9 bis Coup de projecteur

Commentaires

Transcription

9 bis Coup de projecteur
COUP DE PROJECTEUR
Sangue d’Oro, le vin de Carole Bouquet
Ce mois-ci pour saluer sa présence au théâtre, nous proposons à la carte du Café Guitry
son Passito qu’elle conseille de déguster très frais avec un fromage charpenté comme le
Roquefort ou le Beaufort d’alpage.
Laissez-vous séduire, c’est rond, onctueux, riche et parfumé.
Carole Bouquet au Théâtre Édouard VII
Vous l’apercevez qui traverse le grand salon du Café Guitry pour disparaître en coulisses ou
s’attarder pour un dernier café avant la répétition ; elle ne dédaigne pas non plus un bon
déjeuner après quelques interviews…
Que nous mijote cette fois Bernard Murat en coulisses avec son complice de toujours Pierre
Arditi et… pour la première fois Carole Bouquet ?
Un spectacle à venir, la prochaine pièce de la rentrée ? Non, c’est de télévision qu’il s’agit cette
fois.
Forts du succès du 1er direct à la télévision avec « Faisons un rêve » (en novembre 07 et repris
cette saison toujours avec Pierre Arditi mais avec une autre distribution) puis avec « Tailleur
pour dames » en mai dernier ; France 2 et le Théâtre Édouard VII s’associent de nouveau pour
célébrer le théâtre dans un autre registre avec « L’Éloignement », une pièce de Loleh Bellon,
mise en scène par Bernard Murat avec Pierre Arditi, Carole Bouquet, Bernard Murat, Gilles
Gaston-Dreyfus, Sylvie Flepp et Émilie Chesnais.
Ce direct aura lieu le Samedi 2 Mai à 20h35 (cf. « À l’affiche » sur le site du Théâtre).
Carole Bouquet, c’est la magnifique actrice que l’on connaît, c’est aussi une femme
passionnée, parfois en colère. L’injustice la mobilise… Toujours.
Celle qui touche les enfants surtout. Depuis plus d’une vingtaine d’années, elle est impliquée
dans l’association La voix de l’enfant.
Plus récemment, on l’a vue mobilisée au cœur de l’hiver pour porter la parole des sans-abri et
des mal-logés.
Mais sait-on qu’elle est aussi une formidable épicurienne ?
Ouvrir jadis un restaurant au cœur de Paris ne lui fait pas plus peur que de produire un vin
sublime dans une île difficile d’accès et dont elle est tombée amoureuse.
C’est à Pantelleria que Carole Bouquet s’est posée voilà 15 années.
Un véritable coup de foudre. Non contente d’y passer de merveilleux moments, elle
s’approprie ce coin de terre en y posant sa marque.
Cette terre dont elle a rassemblé patiemment une multitude de petites parcelles souvent
abandonnées aux ronces. Un travail colossal dans un pays austère sans eau ni électricité. Cette
terre qu’elle répare, qu’elle remet en état comme pour se faire mériter d’elle.
Car ici, tout est violent, la pente du terrain, la fureur du vent, la chaleur à peine supportable.
Aucune mécanisation n’est possible, tout doit être fait à la main. De la haute couture !
Quand Carole Bouquet nous parle de son île, elle s’enflamme, s’emporte et semble s’y
dévouer corps et âme. Une île d’affinités électives, SA terre, SES origines. C’est comme une
évidence, cette découverte qu’elle est de LÀ !
Toujours fascinée qu’une terre si belle et si hostile puisse produire à la fois autant de douceur
et de sophistication.
Un défi de chaque jour !
Reprenant une culture traditionnelle et ancestrale, elle décide d’abord de remettre cette terre
et ses vignes en état, puis d’y faire construire un chai. Et enfin, c’est la naissance de son
Passito nommé rien moins que Sangue d'Oro. Mais comme si cela ne suffisait pas, dans les
trésors qu’elle vous offre, on trouve de l’huile d’olive, des câpres ou des conserves de tomates,
des confitures…
Sangue d’Oro, le Passito de Carole Bouquet
On trouve cette appellation d’Origine Contrôlée sur l’île de Pantelleria, entre la Sicile et la
Tunisie. Le terroir du Passito di Pantelleria de Carole Bouquet est un terroir mixte composé de
roches volcaniques et de terres argilo-calcaires. Le Passito di Pantelleria est issu du cépage
Muscat d’Alexandrie appelé localement « Zibbibo ».
Les vignes sont cultivées en terrasse entourées de murets en pierres volcaniques qui protègent
du vent.
Ses arômes sont très puissants et sa résistance aux conditions de stress extrême est
remarquable. Pantelleria veut d’ailleurs dire île du vent.
Le raisin est ramassé à la main, soigneusement trié, puis posé sur le sol (sur du « tufo »,
mélange de terre et d’eau, mis à sécher puis recouvert d’un filet) pour subir un assèchement
naturel au soleil que l’on appelle le passerillage. Les raisins sont régulièrement retournés à la
main pour homogénéiser le séchage. On procède ainsi à l’élimination des mauvaises grappes.
Début septembre, au moment de la vendange (dite vendange verte), on va presser ensemble,
du raisin frais et une partie de ce raisin qui a séché au soleil mais dans lequel il reste du jus (le
reste continuera de sécher, c’est le « Malaga » ce raisin sec à gros grains). Suivra un élevage de
24 mois en cuve d’inox conçues spécialement pour ce Passito. Le résultat est remarquable de
densité et de sensualité.
Le vin révèle une robe jaune d'or aux reflets ambrés de l’exacte couleur de la lumière de cette
île au moment des vendanges.
Au goût, un festival d'arômes fruités où domine le fenouil sauvage et l'abricot confit, le raisin
d’Alexandrie et les figues séchées.
La finale propose des notes fraîches de zestes d'oranges amères et d'agrumes confits.
Accords mets et vins
Ces vins concluent à merveille et avec gourmandise un repas. Carole Bouquet a une
préférence pour son association avec le chocolat aux agrumes et les glaces mais surtout des
mets salés tels que fromages à pâte persillée (Roquefort, Fourme d’Ambert, Gorgonzola…),
Comté, Beaufort, Parmesan…
Acheter le Sangue d’oro
À Paris, on trouve pour le moment ce Passito chez Lavinia, aux Caves Augé et très bientôt au
Lafayette Gourmet.
Il est conditionné en bouteilles de 50 cl vendues entre 52€ et 59€.
Lavinia
3, Boulevard de la Madeleine 75001 Paris
01 42 97 20 20
www.lavinia.fr
Caves Augé
116, Boulevard Haussmann 75008 Paris
01 45 22 16 97
www.cavesauge.com
Lafayette Gourmet
40, Boulevard Haussmann 75008 Paris
0142823456
www.galerieslafayette.com