Pèlerinage à l`île de Cythère

Commentaires

Transcription

Pèlerinage à l`île de Cythère
Thématiques : Arts, espace, temps
-
Arts, mythes, religions
- UNE ŒUVRE A LA LOUPE -
A n t o i n e Wa t t e a u
(1684 - 1721)
Pèlerinage à l’île de Cythère
(1717)
Technique : Huile sur toile
Dimensions : 129 x 194 cm
Lieu d’exposition : Musée du Louvre, Paris.
Nationalité de l’artiste : Français
Mouvement
Style rocaille ou « Rococo »
Le saviez-vous ?
La fête galante désigne des scènes en
plein air organisées par les riches aristocrates oisifs à partir de 1714 jusqu’aux années 1770. Des musiciens,
des acteurs ou des couples en conversation animent souvent ces scènes.
Après la mort de Louis XIV en 1715,
l’aristocratie délaisse les splendeurs de
Versailles pour les maisons de ville
plus intimes de Paris où ils peuvent
Ce tableau fut présenté par Watteau à l’Académie royale de peinture comme « morceau
de réception » (œuvre imposée aux artistes prétendant au titre d’académicien). Il est
reçu à l’Académie qui crée spécialement pour lui le genre de la fête galante.
Dans l’Antiquité, l’île de Cythère (île grecque de la mer Egée) abritait un temple dédié
à Aphrodite, déesse de l’amour (Vénus). L’Ile représente donc le symbole des plaisirs
amoureux.
Nul ne sait avec certitude si les couples embarquent à destination de l’île de Cythère
(l’île, ici, ne serait donc pas Cythère), débarquent sur l’île ou s’ils la quittent. L’hypothèse la plus probable serait qu’ils s’apprêtent à la quitter. En effet, plusieurs symboles
mythologiques et érotiques laissent à penser que cette île est bien Cythère : à droite se
trouve une statue de Vénus enguirlandée et, sous elle, un Cupidon, dieu de l’amour
(Eros), reconnaissable à son carquois, tient la robe blanche de la femme. D’autres symboles évoquent l’amour : un coquillage, symbole de Vénus, sur la poupe de la barque
en forme de lit et les couples enlacés. Une jeune femme se retourne (couple du centre
au premier plan) et semble regarder avec regret et mélancolie le lieu de son bonheur.
De plus, c’est la fin de la journée, le soleil est couchant, ce qui indique qu’il s’agit plutôt d’un départ et non d’une arrivée.
Selon le sculpteur Rodin, le tableau présenterait simultanément plusieurs instants d’une
même scène, un peu comme une bande dessinée. Le déroulement serait une scène de
séduction. Lisons donc la séquence avec les trois couples du premier plan, de droite à
gauche. Couple de droite : l’homme agenouillé courtise la femme, un amour (un ange)
la tire par la jupe pour l’encourager. Couple du centre : la femme accepte la main que
lui tend son cavalier pour l’aider à se relever, elle est conquise. Couple de gauche : ils
descendent vers la mer où la barque en forme de lit les attend (le petit chien, à leurs
pieds, serait le symbole de la fidélité).
La facture (manière de peindre) est rapide, brossée avec énergie, ce qui accentue l’impression de légèreté. L’atmosphère vaporeuse et mystérieuse rappelle certains tableaux
de Léonard de Vinci.
Ce tableau pourrait aussi s’apprécier sans n’y voir d’autre interprétation que la représentation du plaisir, du rêve et de la poésie dans un cadre théâtral inspiré de la commedia dell’arte (théâtre populaire italien apparu en 1528).
s’adonner à jouer, élégamment
vêtus, à fleureter et à se mettre en
scène d’après la commedia
dell’arte italienne.
Influences
Rubens, Paysage à l’abreuvoir, XVII°s.
L’atmosphère mystérieuse et vaporeuse de Rubens ou des vénitiens
comme Titien influença Watteau.
Ouverture
Alfred Sisley, Moret, vu du Loing, 1888
La poésie des toiles de Watteau influença des écrivains et poètes
(Baudelaire, Verlaine...). Certains
voient dans la légèreté de l’air qui
circule dans ses œuvres un avant-goût
de l’Impressionnisme (ici, Sisley).
Téléchargez cette fiche et la biographie de l’artiste sur le site du collège, rubrique Histoire des Arts > Arts Plastiques
M. Pochic

Documents pareils