ACTUALITE ENVIRONNEMENTALE AU CAMEROUN : AVRIL

Commentaires

Transcription

ACTUALITE ENVIRONNEMENTALE AU CAMEROUN : AVRIL
ACTUALITE ENVIRONNEMENTALE AU CAMEROUN :
AVRIL- MAI – JUIN 2011
Mois d’avril
Yokadouma : menace sur le parc national de Lobéké
Cameroon tribune n°9820/6021 du 04 avril 2011, page 13
Pour mesurer l’ampleur de la situation, le Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des Forêts et de la
Faune, y a effectué une visite de deux jours. Malgré le développement d’infrastructures éco-touristiques
du parc avec l’appui de la Fondation de Tri-National de la Sangha (FTNS) et du Fonds Mondial pour la
Nature (WWF), il a déploré les incursions répétées des braconniers qui sévissent dans le parc et a
préconisé la mobilisation des moyens adéquats pour un niveau de protection satisfaisant.
Afrique Centrale : la gestion durable des forêts préoccupe
Cameroon tribune n°9820/6021 du 04 avril 2011, page 19
Du 29 au 30 mars 2011, s’est tenu à Douala l’atelier de validation du rapport sur l’état des forêts
d’Afrique Centrale 2010. Cet atelier a vu la participation des coordonnateurs nationaux en provenance
des 10 pays de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC), des experts en gestion et
conservation des ressources naturelles de la sous-région Afrique Centrale, des ONG nationales et
internationales et des experts internationaux de l’Europe, des Etats-Unis et de l’Asie. Ce document de
onze chapitres aborde entre autres la déforestation, l’exploitation forestière, le secteur informel, les
produits forestiers non ligneux, l’état de la biodiversité et sa valorisation, etc. Il constitue pour la
COMIFAC, un outil majeur d’aide à la décision. Des recommandations ont été formulées pour chacun
des chapitres. A l’issue de cet de l’atelier, il ressort que pour assurer une gestion durable des forêts, il
faut davantage corréler actions de gestion durable et l’amélioration de leurs moyens d’existence..
Biodiversité : 815 espèces végétales en voie de disparition au Cameroun
Cameroon tribune n°9821/6022 du 04 avril 2011, page 7
La cérémonie de restitution des résultats de l’étude « Red data plan Cameroon » a été présidée le 03
Avril au Parc zoologique de Mvog-Betsi par le Secrétaire général du Ministère l’Environnement et de la
Protection de la Nature, en présence du haut commissaire de Grande Bretagne au Cameroun. Cette
étude a été conjointement menée par l’Institut de Recherche Agricole pour le Développement (IRAD) et
le Jardin botanique royal de Londres en Angleterre durant cinq ans dans les aires écologiques de Dom
dans le Nord-Ouest, Lebialem dans le Sud-Ouest et de Mefou dans le Centre. Elle fait état de la
menace d’extinction qui pèse sur 815 espèces végétales sur un total de 7 850 qui composent la
richesse floristique du Cameroun. Cette menace est due aux changements climatiques, aux
catastrophes naturelles et aux activités anthropiques (coupe de bois, l’agriculture, l’urbanisation
anarchique, etc.). Elle touche plus les espèces rares telles que le Moabi, l’Okoumé et plusieurs autres
plantes médicinales. Dans sa conclusion, elle met l’accent sur la sensibilisation des populations et la
nécessité d’une véritable volonté politique pour éviter la catastrophe écologique à laquelle le Cameroun
pourrait être confrontée d’ici peu.
Forêts tropicales pour une gestion durable
Cameroon tribune n°9823/6024 du 07 avril 2011, page 13
En prélude au sommet des trois bassins tropicaux (Bassin du Congo, le Bassin Amazonien et le Bassin
de Bornéo-Mékong) organisé à Brazzaville du 31 mai au 03 juin, une conférence de presse présidée
par le ministre congolais du développement durable, de l’économie forestière et de l’environnement a
été organisée le 06 avril 2011 à Yaoundé et visait la sensibilisation des acteurs camerounais sur
l’importance de la coopération Sud-Sud et Nord-sud.
