contrat d`objectifs et de performance - METEO

Commentaires

Transcription

contrat d`objectifs et de performance - METEO
CONTRAT D’OBJECTIFS
ET DE PERFORMANCE
ENTRE L'ETAT ET METEO FRANCE
2012-2016
CONTRAT D’OBJECTIFS
ET DE PERFORMANCE
ENTRE L'ETAT ET METEO FRANCE
2012-2016
1
SOMMAIRE
1. INTRODUCTION.................................................................................................................................................................6
2. LES ACQUIS DU CONTRAT 2009-2011................................................................................................................8
3. DE LA METEOROLOGIE AU CLIMAT :..................................................................................................................10
LE CONTINUUM DES ACTIVITES DE METEO FRANCE
4. LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES..................................................................................................................14
5. LES MISSIONS INSTITUTIONNELLES..................................................................................................................16
L’appui météorologique à la gestion des risques.........................................................................................................17
Sécurité météorologique des personnes et des biens..............................................................................................17
Améliorer et enrichir les dispositifs d’avertissement météorologique
Mettre les nouvelles technologies au service de l’aide à la décision
Appui à la gestion des risques d’inondation et de sécheresse...............................................................................19
Valoriser les progrès de l’observation et de la prévision
des précipitations et du bilan hydrique
Etre un acteur innovant de la prévision hydrologique
Appui météorologique à la gestion des risques sanitaires et technologiques. ....................................................21
Mettre la simulation numérique et l’expertise météorologique
au service de la surveillance de la qualité de l’air, de la gestion
des pollutions accidentelles et des impacts sanitaires
Faire progresser les capacités météorologiques en faveur
d’un soutien opérationnel « interarmisé » et plus intégré
Intégrer les systèmes et le savoir-faire de Météo-France
aux architectures de service d’information Geode-4D
2
L’appui à la défense.............................................................................................................................................................23
La contribution à la diffusion des connaissances et des données météorologiques..........................................25
Intégrer au sein d’un portail de services internet une
offre enrichie en matière de données publiques
Mettre la connaissance météorologique et climatique
au service de la sphère éducative
Informer nos concitoyens des progrès de la
science de la météorologie et du climat
Refondre la part institutionnelle du site internet de Météo-France pour en renforcer l’audience
MEtEo France COP 2012 - 2016
Le service à la navigation aérienne..................................................................................................................................27
Garantir la conformité au Ciel Unique Européen
de services plus compétitifs
Intégrer l’innovation météorologique pour améliorer
la sécurité et la régularité du trafic « en route »
Enrichir l’aide à la décision sur les plates-formes aéroportuaires à fort enjeu
Préparer l’avenir du service météorologique à la navigation aérienne
6. L’ACTIVITÉ COMMERCIALE.......................................................................................................................................32
Accroître le niveau de satisfaction des clients
Favoriser le développement de l’offre en ligne
Pérenniser l’activité des services de kiosque téléphonique
Promouvoir le développement de nouveaux marchés
7. LES ACTIVITES CŒUR DE METIER : RECHERCHE, OBSERVATION,
PREVISION, SERVICES CLIMATIQUES. ..............................................................................................................34
Recherche..............................................................................................................................................................................34
Inscrire la recherche de Météo-France au meilleur niveau international,
tout en l’intégrant dans le contexte universitaire français
Préparer l’avenir de la prévision numérique du temps
Conduire les études amont et les campagnes expérimentales
nécessaires à l’enrichissement des modèles
Préparer et conduire le développement de nouvelles infrastructures
de recherche répondant aux enjeux de la prévision
Réduire les incertitudes sur les scénarios climatiques
et favoriser le développement d’un système intégré entre
météorologie et climat et des services climatiques
Faire progresser les modèles relatifs à la qualité de l’air
et les intégrer plus complètement dans le système de prévision
Observation............................................................................................................................................................................40
Développer et mettre en œuvre une nouvelle architecture
pour l’observation de surface en métropole et outre-mer
Mettre en œuvre un plan de renouvellement du réseau actuel
de radars hydro météorologiques et améliorer la couverture
du territoire national par des radars en bande X
Améliorer l’observation de la neige en plaine
Conduire la modernisation du réseau climatologique
et nivo-météorologique animé par Météo-France
Conduire l’automatisation du réseau de radiosondages (métropole et outre-mer)
et élaborer des techniques d’observation par télédétection susceptibles
de compléter ce réseau
Améliorer l’offre et la qualité des produits issus du réseau d’observation
3
SOMMAIRE
Prévision.................................................................................................................................................................................44
Améliorer la pertinence et la qualité de la prévision numérique du temps
Mieux prévoir l’état du sol, du manteau neigeux et de la surface de la mer
Développer et améliorer la production finalisée
Services climatiques............................................................................................................................................................47
Enrichir le patrimoine et créer de nouvelles références climatologiques
Produire de nouvelles projections climatiques globales et régionales
Produire de nouveaux diagnostics climatiques et qualifier les événements remarquables
Préciser les impacts du changement climatique en appui aux politiques d’adaptation
Faire progresser la prévision saisonnière et ses applications
Créer et alimenter un portail national de web services climatiques
Le développement des infrastructures essentielles. ...................................................................................................51
Doter l’établissement des moyens de calcul intensif adaptés
aux progrès attendus de la prévision numérique et à ses missions
Développer et déployer une nouvelle station de travail
des prévisionnistes d’architecture orientée services
Développer et exploiter l’un des nœuds régionaux du système
d’information de l’Organisation météorologique mondiale
8. LA DIMENSION INTERNATIONALE........................................................................................................................54
Continuer à tirer le meilleur parti des capacités mutualisées en Europe
Etre un acteur de GMES et de l’Espace Européen de la Recherche
Devenir un service météo-climatique de référence
Appuyer les politiques de coopération de la France
9. LES FONCTIONS DE SOUTIEN................................................................................................................................58
Contribuer à la création d’un pôle d’enseignement performant
dans le cadre de l’Institut national polytechnique de Toulouse
tout en réduisant les coûts unitaires de formation initiale
Conduire les adaptations nécessaires de la formation des
prévisionnistes aéronautiques pour la mettre en conformité
avec les nouvelles normes internationales
4
Formation...............................................................................................................................................................................58
Gestion administrative, financière et logistique............................................................................................................60
Accroître la maîtrise des risques et consolider la certification des comptes
Renforcer le pilotage financier de l’établissement
Contribuer à la maîtrise des dépenses de l’État en renforçant
la rigueur de la programmation budgétaire et comptable
Mettre en œuvre le schéma pluriannuel de stratégie immobilière (SPSI)
MEtEo France COP 2012 - 2016
Ressources humaines.........................................................................................................................................................63
Développer et faciliter la gestion des compétences
Accompagner les évolutions de structure de l’établissement
Conduire une politique de formation permanente ambitieuse
Adapter la gestion de l’établissement aux évolutions interministérielles
de la gestion des agents de l’État
Maîtriser l’évolution de la masse salariale et fiabiliser les instruments de prévision de la dépense
10. LE MANAGEMENT ET L’ORGANISATION........................................................................................................66
Mener à son terme la refonte du réseau territorial et mettre en œuvre
les évolutions associées de l’organisation de Météo-France
Simplifier le système de management de la qualité
tout en maintenant la certification qualité ISO 9001
Conduire une optimisation des systèmes de production
Poursuivre une démarche éco-responsable exemplaire
11. SUIVI DE LA MISE EN OEUVRE DU CONTRAT.............................................................................................71
ANNEXES. ...........................................................................................................................................................................72
ANNEXE I : GRILLE DE LECTURE DES ACTIVITÉS DE L’ÉTABLISSEMENT PUBLIC. ............................................73
ANNEXE II : PROSPECTIVE 2012-2016 SUR LES PROJETS STRUCTURANTS
DE L’ÉTABLISSEMENT ET LES GRANDS ÉQUILIBRES FINANCIERS ASSOCIÉS..................................................74
ANNEXE III :TABLE DE CORRESPONDANCE ENTRE LES ENGAGEMENTS
DU GRENELLE DE L’ENVIRONNEMENT ET LE CONTRAT. .........................................................................................76
ANNEXE IV : RECAPITULATIF DES INDICATEURS.........................................................................................................84
LISTE DES ACRONYMES ET ABRÉVIATIONS. ...............................................................................................................89
5
1
INTRODUCTION
C
e contrat d’objectifs et de performance couvre la période 2012-2016. Il fait suite à un
contrat de trois années qui s’inscrivait dans un contexte renouvelé par le Grenelle de
l’Environnement et amorçait des mutations importantes pour l’établissement public,
tant en termes de réforme interne que d’évolution des activités pour mieux répondre aux attentes
extérieures. Ce nouveau contrat, d’une durée sensiblement supérieure, permet de tenir compte
des constantes de temps de l’établissement et de ses cycles d’investissement.
Au sein d’une société confrontée au défi du développement durable, météorologie et climat suscitent une attention croissante. La prévention comme la gestion d’événements météorologiques
extrêmes supposent une prévision qui se situe au meilleur de l’état de l’art et une insertion de
cette dernière au sein d’une chaîne d’alerte robuste. A moyen terme, les évolutions climatiques
soulèvent également des questions redoutables qui nécessitent de disposer, dès aujourd’hui,
d’une expertise en termes de scénarios climatiques et d’appui aux politiques d’adaptation. Enfin,
nombre d’activités au sein de notre société sont météo-sensibles ; elles supposent un accompagnement fondé sur une connaissance fine des phénomènes et une capacité de conseil.
Météo-France se trouve ainsi placé au cœur d’attentes majeures de la société, exprimées par nos
concitoyens, les pouvoirs publics ou les acteurs de notre économie. Il appartient à l’établissement
public de mobiliser ses personnels et ses moyens techniques pour répondre à ces questions en
alliant recherche de haut niveau, maîtrise opérationnelle et expertise.
Face à ces défis, Météo-France devra, dans ses divers champs d’activité, accroître continûment
la qualité et la pertinence de ses produits et prestations, avec le souci de faire bénéficier tous
les acteurs d’aides à la décision adaptées aux enjeux de leurs activités respectives. Cela implique à la fois un effort d’innovation, d’amélioration des performances techniques, mais aussi de
recherche d’efficience dans la conduite des activités d’un système complexe. Pour ce faire, il
conviendra de s’appuyer sur les progrès scientifiques et techniques suscités par la recherche de
Météo-France et de ses partenaires.
6
METEO FRANCECOP2012-2016
Le présent contrat verra la conclusion des actions menées depuis 2009 en vue d’adapter l’organisation de l’établissement public aux nouveaux enjeux et aux contraintes économiques. Il s’agira
ainsi de conduire à son terme le resserrement du réseau territorial de métropole. Parallèlement,
l’établissement public poursuivra la rationalisation de ses moyens qui doit l’autoriser à conduire
une politique ambitieuse de recherche et d’investissement. En effet, le réseau d’observation et les
infrastructures constituent le socle sans lequel l’activité météorologique ne peut se développer.
Pour sa part, la recherche est la source d’une meilleure compréhension des phénomènes, qui
irrigue à son tour les outils opérationnels.
Dans cette perspective, le contrat présente les orientations stratégiques retenues pour la période
2012-2016, puis définit les objectifs et les principales lignes d’action de l’établissement dans le
champ de ses différentes missions et de son activité commerciale. Il montre comment elles s’appuient sur les activités de son cœur de métier et le développement des infrastructures essentielles
associées. Il énonce les objectifs et actions d’amélioration des fonctions de support (formation,
ressources humaines, administration, gestion, logistique). Il ne comporte pas en regard d’engagement de moyens. Ces derniers seront envisagés au fur et à mesure dans le cadre des procédures
budgétaires en veillant à une mise en œuvre réaliste. Cette dernière devra être consolidée au
fur et à mesure dans le cadre de la préparation de la programmation budgétaire triennal et des
projets de loi de finances (PLF) associés. La correspondance entre les éléments du contrat et les
engagements du Grenelle de l’Environnement est également proposée en conclusion.
7
2 > LES ACQUIS DU contrat 2009-2011
2
LES ACQUIS
DU contrat 2009-2011
L
e contrat 2009-2011 a été marqué par
plusieurs phénomènes météorologiques
exceptionnels. Dans chaque cas considéré,
on a pu noter les progrès de la prévision et des mises
en vigilance avec une bonne anticipation, notamment
pour les deux tempêtes qui ont affecté le sol national
au cours de la période. Le système de vigilance est
aujourd’hui parvenu à maturité : ce qui était autrefois
mal connu du public, bénéficie aujourd’hui d’une forte
notoriété. Les performances constatées dans le cadre
de la gestion des phénomènes à enjeux montrent un
progrès régulier, de même que la qualité des prévisions usuelles.
toutefois, les inondations catastrophiques en charente-Maritime et en Vendée, puis à Draguignan ont
amené l’établissement à proposer des dispositifs
d’avertissement complémentaires qui s’inscrivent notamment dans le cadre du Plan Submersions rapides
et devraient améliorer la gestion de futures crises de
cette nature.
tout au long du contrat, les performances des modèles de Météo-France ont été améliorées avec des
acquis significatifs pour le modèle arpège dont les dernières versions opérationnelles manifestent un progrès
régulier et constituent, avec le modèle à échelle fine
arome, le socle des activités de l’établissement. Pour
l’outre-mer, une nouvelle génération de modèles a été
développée et mise en place, améliorant les outils de
prévision.
Les activités de recherche de Météo-France se sont
maintenues à un haut niveau de qualité comme l’atteste la dernière évaluation de l’agence d’évaluation de
la recherche et de l’enseignement supérieur (aErES).
8
L’implication dans le domaine du climat s’est traduite
par la réalisation de nouvelles simulations climatiques
au titre de la contribution au futur 5ème rapport du
GIEc, mais aussi par l’apport de l’expertise de MétéoFrance au plan national d’adaptation au changement
climatique (Pnacc).
En matière d’aéronautique, l’établissement a conduit
à bonne fin la centralisation de ses fonctions de veille
météorologique pour le trafic aérien « en route », se
plaçant ainsi dans la dynamique de développement du
ciel Unique Européen et de rapprochement avec les
autres acteurs européens. Parallèlement, un ambitieux
programme de recherche et de développement a été
engagé. Il produira ses effets au cours des années à
venir au service de l’optimisation du trafic aérien souhaitée par les autorités européennes, la météorologie
étant un élément souvent déterminant.
Le projet d’évolution de l’organisation et de resserrement du réseau territorial a été mis en œuvre. La
nouvelle organisation de la prévision a été définie et
expérimentée avec la réalisation d’une bascule partielle
à l’automne 2011. La démarche est fondée sur un
souci de maintien et d’amélioration de la qualité de la
production de Météo-France qui sera, à terme, encore
plus cohérente et robuste. Les fermetures de centres
ont été préparées et se dérouleront à partir de fin
2011. Un accompagnement particulièrement attentif
du personnel a été mis en place.
En matière d’infrastructures, un effort de modernisation
a été conduit avec le lancement de la rénovation des
outils du prévisionniste et de la jouvence du réseau
d’observation.
MEtEo France COP 2012 - 2016
Dans un souci de diffusion des informations, MétéoFrance a inauguré au cours de la période un portail
internet dit des " données publiques " destiné à faciliter
la réutilisation de ces données, tout en promouvant les
projets en coopération avec la sphère éducative, en
direction des élèves du primaire et du secondaire et
de leurs enseignants, des étudiants ou des décideurs
locaux.
L’activité commerciale de Météo-France a été marquée
par une stabilisation de son chiffre d’affaires, et une
large modification du spectre d’activités induit par un
environnement en plein bouleversement où la pression
concurrentielle n’a cessé de s’accroître.
Les principaux objectifs assignés en matière de qualité
et d’écoresponsabilité ont été atteints. Une modification des pratiques en matière de déplacement a
accompagné la généralisation des technologies de
l’information, avec une réduction de 25% des émissions liées aux déplacements.
En conclusion, les actions inscrites au contrat
2009-2011 ont été menées à bonne fin. Dans l’intervalle, plusieurs événements exceptionnels auront
de plus conduit à développer de nouveaux services
au-delà de ce qui était envisagé, par exemple dans
le domaine des cendres volcaniques ou des pluies
intenses.
Ce bilan vient conforter les forces de l’établissement.
Ce dernier est caractérisé par des compétences
techniques et scientifiques reconnues au plan international et joue un rôle de pionnier dans le domaine de la
sécurité des personnes et des biens. Le dispositif de
vigilance est un socle solide, salué au plan international, base précieuse pour la diffusion de la culture du
risque et l’appui à la gestion des crises. Il bénéficie de
la forte capacité de mobilisation de ses équipes.
Le contrat a permis de se saisir des opportunités
d’amélioration. Cela concerne aussi bien la définition
d’un programme d’investissements pour porter remède au vieillissement des infrastructures ou permettre
leur mise au niveau international que la simplification et
la rationalisation des systèmes techniques, tout en menant une évolution majeure de l’organisation territoriale
et en adaptant au mieux les ressources humaines aux
missions de l’établissement. De même, une première
certification des comptes de l’établissement public a
été acquise.
Pour les années à venir, des perspectives prometteuses se dessinent pour l’établissement avec les progrès
désormais accessibles dans le domaine de la prévision
numérique du temps, mais aussi le développement de
services de pointe pour l’aéronautique ou le climat.
9
3 > De LA MeteoroLoGIe AU cLIMAt : LE CONTINUUM DES ACTIVITES DE METEO FRANCE
3
De LA MeteoroLoGIe
AU cLIMAt :
LE CONTINUUM
DES ACTIVITES
DE METEO FRANCE
On s’attache ici à présenter succinctement les
mécanismes scientifiques et techniques propres
aux activités météorologiques et climatiques.
L’atmosphère, une machine complexe
tes terre-océan. Les rejets anthropiques affectent
sa composition chimique et son aptitude à former
des nuages ou des précipitations.
L’atmosphère est un fluide en perpétuel mouvement, composé de différents gaz, de poussières et
d’eau liquide ou solide en suspension. elle se déplace, se déforme, se mélange, se transforme sans Comment simuler les comportements
cesse au gré de ses propres contraintes physiques de l’atmosphère ?
ou chimiques et de ses échanges avec les milieux
extérieurs.
Les évolutions de l’atmosphère respectent les lois
de la mécanique des fluides et de la thermodyelle reçoit du rayonnement solaire, qu’elle réémet
namique. elles peuvent être simulées à l’aide de
en partie. elle échange de l’énergie et de l’eau
modèles mathématiques. Prévoir le temps qu’il fera
avec l’océan, les glaciers, le sol et la végétation.
consiste alors à simuler le comportement que l’atelle provoque un effet de serre sans lequel la terre mosphère adoptera, dans les heures ou les jours à
serait une planète gelée. elle redistribue vers les
venir, en réponse à ses transformations internes et
régions polaires et tempérées une partie de l’éner- aux interactions avec son environnement.
gie solaire reçue dans les régions tropicales. Par
frottement, elle entraîne l’océan superficiel et enMais, les paramètres qui entrent en jeu sont exgendre des courants de surface. Son écoulement trêmement nombreux et complexes. Les phénoest perturbé par les montagnes, les vallées, les
mènes météorologiques s’étendent de l’échelle
changements de rugosité des sols et les contras- planétaire pour les plus grandes ondes, à quel-
10
Meteo FrAnce COP 2012 - 2016
ques centaines de kilomètres pour les systèmes
frontaux, quelques dizaines de kilomètres jusqu’au
kilomètre, voire moins encore, pour les orages et
certains systèmes convectifs.
La prévision météorologique est rendue particulièrement difficile par le fait que tous ces phénomènes
interagissent entre eux et qu’il n’est pas possible
de simuler correctement un processus isolément,
sans tenir compte de la réaction des phénomènes
de plus petite et de plus grande échelle. Ainsi,
pour effectuer une prévision du temps à quelques
jours d’échéance, il est nécessaire de prendre en
compte les caractéristiques de l’atmosphère sur
l’ensemble du globe, en observant non seulement
les écoulements moyens, mais aussi les petites
perturbations et les échanges avec les milieux
environnants qui pourraient interférer avec ces
écoulements.
Prévoir le temps et le
climat nécessite de
prendre en compte une
multitude de paramètres
et de phénomènes.
Une autre difficulté vient du fait que les équations
décrivant le comportement de l’atmosphère n’ont
11
3 > De LA MeteoroLoGIe AU cLIMAt : LE CONTINUUM DES ACTIVITES DE METEO FRANCE
Les modèles de prévision
du temps et du climat
développés par les chercheurs de Météo-France
découpent l'atmosphère
en une multitude de "boîtes". A chaque "boîte"
est affectée une valeur de
température, pression,
humidité, vent...
pas de solutions exactes, directement calculables.
Les méthodes (ou modèles) numériques employées nécessitent un nombre énorme d’opérations mathématiques et fournissent seulement des
solutions approchées. Dans ces modèles, l’atmosphère est généralement représentée par ses principaux paramètres (pression, vent, température,
humidité, etc.) moyennés sur de petites « boîtes »
virtuelles juxtaposées, formant une grille à peu près
régulière dans l’espace.
La « dimension des boîtes » définit le pouvoir de
résolution du modèle ; seuls les processus de dimension supérieure à celle des boîtes peuvent être
représentés de manière explicite. Les processus
plus petits ne peuvent être décrits par le modèle.
Ils sont représentés de façon plus approximative
en tenant compte de leurs propriétés statistiques
(on dit alors qu’ils sont paramétrés). L’atmosphère
étant complexe, le nombre d’opérations arithmétiques à effectuer pour réaliser une prévision est
colossal. c’est pourquoi ces méthodes de simulation n’ont pu être exploitées qu’après l’arrivée des
premiers ordinateurs. Les modèles numériques
sont peu à peu devenus les outils indispensables
de la prévision du temps, supplantant progressivement les méthodes fondées sur l'application de
règles de déplacement et d'évolution de structures
atmosphériques identifiables comme les fronts et
les dépressions ou les anticyclones.
Plus la grille d’un modèle est fine, plus la description des phénomènes est précise. Mais cette
meilleure précision est obtenue au prix d’une forte
augmentation du nombre d’opérations arithmétiques. La nécessité d’assurer à la fois une bonne
précision et une disponibilité rapide des prévisions
explique pourquoi les principaux services météorologiques ont un besoin impérieux d’ordinateurs très
rapides et puissants.
12
La qualité des prévisions dépend
d’abord de la disponibilité et de
la qualité des observations
Avant de commencer une simulation, il convient de
fournir au modèle le maximum d’informations sur
les caractéristiques de l’atmosphère au moment
où doivent commencer les opérations de prévision.
La qualité de la prévision dépend en grande partie
de cette étape. Pour répondre à ce besoin, les
systèmes d’observation sont sans cesse perfectionnés en tirant profit du développement des nouvelles techniques et en particulier des techniques
de télédétection (radars, lidars, radiomètres).
Pour obtenir une image tridimensionnelle aussi
étendue et précise que possible, les instruments
sont placés au sol, sur mer (bateaux, bouées)
et en altitude (ballons-sondes, avions, satellites).
La nécessité d’observer l’atmosphère de façon
coordonnée sur l’ensemble du globe a conduit
à la création de l’organisation météorologique
mondiale (oMM). Afin de mutualiser les moyens au
plan européen, l’organisation pour le développement et l’exploitation de satellites météorologiques
eumetsat a été créée. cependant, l’observation
de l’atmosphère dans toutes ses dimensions,
à toutes ses échelles de temps et d’espace, et
pour l’ensemble de ses paramètres, est toujours
insuffisante. L’extension des réseaux d’observation
et le développement de moyens plus performants
demeurent nécessaires pour réduire cette source
d’erreur dans les prévisions.
Le système de prévision de Météo-France
Pour assurer la prévision du temps sensible
jusqu’à des échéances de trois ou quatre jours,
Météo-France a développé un système de prévi-
Météo-France COP 2012 - 2016
sion fondé sur plusieurs niveaux de simulation couplés. A l’échelle de la planète, le modèle Arpège
permet de simuler et de prévoir les phénomènes
de grande dimension comme les dépressions, les
anticyclones ou les systèmes frontaux. Sa maille
variable se resserre sur la métropole pour atteindre
une finesse de 10 km.
Grâce à sa haute résolution (2,5 km), le modèle
Arome effectue un « zoom » sur la métropole et
améliore la prise en compte des phénomènes
locaux et la prévision des phénomènes dangereux pour des échéances comprises entre 3 et 36
heures.
Les progrès accomplis ces dernières années
ont été considérables. La qualité de la prévision
réalisée à 3 jours d’échéance est aussi bonne que
celle de la prévision à 24 heures il y a une vingtaine
d’années. Les efforts consentis devront être poursuivis en privilégiant plus particulièrement la qualité,
la variété et la densité des observations en temps
réel, l’assimilation des données dans les modèles,
la disponibilité de moyens de calcul (supercalculateurs), la compréhension et la représentation
des phénomènes météorologiques échappant
aujourd’hui à une formulation explicite dans les
modèles.
Les limites de la prévision déterministe
L’évolution de l’atmosphère peut être très sensible
à une petite perturbation. Les incertitudes inhérentes aux observations et les imperfections des
modèles numériques induisent alors des erreurs
qui rendent les prévisions d’autant moins précises
que l’échéance est longue. Ainsi, deux états initiaux voisins peuvent, au bout d’un certain temps,
conduire à des résultats très différents.
Grâce à sa haute
résolution, le
modèle Arome
effectue un zoom
de la prévision sur
la métropole.
Pour évaluer le degré d’incertitude d’une prévision,
Météo-France utilise une méthode probabiliste
dite prévision d’ensemble. Elle consiste à réaliser plusieurs simulations à partir d’états initiaux
légèrement différents, représentatifs de l’incertitude
due aux erreurs d’observation, d’analyse et de
modélisation. Les écarts observés fournissent alors
une information sur le crédit que l’on peut attribuer
à cette prévision. Cette méthode est pertinente,
en particulier dans le cas des situations particulièrement instables qui donnent souvent naissance
aux phénomènes les plus violents, mais aussi les
plus difficiles à prévoir. Sa généralisation est très
consommatrice en temps et en volume de calcul
scientifique.
Lâcher d'un radiosondage.
La qualité des prévisions
dépend de la qualité des
mesures.
De la météorologie au climat
Il existe un continuum entre les modèles utilisés
pour la prévision météorologique et ceux employés
pour les projections climatiques. Ainsi, le modèle
couplé global utilisé par Météo-France à cette fin
a été construit à partir de versions récentes du
modèle Arpège et du modèle d’océan Nemo. L’un
des atouts des services météorologiques est de
pouvoir maîtriser la chaîne complète de la connaissance allant de la collecte de la donnée à son
emploi dans un cadre méthodologique et scientifique unifié pour des fins diversifiées (avertissement
météorologique, projections climatiques…).
13
4 > LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES
4
LES ORIENTATIONS
STRATEGIQUES
Les orientations définies
pour la période 2012-2016
sont les suivantes :
Accroître l’accent mis sur les missions de sécurité
pour améliorer encore l’appui à la puissance publique, en particulier dans le domaine
de la prévention, l’anticipation et la gestion des risques et du soutien aux forces armées.
Etre un prestataire de référence dans le Ciel unique européen
en renforçant la compétitivité économique des services rendus et en accroissant leur pertinence
et leur performance grâce à un programme de recherche et développement ambitieux.
Développer les services climatiques pour répondre aux besoins
des politiques d’adaptation au changement climatique
14
METEO-FRANCE COP 2012 - 2016
S’imposer comme une référence par l’excellence scientifique,
technique et opérationnelle
en renforçant la place de la recherche et de l’innovation et en les plaçant au cœur
de la stratégie de Météo-France et de ses métiers.
Mener une politique ambitieuse d’investissement
pour disposer d’infrastructures (observation, système d’information) de qualité,
gage d’efficacité et de progrès.
Réussir la réforme de l’organisation territoriale
en passant de 108 à 55 implantations en métropole, afin de faire face
aux nouveaux enjeux et aux contraintes économiques.
Maintenir le niveau de l’activité commerciale
en l’adaptant à l’évolution de la demande
15
5 > LeS MISSIonS iNSTiTuTiONNeLLeS
Pluies-ino
Grand fro
5
Canicule
LeS MISSIonS
iNSTiTuTiONNeLLeS
Inondation
M
étéo-France a pour mission de surveiller l’atmosphère, l’océan
superficiel et le manteau neigeux, d’en prévoir les évolutions
et de diffuser les informations correspondantes. Il exerce les
attributions de l’Etat en matière de sécurité météorologique des personnes et des biens. A ce titre, il assure la satisfaction des besoins
exprimés en matière de sécurité civile ou de prévention des risques
majeurs. Il satisfait également aux besoins en assistance météorologique nécessaire à la sécurité aéronautique. Plus largement, en tant
que service météorologique national, il vient en appui à l’ensemble
des administrations dans ses champs de compétence, en particulier
la météorologie et le climat. Enfin, il exerce un rôle plus général de
diffusion de l’information climatique et de pédagogie sur les phénomènes associés. Il assure enfin la représentation de la France auprès
de l’organisation météorologique mondiale (OMM).
16
Avalanche
Neige-ver
Vagues-su
Vent viole
viole
Vent
viole
Vent
Vent
viole
Vent
Vent
viole
Vent viole
viole
Vent
viole
Orages
Orages
Orages
Orages
Orages
Orages
Orages
Orages
Pluies-ino
Pluies-ino
Pluies-ino
Pluies-ino
Pluies-ino
Pluies-ino
Pluies-ino
Pluies-ino
Grand
fro
Grand
fro
Grand
fro
Grand
fro
Grand
Grand
fro
Grand fro
fro
Grand
fro
Canicule
Canicule
Canicule
Canicule
Canicule
Canicule
Canicule
Canicule
Avalanche
Avalanche
Avalanche
Avalanche
Avalanche
Avalanche
Avalanche
Avalanche
Neige-ver
Neige-ver
Neige-ver
Neige-ver
Neige-ver
Neige-ver
Neige-ver
Neige-ver
Inondation
Inondation
Inondation
Inondation
Inondation
Inondation
Inondation
Inondation
Vagues-su
Vagues-su
Vagues-su
Vagues-su
Vagues-su
Vagues-su
Vagues-su
Vagues-su
Meteo France COP 2012 - 2016
L’appui météorologique
à la gestion des risques
L’
appui météorologique à la gestion des
risques est une composante majeure
de la mission de service public de
Météo-France. C'est dans ce domaine que les attentes sont les plus importantes et qu'il est le plus
sollicité pour améliorer le service rendu :
• la sécurité météorologique des personnes
et des biens,
• l’appui météorologique à la gestion des risques
d’inondation et de sécheresse,
• l’appui à la gestion des risques sanitaires et
technologiques.
L’activité mobilise l’ensemble des moyens scientifiques, techniques et opérationnels, et tous les
métiers, pour éviter, autant que faire se peut, les
pertes humaines et économiques associées aux
catastrophes naturelles et aux accidents technologiques.
Sécurité météorologique
des personnes et des biens
Améliorer et enrichir

