LABEX-20102 ART-H2H document fina22l

Commentaires

Transcription

LABEX-20102 ART-H2H document fina22l
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Acronyme du projet/
Acronym of the
project
ARTS-H2H
Titre du projet en
français
LABORATOIRE DES ARTS ET MEDIATIONS HUMAINES
ARTS AND HUMAN MEDIATIONS LABORATORY
Project title in English
Coordinateur du
projet/Coordinator of
the project
English version :
h ttp://www.labex-arts- h2h.univ-paris8.fr/english.doc
Nom / Name : Marie-Hélène TRAMUS
Etablissement / Institution : Université Paris 8
Laboratoire / Laboratory : « Arts des Images et Art contemporain »
Numéro d’unité/Unit number : EA 4010
Responsible scientif ique : Isabelle MOINDROT
Etablissement / Institution : Université Paris 8
Aide demandée/
Requested funding
21,81 millions
Champs disciplinaires
(SNRI) / Disciplinary
field
X Sciences humaines et sociales / Social sciences
X Autre champ disciplinaire / Other disciplinary scope
Domaines scientifiques/
scientific areas
Participation à un ou
plusieurs projet(s)
« Initiatives
d’excellence » (IDEX) /
Participation in an
« Initiatives
d’excellence » project
Arts, Technologies numériques, Philosoph ie, Sciences de
l’information et de la communication, Psychologie, Ergonomie,
Linguistique, Littérature
X non
1/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Affiliation(s) du partenaire coordinateur de projet/ Organisation of the
coordinating partner
Laboratoire(s)/Etablissement(s)
Laboratory/Institution(s)
EA « Arts des images & art
contemporain »
Numéro(s) d’unité/
Unit number
EA 4010
François Soulages
(Marie-Hélène Tramus)
Tutelle(s) /Research
Organisation reference
Université Paris 8
EA « Esthétique, musicologie et
créations musicales »
EA « Scènes et savoirs »
EA 1572
Jean-Paul Olive
EA 1573
Philippe Tancelin
(Isabelle Moindrot)
EA 4008
Charles Ramond
Université Paris 8
EA « Paragraphe »
EA 349
Imad Saleh
Université Paris 8 / Université de
Cergy-Pontoise
EA THIM/CHART
EA 4004
Charles Tijus
(Jaime Lopez Krahe)
Université Paris 8
UMR « Structures formelles du
langage »
UMR 7023
Sophie Wauquier
CNRS/ Université Paris 8
EA « Laboratoire d’Etudes
romanes »
EA 4385
Françoise Decroisette
Julio Premat
EA 1569
Yves Abrioux
Université Paris 8
EA 1579
Tiphaine SAMOYAULT
EA1575
Christian Doumet
EA 4386
Edith Sales-Wuillemin
Université Paris 8
EA « Laboratoire d’études et de
recherches sur les logiques
contemporaines de la
philosophie » (LLCP)
EA « Transferts critiques et
dynamique des savoirs »
(domaine anglophone »
EA « Littérature et histoires »
EA « Recherches sur la pluralité
esthétique »
EA « Laboratoire Parisien de
Psychologie Sociale » (LAPPS)
Université Paris 8
Université Paris 8
Université Paris 8
Université Paris 8
Université Paris 8
2/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Affiliations des partenaires au projet/Organization of the partner(s)
Laboratoire(s)/Etablissement(s)
Laboratory/Institution(s)
Universcience
Université Paris Ouest-NanterreLa Défense
Centre Pompidou Metz
Ecole nationale supérieure LouisLumière
Ecole nationale supérieure des
Arts décoratifs (ENSAD Lab)
Centre national de Danse
contemporaine (Angers)
Conservatoire national supérieur
d’Art dramatique (CNSAD)
Centre national des Ecritures du
Spectacle (Villeneuve lezAvignon)
Centre Pompidou Paris
Réunion Musées nationaux
Fondation Campus Condorcet
BnF
Numéro(s) d’unité/
Unit number
EA 4414 “Histoire des arts et des
representations”
-
Archives nationales
Tutelle(s)/Research
Organisation reference
Paris Ouest
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
3/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
1.
2.
3.
RESUME / SUMMARY ................................................................................... 6
CANDIDATURE AUX ACTIONS DU PROGRAMME INVESTISSEMENTS D’AVENIR/
APPLICATION TO THE ACTIONS OF THE PROGRAMME « INVESTISSEMENTS
D’AVENIR » .............................................................................................. 9
ORGANISATION DU PARTENARIAT/ MANAGEMENT OF THE PARTNERSHIP ..................... 9
3.1.
Composition du partenariat/ Composition of the partnership ............... 9
3.2.
Qualification du coordinateur de projet /Relevant experience of
the project coordinator ..................................................................................... 10
4.
4.1.
DESCRIPTION DE L’EXISTANT/ DESCRIPTION OF THE EXISTING ............................. 12
Présentation des partenaires .............................................................. 12
4.1.1
Partenaire 1/ Partner 1 : UniversitÉ de Paris 8
4.1.1.1 Recherche et innovation / Research and innovation
4.1.1.2 Valorisation / Exploitation of results
4.1.1.3 Enseignement superieur / Higher education
4.1.1.4 Organisation / Organisation
4.1.2
Partenaire 2/ Partner 2 : Universcience
4.1.2.1.1 Presentation
4.1.2.2 Arts, sciences & technologies : mettre la science en culture
4.1.2.3 Programmes arts, sciences & technologies
4.1.3
Partenaire 3/ Partner 3 : Université Ouest-Nanterre-La Defense, EA Histoire
des Arts et des représentations
4.1.3.1 Recherche et innovation / Research and innovation
4.1.3.2 Valorisation / Exploitation of results
4.1.3.3 Enseignement superieur / Higher education
4.1.3.4 Organisation / Organisation
4.1.4
Partenaire 4/ Partner 4 : Centre Pompidou METZ
4.1.5
Partenaire 5/ Partner 5 : École nationale supérieure Louis-Lumière
4.1.5.1 Recherche et innovation / Research and innovation
4.1.5.2 Valorisation / Exploitation of results
4.1.5.3 Enseignement superieur / Higher education
4.1.5.4 Organisation / Organisation
4.1.6
Partenaire 6/ Partner 6 : École nationale supérieure des Arts Décoratifs
(PARIS)
4.1.6.1 Recherche et innovation / Research and innovation
4.1.6.2 Valorisation / Exploitation of results
4.1.6.3 Enseignement superieur / Higher education
4.1.6.4 Organisation / Organisation
4.1.7
Partenaire 7/ Partner 7 : Centre national de danse contemporaine
4.1.7.1 Recherche et innovation / Research and innovation
4.1.7.2 Valorisation / Exploitation of results
4.1.7.3 Enseignement superieur / Higher education
4.1.7.4 Organisation / Organisation
4.1.8
Partenaire 8/ Partner 8 : Conservatoire national supérieur d’Art Dramatique
(Paris)
4.1.8.1 Recherche et innovation / Research and innovation
4.1.8.2 Valorisation / Exploitation of results
4.1.8.3 Enseignement superieur / Higher education
4.1.9
Partenaire 9/ Partner 9 : CNES Villeneuve-lez-Avignon
4.1.9.1 Recherche et innovation / Research and innovation
4.1.9.2 Valorisation / Exploitation of results
4.1.9.3 Enseignement superieur / Higher education
4.1.9.4 Organisation / Organisation
4.1.10
Partenaire 10/ Partner 10 : Réunion des Musées Nationaux
4.1.11
Partenaire 11/ Partner 11 : Centre Pompidou Paris
12
12
15
16
17
17
17
19
19
21
21
21
21
23
23
24
24
27
27
27
28
28
29
29
29
30
30
32
32
32
33
34
34
34
35
35
36
37
38
38
40
4/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
4.1.11.1
4.1.11.2
4.1.11.3
4.1.12
4.1.12.1
4.1.12.2
4.1.12.3
4.1.13
4.1.13.1
4.1.13.2
4.1.13.3
4.1.13.4
4.1.14
4.1.14.1
4.1.14.2
4.1.14.3
4.2.
5.
Recherche et innovation / Research and innovation
Valorisation / Exploitation of results
Organisation / Organisation
Partenaire 12/ Partner 12 : Fondation Campus Condorcet
Recherche et innovation / Research and innovation
Valorisation / Exploitation of results
Organisation / Organisation
Partenaire 13/ Partner 13 : Bibliotheque nationale de France
Recherche et innovation / Research and innovation
Valorisation / Exploitation of results
Enseignement superieur / Higher education
Organisation / Organisation
Partenaire 14/ Partner 14 : Archives nationales
Recherche et innovation / Research and innovation
Valorisation / Exploitation of results
Enseignement superieur / Higher education
41
41
42
42
42
43
44
44
44
46
46
47
47
48
49
50
Collaborations existantes / Existing collaborations............................. 51
DESCRIPTION SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DU PROJET / TECHNICAL AND
SCIENTIFIC DESCRIPTION OF THE PROJECT ....................................................... 52
5.1.
Etat de l’art / State of the art .............................................................. 52
5.2.
Objectifs du projet par rapport à l’état de l’art et liens avec la
SNRI/ Objectives of the project compared to the state of the art and in
relation to the SNRI.......................................................................................... 56
5.2.1
5.2.2
5.2.3
5.2.4
5.2.5
Présentation scientifique du projet de recherche/ Scientific programme
Valorisation, transfert et expertise/ Exploitation of results, transfer and
expertise
Enseignement supérieur, Insertion / Higher education, Integration into the
workplace
Gouvernance du LABEX/ Governance
Attractivité/Attraction
56
65
68
71
73
5.3.
Stratégie des établissements tutelles/ Strategy of the supervising
institution ......................................................................................................... 75
5.4.
Relation avec le monde socio-économique/ Connections to the
socio-economic world ....................................................................................... 77
5.5.
Effet d’entraînement potentiel/ Pull effect .......................................... 79
6.
JUSTIFICATION SCIENTIFIQUE ET FINANCIERE DES MOYENS DEMANDES / FINANCIAL
AND SCIENTIFIC JUSTIFICATION FOR THE MOBILISATION OF THE RESOURCES ............ 80
6.1.
Justification des moyens demandés (sur 10 ans) / Justification for
the mobilisation of the resources ..................................................................... 80
6.1.1
6.1.2
6.1.3
6.1.4
6.2.
7.
Projet de recherche/ Research project
Projet pédagogique/ Educational project
Valorisation/ Exploitation of results
Gouvernance/ governance
80
81
82
83
Autres ressources / others resources ................................................. 84
ANNEXES / APPENDICES ............................................................................ 84
7.1.
Références bibliographiques de l’etat de l’art/State of the art
references ........................................................................................................ 84
7.2.
Références bibliographiques des partenaires/Partners’ references .... 90
7.3.
CrÉations ........................................................................................... 109
7.4.
ANR & autres grands programmes .................................................... 122
7.5.
Prix & Distinctions............................................................................. 127
7.6.
Equipement existant ......................................................................... 131
7.7.
Entreprises partenaires ..................................................................... 135
5/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
7.8.
7.9.
Fiches Projets.................................................................................... 135
Lettres de soutiens............................................................................ 137
1. RESUME / SUMMARY
Forte d’une tradition unique en France dans le domaine des pratiques artistiques, de la
production et de la transmission des savoirs sur les arts, l’université Paris 8 Vincennes –
Saint-Denis propose de constituer un laboratoire d’excellence regroupant ses équipes
reconnues sur les plans national et international dans un vaste projet fédérateur, intitulé
Laboratoire des arts et médiations humaines. Grâce à son souci permanent de l’innovation et son
expérience dans l’articulation entre théories et pratiques des arts, grâce à la collaboration
étroite entre les disciplines qu’elle a toujours mise en œuvre, l’université Paris 8 est la seule
institution en France pouvant disposer des forces suffisantes pour conduire un tel projet.
Ce projet ambitieux et transdisciplinaire articule recherche artistique et recherche sur les
médiations humaines. Il a pour ambition d’entreprendre une exploration scientifique de haut
niveau sur les nouveaux liens qui se tissent entre arts et techniques, sciences et réalité ; plus
précisément entre espace physique (urbanistique, humain …) et espace de données (connecté,
fictionnel ou informationnel…), appelé « milieu hybride ».
S’il est doté de moyens suffisants, ce laboratoire pourra être compétitif avec les grands
centres de Media Studies implantés ou en cours d’implantation en Asie, en Europe et en
Amérique et a déjà obtenu des partenariats avec certains d’entre eux, étant précisé que dix
universités américaines soutiennent activement le projet de LABEX (dont Harvard, Berkeley,
MIT, Cornell, Brown, etc.). Dès à présent, une trentaine d’universités étrangères se sont
mobilisées pour y participer activement. La particularité du LABEX ARTS-H2H par rapport
à ces grands centres de recherches avancées, qui attirent de plus en plus de chercheurs du
monde entier, est d’adosser la recherche sur la création, les médias et les médiations sur la
communication, mais surtout sur les différentes pratiques artistiques : reposant sur le
postulat selon lequel les arts se saisissent de la matière technique et technologique de façon
souvent pionnière et qu’ils sont à même de lui attribuer une valeur humaine et symbolique, le
projet de LABEX place les arts au centre de la réflexion.
Afin de garantir les meilleurs résultats théoriques et pratiques, cette proposition de LABEX a
été élaborée grâce à la concertation de plusieurs équipes existantes qui ont reçu les plus
hautes évaluations par l’AERES, dont 5 équipes ou UMR notées A + et 6 équipes notées A.
Cette concertation a permis à l’université de faire le choix délibéré de construire un seul
projet de LABEX, au sein duquel sont mobilisées les forces vives de l’établissement, en
parfaite adéquation avec la Stratégie Nationale de Recherche et d’Innovation (SNRI) et le
Conseil pour le développement des humanités et des sciences sociales. En effet, ce projet se
propose de faire travailler ensemble des sciences humaines et sociales, y compris les
humanités classiques, et les disciplines plus proches des sciences de l’ingénieur et des
sciences expérimentales. Le laboratoire se confrontera ainsi aux « changements globaux de la
société » et fera œuvre originale en analysant les questions d’information et de
communication par le biais des relations entre arts et technologies numériques.
Le Laboratoire des arts et médiations humaines s’inscrit dans une ambitieuse stratégie de site
développée au nord de Paris, notamment autour de la Fondation Campus Condorcet,
Universcience, l’Ecole Nationale Supérieure Louis-Lumière, les deux conservatoires
6/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
nationaux supérieurs de danse et de musique, le « 104 », la MSH Paris Nord, visant à créer
un ensemble de recherches unique permettant aux communautés scientifiques et aux artistes
de réaliser des avancées importantes pour la recherche et la création, en synergie avec les
entreprises et les publics. Il s’appuie sur des équipements de pointe existants et souhaités
(EquipEX TELL) ; il participe au projet de création d’un Institut de Recherche Technologique
porté par le pôle de compétitivité Cap Digital (IRT « Vie numérique » avec une thématique
« Art et création ») ; il a vocation à s’intégrer dans un futur Cluster des industries de la
création regroupant au nord de Paris des entreprises innovantes, des artistes et créateurs,
des établissements de formation et des laboratoires universitaires ; il a vocation à devenir le
laboratoire du Centre Universitaire des Arts, dont le projet est porté par l’université Paris 8
et soutenu par les collectivités territoriales et l’Etat. La logique territoriale dans laquelle il
s’inscrit en fera le plus grand centre de recherches en arts français.
Soutenu par le CNRS, les collectivités locales, des institutions telles que Cap Digital, les plus
grandes universités étrangères, le Laboratoire des arts et médiations humaines est porté par un
consortium de 14 partenaires réunissant l’université Paris Ouest-Nanterre-La Défense, de
grandes écoles d’art (Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, Conservatoire
National Supérieur d’Art Dramatique, Centre National de Danse Contemporaine, Ecole
Nationale Supérieure Louis-Lumière), des structures scientifiques et culturelles d’envergure
internationale (le Centre Georges Pompidou, la Réunion des Musées Nationaux,
Universcience, le Centre Georges Pompidou Metz, les Archives nationales, le Centre National
des Ecritures du Spectacle, la Bibliothèque nationale de France).
S’il dispose de moyens conséquents, le laboratoire pourra développer des méthodologies de
recherche innovantes fondées sur la transdisciplinarité et la porosité des frontières entre
recherche, création, expérimentation et innovation. Il croisera les apports des enseignantschercheurs, chercheurs, artistes, auteurs, historiens d’art, philosophes, épistémologues,
linguistes, juristes, automaticiens, cognitivistes, ergonomes, informaticiens, ingénieurs,
confrontant et mettant à l’épreuve leurs savoir-faire, créations, concepts et hypothèses de
recherche dans des dispositifs artistiques mis à disposition des publics et ouverts à ses
initiatives.
L’articulation entre la recherche artistique et la recherche sur les médiations humaines en
milieux hybrides fonde l’originalité du laboratoire. Elle assure sa cohérence et garantit ses
résultats théoriques et pratiques. Elle permettra au laboratoire de dessiner le monde à vivre
dans ses formes les plus créatives et innovantes et de contribuer ainsi au développement
technologique et social en explorant les pratiques et usages en mutation qui affectent
l'humain du XXIe siècle, anticipant sur l’impact du développement des technologies
numériques sur l’ensemble du corps social.
Le laboratoire développe un programme scientifique d’avenir, exploitant les
développements technologiques les plus avancés. À travers la dimension du sensible et de la
perception, se joue une pensée en actes, une structuration du réel à la fois corporelle,
psychique, intellectuelle et symbolique, dont le laboratoire interroge la matérialité, l’histoire,
les représentations, en relation avec les récents développements du secteur numérique. Le
premier axe du laboratoire (« Le travail artistique en situations ») s’attachera aux processus
de la création artistique, à ses manifestations sociales, aux nouvelles formes du
développement et de l’apprentissage, de conservation et de médiation artistique permises
par les technologies. Le deuxième axe (« Arts, techniques, science et société ») sera au cœur
des sciences et des techniques : seront étudiées les nouvelles catégories sensibles des
matériaux artistiques actuels, les potentialités inédites du numérique, les concepts art-science
engendrant de nouvelles formes d’art et de médiation, le design et l’ergonomie des objets
7/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
communicants, les interférences homme-technologie sur les activités humaines situées.
L’hybridation de l’écosystème humain avec les techniques et le numérique ouvre de nouveaux
champs exploratoires abordés dans le troisième axe (« Hybridations des arts et médiations
dans le monde informé »), portant sur l’étude des interconnexions entre disciplines
artistiques et explorant des médiations humaines pour un meilleur accès à la culture.
La création du laboratoire impulsera de nouvelles formations et parcours transdisciplinaires
en master, en lien avec l’évolution technologique et en relation avec des secteurs
professionnels en mutation : parcours « Médias », « Conception coopérative »,
« Numériques, enjeux,
technologies (NET)»,
spécialités
de master « Pratiques
transartistiques », « Conduite de projets transdisciplinaires », « Gestion des réseaux
sociaux », « Exploration et intelligence du Web », « Médiations numériques pour les
apprentissages ». Le laboratoire suscitera de nouvelles structures d’enseignement et de
recherche : deux chaires d’excellence tournantes « Arts et médiations humaines », un collège
doctoral d’excellence, dynamisant les études et la formation à la recherche-développement.
Le laboratoire entend mener une politique de dissémination des savoirs et de valorisation
particulièrement ambitieuse, qui sera articulée autour de trois objectifs : la valorisation
scientifique des résultats, le transfert de connaissances en direction des entreprises et la
médiation auprès du grand public. Il s'agit d'offrir aux chercheurs les moyens de diffuser le
plus largement possible leurs résultats au moyen notamment d'une plateforme bilingue en
ligne, de la création d'une revue classée et d'une conférence ACM, de prix de thèse pour
publication, d'une biennale de l'innovation, d'événements artistiques ou de conférences.
Les partenaires du laboratoire ont déjà noué des relations fructueuses avec les acteurs socioéconomiques, qu'il s'agisse de grandes entreprises, de PME, de services publics, du secteur
associatif ou encore de grandes institutions culturelles. Des actions seront menées afin
d'intensifier ces échanges, insérer fortement le LABEX dans le Cluster de la création et
permettre une levée de fonds : création d'un incubateur de projets artistiques, valorisation
dédiée aux entreprises, expertises et implication du secteur économique dans les formations.
Assurer des débouchés professionnels aux étudiants, améliorer les conditions de recherche et
le dialogue avec le secteur économique, travailler à la visibilité internationale du laboratoire
auront pour effet d'attirer des chercheurs et des étudiants du monde entier, et favoriser ainsi
le retour sur investissement dans un effet d'entraînement dynamique.
La gouvernance du LABEX sera assurée par un conseil stratégique (composé des
présidents des institutions partenaires et de personnalités extérieures qualifiées) définissant
la politique de recherche sur proposition et après examen des orientations de recherche
émanant d’un conseil scientifique composé de chercheurs et enseignants chercheurs. Un
comité de pilotage restreint sera l’instance exécutive du LABEX.
Le Laboratoire des arts et médiations humaines est en parfaite conformité avec les principes
scientifiques de l’université Paris 8, qui privilégient l’interdisciplinarité, les objets et axes
de recherche audacieux et novateurs. Cette demande de création d’un laboratoire
d’excellence s’appuie sur des chercheurs qui font le lien, dans une université à dominante
sciences humaines et sociales, entre ces dernières et les sciences expérimentales à visée de
modélisation, mais aussi entre recherche fondamentale et recherche appliquée. Au sein de
l’université, ce projet s’appuie également sur la plus importante école doctorale française
dans le domaine des arts (« Esthétique, sciences et technologies des arts »), qui comprend
l’ensemble des disciplines artistiques, et au sein de laquelle sont particulièrement
développées des recherches sur les relations entre créations artistiques, outils numériques et
8/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
réflexions théoriques. Il correspond à l’un des projets inscrits dans le contrat d’établissement
de l’université (2009-2013) relatif à la création d’un Centre Universitaire des Arts.
Le projet de LABEX Laboratoire des arts et médiations humaines préfigure ainsi la création d’un
pôle unique sur le plan national et fortement compétitif au niveau international : il dessine un
paysage de recherche et de création capable d’accompagner et de penser l’ouverture de l’art
sur de nombreuses disciplines (sciences exactes, sciences humaines, sciences de la vie) et les
effets du développement des technologies du numérique pour toutes ces disciplines. En
explorant les métamorphoses en cours, le Laboratoire des Arts et Médiations Humaines a pour
ambition d’identifier et d’activer des dispositifs innovants de création et de comportement
artistiques, pouvant conduire à des prototypes ouverts sur des applications concrètes pour
la société. Il apparaît ainsi comme un réseau et comme un lieu où peut s’illustrer l’excellence
dans le domaine des sciences humaines et sociales
2. CANDIDATURE AUX ACTIONS DU PROGRAMME INVESTISSEMENTS
D’AVENIR/ APPLICATION TO THE ACTIONS OF THE PROGRAMME
« INVESTISSEMENTS D’AVENIR »
Nom de
l’action
EquipEx
Acronyme du projet
(préciser si le projet est
déposé ou envisagé)
TELL
Nom du
coordinateur
EquipEx
IngéVisu
Fabienne
Blaise, MESHS
IRT
Vie numérique
Cap Digital
Charles Tijus
Consortium /partenariat impliqué
Univ. Paris 8 (EA 4004, 1572, 1573, 4010,
2302)
Universcience (LUTIN)
UPMC (UMR 7606, UMR 9912)
Université technologique de Compiègne (EA
2223)
EPHE (EA 4004)
École Polytechnique (UMR 7656)
IRCAM
CNAM (EA 1395)
Fondation Campus Condorcet
Univ. Paris 8 (EA 349)
Univ. Lille 3 (EA 3587, EA 1059, UMR 8529)
Lille 1 (UMR 8520, UMR 8022)
UVHC (EA2445 , UMR 8530,)
CNRS-EHESS-UAPV (UMR 8562)
CRI Création Numérique: Univ. Paris 8, Univ.
Paris 13, CNAM,
Institut Telecom, Ensad, Ensci, UPMC,
IRCAM…
3. ORGANISATION DU PARTENARIAT/ MANAGEMENT OF THE
PARTNERSHIP
3.1. COMPOSITION DU PARTENARIAT/ C OMPOSITION OF THE PARTNERSHIP
9/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Nom du partenaire
Affiliation
Université Paris 8
Universcience
Université Paris OuestNanterre-La Défense
Centre Pompidou Metz
École nationale supérieure
Louis Lumière
École nationale supérieure
des Arts décoratifs (Paris)
Centre national de Danse
Contemporaine
Effectifs / Catégorie de personnel
(chercheurs, ingénieurs, doctorant …)
Somme des laboratoires
Chercheurs :278
Ingénieurs : 2
Doctorants : 670
-------54 enseignants-chercheurs titulaires
220 doctorants inscrits
Environ 25 thèses et 3HDR soutenues par an.
