Rome brûle-t-elle ? » (Néron) - Richard Yung, senateur des francais

Commentaires

Transcription

Rome brûle-t-elle ? » (Néron) - Richard Yung, senateur des francais
« Rome brûle-t-elle ? » (Néron) - Richard Yung, senateur des francais de l'etranger
Écrit par Richard Yung
Samedi, 28 Avril 2012 21:25
En l’occurrence il ne s’agit pas de la Rome de Néron mais de la Naples de Berlusconi.
Dans la petite ville de Casoria près de Naples, il signor Antonio Manfredi dirige un musée d’art
contemporain. Les budgets de la région de Campanie et de l’État romain fondent comme neige
au soleil et le conservateur du musée n’arrive plus à faire fonctionner son musée. Il a trouvé un
moyen inédit d’attirer l’attention sur la misère de la Culture italienne : il brûle publiquement trois
œuvres de son musée chaque semaine. C’est évidemment extrême (il appelle d’ailleurs cela
l’Art-war) et l’on aurait raison de dire que son titre est « conservateur » non pas destructeur
d’art. Mais deux remarques doivent être faites pour sa défense : il demande l’autorisation à
l’artiste qui a réalisé la toile et c’est un remarquable avocat de la cause de la culture. Quels
peuvent être les sentiments d’un artiste qui a longtemps travaillé sur une œuvre à la voir brûler :
je vous laisse avec ce problème métaphysique. Mais je garde l’idée à la disposition de Nicolas
Sarkozy : il pourrait s’infliger une punition chaque fois qu’il enregistre un échec ou une
promesse non tenue. Un mot quand même en regardant cette course effrénée de Sarkozy aux
voix du Front national : il est normal de vouloir gagner et d’aller chercher les votes au-delà de
son camp naturel mais est-ce que cela doit se faire au prix d’un renoncement à ses propres
valeurs ?
Eva Joly et Cécile Duflot jouent le jeu de l’unité avec François Hollande pour le deuxième tour,
certes à cause de l’accord (surtout) électoral et de gouvernement dont elles craignent la remise
en cause. Ce n’est pas le cas de Jean Luc Mélenchon qui ne soutient Hollande que du bout des
lèvres. Ce n’est pas le moment de discuter ces comportements : l’heure est au rassemblement
de toute la gauche, voire plus, en vue du 6 mai. Mais disons le tout net : nous ne sommes pas
dupes et nous tiendrons compte de tous ces éléments lorsque les questions électorales et les
circonscriptions viendront en discussion.
1/1

Documents pareils