“Vous êtes notre raison d`être”

Commentaires

Transcription

“Vous êtes notre raison d`être”
SCHILTIGHEIM
ESPACE EUROPÉEN DE L’ENTREPRISE, CENTRE, MARAIS
“Vous êtes notre raison d’être”
La Caisse de Schiltigheim poursuit sur la lancée des années précédentes et consolide ses positions, tant en épargne
et crédits qu’en assurances et téléphonie. Son nouveau président, Pascal Haller, entend aussi continuer à cultiver
les valeurs mutualistes, à accompagner et protéger efficacement les sociétaires-clients en ces périodes de turbulences.
Pascal Haller a pris la présidence de
la Caisse en mai 2011.
N
ouveau
président
du
conseil d’administration de
la Caisse de Schiltigheim,
Pascal Haller a accueilli
près de 500 sociétaires lors de la
112e assemblée générale qui se
tenait le 19 avril. Plutôt que d’aborder les grandes problématiques
bancaires nationales et mondiales,
il a préféré échanger sur les racines
du Crédit Mutuel, son originalité,
ses fondements. “Une organisation locale basée sur le mutualisme
coopératif qui permet à chaque
copropriétaire d’être acteur et décideur est vraiment une banque qui
appartient à ses clients.” Fort de
5 900 points de vente, 78 000 salariés et 24 000 élus, le Crédit Mutuel
s’appuie sur les Caisses locales
qui ont chacune leur pouvoir de
décision. Pour Pascal Haller, la
force du Crédit Mutuel réside dans
“cet ancrage, dans ce service de
proximité en toute confiance”. Il
a rappelé que The Banker a élu le
Crédit Mutuel banque de l’année
en France pour la deuxième fois,
et que World Finance l’a désigné
meilleur groupe bancaire français.
“Cette proximité doit fructifier,
tant par le chargé de clientèle qui
reste au centre de la relation de
confiance, que par les nouveaux
outils de communication auxquels
chacun peut avoir accès.” En 2011,
la Caisse a enregistré près de 14 000
contacts-rencontres, dont près de
10 000 rendez-vous personnels.
Parallèlement, elle a reçu quelque
95 000 e-mails. 3 500 des 7 000
sociétaires ayant un contrat Cybermut sont des utilisateurs réguliers
de la banque à distance. Les sept
automates bancaires, répartis
entre les agences Marais, Centre
et Espace européen de l’entreprise,
ont totalisé près de 340 000 opérations. Enfin, plus de 1 000 lignes
téléphoniques ont été souscrites
par ses sociétaires-clients.
Sa pérennité, la Caisse de
Schiltigheim la doit aussi à ses
15 000 clients et 8 900 sociétaires
pour qui “nous recherchons sans
cesse, non pas le profit, mais le
mieux-être à leur service”. 90 %
des clients sont des particuliers.
“Les 10 % de professionnels nous
permettent de contribuer à la vie
économique locale.” Les jeunes de
moins de 25 ans, qui représentent
22 % de la clientèle constituent “un
axe à développer, notamment grâce
au service VIP Conseils Études
Emploi, unique dans le monde bancaire, véritable coach qui les aide
à définir leur projet d’orientation, à
trouver un stage, un job étudiant ou
un premier emploi”.
Enfin, “le mutualisme ne serait rien
sans nos treize élus bénévoles et
notre équipe de 27 salariés, placée
sous la direction de Sébastien Lutz,
qui réussit à s’adapter aux nouvelles
techniques et à satisfaire des clients
de plus en plus exigeants”.
Pour finir, Pascal Haller a évoqué
les projets de 2012. À commencer
par la modernisation et la mise aux
normes en termes de sécurité de
l’agence Centre. “Les travaux qui
dureront quelques mois permettront
d’offrir un service encore amélioré.”
Par ailleurs, la Caisse espère trouver une solution pour les locaux de
l’agence du Marais qui n’abritent
plus qu’un Gab depuis presque deux
ans. “Malgré un contexte économique et bancaire difficile, la Caisse
de Schiltigheim a consolidé ses positions. Une banque qui appartient à
ses sociétaires, ça change tout. À
nous de nous en montrer dignes”, a
conclu le président.
Chiffres clés
Nombre de clients : 14 954,
dont 8 863 sociétaires
Encours d’épargne : 317 M€ (+ 4 %)
Encours des crédits : 238 M€ (stable)
Assurances IARD : 19 877 contrats
(stable)
Téléphonie : 1 050 abonnés
Fonds propres : 41,6 M€
Sébastien Lutz, directeur : “Votre
Caisse vous protège tel un Écran
Total”.
Au passif du bilan qui s’équilibre à 451,9 millions d’euros (M€),
les fonds propres s’établissent à
41,6 M€ et les dépôts à 181 M€.
Après une augmentation de 4 %,
l’épargne se monte à 317 M€. Elle
se compose de 37 M€ de comptes
courants créditeurs, 143 M€
d’épargne bancaire, 17 M€ de
parts sociales B, 19 M€ d’épargne
financière et 101 M€ d’assurancevie. Sébastien Lutz, le directeur, a
notamment relevé la bonne progression de l’épargne bancaire, + 12 %,
qui représente le principal poste de
l’épargne totale (45 %), suivie par
les titres (32 %). Les crédits, quant
à eux, restent stables à 238 M€.
Ils se décomposent notamment en
134 M€ de prêts à l’habitat, 59 M€
de crédits professionnels et 14 M€
de crédits à la consommation. En
