a aussi intégré dans l’entrepôt de Shimano un système de convoyeur en zone de préparation, qui relie le PTS Picking Tray System aux objets volumineux stockés dans la zone de rayonnage, ainsi que deux formeuses de barquettes et deux machines d’emballage de type Jivaro®. Ces
dernières ont été installées afin d’augmenter la rapidité d’emballage des produits prêts à l’expédiLA LETTRE DU CISMA N°32 JUIN 2013
tion. Grâce aux machines d’emballage, la taille des cartons est ajustée au volume des marchandises,
ce qui permet à Shimano de réduire les déchets, d’améliorer sa capacité de chargement et de faire
des économies sur les coûts de transport. Enfin, trois voies supplémentaires ont été ajoutées en fin
de ligne.
… par Pilot pour équiper son centre de production et de distribution européen…
Pilot, le n°2 mondial des instruments d’écriture (stylos, marqueurs, feutres…), a installé en février
dernier la nouvelle génération de convoyeurs 100% électrique de Savoye.
Ainsi, Savoye a-t-elle installé une ligne de convoyeurs de dernière génération dans le centre de
production et de distribution européen de Pilot, basé à Allonzier-la-Caille (74). « Notre centre remplit trois missions. La première est la production puis la diffusion d’une partie de notre gamme de
solutions d’écriture pour toute l’Europe, l’autre partie étant importée du Japon. La deuxième est la
distribution, en direct, de l’intégralité de la gamme Pilot, à destination des fournituristes de bureau,
enseignes spécialisées et de la grande distribution pour la France, la Belgique et les Dom Tom. Et enfin, la troisième fonction de ce centre est d’approvisionner nos partenaires distributeurs européens
et africains, soit plus de 30 pays », explique Patrick Forveille, directeur des opérations de Pilot Europe.
« Pour faire face à l’augmentation de nos ventes et donc de nos volumes, nous avons cherché un
outil logistique innovant qui réponde aux critères que nous nous imposons. »
220 mètres de convoyeurs Intelis® ont ainsi été installés dans la nouvelle cellule de 5000 m2 du centre
Pilot (qui en compte au total 20 000). Les convoyeurs de Savoye permettent à Pilot de préparer les
commandes de ses clients qui peuvent atteindre jusqu’à 4000 lignes par jour, en période de rentrée
scolaire. « La notoriété de Savoye dans le secteur des fournitures de bureau a été l’un des deux éléments déterminants dans notre choix. Le second s’est basé sur le fait que cette nouvelle génération
de convoyeurs consomme moins d’énergie », poursuit Patrick Forveille. Lancée en novembre dernier, la gamme Intelis® de Savoye est 100% électrique. Lorsque les convoyeurs ne sont pas utilisés,
les moteurs s’arrêtent automatiquement. Intelis® propose également un fonctionnement en « mode
éco », permettant un convoyage sans accélération et la récupération automatique d’énergie au freinage.
… et par Spicers pour moderniser son centre de distribution
Savoye a été choisie pour concevoir, fournir et installer une solution automatisée de préparation de
commandes pour le centre de distribution, basé à Smethwick (UK), du spécialiste anglais et irlandais
des fournitures de bureau, Spicers. Prévue pour être opérationnelle en août 2013, la nouvelle installation comprend trois éléments clés : quelques centaines de mètres linéaires de convoyeurs Intelis®,
une machine de fermeture de cartons Jivaro®, une machine e-Jivaro®, ainsi que l’implémentation du
WMS LM7® de la filiale informatique de Savoye, a-SIS. D’autres éléments font également partie du
projet : des formeuses de barquettes, des éléments de stockage dynamique de cartons, des étiqueteuses, une machine de dépose automatique de documents et le marquage des cartons à l’aide de
la technologie d’impression au vaporisateur.
Mark Fogerty, responsable des programmes supply chain chez Spicers explique : « Il s’agit d’un projet
extrêmement important pour nous. Il va nous permettre d’atteindre nos objectifs de croissance et
d’améliorer notre taux de service pour les cinq années à venir. Ayant conçu, installé et suivi notre système existant, Savoye était le choix logique lorsqu’on a cherché à moderniser notre système. » D’un
investissement total de plus de 2,3 millions de livres, le projet Spicers a pour objectif de moderniser
les process actuels de préparation de commandes pour faire face à la forte croissance de l’entreprise.
Alain Bussod, directeur de la business unit Europe chez Savoye, poursuit : « Ce projet est une nouvelle fois l’occasion pour Savoye de démontrer sa capacité à proposer une suite de solutions automatisées pilotée par notre logiciel WMS LM7®. »
Avec un chiffre d’affaires de 275 millions de livres, Spicers Angleterre et Irlande propose à plus de
2000 revendeurs une gamme étendue de produits et services. L’entreprise gère plus de 17 500 lignes
de stock, fournies par plus de 300 vendeurs.
Nathalie Giry, SAVOYE, 03 80 54 40 00
19
MARCHÉS
❍❍SSI SCHAEFER
système de fourches à rouleau, permettant de prendre des colis en masse. Les fourches peuvent
être retirées ; elles sont adaptables. Le dispositif est donc polyvalent », explique-t-il
fournit Volkswagen en bacs QX
Le site de Volkswagen à Salzgitter en Allemagne, un des plus grands sites mondial de production
et d’assemblage de moteurs, a commandé plus de 30 000 nouveaux bacs QX de SSI Schaefer.
Ces nouveaux bacs sont le fruit d’un processus un peu inhabituel : sans commande, ni engagement ferme, SSI Schaefer s’est attelé, en collaboration avec Volkswagen, au développement de la
nouvelle série de bacs dédiés au secteur de l’automobile. « Le plus grand défi consistait à
rassembler toutes les exigences de Volkswagen en un bac unique », explique Axel Breitkreuz,
responsable produit chez SSI Schaefer.
La propreté des pièces est pour Volkswagen un point essentiel. Sans compter que l’automatisation et des processus rapides et efficaces deviennent des facteurs prioritaires. « Propreté,
aptitude à l’automatisation, stabilité, exploitation optimale du volume, aptitude au nettoyage et
adaptabilité : le bac QX de SSI Schaefer a passé tous nos tests et nous a convaincus », a déclaré
Torsten Fellenberg, en charge de la planification logistique à l’atelier Volkswagen de Salzgitter.
Autre exemple au niveau de la préparation de commandes, Kuehne + Nagel a fait évoluer ses
préparateurs Still CX-20 (quatre unités) pour adopter des CX-16S dont les fourches s’élèvent à une
hauteur de 82 cm. « Ces derniers permettent d’appréhender des colis lourds, développe le directeur. Par ailleurs, à l’expédition, nous avons fait le choix de transpalettes à conducteur porté avec
des fourches allongées (1,7 au lieu de 1,2 mètre), afin de gérer les colis longs et mal équilibrés. »
Pour le stockage de grandes hauteurs, Vente-unique.com et Kuehne + Nagel utilisent des chariots à mât rétractable Still FMX-17 (six chez Vente-unique), capables de lever des palettes géantes
de 200 à 250 kg jusqu’à 9,5 mètres. L’ensemble des chariots Still utilisés à Criquebeuf porte un
dispositif de réduction automatique de la vitesse dans les virages, en fonction de la hauteur du
mât. « Cet outil se révèle particulièrement pertinent dans la manipulation de charges lourdes.
Tant que le mât n’est pas baissé, la vitesse est limitée à 2-3 km/h. Tous ces véhicules sont aussi
équipés de systèmes radio de gestion des flux de manutention (MMS). »
Lise Gerbet, STILL, 01 64 17 40 73
Maryline Méchineau, SSI SCHAEFER, 03 82 59 14 71
❍❍STILL
et Kuehne + Nagel travaillent ensemble pour équiper le centre logistique européen
de Vente-unique.com
Le prestataire Kuehne + Nagel, chargé du centre logistique européen du distributeur de meubles
en ligne Vente-unique.com, a fait appel à Still, son partenaire depuis 2004, pour l’équipement de
sa plate-forme en matériel de manutention.
Le logisticien travaille depuis deux ans pour le e-distributeur de meubles. Il gère l’entrepôt principal de Vente-unique.com, à Criquebeuf-sur-Seine (Haute-Normandie). Un espace de 22 000 m2
avec 20 chariots élévateurs Still loués en full service.
Le e-commerce induit des problématiques logistiques de temps, de délai et de flexibilité. « Sept
ventes sur dix sont en stock chez nous, et trois se trouvent sur un conteneur ou un camion en route
vers le centre de distribution, indique Thomas Descours, directeur supply chain de Vente-unique.
com. Dans le premier cas, nous expédions un produit sous 6 à 7 jours au plus tard. Dans le second,
l’acheminement se fait sous un délai plus long (jusqu’à 10 semaines), en fonction de la proximité
du conteneur. » Le directeur affirme un objectif : atteindre un stockage minimum et limiter les
ruptures de charge sur des produits fragiles.