les dispositifs d’avertissement
météorologique 
Avertissement météorologique par excellence, la
carte de vigilance annonce le danger météorologique prévu dans les 24 heures à l’échelle dépar-
tementale. Elle est destinée au public
et aux autorités responsables
de la chaîne d’alerte, des
mesures de sauvegarde et de
la mobilisation
des secours.
Le dispositif,
complété sur le
domaine maritime
par les bulletins marine
spéciaux (BMS), est désormais
connu de près de 9 français sur
10. Il participe au développement de la culture du risque,
en diffusant les conseils de
comportement des pouvoirs
publics.
Dans la période du contrat, Météo-France
s’appuiera sur les progrès attendus de la pré- vision numérique pour améliorer encore la pertinence et la capacité d’anticipation de la vigilance
départementale, pour l’ensemble des phénomènes
traités.
Météo-France visera l’enrichissement des informations de vigilance (climatologie, information probabiliste), l’amélioration de leur lisibilité et l’extension
de leur diffusion au public. Ainsi, les bulletins de
suivi seront produits par zone de défense. Leur
diffusion sera élargie par la mise en place d’un
répondeur téléphonique « vigilance » non surtaxé.
17
5 > LeS MISSIonS iNSTiTuTiONNeLLeS
Les travaux d’amélioration de la vigilance « vagues
submersion » et des services d’avertissement
d’échelle infra-départementale sur le caractère exceptionnel des précipitations prendront une place
importante, au titre des engagements pris dans le
cadre du Plan Submersions rapides décidé par le
gouvernement en février 2011 :
• la coopération avec le SHoM permettra d’évaluer la vigilance « vagues – submersion » mise
en service en octobre 2011, puis de l’asseoir sur
des systèmes de prévision de hauteur d’eau de
plus en plus représentatifs du domaine côtier et
prenant en compte l’effet moyen des vagues à la
côte. Parallèlement, les aléas marins de référence
correspondant à des submersions remarquables, encore mal connus, seront reconstitués par
simulation numérique pour affiner les critères de
passage en vigilance. Les prévisions de hauteur d’eau aux embouchures des fleuves seront
mises à disposition du ScHaPI, pour exploitation
éventuelle par les services de prévision des crues
(SPc) des bassins du littoral ;
• Météo-France produira également les informations d’avertissement d’échelle infra-départementale les plus pertinentes possibles sur les
fortes précipitations, en exploitant l’état de l’art
de l’observation radar en temps réel et de la
prévision numérique. ainsi, la couverture du
service d’avertissement pluies intenses à l’échelle
des communes (aPIc), fondé sur l’observation
radar, sera étendue aux zones couvertes par
de nouveaux radars hydrométéorologiques. Le
produit sera amélioré pour assurer une meilleure
cohérence à l’échelle d’un bassin versant, en
tenant compte de son temps de réponse. enfin,
le potentiel prédictif de la prévision numérique
probabiliste à l’échelle convective (arome-Pe)
sera évalué à l’échelle infra-départementale.
outre-mer, le dispositif de vigilance sera étendu à
toutes les collectivités, de même que la production
de cartes d’indice de risque météorologique de
feux de forêt. La possibilité de mise en place d’un
produit de type aPIc sera étudiée pour les territoires couverts par les radars et exposés aux crues
rapides/ruissellement (La réunion, antilles…). Le
dispositif de vigilance vagues submersion développé en métropole sera étendu, en tant que de
besoin, en outre-mer.
PRéviSiON d'eNSeMBLe
aROMe du 21 JuiN 2011
A gauche : en jaune vif,
prévision arome déterministe des précipitations
orageuses (supérieures
à 20 mm) ; en jaune clair,
probabilité supérieure à
10 % de précipitations,
représentative de la
« zone à risque ».
A droite : précipitations
détectées par les radars.
Mettre les nouvelles technologies

au service de l’aide à la décision

Météo-France poursuivra la démarche entreprise
dans le précédent contrat pour utiliser au mieux les
nouvelles technologies dans l’aide à la décision et
l’appui à la gestion de crise.
Taux de notoriété
de la procédure de
vigilance météorologique
métropolitaine auprès
du public
> 85%
Pertinence de la procédure de vigilance météorologique métropolitaine :
Taux de fausse
alarme dans le cadre
de la vigilance
Taux de non-détection
d’événements dans le
cadre de la vigilance
anticipation à mieux
que 3 heures des
phénomènes
Taux de pertinence
des bulletins marine
spéciaux
< 18%
< 2%
> 86%
> 84%
18
Meteo France COP 2012 - 2016
Nouvelle-Calédonie
Carte du risque d'incendie
établie par Météo-France
pour la journée du
3 octobre 2010.
En 2013, les systèmes de web conférence seront
généralisés à tous les centres météorologiques
interrégionaux (CMIR) et futurs centres météorologiques territoriaux (CMT), de façon à offrir à toutes
les préfectures de département et de zone, un
appui garantissant le contact audiovisuel interactif
avec un prévisionniste conseil et la visualisation
partagée de productions météorologiques graphiques.
Au-delà, l’ambition du contrat est de développer
en coopération avec les services déconcentrés
de l’Etat (DREAL, DDT, SPC) et les services des
préfectures (CODIS, COZ), des services internet
d’informations cartographiques partagés par les
acteurs de la gestion de crise, croisant les informations sur l’aléa observé et prévu, avec celles issues
des plans réglementaires (par exemple, PPR) sur
les enjeux et les vulnérabilités connues.
Appui à la gestion des risques
d’inondation et de sécheresse
Cette activité traduit la contribution de Météo-France aux missions exercées par la direction générale
de la prévention des risques (DGPR) et la direction
générale de l’aménagement, du logement et de la
nature (DGALN), avec l’appui d’autres opérateurs
placés en leur sein ou sous leur tutelle, notamment
le Service central d’hydrométéorologie et d’appui à
la prévision des inondations (SCHAPI).
Les développements prévus concernent l’observation hydrométéorologique, ainsi que les productions météorologiques et les travaux d’étude, de
recherche et de développement spécifiques répondant aux besoins de l’hydrologie opérationnelle.
Météo-France apportera également son expertise
météorologique à la définition et la réalisation des
politiques publiques en la matière, notamment
dans le cadre de la mise en œuvre de la directive
européenne 2007/60/CE relative à l’évaluation et la
gestion des risques d’inondations et du Plan Submersions Rapides. En particulier, Météo-France
offrira au SCHAPI l’expertise météorologique nécessaire à l’étude et au développement de services
d’avertissement hydrologiques d’échelle infra-départementale concernant les risques d’inondation
par ruissellement et crues rapides.
L’ensemble de ces contributions de Météo-France
sera contractualisé par avenant à la conventioncadre signée en 2009 avec la DGPR et la DGALN,
puis par les textes qui lui succèderont pour la
période du contrat.
Valoriser les progrès

de l’observation et de la
prévision des précipitations
et du bilan hydrique 
Météo-France doit permettre à l’Etat de tirer le
meilleur parti des progrès réalisés en matière
d’observation, de prévision et de services climatiques pour ses missions opérationnelles dans les
domaines de la gestion des ressources en eau et
du risque d’inondation. Cela suppose l’évaluation
préalable de l’apport des innovations introduites
19
5 > LeS MISSIonS iNSTiTuTiONNeLLeS
Le projet rhytmme
comprend l'installation
de plusieurs radars et le
développement de services
pour améliorer l’anticipation
des risques naturels liés aux
précipitations.
par Météo-France, avec les opérateurs, notamment le ScHaPI et les collectivités concernées.
en métropole, Météo-France étendra à partir
de 2013 le domaine de production des bulletins
d’avertissement et de prévision des précipitations
(aP/BP) destinés aux services de prévision des
crues (SPc), en fonction des besoins du réseau de
prévision des crues. en fin de contrat, ces bulletins
seront enrichis d’informations sur la fonte nivale.
Pour la prévision des crues rapides, l’apport des
nouvelles versions d’arome pour les bulletins aP/
BP et les prévisions de cumuls de précipitations
tri-horaires sera évalué.
Une salle de prévision hydrométéorologique
partagée avec le ScHaPI sera mise en place pour
faciliter les interactions en temps réel entre météorologues et hydrologues.
Le bilan des expérimentations prévues en région
Provence-alpes-côte d’azur, au titre du projet
rHytMMe, sera tiré avec le ceMaGreF et les collectivités concernées, de façon à définir les suites
opérationnelles en termes de services d’information adaptés aux territoires de montagnes les plus
vulnérables.
outre-mer, Météo-France contribuera aux études,
puis à la mise en service opérationnel des cellules
de Veille Hydrologique à La réunion, en Guyane et
aux antilles, en fonction des décisions des parties
prenantes. L’établissement engagera avec le
ScHaPI, en fin de contrat, une démarche d’évaluation de l’apport à la prévision hydrologique des
modèles arome déployés outre-mer.
L’établissement enrichira l’assistance qu’il fournit
à la gestion des ressources en eau par la produc-
20
tion de nouveaux indicateurs de suivi climatique
concernant les précipitations et la caractérisation
des sécheresses.
etre un acteur innovant

de la prévision hydrologique

a travers ses partenariats de recherche, MétéoFrance développe des capacités de prévision
hydrologique à différentes échelles, qu’il utilise
pour les besoins des simulations du changement
climatique et de ses impacts.
Météo-France mettra à disposition du ScHaPI,
pour évaluation conjointe, de nouvelles capacités
d’analyse et de prévision hydrologiques, notamment des prévisions du débit des moyens et
grands bassins fluviaux (crues lentes) puis, à partir
de 2015, des prévisions du débit de cours d’eau
rapides du périmètre du SPc Méditerranée est.Le
passage en opérationnel sera ensuite planifié.
au plan opérationnel, la direction interrégionale
Sud-est de Météo-France continuera d’assurer par
délégation de la DGPr et en liaison étroite avec la
DreaL Paca, la responsabilité du SPc Méditerranée est. Dans ce cadre, on visera l’extension du
périmètre des cours d’eau surveillés à l’arc, puis
aux fleuves côtiers, sous réserve de faisabilité, tout
en participant à la définition et la mise en place de
la cellule de Veille Hydrométéorologique de corse.
en outre, la faisabilité d’une veille complémentaire
fondée sur la modélisation pluies – débit (aIGaTaux de réalisation des
Hydro) sera analysée pour les petits cours d’eau
développements planifiés
pour les objectifs assignés
rapides non instrumentés associés à des enjeux
importants, en fonction de l’évaluation de ces
modèles par le ScHaPI.
100 %
Meteo France COP 2012 - 2016
Appui météorologique à la gestion
des risques sanitaires et technologiques
Météo-France contribue, en tant qu’opérateur, à
la réalisation des missions de l’etat en matière de
surveillance de la qualité de l’air et de prévention
des risques industriels et technologiques, dans
le cadre de conventions établies avec la DGec,
la DGPr et d’autres opérateurs comme l’InerIS,
l’IrSn et le ceDre. Il apporte également un appui
aux autorités sanitaires pour la prévention et la
gestion de crise, par exemple dans le cas de phénomènes comme la canicule.
a gauche, capteur
de pollution d'airparif.
a droite, mesure de
radioactivité lors d'un
exercice.
Mettre la simulation numérique et
 l’expertise météorologique au service
de la surveillance de la qualité de l’air,
de la gestion des pollutions accidentelles
et des impacts sanitaires

Dans un cadre conventionnel renouvelé en 2011,
Météo-France contribuera à l’amélioration du
dispositif national de surveillance de la qualité de
l’air, dans le domaine de la prévision numérique,
en coopération étroite avec l’InerIS et d’autres
acteurs européens, et en appui direct aux aaSQa.
Un nouveau portail Prev’air sera mis en place avec
l’InerIS, mettant à disposition des aaSQa à la fois
des données météorologiques et des prévisions
numériques de la qualité de l’air issues de plusieurs
modèles régionaux, dont le modèle MocaGe de
Météo-France. La résolution de ce dernier augmentera en 2013. Le service européen de prévision
et de cartographie de la pollution atmosphérique
multi-modèles, développé avec l’InerIS dans le
cadre de GMeS, entrera en service opérationnel en
2014, sous réserve de continuité des financements
communautaires.
ci-contre, simulation de
la diffusion des polluants
issus de la centrale
nucléaire de Fukushima,
mars 2011.
21
5 > LeS MISSIonS iNSTiTuTiONNeLLeS
en matière d’appui à la gestion des pollutions
accidentelles, Météo-France améliorera les performances de son modèle MocaGe-accident de
transport-dispersion atmosphérique et étudiera les
modalités d’exploitation d’une première version
probabiliste, en fonction des moyens de calcul
disponibles en fin de contrat.
Météo-France déploiera
une version probabiliste
du modèle Mothy de
prévision de dérive de
polluants à la surface
de la mer.
L’établissement déploiera une version probabiliste
du modèle MotHY de prévision de dérive de polluants à la surface de la mer, de façon à proposer
des prévisions de la probabilité qu’une zone côtière
soit touchée par la pollution.
Taux de disponibilité
opérationnelle du portail
Prev’air
> 98%
Taux de disponibilité des
prévisions numériques
de la qualité de l’air
> 95%
Qualité de la prévision
numérique à 24 heures de
la concentration d’ozone
(modèle Mocage)
précision de
Taux de succès des
activations des modèles
« accident » de MétéoFrance (en cas d’exercice
non planifié et d’accident)
égal à
20µg/m3
100%
en 2016
22
Meteo France COP 2012 - 2016
NO RESTRICTION
MOD. RESTRICTION
SEV. RESTRICTION
HZ, DU, SA or SH: 3 km>Visi>5 km
HZ, DU, SA or SH: Visi<3 km
T: locally Thunderstorm
T: widespread Thunderstorm
C: SCT and Ceiling <1500 ft
C: BKN/OVC and Ceiling <1500 ft
KORHOGO
ODIENNE
00-12 Z
00-12 Z
12-24Z
12-24Z
FL180
FL180
FL180
FL050
FL180
FL050
FL050
grnd
FL050
grnd
BOUAKE
00-12 Z
MAN
00-12 Z
FL180
YAMOU
FL180
FL050
FL050
grnd
00-12 Z
C
12-24Z
FL180
12-24Z
12-24Z
FL180
FL050
FL050
grnd
C
FL180
ABIDJAN
FL180
FL050
FL050
grnd
T
C
IMPACT METEO prochaines 24 h
16/09/2011 – COTE D’IVOIRE
00-12 Z
12-24Z
FL180
FL180
FL050
FL050
grnd
T
C
Ni les moyens de mesure des paramètres météorologiques déployés sur le
théâtre ivoirien, ni les moyens actuels de modélisation de l’atmosphère ne
permettent une expertise de l’« état du sol »
le centre interarmées de
soutien météo-océanographique des forces (cISMF)
est installé sur le site de
Météo-France, à toulouse, pour bénéficier de la
meilleure synergie possible
avec l'établissement.
L’appui à la défense
D
ans le cadre des orientations du Livre Blanc
« Défense et sécurité nationale », le soutien
météorologique aux armées participe à la
maîtrise de l’information nécessaire pour éclairer
les décisions sur des théâtres d’opération devenus
de plus en plus variés. L’action de Météo-France
s’inscrira dans le cadre de la stratégie définie par le
ministère chargé de la défense, axée sur la recherche de l’« interarmisation » croissante du soutien,
de l’intégration pluridisciplinaire des informations
d’environnement et de l’interopérabilité, indispensables à l’intervention des forces dans le cadre de
l’otan ou de l’Union européenne. au plan opérationnel, l’établissement sera en interaction permanente avec le Bureau Géographie, Hydrographie,
océanographie et Météorologie (BGHoM) de l’etat
Major des armées (eMa), pour assurer une réactivité maximale, tandis qu’en matière de recherche
et développement, il participera aux programmes
de la Direction Générale de l’armement (DGa).
Faire progresser les capacités
météorologiques
en faveur d’un
soutien opérationnel « interarmisé »
et plus intégré

L’eMa et Météo-France conjuguent leurs efforts
pour accroître les performances du soutien météorologique aux forces, grâce au progrès scientifique
et technique, mais aussi en rationalisant l’organisation, en adaptant la formation météorologique des
personnels militaires et en maintenant une capacité
de développement pour faire face à l’évolution à
court terme des besoins opérationnels.
Météo-France établira une nouvelle convention
cadre avec l’eMa et accompagnera, dès 2012,
l’intégration de l’ensemble des entités militaires
océano-météorologiques du site de toulouse au
sein d’un centre Interarmées de Soutien Météoocéanographique des Forces (cISMF) rénové,
garant de la cohérence des trois fonctions « opérations », « développement » et « formation ».
Météo-France apportera au cISMF des prestations
techniques fondées sur des capacités de prévision
numérique « projetables » qui seront renforcées à
partir de 2014, grâce à l’accroissement de la puissance de calcul. ces capacités seront définies en
fonction des besoins militaires, de la valeur ajoutée
d’arome, des possibilités de couplage avec des
modèles de plus grande échelle et des moyens de
calcul effectivement disponibles.
Les produits numériques seront valorisés par
des développements spécifiques réalisés en
coopération avec le cISMF et le SHoM, dans
une perspective d’intégration des informations et
d’interopérabilité, notamment pour les besoins
de la « recognised environmental Picture » (reP)
préconisée par l’otan.
23
5 > LeS MISSIonS iNSTiTuTiONNeLLeS
Une formation météorologique « interarmées » des
personnels militaires sera définie et mise au point
avec l’eMa, puis mise en œuvre en 2014 conjointement par l’ecole nationale de la Météorologie et
par le cISMF rénové. elle garantira les qualifications requises au plan international, y compris en
matière de météorologie aéronautique. Parallèlement, le réseau de référents de Météo-France sera
adapté aux besoins d’un ensemble resserré de
bases aériennes et aéronavales.
Le niveau de satisfaction des armées continuera
à être évalué en liaison avec le BGHoM, par des
enquêtes annuelles et l’analyse des retours d’expérience.
Intégrer les systèmes et le savoir-faire
 de Météo-France aux architectures
de service d’information GeoDe-4D

La convergence et l’« interarmisation » des outils
des prévisionnistes militaires seront poursuivies
dans le contexte du programme GeoDe-4D qui
vise à mettre à disposition des données et des
services d’environnement géophysique GHoM
(Géographique, Hydrographique, océanographique et Météorologique).
Météo-France s’appuiera à court terme sur les
acquis du système SYnerGIe et sur le développement pour l’otan du projet VISMe, puis sur
les innovations issues du développement de ses
stations de travail SYnoPSIS, afin de disposer dès
2013 d’un poste de travail unique interarmées,
puis de le faire évoluer jusqu’en 2015, de façon
transparente pour l’utilisateur, pour intégrer l’ensemble des fonctionnalités SYnoPSIS.
Météo-France apportera en début de contrat,
avec l’IGn et le SHoM, une assistance à maîtrise d’ouvrage à la DGa pour l’étude d’ingénierie
système et le suivi des études de conception de
l’architecture GeoDe-4D de services d’information
GHoM. Si les choix industriels de la DGa sont
compatibles avec ses propres développements,
Météo-France appuiera la réalisation industrielle
de l’architecture GeoDe 4D dans la période
2014-2016, notamment en mettant à disposition
des postes SYnoPSIS pour valider le volet météorologique du développement.
enfin, pour faciliter l’intégration des produits
météorologiques et enrichir les services GHoM,
Météo-France actualisera sa feuille de route de
recherche et développement défense, en accord
avec la DGa et l’eMa. L’accord-cadre avec la DGa
sera renouvelé pour contractualiser les actions
prioritaires.
Taux de satisfaction
des armées (résultats
d’enquêtes de satisfaction
spécifiques)
Taux de réalisation des
développements planifiés
pour les objectifs assignés
85% en moyenne
100%
sur la période
24
Meteo France COP 2012 - 2016
La contribution à la diffusion
des connaissances et des
données météorologiques
L
es attentes croissantes en matière de météorologie et de climat impliquent que MétéoFrance développe de façon volontariste ses
actions de mise à disposition des connaissances
et favorise l’accessibilité aux données publiques
qu’il produit. L’objectif est à la fois de valoriser au
mieux l’information météorologique produite dans
le cadre de la mission de service public, de promouvoir la science de la météorologie et du climat
auprès de nos concitoyens et de faire connaître les
progrès réalisés pour répondre aux grands enjeux
de société.
Intégrer au sein d’un portail

de services internet une offre
enrichie en matière de données
publiques

Dans le cadre de ses missions, Météo-France produit tout un ensemble de données publiques. Pour
faciliter l’accès à ces dernières, un portail d’accès
sur internet a été créé en 2010. en se fondant sur
cet acquis, Météo-France enrichira le catalogue
des données publiques offertes à la réutilisation
en y intégrant progressivement de nouveaux
éléments. Il mettra à disposition à partir de 2013
un nouveau catalogue de données publiques au
format ISo 19115 prescrit par la directive européenne InSPIre. ces évolutions se développeront
en cohérence avec les décisions de la puissance
publique sur la politique des données, dans le
contexte de la création récente du projet etaLaB,
portail national pour les données publiques.
Parallèlement, les travaux conduits sur les technologies de l’information conduiront à accroître les
capacités et les fonctionnalités de l’actuel portail
de données publiques, de façon à offrir aux réutilisateurs des possibilités étendues de visualisation et l’accès en ligne à un volume croissant de
données publiques.
Météo-France assurera d’ici 2016 la convergence
entre le développement de son portail données publiques et sa contribution au système d’information
de l’organisation météorologique mondiale (oMM)
en donnant ainsi accès aux données publiques du
système d’information de l’oMM, avec service de
paiement en ligne des redevances associées aux
téléchargements. ce portail de services intégré
sera élargi aux services climatiques et offrira les
fonctionnalités conformes aux exigences InSPIre, en particulier des services de recherche, de
visualisation, de découverte, d’extraction spatio-temporelle et de téléchargement de données
numériques et cartographiques géo-référencées et
des web services avancés (Web Processing Service ou WPS) permettant de transformer en ligne
les données géo-référencées pour les intégrer à
d’autres services d’information géographique dans
une logique d’interopérabilité.
Nouvelles références
ajoutées au catalogue de
données publiques au
cours de la période
Nombre de produits
spatialisés pour lesquels
des services sont
offerts sur un portail
Météo-France
2 par an
10 en fin de contrat
25
5 > LeS MISSIonS iNSTiTuTiONNeLLeS
Mettre la connaissance

météorologique et climatique
au service de la sphère
éducative

L
a prise en compte des enjeux météorologiques et climatiques dans notre société passe
en premier lieu par une meilleure connaissance des phénomènes fondamentaux.
projets partenariaux faisant appel aux innovations
des technologies multimédias ou exploitant les
vertus pédagogiques de l’expérimentation.
avec le soutien de la direction générale de la prévention des risques (DGPr) et du ministère chargé
de l’éducation, Météo-France étendra à un nombre
croissant d’académies de métropole et d’outremer l’opération « L’ecole Météo » expérimentée en
2010-2011 dans les académies de Paris, créteil et
Versailles. ce projet vise à sensibiliser les classes
du primaire aux enjeux de la météorologie en leur
apportant les éléments de compréhension des
phénomènes météorologiques et climatiques.
a cet effet, Météo-France développera ses
partenariats avec la sphère éducative de façon
à produire, en lien avec le ministère chargé de
l’éducation et en fonction des attentes de ce
dernier, des ressources pédagogiques destinées
aux enseignants des collèges. Météo-France
les diffusera régulièrement en enrichissant le site
education.meteofrance.com, satellite du site
meteo.fr. L’établissement participera à d’autres
Nombre d’académies
partenaires de l’opération
« Météo à l’ecole »
5 en 2013
15 en fin de contrat
Informer nos concitoyens

des progrès de la science de
la météorologie et du climat

A
l ’heure où les phénomènes météorologiques et climatiques font l’objet de débats
nourris au sein de la société, il est essentiel
d’assurer la mise à disposition d’une information
claire, synthétique et équilibrée afin que le citoyen
puisse se repérer face à des enjeux complexes.
Météo-France assurera une présentation accessible et synthétique de l’état des lieux et des
acquis de la recherche en matière de diagnostic
et de projection du changement climatique et de
météorologie. Pour ce faire, il mènera une politique
éditoriale active sur son site internet et grâce à ses
publications.
26
Nombre annuel d’actualités scientifiques éditées
sur le site internet
Objectif
> 20
edition annuelle d’un
document de synthèse
sur le climat
Meteo France COP 2012 - 2016
Variation du nombre de pages vues du site de Météo-France
1 600 000 000
1 400 000 000
1 200 000 000
refondre la part institutionnelle
du site internet de Météo-France
pour en renforcer l’audience
1 000 000 000
800 000 000
600 000 000
400 000 000
200 000 000
0
2002
2003
2004
2005
2006
2007
L
e site internet de Météo-France constitue
l’un des sites internet très consultés par les
Français. Il offre à la fois des informations
sur les prévisions météorologiques, un spectre
large d’informations sur le climat. Météo-France
visera à accroître l’audience de son site pour continuer à faire de ce dernier une référence.
2008
2009
2010
Météo-France enrichira progressivement le
Nombre de visiteurs
contenu de ce site en améliorant encore l’ergonomie et la lisibilité des informations météorologiques. uniques par jour
Il procédera à une refonte du site en 2013 afin
d’accueillir de nouveaux contenus et d’enrichir
en 2016
les actualités scientifiques ou techniques mises à
disposition du public.
> 1 500 000
Le service à la navigation aérienne
D
a ns une économie mondialisée, le transport aérien joue un rôle déterminant dans
les échanges et constitue un secteur très
concurrentiel, porteur d’enjeux industriels considérables. L’accroissement de la capacité et la
régularité du trafic restent les objectifs stratégiques
du secteur, indissociables des exigences d’amélioration de la sécurité des vols et de réduction
de leur impact environnemental. Les conditions
météorologiques ayant un impact déterminant sur
chacun de ces facteurs, c’est à l’ensemble des
objectifs que doit contribuer le service météorologique à la navigation aérienne régi par les règlements
du ciel Unique européen (cUe), tout en participant
à la maîtrise des coûts.
Météo-France, certifié au sens du cUe et désigné
comme prestataire de service météorologique
exclusif dans l’espace aérien national, relèvera ce
défi dans la période du contrat en garantissant
la conformité de ses services, en améliorant leur
pertinence, leur performance et leur intégration
au sein du bloc aérien fonctionnel europe centre
(FaBec), et en préparant l’évolution à l’horizon
2020 au travers d’un programme de recherche et
développement spécifique.
27
5 > LeS MISSIonS iNSTiTuTiONNeLLeS
concernant les services rendus outre-mer, non
couverts par la redevance pour services terminaux
de circulation aérienne (rStca), Météo-France et
la DGac mettront un place un suivi spécifique afin
d’assurer une parfaite maîtrise de l’évolution du
service et des coûts associés. cela comprendra un
état des lieux du service et un suivi de l’évolution
de son coût pour prévenir tout dérapage et proposer les mesures correctives le cas échéant.
Garantir la conformité
au ciel Unique européen
de services plus compétitifs