------7 enseignants-chercheurs titulaires, 4 PAST, 2 agrégés, 4 à 6
chercheurs associés
19 enseignants chercheurs
53 étudiants-chercheurs
Enseignants intervenant dans le cursus master
4 artistes encadrant sur une durée de 4 mois les 3
premiers essais (Formation)
2 artistes assurant le suivi artistique régulier sur les
deux ans. Formation
Conservatoire national
supérieur d’Art dramatique
(CNSAD)
Centre National des
Ecritures du Spectacle
(Villeneuve-lez-Avignon)
Réunion des Musées
Nationaux
90 élèves
20 professeurs
30 professeurs invités
200 élèves dans 4 pays
Centre Pompidou Paris
--------
Fondation Campus
Condorcet
BnF
Archives Nationales
1 500 étudiants, professeurs et IATOS
--------
---------------
3.2. QUALIFICATION DU COORDINATEUR DE PROJET /RELEVANT EXPERIENCE OF THE
PROJECT COORDINATOR
Marie-Hélène TRAMUS, coordinatrice du projet, est professeur en Arts et Technologies de
l’image à l’université Paris 8, responsable du groupe de recherche INREV, Image Numérique et
Réalité Virtuelle de l’équipe d’accueil Arts des Images et Art contemporain, EA 4010, et du
département Arts et Technologies de l’Image. Elle est également directrice de l’UFR Arts,
Philosophie et Esthétique. Elle a participé, il y a 26 ans, à la fondation de la formation ATI,
Art et Technologie de l’Image, formation universitaire à l’image numérique interactive et
artistique, avec des pionniers du domaine, Hervé Huitric, Monique Nahas, Michel Bret, et au
côté d’Edmond Couchot qui a théorisé les nouveaux paradigmes de ces nouvelles
technologies dès les années quatre-vingt. La formation ATI donne aux étudiants une double
compétence artistique et technique, en proposant une formation généraliste, pratique et
théorique en image numérique recouvrant tous les domaines de création et d’applications :
animation 3D, effets spéciaux, interactivité, jeux vidéo, réalité virtuelle et réalité augmentée.
Les relations nouées depuis longtemps avec les entreprises par l’INREV concrétisées par des
conventions CIFRE pour les doctorants et par la création d’un master professionnel a
conduit l’équipe à participer au projet de recherche HD3D du pôle de compétitivité de Cap
Digital, coopération avec une dizaine d’entreprises d’images de synthèse et d’effets spéciaux
de la région parisienne et cinq laboratoires universitaires. Marie-Hélène Tramus a mené des
recherches sur la question de la participation du spectateur, renouvelée en profondeur par
l’interactivité numérique, et montré l'importance des transformations qu'elle induit dans les
relations entre l'homme et la machine dans le domaine artistique, où elle change les
10/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
conditions de la création et de la perception de l'œuvre. C’est le sujet de son doctorat
soutenu en 1990, en Esthétique, Sciences et Technologies des Arts, intitulé Dispositifs interactifs
d’images de synthèse, pour lequel elle a conçu le dispositif de la Speakerine de synthèse, visage
de synthèse tridimensionnel prononçant en temps réel des phrases introduites au clavier
dans l’ordinateur, réalisé avec les chercheurs du laboratoire Image Numérique (H. Huitric, M.
Nahas, M. Saintourens). Ce dispositif, financé par l’Agence Nationale de la Valorisation de
la Recherche, a obtenu le Prix spécial du jury à la manifestation Paris Cité, en 1990. En
relation avec cette réflexion théorique, elle a collaboré également à l’installation de La Plume –
une petite plume virtuelle qui réagit au souffle du spectateur sur l’écran – avec Edmond
Couchot et Michel Bret, créée en 1988 et qui ne cesse depuis d’être exposée. En 1997, elle a
poursuivi ses recherches avec l’installation interactive Corps et Graphie en proposant au
spectateur de devenir chorégraphe. Ce dispositif a été montré dans de nombreuses
expositions internationales. En 2002, son Habilitation à Diriger les Recherches synthétisait
ses Recherches, expérimentations et créations dans les arts numériques : interactivité, acteurs virtuels
et portait sur la question de la seconde interactivité. Si l’interactivité reposait déjà
radicalement la question des rapports traditionnels de l’auteur, de l’œuvre et du spectateur,
l’introduction d’une logique de l’autonomie les rend encore plus complexes et plus profonds.
Elle a développé, avec Michel Bret, une recherche intitulée L’interactivité « intelligente »
(connexionnisme, évolutionnisme et vie artificielle dans les arts numériques en relation avec la
physiologie de la perception du mouvement et de l’action), dans le cadre de ACI Cognitique 2000.
Cette recherche a été menée en collaboration avec Alain Berthoz directeur du Laboratoire de
Physiologie de la Perception et de l’Action du Collège de France et s’est poursuivie par un
questionnement sur l’imitation, le double et l’autre, la sympathie et l’empathie (2006). Ces
recherches ont conduit, en collaboration avec M. Bret, à créer des installations comme La
funambule virtuelle et Danse avec moi qui intègrent des êtres virtuels dotés de perceptions
artificielles leur permettant de réagir par le mouvement, de façon autonome et « intelligente »,
aux sollicitations gestuelles d’un spectateur, grâce à des réseaux neuronaux. Ces créations
ont été montrées dans de nombreuses expositions en France et à l’étranger. Actuellement, ses
recherches se prolongent avec l’apport de la réalité augmentée qui permet de faire coexister,
dans l’espace et le temps du spectateur, le virtuel et le réel afin d’augmenter la perception de
l’environnement réel avec des éléments virtuels qui sont le plus souvent visuels, mais qui
peuvent être aussi sonores, et parfois haptiques — éléments en interaction de « second
ordre » avec le public. C’est le sens du prototype Sur-Impression développé par les
chercheurs de l’INREV en 2009 dans le cadre de Futur en Scène. Ses recherches ont donné lieu
à une trentaine de publications dans des revues spécialisées et à une vingtaine de créations
en collaboration (films animation 3D, installations vidéo, installations interactives,
performances numériques) ainsi qu’à la participation à de nombreux colloques et expositions
internationaux : Siggraph (États-Unis), Ars Electronica (Autriche), Cybermonde, Images du
Futur (Canada), Eurographics, La Biennale du Mercosul (Brésil), Le Symposium Émotion
artificielle 3.0, Centre Culturel ITAU à São Paulo (Brésil), The Robots (Japon), Imagina (Monte
Carlo), Pixim, La Maison Européenne de la Photographie, le Festival du cinéma d’animation
d’Annecy, Salon d’automne, La Cité des Sciences, Artifices, Le Cube, Les Bains numériques (France).
Isabelle MOINDROT, responsable scientifique est Professeur d’Histoire du théâtre à
l’université Paris 8 depuis 2010. Ancienne élève de l’ENS, agrégée de Lettres Modernes,
ancienne boursière de la Fondation Thiers (Institut de France), elle a soutenu une thèse
d’Etudes Théâtrales à l’université Paris 3 en 1989 (La Représentation d’Opéra. Poétique et
Dramaturgie. Paris : Presses universitaires de France, 1993) et une Habilitation à Diriger des
recherches à l’université Paris IV (Etudes de dramaturgie lyrique) en 2001. Très rapidement
reconnue pour ses travaux sur l’opéra et la mise en scène (L'Opéra seria ou le règne des castrats.
11/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Paris : Fayard, 1993 ; articles dans les revues l’Avant-Scène Opéra, Art Press, Alternatives
théâtrales…), elle a été sollicitée par de nombreuses maisons d’opéra (Opéra de Paris,
Théâtre du Châtelet, Grand Théâtre de Genève, Staatsoper Stuttgart…) pour des
contributions dramaturgiques. En 2005, elle a créé à l’université de Tours un Département
d’Arts du spectacle, à l’orientation nettement pluridisciplinaire (théâtre, opéra, danse,
nouvelles technologies, cinéma). En dehors du champ lyrique, ses intérêts se portent sur
l’histoire du spectaculaire théâtral depuis le 19e siècle et elle est reconnue à l’étranger comme
spécialiste de ce domaine. Elle a dirigé des travaux collectifs ambitieux et de grande
ampleur, comme Le Spectaculaire dans les arts de la scène du Romantisme à la Belle Epoque
(CNRS-Editions, 2006), et piloté les manifestations du Centenaire de Victorien Sardou
(l’auteur de La Tosca et de Madame Sans-Gêne) en 2008, en partenariat avec le ministère de la
Culture (Délégation aux célébrations nationales) et la BnF (Victorien Sardou, le théâtre et les
arts. Paris, Presses universitaires de Rennes, 2010). Elle dirige actuellement l’édition critique
du Théâtre Complet de Victorien Sardou (Editions Garnier, à paraître – 60 pièces), tout en
poursuivant ses recherches sur la mise en scène d’opéra contemporaine.
4. DESCRIPTION DE L’EXISTANT/ DESCRIPTION OF THE EXISTING
4.1. PRESENTATION DES PARTENAIRES
4.1.1
PARTENAIRE 1/ PARTNER 1 : UNIVERSITÉ DE PARIS 8
4.1.1.1 RECHERCHE ET INNOVATION / RESEARCH AND INNOVATION
Le projet de laboratoire présenté par l’université Paris 8 réunit, autour des arts et des
médiations humaines, une fédération de 12 équipes parmi les plus prestigieuses de cette
université : 1 UMR classée A+ (Structures formelles du langage, UMR 7023), 3 équipes
d’accueil classées A+ (Arts des images & art contemporain – EA 4010 ; Laboratoire d’études et de
recherches sur les logiques contemporaines de la philosophie (LLCP) – EA 4008 ; Littérature et
histoires – EA 1579), 6 équipes d’accueil classées A (Esthétique, musicologie et créations
musicales – EA 1572 ; Laboratoire d’Etudes romanes – EA 4385 ; Paragraphe – EA 349 ;
Recherches sur la pluralité esthétique – EA 1575 ; Transferts critiques et dynamique des savoirs –
EA 1569 ; THIM/CHART – EA 4004). Ont été associées au projet– pour raisons de
cohérence – 2 équipes B (Laboratoire Parisien de Psychologie Sociale (LAPPS) – EA 4386 et
Scènes et savoirs – EA 1573. Ces dernières ont fait l’objet d’une restructuration considérable
depuis la dernière évaluation. Face à une situation très difficile due au renouvellement
générationnel, l’équipe de théâtre a concentré ses activités sur des projets communs, favorisé
le travail des jeunes chercheurs avec des artistes et chercheurs étrangers, ouvert de nouvelles
coopérations et formations internationales. Elle est ainsi parvenue à attirer de nouveaux
chercheurs associés. Des enseignants-chercheurs en cinéma participeront également aux
recherches du LABEX ; en cinéma comme en théâtre, l’arrivée de nouveaux enseignantschercheurs et le redéploiement effectué par l’université Paris 8 d’autre part de cinq postes de
professeur en faveur de ces disciplines ont contribué à renforcer considérablement ces
équipes, et à leur redonner une nouvelle dynamique. Elles peuvent désormais s’engager dans
des projets plus ambitieux et ouvrir la voie à des recherches collectives innovantes. En dépit
de leur classement lors de la précédente évaluation de l’AERES au creux de la vague des
départs, elles ont joué un rôle déterminant dans l’élaboration du programme scientifique du
Laboratoire. Leur présence est indispensable pour maintenir la diversité et la complétude du
champ pluridisciplinaire en arts, qui constitue l’originalité et la force du laboratoire – le seul,
12/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
en France, à déployer un spectre aussi large en arts, et à s’appuyer sur les grandes écoles
d’arts correspondant aux disciplines déclinées dans le laboratoire.
Dès sa création, il y a quarante ans, l’université Paris 8 a de manière pionnière affirmé la
présence centrale des disciplines artistiques, ouvrant progressivement le secteur Arts de
l’université Paris 8 à l’ensemble des champs artistiques. Aux quatre disciplines initiales (arts
plastiques, musique, cinéma, théâtre) se sont ajoutés – souvent pour la première fois en
France – la photographie, les arts numériques et la danse. Tourné dès son origine vers le XXe
siècle et la création contemporaine, le domaine artistique de Paris 8 a été le premier à intégrer
dans l’université de nouvelles disciplines aujourd’hui reconnues : le jazz, l’électroacoustique,
l’image numérique, l’ethnoscénologie, l’analyse du mouvement, l’opéra et les théâtres du
monde. Une puissante dynamique de recherche, aussi bien du côté des approches classiques
des arts (en musique, arts plastiques, théâtre et cinéma), que de leur croisement
interdisciplinaire, a favorisé la création artistique et l’émergence de groupes de recherche et
d’équipes extrêmement fertiles. Image Numérique INREV s’est constitué autour des pionniers
de l’art et informatique en France – une démarche « incongrue » apparue en 1970 dans la
jeune université de Vincennes. Entre théorie et pratique, expérimentations artistiques et
scientifiques, ces recherches ouvrent et exploitent les perspectives créées par l’émergence des
scènes virtuelles interactives autant que par les nouvelles problématiques issues de la science.
Esthétique des nouveaux médias (Ednm), après avoir longtemps travaillé sur l’interactivité
en art, élargit son horizon en s’attachant aux nouvelles modalités relationnelles — ces formes
de relations faisant elles-mêmes œuvre artistique — par l’emploi, le développement, le
détournement et l’invention de techniques et technologies pour l’essentiel électroniques et
numériques. En arts plastiques, Esthétique, pratique et histoire des arts, se développent
des recherches sur la création contemporaine, l’esthétique et l’histoire de l’art, la philosophie
de l’art et de l’image, les théories de l’art et de l’image, les sciences humaines qui interrogent
l’art, l’image et le contemporain. Ces programmes visent à décrire, analyser et expérimenter
des démarches artistiques et des œuvres, des attitudes et des événements, des
expérimentations, des expositions. De même, à partir de l’équipe Esthétique, musicologie et
créations musicales, connue pour ses travaux sur la diversité des musiques contemporaines,
a pu se construire le Centre de recherche en Informatique et Création Musicale (CICM),
qui s’est orienté vers les nouvelles technologies (informatique musicale, composition musicale
assistée par ordinateur, espaces sonores, spatialisation et visualisation, arts interactifs et
environnements virtuels). Quant au Laboratoire d’analyse des discours et pratiques du
champ chorégraphique, il est l’un des rares laboratoires universitaires dans le secteur de la
danse, dont les recherches couvrent l’histoire de la danse, l’analyse du mouvement, la
problématique de la transcription chorégraphique, les relations entre danse et société. Très
ancrée dans le milieu professionnel, cette équipe développe ses recherches tant du point de
vue du discours théorique que des pratiques chorégraphiques contemporaines. En théatre,
l’ouverture sur les théatre du monde, l’exploration poétique et la transdisciplinarité
contemporaine ont conféré à Scènes et Savoirs une réelle visibilité internationale. En cinéma,
l’université Paris 8, pionnière du cinéma holographique, a apporté une dimension
technologique et scientifique complémentaire à l’approche esthétique, de référence
internationale.
L’université Paris 8 constitue depuis sa création une université de référence en sciences
humaines et sociales et développe des recherches originales, internationalement reconnues,
dans la plupart des disciplines structurant ce domaine (philosophie, littérature, linguistique,
psychologie…). L'UMR Structures formelles du langage est née du Département de
Linguistique générale du Centre Universitaire Expérimental de Vincennes, où quelques
linguistes remarquables et pionniers —Jean Claude Chevalier, Jean Dubois, Maurice Gross,
13/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Nicolas Ruwet—entourés de prestigieux chercheurs invités—Oswald Ducrot, Joseph
Emonds, Gilles Fauconnier, Richard Kayne, Yuki Kuroda, Sandford Schane, Noam Chomsky
– ont implanté la linguistique formelle à l'université Paris 8. Aujourd’hui, elle a étendu ses
champs de recherche aux domaines des langues des signes, de l’acquisition et du
développement du langage. L’équipe de recherche de philosophie de Paris 8 a compté parmi
ses membres des philosophes de renommée internationale (Gilles Deleuze, Jean-François
Lyotard, François Chatelet, Alain Badiou, Jacques Rncière). Ses recrutements ont toujours
cherché à s’inscrire dans cette filiation prestigieuse, dont la ligne directrice a été la nécessaire
connexion de la philosophie à son dehors, illustrée par les recherches en cours sur l'esthétique
des appareils et les esthétiques hétérogènes, menées en interdisciplinarité avec les équipes
d’arts de Paris 8 (notamment celle de cinéma et arts plastiques). Le laboratoire Paragraphe,
qui occupe une place très importante au sein du LABEX, a saisi l’opportunité, dans les
années 1983, sous la direction de Roger Laufer et de Jean-Pierre Balpe, de participer à la
construction de la société de l’information actuelle dans ses dimensions sociales, cognitives,
et applicatives. Issus de formations multidisciplinaires, les membres de Paragraphe sont
parmi les initiateurs de la réflexion sur l’hypertextualité et sa « praticabilité» dans la
communication. Ils ont participé activement à l’évolution des concepts de l’hypertexte et de
l’hypermédia en France et à l’étranger. Actuellement le laboratoire a élargi son domaine de
compétence à l'ensemble des technologies de l'information allant du mobile à la réalité
augmentée, l’ergonomie numérique et le développement humain. Parallèlement, au sein de
l’équipe « Transferts critiques et dynamiques des savoirs (domaine anglophone) », le groupe
Objets Textuels Non Identifiés travaille sur la textualité à l’ère numérique, cependant que le
JILC (Justices, Images, Langues, Cultures) porte ses investigations sur l’image de la justice
dans les médias (cinéma, télévision) et à travers les pratiques récentes liées aux nouvelles
technologies (téléphones portables). L’équipe THIM/CHART effectue des recherches et
développe des technologies sur l’accessibilité numérique, les interfaces, les équipements et
des services nouveaux pour les personnes handicapées (handicaps sensoriels ou moteurs).
L’université Paris 8 offre par conséquent un cadre unique en France et un environnement
privilégié pour porter au sein d’un labex transdisciplinaire, un projet original tourné vers le
XXIème siècle, centré sur les Arts et la création contemporaine et se proposant de manière
pionnière, de construire et de penser les interfaces innovantes où ils viennent s’articuler avec
les sciences humaines et sociales et les technologies du numérique.
Au sein du laboratoire, on compte des enseignants-chercheurs et artistes de très haut niveau,
ou à très haut potentiel, dans la totalité des disciplines qui le constituent. De nombreux prix
et distinctions ont honoré les enseignants-chercheurs et artistes pour leurs travaux (voir
Annexe Prix et distinctions). Dans l’ensemble, les diverses équipes centrées sur le numérique,
la cognition artificielle, la robotique, l’accessibilité ou la psychologie sociale affichent un bilan
significatif concrétisé par l’obtention de brevets et de contrats nombreux (voir Annexe ANR
et autres grands programmes) avec des partenaires tels que la RATP, la SNCF, France
Telecom, Thalès, SFR, Véolia, Peugeot, Danone, dont un certain nombre sont labellisés par
Cap digital ou les collectivités locales. Enfin, des créations dans des lieux de prestige
(Théatre National de Chaillot, Centre Georges Pompidou, le Festival d’Aix en Provence,
Centre d’Art Contemporain de Taipei par exemple) témoignent du foisonnement créatif, de
la profusion et de la variété de ces productions dont la qualité et la quantité sont uniques
dans le paysage universitaire français (voir Annexe Création).
Il est impossible de donner une description exhaustive des bilans scientifiques pour chacune
des équipes impliquées (voir Annexe Références bibliographiques des partenaires). Le
tableau ci-dessous récapitule la somme de leurs productions en 2007 selon le classement
établi par l’AERES.
14/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Type de publication ou de production artistique
ACL int
ACLNat
ASCL
Nombre
1253
1324
895
BREvet
13
INVitation
546
ACTInt
953
ACTNat
228
COM sans actes
1765
OS
910
OV
1218
DO
239
AP
135
CREations
245
JOURnées d’Etudes
144
ORGanisation de colloques
43
CONtrats avec collectivités locales
37
CONtrats avec des entreprises privées
23
CONtrats sur appels d’offre
154
Les équipements dont disposent actuellement les différentes équipes sont d’importance
extrêmement inégale, allant d’un équipement de base à un équipement de pointe (Voir
Annexe Equipement existant). Ils recouvrent des domaines de recherche très variés (arts
technologiques, arts vivants, arts visuels, psycholinguistique, hypermédia, psychologie
sociale…). Une demande d’EquipEx (TELL) a été déposée pour atténuer en partie cette
disparité, réactualiser l’équipement existant (passage du filaire au non filaire) et mettre en
cohérence interne les nouveaux équipements mutualisés, en lien avec le programme
scientifique du LABEX. Enfin, la Maison des Sciences de l'Homme Paris Nord (USR n°3258
associant Paris 8, Paris 13 et le CNRS) réservera à ce programme des bureaux, des salles de
réunion et d'exposition, des structures de production, dans le cadre de la Plateforme « Arts,
sciences, technologies ».
4.1.1.2 VALORISATION / EXPLOITATION OF RESULTS
Créée en décembre 2007 à Paris 8, la cellule « Valorisation de la Recherche » apporte une
aide logistique dans la mise en place, l’expertise et la gestion des contrats de recherche. Elle
travaille en étroite collaboration avec les services juridique, financier et le SAIC pour mieux
accompagner les chercheurs dans leurs relations partenariales, de la négociation des contrats
à leur éxècution et leur suivi. La cellule « Valorisation » a également pour mission d’aider les
chercheurs dans le montage des dossiers en réponse aux appels d’offre nationaux
(ministères, collectivités, ANR) et européens (7ème Programme cadre).
Chaque année de nombreux contrats de recherche sont signés entre les laboratoires de Paris 8
et les partenaires des secteurs publics et privés. Des projets collaboratifs de recherche et des
15/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
contrats CIFRE sont en cours avec les industriels et les grands groupes (Thalès, France
Télécom, Alcatel-Lucent, Generali, EDF). Depuis janvier 2009, environ 170 contrats ont été
signés dont une vingtaine de contrats CIFRE. L’université est partenaire de quatre projets
européens et de 15 ANR. L’ensemble de ces contrats correspondent chaque année à une
somme supérieure à 2 300 000 euros. La gestion financière est assurée par le service financier
de la Recherche et le SAIC qui assure par ailleurs le suivi des brevets en cours.
Parfaitement intégrée dans le tissu économique de son territoire, Paris 8 est porteur ou
partenaire de nombreux projets financés par les collectivités locales et territoriales. Elle est
membre de deux grands pôles de compétitivité implantés en Ile-de-France : Cap Digital et
[email protected] La cellule « Valorisation » contribue à faire connaître les ressources scientifiques
de l’université Paris 8 à son environnement local (aux entreprises comme aux collectivités
territoriales). Elle est partenaire de Plaine Commune dans le cadre de plusieurs projets
européens SYLABE (Synergie laboratoires de Recherche/Entreprise). Elle est également
membre des réseaux des professionnels de la Valorisation (CURIE, Clora, CAP ANR).
La cellule « Valorisation » a en outre une mission de sensibilisation via plusieurs séances
d’informations organisées en partenariat avec l’ANR et le Point de Contact National pour le
7 ème Programme Cadre. Deux autres séances sont prévues en 2011 (dans le cadre de projet
européen SYLABE). Une première séance sera organisée en partenariat avec l’ANRT sur les
CIFRE en sciences humaines et sociales. La deuxième séance sera organisée en partenariat
avec l’INPI et le CNRS pour sensibiliser les chercheurs sur la protection des résultats de
recherche issus des laboratoires de Paris 8 (Logiciels, marques, base de données).
Avec l’appui de cette cellule et celui des ressources propres aux laboratoires impliqués, la
valorisation des recherches et des créations s’est effectuée tant en direction des enseignantschercheurs des différents domaines scientifiques que vers les publics et les artistes.
Parallèlement aux colloques, aux journées d’études et séminaires nationaux et internationaux
organisés par les différents laboratoires, nombreuses sont les manifestations artistiques et
numériques auxquelles ils participent, qu’il s’agisse, par exemple de la semaine des arts ou
Futur en scène (voir annexe Création).
Concernant la valorisation du LABEX, les ressources demandées viendront plus
spécifiquement compléter les moyens existants de la cellule de « Valorisation » de
l’université Paris 8, qui apportera son soutien à la réalisation de projets ANR ou PCRD.