Dès le départ du projet, Kuehne + Nagel s’est attaché à la sécurité, à la réduction des troubles
musculaires et à la polyvalence des machines proposées par Still. « Nous avons choisi Still pour
plusieurs aspects, témoigne Jean-Marie Aubrée, directeur du site logistique. D’une part, pour des
raisons de sécurité et de confort des opérateurs car Still a travaillé sur la réduction des vibrations,
notamment des plates-formes suspendues. D’autre part, pour la collaboration tripartite fournisseur/client/prestataire qui vise, via des plans de progrès, à l’amélioration de l’exploitation des
matériels par des adaptations pertinentes. Et de souligner également « la qualité du SAV de Still ».
La prestation de Kuehne + Nagel se heurte à des problématiques de poids. Il s’agit de traiter
des colis peu maniables et volumineux, comme les canapés en forme d’équerre. « Nous devons
allier le respect du produit et des personnes avec des contraintes financières, note Jean-Marie
Aubrée. D’où une réflexion commune avec Still, pour trouver des solutions simples et de bon
compromis. »
Un chariot doit être assez standard pour être utilisé dans diverses situations, mais assez spécifique pour satisfaire aux particularités de l’activité. « Par exemple, nous utilisons des transpalettes à conducteur porté pour décharger les conteneurs. Mais la manipulation de colis lourds
se fait en partie à la main. Aussi testons-nous un chariot frontal (modèle RX-20-18) doté d’un
LA LETTRE DU CISMA N°32 JUIN 2013
❍❍VERLINDE
équipe le poste d’alimentation électrique de la RATP
Les millions de passagers quotidiens des transports en commun de la région parisienne savent
que l’électricité est l’énergie qui permet à ce vaste ensemble de fonctionner, mais tous ou
presque ignorent la prouesse technique que cela représente pour assurer l’alimentation des
réseaux 24h/24 et 365 jours par an.
Le vaste bâtiment de la RATP construit dans les années 1960 abrite l’un des quatre postes haute
tension qui assure par maillage, avec sept autres postes, l’alimentation en énergie électrique des
réseaux métro, RER et tramway, mais aussi celle des bureaux et des ateliers de la RATP. La sécurité
de l’approvisionnement en énergie étant une règle de base pour la RATP, au poste Lamarck, deux
alimentations EDF de 63 000 volts arrivent sur des disjoncteurs haute-tension. Chaque arrivée
alimente un transformateur qui va abaisser la tension à 15 000 volts pour, après passage dans les
redresseurs, fournir du 1500 Vcc pour l’alimentation du réseau RER et du 750 Vcc pour les trams
et le métro. Les deux transformateurs, les disjoncteurs et les redresseurs ont donc un rôle stratégique dans le fonctionnement des RER, trams et métros. Pour compléter ce dispositif d’alimentation, un groupe électrogène de 1500 kW est toujours prêt à démarrer. C’est, en cas de panne
générale de courant, la source qui va assurer l’alimentation des équipements de sécurité, des
escaliers mécaniques, de l’éclairage... Élément de sécurité, le groupe électrogène est régulièrement mis en marche afin de s’assurer de son bon fonctionnement.
Que ce soit en poids ou en encombrement, les équipements du poste d’alimentation Lamarck
sont hors normes et nécessitent des moyens adaptés pour leur manipulation. Un pont roulant
Verlinde a été mis en place en avril 2011, en remplacement d’un matériel vieux de plus de quarante ans. Afin de répondre à plusieurs besoins, ce nouveau pont roulant est équipé de deux
palans. L’un, à double crochet, est capable de soulever une charge de 70 tonnes. L’autre est un
palan auxiliaire qui accepte une charge de 10 tonnes. Se déplaçant sur le même chemin de roulement, ces deux palans sont complémentaires.
Pour Éric Serra Bel, responsable, entre autres activités, des opérations de levage : « Le palan de
70 tonnes est nécessaire pour soulever un transformateur. Il est indispensable et sa fiabilité est
vitale, car en cas de panne ou de maintenance, c’est l’élément clé de notre intervention. Il va
naturellement servir très peu, le changement d’un transformateur n’étant pas souhaitable et restant très rare, mais ce palan de 70 tonnes doit être là et toujours prêt à fonctionner. En revanche,
le palan de 10 tonnes est très régulièrement utilisé pour charger et décharger du matériel, manipuler des tourets de câbles, les élingues, des instruments de mesure, des pupitres, des disjoncteurs ou des équipements nécessaires au groupe électrogène. Il est aussi indispensable lors de
la manipulation d’un transformateur pour soulever les élingues à accrocher au double crochet
21
MARCHÉS / ENTREPRISES
du palan de 70 tonnes. Il faut savoir qu’ici, tout ce que l’on manipule est lourd et encombrant. »
Après quarante ans de bons et loyaux services, il a été décidé de changer de matériel de levage.
François Mathys, directeur technique de la société Manulec, spécialisée dans le levage et la manutention, souligne : « nous travaillons depuis de nombreuses années avec les services techniques de la RATP. De ce fait, nous connaissons leurs règles de choix en termes de matériel. Ce
pont roulant est installé pour une durée minimum de trente ans. Il est donc hors de question de
mettre en place un équipement dimensionné par rapport aux contraintes d’aujourd’hui, nous
sommes donc partis d’un pont roulant de 120 tonnes que nous avons déclassé à 70 tonnes. Afin
de valider sa capacité de charge, lors de la réception du matériel, nous l’avons testé à 90 tonnes,
en toute sécurité et en respect de la règle des 125% de charge. De plus, notre recommandation
s’est portée sur un palan à double crochet, ce qui permet d’équilibrer l’élingage avec une parfaite
répartition des apparaux. Il faut se rendre compte que le poids des élingues est tel que le palan
de 10 tonnes est indispensable pour mener à bien une opération qui dure au minimum deux
heures. »
Jean-Yves Beaussart, VERLINDE, 02 37 38 96 26
❍❍VIASTORE
a été retenu par Heinrich Kipp Werk KG pour l’extension de son entrepôt
Heinrich Kipp Werk KG, entreprise spécialisée dans le domaine des systèmes de serrage dont le
siège est à Sulz en Allemagne, a choisi Viastore pour l’extension de son système de miniloads
pour ses pièces finies. Kipp et Viastore ont mis en place ensemble un concept en trois étapes
pour assurer la poursuite des opérations de manutention pendant l’expansion qui consiste en :
une mise à jour du système de gestion d’entrepôt [email protected] à la version 7.4, la connexion en ligne
du système de convoyeurs aux postes de travail et l’alimentation automatique de l’atelier de
production situé dans un bâtiment à 40 mètres de distance ainsi que le transport retour des
produits finis.
En plus de la mise à jour logicielle, Viastore était chargé d’améliorer le système logistique dans
son ensemble, le système de contrôle des convoyeurs et d’ajouter trois allées supplémentaires.
Ainsi, le transtockeur Viaspeed XL particulièrement adapté aux petites pièces assure-t-il un rendement élevé d’entrées et de sorties des pièces.
ENTREPRISES
❍❍APROLIS
le transpalette électrique NPP16-20N2 Cat® décroche l’Award for Excellence on
Ergonomics de la FLTA…
Le transpalette électrique à conducteur accompagnant Cat® NPP16-20N2 a été distingué par la Fork
Lift Truck Association (FLTA) au Royaume-Uni qui lui a décerné l’Ergonomics Award of Excellence 2013.
Lancé en 1995, le FLTA Award est un prix reconnu au niveau international pour les fabricants et les
professionnels de la manutention en Europe et en Extrême-Orient.
« Cet Award compte beaucoup pour nous, car ce prix est décerné par l’industrie et par des personnes
qui connaissent bien nos produits », explique Bengt Carlioth, vice-président marketing de Cat® Lift
Trucks.
C’est Peter Woodhouse, responsable commercial chez Impact Handling, le concessionnaire exclusif
Cat® au Royaume-Uni, qui représentait Cat® Lift Trucks au Hilton Birmingham Metropole, où s’est
tenu le gala de remise de la 19ème édition des FLTA Awards.
Selon la FLTA, « le confort de l’opérateur améliore la sécurité et la productivité. La nouvelle gamme de
transpalettes électriques à conducteur accompagnant Cat® offre une hauteur de levage de 135 mm
à la pointe du marché, ainsi qu’une version ergolift bénéficiant d’une levée auxiliaire supplémentaire
de 600 mm, ce qui permet aux opérateurs d’éviter tout risque de déchirure musculaire puisqu’ils n’ont
pas besoin de se pencher. »
Le prix de l’ergonomie repose également sur la maniabilité du Cat® NPP16-20N2, résultat de la combinaison d’un design compact et d’un timon dont la rotation est supérieure de quelques degrés à celle
de la plupart des autres machines.