Météo-France s’attachera en premier lieu à maintenir sa certification de conformité aux exigences du
cUe, puis à la renouveler fin 2016.
en ce qui concerne les services d’aérodrome, la
disponibilité et la fiabilité des productions réglementaires d’observation et de prévision (taF et
Metar) seront maintenues au niveau requis de
98%, alors que des gains de productivité seront
réalisés en rendant à distance les services aux
petites plates-formes soumises à la rStca, à
partir d’une vingtaine de centres de rattachement
aéronautiques (cra) exploitant l’outil de production et de supervision exp’air développé dans le
précédent contrat. a cette fin, des développements seront entrepris pour automatiser en 2014
la production de l’information de tendance (tenD)
à intégrer aux messages d’observation Metar.
28
LidaR eN eXPLOiTaTiON
eXPéRiMeNTaLe À NiCe,
Mai 2009.
observation lidar dans
l’axe d’approche de la
piste de l’aéroport de
nice-côte d’azur : cette
coupe verticale du vent
met en évidence un
cisaillement assez fort,
matérialisé par la coexistence de la couleur verte
indiquant un vent arrière
et de la couleur jaune
signalant un vent de face.
Plusieurs remises de gaz
d’avions en approche
ont été enregistrées dans
cette situation.
outre-mer, une automatisation des messages
d’observation sera recherchée en introduisant à
partir de 2013 les diagnostics d’activité convective
issus de l’imagerie radar dès que cela est possible.
Par ailleurs, la contractualisation avec les gestionnaires d’aérodrome aFIS de services conformes
aux nouvelles prescriptions de la Direction du
transport aérien, avec recouvrement direct des
coûts afférents, devra être effective en 2013.
en ce qui concerne le service « en route », la
centralisation de la fonction de centre de Veille Météorologique, réalisée en 2011, sera consolidée en
accord avec la DSna, pour en tirer le plein bénéfice opérationnel et économique en année pleine.
Intégrer l’innovation

météorologique pour améliorer
la sécurité et la régularité
du trafic « en route »

Grâce à l’accroissement de la puissance de calcul
dont disposera Météo-France, le service en route
bénéficiera à partir de 2015 de progrès de la
prévision numérique à très courte échéance. La
fréquence de rafraîchissement des prévisions,
actuellement limitée à 6 heures sur l’hexagone,
atteindra 1 heure sur toute la zone FaBec, ce qui
permettra de produire, par fusion avec les mosaïques radar et l’imagerie des satellites géostationnaires, des diagnostics en 3D à grande échelle sur
Meteo France COP 2012 - 2016
les paramètres critiques (vent, température, altitude
des nuages, convection, risque de givrage en vol,
turbulence en air clair), puis de tenter de les extrapoler à échéance de quelques heures. La prévision
probabiliste permettra quant à elle d’évaluer sur la
même zone les incertitudes sur la prévision de ces
paramètres, en appui aux décisions collaboratives
sur la gestion des flux de trafic et des trajectoires.
en matière de signalisation, l’objectif est de mettre
au point, avec les autres prestataires météorologiques désignés dans le FaBec, des productions
collaboratives de sécurité (SIGMet) « sans frontières» et de les mettre à disposition des services de
circulation aérienne sous forme d’objets météorologiques géo-référencés assimilables par les futurs
systèmes d’information de gestion du trafic.
enfin, pour gérer au mieux les impacts de la
présence de cendres volcaniques dans l’espace
aérien, les capacités du centre d’appui pour la
gestion des cendres volcaniques (Volcanic ash
advisory centre ou Vaac) de toulouse seront
renforcées pour tirer les leçons de l’éruption de
l’eyjafjallajökull. en 2014, un réseau d’une quinzaine de lidars d’observation des aérosols permettra d’apprécier en temps réel la répartition en 3D
des cendres dans l’espace aérien de la métropole
et d’apporter aux autorités une aide à la décision.
Les observations seront mises à la disposition
de la communauté de recherche, pour stimuler
le développement de méthodes d’estimation des
concentrations massiques, par combinaison avec
des observations in situ sur la nature chimique des
cendres. Les modèles de prévision de transport/
dispersion seront adaptés en fin de contrat pour
assimiler ces observations et tenter ainsi de
compenser les incertitudes considérables sur les
émissions à la source.
La DSna sera associée à l’évaluation de toutes
ces nouvelles productions.
éRuPTiON du vOLCaN
eYJaFJÖLL eN iSLaNde,
Le 8 Mai 2010.
Des colonnes turbulentes
de gaz et de cendres fines
s’élèvent au-dessus du
volcan.
enrichir l’aide à la décision

sur les plates-formes aéroportuaires
à fort enjeu

avec l’accroissement du trafic, les services météorologiques de pointe sont devenus décisifs pour
la gestion optimale des capacités des grandes
plates-formes dans des conditions météorologiques pénalisantes. L’information produite constitue
une aide précieuse à la décision lorsque la situation
météorologique peut affecter la sécurité des vols et
imposer des réductions significatives de capacités.
c’est pourquoi Météo-France intensifiera son effort
de développement de systèmes d’observation et
de prévision spécialisés, afin de mieux apprécier
les risques météorologiques et alimenter en informations pertinentes les processus de décision collaborative. L’objectif est de faire passer à au moins
4 le nombre de risques météorologiques (brouillard,
cisaillement, orages, conditions de piste, forts
vents/rafales au seuil de piste, impact des turbulences de sillage, givrage…) pour lesquels une
capacité de diagnostic et/ou de prévision validée
est opérationnelle.
29
5 > LeS MISSIonS iNSTiTuTiONNeLLeS
en matière d’observation, un système d’observation d’aérodrome de référence permettant de
caractériser les phénomènes à fort impact sur la
sécurité des vols et la gestion des capacités aéroportuaires (fort vent traversier, rafales au seuil de
piste, cisaillement de vent, turbulence de sillage,
orages, basses visibilités, distinction pluie-neige
dans les basses couches, etc.) sera élaboré en
aval des expérimentations engagées dans le précédent contrat. Fondés sur la combinaison d’instruments tels que lidars, radar en bande X, sodar,
de tels systèmes seront définis pour cinq platesformes (dont Paris roissy-cDG, Paris orly, Lyon
Saint-exupéry et nice-côte d’azur) et déployés
progressivement, dans des configurations plus ou
moins riches, selon les risques à gérer.
Des techniques de fusion de données seront
développées pour intégrer ces observations avec
d’autres informations à plus grande échelle produites par la prévision numérique arome, l’imagerie
du réseau de radars et des satellites et établir
en temps réel des diagnostics sur la visibilité, les
zones où les rafales sont supérieures aux seuils
d’exploitation, la hauteur de la base et du sommet
des nuages, la limite pluie-neige près du sol, la
hauteur et les caractéristiques de la neige au sol…
en matière de prévision numérique spécialisée,
Météo-France évaluera à roissy cDG une nouvelle
30
version du modèle 1D coBeL-ISBa de prévision
du brouillard, capable d’assimiler les nouvelles
observations de référence. Selon les résultats, ce
modèle pourra être déployé sur deux autres sites,
avant que la stratégie de prévision des basses
visibilités soit actualisée en fin de contrat, pour
tenir compte des apports de la prévision 3D d’une
nouvelle version d’arome.
en 2016, un modèle « arome-aéroport » à résolution inférieure au km, sera exploité sur un domaine
de 100x100 km2 centré sur un aéroport, dès
lors que sa capacité à extrapoler les diagnostics
(cisaillement, rafales, grêle, visibilité/nuages bas,
impact de la turbulence de sillage etc.) aura été
démontrée par les travaux de recherche et les
expérimentations liées à SeSar (Single european
Sky air trafic Management research).
enfin, pour faciliter l’utilisation des informations
produites, les systèmes d’aide météorologique à la
décision collaborative, qui permettent aux opérateurs de gérer les situations à forts enjeux, seront
industrialisés et déployés sur au moins 5 platesformes.
avec le programme SeSar, le ciel Unique européen s’est fixé des objectifs de rupture à l’horizon
2020 : accroître la sécurité d’un facteur 10, réduire
de 10% l’impact environnemental de chaque vol,
PROBaBiLiTé de CHuTe
de NeiGe eN COuRS eT
PROBaBiLiTé de TeNue
de La NeiGe au SOL
Produit issu de la fusion
de données radars,
satellite et mesure au sol.
Meteo France COP 2012 - 2016
Maintenance sur
un transmissomètre,
appareil mesurant la visibilité.
Taux de disponibilité des
messages d’observation
d’aérodrome (METAR)
et de prévision en zone
terminale (TAF)
> 98 %
Préparer l’avenir du service
 météorologique à la navigation
aérienne 
tripler la capacité et diviser par deux les coûts unitaires du système de gestion du trafic. L’enjeu est le
développement durable du trafic aérien à travers le
renforcement de la sécurité et de l’efficacité environnementale et économique du trafic
Météo-France préparera ce futur en réalisant les
engagements pris au titre de SESAR, en partenariat
avec la DSNA, Thalès et les services météorologiques membres d’EUMETNET, notamment :
• le pilotage, au titre du projet SESAR WP 11.2
consacré à la météorologie, du développement
de l’ensemble des prototypes de systèmes et de
services météorologiques réalisés par les services
météorologiques européens et Thalès avec un prototype de « 4D weather cube » assurant l’interopérabilité des services d’information météorologique
et de gestion du trafic (ATM) ;
• le développement, au titre du projet SESAR
WP12.2.2 piloté par Thalès, d’un prototype de
modèle Arome-Aéroport fournissant des prévisions
de température, d’humidité et de vent à résolution
de 500m ;
• l’intégration d’informations météorologiques probabilisées au système de gestion des trajectoires
4D à partir du sol et dans le cockpit, au titre des
projets SESAR pilotés par la DSNA et Airbus.
Taux de contractualisation
avec les gestionnaires ou
prestataires AFIS
100%
Nombre de risques
météorologiques pour
lesquels existe une capacité de diagnostic et/ou
de prévision validée sur
les grandes plates-formes
(brouillard, cisaillement,
orages, conditions de
piste, forts vents/rafales
au seuil de piste, impact
des turbulences de
sillage, givrage…)
4 en 2016
à partir de fin 2013
Evolution du taux de
rattachement des services
d’aérodrome RSTCA
1,5 en 2011
3 en 2016
Coût direct des services
d’aérodromes pour les
plates-formes RSTCA de
métropole, à l’exclusion
des 12 plates-formes les
plus importantes, à périmètre constant
Taux de réalisation des
jalons planifiés dans les
Project Initiation Reports
(P.I.R.) de chaque projet
SESAR
100%
des jalons
dépendant exclusivement
de Météo-France
Taux de réalisation des
développements planifiés
pour les objectifs assignés
100%
15%
réduction de
en 2016 par rapport
à 2011
Fréquence de rafraîchissement des diagnostics/
prévisions tridimensionnelles à résolution
comparable à celle des
observations/1 heure
1 heure en 2016
31
6 > L'actIVItÉ COMMERCIALE
6
L’actIVIte
COMMERCIALE
M
étéo-France assure une activité commerciale tant au service du grand public
que d’acteurs professionnels issus d’une
grande diversité de secteurs économiques. Le
marché de l’information et des services météorologiques est en constante évolution. D’une part, la
différenciation des attentes des clients a favorisé
l’émergence de nombreux acteurs nouveaux et
un accroissement de la compétition. D’autre part,
la transformation et la multiplication des outils
de mise à disposition, avec l’essor des nouvelles
technologies de l’information et de la communication, induit une mutation profonde des modes
d’utilisation. L’information météorologique occupe
ainsi une place croissante dans la vie quotidienne
de l’entreprise où elle tend à s’intégrer au système
d’information et à contribuer aux différents processus de prise de décisions. ce contexte nouveau
entraîne cependant une banalisation de l’information météorologique en tant que telle et une
réduction de sa valeur économique sans que cela
remette en cause son utilité. Dans ce paysage,
Météo-France entend rester un acteur majeur du
domaine en fidélisant ses clients, en développant la
vente en ligne, en assurant l’évolution de ses dispositifs de production et en cherchant à promouvoir de nouveaux marchés.
accroître le niveau

de satisfaction des clients

32
L’offre commerciale de Météo-France est reconnue
comme pertinente par les divers acteurs concernés. toutefois, Météo-France s’attachera à accroître encore le degré de satisfaction de ses clients
en accroissant la pertinence et la valeur ajoutée
des prestations proposées ainsi que leur qualité.
Météo-France fera progresser la qualité de service
associée à ses produits en assurant un meilleur accompagnement des clients. cela passera notamment par un effort accru en termes d’accueil et de
suivi des clients ainsi que par une rationalisation de
la gamme de produits pour la rendre plus lisible.
Favoriser le

développement de
l’offre en ligne

Une part importante des clients de Météo-France
réalise des achats de faible ampleur. afin de leur
proposer une prestation de qualité au meilleur
coût, Météo-France développera son offre en ligne
afin que ces clients puissent trouver les produits
qui les intéressent par ce biais contribuant ainsi à la
réduction des coûts de mise à disposition. MétéoFrance s’attachera parallèlement à améliorer l’ergonomie de l’espace services de son site internet.
Meteo France COP 2012 - 2016
Pérenniser l’activité
 des services de kiosque
téléphonique 
Les services de kiosque téléphonique demeurent
appréciés d’un nombre non négligeable de Français. La multiplication des canaux d’information
gratuits tels que la télévision numérique, Internet ou
les services de téléphonie mobile induit toutefois
une décroissance régulière et structurelle du nombre d’utilisateurs. Météo-France mènera dans ce
domaine deux actions :
• une évolution régulière de ses modes de production afin de maintenir la rentabilité du service
associé malgré la baisse du nombre d’appelants,
• un enrichissement du service visant à proposer
des produits adaptés à des usages différenciés, à établir des passerelles avec le reste de
son offre de services en ligne et à effectuer des
actualisations plus fréquentes des informations
diffusées.
Promouvoir le

développement de
nouveaux marchés 
Les exigences de développement durable des
grands secteurs « météosensibles » de l’économie
stimulent une demande croissante de prestations
de plus en plus innovantes. Météo-France
adaptera ses produits en tenant compte de
l’évolution de la demande et de l’explosion
des nouveaux supports de communication qui
transforment la structure du marché de l’information. Météo-France s’attachera à valoriser
ses compétences, mais aussi à stimuler l’innovation, notamment dans les usages embarqués
de l’information météorologique, de la prévision
immédiate.
Météo-France prêtera une attention particulière aux « grands comptes » des secteurs de
l’énergie, des routes, du bâtiment et des travaux
publics, des médias audiovisuels, de l’agriculture, des collectivités locales et de l’industrie, pour
définir des produits adaptés au mieux à leurs
besoins et à leurs attentes en termes d’aide à la
décision.
L’établissement poursuivra son action afin de
valoriser ses compétences et sa capacité d’innovation en développant des partenariats avec
d’autres acteurs économiques afin de parvenir à
une valorisation accrue de ses produits.
Météo-France renforcera ses prospections pour
étendre son activité à l’échelle européenne dans
le domaine des grands comptes.
Météo-France développera ses partenariats
avec ses filiales pour proposer en tant que de
besoin des offres complémentaires.
Note de satisfaction
des clients (valeur
actuelle 7,5)
8 en fin de période
Pourcentage des ventes
effectuées en ligne aux
clients non suivis
2/3 en fin de contrat
Progression annuelle
du nombre de contrats
grands comptes et/ou
export
> 5%
33
7 > LES ACTIVITES CŒUR DE METIER : RECHERCHE, OBSERVATION, PREVISION, SERVICES CLIMATIQUES
7
LES ACTIVITES CŒUR
DE METIER : RECHERCHE,
OBSERVATION, PREVISION,
SERVICES CLIMATIQUES
Recherche
L’
activité de recherche vient en support à
l’ensemble des métiers de Météo-France.
Elle est la source des innovations mises en
œuvre ultérieurement en matière d’observation,
de prévision numérique du temps et du climat.
Elle contribue à une meilleure connaissance de la
physique de l’atmosphère. Elle vise également la
compréhension, la représentation et la prévision
des phénomènes climatiques. Les équipes de
recherche de Météo-France inscrivent leur travail
dans un cadre fortement internationalisé. Au
premier rang se place le partenariat avec le Centre
européen de prévision à moyen terme (CEPMMT)
qui se consacre aux échéances de prévision les
plus lointaines (J+4 à J+10). Météo-France et le
CEPMMT entretiennent de longue date une coopération fructueuse autour du développement des
modèles. Pour la modélisation à mailles fines et
domaine limité, Météo-France participe à l’animation de consortiums de prévision (Aladin et Hirlam)
réunissant un grand nombre de services météorologiques européens. Météo-France bénéficie d’une
coopération étroite avec deux partenaires que sont
le Cerfacs pour le domaine du calcul et Mercator
34
Océan pour l’océanographie. Enfin, Météo-France
est membre fondateur de l’alliance de recherche
pour les sciences de l’environnement (Allenvi),
cadre de coopération entre tous les organismes de
recherche français du domaine.
Inscrire la recherche de

Météo-France au meilleur niveau
international, tout en l’intégrant dans
le contexte universitaire français

Météo-France se doit de disposer d’un centre de
recherche répondant aux critères d’excellence
académique et pleinement intégré dans l’espace
scientifique français et européen afin de contribuer
aux enjeux stratégiques de long terme de l’établissement.
Le pôle toulousain de Météo-France constitue l’un
des centres d’excellence dans le domaine de la
météorologie, de la physique de l’atmosphère, de
De haut en bas:
avion de recherche
météorologique,
radar météorologique,
opération de maintenance en montagne,
poste de travail du
prévisionniste.
METEO FRANCE COP 2012 - 2016
35
7 > LES ACTIVITES CŒUR DE METIER : RECHERCHE, OBSERVATION, PREVISION, SERVICES CLIMATIQUES
Météo-France poursuivra sa participation active
aux principaux programmes de recherche internationaux de son domaine, comme le Programme
Mondial de Recherche sur le Climat et les autres
programmes scientifiques de l’OMM.
Préparer l’avenir de la

prévision numérique du temps
CAMPAGNE DE
MESURES BLASST
Lannemezan,
Hautes-Pyrénées.
Juin 2011.
la prévision numérique et du climat. Il importe de le
faire encore progresser en renforçant les équipes,
en les intégrant mieux dans le paysage universitaire français et en valorisant leurs résultats dans le
cadre des divers métiers de l’établissement public.
Météo-France assurera un accroissement régulier de sa production scientifique, notamment en
poursuivant son effort pour valoriser ses travaux
sous forme de publications dans des revues académiques reconnues, tout en assurant un passage
aussi rapide et fluide que possible des travaux
réalisés vers les activités opérationnelles.
Météo-France renforcera sa collaboration avec
l’Observatoire Midi-Pyrénées (OMP) en visant une
préparation coordonnée des prochains contrats
quinquennaux du Centre national de recherches
météorologiques CNRM-Game et des laboratoires
de l’OMP. Il veillera à cette occasion à une articulation entre les thématiques de recherche.
Météo-France établira une convention de partenariat avec l’Observatoire des sciences de l’univers
(OSU) de Brest permettant de renforcer les coopérations avec le Centre de météorologie marine
de Brest et le Centre de météorologie spatiale de
Lannion. De même, Météo-France préparera et
conduira à bonne fin l’intégration de son unité de
recherche sur les cyclones au sein de l’OSU de La
Réunion.
36
Météo-France assurera le développement des futurs outils de la prévision numérique du temps. La
stratégie scientifique reposera sur la combinaison
de plusieurs facteurs de progrès :
• l’augmentation de résolution,
• les développements concernant la physique des
modèles afin de permettre une meilleure représentation des phénomènes de petite échelle,
• l’assimilation des nouvelles observations, notamment celles des nouveaux satellites météorologiques et de l’ensemble des radars européens,
• la combinaison entre prévision déterministe et
prévision d’ensemble (qui apporte un éclairage
précieux sur les incertitudes et constitue un outil
essentiel à la fois pour l’aide à la décision, mais
aussi pour les phénomènes de convection de
petite échelle pour lesquels la marge de progrès
dans la prévision est aujourd’hui importante).
Cet effort concernera en particulier l’amélioration
de la prévision des précipitations (pluies intenses et
neige) et de la visibilité (nuages bas, brouillard, aérosols). Pour ce faire, Météo-France s’appuiera sur
ses deux modèles Arpège (maille de 10 kilomètres)
et Arome (maille de 2,5 kilomètres)
Dans le domaine de la prévision déterministe, Météo-France assurera l’augmentation de résolution
du modèle Arpège pour atteindre 7,5 kilomètres
sur la métropole et du modèle Arome pour atteindre 1,3 kilomètre à l’horizon 2014 (en vue d’un
passage opérationnel effectif en 2015).
Météo-France conduira une analyse, d’ici la fin du
contrat, pour déterminer s’il est pertinent de poursuivre l’augmentation de résolution pour le modèle
d’échelle globale Arpège et apprécier les enjeux
scientifiques associés.

METEO FRANCE COP 2012 - 2016
Dans le domaine de la prévision probabiliste (ou
prévision d’ensemble), Météo-France préparera pour 2014 l’augmentation de résolution de
la version probabiliste d’Arpège (passage à 10
kilomètres contre 15 actuellement). Météo-France
développera un nouveau système de prévision
d’ensemble fondé sur le modèle Arome d’ici 2014,
en visant ensuite un passage vers l’opérationnel.
Au-delà de la définition de nouveaux systèmes et
de l’amélioration de la résolution, Météo-France
développera deux pistes de progrès en préparant
des versions spécifiques d’Arome qui permettront
d’apporter une meilleure réponse aux besoins des
usagers en termes de rafraîchissement fréquent de
la prévision :
• l’évaluation sur la période 2012-2014 de l’intérêt
d’un système fondé sur Arome, désigné sous
le vocable d’Arome-Prévision immédiate (PI). Il
couvrira le bloc aérien fonctionnel Europe centre
(Fabec) à une résolution aussi proche que possible de celle d’Arome-France, avec pour originalité
de comprendre un rafraîchissement horaire et de
fournir ainsi des données actualisées à cadence
plus élevée ;
• le développement d’ici 2014 d’un système dit
Arome-Aéroport à très haute résolution spatiale,
en version recherche, pour la description des
conditions de turbulence en basses couches
sur un aéroport afin de contribuer à une gestion
optimale de ce dernier.
Pour préparer l’avenir de la prévision numérique
au-delà de la période du présent contrat, MétéoFrance explorera le potentiel et la valeur ajoutée
du modèle Arome poussé vers les très hautes
résolutions. A cet effet, il expérimentera des
configurations d’Arome à une résolution de 500
mètres dans des configurations météorologiques
et géographiques variées. Au terme du contrat,
cela permettra de conclure quant aux travaux à
entreprendre ultérieurement.
Le suivi de la performance des modèles météorologiques est un souci de longue date de la communauté internationale. Des indicateurs pertinents ont
été développés à cet effet. L’évolution des modèles
vers la haute résolution pose toutefois la question
de définir des scores mieux adaptés pour rendre
compte de leur performance. Météo-France développera d’ici 2014 de nouveaux jeux de scores
mieux adaptés aux très hautes résolutions et aux
paramètres du temps sensible. Il s’efforcera de les
partager avec ses homologues internationaux.
L’ensemble des travaux prévus repose sur la disponibilité effective des moyens de calcul adaptés,
décrits dans une autre section du présent contrat.
Conduire les études amont

et les campagnes expérimentales
nécessaires à l’enrichissement
des modèles

Les progrès dans le domaine de la recherche
supposent à la fois des études amont à même de
nourrir les évolutions de la physique des modèles,
mais aussi des campagnes expérimentales qui
permettent l’étude sur le terrain des phénomènes,
leur meilleure compréhension et leur intégration
dans les schémas qui sous-tendent les modèles.
Météo-France poursuivra ses recherches pour
assurer une meilleure compréhension des phénomènes atmosphériques et faire progresser la
connaissance fondamentale en la matière, progrès
qui alimenteront les améliorations des modèles
numériques.
Météo-France valorisera les mesures réalisées
dans le cadre du programme Amma (analyse
multidisciplinaire de la mousson africaine) en
identifiant les modes de variabilité des phénomènes météorologiques, en lien notamment avec la
prévisibilité des précipitations en Afrique de l’ouest.
Cela conduira à l’horizon 2016 à l’amélioration des
performances des modèles numériques en zones
tropicales.
Météo-France participe à la mise en place du programme de recherche sur la Méditerranée Mistrals
37
7 > LES ACTIVITES CŒUR DE METIER : RECHERCHE, OBSERVATION, PREVISION, SERVICES CLIMATIQUES
A bord de l'ATR42,
avion de recherche
météorologique.
(Mediterranean Integrated Studies at Regional And
Local Scales) avec des objectifs à la croisée de la
prévention des risques et des études d’impacts du
changement climatique de façon à mieux évaluer
les risques d’évolutions majeures du régime des
courants en mer Méditerranée et du climat méditerranéen.
Dans le cadre de ce chantier scientifique Mistrals,
Météo-France coordonnera en 2012 la réalisation
de la campagne Hymex (Hydrological Cycle in the
Mediterranean Experiment) destinée à la meilleure
connaissance et compréhension des phénomènes
hydrologiques sur le bassin méditerranéen. Pour
ce faire, Météo-France s’appuiera sur la mise en
œuvre d’une version du modèle Arome temps réel
sur l'ouest de la Méditerranée. En 2013, MétéoFrance développera un système de simulations
climatiques régionales sur la Méditerranée. Enfin,
sur la période 2014-2016, Météo-France conduira
l’exploitation scientifique des observations spéciales (connaissance et prévisibilité des systèmes
précipitants en Méditerranée occidentale, validation
des modèles régionaux de climat en Méditerranée).
Météo-France mènera la campagne CHARMEX
(Chemistry Aerosol in the Mediterranean Experiment) consacrée à la chimie atmosphérique. Il
s’agira d’améliorer la prise en compte du transport des aérosols sahariens vers la France et de
leur mélange avec les aérosols biogéniques, pour
mieux comprendre leur impact sur la prévision du
temps, la visibilité et la santé. En 2014, MétéoFrance assurera l’exploitation des données pour
améliorer le modèle Mocage de prévision de la
qualité de l’air en France.
Résultat des évaluations
par l’AERES des unités
Game et LACy
note
38
>A
Publications dans les
revues à comité de lecture
répertoriées dans les
bases de données
internationales
120
objectif :
en fin de contrat
Ces travaux mobiliseront les ressources expérimentales de Météo-France dont les avions de
l’unité mixte de service Safire gérée avec le Centre
national de la recherche scientifique (CNRS) et le
Centre national d’études spatiales (Cnes), ainsi que
des partenariats sur les deux rives de la Méditerranée.
Préparer et conduire le développement

de nouvelles infrastructures de recherche
répondant aux enjeux de la prévision 
Les progrès de la recherche sont largement
dépendants de la capacité de développement de
nouvelles infrastructures ou réseaux de mesures à
même d’alimenter les études. A cet effet, il s’agit
de renforcer les outils disponibles tant dans le domaine des avions de recherche que de systèmes
d’observation dédiés à la recherche ou contribuant
partiellement à ses progrès.
Au titre des systèmes d’observation et d’expérimentation au long terme pour la recherche en
environnement (SOERE) mis en place par l’Alliance
de recherche pour les sciences de l’environnement
(Allenvi), Météo-France contribuera au programme
de mesures Moose (bouées ancrées en Méditerranée).
Ratios publications/
chercheurs
1,5
objectif :
en fin de contrat
Nombre de contrats
de recherche
70
valeur de
maintenue sur la
période du contrat
Nombre de nouveaux
systèmes préparés
pour mise en œuvre
opérationnelle
3
Cible :
(Ensemble Arome, AromePrévision immédiate (PI),
Arome-Aéroport)
Meteo France COP 2012 - 2016
Météo-France préparera avec les partenaires de
Safire (Cnes et CNRS) le futur des avions de recherche gérés par cette unité de service à l’horizon
2020. Des accords avec les autres opérateurs
européens d’avion de recherche seront également recherchés pour avancer vers des solutions
mutualisées.
Enfin, Météo-France contribuera aux recherches
partenariales visant à valoriser au plan scientifique
les observations d’un réseau de Lidars déployé en
2014 dans le cadre des activités aéronautiques
pour la détection des cendres volcaniques.
Publications sur le changement climatique dans
les revues à comité de
lecture répertoriées dans
les bases de données
internationales
Nombre de changement
de versions opérationnelles de systèmes
Augmentation du nombre
des observations prises
en compte dans les systèmes d’assimilation de
données
objectif
objectif
facteur
en fin de contrat
pour Arpège et Arome
par rapport à l’état actuel
30 par an
Réduire les incertitudes sur

