Le Projet d`Accueil Individualisé Le Projet d`Accueil

Commentaires

Transcription

Le Projet d`Accueil Individualisé Le Projet d`Accueil
Le Projet d'Accueil Individualisé - PAI
Le PAI est un projet d'accueil qui permet aux enfants atteints de maladies chroniques d"être scolarisés
tout en bénéficiant de leur traitement ou de leur régime alimentaire
Votre enfant a des problèmes de santé qui nécessite des soins ou des traitements à la crèche
Vous pouvez demander pour lui un PAI, Projet
d'accueil individualisé.
Les dispositions du PAI ont pour but
- d'harmoniser les conditions d'accueil en collectivité des enfants atteints de maladie chronique,
d'allergie et d'intolérance alimentaires .
- de permettre aux enfants et adolescents concernés de suivre leur scolarité ou d'être accueillis en
collectivité tout en bénéficiant de leur traitement, de leur régime alimentaire, d'assurer leur sécurité et
de compenser les inconvénients liés à leur état de santé.
Le cadre général du PAI
Les modalités sont définies par la cìrculaire n° 20 03-135 du 8 septembre 2003
Il est mis au point à la demande de la famille, c’est avant tout une démarche d’accueil résultant d’une
réflexion commune des différents intervenants impliqués dans la vie de l’enfant malade. Le rôle de chacun
et la complémentarité des interventions sont bien précisés.
La mise en place du PAI
La demande de PAI est faite par la famille, souvent en collaboration avec le médecin généraliste ou le
spécialiste qui soigne l’enfant.
Elle est adressée au directeur de la structure d’accueil.
Le médecin de la structure d’accueil en est informé, il prend contact avec le médecin qui soigne l’enfant et
avec les collectivités locales .
II est réactualisé chaque année, ou en cours d’année, en fonction de l’évolution de l’enfant et de son
parcours personnel.
Avec qui?
- Les parents et l’enfant, (même très jeune, l’enfant est acteur de ce qui va être mis en place pour lui).
- Le directeur de la structure qui coordonne la mise en place du PAI.
- Le personnel qui prend en charge l’enfant au cours de la journée.
- Le médecin et/ou l’infirmière de l’éducation nationale ou de l’institution. Il est l’interlocuteur et le médiateur
privilégié pouvant aider dans les démarches auprès des personnels même dans les situations complexes .
- Le médecin qui soigne l’enfant : Le rôle du médecin traitant est essentiel, il n’a souvent pas la possibilité
matérielle de se rendre à l’école ou à la crèche pour l’élaboration du PAI et c’est pourquoi la concertation
avec le médecin de la structure d’accueil est un apport capital pour mettre en place les aménagements
nécessités par les besoins de l’enfant.
- Le représentant de la commune est associé dès le début de la concertation. Cela permet d’assurer une
cohérence dans les modalités réglant les différents moments de la vie de l’enfant.
- Toute autre personne ressource choisie par la famille
Le protocole d'urgence
Si l’état de santé de l’enfant le nécessite c’est à dire s’il y a un risque vital pour lui, le médecin qui le suit établit un
protocole d’urgence qui est, avec l’accord des parents, joint au PAI et porté à la connaissance des
personnels. Ce protocole est limité aux seuls cas où il peut y avoir un risque vital pour l’enfant. (fig. 3)
Le médecin qui soigne l’enfant indique dans ce protocole l’ensemble des mesures à prendre en cas d’accident
aigu.
- Il est clair, concis et facile à lire.
- Il décrit en termes très simples les signes d’appel et les symptômes visibles des épisodes critiques.
- Il consigne les informations à donner au médecin des urgences auquel l’enfant sera confié et les référents
à contacter.
- Il décrit la conduite à tenir et les gestes à faire en attendant les secours.
Tous les médicaments prévus dans le protocole d’urgence sont en permanence à la disposition de
l’enfant
Remarque : Si des injections sont à prévoir en urgence, seul le stylo auto injectable peut être prescrit