Lorsque l’opérateur est confronté à un espace étroit ou à une charge fragile, le mode de performances
peut être instantanément modifié à l’aide d’un simple commutateur bidirectionnel. La sélection de
ce mode de « sécurité/économie » réduit également la consommation d’énergie jusqu’à 20%. Le cas
échéant, le mode « pleines performances » du chariot peut être rétabli.
Toutes les commandes du modèle standard sont faciles d’accès et d’utilisation. De grands leviers
hydrauliques, disponibles en option, permettent un levage et un abaissement précis, même lorsque
l’opérateur porte des gants.
Une transmission antichoc permet d’éviter d’endommager les transpalettes électriques au cours
d’utilisations dans des applications sévères.
Plus globalement, l’objectif de l’entreprise consistait à obtenir un flux continu tout au long de la
chaîne de manutention. Pour cela, les marchandises restent dans le système jusqu’à la livraison,
ce qui réduit les délais d’attente entre les différentes étapes du processus et permet de gagner
du temps. Autre aspect : l’optimisation de la zone de réception des marchandises. Les marchandises reçues sont réemballées et directement transférées vers le magasin miniload par l’intermédiaire du système de convoyeurs. Des systèmes de préparation de commandes particuliers
ont été mis en place pour l’approvisionnement des filiales et des grands comptes principaux. Les
opérateurs peuvent, par exemple, choisir un emballage personnalisé selon le client.
En outre, le travail peut se poursuivre à l’extérieur et quelles que soient les conditions météorologiques, grâce à la protection efficace du châssis et des composants électriques face à la pluie, aux
éclaboussures, à la saleté et à la poussière.
Après le conditionnement, les expéditions sont triées selon les commissionnaires de transport et
les transporteurs de colis puis emballées dans des trieurs de transport différents.
Le 3 juin dernier, Hideaki Ninomiya, nouveau président de Mitsubishi Nichiyu Forklift, s’est rendu chez
Aprolis, dans son agence régionale de Villers-Saint-Paul (60), pour rencontrer son président Denis
Monnoyeur et visiter ses installations.
Stéphanie Froehlich, VIASTORE SYSTEMS, 02 38 61 99 57
La maintenance est facilitée. Les principaux composants du chariot sont accessibles aisément, ce qui
permet d’accélérer les diagnostics d’erreur et de réduire l’entretien et les immobilisations.
… et le président de Mitsubishi Nichiyu Forklift visite son agence
de Villers-Saint-Paul
Mitsubishi Nichiyu Forklift est désormais l’entité qui intègre MCF (Mitsubishi Caterpillar Forklift) l’activité chariots élévateurs de Mitsubishi Heavy Industries (MHI), et Nippon Yusoki (Nichiyu), constructeur de chariots électriques (cf. page 30).
Avec un siège social basé à Nagaokakyo, dans la Préfecture de Kyoto (Japon), et 5000 employés, cette
nouvelle entité dans le domaine du chariot élévateur annonce clairement son objectif de faire partie
des grands acteurs mondiaux du secteur.
Aprolis, groupe familial français, est le distributeur exclusif Cat® Lift Trucks. Société du groupe
Monnoyeur fondé en 1906 et historiquement partenaire exclusif Caterpillar® en France, Aprolis vend,
loue et entretient les chariots élévateurs Cat® Lift Trucks, conçus et fabriqués par MCF dans le respect
des valeurs incarnées par Caterpillar®.
LA LETTRE DU CISMA N°32 JUIN 2013
23
ENTREPRISES
Dotée d’un centre d’appel national, l’agence régionale Aprolis Île-de-France de Villers-Saint-Paul
est également le siège de la division Aprolis location courte durée. Hideaki Ninomiya a fait le tour
de ses services et de ses ateliers.
Annick Lejeune, APROLIS, 01 43 99 89 08
ou le Wi-Fi. Le système combine une protection « passive » et le dispositif est utilisé comme une
protection « active ». Il produit une alarme visuelle et sonore lorsque la machine qui l’héberge
rencontre une atmosphère à 10% de la limite inférieure d’explosivité. Dans ce cas, l’opérateur
peut soit arrêter la machine, soit choisir de s’éloigner de la zone. Mais lorsque l’Atex est importante, à 25% de la limite inférieure d’explosivité ce qui reste un niveau très sûr, le système n’attend
pas l’intervention de l’opérateur et coupe automatiquement la machine ou son équipement. »
Centrexpert a déposé une demande de brevet international pour le système et, avant même que
le développement soit achevé, a cherché des débouchés commerciaux au produit.
❍❍ATLET
Le chariot à mât rétractable Atlet Tergo® est nominé à l’IFOY Award
Le chariot à mât rétractable Tergo® d’Atlet a été nominé à l’IFOY Award – International Forklift
Truck of the Year. Décliné en quatre catégories, il récompense les meilleurs chariots élévateurs à
fourche et chariots de manutention ainsi que la solution système la plus aboutie de l’année. Les
lauréats ont été proclamés début juin.
Cet Award est décerné par l’IFOY, une association indépendante, qui évalue les solutions et les
équipements sur le marché de l’intralogistique. L’association a pour mission de contribuer à évaluer les résultats techniques et stratégiques et à stimuler l’innovation. Le chariot à mât rétractable Tergo® a été nominé dans la catégorie des chariots de manutention.
Si l’on sait qu’un opérateur lève le bras mille fois par heure et la tête deux mille fois par heure, on
comprend que l’ergonomie puisse faire la différence quant à la productivité d’un entrepôt. C’est
la raison pour laquelle Atlet a développé le Tergo® avec les opérateurs. La conception repose
sur des études ergonomiques qui ont permis de comprendre l’origine des microtraumatismes
et de concevoir un chariot qui élimine ces problèmes. L’École Polytechnique Chalmers a effectué une étude comparative des chariots élévateurs à mât rétractable. Ses conclusions indiquent
que « le chariot Atlet Tergo® procure des positions de travail plus ergonomiques que certains
chariots élévateurs. » Plusieurs brevets sont à l’origine des innovations du Tergo®, notamment le
Dynamic Cornering Control qui autorise une vitesse élevée en courbe dans de bonnes conditions
de sécurité et l’ASR qui assure la traction sur sol glissant.
L’IFOY se fonde sur le test d’Andersom, auquel ont été soumis quelque 300 chariots élévateurs
et chariots de manutention, permettant la création d’une base de données comparatives issues
de tests indépendants en Europe. Tous les chariots nominés sont soumis à un test basé sur un
protocole qui associe des facteurs quantitatifs et qualitatifs. Les paramètres incluent notamment
le rapport qualité-prix, l’efficacité énergétique, la durabilité, la sécurité, l’ergonomie et le design.
Les lauréats de l’International Forklift Truck of the Year Award sont désignés par un jury de journalistes de la presse professionnelle et des médias européens pour le secteur logistique.
Xavier Bernard, ATLET, 01 34 40 32 43
« L’API accordée à Centrexpert est emblématique du soutien que Total Développement Régional
peut offrir aux PME, dont la raison d’être est la création d’emploi et de richesse par l’innovation.
Le système de conversion des chariots élévateurs aux atmosphères explosives développé par
Centrexpert permet de sécuriser la manutention sur nos sites et correspond à un réel besoin du
groupe Total, pour lequel la sécurité est fondamentale. Cette innovation incrémentale est aussi
destinée à d’autres secteurs industriels comme l’agroalimentaire, la chimie ou le nucléaire, en
France et à l’international dans la mesure où la directive Atex est européenne. Ainsi l’aide que
nous lui avons apportée n’entraîne-t-elle pas de dépendance économique de Centrexpert vis-àvis de notre groupe, mais devrait lui permettre, selon les prévisions, d’augmenter son effectif de
30 à 40%, par la création d’emplois qualifiés, pérennes et non délocalisables », explique Philippe
Desriac, responsable de l’appui technologique aux PME de Total Développement Régional.
Outre l’apport financier de l’API, la relation de Centrexpert avec Total ouvre des perspectives à
l’entreprise et lui permet d’organiser l’avenir. Si son accord avec Linde a, dans un premier temps,
rassuré Total sur sa capacité à développer un portefeuille clients, aujourd’hui c’est sa proximité avec Total qui conforte Linde dans son choix. Actuellement, d’un point de vue contractuel,
Centrexpert est le conseiller Atex de Linde et de Proplan.
Bien encadrée par ses deux partenaires, Centrexpert poursuit des efforts autonomes pour devenir un acteur majeur de l’Atex en Europe. « Nous envisageons d’ajouter à notre éventail de savoirfaire une activité de distribution de composants, de systèmes et de machines Atex. Pour ce faire,
nous avons lancé, voici quelques mois, le portail www.tradatex.com, avec déjà de bonnes retombées », conclut Jean-Marie Constant.