les scénarios climatiques et favoriser
le développement d’un système intégré
entre météorologie et climat et des
services climatiques 
L’action de Météo-France visera d’abord à améliorer la compréhension des évolutions climatiques et
de leurs impacts au niveau mondial, en restant l’un
des contributeurs majeurs des travaux du Groupe
d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du
Climat (Giec).
Pour 2012-2013, Météo-France contribuera au
5ème rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat avec l’analyse des
simulations et la production des publications qui
nourriront le rapport du Giec.
Météo-France poursuivra ses travaux pour identifier
et attribuer les phénomènes liés au changement
climatique. A cet effet, il améliorera son modèle
du système Terre afin de réduire les incertitudes
existantes dans les simulations climatiques. Il cherchera à développer des modules partagés avec
l’Institut Pierre Simon Laplace. Parmi les progrès
envisagés, sur la période 2012-2014 Météo-France
mettra au point des techniques permettant une
meilleure prise en compte de la cryosphère et des
couplages climat/cycle du carbone, climat/chimie
de l’atmosphère.
Météo-France accordera une priorité élevée au
domaine de la prévision décennale afin de disposer
d’une meilleure évaluation de la valeur du signal
inclus dans les simulations. D’ici 2015, Météo-
1 par an
5
France proposera une évaluation du potentiel
de prévisibilité infra-saisonnière, saisonnière et
décennale sur différentes parties du globe afin de
contribuer à l’appui aux politiques publiques.
Ces travaux nourriront en amont les services
climatiques qui seront par ailleurs développés au
bénéfice des divers utilisateurs.
Faire progresser les modèles
relatifs
à la qualité de l’air et les
intégrer plus complètement dans
le système de prévision 
Dans le domaine de la qualité de l’air,
Météo-France conduira l’amélioration de son
modèle Mocage. Un chantier important sera son
adaptation d’ici 2013 aux calculateurs massivement parallèles qui devraient constituer la prochaine génération des outils de calcul de MétéoFrance.
Mocage sera complété par une représentation
plus détaillée des aérosols de manière à mieux
cerner leurs impacts sur la santé, sur la visibilité,
sur les nuages, et sur les effets radiatifs interagissant avec la prévision du temps et du climat. Les
représentations de la turbulence et du dépôt sec
seront révisées pour améliorer la prévision des
pics de pollution. Des méthodes d’assimilation des
observations in situ et par satellites de l’ozone et
du monoxyde de carbone seront développées d’ici
2013. Météo-France préparera également les outils
nécessaires pour l’assimilation des observations
par Lidar et satellite des cendres volcaniques et
conduira la validation des nouveaux schémas de
turbulence et d’aérosol d’ici 2015.
39
7 > LES ACTIVITES CŒUR DE METIER : RECHERCHE, OBSERVATION, PREVISION, SERVICES CLIMATIQUES
De gauche à droite:
sodar de Roissy, radar
météorologique de Bollène,
satellite Metop, bouée
météorologique Côte d'Azur.
Observation
P
our toutes les activités météorologiques
ou liées au climat, l’observation est une
étape clé. La disponibilité et l’exploitation
ordonnée d’un réseau d’observation en tirant
parti de l’ensemble des ressources existantes
constituent une exigence sans laquelle les progrès
envisagés pour les prochaines années ne sauraient
se concrétiser.
Météo-France se doit de concevoir, développer,
mettre en œuvre et maintenir en conditions opérationnelles les systèmes d’observation pertinents
pour alimenter prévision et climatologie. Il s’agit à
la fois de moderniser l’existant, d’optimiser ou de
compléter le réseau, en tirant parti des innovations
envisageables.
Ainsi, Météo-France modernisera son réseau d’observation en adoptant une approche intégrée, tirant
parti de la complémentarité des différentes composantes (radars, satellites, réseaux au sol, télédétection). Il assurera l’exploitation optimale des réseaux
en proposant des produits combinant au mieux les
diverses données d’observation en temps réel et
en temps différé. Une préoccupation majeure sera
de maîtriser le coût d’exploitation et de maintien en
condition opérationnelle des réseaux.
Météo-France mettra en œuvre un projet de
renouvellement des diverses stations automatiques d’observation de ses réseaux opérationnels
(Radome, Salamandre, bouées, navires, sites
aéronautiques, sites d’observation pour des missions spécifiques comme la lutte contre les feux
40
de forêts). A cet effet, il développera une nouvelle
génération de stations automatiques (réseau
Pacome) s’adaptant facilement aux différents types
de missions. Il assurera la mise en service d’une
plate-forme de concentration et de traitement centralisée permettant d’améliorer le contrôle qualité
des données en temps réel.
Développer et mettre en

œuvre une nouvelle architecture
pour l’observation de surface
en métropole et outre-mer 
Après avoir assuré le développement des stations,
il les déploiera progressivement à partir de 2013,
en métropole et outre-mer dans le cadre d’un
réseau cible permettant de répondre aux besoins
d’étalonnage en temps réel des radars hydrométéorologiques et de la prévision.
Les radars hydro-météorologiques constituent un
des principaux éléments du réseau d’observation.
Ils apportent une contribution décisive au suivi des
précipitations et jouent à ce titre un rôle majeur
en matière de prévision immédiate et dans l’appui
apporté par Météo-France en matière d’hydrologie.
Par ailleurs, la prise en compte (assimilation) des
données radar dans les modèles de prévision a
déjà et continuera d’apporter des améliorations
significatives aux performances des modèles.
METEO FRANCE COP 2012 - 2016
RADAR "BANDE X"
du mont Maurel.
Mettre en œuvre un plan de

renouvellement du réseau actuel
Le réseau de Météo-France en métropole est
pour partie vieillissant et constitué de radars qui
ne se situent plus au meilleur niveau technique
et dont le maintien en conditions opérationnelles
devient problématique. Météo-France conduira
donc, au cours de la période du contrat, un plan
d’investissement ambitieux consistant à remplacer
en moyenne deux radars par an à partir de 2013,
en cohérence avec le Plan national submersions
rapides. Il s’agit de disposer à l’horizon 2020 d’un
réseau modernisé composé exclusivement de
radars doppler et bipolarisés.
Au-delà du réseau actuel, il demeure à assurer
une couverture plus complète du territoire métropolitain. Pour ce faire, Météo-France mettra en
œuvre une extension du réseau actuel au moyen
de radars en bande X pour les zones hydrologiquement sensibles, non ou mal couvertes par l’actuel
réseau. Il s’appuiera pour ce faire sur les acquis
du projet Rhytmme (Risques hydrométéorologiques sur les territoires de montagne et méditerranéens), mené en coopération avec le Cemagref, et
cofinancé par la région Paca, le Fonds européen
de développement régional (Feder) et la DGPR,
dont il achèvera la réalisation d’ici 2013 et tirera les
enseignements pour mener à bien l’extension du
réseau.
Météo-France ajustera le rythme de déploiement
aux moyens disponibles tout en accordant une
priorité forte à cette opération de renouvellement et
d’extension.
Enfin, Météo-France contribuera aux études visant
une meilleure compréhension des interactions
entre les radars et les fermes éoliennes afin de
rechercher à terme une gestion optimale des zones
d’implantation et des conflits d’usage.
de radars hydro météorologiques et
améliorer la couverture du territoire
national par des radars en bande X

Améliorer l’observation
 de la neige en plaine

L’observation de la neige en montagne et en
moyenne montagne est aujourd’hui maîtrisée.
En revanche, celle de la neige en plaine demeure
encore difficile. Météo-France recherchera les solutions techniques adaptées en termes de capteurs
et définira un réseau d’observation de densité
pertinente afin de contribuer à une gestion efficace
des épisodes neigeux tels que la France peut en
connaître à intervalles réguliers. Après sélection
des capteurs, Météo-France procèdera à une campagne de validation et commencera le déploiement
à partir l’hiver 2012-2013 pour parvenir à équiper
au moins un point de mesure par département.
Météo-France évaluera par ailleurs l’intérêt de
disposer en propre d’un réseau de caméras pour
l’observation du temps présent (neige, visibilité,
nuages…).
41
7 > LES ACTIVITES CŒUR DE METIER : RECHERCHE, OBSERVATION, PREVISION, SERVICES CLIMATIQUES
Météo-France anime un réseau de bénévoles qui
réalisent des mesures utilisées ensuite dans l’ensemble des travaux, notamment de type climatologique. Afin de préserver l’apport du réseau climatologique, Météo-France conduira une modernisation
de ce réseau pour apporter aux bénévoles tous les
outils nécessaires pour une collecte plus commode
et plus fiable : installation de nouveaux capteurs
numériques, simplification de la collecte des informations et gestion du réseau par des outils de type
internet, animation du réseau pour maintenir une
couverture satisfaisante du territoire.
Conduire la modernisation

du réseau climatologique et
nivo-météorologique animé
par Météo-France

Météo-France coordonne le réseau des observateurs nivo-météorologiques, en partenariat avec
les collectivités et professionnels concernés. Ce
dernier bénéficiera de même d’une modernisation avec l’installation de nouveaux capteurs. Son
extension aux massifs de moyenne montagne sera
évaluée.
Pour les mesures d’altitude, Météo-France utilise
la technique du radiosondage (envoi d’une sonde
qui recueille en parcourant l’atmosphère la valeur
des divers paramètres tout au long de la colonne).
Météo-France mènera une automatisation progressive de son réseau de radiosondages en métropole
comme en outre-mer. Cette automatisation sera
réalisée à un rythme cohérent avec les évolutions
d’organisation de Météo-France et en tenant
compte des ressources humaines existantes sur
chaque site.
Par ailleurs, le nombre réduit de radiosondages
appelle le développement de nouveaux produits
combinant les diverses techniques d’observation
et à même de jouer un rôle similaire. Pour ce faire,
Météo-France évaluera les diverses techniques
d’observation par télédétection permettant de
compléter les mesures du réseau de radiosondages (voire de les remplacer), afin de compléter la
mesure des profils de vent, température et surtout
d’humidité dans les basses couches.
42
Conduire l’automatisation

du réseau de radiosondages
(métropole et outre-mer) et élaborer
des techniques d’observation
par télédétection susceptibles
de compléter ce réseau

Meteo France COP 2012 - 2016
Améliorer l’offre et la qualité

des produits issus du réseau
d’observation 
Carte du risque de brume
ou de brouillard
Produit élaboré par fusion
de données satellite, radar
et mesures au sol.
Le développement du réseau d’observation ne
serait pas suffisant s’il ne s’accompagnait d’un effort pour extraire de ses diverses composantes les
produits les plus riches et les plus fiables possibles.
Cela revêt deux formes : d’une part, améliorer la
qualité des produits actuels en perfectionnant les
techniques de traitement associées, d’autre part,
combiner les diverses sources d’observation en les
mettant en relation avec la modélisation numérique
afin d’obtenir des produits de fusion de données
à même de fournir une spatialisation de la valeur
d’un paramètre donné, notamment lorsque les
mesures directes de ce dernier demeurent peu
nombreuses.
(hydrométéores, sommet des cellules convectives)
afin de répondre aux besoins croissants en prévision immédiate, hydrologie, et aéronautique.
Météo-France élaborera une information spatialisée enrichie, fondée sur les techniques de fusion
de données appliquées aux données issues des
réseaux d’observation de surface, radar ou satellite
(discrimination pluie-neige au sol, caractéristiques
de la couverture nuageuse).
En matière satellitaire, Météo-France poursuivra
son action pour assurer la meilleure disponibilité
possible des données issues des divers satellites,
notamment ceux d’Eumetsat, afin de permettre
Météo-France bénéficiera de l’introduction de la
leur assimilation par les modèles de prévision nupolarimétrie ou diversité de polarisation dans son
mérique et leur usage en temps réel. Météo-France
réseau de radars hydro-météorologiques pour
renforcera sa coopération avec Eumetsat dans la
améliorer sensiblement la qualité des produits
perspective du futur programme de satellites méexistants (lame d’eau) et en proposer de nouveaux téorologiques de troisième génération (MTG).
Nombre de stations
automatiques Pacome
installées en 2016
Nombre de radars
remplacés
Nombre de radars bande
X installés
300 en métropole et
45 outre-mer en 2016
2 par an en moyenne
1 radar par an
Nombre de systèmes
automatiques de
radiosondage installés
Mesure de l’amélioration
de la qualité des lames
d’eau
Nombre de nouveaux produits radar opérationnels
4 d’ici 2016
à partir de 2013
à partir de 2013
15 % 3 sur la période
amélioration de
sur la période du contrat
du contrat
Nombre de sites équipés
de mesure de hauteur de
neige en plaine
100
cible de
capteurs
en fin de contrat
Nombre de points de
mesure modernisés du
réseau climatologique
constitué par les
bénévoles
1000
points
en fin de contrat
Nombre de nouveaux
produits de fusion de
données opérationnels
2 sur la période
du contrat
43
7 > LES ACTIVITES CŒUR DE METIER : RECHERCHE, OBSERVATION, PREVISION, SERVICES CLIMATIQUES
De gauche à droite :
poste de travail du
prévisionniste, simulation
numérique de la formation d'un cumulonimbus
(modèle Arome), carte de
pression, vent et hauteur
des vagues (modèle Aladin),
carte climatologique de la
température de la mer.
Prévision
L
a prévision constitue le cœur du métier de
Météo-France. Elle repose sur les acquis de
l’observation et de la recherche qui développe et améliore les modèles de prévision du temps.
Il s’agit d’assurer un passage rapide et efficace entre activités de recherche et mise en œuvre opérationnelle, puis de développer les produits à même
de tirer le meilleur parti des données disponibles.
Les modèles et données associées sont les outils
de base fournis aux prévisionnistes qui peuvent
ainsi déployer leur expertise et offrir une compréhension fine des situations météorologiques.
Améliorer la pertinence

et la qualité de la prévision
numérique du temps 
La période du contrat sera fortement marquée par
la bascule en 2014 de l’ensemble de la chaîne de
prévision numérique opérationnelle (Arpège déterministe et ensemble, Arome, Aladin Outre-mer)
sur un nouveau supercalculateur. La disponibilité
de ce dernier est une condition sine qua non de la
réalisation des progrès situés au cœur du contrat.
Ainsi, outre les évolutions régulières des modèles
opérationnels (Arome, Arpège, Arpège en version
probabiliste ou « PEARP », Aladin outre-mer) qui
permettent d’intégrer les améliorations validées
par la recherche, Météo-France introduira plusieurs innovations majeures dans ses activités de
prévision opérationnelle au cours de la période du
44
contrat, dans l’hypothèse d’un accroissement de la
puissance de calcul d’au moins un facteur 20 :
• l’accroissement de la résolution et l’amélioration
de la physique de la chaîne de prévision déterministe constituée du modèle global Arpège et du
modèle à domaine limité Arome, avec une mise
en service opérationnel de la version d’Arpège
à résolution 7,5 km (sur la métropole) et de la
version d’Arome à résolution 1,3 km en 2015 ;
• le passage en 2014 de 4 à 8 productions quotidiennes du modèle Arome, avec une extension
de son domaine de calcul pour atteindre les
limites du bloc aérien fonctionnel Europe centre ;
• le déploiement opérationnel à partir de 2015
d’une version probabiliste d’Arome (Arome-PE),
en aval de la prévision probabiliste à grande
échelle Arpège, point de passage indispensable
pour disposer d’une prévision probabiliste à
petite échelle ;
• le déploiement de modèles Arome en 2016 dans
les quatre régions d’outre-mer en remplacement
(ou complément) du modèle Aladin aujourd’hui
utilisé afin de faire bénéficier l’outre-mer des
progrès de la prévision à petite échelle.
Météo-France mesurera les progrès de la prévision
déterministe jusqu’en 2014 au moyen de l’indicateur actuellement utilisé au plan international (erreur
quadratique moyenne sur la prévision à échéance
de 48 heures du géopotentiel à 500 hPa). A partir
de 2014, cet indicateur aura atteint ses limites
METEO FRANCE COP 2012 - 2016
Les mesures concernant la
température, la densité et
l'humidité de la neige sont
utilisées par les modèles
de prévision du manteau
neigeux.
compte tenu des progrès de la prévision. MétéoFrance le complètera ou le remplacera par de nouveaux indicateurs probabilistes, issus des travaux
de recherche.
Mieux prévoir l’état
 du sol, du manteau
neigeux et de la
surface de la mer

En aval des modèles de prévision du temps,
Météo-France fera progresser les prévisions
spécialisées concernant l’état du sol en conditions
hivernales, l’état du manteau neigeux, les états de
mer et les surcotes, pour répondre aux besoins
de l’aviation civile et des transports terrestres, et
des missions de sécurité en mer, en zone côtière
et dans les massifs montagneux (avalanches et
autres risques hydrologiques).
En matière de prévision marine, Météo-France
mettra en service opérationnel d’ici 2013 une version probabiliste du modèle de prévision de dérive
de polluants et d’objets (Mothy) permettant d’apprécier les trajectoires plus ou moins probables.
L’établissement visera d’ici 2014 le passage en
opérationnel de modèles à haute résolution de
prévision d’état de mer et de variations du niveau
marin dans le domaine côtier, en collaboration avec
le Shom, en visant notamment une amélioration de
la prévision de surcote qui joue un rôle central dans
le dispositif de vigilance vagues submersion.
En matière d’état du sol et de prévision du manteau neigeux, Météo-France mettra en service
opérationnel à l’horizon 2013-2014, une chaîne de
modèles Arome/Isba-Route/Crocus de prévision
de la température de chaussée, de la hauteur et
des caractéristiques de la neige sur les routes,
ainsi qu’une version « pistes » pour les aéroports.
Afin d’affiner l’estimation du risque d’avalanches,
Météo-France améliorera les modèles de prévision
mis à la disposition des nivologues. Une paramétrisation du transport de neige par le vent fondée
sur les travaux menés au Col du Lac Blanc sera
introduite dans la chaîne opérationnelle à partir de
2014. Les travaux menés sur la microstructure de
la neige seront utilisés pour améliorer la modélisation numérique du manteau neigeux. L’apport
du modèle Arome pour la prévision du risque
d’avalanche sera évalué, notamment au travers de
l’amélioration de la résolution spatiale.
Tout au long de la période du contrat, Météo-France s’assurera de la prise en compte des nouvelles
données satellitaires par les modèles de prévision
de l’état du manteau neigeux et les modèles d’état
de mer selon le calendrier de disponibilité de ces
dernières.
Développer et améliorer

la production finalisée

Pour la prévision à moyenne échéance, au-delà
de 72 heures, et la prévision mensuelle, MétéoFrance exploite la production mutualisée au Centre
Européen de Prévisions Météorologiques à Moyen
Terme (CEPMMT) de Reading, au Royaume Uni.
Météo-France poursuivra cette coopération et
cette utilisation des produits du Centre européen.
Pour les échéances de J+4 à J+10 Météo-France
s’appuiera donc sur les progrès réalisés par le
CEPMMT.
Météo-France concentrera ses propres capacités
de développement sur la prévision opérationnelle
45
7 > LES ACTIVITES CŒUR DE METIER : RECHERCHE, OBSERVATION, PREVISION, SERVICES CLIMATIQUES
à courte échéance (jusqu’à 72 heures), pour continuer à disposer du meilleur système de prévision à
courte échéance en Europe. Il veillera à maintenir
et accroître la fiabilité des bulletins produits.
Météo-France utilisera les données de base
produites par les nouveaux systèmes de prévision
numérique du temps et les systèmes spécialisés,
afin d’offrir un éventail plus large d’informations
météorologiques déterministes et probabilistes aux
prévisionnistes. L’expertise apportée par les prévisionnistes, notamment sur les situations à enjeux,
sera renforcée par la disponibilité de tels outils. Il
conviendra de favoriser la pleine appropriation de
ces derniers. Cela débouchera sur l’apport d’informations enrichies au public et aux usagers.
En se fondant sur la prévision d’ensemble liée au
modèle Arpège, Météo-France assurera en 2013
une production automatique de distributions de
probabilité prévues pour la température et le vent à
grande échelle, et d’informations dérivées simples.
Météo-France mettra à disposition du public et des
médias d’ici 2014 des cartes de zonage ou des
Mesure de l’erreur quadratique moyenne sur la
prévision à échéance de
48 heures du géopotentiel
à 500 hPa
objectif
en 2013
< 14,8 m
Taux de fiabilité des
prévisions sur la France à
3 jours
objectif
en 2016
46
Définition de nouveaux
indicateurs pour la prévision à courte échéance et
haute résolution au-delà
de 2014
>78%
représentations graphiques de la prévision probabiliste des phénomènes de grande échelle (vent et
température) pour les échéances de J+2 à J+3.
En 2016, Météo-France assurera la production
automatique de distributions de probabilité pour
la température, le vent, les rafales, la nébulosité
et les précipitations à l’échelle départementale et
régionale de J à J+9. Il généralisera la production
d’indices de confiance pour les échéances de J à
J+9, à une échelle spatiale adaptée aux échéances
de prévision (plus fine à J, moins fine à J+9), dans
les produits destinés au grand public, aux autorités
et aux professionnels.
Réduction du biais et de
l’écart-type d’erreur de
la prévision de surcotes
par rapport à des sites
d’observations marégraphiques du Shom
amélioration de
en 2016
Taux de fiabilité des
prévisions sur la France à
7 jours
objectif
en 2016
>56%
10%
Taux de fiabilité des bulletins départementaux pour
le lendemain
objectif
en 2016
Taux de fiabilité des
bulletins marine réguliers
(BMR)
objectif
en 2016
>84%
>88%
Nombre de paramètres
pour lesquels
Météo-France diffuse
des informations
probabilistes
4 pendant la
période du contrat
Des modèles de prévision
d'état de la mer à haute
résolution seront mis en
service d'ici 2014.
Meteo France COP 2012 - 2016
Ecart à la moyenne saisonnière de référence 1971−2000 de la
température moyenne
Automne 2011
France
De gauche à droite :
naufrage du vaisseau Henri IV devant Sébastopol, événement
fondateur de la météorologie (14 novembre 1854), enregistreMétéo−France − DClim
42 avenue Gustave
Coriolis 31057
Toulouse Cedex
ment de la vitesse du vent lors du cyclone
David
(Martinique,
28-29 aout 1979), localisation des « longues séries météorologiques » disponibles (état en 2009), températures maximales
l’été en France à l’horizon 2050.
N.B. : La vente, redistribution ou rediffusion des informations reçues, en l’état ou sous forme
de produits dérivés, est strictement interdite sans l’accord de METEO−FRANCE
Services climatiques
L
a connaissance et la compréhension des
évolutions du climat sont d’un intérêt
majeur pour nos sociétés. Dans le cadre
de ses activités de recherche, Météo-France
contribue à améliorer les outils de simulation des
évolutions du système Terre et des outils indispensables à l’adaptation. En s’appuyant sur cette
recherche, l’enjeu des prochaines années réside
dans les services climatiques qui sont appelés à
se développer à l’échelle internationale. L’Organisation météorologique mondiale a ainsi posé les
prémisses d’un Cadre Mondial pour les Services Climatiques, notamment pour répondre aux
besoins des politiques d’adaptation et d’aide au
développement. Ces services devraient couvrir un
large spectre, allant du diagnostic aux projections
climatiques, avec un objectif de transparence et de
qualité sur les données de base.
Dans ce contexte, le rôle de Météo-France, en
lien étroit avec le plan national d’adaptation au
changement climatique (PNACC), est d’améliorer
les éléments de caractérisation et de compréhension des climats passé, présent et futur. Il s’agit
d’enrichir le patrimoine climatologique exploitable
et ses productions climatiques, de qualifier les événements remarquables et de préciser les impacts
de la variabilité et du changement climatique.
Le développement des services climatiques doit,
dans la mesure des moyens alloués, amener
Météo-France à se placer en appui de l’ensemble
des ministères concernés, dans le cadre des politiques d’atténuation et d’adaptation au change-
Edité le : 25/11/2011
Données du : 25/11/2011 10:12 UTC
ment climatique. Dans ce contexte, Météo-France
préparera en particulier avec la Direction générale
de l’énergie et du climat une convention cadre
destinée à orienter les travaux nécessaires dans le
domaine et à définir, le cas échéant, les ressources
nécessaires.
Enrichir le patrimoine et créer de

nouvelles références climatologiques 
Météo-France intensifiera son effort de collecte et
de sauvetage de données météorologiques anciennes dans une perspective de valorisation historique
et climatologique, en traitant prioritairement, de
2012 à 2014, le fonds météorologique (métropole,
outre-mer et anciennes colonies) que les Archives
Nationales devraient mettre à disposition dans le
cadre du désamiantage de leur site de Fontainebleau, et en poursuivant les opérations de valorisation des archives météorologiques des stations,
des centres départementaux de Météo-France et
des centres militaires.
Météo-France évaluera la valeur climatologique de
ces données, puis les numérisera pour les intégrer
aux bases de données. Il traitera ces données pour
produire de longues séries homogènes de référence caractérisant l’évolution constatée du climat
à l’échelle de tous les territoires de métropole et
d’outre-mer, au-delà de ce qui a pu être réalisé
dans le cadre du précédent contrat.
47
7 > LES ACTIVITES CŒUR DE METIER : RECHERCHE, OBSERVATION, PREVISION, SERVICES CLIMATIQUES
Observation du temps
consignée par De Catelin
à Marseille de 1744 à
1787. Ces mesures
anciennes, aujourd'hui
numérisées, contribuent
à mieux connaître
l'évolution du climat.
Ainsi, Météo-France achèvera, fin 2012, un premier
cycle complet de production de séries homogénéisées de température en métropole avec la
disponibilité d’au moins une série homogénéisée
pour au moins 90% des départements. Puis, il le
complètera en 2014 avec un cycle complet de
séries homogénéisées pour les précipitations,
doté d’au moins dix séries homogénéisées pour
au moins 90% des départements. Il mettra à jour
régulièrement ces séries de données.
A partir de 2015, Météo-France engagera la
production de réanalyses des lames d’eau radar
disponibles depuis 1997, au pas horaire, pour
caractériser les précipitations intenses.
Météo-France fournira aux projets internationaux
de réanalyse visant à reconstituer la chronologie
détaillée des événements météorologiques et
les variations du climat passé, les observations
françaises (métropole, outre-mer, et anciennes
colonies) parfois inédites (altitude, etc.).
En se fondant sur les scénarios définis par le Giec,
des projections climatiques peuvent être réalisées
pour caractériser le climat futur par zones ou
régions. Ces projections constituent la matière première exploitable, directement ou après descente
d’échelle, pour les analyses d’impact, les études
d’adaptation et d’autres services climatiques.
Sur la période du contrat, il participera à la préparation ou la production de ces réanalyses, au
sein des projets internationaux (réanalyse « 20ème
siècle » de la National Oceanic and Atmospheric Administration, projet ERA-Clim piloté par le
CEPMMT préparant une réanalyse globale ERA20C couvrant le 20ème siècle, projet Euro-4M préparant une réanalyse à échelle fine sur l’Europe) ou
par des actions de réanalyse hydrométéorologique,
fondées sur la modélisation fine des interactions atmosphère-sol-manteau neigeux ou sur des séries
de lames d’eau issues des observations calibrées
des radars.
48
Produire de nouvelles

projections climatiques
globales et régionales

Météo-France produira de nouvelles projections
climatiques à l’échelle globale et régionale, en se
concentrant, pour l’échelle régionale, sur l’Afrique, la zone Euro-méditerranéenne et les régions
d’outre-mer. Sur ces zones, Météo-France s’attachera à produire pour 2013 au plus tard, des projections avec une résolution de 10 kilomètres sur le
domaine Europe-Méditerranée, de 50 km ou mieux
sur les régions d’outre-mer et de 50 kilomètres sur
le continent africain.
Meteo France COP 2012 - 2016
Produire de nouveaux

diagnostics climatiques et qualifier
les événements remarquables 
Les connaissances acquises au travers de la collecte de données, de leur homogénéisation pour
constituer de longues séries et des projets de réanalyse ouvrent la voie à la réalisation de diagnostics
climatiques caractérisant la nature et l’ampleur du
changement climatique. Ils offrent également un
outil privilégié pour qualifier de manière opérationnelle les événements remarquables qui se produisent aujourd’hui, en les plaçant en perspective.
Météo-France produira des éléments de diagnostic
spatialisés du changement climatique, actualisés
(allongement temporel, réduction des incertitudes)
et enrichis (densification spatiale, élargissement
des paramètres) pour la métropole et l’outre-mer. Il
contribuera à diffuser ces diagnostics sous forme
d’atlas numériques, de documents de synthèse
disponibles sur internet.
Il mettra à disposition des acteurs économiques et
des pouvoirs publics de nouveaux indices de suivi
climatique pour la qualification des phénomènes de
grande échelle à fort impact (canicules et vagues
de froid, sécheresses, tempêtes), avec la mise en
place d’un projet spécifique consacré aux tempêtes, visant à combler les lacunes dans la connaissance des événements de vent fort du passé,
projet qui débouchera à l’horizon 2015.
En s’appuyant notamment sur le projet Imfrex
(Impact des changements anthropiques sur la
fréquence des phénomènes extrêmes de vent, de
température et de précipitations), Météo-France
produira en particulier des indicateurs de suivi climatique pour les précipitations et les sécheresses,
en se fondant sur les résultats des travaux sur la
climatologie des sécheresses. En 2014, il proposera un outil de qualification des hivers du point de
vue de l’état du manteau neigeux dans les différents massifs montagneux En 2015, il fournira une
nouvelle estimation améliorée des durées de retour
des précipitations remarquables (zonage et pas de
temps plus fins) pour l’instruction des dossiers dits
de catastrophe naturelle.
Préciser les impacts du

