Reconnaissance, respect, qualité du service public

Commentaires

Transcription

Reconnaissance, respect, qualité du service public
▼
Bureau national du vendredi 26 août 2011.
bureau national
Reconnaissance, respect,
qualité du service public
8
C’est un bureau national élargi aux candidats à la commission administrative paritaire nationale (CAPN) qui s’est réuni le vendredi 26 août
au lycée Colbert à Paris. Une réunion d’échanges qui a permis de mieux
faire connaissance avec les candidats non sortants (12 sur 24, soit une
liste placée sous le sceau de la continuité et du renouvellement). Une réunion de travail aussi, nécessairement, qui a permis à Patrick Falconnier,
coordonnateur des commissaires paritaires nationaux actuels, de rappeler la triple mission chevillée au corps des élus SNPDEN : conseiller,
accompagner et défendre.
C’est le premier enjeu de
ces élections professionnelles :
agir avec professionnalisme tant
auprès de chaque collègue syndiqué qu’auprès des représentants
du ministère.
On touche là au second enjeu
de ces élections : la force du
SNPDEN, c’est sa représentativité.
C’est donc la force de votre voix,
de toutes les voix qui se portent
sur ses candidats.
Car si le paritarisme est un
acquis du droit syndical, ce n’est
qu’un cadre de travail et chaque
situation doit être posée, argumentée. Certes, cela n’exclut pas à
notre administration de trancher, ici
ou là, sans cohérence mais c’est
aussi notre rôle de pointer ces
types de décision pour les limiter
de façon drastique.
Dans ce rapport de forces toujours complexe, c’est la vigilance
et la technicité de nos commissaires paritaires ainsi que la « force
du nombre », notre poids aux élections, qui sont les atouts les plus
précieux.
Si cela vaut pour les commissaires paritaires nationaux, cela
vaut aussi pour les commissaires
paritaires académiques. Le pouvoir
des recteurs est réel. La tendance
est plutôt à leur renforcement…
Ce premier « filtre » est un élément
souvent déterminant. À ce niveau
là, aussi, il convient de créer un
rapport de forces clair, au service
de chacun.
L’ENJEU
DE CES ÉLECTIONS
L’enjeu, c’est de conforter notre
vision du métier, celle qu’exprime
notre profession de foi : « Diriger,
piloter, présider : notre métier, une
équipe ». Cette vision du métier
repose sur 2 axiomes incontournables ; elle implique en effet
« reconnaissance et respect » à
quelque niveau que ce soit mais
aussi la mise en œuvre pragmatique, au quotidien, de « pouvoir
exercer nos responsabilités ». Les
EPLE sont à la fois une structure
de proximité et le cœur du système éducatif, là où se joue ou
non la réduction des inégalités.
C’est parce que nous sommes
conscients de nos responsabilités
que nous sommes tout à la fois vigilants et exigeants sur les conditions
d’exercice de ce métier.
Le SNPDEN a fait évoluer ce
métier ; celui-ci doit nécessairement continuer à évoluer et nous
y travaillons non pas dans le cadre
d’un corporatisme étriqué mais
sur la base d’« une école plus
juste dans les territoires, d’un
vivre-ensemble fondé sur l’égalité,
l’équité, la laïcité et avec une ambition : la qualité du service public,
et un enjeu : pouvoir faire réussir
chaque élève ». Ces expressionsclés que l’on retrouve au cœur de
notre profession de foi traduisent
notre détermination.
Celle-ci trouve sa traduction
au quotidien : les manifestations
académiques ont démontré que,
pour les personnels de direction,
le dialogue de gestion ne pouvait se réduire à une gestion de la
réduction des moyens et que les
recteurs devaient être en capacité d’exprimer leurs choix dans la
transparence et reconnaître ainsi
le chef d’établissement et le chef
d’établissement-adjoint comme
de vrais interlocuteurs et non des
exécutants.
Notre conférence de presse de
rentrée a dévoilé concrètement les
effets insidieux, sur le terrain, dans
nos établissements, des suppressions de postes. Et que ce soit
auprès des recteurs, du ministère,
des collectivités territoriales ou de
la presse, notre voix porte : ici, elle
dérange ou elle contribue à une
évolution ; là, elle est amplifiée mais
elle a le mérite d’ouvrir la réflexion,
de bousculer des certitudes…
Pour que cette voix porte, il
importe de lui donner de la force ;
c’est aussi l’enjeu des élections professionnelles du 13 au
20 octobre 2011. ■
Patrick CAMBIER
Permanent
[email protected]
AGENDA
6 OCTOBRE
Bureau national
11 OCTOBRE
Permanence juridique
13 OCTOBRE
Réunion de la cellule juridique
13 AU 20 OCTOBRE
Élections professionnelles
8 NOVEMBRE
Permanence juridique
9 NOVEMBRE
Agenda social (1re réunion)
11 AU 13 NOVEMBRE
Ateliers pour l’école : quelle école
pour quelle société ? (ATD QuartMonde)
16 NOVEMBRE
Réunion de la cellule juridique
22 NOVEMBRE
Permanence juridique
23 NOVEMBRE
Bureau national
29 NOVEMBRE
Bureau national
29 ET 30 NOVEMBRE
Conseil syndical national
DIRECTION 192 OCTOBRE/NOVEMBRE 2011

Documents pareils