Jean-Marie Constant, CENTREXPERT, 04 72 79 70 35
❍❍DEMAG
son système de profilés KBK Demag a 50 ans
Le système modulaire de profilés KBK Demag fête ses 50 ans. À cette occasion, Terex Material
Handling lance une campagne dont le slogan est : « Experience. The Future ».
❍❍CENTREXPERT
développe un système de protection Atex grâce à l’Aide aux projets d’innovation
(API)
Centrexpert a bénéficié de l’Aide aux projets d’innovation (API), le nouveau dispositif de soutien
des PME imaginé par Total Développement Régional.
À la clé, la finalisation du système de protection Atex (atmosphères explosives) de Centrexpert,
tandis que Total souhaite ainsi sécuriser davantage les opérations de manutention sur ses sites.
Centrexpert a développé un système innovant de protection contre les explosions, dont la technologie repose sur la détection de gaz et la mise en réseau de capteurs. Il permet de convertir des machines standards - en particulier des chariots élévateurs qui constituent l’essentiel du
marché - pour les conformer aux directives Atex.
« Ce dispositif comprend une tête de détection de gaz totalement autonome qui dialogue avec
un moniteur de contrôle sous forme de tablette tactile sous O.S. Androïd, explique Jean-Marie
Constant, président de Centrexpert. La communication s’effectue sans fil, sous un protocole innovant qui s’appelle Zigbee et consomme très peu d’énergie, beaucoup moins que le Bluetooth
LA LETTRE DU CISMA N°32 JUIN 2013
Le KBK a été présenté pour la première fois en 1963, il s’appelait alors « système Junior ». En
50 ans d’existence, plus de 10 000 km de profilés ont été mis sur le marché dans des entreprises
de tailles et d’activité très variées.
Ce système, destiné à la manutention de charges aux postes de travail, a été conçu selon le principe modulaire pour répondre aux nouvelles exigences d’un monde industriel en constante
mutation. Il permettait non seulement de réaliser des applications flexibles, sur-mesure et économiques, mais également de modifier et d’agrandir ultérieurement des installations existantes
en fonction des besoins de la production. L’industrie automobile a été l’un des premiers clients,
car elle avait besoin de moyens de manutention plus efficaces et souples pour accompagner sa
très forte croissance dans les années 60 et pour aider son personnel dans des tâches de plus en
plus complexes. C’est ainsi qu’a débuté le développement du KBK.
Depuis un demi-siècle, l’ensemble modulaire a connu plusieurs étapes d’évolution liées à celles
de ses clients. Il est utilisé dans de nombreux secteurs d’activité comme la construction mécanique, le traitement et la transformation des métaux, la logistique ou l’artisanat par exemple.
Avec le KBK Demag, Terex Material Handling propose actuellement un système modulaire de
manutention aérienne pour des charges jusqu’à 3,2 tonnes. La gamme dispose de 9 profilés en
acier (du KBK 100 au KBK III), qui sont fabriqués en Allemagne dans le centre de production situé
à Wetter dans la Ruhr. Pour assurer l’approvisionnement rapide des marchés éloignés, des lignes
25
ENTREPRISES
de fabrication supplémentaires ont été installées au Brésil, en Chine, en Inde et en Australie.
L’offre est complétée par des profilés en aluminium.
Comme un jeu de construction, les profilés et composants KBK sont assemblés pour réaliser
des solutions de levage personnalisées : ponts suspendus monopoutre ou bipoutre, monorails,
potences pivotantes, portiques et ponts gerbeurs. Ils desservent des postes de travail, forment
des tronçons linéaires ou des circuits couvrant de grandes surfaces avec aiguillages, plaques
tournantes, postes de descente... Les installations évoluent avec l’activité de l’entreprise.
Agnès Adnot, DEMAG CRANES & COMPONENTS, 03 26 66 74 10
(09), de la Haute-Garonne (31), du Gers (32), du Tarn (81) et du Tarn-et-Garonne (82).
Ce nouveau bâtiment entièrement rénové de 4400 m², composé de 3300 m² d’atelier et de
1100 m² de bureaux avec un espace d’accueil dédié aux clients et un showroom chariots & services, accueille les 70 collaborateurs de Bastide Manutention.
« De multiples raisons nous ont conduits à déménager et à choisir ce site : la facilité d’accès à
l’autoroute A62 de Bordeaux, le dynamisme de l’économie logistique régionale, la proximité
de la plate-forme de reconditionnement du Sud-Ouest pour les chariots d’occasions certifiées
Fenwick, sans oublier la surface totale de 12 000 m² plus fonctionnelle pour notre activité »,
déclare Grégory Lalau, président de Bastide Manutention.
Coordonnées : Fenwick-Linde - Bastide Manutention : Agence de Toulouse (siège social) : 3 rue
Gutenberg, 31150 Bruguières - Tél. : 05 61 31 59 59 - Fax : 05 61 40 76 79.
❍❍FENWICK-LINDE
Céline Fiorina, FENWICK-LINDE, 01 30 68 47 27
s’engage pour l’apprentissage…
Fenwick-Linde a participé à la 3ème édition de la Fête de l’Alternance, organisée par le Medef le
30 mai 2013 au Parc Floral de Paris à Vincennes. L’entreprise était présente sur un stand sur l’espace d’animations dédié à la maintenance des matériels où étaient réunis les trois lycées d’Îlede-France qui dispensent cette formation. L’opportunité pour Fenwick-Linde de faire connaître
le métier de technicien(ne) service dans la manutention et de proposer aux jeunes des contrats
d’alternance.
Dans le cadre d’un concours organisé autour de la maintenance, des engins de TP, agricoles et
de manutention étaient mis à disposition des participants. Objectif : leur permettre d’effectuer
des opérations de maintenance qu’ils ont pu filmer pour réaliser des tutoriels vidéos qui étaient
ensuite évalués.
❍❍FORGE DE L’ÉMINÉE
étend ses bâtiments de stockage
En réponse à la croissance de ses ventes sur le marché nord-américain (États-Unis et Canada) et
en Amérique centrale, Van Beest USA augmente sa surface de stockage. Les nouveaux bâtiments
situés 1357 Sheffield Boulevard, près du port international de Houston, offrent désormais le
double de la surface de stock précédente, soit 1400 m2. La lecture des références se fait par code
barre et le système est intégré aux chariots élévateurs. Les nouveaux bureaux sont connectés à
leurs filiales en Europe et les accès sont facilités pour les enlèvements.
Fenwick a mis à disposition des lycées partenaires un chariot permettant de valoriser auprès des
participants et des jeunes visiteurs le métier de technicien(ne) service : « Les jeunes connaissent
mieux les engins de BTP ou agricoles que ceux de manutention. Ici, avec ce modèle équipé des
technologies les plus récentes, les jeunes peuvent découvrir la manutention sous un nouveau
jour, en visualisant concrètement la complexité de la maintenance et les compétences requises
pour intervenir sur ces engins. Pour les futurs candidats, c’est donc l’occasion de découvrir les
aptitudes techniques qu’ils pourraient développer en intégrant Fenwick, en atelier ou en intervention sur le terrain. La participation de Fenwick permet également de communiquer sur la
variété des postes et des profils recherchés », déclare Marie-Justine Truong, responsable formation et développement RH.
Parallèlement à ce développement, l’extension de ses bâtiments de stockage et de production
sur son site de Sliedrecht aux Pays-Bas est en cours. Ce projet devrait s’achever au cours de l’automne 2013.
Sous le chapiteau Fenwick, et en parallèle de cette animation, des responsables d’agence, des
responsables service client et la responsable formation et développement RH étaient disponibles pour répondre à toutes les questions des visiteurs, témoigner sur leurs métiers et proposer
des pré-entretiens d’embauche pour les jeunes qui le souhaitaient.
Résultats…
« Chez Fenwick, l’alternance est une composante essentielle de la politique RH en matière de
recrutement. À la rentrée scolaire 2013, nous prévoyons le recrutement de près de 50 jeunes à travers toute la France. Concernant les postes de technicien(ne)s, les profils recherchés concernent
des jeunes (hommes ou femmes) préparant des diplômes du bac pro à bac+2 avec une spécificité mécanique, hydraulique ou électronique, ou bien idéalement issus de la filière Maintenance
des matériels. En nous rejoignant, ces élèves feront partie intégrante de nos équipes au sein
desquelles de vraies responsabilités leur seront confiées. Leur immersion au sein de Fenwick
les amènera à découvrir l’univers de la manutention et à acquérir les compétences nécessaires
à l’exercice d’un métier passionnant. Nous investissons également dans la formation des tuteurs
pour les aider à partager leurs savoir-faire, à bien communiquer et à conduire progressivement
ces jeunes vers l’autonomie dans leurs activités. »
Parallèlement, l’entreprise Fenwick-Linde est engagée dans une politique en faveur de l’intégration des personnes en situation de handicap.