changement climatique en appui
aux politiques d’adaptation 
Les travaux conduits par Météo-France sont destinés à apporter un appui aux politiques d’adaptation au changement climatique du Plan national
d’adaptation au changement climatique.
En se fondant sur les nouvelles références climatiques, les projections climatiques et les indicateurs
les plus pertinents, Météo-France mettra à disposition des collectivités concernées (régions, départements, villes) des produits standards dérivés des
projections climatiques utilisables pour la définition
des Plans climat énergie territoriaux et des schémas régionaux climat-air-énergie.
Météo-France développera des méthodes de
descente d’échelle statistiques et dynamiques
permettant de caractériser certains impacts aux
échelles pertinentes pour les études sectorielles ou
territoriales.
Après avoir dressé en 2012 le bilan des projets
« ville et adaptation » engagés dans le contrat
précédent (évaluation des limites, possibilités de
modélisation de la ville), Météo-France s’engagera
pour promouvoir l’intégration de ces travaux aux
études d'adaptation des villes et d’autres territoires
au changement climatique.
Météo-France participera au programme KIC
(knowledge and innovation community)-Climat
de l’Institut européen des technologies et saisira
les autres opportunités qui pourraient apparaître
dans le cadre du 8ème PCRD ou des programmes
français de soutien à la recherche et aux services
climatiques : GICC (Gestion et impacts du changement climatique), Agence nationale de la recherche
(ANR),...
49
7 > LES ACTIVITES CŒUR DE METIER : RECHERCHE, OBSERVATION, PREVISION, SERVICES CLIMATIQUES
Outil de communication
interne de Météo-France
pour présenter la
prévision saisonnière.
Faire progresser la prévision

saisonnière et ses applications 
La qualité de la prévision saisonnière a progressé
au cours des années écoulées en lien avec les progrès généraux de la modélisation et de la compréhension des mécanismes du climat. Ce domaine
demeure toutefois un champ de développement
scientifique. Des applications à fort enjeu socioéconomique ont été identifiées dans les domaines
des ressources en eau, de l’agriculture, de la santé
et de l’énergie. Certaines ont fait la preuve de leur
maturité, en particulier dans les zones tropicales
et subtropicales où la prévisibilité est plus favorable. La prévisibilité reste beaucoup plus faible sur
le continent européen, qui constitue donc un défi
pour la prévision saisonnière et ses applications.
Météo-France poursuivra sa coopération avec
Mercator-Océan et le CEPMMT, le développement
d’un modèle couplé pour la prévision saisonnière
et son exploitation opérationnelle au sein d’un
ensemble multi-modèles, dans le cadre du projet
Eurosip, piloté par le CEPMMT.
De 2014 à 2016, Météo-France développera, en
aval des prévisions saisonnières disponibles, des
productions thématiques exploitant les techni-
Nombre de données
anciennes intégrées dans
les bases de données
climatologiques
objectif de
10 millions
sur 5 ans
Taux de couverture du territoire en séries climatologiques homogénéisées
pour l’analyse de l’évolution des extrêmes sur les
50 dernières années
10
objectif d’au moins
séries mensuelles
homogénéisées pour les
précipitations et une série
pour les températures,
pour au moins
90%
des départements
50
Nombre d’indicateurs
Imfrex (Impact des
changements anthropiques sur la fréquence des
phénomènes extrêmes de
vent, de température et
de précipitations) mis en
place dans le portail Drias
(GICC) pour lesquels des
analyses actualisées sont
disponibles
15 en 2013
ques de descente d’échelle, pour l’outre-mer et si
possible l’Afrique. L’objectif premier sera de fournir
des produits de descente d’échelle de prévision
saisonnière pour les températures et les précipitations en Antilles-Guyane, Polynésie et Nouvelle
Calédonie en 2014, des produits concernant la
ressource en eau et l’hydrologie de printemps
dans les régions de montagne de métropole en
2015 et des productions spécifiques destinées aux
secteurs agriculture et énergie (degrés jour, etc.)
pour 2016.
Créer et alimenter

un portail national de
web services climatiques 
Météo-France développera un portail de services
climatiques génériques, fondé sur les technologies web les plus avancées. En application de la
directive Inspire, ce portail offrira aux collectivités,
bureaux d’étude, scientifiques et aux pouvoirs
publics une capacité d’extraction spatio-temporelle
adaptée à leurs besoins. Le développement du
portail s’appuiera sur les développements technologiques engagés dans le précédent contrat, sur
l’héritage du projet Drias soutenu par le ministère
chargé du développement durable et le partenariat avec l’IPSL. En 2015, le portail inclura les web
services interopérables avec d’autres services
d’information. Les services concerneront en priorité
le territoire métropolitain, la zone Euro-méditerranéenne, les régions outre-mer, et l’Afrique.
A terme, il sera intégré en fin de contrat à un
portail consacré aux données publiques, donnant
également accès à l’ensemble des données mises
à disposition au plan international, à travers le
système d’information de l’OMM (WIS).
Meteo France COP 2012 - 2016
Le développement des
infrastructures essentielles
L
es systèmes d’information sont au cœur
des activités de Météo-France. En effet, la
collecte des observations du globe, notamment pour les applications en temps réel, leur
traitement et leur conservation pérenne, l’élaboration des informations et leur diffusion exploitent les
technologies les plus performantes pour permettre
la réalisation des missions dans les meilleures
conditions de service qui soient. La disponibilité de
moyens de calcul puissants constitue un préalable
au développement de la prévision numérique du
temps et de la modélisation du climat.
contrat sera marquée par une évolution majeure de
la nature du calculateur de Météo-France avec le
passage à une architecture massivement parallèle
qui impliquera des modifications importantes des
codes associés aux modèles.
Doter l’établissement des

moyens de calcul intensif adaptés
aux progrès attendus de la prévision
numérique et à ses missions

Le caractère opérationnel de l’activité de prévision
induit des contraintes très spécifiques :
• la disponibilité de la machine doit être assurée à
tout instant, ce qui implique une redondance ;
• l’ordonnancement des cycles de calcul est
commandé par la prévision opérationnelle et
ses échéances, ce qui nécessite des ressources
de calcul dédiées et dont l’usage est défini par
Météo-France ;
• le passage de modèles de la recherche vers
l’opérationnel doit être réalisé dans des conditions très contrôlées, avec notamment une
période d’observation où le modèle et son successeur sont utilisés « en double » pour identifier
toute difficulté.
Météo-France conduira l’opération de renouvellement de ses moyens de calcul intensif à l’horizon
2013-2014. A cet effet, Météo-France a noué un
partenariat avec le Pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) Université de Toulouse
afin de disposer d’une nouvelle infrastructure, la
plate-forme de calcul intensif (PCI) de l’Espace
Clément Ader, capable d’accueillir une machine
plus puissante. La livraison de cette installation est
prévue courant 2013. Météo-France apportera son
concours au PRES Université de Toulouse pour la
réalisation et la mise en service de cet espace, en
lien avec les compétences et besoins de MétéoFrance.
Ces divers éléments expliquent le caractère crucial
pour Météo-France de la disponibilité d’un système
de calcul propre, d’une puissance adéquate par
rapport à la nature des modèles et aux attentes
des divers utilisateurs. La période du présent
Afin d’assurer une transition optimale entre les
deux versions du calculateur et compte tenu du
calendrier de réalisation de l’Espace Clément
Ader, Météo-France déploiera sur son site de la
météopole de Toulouse un premier cluster de
51
7 > LES ACTIVITES CŒUR DE METIER : RECHERCHE, OBSERVATION, PREVISION, SERVICES CLIMATIQUES
Une évolution majeure
pour les moyens de calcul
intensif : passage à une
architecture massivement
parallèle et transfert à
Toulouse Montaudran sur
l'espace Clément Ader.
calcul en 2013, puis le complètera par un cluster
équivalent déployé un peu plus tard sur l’Espace
Clément Ader. En 2014, après le transfert de ses
modèles opérationnels sur le nouveau calculateur,
Météo-France arrêtera en 2014 le calculateur NEC
actuellement en service, puis transférera tous les
moyens sur l’Espace Clément Ader.
En 2016, Météo-France mettra en œuvre une seconde tranche d’augmentation de la puissance du
calculateur afin d’atteindre la performance nominale souhaitée.
L’actuelle station de travail Synergie, qui permet
l’accès à l’ensemble des données d’observation
(réseau sol, radars, satellites, foudre,…) et de
prévision numérique, sera remplacée pour un
nouveau système dénommé Synopsis qui facilitera
l’intégration d’informations de toutes natures et
l’interopérabilité. Une première version de l’outil
Synopsis sera fournie en 2013, puis complétée en
2015 avec l’ensemble des fonctionnalités.
Météo-France mènera d’ici 2013 les actions
d’adaptation des codes support aux architectures
massivement parallèles. Parallèlement, MétéoFrance mettra en place l’espace de stockage
nécessaire pour faire face à la montée en puissance des moyens de calcul. Il veillera à assurer une
utilisation optimale de la puissance de calcul et des
moyens de stockage disponibles.
Parallèlement, Météo-France a développé un outil
dénommé Symposium-2 qui permet aux prévisionnistes de formuler leur expertise de la façon la plus
pertinente possible, de la valider en mode collaboratif et de l’intégrer à la production. Il sera continûment enrichi au cours de la période du contrat. Les
évolutions ultérieures de Symposium-2 s’appuieront sur les services Synopsis.
Météo-France poursuivra ses efforts d’ouverture
de ses infrastructures de calcul en développant
son partenariat avec le Service hydrographique
et océanographique de la marine (Shom) et en
poursuivant celui avec la société civile MercatorOcéan dans une logique d’intégration croissante
des systèmes globaux et régionaux de prévision
météorologique et océanographique.
Développer et déployer une
nouvelle
station de travail des
prévisionnistes d’architecture
orientée services

52
L’exploitation des résultats fournis par les modèles
numériques ainsi que des données d’observation
suppose de mettre à la disposition des prévisionnistes des outils performants les autorisant à accéder à la donnée, à comparer les éléments disponibles, à les exploiter et à formaliser leur expertise.
C’est pour ce faire, qu’en lien avec l’évolution de
son organisation, Météo-France a engagé au cours
du précédent contrat 2009-2011 une évolution de
ses outils.
Prévisionniste devant
les écrans de la station
de travail Synergie.
Meteo France COP 2012 - 2016
Bâtiment de
l’Organisation
météorologique
mondiale, à Genève.
Développer et exploiter

l’un des nœuds régionaux du système
d’information de l’Organisation
météorologique mondiale

Météo-France joue un rôle de nœud régional dans
le cadre du système d’information de l’Organisation météorologique mondiale (OMM). L’émergence
des nouvelles technologies de l’information invite
à une refonte complète du système d’information.
Dans ce contexte, Météo-France assurera la responsabilité opérationnelle des fonctions de Centre
global de données (Gisc) et de Centre de collecte
et de production (DCPC) au sein du système d’information de l’OMM. Il mettra en service opérationnel sa fonction de Gisc et sa fonction de DCPC
progressivement à partir de 2012.
Taux de réalisation des
développements planifiés
pour les objectifs
assignés de
100%
Météo-France assurera la migration vers un portail
internet de l’ensemble des données qui circulent
aujourd’hui sur les réseaux classiques de transmission de données. Il mettra en œuvre dans ce cadre
les compétences acquises au cours de la période
antérieure dans le domaine des techniques dites
« architecture orientée services » (SOA).
Météo-France enrichira ensuite progressivement
les fonctionnalités du portail Gisc de sorte qu’il incorpore les fonctionnalités requises par la directive
européen Inspire (découverte, visualisation, téléchargement, traitement par web services avancés).
Météo-France conduira cette évolution en articulation avec celle de ses autres portails de diffusion
de données utilisés dans le cadre de ses différentes missions. Il fera ainsi bénéficier l’ensemble de
ses missions de diffusion de données des progrès
réalisés dans le domaine des services internet.
Rapport de la puissance
des deux versions
successives du nouveau
supercalculateur à celle
du supercalculateur
NEC actuel
10 en 2013,
au moins 20en 2016
au moins
53
8 > La DIMenSIon INTERNATIONALE
8
La DIMenSIon
INTERNATIONALE
Etats
Etats
continuer à tirer le

meilleur parti des capacités
mutualisées en europe
L’
activité de Météo-France s’inscrit dans un
contexte international structuré par la présence de quatre institutions principales :
• l’organisation météorologique mondiale (oMM)
qui assure une coordination en termes de standard technique au plan mondial ;
• l’organisation européenne pour les satellites
météorologiques (eumetsat) qui a en charge la
définition et la mise en œuvre du système d’observation satellitaire mutualisé au plan européen ;
• le centre européen de prévision à moyenne
échéance (cePMMt) qui fédère les efforts européens pour la prévision numérique à moyenne
échéance et apporte ainsi son concours aux
divers services météorologiques nationaux ;
• le groupement d’intérêt économique eumetnet
qui rassemble les services météorologiques
européens afin de conduire en commun certaines
activités.
Il est vital pour Météo-France de s’inscrire dans un
réseau de coopérations nourries au plan international et d’exploiter pleinement la mutualisation des
moyens au plan européen au travers du cePMMt
et d’eumetsat.
54

Les satellites opérationnels d’Eumetsat
Les satellites météorologiques constituent un outil
clé pour la progression de la prévision. en effet, au
fil des années, l’assimilation de quantités croissantes de données satellitaires a été une source
d’amélioration régulière. Le développement des
satellites devra être étroitement articulé avec une
vision d’ensemble du réseau d’observation et les
travaux de recherche permettant de tirer parti des
données nouvelles. Météo-France appuiera le développement d’eumetsat dans un cadre technique
et financier maîtrisé de façon à garantir la continuité
des programmes obligatoires, prioritaires pour
le développement des services météorologiques
nationaux.
La période 2012-2016 sera marquée par :
• la phase de développement du programme de
satellites géostationnaires Météosat de troisième
Génération (MtG), décidé début 2011, puis de
l’engagement des actions nécessaires pour préparer l’utilisation des données MtG. Météo-France engagera en fin de période un projet consacré
à l’intégration des données MtG au sein de ses
Meteo France COP 2012 - 2016
Etats membres
s membres
Etats membres
s coopérants
Etats coopérants
Météo-France partage le développement de
son modèle global de prévision numérique
du temps avec le Centre européen pour les
prévisions météorologiques à moyen terme
(CEPMMT).
Au sein d’Eumetsat, l’organisation
européenne pour l’exploitation des
systèmes de satellites météorologiques,
Météo-France contribue au programme
Météosat de dernière génération.
systèmes de production « métier », pour préparer
leurs applications dans les domaines de la prévision immédiate et de la prévision numérique du
temps et de la qualité de l’air ;
• l’approbation des programmes liés aux satellites d’orbite polaire Metop-Seconde Génération
de l’ESA et EPS-Seconde Génération (EPS-SG)
d’Eumetsat. Ils seront cruciaux pour garantir
la continuité des observations réalisées depuis
l’orbite polaire au-delà de 2019, en coopération
avec la NOAA américaine. Météo-France agira en
coordination étroite avec le Cnes et le ministère
chargé de la recherche pour garantir la mise en
place de ce programme essentiel pour les progrès
de la prévision numérique.
Au plan opérationnel, Météo-France participera à
partir de 2012 à la deuxième phase de développement et d’exploitation du réseau de Centres d’Applications Satellitaires (SAF), contractualisée avec
Eumetsat en 2011, afin de poursuivre la démarche
de mutualisation de la production d’informations thématiques extraites des observations des satellites.
La participation de Météo-France
au GIE Eumetnet lui permet notamment
de mutualiser les capacités d’observation
à l’échelle européenne avec les autres
membres du groupement.
La prévision numérique avec le CEPMMT
et les consortia, en particulier Aladin
Dans le cadre d’un partage des tâches entre le
CEPMMT et les services nationaux, fondé sur la
répartition des échéances (en deçà et au-delà de
trois jours), Météo-France continuera de tirer le
meilleur bénéfice des productions du CEPMMT,
dont la stratégie, renouvelée en 2011, vise à améliorer la prévision numérique à moyenne échéance,
déterministe et probabiliste, au même rythme
que lors de la dernière décennie. En particulier,
Météo-France intègrera ses prévisions d’ensemble à courte échéance avec celles, à moyenne
échéance, du CEPMMT, pour produire la meilleure
information probabiliste pour l’ensemble des
échéances.
Météo-France analysera avec le ministère chargé
de la recherche les besoins financiers exprimés
par le centre pour renouveler ses moyens de calcul
et adapter ses bâtiments, de façon à préserver
les conditions nécessaires à la réalisation de la
stratégie adoptée en 2011, tout en maîtrisant les
dépenses à court et moyen terme.
L’action d’Eumetsat s’inscrit dans un contexte où
l’Union européenne dispose désormais d’une compétence spatiale. Il convient de promouvoir un mode Avec le CEPMMT, la coopération se poursuivra sur
de travail harmonieux entre l’Union, l’Agence spatiale le développement en commun du modèle global
européenne, Eumetsat et les Etats Membres.
IFS/Arpège, que Météo-France adapte à ses
55
8 > La DIMenSIon INTERNATIONALE
Page d'accueil internet
du projet européen d'océanographie opérationnelle
Myocean 2.
besoins en prévision à courte échéance, et sur la
configuration (projet ooPS) et la « parallélisation »
de ce code. Le système multi-modèles de prévision saisonnière eurosip, exploité avec le Met-office, et depuis 2011, avec le nceP américain, sera
développé en s’appuyant sur Mercator-océan pour
le volet océanique, et en recherchant la participation de nouveaux partenaires.
Les développements de modèles à maille fine et
domaine limité sont partagés avec d’autres services météorologiques dans le cadre d’un programme commun aux consortiums aladin et Hirlam. Les
développements porteront sur les paramétrisations
des processus physiques, l’amélioration des
performances des modèles à haute résolution de la
classe arome, et l’adaptation des codes aux architectures massivement parallèles. Les perspectives
de coopération à moyen terme seront réévaluées
en fonction du niveau de consensus entre partenaires sur les priorités de développement et d’utilisation des codes.
etre un acteur de GMeS

et de l’espace européen
de la recherche

Météo-France cherchera à valoriser son savoirfaire et ses capacités au bénéfice de la collectivité,
en proposant des contributions en réponse aux
appels à propositions relatifs aux nouvelles phases
des programmes.
La période du contrat couvre jusqu’en 2014 la
dernière phase pré-opérationnelle des services de
base (core Services) de l’initiative GMeS (Global
Monitoring for environment and Security), notamment dans les domaines de l’océanographie
opérationnelle (projet Myocean 2 piloté par Mercator-ocean), de la surveillance et de la prévision de
la composition chimique de l’atmosphère (projet
Macc 2 piloté par le cePMMt).
Les programmes du GIE Eumetnet
Dans le cadre du renouvellement de la programmation des activités du GIe eumetnet pour la période 2013-2017, Météo-France privilégiera, dans
un contexte économique contraint, les programmes à forte valeur ajoutée. La première priorité sera
la poursuite du programme d’observation eucos,
essentiel pour la cohérence et la mutualisation des
systèmes d’observation classiques ou embarqués
sur avion, des réseaux de radars et du traitement
des données, dans le cadre d’un partage des
coûts.
Dans le domaine des services climatiques, MétéoFrance appuiera les initiatives de partage à l’échelle
européenne et de mise à disposition des longues
séries d’observation homogénéisées, ainsi que les
propositions de labellisation d’un réseau européen
de stations de référence pour la surveillance à long
terme du climat.
56
Météo-France réalisera ses contributions contractuelles à ces projets :
• dans Myocean 2, le cMS Lannion produira un
ensemble de paramètres d’entrée extraits des
observations satellitaires, tandis que MétéoFrance et le Shom apporteront leur expérience
opérationnelle au groupement Mercator-ocean,
dont les productions propres seront réalisées sur
le supercalculateur de l’établissement ;
• dans Macc 2, Météo-France et l’Ineris piloteront
la composante prévision numérique régionale
multi-modèles de la composition physico-chimique de l'atmosphère.
Parallèlement, Météo-France se mobilisera sous
l’égide des ministères chargés de l’écologie, de la
recherche, et des affaires européennes afin de réunir les conditions nécessaires au passage en phase
Meteo France COP 2012 - 2016
Météo-France souhaite continuer à jouer un rôle
de premier plan au sein de l’oMM, et au service
des politiques nationales et européennes d’aide au
développement durable. Il participera à la gouvernance, aux réflexions et aux programmes de
l’oMM dans toutes les régions où la France est
présente grâce à ses collectivités d’outre-mer.
opérationnelle de ces services, en 2014, dans le
cadre Financier Pluriannuel communautaire. Une
attention particulière sera portée au financement
pérenne de ces services et de l’exploitation des
satellites ou instruments d’observation qui les
nourrissent, en liaison avec le cnes, eumetsat,
le cePMMt et Mercator-océan. Météo-France
contribuera à la définition du futur service GMeS
climat ainsi qu’aux initiatives bilatérales ou multilatérales qui pourraient y contribuer.
Météo-France souhaite
continuer à jouer un rôle
de premier plan au service
des politiques nationales
et européennes d’aide au
développement durable.
enfin, Météo-France valorisera son savoir-faire en
accompagnant les projets de rénovation confiés à
MFI par des services météorologiques des membres de l’oMM, notamment en Inde, en Indonésie,
en arabie saoudite, en Serbie et au Kazakhstan.
Il proposera à tous les services des Membres de
l’oMM qui souhaitent contribuer au WIS le logiciel
libre openWIS développé avec MFI et le Metoffice
britannique.
Il participera aux démarches nationales contribuant
à la définition des priorités du 8ème programme
cadre européen de recherche et développement
(8e PcrD ou FP8 en anglais) ainsi qu’aux travaux
de la KIc climat et de la programmation conjointe
dans le domaine des recherches sur le changement climatique, en valorisant les acquis nationaux.
Il appuiera également la constitution de la « Joint
Programming Initiative climate » (JPI climate) qui
vise à fédérer au plan européen les efforts de recherche et de développement sur le climat.

Devenir un service
météo-climatique de référence
avec la mise en place du cadre Mondial pour
les Services climatiques, décidée en 2011 dans
le cadre du XVIème congrès de l’organisation
Météorologique Mondiale, l’ambition de MétéoFrance est de rester un service météorologique
de référence, mais aussi de conforter son rôle de
service climatique.
Pour cela, Météo-France s’appuiera sur les réalisations prévues au titre du présent contrat, notamment la régionalisation des simulations climatiques
et des impacts sur le continent européen, le bassin
méditerranéen, le continent africain et toutes les
régions où la France est présente à travers ses
collectivités d’outre-mer, et la mise en place d’un
portail de services climatiques.
ainsi, l’établissement participera au nouveau Système d’Information de l’oMM (WIS), à travers sa
contribution au Virtual Global Information System
centre (V-Gisc) européen. cet effort contribuera
également à la mise en œuvre de la directive
Inspire, applicable aux données météorologiques à
l’échéance de 2019.
appuyer les politiques

de coopération de la France


L'afrique restera une zone prioritaire pour des
actions de coopération impliquant Météo-France
et ses filiales MFI et Météorage, en appui des
politiques françaises de coopération et d'aide au
développement. Météo-France apportera son
soutien au centre africain pour les applications de
la météorologie pour un développement durable
(acmad), notamment pour la réalisation des projets
climServafrica et Vigirisk respectivement financés
par la BaD et le FFeM et consacrés à la prévention
des risques, au développement durable et à la lutte
contre les impacts du changement climatique, ou à
d’autres initiatives relevant du futur cadre mondial
pour les services climatiques. en fonction des ressources mobilisées par les financeurs, Météo-France pourra notamment appuyer, avec le concours
de sa filiale Météo France International (MFI), les
efforts de reconstruction ou de consolidation des
capacités de services météorologiques étrangers
et la mise en place de services climatiques.
57
9 > LeS FonctIonS DE SOUTIEN
9
LeS FonctIonS
DE SOUTIEN
Formation
L’
activité d’un service météorologique nécessite des compétences très spécifiques.
L’ecole nationale de la météorologie (enM),
directement rattachée au service météorologique
depuis sa création, répond à ce besoin, notamment en matière de formation initiale du personnel.
Par ailleurs, la formation tout au long de la vie
est une exigence indispensable dans un univers
technique comme celui de la météorologie et du
climat. La formation doit donc s’adapter aux enjeux
scientifiques et techniques complexes de l’établissement. elle est également un facteur important
pour son dynamisme et sa capacité d’innovation.
L’existence de l’ecole nationale de la météorologie
est un atout qu’il convient de valoriser en assurant
l’intégration de l’école au sein du système d’enseignement supérieur français.
Météo-France conduira ses actions de formation
en vue de préparer et d’accompagner les évolutions de l’établissement et des métiers prévues
au cours des prochaines années. en particulier, il
poursuivra les efforts engagés pour apporter au
personnel toutes les compétences nécessaires à
la mise en œuvre et à l’achèvement de la réforme
en cours de l’établissement. Il s’attachera à offrir
les formations nécessaires au développement de
l’expertise des prévisionnistes en lien avec les nouveaux outils et modes d’organisation mis en place.
58
Par ailleurs, un projet de fusion de plusieurs corps
d’ingénieurs des travaux, dont celui de la météorologie, a été initié par le ministère chargé du
développement durable. Météo-France et l’ecole
nationale de la météorologie apporteront leur
contribution à ce projet en proposant au niveau
toulousain une offre de formation à même de répondre non seulement aux besoins de l’établissement public, mais aussi d’autres acteurs intéressés
par ce type de compétences.
contribuer à la création d’un pôle

d’enseignement performant dans le
cadre de l’Institut national polytechnique
de toulouse tout en réduisant les coûts
unitaires de formation initiale