1
Centrale à gaz de Kribi : 43% des travaux déjà effectués
Cameroon tribune n°9836/6037 du 28 avril 2011, page 13
Le 26 avril 2011, le ministre de l’Eau et de l’Energie a effectué une descente de terrain afin d’évaluer
l’état d’avancement des travaux de construction de la centrale de gaz de kribi. D’après les
responsables du site, les travaux ont un taux d’avancement global de 43%. Il est prévu que la centrale
soit opérationnelle entre juin et septembre 2012. Cependant, les populations riveraines s’inquiètent pour
leur approvisionnement en eau potable et se plaignent de la surexploitation de leur rivière qui
présenterait déjà des signes de pollution. A cet effet, les responsables du site se sont engagés à
distribuer aux populations de l’eau traitée fournie par la société camerounaise en charge, ce qui
aiderait celles-ci pour leurs besoins quotidiens. Il est également envisagé comme solution définitive la
construction des forages dans les villages riverains à la centrale. Pour l’heure, la forte teneur en fer
autour du site révélée par les analyses freine le projet.
Stakeholders reviewed recent biodiversity conventions
Cameroon tribune n°9833/6034 du 25 avril 2011, page 13
National stakeholders in biodiversity conservation held a meeting last Wednesday April 20 at the
Yaoundé Conference centre to examine results of international instruments signed last October in
Nagoya. Convened by the Ministry of Environment and Nature Protection, the aim of the meeting was to
draw up a national action plan from recent protocols. “Nagoya instruments enable Cameroon to protect
itself against the importation of living Modified Organisms (LMOs) which are harmful to human life and
biodiversity conservation said the MINEP National Focal point for Biodiversity Conservation. The
Secretary General announced that government is already preparing legislation to protect the
environment and man from the dangers of genetically modified organisms.
Independent forest observers empowered
Cameroon tribune n°9827/6028 du 14 avril 2011, page 9
In order to implement the action plan of the Voluntary Partnership Agreement on Forest Law
Enforcement Governance and Trade, VPA/FLEGT, signed between Cameroon and European Union on
October 6, 2010 to fight the illegal exploitation of forest and improve wood trade, the members of the
steering committee of the independent observer project for the control and monitoring of forestry law
violations in Cameroon held a workshop on Wednesday, April 13, 2011 in Yaoundé. It is planned that as
from January 2012 all wood circulating in Cameroon and Europe must be certified. During the
workshop, Samuel Ebia Ndongo, said that FLEGT will enable Cameroon to secure an important share
of the European wood market that imports over 80% of Cameroonian wood. The steering committee of
the independent observer project plays a key role in ensuring good governance in the forestry sector
under the VPA/FLEGT regulatory framework.
Mois de Mai
De la fibre végétale au solaire : un camerounais à l’honneur
Cameroun tribune n°9845/6046 du 12 Mai 2011, page 5
Un architecte camerounais résidant en France, veut vulgariser une nouvelle technologie accessible à
toutes les bourses au Cameroun, une source d’énergie qui rentre dans la construction. Il s’agit des
tuiles solaires en fibres végétales. Ce concept sur lequel Haman Mohaman travaille est encore au statut
de projet. Son projet a intéressé de nombreuses personnes, puisqu’il a reçu le prix de l’innovation
technologique lors de la tenue récente à Yaoundé des awards 2011 de Draw a Vision of Cameroon
(DAVOC).
2
Conservation Grants : CARPE examines applications for 2011
Cameroun tribune n°9845/6046 du 12 Mai 2011, page 5
Members of the Central and African Regional Program for the Environment steering committee met in
Yaoundé on 29 April to begin the process of selecting eventual winners of this year’s grants for
conservation activities. These grants aim, to build the capacity of the civil society organizations, analyze
causes of conservation by linking them to local development or sustainable livelihood..