Le protocole de soins
Il est établi par le médecin qui soigne l’enfant. Il est adressé, avec l’accord des parents, sous pli confidentiel
au médecin de la structure d’accueil.
Il précise :
- le diagnostic*
- les signes d’appel visibles
- le plan d’action thérapeutique.*
Le cas échéant, il précise également , les médicaments à donner et la façon de les donner, le contenu de la
trousse d’urgence si celle ci est souhaitée
Le cas échéant, il précise également le régime alimentaire à respecter
Ce document confidentiel reste en possession du médecin du lieu d’accueil. La rédaction du PAI se
fait ensuite à partir de ces éléments.
* Dans le cas d’une allergie, ce n’est que lorsque le diagnostic d’allergie alimentaire a été confirmé, et que le ou
les aliments en cause ont été identifiés par un médecin allergologue, que la famille peut demander un PAI.
La trousse d'urgence
La trousse de secours est un élément indispensable autant à la maison, que dans la voiture, à la crèche, à
l’école et en voyage. Il faut qu’elle soit pratique, ne contienne que l’indispensable, et revue régulièrement.
Pour être efficace, la trousse d’urgence répond à certains impératifs :
• Simple à utiliser
• Facile à transporter : elle suit l’enfant dans tous ses déplacements.
• Accessible à tout moment : chaque membre de l’équipe connaît l’endroit où elle est déposée.
• Comporter les médicaments vraiment indispensables avec l’ordonnance de prescription
• Etre entretenue et contrôlée régulièrement par les parents qui remplacent les produits utilisés et
renouvellent les produits périmés. Tous les médicaments sont renouvelés au moins une fois par an, même
si leur date de péremption n’est pas atteinte. En outre, les parents s’engagent à informer le médecin de la
structure d’accueil en cas de changement de la prescription médicale.
• Etre rangée en respectant les règles de conservation des produits.
• Elle contient le PAI et le protocole d’urgence ainsi que les numéros des services d’urgences hospitaliers,
du médecin traitant et des parents.
La restauration collective
Tout enfant ayant pour des problèmes médicaux besoin d’un régime alimentaire particulier, défini dans le
projet d’accueil individualisé, doit pouvoir profiter des services de restauration collective.
Il est indispensable d’associer les services municipaux en charge du service de restauration, afin de
déterminer avec eux les dispositions à mettre en œuvre à cet effet.
- l’apport par les familles de paniers repas est souvent préconisé. Le panier repas et les ustensiles de
cuisine utilisés sont étiquetés au nom de l’enfant. Les plats préparés sont acheminés du domicile de l’enfant
jusqu’à la structure d’accueil dans une glacière puis stockés en chambre froide.
Comment faciliter le dialogue?
Ces différents intervenants définissent ensemble les modalités et les adaptations de la vie quotidienne de
l’enfant. La concertation et le dialogue constituent la clé de voûte pour permettre à l’enfant de vivre normalement.
Si la confiance s’installe, les réticences s’amenuisent bien souvent et les attitudes s’assouplissent .
Les structures d’accueil de la petite enfance ne sont pas des centres de soins et il est important de comprendre
que la demande de PAI est réservée aux seuls enfants dont l’état nécessite un traitement au cours de la journée .
L’augmentation actuelle des demandes, pas toujours justifiées, risque de saturer les possibilités de prise en
charge de la communauté d’accueil.
L’élaboration d’un PAI ne peut se faire que dans un climat d’attention, de respect et d’échanges. L’inquiétude des
personnels est compréhensible car ce ne sont pas des personnels de santé. Dès l’inscription de l’enfant, il est
vivement recommandé d’avertir le directeur des problèmes de santé de l’enfant. Il est important de lui donner un
minimum d’information pour qu’il puisse tenir compte des besoins de l’enfant lors de son affectation.