4.1.1.3 ENSEIGNEMENT SUPERIEUR / HIGHER EDUCATION
Aujourd’hui, le domaine « Arts » de l’université Paris 8 regroupe près de 3 400 étudiants
(dont un millier en master et environ 250 en doctorat) et représente de fait la plus grande
Unité de Formation et de Recherche française dans ce secteur, articulée à une école doctorale
spécifique (Esthétique, Sciences et Technologies des Arts). Ces étudiants sont encadrés, tous
départements confondus, par 145 enseignants-chercheurs. Les autres équipes en interface
avec le domaine Arts s’appuient sur les Ecoles Doctorales Cognition Langage et Interaction et
Pratiques et théories du sens. Elles regroupent 900 étudiants en formation doctorale. Les
disciplines réunies dans l’école doctorale Cognition Langage et Interaction (linguistique,
psychologie clinique, psychologie sociale, neuropsychologie, cognition humaine et artificielle,
analyse géométrique et hypermédia) travaillent sur la base d’une ouverture disciplinaire
enrichissante pour les doctorants et les membres des équipes. Celle-ci repose sur l'utilisation
des langages formels pour la formulation des problèmes et des résultats et sur l'impératif
d'une démarche expérimentale. L’École doctorale Pratiques et théories du sens a été créée selon
16/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
une dynamique interdisciplinaire rassemblant des littéraires, des philosophes, des linguistes
et des spécialistes des aires culturelles étrangères pour travailler à l'interactivité des
recherches entre la théorie de la littérature, les sciences du langage, la philosophie et les
sciences humaines.
Les formations adossées aux différentes équipes qui participent au futur LABEX relèvent de
quatre domaines. Six mentions de master avec douze spécialités différentes sont
actuellement adossées aux laboratoires du domaine Arts : Master Art, mention Arts
Plastiques (spécialités Esthétique et histoire des arts plastiques ; Théorie et pratique de l’art
contemporain et des nouveaux médias ; Photographie et art contemporain ; Médiation : arts
et publics ; Arts et technologies de l’image virtuelle ; Métiers de l’enseignement artistique) ;
Master Arts, mention Musique (spécialités Musicologie, création, musique et société ;
Danse) ; Master Arts, mention Arts du spectacle – Arts de la scène (spécialités Théorie et
pratique du théâtre ; Coopération artistique internationale) ; Master Arts, mention Arts du
spectacle – Cinéma et Audiovisuel (spécialités Théorie, histoire et esthétique ; Réalisation et
création ; Valorisation du patrimoine) ; Master Philosophie, mention Philosophie et critiques
contemporaines de la culture. Dans le domaine sciences humaines et sociales, il s’agit du
Master mention Psychologie (spécialités Ergonomie cognitive et conseil psychologique ;
Psychologie sociale, du travail et ressources humaines) ; du Master mention Sciences du
langage (spécialités Didactique des langues étrangères ; interprétariat en langues des signes ;
linguistique théorique et descriptive). Dans le domaine Lettres et Langues, il s’agit du Master
mention Lettres (spécialités Littératures romanes ; Littérature française ; Littérature, textes,
langues et théories) ; du Master mention Langues, littératures et civilisations étrangères
(spécialités Médias internationaux, cultures et sociétés étrangères ; Traduction), du Master
mention Histoire et civilisations (spécialité Langues et civilisations étrangères). Dans le
domaine Sciences, Technologie, Santé, 2 spécialités de Master (mention Ingénierie et
Cognition, spécialité Technologie et Handicap ; mention Informatique, spécialité Technologie
de l’hypermédia).
La grande majorité de ces formations a obtenu la note A aux termes de la dernière évaluation
organisée par l’AERES.
4.1.1.4 ORGANISATION / ORGANISATION
Tous les laboratoires sont dotés de statuts et d’un conseil de laboratoire qui se réunit au
moins trois fois par an. Ce conseil est composé de membres représentant les enseignantschercheurs et les doctorants. Les budgets sont répartis entre les équipes internes, une somme
étant réservée pour les projets transversaux et le soutien aux actions et aux missions des
doctorants. Les statuts prévoient qu’une assemblée générale est convoquée par laboratoire au
moins une fois par an.
4.1.2
4.1.2.1.1
PARTENAIRE 2/ PARTNER 2 : UNIVERSCIENCE
PRESENTATION
17/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Depuis le 1er janvier 2010, le Palais de la découverte et la Cité des sciences et de
l’industrie, les deux grands centres parisiens de diffusion de la culture scientifique et
technique ont uni leurs compétences pour créer une nouvelle institution : Universcience.
Science et innovation, création, partage des connaissances et égalité des chances, c’est en
affirmant ces priorités et ces valeurs et en s’appuyant sur l’expertise de la Cité et du Palais
qu’Universcience ambitionne de devenir un pôle national de référence de la culture
scientifique réunissant tous les acteurs de la culture scientifique et technique sur le
territoire.
Universcience souhaite faire de l’engagement des jeunes dans les filières scientifiques et
techniques une priorité au service du dynamisme économique et de la cohésion sociale.
Développement durable, culture et nouveaux usages numériques, dialogue de la science avec
l’art... Sur tous ces sujets, Universcience veut être un acteur de l’éducation informelle,
permettant à chacun de prendre part aux enjeux de société posés par la science aujourd’hui.
Universcience, qui a pour mission d’aider chacun à devenir un acteur informé et
responsable, entend promouvoir, sur tout le territoire et avec l’ensemble des partenaires de
terrain, le rayonnement de la culture scientifique et technique. Cette “culture scientifique et
technique en réseau” aura naturellement pour ambition de rayonner au niveau européen et
international.
Priorités sociétales : être passeurs d’avenir
À une époque marquée par des crises écologiques et économiques majeures, par une
accélération des innovations technologiques et des changements dans les modes de
communication, il faut replacer le citoyen au coeur du changement, par l’explication,
l’expérimentation, la participation et le dialogue.
Universcience réfléchit ainsi à la mise en place d’une université ouverte de la culture
scientifique et technique. Ce projet entend s’inscrire pleinement dans la problématique de
l’égalité des chances et de l’accès de tous à la culture scientifique et technique. Plusieurs
équipements seront aménagés à la Cité des sciences et de l’industrie et au Palais de la
découverte, qui permettront de travailler de manière privilégiée avec les universités, les
scolaires et le tissu associatif. À travers la médiation, les rencontres avec les chercheurs et les
débats, l’accompagnement humain constituera le vecteur essentiel de diffusion et d’échange
des savoirs.
Priorité au numérique
La priorité numérique constitue l’un des principaux axes de développement
d’Universcience, à travers le recours systématique à des outils et des équipements issus des
technologies de l’information de plus en plus performants, permettant d’imaginer de
nouveaux processus créatifs, de rénover les méthodes d’apprentissage et de démultiplier les
effets mobilisateurs.
Les offres numériques proposées, loin de ne traiter les jeunes publics seulement comme des
usagers, les invitent à entrer dans les processus d’innovation, à expérimenter des
processus d’apprentissage innovants, à en comprendre les modes opératoires, à apporter
des contributions créatives.
18/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
4.1.2.2 ARTS, SCIENCES & TECHNOLOGIES : METTRE LA SCIENCE EN CULTURE
Universcience veut accorder une place significative à la relation fructueuse entre l’art, la
science et les nouvelles technologies.
Fondé sur une méthode fusionnant l’esthétique et le scientifique, l’intuitif et le déductif, le
sensuel et l’analytique, le complexe et l’essentiel, ce nouveau programme vise, non seulement
à développer le courant rts, sciences et technologies, mais aussi à favoriser le
décloisonnement des savoirs et de la créativité pour mettre la science en «culture».
Il ne s’agit pas cependant, d’instrumentaliser l’art au profit d’un discours scientifique, mais
plutôt d’ouvrir les questions que posent la science et ses applications à d’autres domaines.
Universcience se propose ainsi de jouer le rôle d’animateur de catalyseur et dau niveau
national et international d’une réflexion ouverte aux acteurs de la recherche, de la culture, de
l’économie, de la création et de l’innovation et de produire avec ces derniers des offres
innovantes dans le champ arts sciences et technologies.
Une démarche conjointe des centres de la culture scientifique et technique.
À l’initiative de Claudie Haigneré, présidente d’Universcience et en liaison avec tous les
acteurs de la culture scientifique et technique, un forum territorial s’est tenu à l’automne
2010. La finalité du forum territorial de la culture scientifique technique et industrielle
(CSTI), proposé par Universcience, consiste à élaborer collectivement une nouvelle
approche de la CSTI à l’échelle nationale.
Plusieurs constats justifient cette nécessité :
• la grande dispersion des acteurs sur l’ensemble du territoire, la richesse de leur diversité
institutionnelle ; l’arrivée de nouveaux acteurs (PRES, acteurs culturels/scènes nationales,
collectivités territoriales, associations et ONG) ;
• la réorganisation du ministère de la Recherche et la création d’Universcience ;
• l’essoufflement du modèle précédent, basé essentiellement sur des échanges de produits et
de services entre les établissements nationaux et les acteurs en région.
4.1.2.3 PROGRAMMES ARTS, SCIENCES & TECHNOLOGIES
Eveiller le goût des sciences, expliquer la science en train de se faire, susciter l’éclosion de
vocations scientifiques sont les missions d’Universcience, l’établissement public de diffusion
de la culture scientifique et technique.
Avec le numérique, l’éducation et le développement durable, le programme Arts sciences et
technologies constitue l’une de ces nouvelles offres qui doit prendre son essor tout en
veillant à s’inscrire pleinement dans les objectifs culturels d’Universcience :
o Amener des publics plus larges à la compréhension des sciences et des techniques
tant dans leur processus de création que dans leurs interactions avec la société,
o susciter des vocations scientifiques
Arts sciences et technologies constitue aussi l’un des principaux thèmes porteurs pour
Universcience en tant qu’opérateur national de référence de la culture scientifique et
technique :
o Le champs arts sciences technologies a d’ores et déjà été investi par les acteurs de la
CSTI, peut être davantage qu’au sein de la programmation de la Cité ou du Palais ;
o Il constitue un volet naturel de coopération (coproduction, diffusion) entre les
différents acteurs de la CSTI.
19/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
La dimension science en culture est porteuse d’une approche différente des objets de science.
Il s’agit de favoriser un nouvel humanisme en amenant les publics d’Universcience à une
culture générale transdisciplinaire dans laquelle lettres et sciences, philosophie, arts et
techniques, ne sont pas des entités séparées mais entretiennent un dialogue et des tensions
fécondes. Cette culture générale et cette transdisciplinarité constitue ce qu’Edgar Morin
nomme « l’esprit vivant », c'est-à-dire une pensée qui relie et qui permet de mieux
appréhender la complexité de notre environnement.
L’étude des mécanismes favorisant la créativité et l’émergence d’idées nouvelles démontre
l’intérêt du croisement d’une culture (ou d’une méthode) artistique et d’une culture (ou d’une
méthode) scientifique ou technologique. Ceci semble tout particulièrement pertinent à l’ère du
numérique.
Il est possible d’aller encore plus loin et de poser un nouveau paradigme mêlant intimement
arts, sciences et technologies en tant que méthode fusionnant l’esthétique et le scientifique,
l’intuitif et le déductif, le sensuel et l’analytique, le complexe et l’essentiel1.
Le concept d’artscience vient bousculer nos conceptions issues d’une éducation séparant les
différents champs de la créativité et réduisant les opportunités de circulation des idées dans
différents champs de la connaissance. C’est à ce titre aussi qu’il constitue l’un des axes de la
programmation d’Universcience.
Universcience se propose jouer le rôle de vecteur d’agrégation, fédérateur au niveau
national et international d’une réflexion et d’offres dans le champ arts sciences et
technologies.
Exposer les objets issus de processus croisés de production, scientifiques,
technologiques et artistiques
S’il n’existe pas en tant que tel aujourd’hui, un courant artistique « arts, sciences et
technologies », la science et les techno-sciences irriguent la création artistique contemporaine.
Montrer l’état de l’art, dans ses processus de création, dans ses réalisations abouties peut
stimuler la réflexion sur les questions que posent la science et ses applications. L’art est bien
adapté pour faire passer du sens via la sensibilité et l’émotion (cf J. Wagensberg). Il peut être
aussi, par les recherches qu’il sollicite, un accès aux savoirs (cf recherches de l’Ircam sur
l’holophonie et les illusions acoustiques, qui font appel aux mathématiques, à
l’informatique...)
Réciproquement, le monde des sciences foisonne de projets mêlant arts et sciences, projets
qu’il convient d’accompagner et de soutenir lorsque cela semble pertinent
Il ne s’agit pas cependant, d’instrumentaliser l’art au profit d’un discours scientifique, mais
plutôt d’ouvrir les questions que posent la science et ses applications à d’autres domaines.
Le programme Arts sciences et technologies d’Universcience 2011 - 2014
Objectifs 2011 – 2014 :
Développer une stratégie d’offre pluriannuelle arts sciences et technologies (grandes
opérations thématiques, Biennale Arts sciences et technologies, programme de
résidences etc.) ;
Elaborer une programmation sur les deux sites d’Universcience et hors les murs ;
Co-construire un réseau de coopération associant différents acteurs de la culture
scientifique et technique, des entreprises, des laboratoires de recherche, ainsi que des
acteurs artistiques (notamment à travers la plateforme collaborative en ligne) ;
1
C’est le sens de la thèse développée par David Edwards dans Artscience, creativity in the post Google
generation.
20/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
-
Soutenir la production artistique et la jeune création dans tous les domaines où elle
rencontre la recherche et la technologie ;
Valoriser la recherche scientifique sur les pratiques artistiques
4.1.3 PARTENAIRE 3/ PARTNER 3 : UNIVERSITE OUEST-NANTERRE-LA DEFENSE, EA
HISTOIRE DES ARTS ET DES REPRESENTATIONS
L’équipe Histoire des Arts et des Représentations est une équipe classée A+ part l’AERES.
L’HAR opère sur l’ensemble de l’histoire de l’art et de l’histoire des figurations, performances
et représentations du Moyen Age à nos jours, et sur l’étude et l’emploi de l’image filmique
dans la perspective de l’histoire et des sciences humaines.
4.1.3.1 RECHERCHE ET INNOVATION / RESEARCH AND INNOVATION
Les recherches de l’Equipe d’Accueil concernent ainsi les questions portant sur l’histoire de
l’art (comme discipline), sur l’histoire des arts, sur l’histoire culturelle, sur le concept et sur
les pratiques de représentation dans les arts, la littérature, le théâtre et le cinéma, en tenant
compte des acquis nombreux et particulièrement utiles résultant de la recherche historique
(histoire et histoire de l'art) de la recherche théâtrale, cinématographique et littéraire, ainsi
que de l’aspect pratico-théorique des recherches dans les domaines des arts, du théâtre et du
cinéma, avec les sciences humaines.
Cette équipe de recherche se donne donc pour but l'étude des divers concepts et techniques
de figuration, de représentation et performance, dans le domaine historique, de l’histoire de
l’art, de l’esthétique et des recherches théâtrales et cinématographiques, et leur interaction en
matière esthétique, idéologique et philosophique.
Elle réunit des philosophes, artistes, historiens, historiens de l’art, du théâtre et du cinéma,
des critiques et des théoriciens attentifs aux liens intimes qui unissent théories et pratiques
dans le domaine de l'art. A la croisée de l'art et des théories, l'esthétique pratiquée sera
historique, philosophique et critique, ouverte aux pratiques artistiques singulières, aux
apports des sciences historiques et humaines et à la problématisation politique.
4.1.3.2 VALORISATION / EXPLOITATION OF RESULTS
Décrire la structure de valorisation existante ainsi que ses résultats.
4.1.3.3 ENSEIGNEMENT SUPERIEUR / HIGHER EDUCATION
Implication de l’HAR dans les formations de master et doctorat à Paris Ouest
-pour l’histoire de l’art
L’HAR est impliqué dans 4 des
d’histoire de l’art
5 parcours du Master Recherche du Département
 Parcours 1 : Parcours à dominante Histoire de l'art (Antiquité ; Moyen Age ;
Moderne et Contemporain)
 Parcours 2 : Parcours à dominante d’histoire : Histoire culturelle et des
21/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
représentations
Dans ces parcours « recherche » classiques, les stages,
d’études et les colloques sont fortement soutenues
scientifiquement par l’HAR
Ils portent notamment sur les questions d’identité, de
collective
 Parcours 4 : Formation internationale en histoire
les participations à des journées
financièrement et accompagnées
patrimoine et de représentativité
de l’art
C’est dans ce cadre que se pratique le soutien aux étudiants participant au réseau
international de formation en histoire de l’art
 Parcours 5 : Patrimoine, muséologie et numérique
Ce dernier parcours, récemment créé, propose aux étudiants d'acquérir pour ce secteur
d’activité les repères leur permettant de maîtriser un environnement numérique, de mettre
en œuvre de nouvelles formes d'analyse et d'expression, au carrefour de nombreuses
technologies (informatique, vidéo numérique, infographie, cybertextualité, génération
automatique, édition multimédia, etc.) mais aussi d'explorer les nouvelles médiations qui se
mettent en place dans la production de savoirs ou le domaine des loisirs. D'un point de vue
épistémologique, il cherche à mettre en perspective aussi bien la conception et la mise en
œuvre de nouveaux produits et services que les méthodes et outils permettant de les
concrétiser.
Le but de ce parcours du master cohabilité au niveau M2 Paris Ouest-Paris 8 est donc de
répondre aux besoins de ce domaine d’activité appelé à se développer : la numérisation du
patrimoine qui a commencé depuis une quinzaine d’années connait actuellement une
accélération ; elle ne se limite pas à la reproduction mais elle pose de nouveaux défis aux
institutions patrimoniales, notamment en ce qui concerne la conception de contenus culturels,
leur valorisation, les contraintes de diffusion et les modes d’organisation des connaissances
et d’indexation ainsi que la création de services innovants.
Trop souvent réduit à l’exposition virtuelle, le musée virtuel est désormais une organisation
complexe qui articule à partir d’un lieu patrimonial différents services (documentation,
archives, service éducatif, relations publiques via les réseaux sociaux…). Par ailleurs les
modes de présentation des œuvres ou des biens culturels sont d'ores et déjà repensés à partir
des possibilités ouvertes par l’outil informatique. La réalité augmentée est au cœur des
investigations auxquelles se livrent maintenant les professionnels du patrimoine.
 Le parcours comporte quatre semestres d’enseignement qui se répartissent au niveau M2
sur les sites de Paris Ouest et de Paris 8.
L’HAR est par le nombre de ses doctorants et sa participation aux Journées doctorales
(Séminaire pluridisciplinaire) un élément essentiel de l'école doctorale 395.
L’HAR et le Département assurent l’Accueil d'un programme Post-doctoral et Visiting
Professorship de la Terra Foundation for American Art en partenariat avec l'ENS Ulm et
l'université de Tours, sous l'égide de l'INHA: 2009-2011 et renouvelé 2011-2013.
Séminaires :
Séminaires doctoraux animés par des Professeurs en Histoire de l’art, en cinéma et en
théâtre. Un séminaire doctoral organisé par les étudiants de l’ensemble de l’EA tous les 15
jours.
22/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
4.1.3.4 ORGANISATION / ORGANISATION
L’EA HAR est composée de 5 sous-équipes :
Sous-équipes :
 Histoire culturelle et histoire de l’art contemporaines : responsable Annette
Becker.
 Histoire de l’art médiévale et moderne : responsable Ségolène Le Men
 Théâtre : responsable Jean-Louis Besson
 Cinéma : responsable Laurence Schifano
 Esthétique philosophique : responsable Anne Sauvanargues.
Elle est affiliée à deux ED. Elle dispose d’un réseau national et international (Europe, USA,
Canada, Japon, etc.) extrêmement fourni.
Elle accueille un programme Post-doctoral et Visiting Professorship de la Terra Foundation
for American Art en partenariat avec l'ENS Ulm et l'université de Tours, sous l'égide de
l'INHA: 2009-2011 et renouvelé 2011-2013.
Séminaires :
Les séminaires doctoraux sont animés par des Professeurs en Histoire de l’art, en cinéma et
en théâtre. Un séminaire doctoral organisé par les doctorants, tous les 15 jours
4.1.4
PARTENAIRE 4/ PARTNER 4 : CENTRE POMPIDOU METZ
Le Centre Pompidou-Metz s’inscrit en droite ligne de la vocation originelle du Centre
Pompidou : présenter et faire découvrir toutes les formes d’expression artistique, sensibiliser
le plus large public aux oeuvres majeures des XXe et XXIe siècles et s’inscrire dans le paysage
culturel de l’Europe, en étant un grand centre d’expositions et d’initiatives artistiques, reflet
de la création contemporaine. Le Centre Pompidou-Metz est constitué en Établissement
Public de Coopération Culturelle (EPCC), dont les membres sont Metz Métropole, la Région
Lorraine, la Ville de Metz, le Centre Pompidou et l’État. Date de création : 31 décembre
2009. Ce statut permet de garantir à la fois l’autonomie des choix scientifiques et culturels de
la nouvelle institution, l’engagement et le contrôle des collectivités territoriales, qui en
assument le financement et la proximité avec le Centre Pompidou vis-à-vis de quoi le Centre
Pompidou-Metz aura le statut d’organisme associé.
Les collectivités partenaires prennent en charge intégralement le budget de fonctionnement du
Centre Pompidou-Metz évalué pour la première année à 10 millions d’euros en dépenses,
dont 4,6 millions d’euros versés par Metz Métropole, 4 millions d’euros par la Région
Lorraine, 400 000 euros par la Ville de Metz et 1 million d’euro d’autofinancement. Le
Conseil Général de la Moselle s’engage à étudier annuellement une convention de partenariat
avec le Centre Pompidou-Metz.
Le Centre Pompidou et l’État détiennent ensemble le tiers des sièges au conseil
d’administration du Centre Pompidou-Metz. Les autres sièges sont répartis entre Metz
Métropole, la Région Lorraine et la Ville de Metz. Le président du Conseil Général de la
Moselle participe au conseil d’administration en tant que personnalité qualifiée.
Le conseil d’administration est présidé par Alain Seban, président du Centre Pompidou. Le
président de Metz Métropole, Jean-Luc Bohl, en est le vice-président.
23/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Le directeur du Centre Pompidou-Metz est Laurent Le Bon, conservateur en chef au Musée
national d’art moderne, actuel directeur de l’Association de préfiguration du Centre
Pompidou-Metz. Le directeur du Centre Pompidou-Metz jouit, conformément aux règles
régissant le fonctionnement des EPCC, d’une large autonomie en matière culturelle et
scientifique. Conformément au Code général des collectivités territoriales, il est nommé par le
président de l’EPCC sur proposition du conseil d’administration statuant à la majorité des
deux-tiers.
Le Conseil d’administration de l’EPCC est composé de 26 membres, répartis comme suit :
État et Centre Pompidou : 8 sièges ;
Personnalité qualifiée désignée par le Président du Centre Pompidou : 1 siège ;
Metz Métropole : 7 sièges ;
Région Lorraine : 5 sièges ;
Ville de Metz : 1 siège ;
Monsieur le Maire de Metz : 1 siège ;
Représentants du personnel : 2 sièges ;
Monsieur le Président du Conseil Général de la Moselle, ou son représentant, au titre des
personnes qualifiées : 1 siège.
4.1.5
PARTENAIRE 5/ PARTNER 5 : ÉCOLE NATIONALE SUPERIEURE LOUIS-LUMIERE
L'École nationale supérieure Louis-Lumière est une grande école publique dédiée aux métiers
du cinéma, de la photographie et du son. Les missions de l'École nationale supérieure LouisLumière sont au nombre de trois : Formation initiale, Formation continue, Recherche
appliquée. L'École nationale supérieure Louis-Lumière est un établissement public national à
caractère administratif (EPA) doté de la personnalité morale et de l'autonomie financière.
Elle est placée sous la tutelle du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Ses
règles d'organisation et de fonctionnement sont fixées par le décret du 27 juin 1991 et par le
règlement intérieur de l'établissement. Les conditions d'admission à la formation initiale ont
été fixées par un arrêté du 29 juillet 1992, après avis du conseil d'administration.
4.1.5.1 RECHERCHE ET INNOVATION / RESEARCH AND INNOVATION
Les atouts de l'ENS Louis-Lumière
Une plate-forme technique évolutive
Les équipements de notre chaîne technique numérique haute définition profitent largement
des avancées technologiques. La formation complète des étudiants à l'image et au son sous
leurs aspects artistiques, scientifiques et techniques nécessite de rendre toujours évolutive la
plate-forme technique, afin qu'elle puisse être mobilisée sur des initiatives internes ou
collaboratives.