Six poachers arrested in Dja
Cameroun tribune n°9848/6049 du 17 Mai 2011, page 28
Last week, in the Dja Biosphere Reserve, six poachers were arrested by the wildlife law enforcement
eco-guards of the “Ecosystèmes Forestiers d’Afrique Centrale” (ECOFAC) when they were trying to sell
the “booty” of a killed elephant. Two elephant’s tusks were also seized from these traffickers. The same
week another group of poachers were arrested with large leopard skin and were about to make
business with. Poachers are particularly interested by elephants to remove their tusks. Most of the time
they abandon the carcass in nature. The situation is not peculiar to Cameroon, because we have the
example of Chad where 30 elephants were recently found death without their tusks.
Mois de Juin
Forêt et faune : Les contrôleurs renforcent leurs capacités
Cameroon tribune n°9857/6058 du 01 juin 2011, page 28
Suite à la signature le 06 octobre 2010 des Accords de Partenariats Volontaire (APV/PLEGT) entre le
Cameroun et l’Union Européenne, les acteurs du secteur d’activité bois ont été conviés à un atelier de
formation de deux jours à Douala, en vue de leur appropriation de la grille de légalité de prélèvement
des espèces ligneuses dans les forêts camerounaises qui, entrera en vigueur en 2013. C’est ainsi que
les contrôleurs forestiers nationaux et régionaux, les exploitants forestiers et les représentants de la
société civile ont vu leurs capacités renforcées sur la grille de légalité APV/FLEGT et en ont profité au
cours du même atelier pour collecter les propositions relatives à la révision de la politique et de la
législation forestière et partager les informations et les connaissances sur le processus. Cet atelier a
donc permis de créer une synergie entre les différentes opérations menées dans le secteur forestier et
a de ce fait été une étape importante dans le processus de promotion de la gouvernance forestière au
Cameroun.
Sommet des trois bassins forestiers tropicaux : Le Cameroun très actif à Brazzaville
Cameroon tribune n°9859/6060 du 06 juin 2011, page 3
Vendredi 03 juin 2011, Brazzaville a accueilli le premier sommet des trois bassins forestiers tropicaux
que sont le Bassin du Congo, le Bassin Amazonien et le Bassin de Bornéo-Mékong. Les pays de ces
différents bassins ont signé une déclaration dans laquelle ils s’engagent à coopérer dans la lutte contre
la déforestation et à négocier avec les pays développés. Le Cameroun a marqué sa présence à travers
sa contribution à la rédaction du projet de déclaration adopté par les chefs d’Etat, à l’élaboration du
projet d’accord de coopération entre les chefs d’Etat. Les pays participants au sommet ont souligné la
nécessité d’inclure les forêts parmi les principaux domaines d’intervention examines lors de la
conférence des Nations Unies pour le développement (Rio+20) en juin 2012.
3
Environnement : La préservation de la forêt à l’honneur
Cameroon tribune n°9859/6060 du 06 juin 2011, page 9
Le CARPE avec la collaboration de l’Agence Nationale d'Appui au Développement Forestier(ANAFOR)
et de la Commune de Doumé dans la région de l’Est a organisé du 03 au 05 juin une campagne de
reboisement qui a conduit à la plantation de 300 arbres forestiers de trois espèces différentes.
Gouvernance forestière : Plaidoyer pour la transparence
Cameroon tribune n°9862/6063 du 09 juin 2011, page 7
Il s’est récemment tenu à Yaoundé une conférence débat sur « la lutte contre la corruption dans la
gestion de la redevance forestière », organisée par le Centre International d’Etudes Forestières et
Environnementales (CIEFE). Il visait à édifier les acteurs sur la gestion de la redevance forestière
annuelle au Cameroun destinée au financement des microréalisations de développement. Il en est
ressorti que l’absence des plans de développement communaux et d’information, et le défaut de
traçabilité des ces fonds constituent des freins à sa bonne gouvernance.