Les années écoulées ont vu un rapprochement
entre l’enM et l’Institut national polytechnique
de toulouse (InPt), lui-même membre du PreS
Université de toulouse. cela permet à l’enM de
s’appuyer sur ses partenaires dans les domaines
d’enseignement connexes à son cœur de métier
(informatique, hydraulique, mathématiques appli-
Meteo France COP 2012 - 2016
quées…). Avoir conduit une telle ouverture place
favorablement l’ENM dans le concert de l’enseignement supérieur alors qu’elle vient de voir renouvelée son habilitation à délivrer le diplôme d’ingénieur. Cette évolution devra être renforcée au cours
de la période du contrat afin de parvenir à créer un
pôle d’enseignement centré sur les thématiques
de la météorologie, du climat, de l’hydrologie, de
l’environnement et du développement durable.
Météo-France développera l’identité propre de
l’Ecole nationale de la météorologie en appuyant
ses actions pour accroître son rayonnement en direction du monde académique et des entreprises.
L’Ecole nationale de la météorologie développera
de nouvelles formations en coopération avec
l’INPT, avec notamment la mise en place d’une
formation en modélisation numérique des fluides
géophysiques/calcul intensif et d’une formation dite
d’« ingénieur du développement durable ». L’Ecole
nationale de la météorologie recherchera avec
l’INPT une intégration plus étroite entre les deux
structures d’enseignement.
Conformément aux attentes de la commission du
titre d’ingénieur, l’ENM développera son recrutement d’élèves non fonctionnaires afin de faire de
ces derniers une composante du même ordre de
grandeur que leurs homologues fonctionnaires au
sein des étudiants de l’ENM, tout en veillant à leur
bonne intégration professionnelle.
A gauche, l'Ecole nationale
de la météorologie.A droite,
cours "mesures et capteurs
météo".
L’ENM apportera sa contribution au projet de fusion annoncée des corps d’ingénieurs des travaux
des ministères chargés du développement durable
et de l’agriculture. Les acquis du pôle d’enseignement toulousain devront déboucher sur une offre
attractive pour la formation du corps fusionné.
Météo-France visera une réduction du coût de la
formation initiale de ses personnels par le biais
d’une plus grande mutualisation, respectueuse des
spécificités techniques du personnel, mais tirant
parti de tous les outils de coopération envisageables.
Conduire les adaptations

nécessaires de la formation des
prévisionnistes aéronautiques pour la
mettre en conformité avec les nouvelles
normes internationales 
59
9 > LES FONCTIONS DE SOUTIEN
Au cours du XVIème congrès de l’OMM à Genève
en mai 2011, des orientations nouvelles ont été
définies concernant la formation et les compétences professionnelles des personnels chargés des Le siège de Météo-France,
à Saint-Mandé.
activités de météorologie aéronautique. Ont en
particulier été formulées des définitions nouvelles
des classifications traditionnelles de l’OMM du
« Technicien en Météorologie » et du « Météorologiste ».
Les attentes en matière de formation pour chacun
de ces niveaux ont été précisées. Parallèlement, il
a été décidé que tous les prévisionnistes aéronautiques en exercice devront pouvoir démontrer d’ici
2013 leur maîtrise des compétences professionnelles définies par l’OMM et, par la suite d’ici 2016,
pour tous les personnels impliqués dans l’activité
aéronautique, justifier d’une formation de base
dont le contenu en matière de météorologie aéronautique sera équivalent à ce qui est exigé d’une
formation de Météorologiste.
Pour répondre à ces évolutions, l’Ecole nationale
de la météorologie conduira une revue des formations actuellement dispensées pour s’assurer de
leur cohérence avec le niveau Météorologiste. Une
attention particulière sera prêtée au cas des personnels militaires formés par l’Ecole afin d’assurer
la conformité de leur formation aux attentes.
L’ENM s’assurera de la formalisation des compétences professionnelles requises pour les différents
postes ou fonctions de prévisionnistes aéronautiques à Météo-France. Elle définira et mettra en
place les procédures d’évaluation des compétences professionnelles des prévisionnistes aéronautiques en exercice.
60
Mise en place de la nouvelle formation « ingénieur du développement
durable »
A
u cours des deux précédents contrats
d’objectifs, Météo-France a engagé et
mené à bien plusieurs actions de modernisation du fonctionnement administratif et financier
de l’établissement : la certification ISO 9001 qui
s’est aussi appliquée aux procédures budgétaires
et comptables, l’établissement et le perfectionnement régulier d’une comptabilité analytique
restituant les coûts des trois secteurs d’activités
de l’établissement, le renouvellement du logiciel
budgétaire et comptable intégrant notamment la
gestion de l’assujettissement partiel à la TVA, la
mise en place de nouvelles procédures de gestion
des immobilisations, le rapprochement des inventaires physique et comptable. L’établissement s’est
également engagé depuis quelques années dans
la mise en œuvre d’une méthodologie d’analyse
et d’évaluation des risques. Ces divers points ont
constitué les pré-requis indispensables pour la première certification des comptes. La période à venir
doit conduire à renforcer encore ces processus en
concentrant les efforts sur le contrôle interne, les
progrès continus de la restitution comptable et la
maîtrise des dépenses.
En termes de patrimoine, Météo-France a élaboré
un schéma de programmation stratégique en matière immobilière (SPSI). Ce dernier a été approuvé
en juillet 2011 par le conseil d’administration de
l’établissement public. Il définit les principales
orientations pour les cinq années à venir et constituera donc le cadre naturel des actions à mettre en
œuvre au cours du présent contrat.
Météo-France et l’ENM veilleront à garantir la
conformité aux exigences de l’OMM à l’horizon
2016.
Mise en place d’une formation en modélisation
numérique des fluides
géophysiques/calcul
intensif (Météo-France/
Cerfacs /ENSEEIHT)
Gestion administrative,
financière et logistique
Coût de formation
par élève de l’ENM
objectif d’une baisse
15%
sur la
de
période du contrat
Conformité des
formations en matière
aéronautique aux normes
de l’Organisation
internationale de
l’aviation civile (OACI)
et de l’OMM en 2016
Meteo France COP 2012 - 2016
accroître la maîtrise

des risques et consolider
la certification des comptes
contribuer à la maîtrise des

dépenses de l’etat en renforçant

La première certification des comptes a été
acquise en 2010, au titre des comptes 2009. elle
marque l’aboutissement d’un effort considérable
de la part de l’établissement public pour donner
une vision aussi complète et fidèle que possible de
son patrimoine et de ses comptes.
L’établissement apportera sa contribution à la
maîtrise des dépenses publiques en prêtant une
attention particulière aux dépenses de fonctionnement et en recherchant une utilisation optimale des crédits qui lui sont attribués. alors qu’il
doit conduire un programme d’investissements
ambitieux, il mettra l’accent sur la rigueur dans la
programmation des investissements et la mise en
œuvre efficace de cette dernière.
Météo-France s’attachera à maintenir tout au
long du contrat une certification sans réserve de
ses comptes. Il visera une fiabilisation accrue des
procédures d’inventaire avec un rapprochement
automatisé entre outils de suivi comptables et
techniques. Il renforcera son cycle d’audits internes
pour contribuer à une maîtrise supérieure des
risques.
Il recherchera toutes les pistes d’amélioration lui
permettant de réduire encore ses délais de paiement en lien avec l’agence comptable principale et
le réseau d’agences comptables secondaires.
enfin, en lien avec les évolutions du système de
management de la qualité, il consolidera son approche de la gestion des risques, avec notamment
une fonction d’audit interne renforcée dans une
logique de maîtrise globale de l’activité de l’établissement.
renforcer le pilotage

financier de l’établissement
Météo-France visera une évolution continue de sa
comptabilité analytique afin de restituer encore plus
fidèlement les coûts des différentes gammes de
produits et services de l’établissement. Il s’agira en
particulier de fournir une restitution analytique plus
fine de chacun des grands métiers de manière à
conforter le pilotage qui est assuré. Il s’attachera
parallèlement à élaborer des modalités de suivi à
même d’accroître la lisibilité de la programmation
financière et son exécution, en particulier dans le
domaine des investissements.
la rigueur de la programmation
budgétaire et comptable

Dans le cadre de la certification des comptes de
l’etat, Météo-France assurera à partir de 2012 une
clôture de ses comptes plus précoce en visant une
date cible du 30 mars à l’horizon 2014.
Mettre en œuvre le schéma
 pluriannuel de stratégie

immobilière (SPSI)

Le schéma pluriannuel de stratégie immobilière
(SPSI) de Météo-France a été approuvé en juillet
2011. Il repose sur deux orientations principales :
• poursuivre les opérations de sauvegarde et
d’amélioration du patrimoine afin de répondre
aux besoins des services avec des locaux modernes en lien avec les exigences du Grenelle de
l’environnement, tout en réduisant les coûts de
fonctionnement ;
• assurer une optimisation d’ensemble du patrimoine en lien avec les évolutions de structure de
61
9 > LES FONCTIONS DE SOUTIEN
l’établissement (respect des normes en termes
de surfaces, recherche de solutions optimisées
selon la nature des implantations, coopération
avec d’autres services de l’Etat).
Météo-France conduira une première étape de
mise aux normes des bâtiments du site de la météopole à Toulouse. Ce site est celui qui rassemble
le plus grand nombre d’agents de l’établissement.
Sa construction a été menée au début des années
1980. Les récents audits conduits montrent qu’il
se caractérise par des performances énergétiques
et un état des bâtiments perfectibles.
Vue aérienne de la
"Météopole" de Toulouse.
A cet effet, Météo-France définira et mettra en
œuvre un plan de travaux permettant d’assurer
une remise à niveau en termes d’entretien et un
passage à une étiquette énergétique supérieure
pour chacun des bâtiments en donnant la priorité
aux plus anciens. Le rythme précis de déploiement
de ce plan sera affiné en fonction des disponibilités
financières de l’établissement. Météo-France visera
dans un premier temps un objectif de réduction
de 15% des consommations énergétiques et des
émissions de gaz à effet de serre.
Dans le cadre de l’évolution du réseau territorial,
Météo-France rationalisera progressivement son
patrimoine immobilier, en procédant aux cessions
ou remises en dotation correspondantes afin de
conclure le contrat avec un patrimoine en adéquation avec l’organisation cible.
Le site de Trappes constitue l’une des implantations historiques de la météorologie nationale. Il est
désormais occupé par un nombre réduit de personnes depuis le transfert des principales équipes
auparavant présentes sur le site, vers Toulouse.
Météo-France définira un schéma global d’utilisation et de valorisation du site prenant en compte
les coûts et les recettes associées afin d’engager
le cas échéant les évolutions immobilières correspondantes.
L’activité de Météo-France peut impliquer la disponibilité de logements destinés au personnel. Il
est toutefois nécessaire de définir précisément ce
parc en fonction des obligations réglementaires et
des besoins. Météo-France conduira une action
de réduction de son parc de logements visant à
libérer progressivement l’ensemble des logements
en métropole ainsi qu’une rationalisation du parc
outre-mer.
Taux de report de
crédits non consommés
après dernière décision
modificative
Evolution du volume de
crédits de fonctionnement
(trajectoire définie selon
indicateurs LOLF et programmation budgétaire)
< 3%
-10%
en fonctionnement
< 15%
jusqu’en 2013
par rapport à 2010
Taux annuel de consommation des crédits de
fonctionnement (hors
Eumetsat, contrats européens et conventions particulières, amortissements
et charges de personnel)
objectif de
95%
Taux annuel de
consommation des
crédits d'investissement
objectif de
85%
en investissement
Maintien de la certification
des comptes sans réserve
majeure
62
Réalisation d’un cycle
annuel de révision de la
comptabilité analytique
Gain d’un niveau dans
les étiquettes énergie
des bâtiments du site de
Toulouse
Taux de factures payées
en moins de 30 jours
Réduction du parc
de logements de
Météo-France
30%
objectif de
sur la période
Meteo France COP 2012 - 2016
Ressources humaines
P
our satisfaire aux objectifs qui lui sont
assignés, Météo-France se doit de disposer
des ressources humaines indispensables
au bon accomplissement de ses missions. La
compétence et l’engagement de tous les personnels de Météo-France, guidés par leur sens du
service public, représentent un atout majeur dont
l’établissement doit tirer profit.
L’évolution en cours de l’organisation de MétéoFrance renforce la nécessité d’un accompagnement rapproché du personnel pour l’orienter dans
les mutations en cours qui peuvent apparaître à
certains comme un bouleversement de leur activité
et du sens qu’ils assignent à leur métier. Il appartient à la gestion des ressources humaines de
donner à tous l’appui nécessaire pour réussir cette
adaptation et s’inscrire dans la perspective de la
stratégie de développement ambitieuse dessinée
dans le présent contrat.
Météo-France est également soucieux de la
prévention des risques psycho-sociaux et a mis en
place en 2011 un plan destiné à identifier, prévenir et porter remède à ces derniers lorsqu’ils se
manifestent au sein de l’établissement. Il poursuivra sa mise en œuvre et prêtera une attention
particulière à toute difficulté associée. Il mènera en
outre une action pour la prévention des inégalités
et des discriminations, notamment en développant
les études, diagnostics et bilans permettant de
garantir la transparence, l’objectivité et la traçabilité
dans les divers processus de gestion.
enfin, les contraintes actuelles pesant sur les
effectifs et la masse salariale impliquent pour
Météo-France un suivi extrêmement attentif de ses
ressources pour s’assurer qu’il tire le plein parti des
compétences disponibles.
Développer et faciliter

la gestion des compétences

au cours des années écoulées, Météo-France a
développé une gestion des ressources humaines
et des compétences modernisée au travers d’une
Gestion prévisionnelle des emplois, des effectifs et
des compétences (Gpeec). cela s’est accompagné de la mise en place d’un progiciel de gestion
des ressources humaines qu’il conviendra de
fiabiliser dans la durée.
Météo-France veillera au maintien à jour et à l’amélioration du référentiel de compétences utilisé pour
la description des postes. Il s’attachera à ce que
l’ensemble des dossiers de personnel comprenne
un recensement et une évaluation des compétences. Il mettra en œuvre les politiques de formation
nécessaires pour combler les lacunes éventuelles.
Météo-France mènera régulièrement un exercice
d’identification des compétences rares ou sensibles au sein de l’établissement afin de définir des
mesures pour les développer ou les préserver. Des
mesures incitatives à l’innovation individuelle ou
collective seront proposées.
Météo-France conduira une prospective actualisée
sur l’évolution des métiers à l’horizon 2020 en
s’appuyant sur les bases de données constituées
dans le cadre de la Gpeec.
Météo-France veillera à développer une gestion de
carrière personnalisée et à ce que ses procédures
de gestion interne tirent le meilleur parti de l’ensemble des outils mis en place (mutation, évolution
de carrière, évaluation).
63
9 > LeS FonctIonS DE SOUTIEN
L’établissement fera en sorte que les travaux
menés au titre de la Gpeec soient articulés avec les
évolutions stratégiques engagés au sein de l’établissement, afin d’anticiper tout besoin de compétences de redéploiement des personnels.
Plus largement, Météo-France visera une simplification d’ensemble de ses procédures internes
de sorte que les outils de gestion des ressources
humaines soient pleinement partagés par tous et
en prise sur les activités opérationnelles.
accompagner les

évolutions de structure
de l’établissement

Les évolutions engagées sont majeures dans la
mesure où elles modifient profondément la structure territoriale et le mode de travail des agents. Plus
encore, la fermeture d’une cinquantaine de centres
induit des mobilités souvent non souhaitées par
les agents. Pour que cette évolution puisse être
conduite dans les meilleures conditions tant pour le
personnel que pour l’établissement, Météo-France
a mis en place un projet national d’accompagnement individuel dont le but est d’examiner chaque
situation et de proposer un accompagnement
individuel à chaque agent.
Météo-France poursuivra sa politique d’accompagnement des agents concernés par ces évolutions d’organisation afin d’identifier avec eux les
solutions les plus conformes à leurs intérêts et à
ceux de l’établissement. cela passera par la mise
en œuvre de propositions de reclassement au
sein de Météo-France pour chacune des tranches
annuelles de fermeture des implantations territoriales au terme d’un processus permettant d’explorer
l’ensemble des possibilités au regard des attentes
exprimées. Dans la mesure du possible, le ministère chargé du développement durable apportera
son appui à l’établissement public pour compléter
l’offre des emplois proposés aux personnels affectés par les évolutions territoriales.
64
conduire une politique

de formation permanente ambitieuse
Les évolutions de l’établissement supposent un
programme de formation permanente ambitieux,
mis en œuvre par l’ecole nationale de la météorologie, en particulier dans l’optique de la prise
de poste des agents dans le cadre de la nouvelle
organisation de la prévision.
Le Schéma directeur de la formation permanente
sera actualisé à intervalles réguliers pour s’assurer de la bonne prise en compte des priorités de
l’établissement. Sans préjuger des autres formations, l’objectif est d’atteindre un volume moyen de
formation professionnelle centrée sur le cœur de
métier d’au moins 2 jours par an et par agent.
Dans le domaine de la prévision, un accent particulier sera attaché à la formation des prévisionnistes
afin que ces derniers s’approprient pleinement
les outils nouveaux et les utilisent pour valoriser et
développer leur expertise. Un lien sera par ailleurs
établi avec les actions en matière de développement durable.
adapter la gestion de

l’établissement aux évolutions
interministérielles de la gestion
des agents de l’etat

Météo-France adaptera ses modes de gestion aux
évolutions en cours au sein de la fonction publique.
Il prendra notamment en compte les évolutions de
la gestion des carrières de l’établissement liées aux
fusions de corps actuellement projetées. Il veillera
à permettre la fongibilité des postes entre corps
lorsque cela est possible.

Meteo France COP 2012 - 2016
Il s’inscrira dans le cadre des évolutions interministérielles en faisant évoluer les régimes indemnitaires de l’établissement vers un régime fonctionnel
unifié.
Pourcentage des postes
dotés d’une fiche de
poste à jour avec
description détaillée
des compétences
Il préparera le transfert des opérations de paie vers
l’opérateur national de paie à l’horizon 2016.
Maîtriser l’évolution de
 100% en 2013
la masse salariale et fiabiliser
les instruments de prévision
de la dépense

Météo-France appliquera pour la gestion de ses
effectifs le principe de non remplacement d’un
départ à la retraite sur deux. Il contribuera ainsi à la
maîtrise de sa masse salariale et facilitera la politique d’investissement indispensable sur le moyen
terme. enfin, Météo-France poursuivra son effort
pour la fiabilisation de ses prévisions budgétaires
en matière de masse salariale en lien avec un suivi
rigoureux des effectifs.
Pourcentage de dossiers
individuels comprenant
identification et évaluation
des compétences
90%
en régime permanent
Diminution du nombre
d’ETP à raison du non
remplacement d’un départ
à la retraite sur deux
(selon trajectoire)
réseau national des
correspondants de la
formation continue.
Ecart entre masse
salariale consommée et
prévision initiale
< 1%
Nombre de jours de
formation permanente
métier par agent et par an
2 jours
par an et par agent
sur le cœur de métier
4 jours
par an et par agent
en moyenne
65
10 > LE MANAGEMENT ET L'ORGANISATION
10
LE MANAGEMENT
ET L’ORGANISATION
P
our atteindre les objectifs assignés dans
ce contrat, Météo-France doit poursuivre ses efforts pour mener à terme le
chantier de réorganisation initié sur la période
2009-2011. Celui-ci se traduit par un resserrement
du réseau territorial de Météo-France. Tout en
préservant une forte présence locale en comparaison des services européens homologues, MétéoFrance entend ainsi répondre plus efficacement
aux attentes des diverses parties prenantes tout en
maintenant la qualité de son service avec un nombre réduit d’implantations (passage de 108 à 55).
Le but de cette évolution est de disposer d’une
organisation du travail plus efficace avec une
prévision amont (prévision générale sans adaptation spécifique aux besoins de chaque utilisateur)
réalisée sur deux niveaux (national/régional) et non
trois (national/régional/départemental) comme
aujourd’hui. En parallèle, un accent renforcé sera
placé sur l’aide à la décision afin d’apporter une
prestation encore mieux adaptée aux utilisateurs
(prévision conseil). Enfin, elle permettra de dégager
des ressources pour que Météo-France puisse se
renforcer sur les enjeux scientifiques et techniques
déclinés précédemment.
L’effort ainsi demandé est considérable car il
appelle aussi une adaptation du personnel à de
nouvelles manières de procéder. C’est pour cette
66
raison qu’un suivi très attentif a été mis en place
au sein de l’établissement afin d’accompagner au
mieux ce processus de transformation et d’apporter un appui à tous les agents concernés. Le
contrat 2009-2011 a préparé cette évolution. Il
appartiendra à Météo-France de l’ancrer dans la
pratique au cours de la période à venir.
Météo-France devra également rechercher une
simplification et une rigueur croissante dans la
gestion de l’ensemble de ses activités. Cela passe
notamment par la poursuite des actions menées
pour optimiser le système de production et le
rendre plus flexible et adaptable aux besoins des
divers utilisateurs.
Il est également indispensable que l’établissement
public s’inscrive dans une démarche de développement durable. Les recherches menées par
Météo-France, son appui aux politiques publiques, son expertise pour contribuer à développer
l’activité économique dans un cadre respectueux
de l’environnement, sont autant de contributions
à cette préoccupation majeure. Elles engagent
aussi bien l’expertise de Météo-France en matière
de climat que ses compétences météorologiques.
Météo-France maintiendra cette implication. Enfin,
au quotidien, Météo-France placera son action
sous le signe de l’éco-responsabilité.
METEO FRANCE COp 2012 - 2016
Mener à son terme la refonte

du réseau territorial et mettre en
œuvre les évolutions associées
de l’organisation de Météo-France
Météo-France conclura pendant la période du
contrat l’évolution engagée en 2008 de son réseau
territorial. Cela recouvre à la fois la mise en œuvre
complète de la nouvelle organisation opérationnelle de la prévision. Météo-France développera la
prévision conseil qui vise à permettre une meilleure
appropriation par les utilisateurs. Météo-France
veillera à ce que cette évolution soit conduite en
maintenant ou en améliorant la qualité générale de
ses productions. A partir de fin 2011 s’échelonneront les fermetures de sites et la bascule dans la
nouvelle configuration. Météo-France s’attachera
à disposer fin 2016 d’une organisation générale
conforme au schéma cible. Cette évolution devra
être réalisée sans perte de qualité dans les prestations apportées par Météo-France. A titre indicatif,
on rappelle les centres identifiés comme devant
être fermés :
- pour les fermetures annoncées
ou en cours d’examen
• 2011-2012 : Ain (Ambérieu), Aisne (Saint Quentin), Allier (Vichy), Aude (Carcassonne), Aveyron
(Millau), Corrèze (Brive), Côtes d’Armor (Saint
Brieuc), Creuse (Guéret), Eure (Evreux), Eure-et-

Loir (Chartres), Meuse (Bar-le-Duc), Seine-etMarne (Melun), Territoire de Belfort (Belfort), Vosges (Epinal), stations aéronautiques du Bourget,
Strasbourg-Entzheim, Quimper, Figari.
• 2013 : Yonne (Auxerre), Ardennes (CharlevilleMézières), Haute-Saône (Vesoul), Haut-Rhin
(Colmar), Mayenne (Laval), Alpes-de-HauteProvence (Saint-Auban), Vaucluse (Carpentras),
Lozère (Mende), Lot (Gourdon), Tarn et Garonne
(Montauban), Haute-Loire (Le Puy), Dordogne
(Bergerac), station aéronautique de Saint-Geoirs
(Isère)
• 2014 : Loir-et-Cher (Blois), Jura (Lons-le-Saunier),
Orne (Alençon), Deux-Sèvres (Niort), Charente
(Cognac), Ariège (Saint Girons)
- pour les fermetures à venir
• Nièvre (Nevers), Ardèche (Aubenas), Loiret
(Orléans), Haute-Marne (Langres), Morbihan
(Vannes), Var (Toulon), Gers (Auch), Landes
(Mont de Marsan), Indre (Chateauroux), Pyrénées
Atlantiques (Pau), Vendée (La Roche sur Yon),
Sarthe (Le Mans), Loire (Saint Etienne), Savoie
(Chambéry), station aéronautique de Lesquin et
de Toussus.
67
10 > LE MANAGEMENT ET L'ORGANISATION
Simplifier le système

de management de la qualité
tout en maintenant la certification
qualité ISO 9001 
Météo-France se doit d’assurer une écoute de
ses commanditaires et usagers, afin de progresser
dans la réalisation de ses missions et l’atteinte
des objectifs assignés. Météo-France maintiendra l’écoute au cœur de sa politique qualité, pour
évaluer le niveau de satisfaction des usagers,
mais aussi pour créer les conditions d’un dialogue
fructueux.
Météo-France s’appuiera sur le Conseil Supérieur
de la Météorologie, présidé par le Ministre exerçant
la tutelle de Météo-France, et sur ses commissions
spécialisées, pour réaliser au mieux ses missions
de service public. Il veillera dans la mesure du possible à répondre aux vœux formulés annuellement
par le Conseil.
Météo-France maintiendra sa certification qualité
ISO 9001 et visera une simplification de son système de management de la qualité en tendant vers
la fusion progressive de l’ensemble des systèmes
qualité en un seul système national. Il s’emploiera
au cours de la période à renforcer l’analyse des
risques afin de disposer d’une grille de lecture plus
robuste pour l’ensemble de l’établissement et d’un
système d’audit interne renforcé.
Conduire une optimisation

des systèmes de production 
La diversité des activités de Météo-France a
suscité la mise en place au fil des années d’un système de production complexe, destiné à répondre
à la multiplicité des attentes de toutes les parties
prenantes.
Pour le présent contrat, Météo-France recherchera
une standardisation accrue de sa production, grâce au développement de nouveaux composants
de données productibles (en 2013 seront notamment mis en œuvre des composants de données
productibles prévision immédiate et moyenne
68
Assemblée générale
du Conseil supérieur
de la météorologie :
Présentation des voeux des
commissions et exposés
techniques.
échéance) et à l’extension de l’utilisation du générateur automatique de textes. L’établissement
visera tant la rationalisation de la production que le
développement d’outils d’aide à la fabrication ou
de vocalisation qui apporteront une simplification et
offriront au personnel de Météo-France le support
le plus efficace pour formuler son expertise.
Météo-France renforcera son recours aux outils
de production reposant sur des technologies web
pour les productions nécessitant une intervention
humaine, afin de s’affranchir progressivement de
systèmes de production décentralisés et de viser
une plus grande homogénéité. D’ici 2013, MétéoFrance disposera d’un outil unique de production
pour l’ensemble des productions médias PAI
(« prêts à imprimer »), Médianet, dont l’utilisation
sera progressivement généralisée entre 2013
et 2015 pour tout type de production, régionale
ou départementale, demandant une intervention
humaine.
Météo-France rationalisera par ailleurs sa base
client/produit afin de disposer d’une vision unique
et partagée de l’ensemble des productions et des
clients associés.
Météo-France fera évoluer la plate-forme Phoenix,
outil de production des sites extranet pour les
divers usagers afin de profiter des fonctionnalités
offertes par les nouvelles technologies internet et
les services développés autour de l’outil du prévisionniste Synopsis (cf. section sur les infrastructures essentielles).
METEO FRANCE COp 2012 - 2016
Météo-France recherchera à rendre davantage
de produits accessibles directement en ligne sur
internet. Ainsi sera mise en œuvre l’automatisation
de la production des certificats d’intempérie pour
au moins 80% des cas concernés.
Enfin, Météo-France poursuivra la structuration
de son activité autour de « pôles« de production
thématiques à même d’intégrer la compétence
métier nécessaire et de garantir la réactivité face à
Des moyens de visioconférence pour réduire
les déplacements.
Poursuivre une démarche