C’est cette plate forme qui pourrait, sous certaines conditions, être mise à disposition des
projets du LABEX. Lorsque l’Ecole Nationale Supérieure Louis-Lumière aura déménagé à la
Plaine Saint Denis, sur le terrain de la « Cité du Cinéma » elle sera tout à fait accessible à ce
type de partenariat.
Elle comporte des plateaux, des studios de prise de vue, une chaine de montage numérique
reliée à une salle de projection numérique 2K (JPG2000), des laboratoires de mesures
colorimétriques et sensitométriques, un laboratoire d’essais relief, un laboratoire d’optique et
24/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
un laboratoire d’électronique. Une station de développement informatique complète. Les
autres équipements utilisables (station de mesure audio et acoustique, équipement
électroacoustique de base).
Les projets de recherche de l'École nationale supérieure Louis-Lumière : des axes
spécifiques pour une recherche associée à la création
Cartographie sonore
L'équipe de recherche sur la spatialisation sonore regroupe des spécialistes de diverses
disciplines (partenariat avec IDEAT à Paris1). Elle fédère ses actions sous le titre de
Cartographie sonore. La problématique générale de ce projet est celle de l'espace, de sa
perception et de sa restitution ; elle se développe principalement autour de trois thèmes :
Analyse et codage de scènes audiovisuelles, Analyses et mesures audio en liaison avec la
perception, et Acoustique fondamentale.
Les principaux objectifs sont la réalisation des prototypes des diverses composantes d'un
système de cartographie sonore, d'en proposer une architecture suffisamment ouverte pour
des développements ultérieurs tout en l'inscrivant concrètement dans le cadre des normes en
vigueur. Ce projet s’attache au développement de la restitution spatialisée du son et à définir
et développer des composants utiles à la mutation de la production audiovisuelle vers la
spatialisation sonore.
Cette équipe a participé au projet HD3D.IIO du Pôle de compétitivité Cap Digital. Son
travail s'inscrit dans la recherche sur la Cohérence et continuité de la perception sonore des
œuvres dans le cadre de projets collaboratifs et de leur diffusion dans le secteur audiovisuel.
Ainsi le développement de la version compilée et professionnelle de l’analyseur à Intégration
de Densité Spectrale (IDS) dans le cadre du projet HD-3D (pôle de compétitivité « Cap
Digital ») a été la première étape du projet d’extraction et de suivi de sources sonores dans
un champ acoustique complexe qui permettra, à terme, la réalisation d’une partie des
objectifs de la norme MPEG-7. La mise à disposition d’une version en licence libre de cette
« oreille artificielle » permet à la communauté des chercheurs de l’évaluer et d’en proposer
des évolutions, disposition qui concerne également le « convolueur » temporel par
« algorithme des taches » et le simulateur de transducteurs – seconde étape, le simulateur de
microphones en cours d’extension pour l’émulation de systèmes de prise de son
multimicrophoniques est un composant essentiel du projet de cartographie sonore dans la
mesure où c’est le meilleur moyen de créer des signaux de test pour le repérage et le suivi de
sources. Ces composantes du projet global ont, de plus, des applications pédagogiques
indéniables, pour simuler rapidement des situations typiques de prise de son ou pour
restituer l’effet de prises de son réelles à partir d’enregistrements « secs ». Le correspondant
du coordonnateur tient à la disposition du lecteur un document plus complet.
Recherche scénographique sur le relief :
Une équipe est constituée autour d'un projet sur le cinéma relief HD. La problématique
générale de ce projet est de tenter d'identifier un espace narratif spécifique à la technologie
du cinéma en relief en répertoriant et évaluant les figures stéréo-ciné de type sensoriel, de
type perceptif et de type attentionnel. Le projet s’attache aussi aux conditions de maîtrise
de toute la chaîne, de la captation à la projection.
Comment créer une dramaturgie intégrant les caractéristiques de spatialisation propre au
ciné-relief, sans faire de « l'effet pour l'effet » ? Les objectifs principaux de ce projet sont
d'identifier les étapes du travail de la structure narrative, de définir le champ focal du
spectateur et maîtriser les effets, enfin de constituer un carnet de notes sur la pratique de la
théorie, avec inventaire des limites et des cas particuliers.
Ce projet rencontre aujourd’hui une forte actualité, devant l’explosion de la conception de
réalisations en relief pour cinéma et leur diffusion en salle, à la télévision et sur la chaîne du
25/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
multimédia. Cette recherche sur le Relief est active à l’ENS depuis plusieurs années et notre
équipe est en contact avec d’autres laboratoires universitaires ainsi qu’une PME, tous
spécialisés dans cette approche. Détermination des limites de la boîte scénique [relief +
profondeur] selon la dimension des écrans et le recul du spectateur (horoptère, aire de
Panum, profondeur de netteté optique, épaisseur du plan de fusion selon distance).
Réalisation d’un dispositif d’étude.
Adjacents à ce champ, deux axes de recherche sur la perception du flou dont certaines
applications sont orientées vers les univers virtuels 3D.
Etude du flou net de profondeur : La notion d’optique appliquée à la photographie et au
cinéma nécessite pour être pleinement traitée une interconnexion avec non seulement
l’esthétique mais également la sémantique de l’image. L’objectif devient un inducteur
esthétique et un inducteur de sens et la dichotomie, puissamment ancrée, entre art et
technique fait vite oublier que l’objectif est un outil dont le dessein est avant tout de
participer à la création de l’image, quelle qu’en soit sa forme. Le flou net de profondeur est
un concept majeur et déterminant qui valide ces points, desquels sont extrait les différentes
problématiques de recherche en cours l’une d’elle repose sur la réalisation d’un banc de
mesure de répartition spatiale de la tache image d’un objectif. Il s’agit d'un travail de
fond entrepris depuis plusieurs années concernant l'étude du flou en photographie et en
cinéma qui trouvera un des points d’achèvement avec la mise en place d'un dispositif de
quantification du flou à la prise de vue. De nombreuses méthodes permettent de déterminer
la qualité d’un système optique. Elles concernent en général le plan de mise au point. Il
n’existe à ce jour aucun protocole permettant de connaître la répartition spatiale de la tache
image en dehors de cette zone avant toutes prises de vues. Le but n’est pas seulement de
déterminer l’amplitude réelle de la profondeur de champ, mais d’intégrer les zones floues en
amont et en aval : que nous définirons comme le continuum flou/net de profondeur ! Si cette
donnée a souvent fait défaut en analogique, elle devient fondamentale et incontournable en
numérique d’une part et en HD d’autre part. Le principe est de simuler le déplacement d’un
point objet, de longueur d’onde variable, de l’infini à très courte distance, pour une mise au
pont variant entre ces deux extrêmes.
Les dispositifs et la génétique filmique
Nombre de travaux actuels portent sur la genèse des films, depuis l’élaboration du scénario
jusqu’à l’établissement de la copie définitive. Il ne s’agit plus ici d’histoire du cinéma comme
supplément culturel. Il ne s’agit pas non plus d’envisager le cinéma du seul point de vue du
spectateur, aussi cultivé et érudit soit-il. Ces travaux permettent même de penser
concrètement la division technique du travail dans des conditions de production données. Ils
s’appliquent bien entendu à des films déjà faits mais aussi à des films à faire dans des
conditions de production et de réception en perpétuel changement. L’objectif consiste en fait
à questionner le processus de création dans l’ensemble de ses dimensions, idéologiques,
techniques et artistiques, en constantes interactions.
Cohérence et continuité de la perception visuelle
Les intentions principales de cet axe du projet sont de garantir la continuité du rendu visuel
en tenant compte des environnements de visualisation et en respectant les intentions
créatives initiales. La difficulté première résulte de la diversité des outils et supports
(numériques, informatiques, photochimiques, vidéo, film, etc.). S’ajoutent, à l’importance de
l’échantillonnage dans la mise en place de seuils qualitatifs, les problématiques de perception
visuelle, et le caractère subjectif de celle-ci.
L’équipe en charge de cet axe est composée essentiellement d’enseignants et de jeunes
chercheurs, formés pour la plus part à l’ENS, et ayant principalement rejoint des équipes
R&D de PME. En effet cet axe du projet HD3D-IIO, a permis de porter à l’extérieur, de
26/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
valoriser et de développer un des terrains d’exploration important au sein de la démarche
pédagogique de l’ENS, et de confronter avec les industriels/partenaires, le contenu et la
pratique de sa recherche spécifique.
La participation à ce type de projet entraîne une synergie entre enseignants et étudiants, et
interagit directement sur le travail concernant le diplôme de fin d'études. Le pôle permet
aussi de proposer à des étudiants diplômés des contrats pour développer tel ou tel aspect
de leur travail afin de poursuivre et valoriser leur travail de fin d'études
4.1.5.2 VALORISATION / EXPLOITATION OF RESULTS
En matière de recherche appliquée, l'École s'emploie à valoriser les travaux de ses
enseignants, les mémoires de recherche de ses étudiants et sa participation à des projets
coopératifs, dans le cadre soit de groupements d'intérêt scientifique soit dans celui des pôles
de compétitivité nationaux. Elle édite annuellement depuis 2002 une revue thématique, « Le
cahier Louis-Lumière », distribuée en librairie. Cette revue est un lieu de convergence pour
des travaux de recherche, menés en interne comme en externe ; elle fait apparaître les enjeux
qui émergent au cours de ces travaux et de ceux engagés par les coopérations et partenariats
de l’Ecole. Sa diffusion est locale, nationale et concerne aussi les partenaires internationaux.
L’Ecole organise :
- des colloques internationaux : « Les dispositifs », (19-20 octobre 2006) ENS Louis-Lumière
– LISAA/Université Marne-la-Vallée),
- des rencontres professionnelles : « Nouvelles perspectives pour les photographes
professionnels » Colloque des 29 et 30 mars 2010 au Sénat) et
- finance des recherches internes expérimentales 2009-2011 (voir plus loin).
4.1.5.3 ENSEIGNEMENT SUPERIEUR / HIGHER EDUCATION
En formation professionnelle continue, l’École se tient au plus prêt des problématiques et des
évolutions technologiques que rencontrent les professionnels. Ses formations allient pratique
et théorie, technique et création, nouveaux outils, cours fondamentaux et applications in situ.
Ses champs d’intervention : cinéma, photographie, son, HD/vidéo numérique. Le terme de
formation professionnelle continue recouvre des actions « ponctuelles sur-mesure »
correspondant à un besoin précis exprimé par une entreprise, et les actions « catalogue »
définies et proposées au début de chaque année civile.
En matière de recherche appliquée, l'École s'emploie à valoriser les travaux de ses
enseignants, les mémoires de recherche de ses étudiants et sa participation à des projets
coopératifs, dans le cadre soit de groupements d'intérêt scientifique soit dans celui des pôles
de compétitivité nationaux
4.1.5.4 ORGANISATION / ORGANISATION
L'École nationale supérieure Louis-Lumière est dirigée par une directrice assistée d'une
secrétaire générale et d'un directeur de la formation initiale.
La directrice est nommée pour une durée de cinq ans, immédiatement renouvelable une fois,
par arrêté du ministre chargé de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche.
L’École est administrée par un conseil d'administration (CA) assisté d'un conseil
pédagogique, technique et artistique (CPTA).
Ces conseils sont composés notamment de personnalités extérieures représentatives des
secteurs professionnels concernés et de représentants élus des personnels enseignants et des
27/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
étudiants.
Le conseil pédagogique technique et artistique (CPTA) dont la composition, le mode de
désignation de ses membres et les règles de fonctionnement sont fixés par le règlement
intérieur de l'École, fait au Conseil d’administration des propositions dans de nombreux
domaines : projets de créations et de modifications des diplômes de l'établissement,
structures internes de l'école, conditions d'admission des étudiants, modalités de contrôle
des connaissances, aptitudes et compétences requises en vue de pourvoir les emplois vacants
ou demandés, programmes de formation initiale ou continue et règlement pédagogique.
4.1.6 PARTENAIRE 6/ PARTNER 6 : ÉCOLE NATIONALE SUPERIEURE DES ARTS
DECORATIFS (PARIS)
Créé en 2007, EnsadLab est le laboratoire de recherche de l’Ecole Nationale Supérieure des
Arts Décoratifs, créé en 2007. Design, graphisme, innovation, conception, prospective,
identités numériques, histoire de la 3D, …
Directeur Geneviève GALLOT.
4.1.6.1 RECHERCHE ET INNOVATION / RESEARCH AND INNOVATION
Constitué autour des domaines de la création et de l’innovation, identifiés ou émergents, et
en relation avec les contextes sociaux, économiques, technologiques, industriels et culturels
du monde contemporain, EnsadLab propose une dizaine de programmes de recherche
couvrant aussi bien les champs du design que de l’art, tels que le graphisme et la
typographie, les installations interactives, les espaces virtuels, les nouveaux matériaux, la
mobilité… Chaque programme implique des étudiants chercheurs, français et étrangers, déjà
titulaires d’un master ou d’un haut niveau professionnel dans le domaine choisi, pour
certains inscrits en doctorat au sein d’institutions de recherche partenaires d’EnsadLab.
EnsadLab rassemble 19 enseignant-chercheurs.
Les programmes de recherche s’adressent à des chercheurs issus du champ de l’art comme de
celui des sciences humaines. Les chercheurs sont issus de l’ENSAD, d’écoles de design
internationales, ainsi que d’écoles et masters en sciences humaines ou en communication,
origines qui permettent de réelles complémentarités avec les autres partenaires du LABEX.
Ces programmes s’intéressent à l’ouverture de nouveaux territoires artistiques, la
spatialisation de l’information (nouvelles pratiques, nouvelles modalités) et aux perceptions,
interactions dans des espaces numériques. Ces travaux sont menés à travers le
développement et l'animation d’une plate-forme expérimentale de création, exposition et
formation, et par la mise en œuvre d’expérimentations artistiques autour de la thématique de
la spatialisation de l’information.
En écrivant l’histoire de la 3D, les recherches menées par EnsadLab rappellent aussi que la
conjonction de la créativité française, des avancées technologiques et de la dynamique
induite par le plan gouvernemental, dit «Recherche-image », avait permis à la France d’être
très en pointe dès le début des années 1980 dans le domaine de la synthèse d’image et de
son traitement numérique. Des sociétés de postproduction, des laboratoires de recherche, des
formations se sont ainsi créés, plaçant la France au second rang mondial, juste derrière les
États-Unis.
EnsadLab travaille encore sur la création de caractères réalisés pour les nouveaux supports
numériques en prenant en compte les changements d’habitude de lecture, les dernières
évolutions technologiques, les critères de lisibilité et les nouveaux usages.
À l'origine de ce programme se trouvent les initiatives de digitalisation telles les projets
28/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Gutenberg, Google Books, Amazon, Mobipocket, l’Internet Archive. L'intérêt des éditeurs
classiques et de la presse est aujourd’hui de plus en plus manifeste.
La lecture de ces contenus numériques se fait sur des appareils électroniques toujours plus
nombreux (ordinateurs, eBooks, Smartphones, iPad…). Après l’écran cathodique, suivent
l’écran LCD et la technologie de l’eInk. Ce support fin et souple, appelé aussi « papier
électronique » fait partie des nouvelles techniques prometteuses. La résolution et les
principes de représentation changent, mais le nombre des caractères typographiques qui
répondent spécifiquement à ces nouvelles utilisations et supports demeure restreint et de
formes peu satisfaisantes. Répondre à cette situation et à la demande qu’elle soulève exige
un cadre pluridisciplinaire tel que celui que pourrait fournir le LABEX
4.1.6.2 VALORISATION / EXPLOITATION OF RESULTS
EnsadLab travaille avec de très nombreux partenaires industriels ou institutionnels, publics
ou privés, tels que que la Bibliothèque nationale de France (BnF), l’INA, des universités
(Paris 8, Paris 1...), des grandes écoles (Ecole des Mines-Paristech, ENS…), des entreprises
(Tarkett, Oulu, Orange…) ou encore des laboratoires de recherche (LIRIS-Lyon, IETR-Rennes,
LIMSI-Orsay…), ce qui enrichit considérablement son potentiel de recherche. Ainsi, le
partenariat avec Oulu, agence nationale finlandaise, permet d’associer les compétences des
enseignants et étudiants-chercheurs de l’Ecole à celle de l’équipe informatique RealXtend de
Oulu Innovation Ltd afin d’obtenir une plate-forme « Open Source » de réalité virtuelle en
ligne.
Chaque chercheur, étudiant comme enseignant, doit investir le champ de recherche proposé
selon ses propres projets mais ceux-ci doivent aussi permettre de faire évoluer une
problématique au service de tous ; c’est l’un des enjeux cruciaux de l’articulation d’une
dynamique associant création artistique et recherche académique. La capitalisation de
multiples expériences effectuées au sein d’un même programme de recherche conduit ainsi à
faire évoluer les connaissances, les méthodes, les savoir-faire et les techniques dans un
champ donné. Et ces évolutions trouvent leurs formes de représentation et de valorisation
aussi bien à travers des créations, des expositions, des publications que des transferts vers
d’autres domaines tels que l’industrie.
4.1.6.3 ENSEIGNEMENT SUPERIEUR / HIGHER EDUCATION
Créée en 1766, l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs est une grande école d’art et
de design qui accueille 700 étudiants et offre 10 secteurs de formation: Architecture
intérieure, Art espace, Cinéma d’animation, Design graphique / multimédia, Design objet,
design textile et matière, design vêtement, Image imprimée, Photo/vidéo, Scénographie.
L’École offre 18 ateliers techniques qui permettent à ses étudiants de prendre en compte les
contraintes de la réalisation de projets.
4.1.6.4 ORGANISATION / ORGANISATION
Les programmes de recherche d’EnsadLab sont dirigés par des enseignants-chercheurs,
enseignants et professionnels offrant un haut niveau d’expertise. Chaque programme
implique quelques étudiants-chercheurs (environ cinq par programme), français et étrangers,
sélectionnés par l’Ecole et déjà titulaires d’un master ou équivalent et, pour certains, inscrits
en doctorat, le plus souvent au sein d’institutions de recherche partenaires d’EnsadLab.
Chacun de ces programmes de recherche est adossé à des partenariats, publics ou privés,
avec des universités, des grandes écoles, des entreprises ou encore des laboratoires ce qui
29/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
enrichit considérablement son potentiel de recherche.
Détail des programmes : http://www.ensad.fr/spip.php?article140
4.1.7
PARTENAIRE 7/ PARTNER 7 : CENTRE NATIONAL DE DANSE CONTEMPORAINE
Créé en 1978 et placé depuis février 2004 sous la direction de la chorégraphe Emmanuelle
Huynh, le centre national de danse contemporaine (CNDC) est un centre chorégraphique
national (CCN) qui soutient la création et la diffusion d’œuvres contemporaines, invite des
artistes en résidence, partage la pratique de la danse et sa pensée.
C’est aussi une école supérieure entièrement dévolue à la danse contemporaine qui propose
deux formations – la formation d’artiste interprète (FAC) et Essais. Cette configuration, rare en
France d’une Ecole supérieure adossée à un CCN (au nombre de 19 en France), permet
d’envisager les programmes pédagogiques de cette école en lien étroit avec le monde de la
création artistique.
Le CNDC est en mesure d’apporter son soutien en tant que partenaire du LABEX Arts et
médiations humaines étant donné son engagement à partir de septembre 2011 dans le cadre de
sa convention avec l’Université Paris 8 pour la formation du Master Essais « Musique,
spécialité Danse, création et performance ». Celle-ci fait suite à une convention déjà établie
depuis 2009 pour la Licence Arts du spectacle chorégraphique avec Paris 8.
La mise en œuvre de ce master répond à l’évolution du contexte européen des formations
supérieures dans le champ chorégraphique et artistique qui lient étroitement pratique
artistique et recherche théorique et témoigne d’une nouvelle posture, celle de l’artiste –
chercheur. Aussi, la création de ce master permettra, entre autre, de développer une
coopération
active avec d’autres diplômes équivalents à l’échelle européenne et
internationale.
Rappel historique :
La formation Essais créée en 2004 par la chorégraphe Emmanuelle Huynh à la demande du
ministère de la Culture et de la ville d’Angers, est une formation qui s’adresse à de jeunes
auteurs du milieu chorégraphique au niveau international. Essais est une formation en lien
avec l’actualité artistique en danse. C’est un lieu de fabrique intensive de travaux issus de la
pensée chorégraphique contemporaine, en lien avec le cinéma, les arts plastiques, la musique,
la littérature. Les étudiants-artistes ont à présenter régulièrement au public leurs essais
(commandes ou tentatives de production). En plus de mille heures de formation chaque
année, les essayistes effectueront deux années d’études et de recherches, oscillant entre un
travail encadré par des artistes et des universitaires et une activité pleinement autonome
4.1.7.1 RECHERCHE ET INNOVATION / RESEARCH AND INNOVATION
Le programme
Les artistes et enseignants-chercheurs présents ont pour tâche d’inviter les étudiants à
partager et expérimenter les questions qui animent leur propre recherche, et les aider au
travers d’un enseignement et d’un accompagnement, à élaborer leur propre problématique de
travail.
Le diplôme est constitué de quatre Essais, d’un mémoire ainsi que d’apports théoriques
(colloques, séminaires ou conférences), de méthodologie dans la recherche.
• 4 Essais durant 4 semestres pendant deux ans.
30/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
L’essai est un temps de travail en continu dans lequel s’inscrit un temps de rencontre et
d’échanges avec un artiste, un temps de recherche personnel nourri de ce temps de rencontre,
et un temps de préparation en vue d’une présentation publique en fin de cette période de
travail qui donnera lieu à l’Ecole ouverte. L’Ecole ouverte est le moment de présentation
publique à la fin de chaque essai en vue de montrer à cette occasion l’esprit de leur
formation, de rencontrer un public et des professionnels. Il y aura donc quatre Ecoles
ouvertes durant les deux années du master.
• Mémoire : il est écrit dans sa langue d’origine et traduit en français. C’est un écrit
qui soutient la recherche et la création artistique de l’étudiant.
• Ce programme exceptionnel en Europe est le fruit d’échange intensifs avec :
- le département Danse de l’Université Paris 8, déjà présente dans l’Ecole supérieure
du CNDC avec les interventions de son corps d’enseignants auprès de la Formation
d’artiste chorégraphique (qui donne lieu désormais à une Licence en arts du spectacle
chorégraphique).
- l’Ecole supérieure des Beaux arts d’Angers sous la direction de Christian Dautel.
Le master est l’opportunité pour le CNDC de formaliser un cadre pour les contenus
pédagogiques et pour la recherche en arts, d’aller plus loin concernant les contenus théoriques
et de susciter de manière plus affirmée la circulation et la mobilité des étudiants du
CNDC/Paris 8 à travers l’Europe.
Ces objectifs trouveront une visibilité et un écho forts au travers de SCHOOLS, biennale qui
depuis 2009 réunit à Angers quinze formations chorégraphiques supérieures européennes et
internationales. Cet évènement propose de partager une réflexion sur la pédagogie et la
recherche en danse contemporaine, des temps de pratique pris en charge par les étudiants
(au nombre de 150 lors de la première édition) et de représentations ouvertes au public. Pour
la seconde édition, un focus sera porté sur le développement des masters en danse en
Europe. Deux masters européens y participeront (Amsterdam et Stockholm) ainsi que le
Bennington College qui témoignera de la longue expérience américaine en la matière.
Les axes de recherche du CNDC liés au LABEX sont de plusieurs ordres :
a) Ils portent d’abord sur une réflexion sur les esthétiques du corps contemporain, ses modes
de représentation, de performance et d’exposition, l’historicité du travail du corps en danse,
ses techniques et son lien avec le corps social. Un focus sera posé sur cinq directions de
recherche :
- l’écriture et l’analyse des œuvres chorégraphiques aussi bien du point de vue de l’artiste que
de celui du spectateur et notamment les modes de spatialisation à l’œuvre dans la danse qui
inscrivent une relation entre ceux qui font et ceux qui regardent.
- l’histoire, la mémoire et la transmission des gestes techniques, des processus, et des œuvres
chorégraphiques
- les transferts culturels, esthétiques et techniques en danse liés aux effets de la
mondialisation notamment dans les représentations du corps
- les techniques corporelles et les savoirs somatiques du danseur, leurs effets dans le monde
du soin, et plus généralement dans le corps social.
- les relations entre les arts avec un focus sur les liens de la danse aux arts visuels. Cette
porosité permettra une réflexion sur les transferts de méthodes possibles entre ces deux
champs artistiques.
b) L’articulation entre la formation et la recherche se fera autour de plusieurs dynamiques :
- Rencontre avec des artistes chorégraphiques et visuels et des chercheurs sur les processus
de travail, l’esthétique et l’analyse des œuvres.