Espèces protégées : Le plan de riposte de la Communauté Économique et Monétaire des Etats
de l'Afrique Centrale (CEMAC)
Cameroon tribune n°9863/6064 du 10 juin 2011, page 17
Le bureau régional Interpol pour l’Afrique Centrale a organisé pendant 03 jours à Yaoundé, la première
réunion spécialisée sur les espèces protégées. Ceci dans le but d’évaluer la situation de la criminalité
faunique dans la sous région en général et au Cameroun en particulier., elle a connu la présence du
délégué général de la sureté nationale, des représentants des missions diplomatiques des pays de
l’Afrique Centrale accrédités au Cameroun ainsi que des participants venus du Tchad, de la République
Démocratique du Congo, du Gabon et du Cameroun. La création d’une synergie entre les bureaux
centraux nationaux et les comités de suivi des pays membres sur les questions relatives à la
sauvegarde des espèces protégées est la recommandation qui figure en première ligne de celles
formulées lors de cette réunion.
Reboisement à Bertoua, région de l’Est
Cameroon tribune n°9864/6065 du 13 juin 2011, page 26
A l’occasion de la journée internationale de l’environnement à l’Est, le lycée de Bertoua a accueilli une
vaste délégation, constituée des jeunes du club de la nature du CENAJES de Bertoua, des
représentants de la société civile, des responsables et agents de la délégation régionale de
l’Environnement et de la Protection de la Nature. Ceux-ci ont procédé durant quelques heures à la mise
en terre d’une centaine de plants d’arbres dans la cours du lycée de Bertoua. Activité reprise plus tard
sur un autre site : le jardin public de Bertoua. Ce qui porte à 200 le nombre d’arbres total plantés au
cours de cet évènement.
Nord Cameroun : Près de 3000 arbres plantés à Garoua
Cameroon tribune n°9864/6065 du 13 juin 2011, page 27
Lancées depuis le 03 juin dernier, les activités marquant la 39ème édition de la journée mondiale de
l’environnement ont été clôturées lors d’une cérémonie le 12 juin 2011à Garoua. A cette occasion, la
délégation régionale du ministère de l’Environnement et de la Protection de la Nature du Nord a
organisé des tables rondes et des jeux concours portant sur la dégradation de la biodiversité dans cette
4
partie du pays, du fait des activités anthropiques. La cérémonie a permis de sensibiliser les populations
sur l’importance de la flore et particulièrement de l’arbre pour l’humanité et singulièrement pour
l’homme. Il a présenté la plantation d’arbres, l’usage des foyers améliorés, la lutte contre les
phénomènes de feux de brousse, et celle contre la coupe anarchique et abusive des formations
végétales comme des mesures idoines pour lutter contre la désertification et la dégradation de la
biodiversité dans la région du nord.
Lutte contre la désertification : Le Cameroun réaffirme son engagement
Cameroon tribune n°9869/6070 du 20 juin 2011, page 9
A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse, le Cameroun à
travers le MINEP a réaffirmé son engagement et sa détermination dans la préservation des forêts
contre la sécheresse avec l’élaboration et l’exécution des projets REDD+ et du programme d’adaptation
aux changements climatiques.
Plus de fonds en perspective pour la gestion intégrée des ressources en eau du bassin du
Congo
Cameroun tribune n°9872/6073 du 23 juin 2011. Page 8.
Une table ronde des bailleurs de fonds a été organisé le 22 juin à Yaoundé sous l’égide du ministre des
transports, président du comité des ministres de la Commission Internationale du Bassin CongoOubangui-Sangha (CICOS), elle avait pour objectif la présentation du plan d’action stratégique (PAS),
proposer les projets identifiés et convaincre les bailleurs de fonds de l’importance de la mise en œuvre
de ce plan. Elle a vu la participation de la Banque Mondiale, la BAD, la Coopération Canadienne, la
FAO, l’Union Européenne et la coopération japonaise.
Préparée par Stanislas BILA, Assistant de Programme CARPE - Cameroun
Editée par Antoine EYEBE, Coordonnateur National CARPE - Cameroun
5

Documents pareils