éco-responsable exemplaire

la demande.
Au cours du précédent contrat, Météo-France
s’était assigné un ensemble d’objectifs en matière
d’éco-responsabilité. Il est possible d’en tirer ici un
bilan succinct :
tés dans les directions régionales et à Toulouse ;
• adhésion de l’établissement à l’Agence parisienne du climat dans un souci de diffusion de
la connaissance et promotion des politiques de
développement durable.
• engagement d’une politique de réduction et de
renouvellement de son parc automobile. Une
réduction de près de 10% par rapport à 2009
sera acquise d’ici fin 2011. Le rythme de remplacement des véhicules de plus de 7 ans par des
véhicules émettant moins de 120 g de CO2 par
km s’est accéléré avec un taux de plus de 10%
en 2011 ;
• développement de l’emploi de nouveaux moyens
de communication contribuant à réduire les
déplacements. Ainsi, on note une baisse de 11%
des déplacements aériens entre 2008 et 2009,
puis de 25% entre 2009 et 2010 ;
• réalisation de bilans carbone après formation de
plusieurs agents à cette technique ;
• mise en place d’un suivi des consommations
de fluides afin de prendre toute mesure pour en
maîtriser la dérive ;
• lancement et réalisation d’un plan d’audits énergétiques afin de contribuer au schéma pluriannuel de stratégie immobilière ;
• mise en place d’une politique d’achats éco-responsable avec la prise en compte de ce critère
dans les opérations conduites ;
• rationalisation du parc d’équipements informatiques pour en réduire la consommation au travers
de la virtualisation en cours des serveurs implan-
Pour les années à venir, trois axes d’action seront
développés.
Renforcer et approfondir les
démarches environnementales
engagées
Météo-France généralisera et mettra en place un
cycle d’actualisation régulier des bilans carbone
réalisés sur ses diverses implantations. Il participera à la démarche de l’Ademe en vue de l’évolution
et de la promotion du bilan carbone en devenant
membre de l’association que l’Ademe entend créer
à cet effet.
Météo-France établira un plan administration
exemplaire d’ici 2013 et le mettra en œuvre sur la
durée du contrat. Il s’appuiera notamment sur ses
actions de formation permanente.
Météo-France évaluera l’intérêt d’une possible certification ISO 14001 sur une part de ses activités
d’ici la fin du contrat.
Météo-France développera les actions de suivi
des consommations en visant une réduction
tendancielle de 2% par an (hors cas spécifique de
69
10 > LE MANAGEMENT ET L'ORGANISATION
Plan de réduction et de
jouvence du parc automobile et diminution de
l'empreinte énergétique
du bâti font partie de la
démarche éco-responsable de Météo-France.
l’électricité liée au supercalculateur).
Poursuivre la diminution de la
production de gaz à effet de serre
liée aux transports
Météo-France poursuivra son plan de réduction
et de jouvence de son parc automobile conformément aux instructions ministérielles.
Diminuer l’empreinte
énergétique du bâti
Cet axe de progrès s’inscrit dans le droit fil des
mesures prévues au titre du schéma pluriannuel de
stratégie immobilière exposé supra. On visera sur
ce point une réduction tendancielle de 1% par an
du total des dépenses liées aux transports.
Météo-France maintiendra également une politique
de réduction des émissions liées aux transports en
visant une décroissance régulière facilitée par les
nouveaux outils de communication.
Nombre annuel de vœux
du Conseil Supérieur de la
Météorologie pleinement
ou partiellement satisfaits,
ramené au nombre total
de vœux émis ou maintenus l’année précédente
Mise en œuvre de la
réorganisation territoriale
(Resserrement du réseau)
Mise en œuvre d’une
nouvelle version de
l’outil phoenix pour les
extranets
85%
80%
en moyenne sur la période
Taux de réduction
des consommations
de fluides
pourcentage des
implantations disposant
d’un bilan carbone de
moins de trois ans
20%
2%
50%
2%
par an ensuite
70
en fin de contrat
Taux de réduction
du parc automobile
entre 2010 et 2013,
pourcentage d’automatisation de la production
des certificats d’intempérie
par an hors électricité
du calculateur
en 2012,
100%
ensuite
baisse du volume
de dépenses liées
aux transports
1%
par an
METEO FRANCE COp 2012 - 2016
11
SUIVI DE LA
MISE EN OEuVRE
du CONTRAT
Le présent contrat fera l’objet d’un bilan annuel disponible
avant la fin du premier semestre de chaque année et donnera lieu,
au second semestre de chaque année, à une réunion d’échange
avec la tutelle. Les bilans annuels seront présentés au Conseil
d’Administration, ainsi que le bilan global produit à l’échéance
du contrat.
La Ministre de l’Ecologie, du Développement
Durable, des Transports et du Logement
Le Président-directeur général
de Météo-France
Nathalie Kosciusko-Morizet
François Jacq
71
anneXeS
ANNEXES
72
Meteo France COP 2012 - 2016
ANNEXE I : GRILLE DE LECTURE DES ACTIVITES
DE L’ETABLISSEMENT PUBLIC
Commanditaires
Europe
Ministère
Ecologie
Ministère
Intérieur
Ministère
Recherche
Autres
ministères
collectivités
Région
Département
Clients
Commune privés
Production
Les missions institutionnelles
L’appui météorologique à la
gestion des risques (domaines :
sécurité météorologique des
personnes et des biens, risque
sanitaire, risque hydrologique,
pollutions accidentelles)
La météorologie de défense
La diffusion de l’information
et de la connaissance
météorologiques
Le service météorologique
à la navigation aérienne
L’activité commerciale
Les activités cœur de métier
La recherche (domaines :
observation, prévision,
processus, et changement
climatique)
L’observation
La prévision
Les services climatiques
Le développement et la gestion
des infrastructures essentielles
Soutien
Enseignement et formation
Gestion administrative et
financière, logistique et support
Gestion des ressources
humaines
Gestion et organisation
Pilotage, veille,…
1. Les différentes lignes du tableau correspondent aux principales activités conduites par l’établissement.
2. Les colonnes indiquent les principales parties prenantes. Pour autant il peut existe des cases sans correspondance,
i.e pour une activité donnée, toutes les parties prenantes ne sont pas concernées.
3. En matière de système d’information, on distingue entre le cœur de métier (infrastructure essentielle, traitement et
diffusion de l’information) qui est une activité en soi et ce qui relève du support qui vient dans la rubrique soutien.
73
ANNEXES
ANNEXE II : PROSPECTIVE 2012-2016 SUR LES PROJETS
STRUCTURANTS DE L’ETABLISSEMENT ET LES GRANDS
EQUILIBRES FINANCIERS ASSOCIES
La présente fiche est destinée à esquisser les
principales hypothèses ou ordres de grandeur sur
les éléments structurants de la période 2012-2016.
Les données présentées sont, par définition, entachées d’incertitude. Elles ne sauraient correspondre à une programmation budgétaire et ne valent
en tout état de cause pas engagement budgétaire.
Elles ont pour objet d’offrir un cadre de réflexion
stratégique pour éclairer au fur et à mesure de la
mise en œuvre du contrat les décisions de gestion
et disposer d’un cadre de référence pour apprécier
les priorités.
Pour évaluer les impacts financiers par rapport à
une référence, les scénarios prospectifs esquissés s’appuient sur la programmation budgétaire
2011-2013 arrêtée dans le cadre de la préparation
du PLF 2011 ainsi que sur les travaux prospectifs
conduits par l’établissement dans le cadre de la
préparation du contrat, notamment les schémas
pluriannuels en matière d’observation et de système d’information.
de quatre radars en bande X, dans le cadre du
partenariat avec la DGPR en appui au plan national de lutte contre les submersions. Par ailleurs,
le réseau de surface verra le remplacement des
stations actuelles et le déploiement d’une nouvelle génération de stations automatiques ;
• la mise en œuvre du schéma pluriannuel de
stratégie immobilière approuvé par le conseil
d’administration, avec notamment l’amélioration
du patrimoine immobilier du site de Toulouse.
Ces chantiers représentent un montant cumulé de
l’ordre de 120 M€.
Orientations concernant
l’activité de l’établissement
L’établissement poursuivra ses missions en faveur
de la navigation aérienne. En accord avec la
DGAC, le montant issu de la redevance pour services terminaux de la circulation aérienne (RSTCA)
sera stabilisé à la hauteur de sa valeur 2011
(87,25 M€) sur la période du contrat.
Les investissements
Le scénario de référence concernant les investissements identifie trois axes stratégiques. Ils seraient
mis progressivement en œuvre sur la période du
contrat jusqu’en 2016 en adaptant le rythme et
l’ampleur en fonction du contexte :
• le renforcement des moyens en matière de calcul
haute performance avec un nouveau supercalculateur doté d’une puissance multipliée par dix,
avec un doublement des ressources financières
allouées ;
• le renouvellement et la modernisation du réseau
d’observation, avec notamment le remplacement
de 8 radars hydrométéorologiques et l’installation
74
Concernant la masse salariale, le scénario retient
par défaut l’hypothèse d’un maintien sur la période
des paramètres actuels avec la stabilité du taux de
cotisations pensions et du point fonction publique,
le GVT étant pris égal à celui de 2010. Par ailleurs,
il est prévu de poursuivre la politique de non
remplacement d’un départ sur deux. Sous ce jeu
d’hypothèses, la masse salariale se stabilise dès
2013 à un niveau légèrement supérieur à 268 M€
avec un schéma d’emploi en baisse d’environ 250
ETP.
En matière d’activité commerciale, il convient de
noter les conséquences possibles des orientations
gouvernementales en matière de données publi-
Meteo France COP 2012 - 2016
ques ainsi que le recul continu d’activités comme
celle des répondeurs téléphoniques. ceci devrait
engendrer une baisse progressive des ressources
propres à partir de 2014 avec une projection de
l’ordre de 30 M€ en fin de période.
EUMETSAT
Météo-France continuera d’assurer le portage de la
contribution financière à l’organisation européenne
pour les satellites météorologiques eUMetSat, le
budget correspondant étant issu du programme
consacré à la recherche spatiale. Sur la période,
deux projets majeurs sont prévus par eUMetSat :
• la troisième génération de satellites météorologiques géostationnaires (MtG)
• le futur programme de satellites en orbite polaire
(ePS-SG).
Par rapport aux montants actuels de l’ordre de
30 M€, les prévisions d’investissement indiquent
une progression sensible à l’horizon 2016 (de
l’ordre de 60 à 70 M€).
SYNTHESE
Les principaux axes stratégiques de développement ont été identifiés. La mise en œuvre sera
assurée dans le cadre de la gestion budgétaire
classique avec, le cas échéant, les choix de priorité
associés. Les décisions de gestion, aussi bien
sur les investissements que sur le pilotage des
moyens de fonctionnement et les développements
d’activités devront être cohérentes avec le cadrage
budgétaire et la subvention pour charges de
service public de l’etat associée. La mise en œuvre
du contrat d’objectifs et de performance veillera à
préserver l’équilibre financier de l’établissement en
limitant autant que possible le recours au prélèvement sur le fonds de roulement. Un point d’étape
sera réalisé au terme de la période 2012-2014
pour laquelle les orientations du triennal 2011-2013
devraient permettre d’assurer une mise en œuvre
conforme aux objectifs.
75
ANNEXES
ANNEXE III :TABLE DE CORRESPONDANCE ENTRE LES
ENGAGEMENTS DU GRENELLE DE L’ENVIRONNEMENT
ET LE CONTRAT
Référence engagement
Libellé ou extrait
Correspondance dans le contrat
Section du contrat
1. LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE
Lancer un programme de rupture technologique sur le bâtiment neuf
Engagement n°1
Tous les bâtiments et
équipements publics
devront être construits
dès maintenant (2010)
en basse consommation
(50 KWh/m2) ou seront
à énergie passive ou
positive.
Météo-France appliquera les exigences du Grenelle en matière de construction à ses opérations
immobilières nouvelles, notamment pour celui
de la Direction des Systèmes d’Observation sur
Toulouse. Un programme de rénovation des bâtiments anciens sera par ailleurs conduit sur le site
de la météopole de Toulouse.
9.2 Gestion administrative,
financière et logistique
Mettre en œuvre le schéma
pluriannuel de stratégie
immobilière
L’établissement poursuivra sa démarche de généralisation des nouvelles technologies de l'information. Il réduira également son parc automobile
et veillera à une maîtrise des déplacements, afin
de limiter autant que possible les déplacements
émetteurs de CO2.
10. Le management
et l'organisation
Poursuivre une démarche
éco-responsable exemplaire
10. Le management
et l'organisation
Poursuivre une démarche
éco-responsable exemplaire
Transport de voyageurs urbain et régional
Engagement n°21
Développement des
plans de déplacement
d'entreprises, d'administrations, d'écoles et de
zones d'activités (incitation ou obligation)
Réduire les impacts du transport aérien
Engagement n°30
Modernisation du contrôle aérien par la mise en
place du Ciel Unique
Européen : 200 M€
d'investissement français
dans le programme
Sesar, optimisation de la
circulation aérienne (croisière montante, descente
continue)
Météo-France améliorera ses modèles de prévision en accroissant la fréquence de rafraichissement et en développant la prévision probabiliste.
Il mettra en place une coopération européenne
avec ses homologues au sein du Fabec pour
harmoniser les productions.
Il conduira les activités de recherche nécessaires
à Sesar dans le cadre des projets définis par la
JU Sesar.
5.4 Le service
à la navigation aérienne
Intégrer l'innovation météorologique pour améliorer la
sécurité et la régularité du
trafic / Garantir la conformité
au Ciel Unique européen de
services plus compétitifs
Engagement n°33
Optimiser l'exploitation
et les dessertes des
aéroports: réduction
des temps d'attente
et de roulage: objectif
de réduction d'ADP de
10%, soit une économie
de 10 000 t de CO2.
Sur les plates-formes à fort enjeu, Météo-France
proposera de nouveaux services de pointe indispensables à l'amélioration de la prise de décision
collaborative en se fondant notamment sur une
nouvelle génération de modèle et en mettant en
place des systèmes d'observation dédiés.
5.4 Le service
à la navigation aérienne
Enrichir l'aide à la décision sur
les plates-formes
à fort enjeu.
Engagement n°156
Révision des modalités d'approche et de
décollage des avions
pour réduire le bruit et la
consommation
Météo-France conduira les travaux de recherche
prévus dans le cadre de Sesar, en lien avec ses
partenaires européens. Il contribuera ainsi à l'optimisation des trajectoires et des approches en
fonction des prévisions météorologiques.
5.4 Le service
à la navigation aérienne
Préparer l'avenir du service
météorologique à la navigation
aérienne
76
Meteo France COP 2012 - 2016
Référence engagement
Libellé ou extrait
Correspondance dans le contrat
Section du contrat
Météo-France proposera des scénarios climatiques régionalisés et contribuera à réduire
les incertitudes associées sur les projections
climatiques. Il mènera une réactualisation des
études d'impact à partir des nouvelles projections
réalisées pour le 5ème rapport du Giec, avec un
accent particulier sur les impacts hydrologiques
du changement climatique et les tempêtes. Il
développera un portail de services climatiques qui
offrira aux divers acteurs un accès aux scénarios
adapté à leurs besoins.
7.4 Services climatiques
Préciser les impacts du changement Climatique en appui
aux politiques d'adaptation /
Créer et alimenter un portail
national de web services
climatiques
Un urbanisme plus efficace et plus équitable
Engagement n°50
Un nouveau cadre
législatif soulignant le rôle
majeur des collectivités
locales et leur donnant
les outils adaptés,
introduisant l'adaptation au changement
climatique, incitant à une
planification globale de
l'urbanisme, généralisant
les plans climat énergie
territoriaux rendus obligatoires dans les 5 ans.
Une production énergétique équilibrée et décarbonée
Engagement n°55
Développement de
chacune des filières
renouvelables en tenant
compte des exigences
environnementales: ...éolien, photovoltaïque…
Le développement des énergies renouvelables
suscite de nouvelles demandes pour évaluer le
potentiel. Météo-France proposera des solutions
adaptées aux besoins. Par ailleurs, Météo-France
contribuera aux réflexions pour réduire les conflits
d'usage dans le cas des interactions entre radar
et éolienne.
6. L'activité commerciale
Promouvoir le développement
de nouveaux marchés.
7.2 Observation
Mettre en œuvre le plan de
renouvellement du réseau
radar
Donner une nouvelle impulsion à la recherche et élaborer un plan d'adaptation au changement climatique
Engagement n°71
Recherche sur la compréhension et l'observation du climat et notamment de sa variabilité et
de ses aspects régionaux
Météo-France intensifiera son effort de collecte
et de sauvetage de données météorologiques
anciennes, puis les numérisera pour les intégrer
aux bases de données. Il traitera ces données
pour produire de longues séries homogènes de
référence caractérisant l’évolution constatée du
climat à l’échelle de tous les territoires de métropole et d’outre-mer. Il mettra à jour régulièrement
ces séries de données.
Météo-France fournira aux projets internationaux
de réanalyse visant à reconstituer la chronologie
détaillée des événements météorologiques et
les variations du climat passé, les observations
françaises (métropole, outre-mer, et anciennes
colonies) parfois inédites (altitude, etc.).
Il participera à la préparation ou la production de
ces réanalyses, au sein des projets internationaux
(réanalyse « 20ème siècle » de la National Oceanic
and Atmospheric Administration, projet ERA-Clim
piloté par le CEPMMT préparant une réanalyse
globale ERA-20C couvrant le 20ème siècle, projet
Euro-4M préparant une réanalyse à échelle fine
sur l’Europe) ou par des actions de réanalyse
hydrométéorologique, fondées sur la modélisation
fine des interactions atmosphère-sol-manteau
neigeux ou sur des séries de lames d’eau issues
des observations calibrées des radars.
7.4 Services climatiques
Enrichir le patrimoine et créer
de nouvelles références climatologiques.
77
ANNEXES
Référence engagement
Libellé ou extrait
Correspondance dans le contrat
Section du contrat
Engagement n°71
Recherche sur la compréhension et l'observation du climat et notamment de sa variabilité et
de ses aspects régionaux
Météo-France produira de nouvelles projections
climatiques à l’échelle globale et régionale, en se
concentrant, pour l’échelle régionale, sur l’Afrique,
la zone Euro-méditerranéenne et les régions
d’outre-mer avec une résolution de 10 kilomètres
sur le domaine Europe-Méditerranée, de 50 km
ou mieux sur les régions d’outremer et de 50
kilomètres sur le continent africain. Il mettra à disposition de nouveaux indices de suivi climatique
pour la qualification des phénomènes de grande
échelle à fort impact (canicules et vagues de
froid, sécheresses, tempêtes).
7.4 Services climatiques
Produire de nouvelles projections climatiques globales
et régionales/Produire de
nouveaux diagnostics
climatiques et qualifier les
événements remarquables
Météo-France visera à améliorer la compréhension des évolutions climatiques et de leurs
impacts au niveau mondial, en restant l’un des
contributeurs majeurs des travaux du Groupe
d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du
Climat (Giec).
Météo-France poursuivra ses travaux pour identifier et attribuer les phénomènes liés au
changement climatique. Il améliorera son modèle
du système Terre afin de réduire les
incertitudes existantes dans les simulations
climatiques. Il visera en particulier une
amélioration des couplages et le développement
de modules partagés avec l’Institut Pierre Simon
Laplace.
7.1 Recherche
Réduire les incertitudes sur
les scénarios climatiques et
favoriser le développement
d’un système intégré entre
météorologie et climat
Recherche sur l'adaptation au changement
climatique dans tous les
secteurs, notamment
ville, agriculture et forêt,
santé publique, adaptation aux événements
extrêmes, biodiversité et
milieux naturels
En fonction des opportunités et des ressources,
Météo-France participera à de nouvelles recherches partenariales et pluridisciplinaires sur les
impacts complexes du changement climatique et
l’adaptation des territoires. Ces études pourront
porter sur les impacts du changement climatique
sur l'hydrologie et la gestion des ressources en
eau, l'enneigement et les risques d'avalanche,
l'agriculture, la biodiversité et les écosystèmes
sensibles, etc.
7.1 Recherche
Réduire les incertitudes sur
les scénarios climatiques et
favoriser le développement
d’un système intégré entre
météorologie et climat
.
Recherche sur la réduction des consommations
énergétiques. … pour les
structures et les fonctionnements urbains
Météo-France développera des méthodes de
descente d’échelle statistiques et dynamiques
permettant de caractériser certains impacts aux
échelles pertinentes pour les études sectorielles
ou territoriales. Après avoir dressé le bilan des
projets « ville et adaptation » engagés dans le
contrat précédent (évaluation des limites, possibilités de modélisation de la ville), Météo-France
s’engagera pour promouvoir l’intégration de ces
travaux aux études d'adaptation des villes et
d’autres territoires au changement climatique, en
participant à des projets ciblés.
7.4 Services climatiques
Préciser les impacts du
changement climatique
en appui aux politiques
d’adaptation
Elaborer rapidement
un plan d'adaptation
climatique national,
éclairé par la recherche,
à décliner ensuite dans
les plans climat-énergie
territoriaux.
Météo-France contribuera au plan national
d'adaptation au changement climatique, notamment au travers de la production de scénarios,
d'indices climatiques et d'un appui aux pouvoirs
publics sur le diagnostic et l'expertise. En s’appuyant sur les nouvelles
références climatiques, les projections climatiques et les indicateurs les plus pertinents,
Météo-France mettra à disposition des collectivités concernées (régions, départements, villes)
des produits standards dérivés des projections
climatiques utilisables pour la définition des Plans
climat énergie territoriaux et les schémas régionaux climat-air-énergie.
7.4 Services climatiques
Préciser les impacts du
changement climatique
en appui aux politiques
d’adaptation
78
Meteo France COP 2012 - 2016
Référence engagement
Libellé ou extrait
Correspondance dans le contrat
Section du contrat
2. PRESERVER ET GERER LA BIODIVERSITE ET LES MILIEUX NATURELS
Créer par l’expertise, la formation et la recherche les outils de compréhension,
de gestion et de suivi indispensable
Engagement n°84
(et engagement 177 pour
ce qui concerne l'outre-mer)
Renforcement de la stratégie nationale pour la
biodiversité et élaboration
de stratégies régionales
En fonction des ressources disponibles et des
appels à projets, Météo-France participera à de
nouvelles recherches partenariales et pluridisciplinaires sur les impacts du changement climatique
et l’adaptation des territoires.
7.4 Services climatiques
Produire de nouveaux diagnostics climatiques et qualifier les événements remarquables/Préciser les impacts du
changement climatique
en appui aux politiques
d’adaptation
Engagement n°92
Réduction et prévention
des pollutions liées aux
activités portuaires
Météo-France déploiera une version probabiliste
du modèle Mothy de prévision de dérive de polluants à la surface de la mer, de façon à proposer
des prévisions de la probabilité qu’une zone
côtière soit touchée par la pollution. Il poursuivra
sa coopération avec les acteurs du domaine
auxquels il apportera son expertise.
5.1 Appui météorologique
à la gestion des risques
Mettre la simulation numérique et l’expertise météorologique au service de la surveillance de la qualité de l’air
et de la gestion des pollutions
accidentelles
Retrouver une bonne qualité écologique des eaux et en assurer le caractère renouvelable
Engagement n°102
Prévention des pollutions diffuses d'origine
agricole et formation des
utilisateurs
Météo-France prêtera une attention particulière
aux « grands comptes » des secteurs de l’énergie,
des routes, du bâtiment et des travaux publics,
des médias audiovisuels, de l’agriculture, des
collectivités locales et de l’industrie, pour définir
des produits adaptés au mieux à leurs besoins et
à leurs attentes en termes d’aide à la décision.
6. L'activité commerciale
Promouvoir le développement
de nouveaux marchés.
Réduire l'exposition des populations au risque d'inondation
Engagement n°117
Une gestion quantitative
de la ressource en eau
ajustée et modernisée.
Adapter les prélèvements
aux ressources
L’établissement enrichira l’assistance qu’il fournit
à la gestion des ressources en eau par la production de nouveaux indicateurs de suivi climatique
concernant les précipitations et la caractérisation
des sécheresses.
5.1 Appui météorologique
à la gestion des risques
Valoriser les progrès de
l’observation et de la prévision
des précipitations et du bilan
hydrique
Accélérer la mise au point d'agricultures soutenables et productives diversifiées
Engagement n°125
Lancement d'un grand
programme de recherche
appliquée et de formation
de l'ensemble de l'agriculture (ANR)… …visant
à adapter les productions
agricoles aux nouveaux
défis, en visant l'économie des ressources et
des intrants
En fonction des ressources disponibles et des
appels à projets, Météo-France participera
à de nouvelles recherches partenariales et pluridisciplinaires sur des impacts du changement
climatique et l’adaptation des territoires.
7.1 Recherche/
7.4 Services climatiques
Réduire les incertitudes sur
les scénarios climatiques et
favoriser le développement
d’un système intégré entre
météorologie et climat / Préciser les impacts du changement climatique
79
ANNEXES
Référence engagement
Libellé ou extrait
Correspondance dans le contrat
Section du contrat
3 PRESERVER LA SANTE ET L'ENVIRONNEMENT TOUT EN STIMULANT L'ECONOMIE
Accélérer la mise au point d'agricultures soutenables et productives diversifiées
Engagement n°138
Un nouveau Plan National Santé et Environnement associera dès
2008 toutes les parties
prenantes, en élargissant
le champ d'action du
premier
L’établissement participera à la mise en œuvre du
nouveau plan national santé et environnement, si
le champ d’action de ce plan appelle la mobilisation de ses compétences.
5.1 Appui météorologique
à la gestion des risques
5.1.3 Appui météorologique
à la gestion des risques
sanitaires et technologiques
Mettre la simulation numérique et l’expertise météorologique au service de la surveillance de la qualité de l’air,
de la gestion des pollutions
accidentelles et des impacts
sanitaires
Dans un cadre conventionnel renouvelé en 2011,
Météo-France contribuera à l’amélioration du
dispositif national de surveillance de la qualité de
l’air, dans le domaine de la prévision numérique,
en coopération étroite avec l’Ineris et d’autres
acteurs européens, et en appui direct aux
AASQA. Un nouveau portail Prev’Air sera mis en
place avec l’Ineris, pour mettre à disposition des
AASQA à la fois des données météorologiques
et des prévisions numériques de la qualité de l’air
issues de plusieurs modèles régionaux dont le
modèle Mocage de Météo-France.
5.1 Appui météorologique
à la gestion des risques
5.1.3 Appui météorologique
à la gestion des risques
sanitaires et technologiques
Mettre la simulation numérique et l’expertise météorologique au service de la surveillance de la qualité de l’air,
de la gestion des pollutions
accidentelles et des impacts
sanitaires
Qualité de l'air extérieur et intérieur
Engagement n°149
Le respect sans délai des
objectifs règlementaires
pour les NOx et O3
4 INSTAURER UNE DEMOCRATIE ECOLOGIQUE
Engagement n°169
Prise en compte de
l'environnement et du
développement durable
dans les indicateurs de
la LOLF
Les indicateurs LOLF prennent en compte cet
aspect des activités de Météo-France (cf. indicateurs recherche). De plus, ils sont repris dans le
contrat.
7.1 Recherche
Voir indicateurs associés
Effort de solidarité envers les collectivités territoriales d'outre-mer
Engagement n°174
Energie: autonomie
énergétique des collectivités d'outre-mer par
le biais de la maîtrise
des consommations et
le recours aux énergies
renouvelables
Météo-France prêtera une attention particulière
aux « grands comptes » des secteurs de l’énergie,
des routes, du bâtiment et des travaux publics,
des médias audiovisuels, de l’agriculture, des
collectivités locales et de l’industrie, pour définir
des produits adaptés au mieux à leurs besoins et
à leurs attentes en termes d’aide à la décision.
6. L'activité commerciale.
Promouvoir le développement
de nouveaux marchés
Engagement n°176
Risques naturels: mise en
place d'une politique de
prévention des risques
naturels dans l'ensemble
de l'outre-mer d'ici 2015
Météo-France s’appuiera sur les progrès attendus
de la prévision numérique pour améliorer encore
la pertinence et la capacité d’anticipation de la
vigilance départementale, pour l’ensemble des
phénomènes traités. Outre-mer, le dispositif de
vigilance sera étendu à toutes les collectivités,
de même que la production de cartes d’indice
de risque météorologique de feux de forêt. La
possibilité de mise en place d’un produit de type
avertissement pluies intenses sera étudiée pour
les territoires couverts par les radars et exposés
aux crues rapides/ruissellement (La Réunion,
Antilles…).
5.1 Appui météorologique
à la gestion des risques
Améliorer et enrichir les dispositifs d’avertissement
météorologique
80
Meteo France COP 2012 - 2016
Référence engagement
Libellé ou extrait
Correspondance dans le contrat
Section du contrat
Des pouvoirs publics exemplaires
Engagement n° 181
Bilan carbone de tous
les bâtiments publics et
plan de réduction de la
consommation énergétique et des émissions
de GES
Météo-France généralisera et mettra en place un
cycle d’actualisation régulier des bilans carbone
réalisés sur ses diverses implantations.
Il participera à la démarche de l’Ademe en vue de
l’évolution et de la promotion du bilan carbone en
devenant membre de l’association que l’Ademe
entend créer à cet effet.
10. Le management
et l'organisation
Poursuivre une démarche
éco-responsable exemplaire
Engagement n° 182
Des achats publics écoresponsables appellent
une adaptation du code
des marchés publics
Météo-France établira un plan administration
exemplaire d’ici 2013 et le mettra en œuvre sur la
durée du contrat.
10. Le management
et l'organisation
Poursuivre une démarche
éco-responsable exemplaire
Engagement n° 186
Réduction de 50% à
l'horizon 2012 de la
consommation de
papier des administrations et 100% de papier
recyclé à partir de 2012
Météo-France établira un plan administration
exemplaire d’ici 2013 et le mettra en œuvre sur la
durée du contrat.
10. Le management
et l'organisation
Poursuivre une démarche
éco-responsable exemplaire
Des décisions publiques inscrites dans la perspective du développement durable
Engagement n°193
Etablir la production et
la garantie de l'accès à
l'information environnementale
Météo-France enrichira chaque année le
catalogue des données publiques offertes à la
réutilisation en y intégrant de nouveaux éléments
(observation et prévision numérique).
5.3 Contribution à la diffusion des connaissances
et des données météorologiques
Intégrer au sein d’un portail de
services internet une offre enrichie en matière de données
publiques
Une gouvernance écologique pour les acteurs économiques et sociaux
Engagement n°196
Introduire dans les
rapports annuels des
informations relatives aux