Nathalie Jacquemin, VAN BEEST FRANCE, 04 73 51 56 13
❍❍HAULOTTE GROUP
Dans un marché mondial 2012 de la nacelle toujours tiré par le marché nord-américain, Haulotte
Group a vu son chiffre d’affaires croître de 16%, avec un rythme particulièrement élevé dans les
zones Amérique Latine (+77%), Nord Amérique (+27%) et Asie pacifique (+22%).
Le résultat opérationnel est en forte progression grâce à l’impact des volumes additionnels sur
la marge brute, la baisse du coût de la sous-activité des unités de production, la poursuite d’une
évolution favorable de ses prix de vente, une meilleure marge sur les activités de location et
de services. Les frais fixes, hors dépréciation de créances clients, augmentent de 4%, reflétant
notamment l’investissement commercial dans les zones à fort potentiel de développement. Ces
éléments permettent à Haulotte Group de retrouver une marge opérationnelle courante hors
gains et pertes de change de 3,2% sur l’ensemble de l’année 2012.
La dette nette du groupe est en forte baisse à 102 millions d’euros au 31 décembre 2012. Des
discussions avec les banques ont toutefois été ouvertes concernant le non-respect de certains
ratios bancaires. Le besoin en fonds de roulement est également en baisse sensible, du fait d’une
bonne maîtrise des délais de paiement clients et d’une forte baisse des stocks sur l’ensemble de
l’année.
… et Bastide Manutention se dote d’une nouvelle agence toulousaine
Il a été proposé, au cours de l’assemblée générale de Haulotte le 28 mai 2013, de ne pas distribuer
de dividende au titre de l’exercice 2012.
Bastide Manutention, concessionnaire exclusif Fenwick-Linde, dispose depuis début 2013 d’un
nouveau siège social à Bruguières au nord de Toulouse. Une implantation stratégique au cœur
de la région Midi-Pyrénées qui lui permet de répondre aux besoins des départements de l’Ariège
La bonne orientation des marchés émergents et le besoin de renouvellement des parcs chez les
loueurs européens devraient permettre à Haulotte Group d’afficher une croissance voisine de
10% de son chiffre d’affaires en 2013 et de poursuivre l’amélioration de sa marge opérationnelle.
LA LETTRE DU CISMA N°32 JUIN 2013
27
ENTREPRISES
Au 1er trimestre 2013, Haulotte Group a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 84,5 millions
d’euros contre 89 millions pour la même période de l’exercice précédent, soit une réduction de
5%. Les ventes de machines sont en baisse de 5% et représentent un poids stable à 78,6% de
l’activité totale. Les activités de services et de location sont également en retrait respectivement
de 4 et 7% par rapport au 1er trimestre 2012.
La progression des ventes en Amérique Latine (+42%) sur un marché toujours dynamique et en
Asie-Pacifique (+15%) n’ont pas permis de compenser la baisse observée en Europe (-11%) et en
Amérique du Nord (-23%).
… et ouvre une nouvelle division : Haulotte India
Malgré le contexte économique difficile, Haulotte Group poursuit son développement à travers
le monde, notamment dans les pays émergents à fort potentiel de croissance, et ouvre une nouvelle filiale de vente en Inde : Haulotte India. « Haulotte Group construit un fort réseau commercial dans les BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) grâce à ses propres entités et à son réseau qui établit
des relations de proximité avec ses clients, ce qui permet de leur fournir des produits adaptés
à leurs exigences et des services complémentaires (formations, pièces de rechange, solutions
financières…). La nouvelle filiale de vente que nous venons de monter en Inde à Mumbai est le
parfait exemple de cette stratégie », explique Alexandre Saubot, président directeur général de
Haulotte Group.
« Mumbai est un des points stratégiques en Inde avec un fort potentiel de vente de matériel de
levage », explique Souma Ray, directeur de la filiale. « C’est un défi majeur pour mon équipe et
moi-même, insiste Damien Gautier, directeur de la zone Asie-Pacifique, compte tenu de l’explosion de la demande d’AWP dans les BRIC, liée notamment aux normes de sécurité qui sont mises
en place dans cette zone. »
Coordonnées : Haulotte India Private Limited, Unit No. 1205, 12th Floor, Bhumiraj Costarica, Plot
No. 1 & 2, Sector 18, Palm Beach Road, Sanpada, Navi Mumbai -400 705, Maharashtra, India – Tél. :
+91 7738165646 - www.haulotte.in
Carine Ploton, HAULOTTE GROUP, 04 77 29 24 24
❍❍JUNGHEINRICH
Résultats 2012…
Jungheinrich AG a maintenu le cap en 2012 dans un environnement marqué par des incertitudes
conjoncturelles. Les commandes, le chiffre d’affaires et le résultat ont dépassé les chiffres de
l’exercice précédent. Le marché mondial des chariots de manutention est resté quasiment stable
tandis que le volume du marché en Europe, principal marché de Jungheinrich, a reculé de 6%.
En hausse de 3% par rapport à l’exercice précédent, les commandes en valeur tous secteurs
confondus (chariots neufs, location, occasions et service-clients) se sont élevées à 2,251 milliards
d’euros (2,178 milliards d’euros l’exercice précédent). L’activité des systèmes logistiques ainsi que
le segment des chariots thermiques ont contribué plus particulièrement à cette croissance. Les
commandes de chariots neufs en nombre d’unités, en baisse de 7%, ont été ramenées de 78 700
unités à 73 200. Le volume de la production, en décalage par rapport aux commandes, a été de
73 200 unités, en recul de 3% par rapport aux 75 700 chariots produits l’exercice précédent. Ainsi
le volume de la production du groupe Jungheinrich n’a-t-il pas retrouvé son niveau de 2007, soit
une production de 82 400 chariots.
Le carnet de commandes de chariots neufs au 31 décembre 2012 s’élevait à 298 millions d’euros
(contre 305 millions l’exercice précédent).
Le chiffre d’affaires consolidé a augmenté de 5% et s’est élevé à 2,229 milliards d’euros (contre
2,116 milliards l’exercice précédent). Les ventes de chariots neufs, en hausse d’environ 8%, ont
contribué à cette progression. Toutes les régions ont participé à l’augmentation du chiffre
d’affaires. Les ventes en Allemagne (598 millions d’euros) ont augmenté de 5% par rapport à
l’exercice précédent (571 millions d’euros). Le chiffre d’affaires réalisé dans les autres pays a
enregistré une progression de 6% pour atteindre 1,631 milliard d’euros (contre 1,545 milliard
l’exercice précédent). Il représente comme l’exercice passé 73% du chiffre d’affaires consolidé.
LA LETTRE DU CISMA N°32 JUIN 2013
Le pourcentage du chiffre d’affaires réalisé en dehors de l’Europe est passé de 7 à 8% du chiffre
d’affaires consolidé.
« Dans un contexte de marché difficile, notre entreprise a atteint de nouveaux records en termes
de chiffre d’affaires et d’EBIT (résultat d’exploitation avant intérêts et impôts), soit 150 millions
d’euros », a expliqué Hans-Georg Frey, président du directoire, lors de la conférence de presse
annuelle qui s’est tenue en mars 2013 à Hambourg. Le taux de rendement EBIT/CA (ROS) a été de
6,7% (6,9% l’exercice précédent). La rentabilité des capitaux investis portant intérêts (ROCE) s’est
élevée à 24,1% (26,2% l’exercice précédent). Le résultat après impôts a progressé de 4% passant
de 106 millions d’euros l’exercice précédent à 110 millions en 2012. Le résultat par action préférentielle s’est élevé à 3,27 euros (3,13 euros l’exercice précédent).
Prenant en compte ces évolutions, le directoire et le conseil d’administration de Jungheinrich AG
ont proposé à l’assemblée générale des actionnaires du 11 juin 2013 de verser aux actionnaires
un dividende de 0,80 euro par action ordinaire (0,70 euro l’exercice précédent) et de 0,86 euro
par action préférentielle (0,76 euro l’exercice précédent).
Au 31 décembre 2012, le groupe employait 11 261 personnes (contre 10 711 l’exercice précédent),
dont 5167 en Allemagne (4925 l’exercice précédent) et 6094 dans les autres pays (5786 l’exercice
précédent).
Les dépenses de recherche et développement du groupe Jungheinrich ont sensiblement augmenté, s’élevant à 45 millions d’euros pour l’exercice écoulé (contre 38 millions d’euros l’exercice
précédent). Les investissements en immobilisations corporelles et incorporelles ont augmenté
de 26 millions, soit 50%, pour passer à 78 millions d’euros (52 millions d’euros l’exercice précédent). Le nouveau centre de pièces détachées de Kaltenkirchen (projet d’environ 35 millions
d’euros), l’usine de chariots élévateurs et de chariots systèmes de Degernpoint près de Moosburg (environ 40 millions d’euros) ainsi que la nouvelle usine de Qingpu (Shanghai) en Chine (environ 18 millions d’euros) font partie des principaux investissements réalisés. Une mise en service
est prévue pour ces trois projets en 2013. D’autres investissements ont concerné l’extension des
sites de production allemands, principalement celui de Norderstedt. Le pourcentage des investissements par rapport au chiffre d’affaires est passé de 2,5% l’exercice précédent à 3,5% en 2012.