- Cours, séminaires de recherche, ateliers de création et ateliers d’écriture, conférences
assurés par les intervenants du CNDC et des membres du LABEX ; présence de doctorants
de Paris 8 comme dramaturges, ou regards extérieurs avant et après les écoles ouvertes ou
31/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
présence de 2 ou 3 étudiants de Paris 8 en M2 ou doctorant lors d’une session avec un
artiste.
- Mobilité de l’étudiant en stage ou lors de rencontres avec d’autres communautés artistiques
et de recherche ou d’autres groupes, en France ou en Europe. Ainsi, l’Essai 3 (3ème semestre
du master) sera-t-il entièrement consacré à un parcours de mobilité que chacun des étudiants
artistes devra dessiner, au regard de sa pratique de création et de recherche. Ce parcours
relèvera donc de différents régimes : choix de mobilité individuelle, inscription dans des
projets de mobilité de groupe ; résidence et échange au sein d’autres structures de recherches,
exploration de contextes professionnels.
- Les productions de ces artistes chercheurs et des doctorants donneront lieu à un partage
public au travers de formats innovants (performances, spectacles, workshop publics et
publications, exposition, production de film documentaire).
4.1.7.2 VALORISATION / EXPLOITATION OF RESULTS
Elle se fait de plusieurs manières :
- par la présentation publique des essais dans un cadre de spectacle professionnel au
CNDC ou dans le cadre de tournées en France et à l’étranger.
- par la production de traces films, vidéo, visant à documenter, problématiser et
participer d’une mémoire des pratiques contemporaines en danse.
- Par la publication d’ouvrages issus des mémoires, doctorats et recherches qui
résultent de l’enquête sur le terrain de la création contemporaine.
- Par la mise en ligne sur le site « Paris 8 Danse » des productions vidéo et écrites et
sur le site du LABEX.
4.1.7.3 ENSEIGNEMENT SUPERIEUR / HIGHER EDUCATION
Etudiants : 15
Profil des étudiants : Essais dans le cadre du master s’ouvre à une promotion de quinze
étudiants âgés au moins de 24 à 30 ans et ayant traversé une formation artistique supérieure
et/ou une expérience professionnelle d’artistes chorégraphiques (interprètes, chorégraphes)
ou issus d’autres arts et dont les préoccupations restent la question du corps et du
mouvement dans le champ chorégraphique.
Convention avec l’école des Beaux-arts d’Angers - EPCC le Mans, Tours, Angers :
Le Master Essais CNDC / Paris8 se met en place en partenariat avec l’école des Beaux-Arts
d’Angers – EPCC le Mans, Tours, Angers avec laquelle de nombreux partenariats ont été
initiés depuis 2004 dans le cadre des deux cursus du CNDC. Ce partenariat prendra la
forme de :
- séminaires ou colloques partagés avec le CNDC, cours théoriques et rencontres avec des
artistes présents dans l’ESBA.
- la prise en charge d’un Essai ( Essai2 au sem. 2) avec par un artiste visuel porté par l’ESBA.
Cet Essai permet d’ouvrir le module à d’autres étudiants de l’école des Beaux-arts (10
étudiants de l’ESBA) que les étudiants du Master Essais.
- Analyse d’œuvres et Esthétiques : un cours théorique à l’ESBA par semaine. )
4.1.7.4 ORGANISATION / ORGANISATION
32/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Créé en 1978 et placé depuis février 2004 sous la direction de la chorégraphe
Emmanuelle Huynh, le CNDC est un centre chorégraphique national qui soutient la
création et la diffusion d’œuvres contemporaines, invite des artistes en résidence,
partage la pratique de la danse et sa pensée. C’est aussi une école supérieure
entièrement dévolue à la danse contemporaine qui propose deux formations : La
Formation d’artiste chorégraphique (FAC) et ESSAIS. Cette configuration rare en France
d’une Ecole supérieure adossée à un CCN (au nombre de 19 en France) permet
d’envisager les programmes pédagogiques de cette école en lien étroit avec le monde
de la création artistique. Seule école supérieure de danse en France exclusivement
consacrée à la danse contemporaine, le CNDC est l’un des six établissements
supérieurs habilités à délivrer le Diplôme National Supérieur et Professionnel du
Danseur (DNSPD). Celui-ci est obtenu à l’issue d’un cursus de deux ans, la formation
d’artiste chorégraphique (FAC), permettant depuis 2009 l’obtention d’une licence en
partenariat avec le département danse de Paris 8. Le cursus FAC s’adresse à de
jeunes artistes qui souhaitent devenir interprètes. La pensée de cette école permet
d’allier la pratique à la théorie et de donner à ces étudiants les outils qui leur
permettront de situer leur geste aujourd’hui et dans un rapport au monde. Ils sont
amenés à rencontrer de nombreux artistes, français et internationaux, des
conférenciers spécialisés, représentant un large éventail de connaissances et
approches artistiques. La cursus ESSAIS créée en 2004 par la chorégraphe
Emmanuelle Huynh à la demande du ministère de la Culture et de la ville d’Angers,
est une formation qui s’adresse à de jeunes auteurs du milieu chorégraphique au
niveau international. ESSAIS est une formation en lien avec l’actualité artistique en
danse. C’est un lieu de fabrique intensive de travaux issus de la pensée
chorégraphique contemporaine, en lien avec le cinéma, les arts plastiques, la musique,
la littérature. ESSAIS deviendra à la rentrée 2011 un aster « Musique, spécialité
Danse, création et performance » en partenariat avec le département Danse de Paris
8. En plus de mille heures de formation chaque année, les essayistes effectueront deux
années d’études et de recherches, oscillant entre un travail encadré par des artistes et
des universitaires et une activité pleinement autonome.
A l’instar des autres disciplines artistiques aujourd’hui, la collaboration du CNDC au
LABEX ambitionne le développement du travail en art comme recherche à part entière. Ce
mouvement a pris de l’ampleur ces dernières années en Europe et modifie en retour la
représentation et la réalité de ce que peut être un artiste chorégraphique aujourd’hui. Dans le
cadre de sa participation au LABEX, le CNDC s’engage à contribuer à hauteur de …
4.1.8 PARTENAIRE 8/ PARTNER 8 : CONSERVATOIRE NATIONAL SUPERIEUR D’ART
DRAMATIQUE (PARIS)
Le Conservatoire national supérieur d’Art dramatique est un établissement d’enseignement
supérieur placé sous la tutelle du ministère chargé de la culture. Il a pour mission principale
de dispenser un enseignement spécialisé de l’art dramatique, au titre de la formation
supérieure et de la formation continue. Cet enseignement comprend les connaissances
théoriques et la maîtrise pratique nécessaires à l’exercice du métier de comédien. Riche d’une
expérience de deux siècles, le Conservatoire est profondément ancré dans la vie théâtrale et
culturelle française. Il propose un programme pédagogique ouvert à des démarches
artistiques et à des esthétiques variées. Ce programme est en constante évolution, notamment
grâce au renouvellement fréquent et à la personnalité des enseignants - artistes en activités et
33/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
professionnels reconnus dans leur domaine - et aux collaborations établies avec d’autres
écoles d’art, françaises et étrangères. Les études durent trois ans, à raison de plus de 1200
heures d’enseignement par an, et sont sanctionnées par un diplôme national supérieur
professionnel de comédien du ministère de la culture.
Son ancienneté, la notoriété de ses enseignants et de certains de ses anciens élèves, ses liens
privilégiés avec les plus grands théâtres français, notamment la Comédie-Française, et sa
localisation parisienne au coeur de l’activité théâtrale, confèrent au Conservatoire une place
privilégiée dans le paysage de la vie théâtrale et culturelle française et un rayonnement
international incontestable.
Effectifs d’étudiants et d’enseignants
Le Conservatoire compte 90 élèves (30 élèves par promotion), recrutés par concours d’entrée
auquel se présentent chaque année plus de 1000 candidats. Le Conservatoire accueille
également chaque année une douzaine d’étudiants étrangers formés dans les plus grandes
écoles supérieures internationales et qui intègrent l’école pour une année d’études.
L’enseignement est assuré par 29 professeurs permanents et une trentaine de professeurs
invités.
4.1.8.1 RECHERCHE ET INNOVATION / RESEARCH AND INNOVATION
Le Conservatoire est peu engagé sur le terrain de la recherche et de l’innovation au sens strict.
Certains cours théoriques portent sur une réflexion sur l’évolution de l’esthétique théâtrale,
sur l’histoire du théâtre et de ses différents modes de représentation ou sur l’analyse de
spectacle. Ils abordent des textes théoriques peu connus qui peuvent initier un travail de
recherche sur la pratique de l’acteur et l’activité théâtrale. Par ailleurs, l’objet même des
différents cours, et notamment des cours d’interprétation, étant la création, la recherche et
l’innovation sont au coeur de l’enseignement de l’école qui de ce fait est très engagée dans
l’invention du théâtre de demain.
Enfin, le partenariat avec l’université de Paris 8 mentionné plus bas, engage le Conservatoire
dans une réflexion sur les activités de recherche à venir et sur la nature même de cette
recherche en matière de pratique de l’art dramatique.
4.1.8.2 VALORISATION / EXPLOITATION OF RESULTS
Le Conservatoire propose chaque année une quinzaine de spectacles différents qui donnent
lieu à une courte série de présentations publiques, soit environ 80 présentations par an. Bien
que ces spectacles soient ouverts au grand public, sont invités en priorité les professionnels
du spectacle et du cinéma et les enseignants spécialisés en art dramatique. Les statistiques
de fréquentation montrent qu’environ 10000 spectateurs assistent chaque année aux
spectacles du Conservatoire.
Précisons que les présentations publiques font l’objet de captations depuis 1970 qui
constituent une mémoire des pratiques et des enseignements du Conservatoire, et une
ressource documentaire, voire un possible matériau de recherche, assez considérable.
4.1.8.3 ENSEIGNEMENT SUPERIEUR / HIGHER EDUCATION
34/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Bien que le diplôme délivré par le Conservatoire soit un diplôme national (créé par le
ministère chargé de la culture) et soit inscrit au Répertoire national de la certification
professionnelle, il n’est pas inscrit dans le dispositif européen de reconnaissance des
diplômes dit « LMD ». C’est pourquoi le Conservatoire a signé une convention avec
l’université de Paris 8, qui permet à ses élèves diplômés d’obtenir conjointement une licence
ou une maîtrise pratique mention « arts du spectacle théâtral » de l’université de Paris 8.
Ainsi, quelques enseignants de l’université interviennent ponctuellement au Conservatoire
dans le cadre de cours théoriques. La mise en oeuvre de ce dispositif correspond à
l’évolution du contexte européen des formations supérieures.
4.1.9
PARTENAIRE 9/ PARTNER 9 : CNES VILLENEUVE-LEZ-AVIGNON
Le Centre National des Ecritures du Spectacle (CNES, attaché au CIRCA) a pour objet de
révéler de nouvelles écritures et dramaturgies, d’accompagner des artistes notamment
émergents dès le stade de la conception de leur projet, d’organiser des premières rencontres
avec des professionnels et le public autour d’une étape de travail. Cette action se développe
et s’enrichit par un ensemble de relations avec des partenaires de divers milieux artistiques,
culturels, éducatifs et scientifiques et se décline sur différentes échelles territoriales, qu’elles
soient régionale, nationale ou européenne. Elle s’articule autour de deux modes opératoires
principaux : la résidence d’une part et d’autres part la recherche et l’expérimentation. Cette
action s’inscrit dans des formats spécifiques et évolutifs, et se développe sur quatre axes de
recherche : une mise en perspective des mutations de l’écrit et du théâtre, les liens entre
dramaturgie et technologie, la question de l’interprète à travers la relation homme/machine et
la question du spectateur participatif.
Directeur général de la Chartreuse : François de Banes Gardonne
Directeur artistique : Franck Bauchard
4.1.9.1 RECHERCHE ET INNOVATION / RESEARCH AND INNOVATION
Depuis 2007, la Chartreuse/Centre national des écritures du spectacle, développe un projet
qui met en perspective écritures du spectacle et mutations de l’écriture provoquées par la
dissociation de l’écrit et de l’imprimé. C’est ainsi que la Chartreuse, à coté d’une politique
de résidence, met en œuvre une politique de recherche et d’expérimentation appelée les
sondes.
Sous ce terme emprunté à Mc Luhan, grand théoricien des médias, il s’agit de créer un
format de recherche permettant de juxtaposer des objets disparates et hétérogènes afin qu’ils
se commentent entre eux. Une fois confrontés, ils suscitent de nouveaux territoires de
questionnement et d’expérimentation, catalysent des énergies, éveillent des résonances.
A travers ces trajectoires de recherche, sont interrogés les métiers de la scène - comme la
collaboration entre ces différents métiers - ainsi que les conditions de la réception.
Dynamiques interdisciplinaires d’expérimentation, articulées autour de dispositifs
d’expérimentation et d’observation, les sondes ne mêlent pas seulement les disciplines et les
points de vue autour d’une question ou d’un objet. Elles explorent et combinent différents
protocoles de recherche sur différents médias. Elles affirment l’importance de la question de
35/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
l’art dans la recherche sur notre environnement numérique, et engagent une réflexion
particulière en terme de stratégie d’écriture et de relations entre contenus, formes et medium.
Le numérique est un enjeu central pour le théâtre. Internet n’est pas seulement une nouvelle
technologie de la communication. Il touche à l’écriture, à la mémoire et à la manière de
penser. On peut comparer la manière dont le théâtre s’immerge dans l’environnement
numérique – de la régie à la communication, de la scénographie à la constitution de sa
mémoire - à la manière dont autrefois il s’est modelé sur l’environnement produit par
l’imprimé. En y regardant de plus près, on constate que l’essor du numérique questionne une
à une les articulations qui relient la pratique théâtrale à la culture de l’imprimé. De ce point
de vue, le théâtre de texte apparaît d’abord comme un théâtre du livre. Mais les nouveaux
supports de l’écrit donnent naissance à d’autre manière d’écrire et de composer le théâtre
pour en faire une métaphore de l’ordinateur. Le théâtre s’inscrit de manière implicite ou
explicite dans une écologie des technologies et des médias qui donne naissance à une
mutation de ses techniques, de ses formes et de ses conventions. Les technologies numériques
invitent à réactualiser les perceptions, les normes et les valeurs à travers lesquelles nous
appréhendons le théâtre et questionnent en ce sens notre idée même du théâtre.
Si nous avons fait le choix d’ouvrir ces moments de recherche au public qui vient d’horizons
très divers, cette recherche est d’abord destinée aux artistes qui y trouvent de nouveaux
matériaux de création ou de réflexion, de nouvelles pistes de collaboration, et parfois les
éléments qui vont catalyser un projet d’écriture ou de production.
En 2011, nous allons développer plus encore nos expérimentations sur les mutations de
l'écrit et le spectateur participatif (cf. Annexe Fiches projets, projets n° 76 et 77). Notre
participation au LABEX permettra d'assoir ces expérimentations dans un riche contexte de
recherche permettant notamment de développer ses dimensions interdisciplinaires et
transartistiques.
4.1.9.2 VALORISATION / EXPLOITATION OF RESULTS
Les travaux réalisés dans les sondes ont produit un ensemble de documents (textes, images
fixes et animées) qui sont accessibles sur le site: http://sondes.chartreuse.org.
Une présence sur la toile
Depuis janvier 2010, les sondes de la Chartreuse occupent la chambre 20 du motel
numérique selfworld (http://www.selfworld.net). Ceci permet au public internaute de suivre
les sondes à distance et en streaming. Cela permet également d’archiver des captations
vidéo, dans l’idée de constituer une documentation complète et variée autour des processus
expérimentaux que sont les sondes.
Une présence interactive sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter autorisent une forme
de communication brève, régulière et spontanée. La logique d’utilisation est de créer un flux
d’informations, un fil d’actualité concernant les activités de la Chartreuse-cnes et de
maintenir informée une communauté d’amis ou d’abonnés. Il s’agit principalement de
développer une stratégie de communication complémentaire des formes de communication
institutionnelle classiques (communication imprimée et site Internet). Ces média sont
aujourd’hui largement utilisés, notamment par les professionnels du secteur culturel pour
animer et entretenir la réactivité des réseaux de partenaires et de publics. C’est précisément
l’objectif que la Chartreuse-cnes poursuit en développant sa présence sur ces réseaux
36/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
sociaux, qu’elle utilise par ailleurs dans certains dispositifs expérimentaux des sondes (cf.
sonde 03#10 spectateur 2.0. et sonde 04#10 code-traduction).
Ces recherches dont l'utopie est de donner corps à une scène au milieu des arts et des
technologies de son époque, et à ce titre croisent de plus en en plus des préoccupations
pédagogiques de l’enseignement artistique ou de l’université.
A titre d’exemple, la
Chartreuse a organisé une rencontre européenne intitulée « formation de l’acteur et nouveaux
médias ». A partir des performances d’élèves de l’Ecole de Maastricht et du travail réalisé
avec des élèves de l’ERAC à la Chartreuse sur « le comédien augmenté », un débat a été
organisé sur la formation de l’acteur avec des spécialistes de différents pays européens. La
Chartreuse intervient également comme conseiller pédagogique dans des structures
d’enseignement artistiques telles que le CNR de Toulon. Elle intervient aussi à dans le
Département de Lettres de l’université d’Avignon où nous prenons en charge depuis la
rentrée 2009 l’enseignement du théâtre en Licence 3 ainsi qu'en Licence 3 Information et
Communication.
La Chartreuse tisse enfin des liens privilégiés avec des écoles
d’enseignement supérieur à l’étranger. Elle est intervenue en 2010 à l'Ecole Paolo Grassi de
Milan. Elle est aussi associée à un ambitieux projet de recherche scientifique et pédagogique
de l’Ecole de la Manufacture de Lausanne en collaboration avec l’Ecole Polytechnique de
Lausanne et le departement d'Etudes Théâtrales de l'université de Munich. Ce projet vient de
recevoir une dotation du Fonds National Suisse de 1,4 Mch. Une promotion d'acteurs de
l 'Ecole de la Manufacture sera associée à notre prochaine sonde Chartreuse News Network
qui se tiendra en mars prochain. Au fil du temps, se met en place en cercle vertueux entre
enseignement, expérimentation et recherche.
Certaines sondes se sont traduites par la mise en place de relations avec le domaine de la
science. Ces rapports se concrétisent à travers la participation de la Chartreuse au Conseil
scientifique de l'atelier Arts/Sciences de l'Hexagone-scène nationale du Meylan et du CEA
de Grenoble, de notre inscription au Méridien Art-Science qui vient de se doter d'un comité
de pilotage dont nous faisons partie, du partenariat étroit avec des laboratoires scientifiques
sur la robotique (LIRMM de Montpellier), la modélisation virtuelle (UMR-MAP Gamsau,
LIMSI) et d'un partenariat étroit avec le Centre National d'Etudes Spatiales avec lequel nous
avons travaillé sur la robotique et surtout l'espace dans le cadre de la sonde Chartreuse
News Network portant sur le tremblement de terre à Haïti (le CNES étant chargé de la
coordination de l'activité satellitaire internationale) puis de Théâtres du Globe (juillet 2010)
dont l'objectif était de rendre compte de la question de la globalité sur scène et dont
plusieurs propositions utilisaient des images satellitaires.
4.1.9.3 ENSEIGNEMENT SUPERIEUR / HIGHER EDUCATION
La Chartreuse intervient dans une série d'enseignements universitaires et artistiques qui
concerne actuellement plus de 200 élèves dans quatre pays (France, Suisse, Italie, Belgique).
Ces enseignements sont conçus en grande partie à partir des expérimentations menées dans
le cadre des sondes. En retour, les étudiants sont mobilisés à des titres divers (spectateurparticipant, acteur, observateur...) pour participer aux sondes.
Les technologies numériques sont des technologies intellectuelles et donc des technologies
d'apprentissage. Elles sont mobilisées à des degrés divers selon les enseignements, jusqu'à
parfois lui devenir consubstantiel. C'est un blog qui est par exemple un des pivots de notre
enseignement du théâtre à l'université d'Avignon.
37/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
L'enjeu est de questionner les pratiques culturelles de plus en plus réarticulées autour d'une
culture de l'écran, les pratiques artistiques qui se confrontent de plus en plus à des
environnements numériques comme la dynamique pédagogique entre enseigné et enseignant.
La Chartreuse développe des liens étroits avec : l’Ecole de la Manufacture (Lausanne),
l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Visuels (La Cambre, Belgique), L’ecole Paolo Grassi
(Milan), l’université et le Conservatoire de Toulon, l’Erac.
Elle assure des enseignements à l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. La
Chartreuse est membre de son laboratoire Culture et communication. Cours assurés :
Information et communication. Elle est également partenaire du département de Lettres
Modernes. Cours assurés : Création théâtrale contemporaine, Initiation à la Pratique
Théâtrale et Atelier de réalisation artistique auprès des étudiants de L3.
- L’Ecole d’Art d’Aix-en-Provence. Mise en place en 2009 d’une semaine thématique
consacrée aux « Métamorphoses »
- La Compagnie d’entraînement du Théâtre des Ateliers d’Alain Simon (Aix-en-Provence).
Partenariat artistique, notamment lors de la mise en jeu d’illusion.com (sonde 04#09) par les
étudiants en avril et juillet 2009.
- Le Conservatoire d’Avignon.
- L’Ecole d’Art d’Avignon.
Les liens tissés entre la Chartreuse et ces organismes de formation, tant scolaires,
universitaires qu’artistiques, impliquent l’intégration de lycéens et d’étudiants dans le
programme de recherche et d’expérimentation de la Chartreuse (les sondes). Ainsi différents
groupes de ces étudiants et élèves seront directement mobilisés et impliqués dans la sonde
04#10 - Spectateur 2.0.
4.1.9.4 ORGANISATION / ORGANISATION
La Chartreuse est une association loi 1901 (CIRCA : centre international de recherche de
création et d'animation), présidée par l'Ambassadeur Pierre Morel et dirigée par François De
Banes Gardonne. Elle est subventionnée par l'Etat (80%) et les collectivités territoriales
(Conseils Régionaux du Languedoc-Roussillon et de PACA, départements du Gard et du
Vaucluse et Ville de Villeneuve). La Chartreuse est le Centre National des Ecritures du
Spectacle depuis 1991.
4.1.10 PARTENAIRE 10/ PARTNER 10 : REUNION DES MUSEES NATIONAUX
La Réunion des musées nationaux ou RMN est un organisme français dont l'objet est la
gestion et la valorisation des 34 musées nationaux et de leurs collections. Elle est placée sous
la tutelle du ministère de la Culture, plus spécialement exercée par le Service des Musées de
France (SMF). Initialement créée en 1896 pour procéder à l'acquisition d'œuvres d'art
destinées à enrichir les collections nationales, l'établissement est doté aujourd'hui de trois
nouvelles missions : l'accueil du public, l'organisation d'expositions temporaires et la
diffusion culturelle autour de ces expositions et des collections permanentes des musées.
Devenue établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) par le décret du 14
novembre 19901 , la RMN a la charge de 35 musées nationaux. Ces derniers peuvent soit être
des établissements publics autonomes ou être rattachés à un tel établissement, soit constituer
38/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
des services à compétence nationale (SCN) rattachés au SMF. La présence de la RMN sur la
scène internationale, ses métiers, ses savoirs-faire et sa capacité d'intervention, en font un
acteur et opérateur culturel majeur directement et à travers la prestation de services aux
collectivités locales ou grandes collections, en France et à l'étranger.
Acquérir des œuvres d’art pour enrichir les collections nationales, telle est la première
mission de la Réunion des musées nationaux. Elle gère des acquisitions pour l'ensemble des
directions patrimoniales et des établissements publics relevant du ministère de la culture et
de la communication. Elle procède à des achats auprès de particuliers et de marchands ou en
ventes publiques et gère les donations et les dations. L'année 2005 a permis de contribuer à
l'enrichissement des collections des musées services à compétence nationale (SCN) pour un
montant de 3,26 millions d'euros.
Depuis 1930, la RMN assure l’organisation administrative et logistique de la plupart des
expositions temporaires présentées dans les musées nationaux. Producteur de grandes
manifestations culturelles, la RMN gère les Galeries nationales du Grand Palais (GNGP) où
elle présente d'importantes expositions rétrospectives thématiques et monographiques qui
font la renommée internationale de ce lieu prestigieux. La plupart d'entre elles sont aussi des
coproductions internationales avec les plus importants musées du monde, notamment en
Europe, Amérique du Nord et en Asie.