2011, 38 M€ ont été décaissés, dont
21 M€ pour l’habitat, 8 M€ pour la
consommation et 9 M€ pour les professionnels.
Le nombre d’assurés reste stable
à 7 949. Tout comme le nombre de
contrats IARD, à 19 877. La Caisse
totalise 285 contrats Crédit Mutuel
Protection Vol et 1 050 contrats
téléphonie. “En 2011, 207 nouvelles
lignes ont été ouvertes. 7 % de nos
clients sont équipés”, s’est félicité
Sébastien Lutz.
Chaleureux et compétents
“Notre bilan et compte de résultat pour 2011 sont une fois de plus
très bons. Notre réactivité, notre
capacité d’adaptation, notre proximité et notre compétence nous ont
permis de relever les défis imposés
par le contexte des crises actuel.
Des offres box aux placements éthiques
Pascal Haller, Gérard Lindenmann et
Sébastien Lutz ont répondu aux questions qui portaient sur l’avenir des
locaux de l’agence du Marais - qui vont
être cédés - ; les problèmes de places
de parking - la Caisse fait la chasse aux
voitures “ventouses” qui utilisent les
places réservées à la clientèle - ; la rémunération des comptes courants - “pas prévue pour l’instant, d’autres possibilités de
gestion plus adaptées existant” - ; la fac-
turation de Cybermut - “l’un des services
les plus performants” - ; la téléphonie et
en particulier la possibilité d’une offre
box - un domaine dans lequel “il ne faut
pas se tromper, les investissements étant
conséquents” ; les placements éthiques
ou solidaires - le Crédit Mutuel en propose trois : le livret d’épargne pour les
autres, l’épargne financière CM-CIC
valeurs éthiques, et la Mastercard pour
les autres.
Gérard Lindenmann, président du
conseil de surveillance (Photos
Europ-Flash).
Nous sommes là pour vous. Vous
être notre raison d’être : aider et servir.” Le directeur a indiqué que les
conseillers se forment régulièrement
pour mieux servir les sociétaires, de
façon chaleureuse, professionnelle et
compétente. “Nous avons le souci de
vous accompagner, de vous protéger
pour passer ces périodes de turbulences plus sereinement. Solide,
votre Caisse est protectrice. Elle est
un véritable “Écran Total” : Épargne,
Crédit, Assurance, Nouvelles Technologies.” Sébastien Lutz a remercié
les salariés pour leur implication, les
élus, et tout particulièrement Alfred
Muller qui lui a accordé sa confiance
pendant vingt ans et Pascal Haller,
avec qui il travaille depuis un an, sans
oublier les sociétaires.
Gérard Lindenmann, président du
conseil de surveillance, a insisté sur
les trois niveaux de contrôle qui interviennent pour garantir la bonne gestion de la Caisse : contrôle interne,
contrôle permanent, contrôles réguliers effectués par les inspecteurs
de la Fédération : “Encore une originalité du Crédit Mutuel !” Puis il a
donné lecture des rapports de l’inspection fédérale et proposé à l’assemblée d’approuver la répartition
de l’excédent.
LE MUTUALISME EN ACTION
Cette assemblée générale a été
l’occasion de rendre hommage
au président d’honneur, Alfred
Muller. “Les résultats obtenus
durant ses vingt années d’exercice sont éloquents, a souligné
Pascal Haller. La Caisse a vu le
nombre de ses sociétaires progresser de 22 %, son épargne de
76 %, son encours de crédits de
500 % et ses fonds propres de
420 %.” Pascal Haller a présenté
les élus qui l’entourent au conseil
d’administration, Gérard Lindenmann ses collègues du conseil
de surveillance, et Sébastien Lutz
son équipe.
Fidélité récompensée
Quatre salariés ont été mis à
l’honneur. Olivier Luck, chargé
de clientèle professionnelle à
l’agence Espace européen de
l’entreprise, a reçu la médaille du
travail en argent pour 20 années
d’activité. Après avoir démarré
sa vie professionnelle en 1992,
il est passé par les Caisses de
Strasbourg Esplanade, Robertsau et Illkirch, avant de rejoindre
la Caisse de Schiltigheim en
2006. “Fidèle parmi les fidèles”,
Roger Von Hatten a commencé
sa carrière en 1981 à la Caisse de
Schiltigheim. Depuis 2005, il est
responsable organisation gestion
à l’Espace européen de l’entreprise. Pascal Haller lui a accroché
la médaille du travail en vermeil
pour 30 ans d’activité.
Jean-Pierre Roos a rejoint la
Caisse de Schiltigheim en 1979.
Il a travaillé route de Bischwiller,
puis à l’agence Marais, et enfin à
l’agence Centre où il est chargé
de clientèle particuliers. Il a été
décoré d’une médaille du travail
en or pour ses 35 années de service. Tout comme Christian Koell,
chargé de clientèle particuliers
et responsable assurance. Il a
démarré sa vie professionnelle à
18 ans à la Caisse d’Eckbolsheim,
avant de rejoindre celle de Brumath, puis celle de Schiltigheim
en 2008.
Enfin, 22 sociétaires ont reçu
leur diplôme pour plus de 50 ans
de fidélité à la Caisse.
L’équipe des salariés et les élus des deux conseils de la Caisse de Schiltigheim réunis sur la tribune lors de l’assemblée générale.
L’EST AGRICOLE ET VITICOLE
V1
- N° 26 . VENDREDI 29 JUIN 2012 . PAGE 25