Jungheinrich a commencé modestement cette nouvelle année. Les commandes en valeur, tous
secteurs confondus, pour les deux premiers mois de l’exercice se sont élevées à 371 millions
d’euros, en recul de 2% par rapport à l’exercice précédent (380 millions d’euros). Le carnet de
commandes de chariots neufs à la fin du mois de février 2013 était de 343 millions d’euros, de
15% supérieur à la valeur correspondante le 31 décembre 2012 (298 millions d’euros). Le chiffre
d’affaires cumulé s’élevait à la fin février 2013 à 326 millions d’euros (335 millions d’euros l’exercice précédent).
« Sur les bases d’un développement économique modeste en début d’exercice et de chances
d’amélioration modérées sur le reste de l’année ainsi que d’une stabilité du volume du marché
en Europe en 2013, nous nous attendons à ce que les commandes se situent au moins dans une
fourchette comprise entre 2,1 et 2,3 milliards d’euros et que le chiffre d’affaires consolidé évolue
dans une fourchette comparable. L’EBIT devrait se situer en 2013 selon nos estimations entre 140
et 150 millions d’euros », indique Hans-Georg Frey.
… installe des ruches sur le toit de son siège social…
Le 27 mai dernier, Jungheinrich a installé trois ruches sur le toit de son siège social, à Vélizy (78),
pour héberger les quelque 180 000 nouvelles pensionnaires. Cette action participe au maintien de la biodiversité : les abeilles, essentielles pour préserver l’équilibre des écosystèmes, sont
menacées par l’activité humaine. Une manière pour Jungheinrich d’afficher sa volonté d’agir
pour la sauvegarde des abeilles et la protection de l’environnement. Cette démarche s’inscrit
dans le prolongement d’une politique globale de développement durable. Sensible aux impacts
de son activité sur l’environnement et à la prévention des risques, Jungheinrich est certifié
ISO 14001 depuis 2007 et OHSAS 18001 depuis 2012 (cf. article ci-dessous).
… obtient la triple certification QSE…
Jungheinrich a obtenu la triple certification QSE (Qualité, Sécurité, Environnement) : ISO 9001,
ISO 14001 ainsi que la certification OHSAS 18001 qui remplace les certifications MASE/UIC.
Ainsi, répond-elle aux exigences de certifications qualité, sécurité et environnement de ses
clients et partenaires et améliore-t-elle la maîtrise des risques lors des interventions chez ses
29
ENTREPRISES
clients grâce à une organisation mieux structurée et des interlocuteurs sensibilisés.
mances et sa compétitivité sur les marchés mondiaux.
Cette triple certification s’inscrit dans une réelle dynamique SSE (Santé, Sécurité, Environnement). Chariots ergonomiques, silencieux, adaptés aux contextes de chaque client et aux personnes à mobilité réduite, équipements de sécurité en constante amélioration, considération de
l’impact de ses matériels et activités sur l’environnement, techniciens écoresponsables formés
au tri des déchets et aux impacts environnementaux, prise en charge des déchets SAV, diminution de plus de 25% des émissions de CO2 de ses matériels en 10 ans, fabricant de chariots élévateurs portant le label écologique « Bilan écologique de produits certifié » par le TÜV Nord, acteur
pour la réduction des coûts indirects liés aux solutions logistiques, diminution significative des
coûts énergétiques de ses chariots… sont autant d’exemples de l’implication de Jungheinrich
dans cette démarche SSE.
Rappelons que depuis 2008, le groupe Mitsubishi a clairement annoncé sa volonté de renforcer ses activités dans le domaine des matériels de manutention. Ainsi, dès 2009, a-t-il intégré
le groupe Rocla Oyj et a-t-il établi une collaboration étroite avec le groupe Nichiyu, spécialiste
japonais des chariots électriques et en 2010, un nouveau réseau de distribution a été mis en place
en France avec des partenaires professionnels reconnus.
… et son site internet fait peau neuve
Un accès à l’information simple et ludique, des présentations détaillées des produits et services
et une nouveauté : la mise en place d’une boutique en ligne. Le site internet de Jungheinrich se
modernise.
Grâce à ce nouvel espace de vente en ligne les internautes ont accès à :
• une sélection de matériels neufs : des transpalettes manuels et électriques, des gerbeurs et des
tables élévatrices mobiles et fixes livrables en une semaine,
• des chariots d’occasion prêts à partir,
• une sélection de pièces de rechange et d’accessoires SAV.
À noter également les « Offres flash » qui permettent aux clients de profiter de produits ou de
services à des conditions préférentielles.
Pour passer commande, il suffit de remplir et de retourner le bon de commande en ligne
(uniquement réservé aux professionnels), qui sera ensuite pris en charge par l’équipe internet Jungheinrich à Vélizy. Pour la majorité des commandes, la livraison est effectuée sous une
semaine.
Le numéro azur 0 810 122 600 est à la disposition des internautes pour toute question sur la
boutique en ligne.
Béatrice Renault, JUNGHEINRICH FRANCE, 01 39 45 68 12
Olivier Clerc, MCFE FRANCE, 06 60 41 59 98
❍❍SDZ FRANCE
déménage
La société SDZ France transfère ses activités le 17 juin 2013.
Nouvelles coordonnées : 143 avenue Charles de Gaulle, 92200 Neuilly-sur-Seine, tél. : 01 41 92 85 22,
Fax : 01 41 92 86 52, web : www.sdz-france.com
François Mondou, SDZ FRANCE, 01 41 92 85 22
❍❍SSI SCHAEFER
accorde une place toujours plus importante à la formation professionnelle des
jeunes…
Sur son site de Neunkirchen en Allemagne, plus de 130 jeunes, dont 90 dans le domaine technique, sont formés chaque année et participent notamment à la conception et au développement de nouvelles techniques.
Ainsi, pendant quatre mois, 50 apprentis ont-ils préparé et monté les étagères grillagées spécialement conçues pour les deux installations géantes de rayonnages à étagères à plusieurs niveaux
sur les deux sites de Dispeo (groupe 3SI), nouveau prestataire de services logistiques pour le
commerce en ligne, près de Lilles.
À l’occasion de leur voyage de fin d’études en septembre 2012, une visite de ces deux entrepôts
à Hem et Toufflers était organisée pour qu’ils puissent découvrir sur site le résultat de leur travail.
❍❍MANITOU
… et son journal d’entreprise vient de paraître
Nominations
Hervé Rochet, directeur financier du groupe Manitou depuis 2005, a été nommé directeur administratif et financier, regroupant sous sa responsabilité ses anciennes fonctions et celles assurées
par Hervé Saulais, secrétaire général qui a quitté le groupe à la fin du 1er semestre.
Pour sa part, François-Frédéric Piffard, qui a depuis 1990 fortement contribué au succès du
développement commercial du groupe à l’international, a été nommé VP sales et marketing. Il
continue à assurer également ses responsabilités de VP new business.
Pascale Noël-Hudson, MANITOU, 02 40 09 10 56
La version 2013/1 d’Update, le journal d’entreprise du groupe SSI Schaefer, vient de paraître. Y
sont valorisées les principales installations conçues par SSI Schaefer à travers le monde, à l’image
des installations de rayonnage à étagères et de convoyage conçues pour Dispeo, groupe 3SI,
près de Lilles. Chaque semestre, la parole est donnée à l’un des dirigeants des centres de compétences du groupe dédiés à l’intralogistique :
• aménagement des entrepôts et ateliers,
• préparation de commandes et flux automatisés de bacs et cartons et de de palettes,
• systèmes dynamiques semi-automatisés pour la densification du stockage.
Maryline Méchineau, SSI SCHAEFER, 03 82 59 14 71
❍❍MITSUBISHI
MCFE France est créée
❍❍STAS
Une nouvelle entité, née de la fusion des activités de manutention des groupes Mitsubishi Heavy
Industries et Nippon Yusoki Corp. est créée : Mitsubishi Nichiyu Forklift Corp.
s’offre un nouveau catalogue et la refonte de son site internet pour ses 60 ans
Depuis 2012, la réorganisation des sites de production de MCF au niveau mondial est initiée.
Objectifs du groupe : renforcer et optimiser ses capacités de production et améliorer ses perforLA LETTRE DU CISMA N°32 JUIN 2013
À l’occasion de ses 60 ans, la Stas (division levage du groupe Alipa) qui conçoit, fabrique et distribue du matériel et des accessoires de levage pour assurer la sécurité des biens et des personnes
31
ENTREPRISES
refait son site web et conçoit un nouveau catalogue. L’ensemble des collaborateurs d’Alipa s’est engagé dans la réalisation du nouveau catalogue. « Nous avons réactualisé les notices d’instructions et
le calcul des coefficients de sécurité. Les normes évoluent environ tous les 5 ans et une révision du
catalogue était nécessaire », explique Gaëtan Lambert, ingénieur et responsable technique.