L’organisation d’une grande exposition internationale représente une somme considérable de
travail qui s’étale sur une période de quatre ou cinq années. La programmation des
expositions des musées nationaux est arrêtée plusieurs années à l’avance par une
commission spéciale qui se réunit régulièrement au siège de la RMN. La RMN détermine et
assure le suivi du budget des expositions. Elle négocie et signe les contrats de coproduction
avec les musées étrangers quand il s’agit de grandes expositions internationales présentées
successivement dans deux ou trois pays, ou avec des collectivités territoriales françaises,
dans le cas d’expositions présentées en région. Elle gère directement les demandes de prêt, le
transport et l’assurance des œuvres. En accord avec les commissaires de chaque exposition,
elle choisit l’architecte-scénographe qui en assure la présentation. Une fois l’exposition
organisée, la RMN en assure la promotion (relations avec la presse, publicité...) ; elle
recherche aussi les mécènes et les partenaires qui souhaitent apporter leur soutien aux
expositions qu’elle organise.
La RMN coproduit également des expositions, ou intervient dans l’organisation
d’expositions présentées dans des établissements qui ne sont pas des musées nationaux ; elle
le fait à leur demande, mettant à leur service son expérience et son savoir-faire. Elle collabore
avec une trentaine d'établissements culturels et participent à la réalisation d'environ une
vingtaine d'expositions par an. C’est ainsi qu’elle travaille régulièrement avec certains musées
de région, avec des établissements rattachés à la direction générale des Patrimoines, ainsi
qu’avec l’Association française d'action artistique (AFAA) devenue Cultures France pour
certaines expositions internationales.
La RMN est un des premiers organisateurs d'expositions d'art dans le monde. Elle est à
l'initiative du Bizot group qui réunit les dirigeants des grands musées internationaux
organisateurs d'expositions.
L’agence photographique de la RMN est l’une des dix premières agences dans le monde dans
le domaine des arts plastiques et des musées, et la première en France. Présente dans plus
39/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
de 160 pays, elle conserve la mémoire de tout un patrimoine culturel pour mieux le faire vivre
et le diffuser. De nombreuses institutions étrangères ont choisi de lui confier la valorisation
de leur patrimoine photographique. La RMN protège ainsi un très vaste catalogue d’images
d’œuvres d’art, de la préhistoire à nos jours. Sur son site internet www.photo.rmn.fr, une
base de plus de 550 000 images est consultable et disponible. L’agence photographique de la
Rmn contribue aussi à constituer, au fil du temps, un inventaire des collections nationales,
notamment au travers des campagnes de prises de vues et de numérisation qu’elle effectue
dans les musées.
4.1.11 PARTENAIRE 11/ PARTNER 11 : CENTRE POMPIDOU PARIS
Acronyme
Nom complet
Champs disciplinaires
Domaines
scientifiques
CNAC
Georges
Pompidou
Centre national
d’art et de culture
Georges Pompidou
Musée
Nationa l
d’art
moderne
/
Centre de Création
industrielle
Collections
d’art
moderne
et
contemporain
Collections d’architecture et de
design
Bibliothèque Kandinsky :
Bibliothèque et fonds documenta ires
rela tifs à l’h istoire de l’art du 207ème
et 21ème siècle
Art
moderne
contemporain,
documentation,
arch ives,
conservations,
restauration,
commissaria t
d’exposition
et
Le centre national d’art et de culture Georges Pompidou a pour mission de diffuser la
création d’aujourd’hui. En un lieu unique, il réunit l’un des plus important musée d’art du
monde (65000 œuvres de 1905 à aujourd’hui ), une grande bibliothèque de lecture publique,
un institut de recherche et de création musicale, des salles de spectacles, de cinéma et de
débats ainsi qu’un espace réservé au jeune public. Des expositions et des manifestations
prestigieuses témoignent de sa vocation interdisciplinaire. Le Centre Pompidou a pour
vocation de rendre la création d’aujourd’hui accessible à tous les publics.
A cette fin, il développe de nombreuses activités de médiation culturelle et des projets
innovants.
Parmi ces projets, trois constituent des terrains de recherche exceptionnels sur les nouvelles
conditions de médiation culturelle tournés vers de nouveaux publics, le Studio 13/16, nouvel
espace pour une programmation spécifiquement dédiée aux adolescents, situé au niveau -1
du Centre Pompidou et récemment inauguré (11 septembre 2010) le Centre Pompidou
Mobile, musée nomade présentant des chefs d’œuvre de la collection du MNAM, dans des
zones mal irriguées par l’offre culturelle traditionnelle, le Centre Pompidou Virtuel, nouvel
outil de mise à disposition de contenus en ligne, centre de ressources sur l’art moderne et
contemporain.
Ces trois projets constituent des opportunités nouvelles pour repenser les enjeux et les
formes de la médiation culturelle. Les sujets de recherche pourraient être centrés autour des
axes suivants : la création artistique et les ados : représentations, freins à la pratique,
nouvelles formes artistiques participatives, rôle des institutions culturelles, conditions
d’émergence et de succès d’une programmation culturelle dédiée au public adolescent,
analyse des enjeux spécifiques d’un espace dédié aux ados, l’institution culturelle au contact
40/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
des populations : représentations et modalité de réception de l’œuvre d’art par un public
non initié, au sein d’une structure nomade ; analyse des modalités et des enjeux d’un
dispositif de médiation innovant à destination des jeunes ; les atouts du Musée itinérant et
l’évolution du concept de Musée de l’œuvre originale à la ressource numérique, une nouvelle
approche de la diffusion culturelle : nouvelles ressources en ligne, nouveaux publics,
nouveaux usages ; impact sur les formes de la médiation culturelle in situ, en situation de
mobilité ; ergonomie de la consultation et développement des usages.
Par ailleurs, pourrait être développé un travail en commun à des productions artistiques et
muséographiques, développés par le Centre Pompidou, à partir des outils et compétences en
matière de nouvelles technologies et nouveaux médias développées par l’université Paris 8.
4.1.11.1
RECHERCHE ET INNOVATION / RESEARCH AND INNOVATION
Etablissement non-évalué par AERES
CNAC Georges Pompidou – Tableau des chercheurs / enseignants-chercheurs impliqués dans le LABEX
Identité chercheur ou enseignantChamps
Expertise
chercheur
Implication
disciplinaire
Grades
internationale
LABEX
Prénom
Nom
Catherine
GRENIER
A titre secondaire
Art moderne et
Conservateur
x
contemporain
Vincent
POUSSOU
A titre secondaire
Médiation
Directeur des
x
culturelle
publics
CNC Georges Pompidou- Production scientifique pour la période 2006-2010
Ouvrages en propre
Catalogues
Revues et
Ressources
d’expositions en
périodiques de
en ligne
22
propre
60
recherches
1
1 base de
données
documenta ires
245703
références
CNC Georges Pompidou- Manifestations scientif iques pour les périodes 2006-2010
Journées d’études
1
4.1.11.2
VALORISATION / EXPLOITATION OF RESULTS
CNC Georges Pompidou- Communication et diffusion des résultats de la recherche sur la période 2006-2010
expositions
60 expositions
Collections du musée
6 292 540
5 146 422
41/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
4.1.11.3
ORGANISATION / ORGANISATION
Président : Alain Seban
Directrice générale : Agnès Saal
Directeur du Musée : Alfred Pacquement
Directeur du développement culturel : Bernard Blistène
Directuer des publics : Vincent Poussou
Etablissement public administratif comprenant une direction générale et deux départements :
le Musée national d’art moderne-Centre de création industrielle et le département du
développement culturel, et plusieurs directions dont la Direction des publics, en charge
notamment de la programmation à destination des publics jeunes.
Site internet de référence : www.centrepompidou.fr
CNAC Georges Pompidou - Crédits quadriennaux hors conventions : 77 M€
4.1.12 PARTENAIRE 12/ PARTNER 12 : FONDATION CAMPUS CONDORCET
4.1.12.1
RECHERCHE ET INNOVATION / RESEARCH AND INNOVATION
Outil de coopération scientifique créé par neuf fondateurs pour faire émerger un pôle
d'envergure européenne dans les domaines des sciences historiques, des sciences des
territoires, des sciences des textes et des sciences de la société, la Fondation Campus
Condorcet est une structure partenariale qui sert l’avancement des sciences humaines et
sociales et leur croisement avec d’autres domaines scientifiques à travers la réalisation d’un
grand outil destiné à accueillir plus de 15.000 étudiants, enseignants-checheurs, enseignants,
chercheurs et personnels IATOSS œuvrant dans le cadre d’une centaine d’unités de recherche
en grande partie contractualisées avec le CNRS.
La réalisation de ce campus est engagée et devrait aboutir à partir de 2016 sur deux sites
localisés à Paris (Porte de La Chapelle) et Aubervilliers. Le site d’Aubervilliers, de loin le
plus vaste (150.000 m2 environ sur 170.000 m2, dans l’état actuel de la programmation) sera
entièrement dédié aux études avancées à partir du master et constituera donc un campus de
recherche unique en son genre en France en ce qui concerne les sciences humaines et sociales.
Les étudiants et chercheurs y bénéficieront non seulement de locaux d’équipes et de
plateformes d’accueil de programmes mis aux standards internationaux, mais aussi de
services mutualisés qui leur seront procurés à travers un Grand équipement documentaire
(proposant un million d’unités documentaires et une offre numérique adaptée aux usages de
la recherche en sciences humaines et sociales), un centre de conférences, une maison des
chercheurs invités, etc. Un programme de logements est en cours de négociation avec les
collectivités territoriales.
Les membres fondateurs sont le Centre national de la recherche scientifique, l’Ecole des
hautes études en sciences sociales, l’Ecole nationale des chartes, l’Ecole pratique des hautes
études, la Fondation Maison des sciences de l’homme de Paris, l’Institut national d’études
démographiques, l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’université Paris 8 Vincennes
Saint-Denis et l’université Paris 13 Nord.
42/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Ces partenaires ont élaboré le programme scientifique qui soutient le projet de Campus et qui
se décline en huit axes autour desquels l’activité de la Fondation Campus Condorcet est
appelée à se développer :
- Histoire des sociétés et intelligence du contemporain.
- Les aires culturelles dans la longue durée.
- Etudes du religieux.
- Erudition, tradition textuelles et histoire des textes.
- Arts et littérature, images, création et communication.
- Espaces, territoires, environnement.
- Population santé.
- Economie.
Le programme scientifique s’ouvre aussi au développement de plateformes coopératives
entre les sciences humaines et sociales et les autres sciences, notamment en ce qui concerne le
vieillissement, qui compte depuis l’origine parmi les priorités des fondateurs.
En réponse à l’appel d’offres « EquipEx », la Fondation a déposé en tant que partenaire
coordinateur deux projets pilotés par des unités de recherche appartenant à ses membres. Il
s’agit en premier lieu du projet « Bibliotheca bibliothecarum novissima. Transmission de la
culture en Occident du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle », qui vise à la création de corpus
numériques de données scientifiques couvrant le domaine des bibliothèques anciennes, et
associant à une activité de numérisation finalisée la réalisation d’outils scientifiques
d’exploitation des sources primaires. Intitulé Ashtora, le second projet a pour objet la
création d’une plateforme mutualisée d’analyse spatio-temporelle en histoire, archéologie et
art. Cet outil de cartographie dynamique, ouvert à l’ensemble de la communauté scientifique,
permettra notamment de surmonter la dispersion des travaux entre les équipes, en offrant
des normes partagées de travail et en assurant l’interopérabilité entre les données issues de
logiques de recherche plurielles, mais complémentaires.
En ce qui concerne l’appel d’offres « LABEX », le conseil d’administration de la Fondation,
réuni le 15 octobre 2010, a décidé d’apporter son soutien en tant que partenaire aux projets
portés par les membres fondateurs, pourvu que ces projets soient en rapport avec son
programme scientifique et que les équipes concernées aient vocation à être accueillies sur le
Campus.
Cet accueil peut prendre la forme soit d’une installation sur place, lorsqu’elle est prévue dans
le cadre de l’Opération Campus, soit d’un accès à des services mutualisés de type « hôtel à
projets » ou autres, ce qui peut concerner un nombre considérable d’unités conservant une
implantation en dehors du Campus.
L’apport de la Fondation consistera principalement à fournir une structure d’accueil et de
services pour tout ou partie des activités des équipes et des programmes concernés, au fur et
à mesure de la réalisation du Campus. Eu égard à l’état d’avancement du projet,
actuellement en phase d’études en vue de la signature de premiers contrats en 2013 et de la
livraison des premiers ouvrages en 2016, cet apport n’a pas été valorisé dans l’annexe A.
4.1.12.2
VALORISATION / EXPLOITATION OF RESULTS
La Fondation Campus Condorcet n’est pas un établissement d’enseignement. En revanche, le
Campus comportera des infrastructures dédiées à la formation à la recherche (salles de
43/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
séminaires, locaux d’équipes, “learning center” orienté vers les études avancées) qui sont de
nature à faciliter et à rendre plus attractive l’activité du LABEX projeté
4.1.12.3
ORGANISATION / ORGANISATION
Les deux instances centrales de la Fondation Campus Condorcet sont son conseil
d’administration, qui comprend 12 membres, et son conseil scientifique qui est composé de
15 personnalités, dont sept d’origine étrangère. Ce sont ces deux assemblées qui seront
appelées à suivre la participation de la Fondation au LABEX, dans le respect des règles
élaborées pour la gouvernance de celui-ci.
4.1.13 PARTENAIRE 13/ PARTNER 13 : BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE
La Bibliothèque nationale de France est un Établissement public à caractère administratif.
Ses collections patrimoniales historiques et courantes, évaluées par dizaines de millions de
documents, sont chaque jour mises à la disposition du public, et plus spécifiquement des
chercheurs, qui constituent la part la plus significative du lectorat sur place. D’une grande
variété, elles ne peuvent être réduites aux seuls ouvrages et périodiques. Bibliothèque
nationale, la BnF reçoit par dépôt légal l’ensemble de la production éditoriale française
(livres, périodiques, cartes, musique imprimée, estampes, monnaies, photographies,
phonogrammes, vidéogrammes, multimédia,… sans oublier l’archivage de l’internet2). Elle
enrichit ses collections par achats, dons, legs ou dations des œuvres du domaine français et
étranger, enrichissant les fonds d’imprimés, de manuscrits, d’images, d’archives de
spectacles, etc. Un budget spécifique est consacré aux acquisitions remarquables, dont une
partie par le biais de mécènes. Consultables sur place par ses lecteurs (environ 1 million de
lecteurs par an, dont 400 000 pour la bibliothèque de recherche, à qui sont communiqués 1,3
million de documents), les collections de la Bibliothèque sont mises également à la
disposition des publics à distance, par le biais des catalogues (en 2009, 11 millions de
notices bibliographiques, 5 millions de notices d’autorité dans le catalogue général, sans
compter celles du catalogue BnF-Archives et manuscrits) et des ressources numériques. Les
collections en ligne dans la Bibliothèque numérique Gallica se sont accrues de manière notoire
au cours des années 2006-2010 avec les programmes de numérisation de la presse, des
imprimés en nombre, des documents spécialisés, et le signalement d’œuvres d’institutions
partenaires, soit près d’1,3 million de documents en ligne.
4.1.13.1
RECHERCHE ET INNOVATION / RESEARCH AND INNOVATION
Des travaux scientifiques, sur des champs très divers (livre ancien, histoire de l’art,
numismatique, cartographie, génétique textuelle, ethnomusicologie, par exemple) sont menés
régulièrement par des conservateurs, souvent avec des partenaires français et étrangers, au
sein d’UMR ou dans le cadre de programmes ANR, européens et internationaux. On notera
que la BnF occupe une place singulière dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la
formation des cadres des bibliothèques et de l’information, mais aussi, pour une moindre
part, des musées et de l’audiovisuel. La BnF et ses collections sont aussi traditionnellement
un objet d’étude et un lieu professionnel d’apprentissage pour la bibliothéconomie, la
2
Collecte « large » de 832 millions d'URL et de 23,6 téraoctets de données compressées en
2010, complétée par deux collectes ciblées complémentaires.
44/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
bibliographie, l’histoire du livre et des différents médias, l’histoire, la littérature mais aussi
de plus en plus, les ressources numériques, le signalement et l’archivage de l’internet…
La Bibliothèque nationale de France est un établissement non-évalué par l’AERES.
BnF - Recherches financées hors institutions de rattachement sur la période 2006 – 2010
Type de
Nombre
Exemples
financement
contrats
EUROPEANA
TEL (The European Library)
TEL PLUS
IMPACT(Improving Access to Text)
ARROW (Accessible Registries of Rights Information and
OrphanWorks towards the EDL)
Europeen
10
EUROPEANA REGIA
BHL-Europe (Biodiversity Heritage Library for Europe)
KEEP (Keeping Emulation Environments Portable)
PaperTreat : évaluer les traitements de désacidif icati on de masse
COST EnviArt : explorer les interactions chimiques entre objets
patrimoniaux et environnement intérieur
BnF Partenaire principa l : BIBLIFRAM (en cours), Cah iers-Proust (en
cours), MANNO (terminé), MeDIan (en cours), MONeTA (en cours),
ANR
OPTIMA (terminé), PhotoCréation (en cours)
12
- Experts BnF associés : CartoMundi (terminé), HistCARTO (terminé),
Transmédie (en cours)
IDP-CREA (The International Dunhuang Project – Cultural Routes of
Eurasia) / Fondation Andrew W. Mellon
International
LE ROMAN DE LA ROSE (projet collaboratif des bibliothèques
2
S heridan de la Johns Hopkins University (JHU), et de la Bibliothèque
nationale de France (BnF) / Fondation Andrew W. Mellon
Total
24
Ouvrages
en propre
26
Nombre
BnF – Production scientif ique pour la période 2006-2010
Cata logues
Revues et
Articles
Articles de
Ressources
d’expositions périodiques scientifiques va lorisation
documenta ires en ligne
en propre
de recherche
BdD
41
10
400
200
5
1 949 333
BnF – Collaborations existantes sur la période 2006-2010
Collaborations
Programmes de recherche
Programmes de recherche
nationales
européen
Hors Europe
7 UMR, 7 ANR en
10
2
partenaire principa l
BnF – Manifestations scientifiques pour la période 2006-2010
Journées d’études
Colloques (nationaux & internationaux)
60
45
La Bibliothèque-musée de l’Opéra, le département des Arts du spectacle et le département
de l’Audiovisuel seront particulièrement amenés à participer aux travaux du LABEX.
45/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
4.1.13.2
VALORISATION / EXPLOITATION OF RESULTS
Expositions, livres et articles scientifiques, colloques, journées d’études, émissions,
conférences, sites internet, carnets de recherche, bases de données permettent de valoriser les
résultats des recherches, d’ouvrir des pistes nouvelles, de susciter des collaborations.
BnF – données générales (2006 – 2009) – Bibliothèque nationale encyclopédique multidisciplinaire
Visiteurs
2006
317 000
2007
2008
2009
330 000
345 445
354 000
1 345
445
Tota l
Lecteurs
1 018
640
953 632
950 331
943 873
3 866
476
Ouvrages
(accroissements)
Périodiques
(accroissements)
Audiovisuel
(accroissements)
137 716
52 948
25 781
139 860
151 568
155 917
52 950
52 726
54 751
22 923
30 321
26 713
585 061
213 375
105 738
Catalogues
Etat en 2009
Catalogue général
uniquement
- Notices
Bibliograph iques
11 029 158
Autorités 5 069 502
Nombre de conservateurs
Autres membres (exerçant des fonctions scientif iques)
Nombre tota l membres BnF
321
153
474
BnF - conventions recherche sur la période 2006-2010
Partenaires
Contrat de recherche
Universités, grandes écoles
69 chercheurs associés et invités
Écoles normales supérieures
11 chargés de recherches documentaires
BnF - Communication & diffusion des résultats de la recherche sur la période 2006-2010
Diffusion scientifique
Communication
Expositions
Visiteurs
Directions de revues,
Direction scientif ique
comité de rédaction &
Nombre
Nombre visiteurs
de collections
comité éditoria l
8
15
86
829 538*
* visiteurs 2006-2009 uniquement, chiffres 2010 non disponibles
4.1.13.3
ENSEIGNEMENT SUPERIEUR / HIGHER EDUCATION
La Bibliothèque nationale de France n’est pas un établissement d’enseignement supérieur.
Néanmoins, nombre de ses personnels scientifiques assurent des enseignements dans des
46/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
établissements d’enseignement supérieur (École nationale des chartes, École nationale
supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, Institut national du patrimoine,
École pratique des hautes études, École des hautes études en sciences sociales,
Universités…), principalement dans les domaines suivants : histoire du livre,
bibliothéconomie, musicologie, numismatique, etc
4.1.13.4
ORGANISATION / ORGANISATION
La Bibliothèque nationale de France est un établissement public à caractère administratif,
établissement culturel et de recherche de référence au plan national et international, tête d’un
réseau de coopération sur le plan national (pôles associés). Elle est également une institution
majeure sur le plan international (bibliothèques numériques, francophonie, …), sous tutelle du
ministère de la culture et de la communication.
Plan triennal de la recherche 2010-2012 en cours (crédits propres de l’établissement et
crédits Mission recherche et technologie du ministère de la Culture) pour un montant global
d’environ 900 000 € (Pour l’année 2010, le budget est porté à 302 270 €, dont 107 719 €
financés par la Mission recherche et technologie).
Sites internet de référence : http://www.bnf.fr // http://catalogue.bnf.fr
http://gallica.bnf.fr // http://www.europeana.org // http://signets.bnf.fr
http://idp.bnf.fr
//
http://mandragore.bnf.fr
//
http://images.bnf.fr
http://lajoieparleslivres.bnf.fr/
//
//
//
4.1.14 PARTENAIRE 14/ PARTNER 14 : ARCHIVES NATIONALES
En application de l’arrêté du 24 décembre 2006 érigeant les Archives nationales en service à
compétence nationale (J.O. 31 décembre 2006, texte 128), les Archives nationales ont pour
mission :
1. De collecter, trier, classer, inventorier, conserver, restaurer, communiquer et mettre en
valeur :
– les archives publiques provenant des administrations centrales de l’Etat et des
pouvoirs constitués depuis les origines ;
– les archives publiques provenant des établissements publics nationaux et des autres
personnes morales de droit public, des organismes de droit privé chargés de la
gestion des services publics, dont la compétence s’étend ou s’est étendue à l’ensemble
du territoire français.
2. De collecter ou acquérir, à titre onéreux ou gratuit, trier, classer, inventorier, conserver,
restaurer, communiquer et valoriser des archives privées à caractère national.
3. De collecter, trier, classer, inventorier, conserver, restaurer, communiquer et valoriser tous
autres documents qui ont été ou sont attribués, ou remis à titre onéreux ou gratuit,
temporaire ou définitif aux Archives nationales depuis leur création.
Ces missions s’exercent sous réserve des attributions particulières des services à compétence
nationale dénommés « Archives nationales d’outre-mer » et « Archives nationales du monde
du travail ».
47/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Ils rassemblent toute information utile pour l’exercice de sa mission, publie et diffuse le
résultat de ses travaux. Ils peuvent passer des accords de partenariat avec des institutions
d’études et de recherches françaises et étrangères.
Les Archives nationales constituent aujourd’hui une équipe de 450 personnes sur deux sites
(Paris et Fontainebleau). Un 3e site est en cours de construction à Pierrefitte-sur-Seine afin
d’améliorer les conditions de collecte, de conservation, de communication et de valorisation
des documents. Au 1er janvier 2013, 515 agents participeront aux missions des Archives
nationales, dont un tiers composé de conservateurs du patrimoine, de chargés d’études
documentaires et de secrétaires de documentation. Plus de 300 km.l. de documents
d’archives, du VIIe s. à nos jours, sont placés sous la responsabilité des Archives nationales.
Les Archives nationales sont organisées autour de deux directions scientifiques (site de Paris
et site de Fontainebleau), d’une direction administrative et financière et de trois
départements transversaux (département de la conservation, action culturelle et éducative,
informatique). La diffusion des travaux scientifiques (colloques, conférences, publications)
est coordonnée par la mission de la coordination et de la diffusion scientifiques.
Chaque direction scientifique est dirigée par un conservateur général du patrimoine,
également impliqué dans la recherche historique par ses travaux. Auprès du directeur
scientifique de Paris, sept sections scientifiques poursuivent des travaux de collecte,
d’inventaire et de valorisation.
Les axes stratégiques des Archives nationales sont définis dans leur projet scientifique,
culturel et éducatif, présenté pour la période 2013-2016 au Conseil scientifique de
l’établissement qui comprend des universitaires.
Les activités de recherche sont conduites principalement par le département de la
conservation et les directions scientifiques.
