Achatine

Commentaires

Transcription

Achatine
maquetteN∞15clef.qxd
09/12/2005
10:40
Page 12
Par Mickaël BARRIOZ, CIE,Antenne des Îles Loyauté
Environnement
Dossier : les espèces envahissantes
L’Achatine d’Afrique en NouvelleCalédonie : une catastrophe
agricole et écologique.
L’ACHATINE (ACHATINA FULICA) EST UN ESCARGOT ORIGINAIRE DE LA CÔTE EST AFRICAINE. IL A ÉTÉ
INTRODUIT DANS LE SUD-EST ASIATIQUE AU DÉBUT DU 20ÈME SIÈCLE POUR LA CONSOMMATION. EN NOUVELLECALÉDONIE, IL FUT INTRODUIT ACCIDENTELLEMENT EN 1972, PROBABLEMENT AVEC DES PLANTES ORNEMENTALES
EN PROVENANCE DE TAHITI. COMME DANS DE NOMBREUSES ÎLES DU PACIFIQUE, IL EST DEVENU SUR LA GRANDETERRE ET DANS LES ÎLES LOYAUTÉ UNE ESPÈCE ENVAHISSANTE POSANT DE GRAVES PROBLÈMES POUR LES CULTURES, LA FAUNE INDIGÈNE, VOIRE LA SANTÉ HUMAINE.
Achatine est un
«géant» pouvant
atteindre 20 cm de
long et peser 250 g.
C’est un mollusque
plutôt
nocturne qui apprécie les endroits
frais, protégés par la végétation. Il
craint la sécheresse, mais peut s’en
protéger en s’enfouissant sous
terre. Sa durée de vie est de 5 ans
et sa reproduction peut avoir lieu
5 mois après sa naissance. Il peut
pondre 1 000 œufs par an (200
œufs par ponte en moyenne).
Son régime alimentaire est composé de végétaux et de débris
organiques.
L’
Un fléau pour l’Homme
Sans prédateur en
Nouvelle-Calédonie l’Achatine
s’est multiplié, ravageant
les cultures (salades, choux,
haricots, etc...) et devenant un
véritable problème agricole.
Un champ d’ignames traditionnel peut être complètement
dévasté en 48 h ! A noter que la
variété d’igname dite « de
Houaïlou », n’est pas appréciée
par l’escargot vorace.
Par ailleurs, l’Achatine est
porteur d’un ver parasite qui peut
provoquer une maladie grave chez
l’être humain : une méningite
(Méningo-encéphalite à éosinophiles). La contamination se fait par
ingestion des larves infestantes
12
Achatine
dans
un
champ
suite à la consommation de légumes crus souillés par l’escargot ou
lors de la manipulation de l’animal.
Méthodes testées en
Nouvelle-Calédonie pour
lutter contre cette espèce
nuisible
Lutte mécanique
- Barrières autour des champs
Des parcelles cultivées
furent entourées d’une bande de
de
Makue,
Maré
terre vierge d’au moins 2 mètres de
large, d’autres furent cernées de
cordons continus de sel, de cendres, d’huile de vidange ( ! ), d’une
gouttière remplie d’eau, d’un fil
électrique disposé au niveau du sol,
d’obstacles en bois, en tôle ou en
plastique… Cependant, un certain
nombre d’Achatines franchissant
toujours les barrières, un ramassage quasi-quotidien des individus
dans les cultures a été nécessaire.
- Ramassages massifs
En 1976, l’Association pour
la Sauvegarde de la Nature en
Nouvelle-Calédonie (ASNNC), en
N°15 / décembre 2005 - janvier 2006 Les Cahiers de l’agriculture et de l’environnement
maquetteN∞15clef.qxd
09/12/2005
10:40
Page 13
Dossier : les espèces envahissantes
Micronésie, probablement pour
des raisons climatiques.
Lutte chimique
Cimetière
d’un champ
d’Achatines,
en
d’ignames, Ouvéa.
partenariat avec la Chambre
d’Agriculture et l’ORSTOM, a organisé une campagne de destruction
des « escargots géants d’Afrique » :
en 10 jours, 800 000 Achatines furent
collectés à Nouméa et dans ses environs avant de finir dans les fours de
la Société Métallurgique « Le
Nickel » ! Mais déjà cette espèce
nuisible était bien implantée en
brousse et dans les Îles…
Lutte biologique
- Introductions de prédateurs
Pour lutter contre cette
invasion, une autre espèce
d’escargot carnivore malacophage (c’est-à-dire « mangeur
d’escargots »), l’Euglandine de
Floride (Euglandina rosea) originaire du sud des Etats-Unis et