Évolutif, le catalogue a été conçu en format classeur de manière à mettre à jour les fiches facilement
et à en ajouter de nouvelles à l’occasion des prochaines révisions. Le format facilite la manipulation
du catalogue par les clients.
Le site internet, autre support commercial essentiel de la Stas a également été revu entièrement.
Complémentaire du catalogue, le site www.stas.fr est dynamique et détaillé. Il permet aux clients de
trouver des informations sur l’ensemble des accessoires de levage de sa gamme.
Retour sur 60 ans d’histoire. Fondée en 1953 à Sartrouville (78), la Stas produit et assemble ses accessoires de levage selon un design propre à la marque. Qualité et sécurité constituent la ligne de
conduite de la Stas.
En 2010, elle intègre la division levage du groupe Alipa qui a mis son expérience, ses connaissances
techniques, son savoir-faire commercial et ses outils marketing à disposition de la société française.
Objectif : réaffirmer la présence de la Stas parmi les principaux acteurs du secteur en France mais aussi
en dehors de l’Hexagone avec la création de Lifteurop, autre société du groupe Alipa qui commercialise des accessoires de levage sur les marchés hors France.
Gaëtan Lambert, STAS, 01 30 86 01 33
❍❍TOYOTA MATERIAL HANDLING
ouvre un nouveau centre d’excellence en région Ouest…
Situé à 5 km de la périphérie de Nantes, le nouvel espace de Toyota Material Handling France sera
opérationnel en juillet 2013. Il regroupera une plate-forme logistique gérant des chariots élévateurs,
un atelier de reconditionnement, les services commercial et après-vente régionaux. Objectif : élargir
son offre sur la région ouest via un 3ème centre d’excellence.
Ainsi, le 8 février dernier, Toyota Material Handling France a-t-il lancé les travaux d’aménagement du
nouveau bâtiment de 12 000 m² situé à Carquefou en complément des deux sites de ce type déjà
ouverts par la société à Dagneux (01) près de Lyon et à Bussy-Saint-Georges (77) en région parisienne.
Le centre d’excellence Toyota de Carquefou a pour vocation d’offrir en un point différents
services et solutions : stock de chariots immédiatement disponibles à la location ou en vente d’occasion, flotte d’appareils de démonstration, atelier de reconditionnement, services commercial et aprèsvente de la région et marketing produits chariots frontaux. Au total, près de 70 personnes seront
rattachées au site.
Le service après-vente dispose d’un espace de formation dédié avec des salles de réunion et une zone
d’apprentissage pratique. Il propose également en vente directe au comptoir des pièces de rechange
d’origine constructeur.
Toyota Material Handling France a choisi ce bâtiment car il répond à différents impératifs de proximité
souhaitée par la société. Proximité de la cellule marketing produits chariots frontaux avec l’usine de
chariots élévateurs Toyota située à Ancenis. Les échanges concernant plus particulièrement les chariots modifiés sont facilités. Proximité avec un réseau routier dense qui offre une bonne visibilité à
l’entreprise. Et enfin, proximité avec une région où de nombreux clients de Toyota Material Handling
France sont implantés et où le potentiel de développement est fort.
« Autre atout de ce site, ajoute Éric Loustau, directeur support clients, son potentiel d’évolution. En
effet, les développements futurs envisagés par Toyota Material Handling France dans ce bâtiment
sont la création d’un centre de formation caristes ainsi que l’accroissement des capacités de reconditionnement et de maintenance des flottes de chariots élévateurs. »
Le 3ème centre d’excellence Toyota Material Handling France accroît la réactivité de l’entreprise et optimise l’offre de services, que les équipes Toyota du réseau intégré et du réseau concessionnaires proposent à la clientèle de la région. Ce processus est amplifié par l’ouverture du site de la concession
Clenet Manutention Industrie à Coueron (44).
LA LETTRE DU CISMA N°32 JUIN 2013
… la première pierre du futur siège du groupe Altodis a été posée…
Le 15 mars dernier, le groupe Altodis a posé officiellement la première pierre de son futur siège à
Rixheim (68). Objectif : accueillir toutes les entités du groupe dans de nouveaux locaux BBC de 3000
m² qui reflètent la vision sociétale et environnementale de son président directeur général Pascal
Arnold. L’occasion pour lui de dévoiler les projets des entités du groupe Altodis.
Installé à Habsheim, le groupe Altodis s’est progressivement étoffé, depuis sa création en 2004.
Concessionnaire spécialisé dans la manutention, il propose notamment la vente, la location (courte
et longue durées) et la maintenance de chariots élévateurs Toyota et BT.
Altodis assure également la vente, la location (courte et longue durées) et la maintenance de nacelles et de chariots industriels. L’entité Altodis TP commercialise quant à elle des matériels de TP
compacts et des chariots de gros tonnages à faible encombrement (de 6 à 32 tonnes).
En 2010, la création d’Altodis Développement apporte une nouvelle dimension au groupe.
Spécialisée dans la prévention des risques sur la santé des personnes et des organisations,
cette entité met à disposition des entreprises des outils de mesure sur l’impact du stress et de la
pénibilité sur nos modes de vie et notre santé. Elle accompagne grâce à une formation les entreprises et leurs salariés dans la mise en place de mesures correctives et préventives pour un gain de
performance durable.
« Nous sommes pilotes en la matière en Alsace sur ce type de prestations et j’ai souhaité mettre à
disposition des salariés du groupe les outils qu’Altodis Développement propose à ses clients », précise Pascal Arnold.
Pour accompagner la croissance de ses activités, il est devenu indispensable pour les 32 salariés du
groupe de déménager. Situé en bordure de l’autoroute de Bâle à la sortie de Rixheim, l’emplacement
du futur bâtiment a été sélectionné pour assurer sa visibilité, la proximité des sites industriels et un
accès facile aux grands axes routiers.
Le bâtiment sera constitué d’un ensemble de modules permettant les différentes activités du
groupe : un show-room, un magasin de pièces de rechange, un atelier dédié à chaque métier (la
manutention et le TP), des bureaux, des salles de conférences et un espace réservé aux essais en
extérieur.
Il accueillera également dans ses murs une entreprise de formation aux métiers de caristes, à la
prévention des risques, gestes et postures. La proximité et la complémentarité avec les métiers du
groupe permettront de bâtir et proposer une offre globale à ses clients.
Par ailleurs, encouragés à délaisser leur véhicule au profit de vélos électriques, les salariés disposeront également d’un espace de sport et de détente.
… et son système d’alerte intelligent SpotMe remporte le Prix de l’innovation 2013 sur
le salon Préventica
Sur Préventica, le salon de référence pour la prévention des risques professionnels qui s’est
déroulé du 28 au 30 mai dernier à Lille, le jury de la catégorie Manutention, Levage et Stockage a
décerné le Prix de l’innovation 2013 au système d’alerte SpotMe.
Pour déterminer le lauréat de son prix, Préventica a réuni un jury d’experts composé de représentants d’organismes professionnels et de grandes entreprises ainsi que des journalistes de la presse
spécialisée.
Pour son édition lilloise, le jury Préventica a distingué SpotMe, une solution innovante proposée par Toyota Material Handling France. Celle-ci renforce la sécurité des opérations avec des
chariots élévateurs dans les zones accidentogènes des entrepôts.
Grâce à un système de capteurs très sensibles à infrarouges, le SpotMe de Toyota Material Handling
France détecte la présence de piétons ou de chariots élévateurs et alerte les opérateurs. Si un danger
potentiel est capté par SpotMe, des avertisseurs lumineux clignotent.
Ce système de prévention des accidents est simple d’utilisation et d’installation. SpotMe se fixe
sur les parois sans intervenir sur les chariots. Il convient donc à tous les modèles quelle que soit la
marque. SpotMe fonctionne en autonomie grâce à une batterie longue durée ou sur le secteur et
nécessite peu de maintenance.
Patricia Horain, TOYOTA MATERIAL HANDLING FRANCE, 01 64 77 85 17
33
ENTREPRISES / PROFESSION
❍❍VERLINDE
Suite de la page 1
sponsorise la traversée de l’Antarctique d’un vétéran des explorations polaires
Le vétéran des explorations polaires, Sir Ranulph Fiennes, s’est élancé fin 2012 dans l’un de ses
derniers défis : traverser l’Antarctique en hiver avec cinq équipiers. Les palans et treuils manuels
Verlinde sont du voyage.