politiques de développement durable
Une démarche écoresponsable sera conduite
sous forme de plans formalisés dont il sera rendu
compte.
10. Le management
et l'organisation
Poursuivre une démarche
éco-responsable exemplaire
Engagement n°200
Accorder davantage
de place aux sujets environnementaux dans
les plans de formation
d'entreprise
Les actions de formation incluent avec une priorité
forte les questions de développement durable et
d'écoresponsabilité
10. Le management
et l'organisation
Poursuivre une démarche
éco-responsable exemplaire
Citoyens et consommateurs responsables: éducation, formation et information
Engagement n°205
Développer et renforcer
les actions d'éducation
et de sensibilisation
Avec le soutien de la direction générale de la
prévention des risques (DGPR) et du ministère
chargé de l’éducation, Météo-France étendra à
un nombre croissant d’académies de métropole
et d’outre-mer l’opération « L’Ecole Météo »
expérimentée en 2010-2011 dans les académies
de Paris, Créteil et Versailles.
Engagement n°207
Systématiser l'enseignement des sciences de la
nature à tous les niveaux:
de l'école primaire aux
grandes écoles, dans les
formations professionnelles initiales ou continues
Voir point précédent.
Météo-France assurera une présentation accessible et synthétique de l’état des lieux et des
acquis de la recherche en matière de diagnostic
et de projection du changement climatique et de
météorologie.
Création d’une formation dite d’« ingénieur du
développement durable » avec l’Institut national
polytechnique de Toulouse
5.3 Contribution à la diffusion
des connaissances et des
données météorologiques
Intégrer au sein d’un portail
de services internet une offre
enrichie en matière de données
publiques/
Mettre la connaissance météorologique et climatique au service
de la sphère éducative/
Informer nos concitoyens des
progrès de la science de la
météorologie et du climat
9.1 Formation
Création d'un pôle
d'enseignement performant
81
ANNEXES
Référence engagement
Libellé ou extrait
Correspondance dans le contrat
Section du contrat
Citoyens et consommateurs responsables: éducation, formation et information
Engagement n°211
Développer la formation
continue à l'environnement et au développement durable au sein des
administrations publiques
Les actions de formation spécifiques seront
poursuivies concernant l’écoresponsabilité et
l’acquisition des connaissances nouvelles sur le
changement climatique et ses impacts.
9.3 Ressources humaines
Conduire une politique de
formation permanente ambitieuse
Engagement n°213
Soutenir les efforts des
médias dans la voie
de l'éducation et de la
sensibilisation à l'environnement
Météo-France assurera une présentation accessible et synthétique de l’état des lieux et des
acquis de la recherche en matière de diagnostic
et de projection du changement climatique et de
météorologie.
Pour ce faire, il mènera une politique éditoriale
active sur son site internet et grâce à ses publications. Il participera à des présentations aux
pouvoirs publics, aux collectivités et aux milieux
professionnels des derniers résultats, notamment
ceux acquis dans le contexte de la préparation du
5ème rapport du Giec.
5.3 Contribution à la
diffusion des connaissances
et des données météorologiques
Informer nos concitoyens des
progrès de la science de la
météorologie et du climat
Impulser des évolutions nécessaires en Europe et à l'International
Engagement n°225
82
Prendre en compte le
pilier environnement/
biodiversité dans les
politiques d'aide au développement, intégrer les
objectifs de lutte contre
la pauvreté
En fonction des financements externes mobilisables, l’établissement contribuera à la réalisation
des projets consacrés à la prévention des risques,
au développement durable et à la lutte contre
les impacts du changement climatique, L'Afrique
restera une zone prioritaire pour des actions de
coopération impliquant Météo-France et ses
filiales MFI et Météorage. Météo-France pourra
notamment appuyer, avec le concours de sa filiale
Météo France International (MFI), les efforts de
reconstruction ou de consolidation des capacités
de services météorologiques étrangers et la mise
en place de services climatiques.
8. International
Appuyer les politiques de
coopération de la France
Meteo France COP 2012 - 2016
Référence engagement
Libellé ou extrait
Correspondance dans le contrat
Section du contrat
Impulser des évolutions nécessaires en Europe et à l'International
Engagement n°233
Soutien aux programmes
de recherche dans le
domaine de l'environnement
La période du contrat couvre jusqu’en 2014 la
dernière phase pré-opérationnelle des services
de base (Core Services) de l’initiative GMES
(Global Monitoring for Environment and Security),
notamment dans les domaines de l’océanographie opérationnelle (projet MyOcean 2 piloté par
Mercator-Ocean), de la surveillance et de la prévision de la composition chimique de l’atmosphère
(projet MACC 2 piloté par le CEPMMT).
7.1 Recherche
Conduire les études amont et
campagnes expérimentales
nécessaires à l’enrichissement
des modèles
8. International
Etre un acteur de GMES et
de l’Espace Européen de la
Recherche
Météo-France réalisera ses contributions contractuelles à ces projets :
- dans MyOcean 2, le CMS Lannion produira un
ensemble de paramètres d’entrée extraits des
observations satellitaires, tandis que MétéoFrance et le Shom apporteront leur expérience
opérationnelle au groupement Mercator-Ocean,
dont les productions propres seront réalisées sur
le supercalculateur de l’établissement ;
- dans MACC 2, Météo-France et l’Ineris piloteront la composante prévision numérique régionale
multi-modèles de la composition physico-chimique de l'atmosphère.
Parallèlement, Météo-France se mobilisera sous
l’égide des ministères chargés de l’écologie, de
la recherche, et des affaires européennes afin de
réunir les conditions nécessaires au passage en
phase opérationnelle de ces services, en 2014,
dans le Cadre Financier Pluriannuel communautaire. Une attention particulière sera portée
au financement pérenne de ces services et de
l’exploitation des satellites ou instruments d’observation qui les nourrissent, en liaison avec le
Cnes, Eumetsat, le CEPMMT et Mercator-Océan.
Météo-France contribuera à la définition du futur
service GMES Climat ainsi qu’aux initiatives bilatérales ou multilatérales qui pourraient y contribuer.
Météo-France poursuivra son action d'acteur majeur de la recherche météorologique et climatique
au plan européen et international, notamment
au travers du programme de recherche sur la
Méditerranée Mistrals. Météo-France coordonnera
la réalisation de la campagne Hymex destinée à
la meilleure connaissance et compréhension des
phénomènes hydrologiques sur le bassin méditerranéen. Météo-France mènera la campagne
CHARMEX consacrée à la chimie atmosphérique.
83
ANNEXES
ANNEXE IV : RECAPITULATIF DES INDICATEURS
1) INDICATEURS D’EFFICACITE SOCIO-ECONOMIQUE
• Taux de pertinence de la procédure de vigilance météorologique
et des bulletins marine spéciaux (1)
- Taux de fausse alarme dans le cadre de la vigilance < 18%
- Taux de non-détection d’événements dans le cadre de la vigilance < 2%
- Anticipation à mieux que 3 heures des phénomènes > 86%
- Taux de pertinence des bulletins marine spéciaux (BMS) >84%
• Taux de notoriété de la procédure de vigilance météorologique
- Cible : ≥ 85% pendant toute la période.
• Taux de fiabilité des bulletins de prévision départementaux pour les
échéances du lendemain, à 3 jours et à 7 jours et des bulletins marine
- Taux de fiabilité des bulletins départementaux pour le lendemain (objectif >88% en 2016)
- Taux de fiabilité des prévisions sur la France à 3 jours (objectif >78% en 2016)
- Taux de fiabilité des prévisions sur la France à 7 jours (objectif >56% en 2016)
- Taux de fiabilité des bulletins marine réguliers (BMR) (objectif >84% en 2016)
• Nombre de paramètres pour lesquels Météo-France diffuse des informations
probabilistes (4 pendant la période du contrat)
• Taux de disponibilité des messages d’observation d’aérodrome (Metar)
et de prévision en zone terminale (TAF) (cible > 98 %)
• Fréquence de rafraichissement des diagnostics/prévisions tridimensionnelles
à résolution comparable à celle des observations/1 heure (1 heure en 2016)
• Nombre de risques météorologiques pour lesquels existe une capacité
de diagnostic et/ou de prévision validée sur les grandes plates-formes
(brouillard, cisaillement, orages, conditions de piste, forts vents/rafales
au seuil de piste, impact des turbulences de sillage, givrage…) : 4 en 2016
• Taux de contractualisation avec les gestionnaires ou prestataires AFIS
(100% à partir de fin 2013)
• Taux de disponibilité opérationnelle du portail Prev’Air (>98%)
• Taux de disponibilité des prévisions numériques de la qualité de l’air (> 95%)
• Qualité de la prévision numérique à 24 heures de la concentration d’ozone
(modèle Mocage) (précision de 20µg/m3 en 2016)
• Taux de succès des activations des modèles « accident » de Météo-France
en cas d’exercice non planifié et d’accident égal à 100%
• Réduction du biais et de l’écart-type d’erreur de la prévision de surcotes par rapport à des sites d’observations marégraphiques du Shom (amélioration de 10% en
2016)
• Performances du modèle Arpège
- Mesure de l’erreur quadratique moyenne sur la prévision à échéance de 48 heures
du géopotentiel à 500 hPa (objectif < 14,8 m en 2013).
1. Appelés également "Bulletins marine de sécurité" ou "Bulletins météorologiques spéciaux"
84
Meteo France COP 2012 - 2016
• Nombre de données anciennes intégrées dans les bases de données
climatologiques (objectif de 10 millions sur 5 ans)
• Taux de couverture du territoire en séries climatologiques homogénéisées pour
l’analyse de l’évolution des extrêmes sur les 50 dernières années (objectif d’au
moins dix séries mensuelles homogénéisées pour les précipitations et une série
pour les températures, pour au moins 90% des départements)
• Nombre d’indicateurs Imfrex (Impact des changements anthropiques sur la Fréquence des phénomènes Extrêmes de vent, de température et de précipitations)
mis en place dans le portail Drias (GICC) pour lesquels des analyses actualisées
sont disponibles (15 en 2013).
• Publications dans les revues à comité de lecture répertoriées dans les bases
de données internationales (objectif de 120 en fin de contrat)
• Publications sur le changement climatique dans les revues à comité de lecture
répertoriées dans les bases de données internationales (objectif de 30 par an
en fin de contrat)
• Nouvelles références ajoutées au catalogue de données publiques
au cours de la période (2/an)
• Nombre de produits spatialisés pour lesquels des services web sont offerts
sur un portail Météo-France (10 en fin de contrat)
• Nombre annuel d’actualités scientifiques éditées sur le site internet
(objectif supérieur à 20)
• Recettes commerciales de l’établissement (progression annuelle du nombre
de contrats grands comptes et/ou export ; cible : >5%)
• Nombre annuel de vœux du Conseil Supérieur de la Météorologie pleinement ou
partiellement satisfaits, ramené au nombre total de vœux émis ou maintenus l’année précédente (Cible : 85 % en moyenne sur la période)
2) INDICATEURS DE SATISFACTION DES USAGERS OU CLIENTS
• Nombre de visiteurs uniques du site internet de Météo-France par jour/
>1500 000 VU/jour en 2016
• Note de satisfaction des clients professionnels ayant fait appel à Météo-France
(cible : 8 en fin de contrat)
• Taux de satisfaction des armées (résultats d’enquêtes de satisfaction spécifiques)
- cible : 85 % en moyenne sur la période.
• Nombre d’académies partenaires de l’opération « Météo à l’Ecole »
(2013 : 5 académies, objectif de 15 en fin de contrat)
85
anneXeS
3) INDICATEURS D’EFFICIENCE
• Nombre de contrats de recherche en cours pour lesquels Météo-France
est chef de file ou partenaire associé (Cible : 70)
• Ratios publications/chercheurs (objectif 1,5 en fin de contrat)
• Résultat des évaluations par l’AERES des unités Game et LACy
(note égale ou supérieure à A)
• Evolution du taux de rattachement des services d’aérodrome RSTCA
(de 1,5 en 2011 à 3 en 2016)
• Coût direct des services d’aérodromes pour les plates-formes RSTCA
de métropole, à l’exclusion des 12 plates-formes les plus importantes,
à périmètre constant (réduction de 15% en 2016 par rapport à 2011)
• Pourcentage des ventes effectuées en ligne aux clients non suivis
(2/3 en fin de contrat)
• Pourcentage d’automatisation de la production des certificats d’intempérie
(objectif 80% en fin de contrat)
• Augmentation du nombre des observations prises en compte dans les systèmes
d’assimilation de données (facteur 5 par rapport à l’état actuel)
• Rapport de la puissance des deux versions successives du nouveau
supercalculateur à celle du supercalculateur NEC actuel
(au moins 10 en 2013, au moins 20 en 2016).
• Taux annuel de consommation des crédits de fonctionnement (hors Eumetsat,
contrats européens et conventions particulières, amortissements et charges de
personnel) (objectif de 95%)
• Taux annuel de consommation des crédits d'investissement (objectif de 85%)
• Taux de factures payées en moins de 30 jours
• Taux de report de crédits non consommés après dernière décision modificative
(inférieur à 3 % en fonctionnement et à 15% en investissement)
• Evolution du volume de crédits de fonctionnement (trajectoire définie selon indicateurs LOLF et programmation budgétaire, -10% jusqu’en 2013 par rapport à 2010)
• Gain d’un niveau dans les étiquettes énergie des bâtiments du site de Toulouse
• Réduction du parc de logements de Météo-France (objectif : 30% sur la période)
• Diminution du nombre d’ETP à raison du non remplacement d’un départ
à la retraite sur deux (selon trajectoire)
• Ecart entre masse salariale consommée et prévision initiale (inférieure à 1%)
• Baisse du volume de dépenses liées aux transports (1% par an)
• Taux de réduction du parc automobile (20% entre 2010 et 2013, 2% par an ensuite)
86
Meteo France COP 2012 - 2016
• Taux de réduction des consommations de fluides (2% par an hors électricité du
calculateur)
• Pourcentage des implantations disposant d’un bilan carbone de moins de trois ans
(50% en 2012, 100% ensuite)
• Coût de formation par élève de l’ENM (objectif d’une baisse de 15%
sur la période du contrat)
4) INDICATEURS LIES AU FONCTIONNEMENT
• Maintien de la certification des comptes sans réserve majeure
• Réalisation d’un cycle annuel de révision de la comptabilité analytique
• Pourcentage des postes dotés d’une fiche de poste à jour avec description
détaillée des compétences (100% en 2013)
• Pourcentage de dossiers individuels comprenant identification et évaluation
des compétences (90% en régime permanent)
• Nombre de jours de formation permanente métier par agent et par an (2 jours par an
et par agent sur le cœur de métier et 4 jours par an et par agent en moyenne)
5) INDICATEURS DE SUIVI DES GRANDES REALISATIONS DU CONTRAT
ces indicateurs formalisent les éléments présentés dans le texte sous forme de
« 100% de réalisations au cours de la période du contrat ».
• Appui à la gestion des risques d’inondation et de sécheresse
- nouvelle version aP/BP (2013)
- Bilan des expérimentations rhytmme (2014)
- extension périmètre SPc Med est (au long du contrat)
- nouvelles capacités de prévision des crues lentes (2014)
• Appui à la défense
- réalisation du contrat VISMe
- Fourniture d’un nouveau poste de travail à la défense
- réalisation des études Geode-4D
• Service à la navigation aérienne
- Mise en place de systèmes d’observation dédiés sur les plates-formes à enjeux
- Mise en place d’un réseau de Lidars
87
anneXeS
- taux de réalisation des jalons planifiés dans les Project Initiation reports (P.I.r.) de
chaque projet Sesar (100% des jalons dépendant exclusivement de Météo-France)
• Définition de nouveaux indicateurs pour la prévision à courte échéance
et haute résolution au-delà de 2014
• Nombre de stations automatiques Pacome installées en 2016 (300 en métropole
et 45 outre-mer en 2016)
• Nombre de radars remplacés (2 par an en moyenne à partir de 2013)
• Nombre de radars bande X installés (1 radar par an à partir de 2013)
• Nombre de sites équipés de mesure de hauteur de neige en plaine
(cible de 100 capteurs en fin de contrat)
• Nombre de points de mesure modernisés du réseau climatologique constitué
par les bénévoles (1000 points en fin de contrat)
• Nombre de systèmes automatiques de radiosondage installés
(au moins 4 d’ici 2016)
• Mesure de l’amélioration de la qualité des lames d’eau
(amélioration de 15 % sur la période du contrat)
• Nombre de nouveaux produits radar opérationnels (3 sur la période du contrat)
• Nombre de nouveaux produits de fusion de données opérationnels
(2 sur la période du contrat)
• Nombre de nouveaux systèmes préparés pour mise en œuvre opérationnelle
(Cible : 3 ; Ensemble Arome, Arome-Prévision immédiate (PI), Arome-Aéroport)
• Nombre de changement de versions opérationnelles de systèmes
(objectif d’un par an pour Arpège et Arome)
• Infrastructures essentielles
- Installation du calculateur sur la plate-forme eca de Montaudran
- Développement de l’outil Synopsis à horizon 2015
- Mise en œuvre du portail (V-Gisc) pour l’oMM
• Mise en place d’une formation en modélisation numérique des fluides
géophysiques/ calcul intensif (Météo-France/Cerfacs/ENSEEIHT)
• Mise en place de la nouvelle formation « ingénieur du développement durable »
• Conformité des formations en matière aéronautique aux normes de l’organisation
internationale de l’aviation civile (OACI) et de l’OMM en 2016
• Mise en œuvre de la réorganisation territoriale (resserrement du réseau)
• Edition annuelle d’un document de synthèse sur le climat
• Mise en œuvre d’une nouvelle version de l’outil Phoenix pour les extranets
88
Meteo France COP 2012 - 2016
Liste des acronymes et abréviations
AASQA : Associations agréées de surveillance de la qualité de l’air
ACMAD : African Centre of Meteorological Applications for Development
ADEME : Agence de l'environnement et de la maitrise de l'énergie
AERES : Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement superieur
AFIS : Airport Flight Information Services (services d’information de vol d’aérodrome)
AIGA : Adaptation d'information géographique pour l'alerte en crue
(Cemagref et Météo-France, hydrologie)
ALADIN : Aire limitée, adaptation dynamique, développement international (modélisation) :
modèle de prévision numérique à courte échéance, haute résolution (9,5 km) et domaine limité (Europe)
de Météo-France
ALLENVI : Alliance pour l'environnement
AMMA : Analyse multidisciplinaire de la mousson africaine
ANR : Agence nationale de la recherche
APIC : avertissement pluies intenses à l’échelle des communes
AP/BP : Avertissement de précipitations/Bulletin de précipitations
AROME : Application de la recherche a l'opérationnel à méso-échelle : modèle de prévision numérique
à courte échéance, à très haute résolution (2,5 km) de Météo-France (domaine couvert :
France métropolitaine)
AROME-PE : mise en œuvre du modèle Arome en mode probabiliste (prévision d’ensemble)
AROME-PI : mise en œuvre du modèle Arome pour la prévision immédiate (PI)
ARPÈGE : Action de recherche petite échelle grande échelle (modélisation) : modèle de prévision
numérique global à courte échéance de Météo-France, à maille variable, resserrée sur la France
ATM : Air Trafic Management
BAD : Banque africaine de développement
BGHOM : Bureau géographie, hydrographie, océanographie et météorologie de l’État-major des armées
BMR : Bulletin marine régulier (appelé également dans l’actuelle convention avec la Direction des affaires
maritimes « bulletin météorologique régulier)
BMS : Bulletin marine spécial (appelé également dans l’actuelle convention avec la Direction des affaires
maritimes « bulletin météorologique spécial » et parfois « bulletin marine de sécurité afin de faire mieux
apparaître leur importance dans le domaine de la sécurité)
[email protected] : Collaborative Decision Making à Charles de Gaulle
CEDRE : Centre de documentation, de recherche et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles
des eaux
CEMAGREF : Institut de recherche pour l’ingénierie de l’agriculture et de l’environnement
CEPMMT : Centre européen de prévisions météorologiques à moyen terme
CERFACS : Centre européen de recherche et de formation avancée en calcul scientifique
CHARMEX : Chemistry Aerosol in the Mediterranean Experiment
CISMF : Centre interarmées de soutien météo-océanographique des forces
CMIR : Centre météorologique interrégional de Météo-France
89
ANNEXES
CMS : Centre de météorologie spatiale de Météo-France
CMT : Centre météorologique territorial, dans le futur réseau territorial de Météo-France
CNES : Centre national d’études spatiales
CNRM : Centre national de recherches météorologiques (de Météo-France)
CNRM-GAME : Groupe d'études de l'atmosphère météorologique (Unité de recherche associée (URA)
1357 CNRM-CNRS)
CNRS : Centre national de la recherche scientifique
COBEL : Code de brouillard a l'échelle locale (modèle de prévision du brouillard)
CODIS : Centre opérationnel départemental d'incendie et de secours
COZ : Centre opérationnel de zone
CRA : Centre de rattachement aéronautique
CROCUS : Modèle de simulation numérique du manteau neigeux développé par Météo-France
CUE : Ciel unique européen
CVM : Centre de veille météorologique aéronautique
DCPC : Data Collection and Production Centres (Centre de Collecte et de Production du WIS)
DDT : Directions départementales des territoires
DGPR : Direction générale pour la prévention des risques
DGA: Délégation générale a l’armement
DGAC : Direction générale de l’aviation civile
DGALN : Direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature
DGEC: Direction générale de l’énergie et du climat
DREAL : Directions régionales de l'environnement, de l'aménagement et du logement
DRIAS : Donner accès aux scenarios climatiques régionalisés français pour l'impact et l'adaptation
de nos sociétés et environnements (projet GICC)
DSNA : Direction du service de navigation aérienne
DTA : Direction du transport aérien (de la DGAC)
ECA : Espace Clément Ader (Montaudran,31)
EMA : État-major des armées
ENM : École nationale de la météorologie
ENSEEIHT : École nationale supérieure d'électrotechnique, d'électronique, d'informatique, d'hydraulique
et des télécommunications
EPS-SG : Eumetsat Polar System Second Generation
ERA-Clim : European Reanalysis of Global Climate Observations.
ESA : European Space Agency
ETALAB : La mission "Etalab" est chargée de créer le portail unique data.gouv.fr permettant un accès
direct et simple aux informations publiques afin notamment de favoriser leur réutilisation.
ETP : Équivalent temps plein
EUCOS : Eumetnet Composite Observing System
EUMETNET : European Meteorological Network : réseau des services météorologiques européens
EUMETSAT : European Organisation for the Exploitation of Meteorological Satellites : Organisation
pour l’exploitation des systèmes de satellites météorologiques européens
EUROSIP : European Seasonal Interannual Prediction : système de prévision saisonnière multi-modèles
associant le CEPMMT, le Met Office et Météo-France
EURO-4M : European Reanalysis and Observations for Monitoring
FABEC: Functional Airspace Block Europe Centre (Bloc d’espace aérien fonctionnel Europe Centre)
FEDER : Fonds européen de développement régional
FFEM : Fonds français pour l’environnement mondial
GAME : Groupe d'études de l'atmosphère météorologique (Unité de recherche associée (URA) 1357
CNRM-CNRS)
GEODE-4D : ce programme de la DGA vise à fournir aux armées un socle de données et de services
destinés à la maîtrise de la connaissance de l'environnement géophysique. Le 4D se réfère aux
4 domaines que sont la géographie, l'hydrographie, l'océanographie et la météorologie
GHOM : Géographie-hydrographie-océanographie-météorologie
90
Meteo France COP 2012 - 2016
GIE : Groupement d'intérêt économique
GICC : Programme gestion et impacts du changement climatique
GIEC : Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat
GISC : Global Information System Centre (du système d’information
de l’organisation météorologique mondiale)
GMES : Global Monitoring for Environment and Security
GPEEC : Gestion prévisionnelle des emplois, des effectifs et des compétences
HIRLAM : High Resolution Limited Area Model (modélisation)
HYMEX : Hydrological cycle in the Mediterranean Experiment
IFS : Integrated Forecasting System (CEPMMT, partage de code avec Arpège)
IGN : Institut géographique national
IMFREX : Impact des changements anthropiques sur la fréquence des phénomènes extrêmes de vent,
de température et de précipitations)
INERIS : Institut national de l’environnement industriel et des risques
INPT : Institut national polytechnique (de Toulouse)
INVS : Institut national de veille sanitaire
INSPIRE : Infrastructure for Spatial Information in Europe : Infrastructure d’information géographique
dans l’Union Européenne
IPSL : Institut Pierre-Simon Laplace
IRSN : Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire
ISBA : Interactions sol-biosphère-atmosphère (modélisation)
JPI Climate: Joint Programming Initiative Climate
KIC : Knowledge and innovation community
LACy: Laboratoire de l'atmosphère et des cyclones
LIDAR : Light Detection And Ranging
LOLF : Loi organique relative aux lois de finances
MACC : Monitoring of Atmospheric Composition and Climate (projet GMES)
METAR : Meteorological Airport Report : rapport d'observation d’aérodrome
METOP : Meteorological Operational Polar satellites
MFI: Meteo France International (filiale de Météo-France)
MISTRALS : Mediterranean Integrated Studies at Regional And Local Scales
MOCAGE : Modélisation de la chimie atmosphérique de grande échelle
MOOSE : Mediterranean Ocean Observing System on Environment
MOTHY : Modèle océanique de transport d'hydrocarbures
MTG : Meteosat troisième génération
NCEP : National Centres for Environmental Prediction
NEMO : Nucleus for European Modelling of Ocean (modèle)
NOAA : National Oceanic and Atmospheric Administration
NPOESS : National Polar-orbiting Operational Environmental Satellite System
NPP: NPOESS Preparatory Project
OACI : Organisation de l'aviation civile internationale
OMM : Organisation météorologique mondiale
OMP : Observatoire de Midi-Pyrénées
OOPS : Object-Oriented Prediction System Restructuring the IFS (projet CEPMMT)
OSU : Observatoire des sciences de l'univers
OTAN : Organisation du traité de l’Atlantique Nord
PACA : Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
PACOME : Plate-forme d'acquisition et de collecte d'observations météorologiques étendues
(réseau de stations automatiques)
PAI : Prêt à imprimer
PCRD : Programme cadre de recherche et développement
PCI : Plate-forme de calcul intensif de l'espace Clément Ader
PEARP : Prévision d'ensemble Arpège
91
anneXeS
PHOENIX : Projet d'harmonisation concernant l'organisation, l'évolution, la normalisation
et l'industrialisation de l'activité extranets
PLF: Projet de loi de finances
PNACC : Plan national d'adaptation au changement climatique
PRES : Pôle de recherche et d’enseignement supérieur
PREV’AIR : système national de prévision numérique de la qualité de l’air, impliquant l’Ineris,
Météo-France et le cnrS
RADOME : réseau d'acquisition de données et d'observations météorologiques étendu
(également nom de la station automatique associée au réseau)
REP : recognized environment Picture (concept otan)
R&D : recherche et développement
RHyTMME : risques hydrométéorologiques sur les territoires de montagne et méditerranéens
RSTCA : redevance pour services terminaux de la circulation aérienne
SAF : Satellite application Facility (centre d’applications satellitaires) d’eumetsat
SAFIRE : Service des avions français instrumentés pour la recherche en environnement
SALAMANDRE : Stations pluviométriques automatiques mises en œuvre pour la direction de l'eau
SCHAPI : Service central hydrométéorologique et d’appui à la prévision des inondations
SESAR : Single european Sky atM (air traffic Management) research
SHOM : Service hydrographique et océanographique de la marine
SIGMET : Significant Meteorological information
SOA : Service oriented architecture (informatique)
SODAR : Sonic Detection and ranging
SOERE : Systèmes d'observation, d'expérimentation et de recherche en environnement
SPC : Service de prévision des crues
SPSI : Schéma pluriannuel de stratégie immobilière
SyMPOSIUM : Système météorologique de prévision oriente services intéressant des usagers multiples
SyMPOSIUM-2 : Système de production collaborative de la prévision amont expertisée
SyNERGIE : Système numérise d'exploitation rationnelle et de gestion interactive et évolutive
des informations météorologiques pour le prévisionniste (outil des prévisionnistes utilisé en central
et dans les directions interrégionales)
SyNOPSIS : Système numérique oriente prévision, conseil et expertise (futur outil des prévisionnistes)
TAF : terminal area Forecast (message règlementaire de prévision d’aérodrome)
TEND : partie tendance (tenD) à la fin du Metar qui contient une prévision à courte échéance
(sur les 2 heures suivantes).
VAAC : Volcanic ash advisory centre
VISME : Provision of expert Visual Met (VISMe) for the nato International competitive Bidding (IcB),
capability for ISaF and KFor
V-GISC : Virtual Global Information System centre (du système d’information de l’organisation
météorologique mondiale)
WIS : WMo Information System (système d’information de l’organisation météorologique mondiale)
WPS : Web Processing Service
92
Meteo France COP 2012 - 2016
Crédits photos :
Météo-France
et
Page 9 : Patrick Boez, P. Allard, Ecole Vandrezanne/E. Adrien,
AFP/ImageForum, Eumetsat
Page 11 : Nasa
Page 16 : Philipp Plisson
Page 17 : Istockphoto, Infoclimat/Nicolas Elkind
Page 20 : Infoclimat/Nicolas Elkind
Page 22 : Cedre
Page 24 : Marine Nationale
Page 26 : Ecole Bignon/C. Perron, Julie Blanchin
Page 27 : Istockphoto
Page 29 : P. Allard
Page 40 : Eumetsat
Page 41 : Afp/ImageForum
Page 54 : Eumetsat
Page 57 : MFI
93
Météo-France
73, avenue de Paris
94165 Saint-Mandé Cedex
Tél : +33 (0)1 77 94 77 94
Fax : +33 (0)1 77 94 70 05
www.meteofrance.com
Météo-France est certifié ISO 9001
par Bureau Veritas Certification
© Météo-France 2011
MAQUETTE ET MISE EN PAGE
Philippe Dos, Météo-France
Crédits photographiques de la couverture
© Istockphoto/franklin lugenbeel
Imprimé sur du papier écologique,
sur les presses de l’imprimerie
de Météo-France D2C/IMP,
labellisé Imprim’vert®.

Documents pareils

Guide utilisateur Navigation

Guide utilisateur Navigation Guide utilisateur .................................................................................................................................13

Plus en détail

RIC du SPC Loire-Cher-Indre - DREAL Centre

RIC du SPC Loire-Cher-Indre - DREAL Centre la Loire concentre la majeure partie des enjeux et du risque : sa crue centennale, dont les conséquences affecteraient directement non seulement l’ensemble du bassin mais aussi la plus grande parti...

Plus en détail

Nature et météo - ccrom

Nature et météo - ccrom Présentation de Jean-Paul LAURENT, Laboratoire d'étude des Transferts en Hydrologie et Environnement de Grenoble (LTHE) La mise en place d’un observatoire éco-climatique dans le Vercors répondait à...

Plus en détail

EUMETSAT Annual Report/Rapport Annuel 2008

EUMETSAT Annual Report/Rapport Annuel 2008 lancement de Metop-A, le premier satellite météorologique opérationnel de l’Europe en orbite polaire, qui constitue une contribution inestimable à la prévision numérique et le lancement de Jason-2,...

Plus en détail