La recherche au sein des directions scientifiques s’effectue actuellement par le biais de la
rédaction d’instruments de recherche et les voies de leur valorisation. Plusieurs conservateurs
sont impliqués dans des équipes de recherche universitaires, principalement franciliennes. Le
projet scientifique, culturel et éducatif a retenu 7 axes généraux détaillés eux-mêmes en
programmes parmi lesquels : « Les archives entre textes, sons et images », « Hommes et
territoires ».
4.1.14.1
RECHERCHE ET INNOVATION / RESEARCH AND INNOVATION
Archives et processus de création
Par la mise à disposition de ressources et le travail sur les fonds, croisés avec l'expertise sur
l'archivage numérique, les Archives nationales s'insèrent depuis plusieurs années dans un
processus qui allie recherches dans le domaine esthétique ou philosophique touchant le
processus de création artistique (expositions de jeunes plasticiens autour des expositions,
mais aussi installations).
Une action innovante serait d'impliquer les producteurs d'œuvres artistiques et les autres
partenaires dans la conscience de la conservation de leur mémoire, une fois l'œuvre produite
48/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
et diffusée auprès du public. La notion d'œuvre d'art éphémère, très répandue à la fois dans
le Land art et dans la création vidéo, n'est pas incompatible avec le souci de la conservation
pérenne des œuvres documentées
Axes de recherche liés au LABEX ARTS-H2H
Les Archives nationales comptent développer des actions spécifiques dans le cadre de six
axes stratégiques :
- Mise en œuvre d’une plate-forme collaborative pour le travail en e-learning avec des
établissements – scolaires ou institutionnels - français et étrangers, permettant la
consultation de documents numérisés et le suivi des travaux des élèves ou des
étudiants.
- Gestion de tableaux de bord numériques pour l’organisation à distance des travaux.
- Modélisation de visites virtuelles de magasins d’archives en 2D et 3D : il ne s’agit pas
d’un simple cheminement dans les magasins mais bien de donner la possibilité au
visiteur d’extraire virtuellement un carton ou un registre et d’en découvrir le contenu,
à partir des clés de recherche (inventaires notamment). Possibilités de version en
« joystick » sur le web (applications de type « ludique » offrant aux enfants des
exercices de recherche en archives).
- Modélisation de descriptions et d’analyses de documents d’archives (3D) offrant la
transcription, les traductions, les analyses des caractères externes et internes du
document.
Dans le domaine « archives et créations »
- Nous souhaitons, au delà de la conservation des dossiers d'œuvres, poursuivre la
collecte et la valorisation des œuvres sous format nativement numériques : video
performances ; films d'animation ; photos artistiques nativement numériques. Ces
œuvres sont intégrées ou reliées à des dossiers d'œuvres, dans le cadre de
commandes publiques et forment le prolongement des œuvres dont la photographie
existe sur support argentique.
- L'institution constitue, à l'occasion du déménagement vers le site de Pierrefitte, un
fonds photographique numérique dont la création est confiée aux photographes des
deux sites de Paris et Fontainebleau. Cette opération, intitulée « Métamorphoses et
innovations » a une vocation patrimoniale, artistique et ethnographique. Les Archives
sont vues par l'institution depuis le point de vue de l' « observateur participant » cher
à Bourdieu.
Il faut noter qu’à l’horizon 2012, le service éducatif des Archives nationales doit redéployer
ses activités sur le nouveau bâtiment des Archives nationales, actuellement en construction à
Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis). Afin d’enrichir ces ateliers de nouvelles ressources
mais aussi de répondre davantage aux nouvelles exigences de l’enseignement, le service
éducatif oriente son action dans le domaine des TICE –Technologies de l’Information et de la
Communication pour l’Enseignement.
4.1.14.2
-
VALORISATION / EXPLOITATION OF RESULTS
des congrès et journées d’études (8 à 10 par an) permettant de confronter les travaux
universitaires aux instruments de recherche ;
49/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
-
-
des conférences autour de quelques cycles : « écriture en archives », « le goût des
archives » et « Trésors du patrimoine écrit » en partenariat avec l’Institutut national
du patrimoine et la Bibliothèque nationale de France ;
des publications d’inventaires, de répertoires et de catalogue ;
la mise en ligne systématique de tous les instruments de recherche, les instruments de
recherche anciens faisant actuellement l’objet d’un important programme de
rétroconversion en vue d’une mise en ligne au 1er janvier 2013 ;
la participation des personnels scientifiques à des colloques, journées d’études, jurys
de thèse, enseignement ;
des expositions (2 à 3 par an) permettant de présenter à un large public les résultats
des travaux de collecte, de classement et d’inventaire (exemple : exposition sur les
chartes ornées du Trésor des Chartes au XVe siècle, 2008, en aboutissement d’une
opération de recensement et de la publication d’un ouvrage en partenariat avec
l’Ecole nationale des Chartes ; exposition sur les portefeuilles de dessins de
l’administration des Menus Plaisirs au XVIIe s., suite au recensement et à
l’identification de ces portefeuilles mené conjointement par deux conservateurs des
Archives nationales et un directeur de recherche au CNRS, 2010).
Ces différents modes de valorisation sont précisés dans le projet scientifique, culturel
et éducatif (chap. VIII, les outils et les compétences en direction des publics).
S’agissant des actions de valorisation via Internet, Le service éducatif a déjà mené
différentes expériences dans ces domaines :
• Dans le cadre du portail France – Canada (http://www.champlain2004.org), qui
présente en ligne des archives numérisées des deux pays, le service éducatif des
Archives nationales a expérimenté avec des élèves le travail en e-learning via la
plate-forme collaborative Ganesha
• Dans le cadre de la convention conclue en 2006 entre les ministères français et
espagnol de la Culture pour la diffusion des fonds documentaires concernant la
Guerre civile espagnole, la mutualisation de ressources numériques à des fins
pédagogiques a été mise en oeuvre. C'est ainsi que des fonds numérisés, conservés
au Centre documentaire de la mémoire historique de Salamanque sont aujourd’hui
à la disposition du Service éducatif par la Direction générale du Livre, des
Archives et des Bibliothèques d’Espagne.
• Réalisation des volets pédagogiques des sites internet « Dreyfus réhabilité »
(http://www.dreyfus.culture.fr) et « Henri IV, le règne interrompu »
(http://www.henri-iv.culture.fr ) mis en ligne par les Célébrations nationales.
4.1.14.3
ENSEIGNEMENT SUPERIEUR / HIGHER EDUCATION
D’une manière générale, Les Archives nationales interviennent :
- dans les formations dispensées par l’Institut national du patrimoine, à destination
des futurs conservateurs ou restaurateurs du patrimoine ;
- dans les masters professionnels « archives » ou « biens culturels » conduits par les
universités de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Paris I, Paris 8, Paris XIII ;
- dans les enseignements de paléographie, de diplomatique ou de géographie historique
dispensés par les universités précitées ainsi que par les universités de Paris IV, Paris
XII et l’Ecole nationale des chartes ;
- dans les formations continues dispensées par par l’Association des archivistes
français ;
50/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
-
dans les formations continues programmées par le département de la formation de la
direction générale des patrimoines du ministère de la Culture.
Elles accueillent également sur place de nombreuses visites d’étudiants et
d’enseignants-chercheurs et organisent, chaque année, une journée de l’étudiant
permettant aux étudiants de L3 et de M1 de rencontrer les conservateurs des
Archives nationales pour préciser la conduite de leurs travaux de recherche.
Activités spécifiques du service éducatif (département de l’action culturelle et éducative) :
Le service éducatif des Archives nationales propose, dans le cadre d'ateliers
pédagogiques, une découverte des différentes périodes historiques fondée sur l'étude
de documents originaux. La démarche est identique pour toutes les activités : le
public jeune découvre le site et la fonction des Archives, le patrimoine national écrit,
et approfondit ses connaissances en fonction d'un thème choisi. Le contenu des
ateliers pédagogiques est élaboré en conformité avec les programmes définis par le
ministère de l'Éducation nationale et les problématiques de l’enseignement supérieur.
Les activités sont créées sur mesure en fonction des projets des enseignants. Le
Service éducatif participe également à la formation initiale et continue des
enseignants et accueille les étudiants, de la licence au doctorat, en histoire et dans
d’autres champs disciplinaires (musique, danse, architecture, histoire de l’art,
sociologie, sciences de l’éducation…) pour une découverte des archives et une
initiation à la recherche.
Les liens avec l’université et les grandes écoles sont donc nombreux : universités
franciliennes et d’autres régions, CIES de la Sorbonne ; étudiants de Sciences
Politiques, de l’Ecole Polytechnique, de l’EHESS, de l’ENS, d’écoles d’architecture, du
Conservatoire Supérieur de Musique et de Danse de Paris ; universités étrangères
(dans le cadre entre autres d’un partenariat régulier avec le Centre International d’
Etudes Pédagogiques).
Les activités du service éducatif des Archives nationales participent, depuis plusieurs
années maintenant, au décloisonnement entre champs disciplinaires, en alliant histoire, arts
et sciences. Le service souhaite développer son réseau et réaliser d'autres projets
interrégionaux et internationaux, permettant au public jeune de découvrir une histoire, une
culture et des pratiques artistiques. L’inscription dans ce partenariat permettrait tout à la
fois d’échanger sur nos pratiques pédagogiques et de travailler à l’élaboration de nouveaux
outils.
4.2. COLLABORATIONS EXISTANTES / EXISTING COLLABORATIONS
Les équipes du laboratoire ont engagé de multiples collaborations nationales et
internationales dans des domaines scientifiques diversifiés montrant ainsi leur dynamisme et
leur ouverture. Les conventions établies par les équipes ainsi que les très nombreuses lettres
de soutien (voir Annexe Lettres de soutien) attestent de la richesse de ces collaborations.
Elles concernent plusieurs secteurs :
1. Le secteur universitaire : on compte actuellement près d’une centaine de conventions : 60
avec des universités européennes (Grande-Bretagne, Allemagne, Autriche Italie, Espagne,
Roumanie, Suisse, Turquie…), 40 avec le reste du monde (notamment les pays d’Amérique
latine, les Etats-Unis et le Canada, l’Inde, la Chine et le Japon. Elles concernent de nombreux
domaines recherche (art plastiques, cinéma, danse, théâtre, musique, photographie, art
51/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
numérique, littérature, psychologie, sciences de la communication et de l’information,
linguistique). Par ailleurs, on peut dénombrer plus d’une vingtaine de programmes durables
conventionnés avec des départements d’arts d’universités françaises, sans compter les
projets ponctuels nombreux dans chacune de nos disciplines.
2. Les collaborations et conventions avec les établissements français de formation
artistique – Ecoles d’arts, de cinéma, d’arts appliqués et conservatoires (art dramatique,
danse et musique). L’ensemble se monte à une vingtaine d’établissements. On compte 8
conservatoires à rayonnement national ou régional et une douzaine d’écoles d’arts et de
cinéma.
3. Les institutions culturelles françaises : il comprend, au plan régional comme au plan
national, les théâtres, les lieux d’expositions, les compagnies de danse ou de théâtre, les lieux
de diffusion. On dénombre une soixantaine de partenariats concernés par cette rubrique.
4. Par ailleurs, les équipes de notre université développent des relations de type socioéconomique avec de nombreuses entreprises de l’industrie culturelle et de l’industrie de la
création, soit à l’occasion de stages professionnels qu’effectuent nos étudiants, soit pour des
programmes ponctuels dans lesquels les étudiants (masters et doctorats) sont engagés, soit
pour des collaborations avec certains enseignants. L’ensemble se monte à près de 200
partenariats.
5. Enfin, il est nécessaire de mentionner quelques partenariats privilégiés avec des acteurs
importants du territoire. On donnera en exemple, Le Pôle Audiovisuel Nord-Est Parisien, Cap
Digital, Le Pôle d’Enseignement Supérieur avec le Conservatoire Régional d’Aubervilliers-La
Courneuve.
5. DESCRIPTION SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DU PROJET /
TECHNICAL AND SCIENTIFIC DESCRIPTION OF THE PROJECT
5.1. ETAT DE L’ART / STATE OF THE ART
Le Laboratoire des arts et médiations humaines voudrait être, en ce début de XXIe siècle, un des
lieux de renouvellement de l’art, des pensées et des pratiques humaines. Ni retour à un
« humanisme » du sujet volontaire, ni crispation sur les « limites » ou la « finitude » qui nous
seraient propres, il propose, en rapprochant intimement recherche et création, de considérer
l’art comme une « procédure de vérité » - pour reprendre une des formules bien connues
d’Alain Badiou -, au cœur d’un monde d’où l’humain ne serait pas absent, ou chassé, mais
bien présent sous toutes les formes contemporaines, technologiques, sociales,
environnementales et politiques.
Le développement incessant de la communication et l’essor des nouvelles technologies
constituent, aujourd’hui plus que jamais, les éléments déterminants dans l’évolution des arts
et la transformation de leur place au sein de la société. Le divertissement et ce qu’on a pris
l’habitude de nommer « l’industrie de la culture » jouxtent le monde artistique sans que l’on
puisse simplement définir une zone pour chaque domaine, ni une sphère claire d’intersection.
Les disciplines de la communication, qu’elles étudient les objets de l’art qu’elles les utilisent
52/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
comme supports médiatiques, créent et entretiennent une ambiguïté croissante. Les
technologies numériques, enfin, avec les innovations rapides qu’elles ont apportées, mais
aussi parce qu’elles décuplent la capacité technique du moindre amateur et qu’elles tendent à
une certaine neutralisation des matériaux, transforment en profondeur les catégories et
frontières traditionnelles de l’art.
Or l’art est un véritable mode de connaissance. Lieu par excellence de la réflexion sensible et
non discursive, il se comprend et s’analyse de façon privilégiée à partir de sa pratique et
notamment de l’acte de création. Travailler en chercheurs à de telles problématiques qui,
pour n’être pas toujours aisément explicitables, n’en sont pas moins rigoureuses, c’est la
fonction irremplaçable d’études universitaires en arts.
Dans beaucoup de pays, dont les pays anglo-saxons et nordiques, où les études supérieures
en arts sont très développées, la formation universitaire en arts intègre les disciplines
pratiques tout autant que les disciplines théoriques. Ainsi la musicologie se trouve-t-elle
présente dans les mêmes départements universitaires qui organisent et dispensent des cursus
d’études musicales d’interprétation ou de composition. Il en va de même pour les arts du
spectacle et pour les arts plastiques. La cohabitation de l’apprentissage de l’art et des
« études sur l’art » permet à l’étudiant de profiter de cours émanant de plusieurs secteurs et
de choisir à un moment donné de ses études l’une des voies proposées. De ce point de vue, la
dichotomie historique et rigide installée en France entre les études pratiques, assumées la
plupart du temps par des écoles d’art et les conservatoires, et les études théoriques
proposées par l’université, apparaît aujourd’hui dépassée. Le système manque de synergie.
Au fil du temps, il a fabriqué une incompréhension, voire une concurrence déplacée entre
deux types d’institutions qui devraient se compléter. Les récents rapprochements encouragés
par les ministères de la Culture et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche constituent
de ce point de vue une avancée certaine, et une chance pour les établissements qui
constituent le consortium des partenaires du Laboratoire des Arts et médiations humaines.
Parallèlement, les institutions universitaires d’un grand nombre de capitales ou de grandes
métropoles ont opéré une importante concentration des disciplines artistiques. Cette
stratégie correspond à la logique intrinsèque des arts, qui tend à les faire se rencontrer sur
des objets ou sur des pratiques communs, et répond à la nécessité d’une meilleure visibilité
de ces études au niveau international. L’Italie a commencé dans les années 70 avec les
DAMS (Discipline delle Arti, della Musica et dello Spettacolo), véritables unités de formation et
de recherche rassemblant les disciplines des arts, de la musique et du spectacle.
L'interdisciplinarité – obligatoire dans le cursus – y est mise en valeur jusque dans l'intitulé
des diplômes. De telles restructurations du secteur ont ensuite vu le jour aussi bien en
Grande-Bretagne qu’en Allemagne. Ainsi, depuis quelques années, Berlin s'est doté d'une
université des arts, née de la fusion entre la « Hochschule für bildende Künste » (Haute école
d’arts plastiques) et de la « Staatliche Hochschule für Musik und darstellende Künste »
(Conservatoire national de musique et des arts de la scène) : deux écoles liées historiquement
à la pratique artistique et que l’on a élargies vers la théorie et la recherche. Des enseignements
conduisant aux masters et aux doctorats leur confèrent, dans leur nouveau statut, le grade
d’université. On pourrait ici multiplier les exemples, que ce soit au Canada (Facultés des arts
de Calgary et de Québec), aux Etats-Unis (Stony Brook University de New York), ou au Japon
(University of Fine Arts and Music de Tokyo).
Les modèles d’enseignement supérieur artistique mis en place dans de nombreux pays
développés, associant l’histoire et l’analyse des œuvres, la pratique des arts, l’étude et la
recherche universitaire en arts, les techniques traditionnelles et les nouvelles pratiques liées
aux technologies numériques, constituent ainsi des pôles extrêmement attractifs pour les
53/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
jeunes artistes et les étudiants en art. Dans ce contexte concurrentiel, le Laboratoire des Arts et
médiations humaines permettra à la France de préserver les atouts majeurs que constituent
l’intérêt, l’attirance, la passion même, que déclenchent souvent sa culture de haut niveau et
son art raffiné et vivant.
En outre, les acteurs économiques aussi bien que les institutions culturelles favorisent
désormais l’articulation entre arts, techniques et sciences (sciences exactes et sciences
humaines), sur le modèle recherche-création que l’université Paris 8 promeut et défend depuis
quarante ans. Il est indispensable que l’expérience unique de nos laboratoires puisse être mise
au service de ces expérimentations aujourd’hui reconnues comme pionnières et innovantes.
Celles-ci sont actuellement développées par de nombreuses institutions étrangères, parmi
lesquelles Hexagram (Montréal – Canada), MIT Medialab (Cambridge, USA), Media Center
of Art and Design (MECAD – Barcelone), Ryerson Polytechnic University (Toronto), V2
(Rotterdam), Zentrum für Kunst und Medientechnologie (ZKM, Karlsruhe), Central Academy
of Fine Arts (Pékin), Benetton Research Center of Communication (Fabrica – Trévise, Italie),
Ars Elecronica Center (Linz), Kunsthochschule für Medien (Cologne), Internationales Kolleg
für Kulturtechnikforschung und Medienphilosophie (Weimar), Transmediale (Berlin)…
Simultanément, les recherches dans les technologies de l'images ont été portées par des
équipes françaises dans les champs artistiques et scientifiques, sans que pour autant cet
avantage ait été concrétisé par des infrastructures de recherche à la mesure de l'action : le
rôle de l'INA, dans la constitution des premiers logiciels de synthèse de l'image, du
laboratoire ATI de l'université Paris 8, des premiers programmes de télévision, en image de
synthèse (Benayoun, 1991), des premiers dispositifs signifiants faisant appel à la réalité
virtuelle et à la réalité augmentée (Shaw ,90, Mignoneau-Sommerer, 92, Benayoun, 93-94), la
recherche en génération de texte (Balpe)… tout cela a été porté par des membres du
Laboratoire et par leurs partenaires nationaux (Fuchs, Berthoz, INA...) et internationaux
(Ken Goldberg, Lynn Hersman, Jeffrey Shaw, Victoria Vesna...). Non seulement l’innovation
de la culture actuelle a été impulsée par le dynamisme des équipes fondatrices du
« Laboratoire des Arts et médiations humaines » (ATI, Paragraphe/CITU -Télescope de
Réalité augmentée, La montre Verte, Cosmopolis...), mais celles-ci contribuent aujourd’hui
activement à la fois aux avancées artistiques sur le plan international et à l'innovation au
sein des pôles de compétitivité (Cap Digital, Advancity, Systématics).
Or nous sommes aujourd’hui à un moment historique charnière du développement
technologique et de son impact sur les sociétés humaines.
En effet, au cours de ces dernières décennies, les constats d’une redéfinition par l’homme de
son rapport aux technologies dans l’usage et le développement de son pouvoir d’agir
(Rabardel, 2005) ont permis de caractériser les mutations technologiques que connaissent les
environnements et de reconnaître l’importance de la place centrale de l’homme en tant
qu’acteur, concepteur voire créateur des espaces qu’il côtoie et au sein desquels il agit. Dans
le domaine artistique, après la phase pionnière des années 1970, où seuls les artistes
plasticiens ont exploré l’interactivité, le spectacle vivant s’est emparé des potentialités
créatives de ces techniques (années 1990-2000). Depuis plus de quinze ans, l’image
interactive s’est beaucoup développée en particulier à travers la réalité virtuelle et
augmentée. Pour rendre compte de cette évolution et des avancées dans ce domaine, de
nombreux chercheurs se sont réunis pour rédiger la dernière édition du Traité de la réalité
virtuelle en quatre volumes (2006). Ce document scientifique de référence élaboré sur le sujet
recense les nombreuses disciplines impliquées dans cette technologie : l’informatique, la
téléopération, la robotique, la mécanique, l’acoustique, la psychologie expérimentale et les
sciences du comportement, l’ergonomie, la physiologie, la neurobiologie, etc., et la très grande
54/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
variété de ses applications : sciences, médecine, archéologie, art, architecture, urbanisme,
enseignement, industries, etc. Les deux articles consacrés aux arts dans cette somme, celui
d’Alain Grumbach (« Apport de la réalité virtuelle à la création artistique », 2006) et celui de
Stéphane Donikian (« L’interactivité sensorielle au service de la création artistique
contemporaine », 2006), font apparaître l’essor et la grande diversité des œuvres artistiques
en réalité virtuelle créées durant ces dernières années, et l’implication de tous les arts (arts
visuels, musique, danse, théâtre) dans ce processus. Ainsi, le chorégraphe Merce Cunnimghan
(en collaboration avec Thecla Schiphorst) a imaginé de nouvelles figures grâce au logiciel Life
Form (conçu par le laboratoire de Tom Calvert à la Simon Fraser University au Canada) ;
Nicole et Norbert Corsino ont utilisé le même logiciel pour créer des séquences mêlant
danseurs réels et danseurs virtuels (film Totempol) ; Martine Epoque a créé une chorégraphie
multimédia (Tabula Rasa), où se rencontrent danseurs réels et danseurs virtuels, grâce au
logiciel LIFEanimation du LARTech de l’UQUAM (université du Québec à Montréal). Le
corps a été utilisé comme « un matériau de composition en temps réel », dans des spectacles
où les mouvements du corps des danseurs et les signaux émis par la contraction de leurs
muscles sont captés pour participer à la génération en temps réel de la musique et d’éléments
visuels (films, photos). Dans le même mouvement, certaines œuvres interactives
multisensorielles remettent en cause la place prépondérante qui était habituellement réservée
à la vue et font intervenir simultanément d’autres sens et tout particulièrement, le sens du
mouvement (Alain Berthoz, Le Sens de mouvement, Odile Jacob, 1997). Elles associent la
contemplation à l’action, au mouvement et au geste et remettent en cause l’idée reçue que les
arts numériques sont dématérialisés et décorporalisés. Aujourd’hui enfin, les environnements
sensibles en interaction avec les arts et en réseau se répandent. Avec l’installation LifeSpacies
(Sommerer et Mignonneau, 1998) toute personne peut créer une créature par le réseau - le
texte de l’e-mail envoyé servant à définir le code génétique de la créature. Avec l’installation
Quorum Sensing (Chu-yin Chen, 2004), apparaît une interaction concertée des spectateurs
avec des créatures issues de la vie artificielle grâce à des algorithmes génétiques. L’usage
diffus d’Internet a encouragé la superposition des différents territoires qui s’entrelacent et qui
sont mis en relation de façon incertaine et discontinue. Aux territoires « réels » de la ville et
des paysages du monde actuel se connectent des territoires « fictifs » qui ouvrent de
nouveaux espaces d’activités susceptibles de réorchestrer l’ensemble des activités humaines,
économiques, industrielles, sociales, artistiques et culturelles.
Dans un avenir proche, on peut prévoir que ces environnements virtuels deviendront
intelligents, autonomes, jouables, mettant en œuvre des pratiques géolocalisées, distribuées et
partagées. Ils deviendront hybrides, c’est-à-dire fusionnant l’espace physique (urbanistique,
humain) et l'espace de données (connecté, fictionnel ou informationnel) (Zreik, 2008). Ces
milieux hybrides sont les lieux du déploiement et du développement des activités humaines,
et il importe dans ce cadre de saisir l’évolution de ces pratiques sous l’effet de ce
développement technologique et dans l’unité et la continuité des activités humaines.