❍❍Marché français en unité
1er semestre 1er semestre
2010
2011
Les membres de l’expédition dirigée par Sir Ranulph ont quitté Londres le 6 décembre 2012
pour l’Antarctique. Objectif : effectuer le « voyage le plus froid sur la terre » et tenter de récolter
10 millions de dollars US pour « Seeing is Believing », une initiative caritative internationale de
lutte contre la cécité évitable. Au cours de la traversée, l’équipe accomplit diverses missions
scientifiques pour recueillir des données uniques sur le milieu marin, l’océanographie et la météorologie. Grâce aux toutes dernières innovations technologiques, cette expédition historique
ouvre la voie à une ère nouvelle dans l’Antarctique : l’exploration tout au long de l’année.
Lors de l’équinoxe du 21 mars 2013, les six membres de l’expédition ont entamé leur périple de
six mois jusqu’à la mer de Ross. Leur trajet entre Crown Bay et la base Captain Scott au détroit
de McMurdo – en passant par le pôle Sud – met les limites de l’endurance humaine à l’épreuve.
Pendant ces six mois, les membres de l’expédition parcourent près de 4000 km, dans l’obscurité
le plus souvent, et par des températures pouvant descendre en dessous de -90°C. L’équipe doit
être totalement autonome car aucun moyen de recherche et de sauvetage n’est disponible, les
avions ne pouvant pas pénétrer à l’intérieur des terres en hiver à cause de l’obscurité et du risque
de gel du carburant.
1er semestre
2012
1er semestre
2013*
1S2013 /
1S2012
1S2013 /
1S2008
Ponts
roulants
standards
900
870
900
850
-6%
-26%
Chariots
industriels
23 900
29 200
27 000
26 300
-3%
-30%
1 250
2 100
2 800
2 500
-11%
-49%
Nacelles
* estimations
Renaud Buronfosse, CISMA, 01 47 17 63 20
Verlinde a fourni à l’équipe des treuils à levier TLV et des palans à levier PLV pour des charges
allant jusqu’à 3,2 tonnes, et un flight case SM10. Ces engins servent aux opérations de levage en
général et à la manutention du matériel scientifique, des mobile-homes, des véhicules et des
blocs de glace pendant la traversée.
Le palan à levier manuel PLV est un engin compact conçu pour lever, tirer ou riper des charges.
Spécialement adapté à une utilisation industrielle, cet engin convient à toutes sortes de tâches
quel que soit l’environnement. Il peut être utilisé dans n’importe quelle position ; il suffit de
changer la position du levier pour faciliter son utilisation. Fabriqués en aciers spéciaux avec une
finition chromée, les palans PLV sont très compacts et sont équipés d’un carter renforcé qui protège les mécanismes.
Le treuil TLV est conçu pour lever et tirer des charges sur de longues distances. Il est fabriqué
en aluminium haute résistance, d’où sa légèreté et sa grande facilité d’utilisation. D’une maintenance aisée, il est adapté aux travaux en extérieur. Il est livré avec un câble d’une longueur de 20
ou 40 mètres.
Jean-Yves Beaussart, VERLINDE, 02 37 38 96 26
❍❍VIASTORE
déménage…
À partir du 1er juillet 2013, Viastore Systems SARL change d’adresse.
Les nouvelles coordonnées sont les suivantes : 7, rue Clos des Venelles, ZAC de la Charbonnière,
45800 Saint-Jean-de-Braye.
… et ouvre de nouvelles filiales en Chine et au Brésil
En 2011, Viastore a ouvert un bureau en Chine pour couvrir l’Asie Orientale. Celui-ci s’est
développé pour devenir une filiale indépendante : Viastore Systems (Shanghai) Ltd. Celui-ci renforce la présence de Viastore dans cette région du monde et lui assure des perspectives de développement commercial importantes. Ainsi, les experts de Viastore ont-ils remporté plusieurs
contrats, y compris au Vietnam et à Singapour.
Début 2012, Viastore a créé une autre filiale, celle-ci à São Paulo au Brésil : Viastore Systems ltda.
Stéphanie Froehlich, VIASTORE SYSTEMS, 02 38 61 99 57
LA LETTRE DU CISMA N°32 JUIN 2013
35
CHARTE
❍❍ACCESSOIRES DE LEVAGE
Animés par la volonté de veiller à la sécurité des équipements de levage et de manutention, les signataires de la Charte, adhérents du
CISMA, professionnels des accessoires de levage, fabricants et distributeurs, se sont engagés à respecter la présente charte. Une signature
officielle a été réalisée le 20 novembre 2012 durant le salon Manutention.
DU POINT DE VUE DE L’ÉTHIQUE ET DE LA
RÉGLEMENTATION
Les signataires se sont engagés à :
•respecter strictement les réglementations applicables et
notamment la directive « Machines » en vigueur, s’efforcer de
suivre les spécifications correspondantes prévues dans les
normes
Réglementations et normes
•apporter une attention particulière aux conditions de travail
et d’hygiène
Directive Machines 2006/42/CE
•veiller au strict respect de la lutte contre le travail clandestin et
le travail des mineurs
•favoriser une démarche de développement durable
•constamment respecter les règles de l’art de conception et de
fabrication et participer à leur amélioration
Code du travail
’
’
POUR LES SERVICES
Les signataires se sont engagés à :
•se doter d’une politique de suivi des pièces de rechange
•assurer un service après-vente structuré au sein de leur
entreprise
AU NIVEAU DE LA SÉCURITÉ
Les signataires se sont engagés à :
•intégrer la sécurité dès la conception des solutions de levage,
en respectant la directive européenne en vigueur ainsi que le
code du travail
POUR LA QUALITÉ
Les signataires se sont engagés à :
•respecter résolument l’esprit de qualité, soit par l’obtention
d’une certification, soit par l’application effective d’un plan
d’assurance qualité (PAQ), soit en étant engagé dans une
démarche qualité
•disposer
des moyens de mesure et contrôles nécessaires
DU POINT DE VUE DES COMPÉTENCES
Les signataires disposent de spécialistes dotés de compétences de leurs produits ou mettre tout en œuvre pour les faire
effectuer
éprouvées pour :
•livrer
les produits qui répondent aux conditions d’utilisation si
•répondre aux requêtes techniques du client et lui apporter
elles
sont
définies contractuellement
l’information nécessaire sur leurs produits
•conseiller le client dans son choix d’accessoires de levage à sa •avoir une traçabilité des produits et des commandes
demande
ET EN MATIÈRE DE FORMATION
•attirer l’attention sur des mauvaises utilisations
Les signataires se sont engagés à :
•sensibiliser le client à ses obligations légales de formation à
•mettre à la disposition des clients des formations adaptées
la sécurité dans le levage ainsi qu’à l’engagement légal de sa
aux utilisateurs d’accessoires de levage et de manutention
responsabilité
•former les clients et utilisateurs à l’utilisation des accessoires
•former les clients et utilisateurs à l’utilisation des accessoires
de levage.
de levage
•s’engager sur la conformité des accessoires proposés, dans le
cadre des règles en vigueur
Fédération Européenne de la Manutention
•informer le client pour l’installation, la maintenance des
accessoires de levage
’
’
Signataires de la charte "Accessoires de levage" :
ACK FORANKRA, BALTIC GÉNÉSIS, CBR LEVAGE, CHAÎNERIES LIMOUSINES, CMCO FRANCE, CORDERIE DOR, COVAL, FIXATOR,
FORGE FRANCE, LIFTEC, PMS INDUSTRIE, SAPELEM, SAPEM, STAS ET VAN BEEST.
Tél. : 33 (0)1 47 17 63 20 – Fax : 33 (0)1 47 17 62 60 – E-mail : [email protected]
45 rue Louis Blanc, 92400 Courbevoie – 92038 Paris La Défense Cedex
Limites au droit de reproduction : Sur support presse, la Lettre du Cisma ne peut faire l’objet que d’une courte
citation avec mention de la source. Sur Internet, seuls des liens vers le site Cisma (www.cisma.fr) sont autorisés.
Renseignements complémentaires : Renaud Buronfosse, Cisma au 01 47 17 63 20.

Documents pareils

CWL018(210_212) DossManu fr fla

CWL018(210_212) DossManu fr fla Mais une piste intéressante pour le chariot élévateur reste la pile à combustible. Le R60 de Still est le premier à en être équipé. Il sera testé jusqu'à la fin de l'année sur l'aéroport de Munich....

Plus en détail

la Lettre de Manutention

la Lettre de Manutention en termes d’offres. Le marché des chariots industriels a continué à progresser particulièrement dans le domaine électrique même si les chariots Diesel ou gaz n’ont pas dit leur dernier mot. Les mat...

Plus en détail

sommaire

sommaire progression en 2008. Cette évolution a permis de compenser partiellement le coût des matières premières, ainsi que celui de l’énergie lors du premier semestre. L’appréciation forte de l’euro n’a pa...

Plus en détail