d’Amérique centrale fut introduite. Des lâchés furent réalisés en
différents endroits de NouvelleCalédonie : Nouméa, Dumbéa,
Plum, Port-Laguerre, Ouégoa,
Ponérihouen, Poindimié et dans les
Îles
Loyauté,
à
Maré.
Naturellement, il n’existe aucune
spécificité alimentaire entre les
deux espèces, et l’escargot américain s’attaqua un peu au « géant
africain » et plus dangereuse-
bordure
Ainsi, l’introduction de
l’Achatine d’Afrique en NouvelleCalédonie entraîne des problèmes
directs et indirects particulièrement difficiles à résoudre.
En effet, les moyens de
lutte mis en place contre cette
espèce nuisible pour l’Homme
ont d’autres conséquences
néfastes pour l’environnement, sans être totalement
satisfaisantes d’un point de
vue agricole et sanitaire. La
lutte biologique par l’introduction
de
prédateurs
menace les espèces d’escargots locales, souvent endémiques, tandis que l’utilisation répétée de pesticides
pose de graves problèmes
de pollution.
Cet exemple illustre bien
la complexité et la fragilité des
écosystèmes, notamment insulaire, et nous invite à la vigilance
afin de ne pas introduire de nouvelles espèces qui pourraient
devenir envahissantes.
Environnement
- Pesticides
Face à l’ampleur des dégâts
dans les champs, certains utilisent
des pesticides. Mais ces produits ne
réussissent pas à éliminer l’ensemble de la population d’Achatines, et
un traitement répété est nécessaire,
polluant petit à petit la terre et la
nappe phréatique.
ment aux espèces calédoniennes
comme
le
bulime
(Placostylus fibratus) espèce endémique traditionnellement consommée sur le Territoire. La même
expérience malheureuse s’est produite en Polynésie et il n’a fallu que
20 ans pour que 55 espèces endémiques des îles de la Société
(Tahiti...) s’éteignent tandis que
l’Achatine d’Afrique demeure sans
être gênée par l’Euglandine de
Floride !
Une autre espèce d’escargot africain malacophage (Gonaxis
quadrilatteralis) a également été
introduite en Nouvelle-Calédonie
sans succès. La lutte biologique
avec des escargots prédateurs fut
donc abandonnée.
En effet, cette
lutte s’accompagne
souvent de problèmes dont les plus
importants sont le
manque de spécificité dans les relations proie-prédateur et la fragilité
de la faune dans
les îles. Par contre,
cette méthode aurait
donné des résultats
Le bulime, une espèce endé plus satisfaisants dans
les territoires du nord
m i q u e d e N o u v e l l e -C
Calédonie,
de la Mélanésie et de la
à protéger !
Les Cahiers de l’agriculture et de l’environnement
N°15 / décembre 2005 - janvier 2006
13
maquetteN∞15clef.qxd
09/12/2005
10:41
Page 14
Environnement
Dossier : les espèces envahissantes
Escargots calédoniens préservés
(ex : bulime)
Cultures préservées
Risques pour la
santé humaine
(méningite)
Cultures attaquées
Introduction
d ’Achatine
en 1972
B
QUE
GI
IOLO
contre Achatine
Introduction d’escargots
prédateurs américains
CHI
MIQ
UE
Utilisation de pesticides
Escargots calédoniens attaqués
Pollution : eau, terre...
Bilan 2005 : cultures toujours attaquées, escargots calédoniens menacés de disparition, pollution de l’environnement par
les pesticides, santé humaine menacée (pollution, méningite)
Introduction
14
de
l’Achatine
N°15 / décembre 2005 - janvier 2006
en
Nouvelle-Calédonie
Les Cahiers de l’agriculture et de l’environnement

Documents pareils

BUREAU POUR L`ÉCHANGE ET LA DISTRIBUTION DE L

BUREAU POUR L`ÉCHANGE ET LA DISTRIBUTION DE L des œufs. Les plus petits œufs ayant une petite surface de contact ont une courte durée d’incubation et les plus gros œufs une durée plus longue. L’éclosion a lieu environ deux semaines après incub...

Plus en détail