Dans le champ du handicap et de l’accessibilité, de nombreuses propositions, telle la notion
de « chaîne de déplacement », ont été formulées pour concevoir l’accessibilité dans l’unité
des trajets réalisés (Ferté, 2008). Le même souci d’unification des solutions anime les
multiples législations en matière d’accessibilité numérique (AFNOR, 2008). Dans le champ
de la psychologie et de l’ergonomie, les méthodologies d’analyse systémique des ressources
(Rabardel & Boumaud, 2003) et du système des activités (Curie, 2000) visent, de façon
similaire, à rendre compte de la transversalité des moyens que construisent les personnes
pour être, agir et interagir dans la diversité de leurs lieux d’activité. La nécessité d’une
conception « centrée utilisateurs », qui associe plus étroitement les utilisateurs finaux aux
processus de conception, s’est progressivement enrichie cette dernière décennie d’une
exigence de conception à visée universelle. Cette démarche qualifiée de « conception pour
55/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
tous » (design for all) a été initialement relayée par de nombreux constats dans le champ
social de la diversité (Story et al. 1998, Stephanidis, 2000).
Penser une conception à visée universelle est une avancée notable dans la prise en compte de
la singularité des personnes potentiellement bénéficiaires. Elle demandera à être étayée au
plan de la recherche d’un modèle de l’homme en devenir, sujet en décroissance –
vieillissement, handicap – et auteur de développements dans la décroissance, mais aussi
sujet de capacité et de pouvoir d’agir, sujet créateur et polyvalent dans la durée. La place
des artistes et de l’expérimentation artistique est donc fondamentale dans cette nouvelle
orientation de la recherche. C’est elle qui déterminera la force et l’impact de ce Laboratoire
sur le plan national et international.
5.2. OBJECTIFS DU PROJET PAR RAPPORT À L’ÉTAT DE L’ART ET LIENS AVEC LA
SNRI/ OBJECTIVES OF THE PROJECT COMPARED TO THE STATE OF THE ART AND
IN RELATION TO THE SNRI
5.2.1
PRESENTATION SCIENTIFIQUE DU PROJET DE RECHERCHE/
PROGRAMME
SCIENTIFIC
Au-delà des approches historiques, esthétiques et philosophiques, et sans les exclure, le
Laboratoire des Arts et médiations humaines se veut un laboratoire de recherche
transdisciplinaire plaçant la création et l'expérimentation artistique au centre de la réflexion
sur le monde contemporain et de la construction de son avenir. Convaincus que l’art apporte
une dimension particulière, de questionnement et d’ouverture, à tout ce qui touche aux
médiations humaines, les enseignants-chercheurs, scientifiques et artistes de ce laboratoire
travaillent plus particulièrement sur ce qui relève des relations entre les arts et les
technologies, les sciences et le monde. L’articulation entre la recherche artistique d’une part et
la recherche sur les médiations humaines en milieux hybrides d’autre part fonde l’originalité
du laboratoire, assure sa cohérence et garantit ses résultats théoriques et pratiques.
Le positionnement singulier de l'université Paris 8 et son attachement indéfectible à la prise
en compte de l'humain dans sa diversité, dans ses dimensions créatives et réflexives, dans
les arts modernes et contemporains comme en sciences humaines, prédestinait cette
université à prendre l'initiative dans l'exploration scientifique de haut niveau des pratiques et
des usages en mutation qui affectent l'humain du XXIe siècle, et dont les arts constituent une
forme incontestable d'avant-garde. Paris 8 est en effet la seule université française
regroupant en son sein sept disciplines artistiques, toutes orientées à différents titres, vers la
modernité. Ce n’est pas sans raison qu’elle a engendré les premières recherches universitaires
en nouveaux médias et arts numériques, composition assistée par ordinateur, danse et
nouveaux médias…
Il n’y a pas d’art sans techniques – apprises, désapprises, détournées, inventées – , et l’art se
saisit de la technique pour la plier à son usage, transformant ainsi le monde et ses
représentations. En témoignent l’évolution des outils de création dans l’histoire des arts et
aujourd’hui l’appropriation, souvent pionnière, des technologies numériques par les artistes.
Forts de leur démarche singulière, les artistes et créateurs sont à même de se saisir de la
matière technique et technologique, de l’expérimenter, de la refaçonner, pour lui restituer sa
valeur humaine et symbolique. Resituer l'humain à l'origine des médiations et en faire leur
56/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
destinataire naturel, tel est le concept de médiation humaine (H2H, Human to Human) porté
par notre laboratoire.
L'exclusion numérique (pour des raisons sociologiques, culturelles ou liées à une situation de
handicap ou à d’autres formes de diversité) sera prise en compte de manière constante au
sein du Laboratoire des Arts et médiations humaines. Des travaux de recherche spécifiques
continueront d’être menés pour éviter cette exclusion. La question de l'accessibilité sera
présente dans les productions du laboratoire, mais aussi dans la possibilité d'accès à la
créativité.
Ces recherches ambitieuses, dont le cœur même est le mode de relation au monde propre à
l’art nécessitent d’importants moyens technologiques et humains. Elles permettront
l’émergence de créations, d’innovations, de nouveaux concepts, d’outils et de services
constituant autant de perspectives sociales, éthiques, culturelles et industrielles pour
l’économie nationale. Ainsi, le Laboratoire des Arts et Médiations Humaines contribuera au
devenir technologique et social de notre environnement, en dessinant le monde à vivre dans
ses formes les plus créatives et il renforcera le rayonnement scientifique, culturel et artistique
de notre pays.
Logique territoriale
Le projet de Laboratoire des Arts et Médiations Humaines s’appuie sur un équipement de pointe
existant et sur un EquipEx (cf. Annexe Equipement existant), dont la demande a été
déposée en 2010. L’EquipEx TELL (Réalité virtuelle, réalité augmentée, prototypes
technologiques, projection, son spatialisé, outils de prototypage rapide, plateforme
relationnelle Arts et Technologie...) est constitué d’une infrastructure d'accueil et de
démonstration, d’équipements actualisés, de salles de test à grande échelle, d’un espace
d’expérimentation, de création, d'exposition et de présentation des résultats. Il permettra
d’impulser des créations de dispositifs, formes et figures de médiation hybride (y compris
dans les arts) et de stimuler des recherches sur leurs usages. Ces équipements sont localisés à
la Cité des Sciences (universcience).
Les équipes de recherche constituant le Laboratoire des Arts et Médiations Humaines participent
au projet de création d’un Institut de recherche technologique (IRT), dont une partie sera
située au nord de Paris. L’IRT « Vie numérique» regroupera, sous l’une de ses thématiques
(« Art et Création »), des laboratoires universitaires en arts, en sciences, en sciences
humaines et sociales, des grandes écoles d’art, des musées nationaux, des entreprises dans
les industries de la création, ayant fait de la relation entre les arts et les technologies
numériques le cœur de leurs recherches et de leurs développements.
Enfin, le Laboratoire des Arts et Médiations Humaines s’intégrera dans le futur Cluster des
industries de la création, basé sur le même territoire au nord de Paris, ciblant les marchés
mondiaux à forte croissance des loisirs et imagerie numérique (cinéma, animation 3D, jeu
vidéo, design numérique, industries de l’internet) et regroupant entreprises innovantes,
providers de technologies, artistes, créateurs, établissements de formation et laboratoires
universitaires.
Soutenu par l’Etat et les collectivités territoriales, le projet de Centre universitaire des Arts
porté par l’université Paris 8 est destiné à donner une visibilité internationale à la recherche
et à la formation françaises en arts. Réunissant, comme c’est la force de l’université Paris 8,
toutes les disciplines artistiques, cet établissement viendra renforcer la nouvelle dynamique
territoriale à laquelle participent les projets de LABEX et d’EquipEx déposés par l’université
Paris 8.
57/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Le principal verrou à lever sera celui du cloisonnement : cloisonnement entre les différents
arts, entre les arts et les sciences et techniques, entre les arts, sciences et techniques et le
monde informé. Ce laboratoire interdisciplinaire regroupant des partenaires variés permettra
ce décloisonnement et l’émergence d’une pluridisciplinarité effective en acte.
Méthode
La transdisciplinarité et la porosité des frontières entre recherche, création, expérimentation
et innovation sont au fondement de notre démarche. Prenant appui sur des méthodes
expérimentales éprouvées en arts et sciences humaines (esthétique, poïétique, histoire…), le
Laboratoire des Arts et Médiations Humaines développe des approches méthodologiques
exploratoires, qui consistent, à travers l’EquipEx TELL, à confronter et à mettre à l’épreuve
savoir-faire, créations et connaissances dans des dispositifs artistiques mis à la disposition
du public et ouverts à son initiative. Ces dispositifs permettront d’expérimenter et de faire
évoluer un grand nombre d’hypothèses, concepts et propositions de recherche, issus d’une
pluralité de champs (arts, sciences de l’information et de la communication, sciences du
langage, philosophie, psychologie, ergonomie, linguistique…).
Cette nouvelle approche de la recherche approfondira une démarche initiée dans le cadre de
projets comme Le choc des langues et le monologue démultiplié, L’image de l’autre de l’humain à
l’artificiel, La dramaturgie musicale contemporaine, Contrepoint et prose musicale, Dire la sculpture
contemporaine, Image analogique et codification symbolique : le Morse, Sur-Impression, Formes de la
mobilité, HyperUrbain, projets TerraNumerica, TerraDynamica, Télescope de réalité augmentée, La
montre verte, Citypulse, The Art Collider, Urban Web Cube… Sont et ont été directement
concernés par cette double orientation : chercheurs, artistes, auteurs, historiens d’art,
philosophes, épistémologues, linguistes, architectes, automaticiens, cognitivistes,
documentalistes, ergonomes, géographes, informaticiens, ingénieurs, urbanistes…
Programme
Le programme de recherche du Laboratoire des Arts et médiations humaines explore 1) le travail
artistique en situations, 2) les problématiques articulant arts, techniques, technologies,
sciences et société ; 3) les relations transartistiques et les médiations dans le monde informé
hybridé.
Chacun des thèmes mentionnés ci-après correspond à des projets de recherche. On en
trouvera la description en annexe (cf. Annexe Fiches projets)..
I. Le travail artistique en situations
À travers la dimension du sensible et de la perception, se joue une pensée en actes, à la fois
corporelle, psychique, intellectuelle et symbolique. Les penseurs qui ont traité la question
esthétique ont souvent attiré l’attention sur la richesse imaginaire et technique se déployant
dans le domaine artistique et sur les nombreuses interactions de cette dimension avec les
autres domaines de la société. Les récents développements du secteur numérique (synthèse
de matériaux, réalité augmentée, environnement virtuel, capture de gestes, intelligence
artificielle, etc.) étendent aujourd’hui la réflexion sur les potentialités artistiques. On peut se
58/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
demander quelles sont les relations qui sont en train de se tisser entre ces nouveaux secteurs
et le travail spécifique à l’œuvre dans les arts et la société.
Cet axe du programme propose de synthétiser les recherches de ce secteur en trois volets bien
définis.
1. Processus et fonctionnement singuliers mis en œuvre dans la création
artistique
• Expérimentation et analyse des comportements propres au travail artistique,
dans les domaines de la spatialisation, du mouvement, de l’interaction numérique,
de la création collective et transdisciplinaire, des pratiques corporelles, de
l’écriture (littérature, musique, dramaturgie, plateau).
• Emergence de nouveaux outils de neuro-imagerie (caméras et capteurs permettant
d'enregistrer les mouvements avec une grande précision, d'explorer les processus
de décision, de composition et d'action, ainsi que les mécanismes en jeu lors de
l'observation d'un spectacle - « spectating »).
• Analyse philosophique des nouvelles dimensions de l’ontologie (mondes virtuels,
réalité augmentée, dématérialisation) et de nouvelles problématiques issues de la
philosophie du langage (distinction activité/passivité, caractérisations,
descriptions et modélisations de l’« action » humaine) ; épistémologie des sciences
de l’information et de la communication.
• Analyse esthétique, sémiotique et linguistique des pratiques artistiques :
immersion, sublimation, généalogie de la forme, autonomie et signification,
modularité, synesthésie…
• Exploration des relations entre activité et expérience artistiques afin d’étudier les
mécanismes impliqués dans la création artistique et les processus d'appropriation
des œuvres : approches du mouvement et de ses espaces dans la gestualité
verbale (langues des signes) et coverbale ; étude du mouvement dans la relation
gestualité/cognition/danse ; analyse des usages créatifs des œuvres et du
développement des personnes dans l’accès et la participation aux évènements
culturels et artistiques.
• Traduction et mondialisation, échanges culturels, littéraires et artistiques fondés
sur la traduction ; représentation, dramaturgie et traduction
• L’art contemporain : ses pratiques et réseaux. Les dispositifs de production,
diffusion, exposition et les nouvelles pratiques qu’ils induisent (le commissariat,
la scénographie d’exposition, les différentes formes de médiation).
• Approche philosophique pour un relevé des guises nouvelles de la sensibilité, de
la perception, de la pensée à l'œuvre dans le travail des arts et un discernement,
dans les innovations technologiques, des manières inédites d'être à l'espace
commun et au monde dans son "unidiversité."
2. Contributions à une sociologie critique de l’art
• Politique et économie du spectacle vivant, spectacles militants, art d’intervention,
polémique, représentation et travail de transgression.
• Poétique et politique de l’art, art et violence extrême.
• Images du corps social et politique dans les arts de la scène, de l’image et de la
performance (ruptures et résistances, farcesque et burlesque) ; représentation de
l’identité nationale / identité européenne ; cinéma, dispositifs de représentation et
identité - traditions et avant-garde.
• Evolution du spectateur contemporain dans la diversité des arts.
• Rôle de la critique dans les arts vivants.
59/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
•
•
Fonction de l’archive et de la mémoire dans le développement des techniques
artistiques et des approches esthétiques, dans un contexte technologique marqué
par la labilité du dispositif numérique (changement des programmes, des
systèmes d’exploitation, des dispositifs de stockage,…).
Mise en pratique d’une réflexion critique sur la place de l’art contemporain dans
l’espace social. Analyse des transformations des institutions patrimoniales
(musées, FRAC, fondations), des instances de production (centres d’art, friches,
résidences d’artistes) et des modes de diffusion (expositions événementielles,
biennales, foires / marché de l’art).
3. Nouvelles formes, nouveaux territoires du développement et de
l’apprentissage
• Formation et jeu de l’acteur au XXe siècle.
• Espace, langage et cognition, construction de l’espace, développement et
acquisition typique et atypique (chez les enfants aveugles et sourds).
• Représentations et comportements liés aux outils numériques de communication,
d’écriture et de création artistique (Internet, e.mail, vidéoconférences, forums,
chats, blogs, logiciels de création d’image, de son, de montage, d’interaction,
objets textuels non identifiés...).
• Nouveaux supports d’apprentissage associées aux outils du web 2.0 (wiki, blogs,
réseaux sociaux, forums, jeux, e-learning, etc.), tutoriels d’apprentissage qui
tendent à créer des façons radicalement différentes de penser l’éducation, dans
lesquelles les savoirs acquis en dehors de l’école peuvent être un obstacle, mais
aussi support et tremplin des apprentissages et du développement. Propositions
pour une charte d’enseignement prenant en compte ces nouveaux supports.
• Nouvelles modalités relationnelles, nouveaux schémas de communication
modifiant les représentations des individus impliqués dans des systèmes
d’apprentissage en environnement virtuel.
• Nouvelles formes de transmission des savoirs et des savoir-faire dans des
environnements 3D temps réel (systèmes immersifs).
4. Nouvelles formes de conservation et de médiation artistique
Les mutations de ces dernières décennies dans les domaines que l’on croyait
stabilisés, tels que la conservation et le commissariat d’exposition obligent à
interroger les lieux et les cadres de l’art (production, exposition, conservation,
monstration), les formes de l’exposition et de la médiation, les techniques de
conservation, d’archivage et d’accès à l’information.
• Les métamorphoses du commissaire (d’exposition).
• Conservation, numérisation et archivage : quel futur pour les œuvres du XXe et
XXI siècle ? conserver, enregistrer, préserver, restaurer. Mutation des pratiques à
l’ère numérique.
• Patrimoine et archives de la création (manuscrits de théâtre, scénarios de
cinéma) ; archives des lieux de production et de spectacle, archives des bâtiments
et des institutions (théâtre, cinéma).
• Outils d’intermédiation : in situ et hors cadre, donner à voir et comprendre.
• Scénographie et muséographie : les nouveaux enjeux de l’exposition, le propos
muséographique : mise en espace et mise en situation.
II. Art, technique, technologie, science et société
La richesse héritée des techniques spécifiques, le travail du sensible tel qu’il s’est constitué,
les processus sédimentés dans les diverses disciplines demeurent essentiels aux arts.
60/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Cependant la présence des nouvelles technologies est un des facteurs qui tendent à
transformer la manière dont l’art rend perceptible le sensible. Corollaire de cette
transformation est l’évolution des relations entre les acteurs, les créateurs, les concepteurs et
les destinataires des œuvres. L’hybridation des espaces physiques et numériques et plus
largement l’hybridation de l’écosystème humain avec le numérique conduit à une conception
post-numérique des champs exploratoires où notre environnement, même dans ses formes les
moins technologiques, voire refusant les technologies, est à penser, aussi, à la lumière des
schèmes issus du numérique.
Dans ce cadre un ensemble de questions doivent être posées : comment se manifeste le
sensible chez les artistes qui se sont pleinement approprié le numérique ? en quoi la position
des techniques dites « traditionnelles » a-t-elle évolué en conséquence ? quelle est la nature
du dialogue entre ces deux types de manifestation du sensible ?
Une des spécificités des techniques numériques est qu’elles sont sous-tendues par des
modèles scientifiques très variés qui relèvent, par exemple, de l’informatique, des
mathématiques, de la physique, de la biologie, de la physiologie, de la linguistique, des
sciences cognitives, etc. Avec le numérique, la science a pénétré au cœur de la technique,
technique et science s’entremêlent intimement. Dans ce contexte, un laboratoire des arts et
médiations humaines devra conduire une réflexion sur les conséquences de cette nouvelle
configuration sur le faire artistique et sur les usages, et ce faisant il favorisera l’appropriation
de ces techniques, l’invention de nouvelles pratiques artistiques et le développement d’outils
innovants : logiciels, interfaces, plateforme multifonctionnelle, dispositifs de monstration etc.
Pour cet axe, le programme de travail se déploiera dans cinq directions :
1. Appréhension des catégories sensibles et des matériaux artistiques
• Relations entre musique instrumentale et musique électroacoustique.
• Limites entre image-fixe et image-mouvement dans la photographie et le cinéma
contemporains.
• Exploration de nouvelles formes d’espace dans les arts contemporains (espaces
mobiles, flous, troués, composites).
• Relations geste-image-son dans les environnements virtuels dédiés à la création.
• Altérité humaine et altérité artificielle dans les arts de la scène de la Révolution à
nos jours.
2. Expérimentation et conceptualisation des potentialités artistiques du
numérique
• Rapports entre image analogique et codification symbolique dans la fabrication et
la transmission (exemple du Morse).
• Interaction entre arts numériques et arts vivants sur la plateforme PArt de
l’EquipEx TELL.
• Développement d’un « framework » ouvert d’outils et de logiciels destinés à la
création numérique.
• Formes inédites de création sur la mobilité et les technologies portables
(localisation, circonstances de l’échange et de la réception; orientation, vitesse,
mouvements, échanges sur les réseaux).
3. Expérimentation de concepts art-science laissant préfigurer les arts de demain
• La « seconde interactivité » (modèles comportementaux autonomes, théories de la
complexité, vie artificielle).
• L’ « écosophie » (nouveau paradigme épistémique axé sur les sciences du vivant,
l’organique et l’esthétique).
61/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
•
L’ « énaction » (cognition incarnée) dans le champ musical, les arts visuels et la
psychologie.
4. Approche ergonomique pour la conception d’objets communicants
• Conception d’objets communicants interconnectés, interactifs et interférentiels.
• Développement d’interfaces plus intuitives et fluides par des approches
artistiques nourrissant le design, la scénarisation et l’humanisation des objets
communicants.
• Détournement de ces objets fonctionnels à des fins artistiques.
• Conception collaborative pour et dans l’usage d’environnements de création.
5. Etude des impacts des interférences Homme / Technologie sur les activités
humaines situées : médiation cybertechnologique
• Mise en œuvre d’une méthodologie rigoureuse pour l’analyse des effets sur les
usagers des nouvelles technologies (nanotechnologies, prothèses intelligentes,
domotique, assistance technologique aux personnes aux capacités psychomotrices
réduites).
• Modification des relations humaines médiatisées par les technologies
(élargissement du réseau social, développement du maintien des relations à
distance…) ; étude de leur impact sur les sphères cognitives et émotionnelles et
analyse des facteurs en jeu dans l’usage sain ou pathologique des technologies.
III. Relations transartistiques et médiations dans le monde informé hybridé
Les relations transartistiques actuelles sont le fruit d’expérimentations interdisciplinaires
séculaires dont l’histoire s’écrit encore aujourd’hui. L’enquête historique est d’autant plus
nécessaire que l’idée avant-gardiste de tabula rasa, dans le contexte contemporain, a cessé de
fonder la réflexion et la création artistiques.
Aujourd’hui les technologies numériques nous font vivre et expérimenter de nouvelles formes
d’hybridation. Les interférences cognitives et sensibles entre l’homme et son monde informé
prennent une autre tournure dialogique et informationnelle qui modifie la production de la
connaissance et la création artistique. Elles transforment les processus de perception et de
mémoire et influencent la relation à l’héritage culturel et à la création. Dès lors, à quelles
conditions le couple hybridation / spécificité des arts permet-il d’appréhender la
configuration actuelle des pratiques artistiques ? Quel rôle y joue l’homogénéisation des
pratiques mais aussi la singularité poussée au plus loin de chaque art ? Plus généralement,
cette hybridation induit une évolution des activités humaines, une recomposition des modes
de vie et une ouverture vers des socialités intégratrices de la diversité et de la singularité,
pour l’étude desquelles l’analyse des médiations est un instrument particulièrement adapté.
Pour cet axe, les recherches menées par le laboratoire s’orientent dans trois directions
principales.
1. Archéologie du présent : l’histoire des relations entre les arts
Le domaine artistique s’enrichit, à la frontière des disciplines voisines, de sa fréquentation
intelligente avec celles-ci. Se pose ainsi la question de la collaboration entre artistes, auteurs,
mais aussi penseurs, scientifiques, ingénieurs, techniciens travaillant ensemble des matières et
des formes hétérogènes. Chaque pratique artistique est amenée à se redifférencier sous l’effet
de ces croisements, car le travail des arts engage la question des matières travaillées et
transformées (matériaux, matières, héritages, lieux, contextes, affects…). Ces processus
62/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
relèvent d’expérimentations complexes, d’inventions à chaque fois précises et localisées qu’il
convient de décrire et d’analyser afin de pouvoir les identifier, les reproduire, les
démultiplier.
Apprécier la nouveauté demande d’approfondir l’histoire des relations entre les arts.
L’exploration de certains domaines nodaux permettra d’étoffer la réflexion actuelle sur les
croisements et les hybridations :
• L’opéra et la mise en scène, la mémoire des scènes, des mises en scène et des
films, le nécessaire oubli, et l’effacement.
• L’écriture musicale et l’oralité.
• Les chevauchements et passages entre peinture, photographie et télégraphie,
l’apparition du codage de l’information.
• L’émergence du cinéma « impur ».
• Archéologie de la notion de contemporain dans la littérature.
2. Invention technique et nouvelles hybridations des arts
Dans quelles géométries peuvent se penser les créations contemporaines qui associent arts
vivants, arts de la reproduction, arts numériques, arts interactifs... ? Nos recherches visent à
dépasser une homogénéisation superficielle par le numérique entendu comme plus petit
dénominateur commun. Elles s’interrogent sur les diverses manières dont les arts peuvent
s’approprier ces outils technologiques, à partir de la réalité historique et de la
transdisciplinarité réelle des pratiques. Elles prennent en compte les manières dont les
modèles issus de ces nouvelles formes d’interdisciplinarité deviennent réappropriables hors
du champ artistique, par les sciences humaines comme par différents savoirs techniques et
industriels :
• Analyse et invention d’outils pour les formes artistiques de la mobilité.
• Esthétiques de l’hybridation technologique et de l’effrangement des arts
o hybridation analogique/digital du cinéma et de l’art contemporain, des
images animées à l’ère du numérique
o processus de création à la croisée des domaines de l’image 3D “temps
réel” interactive (jeux vidéo) et de l’image 3D “pré-calculée” (cinéma
d’animation)
o formes de la réalité augmentée : hybridation entre la simulation
scientifique et le jeu vidéo.
• Interconnexions neuves entre les disciplines artistiques
o littérature et adaptation cinématographique
o littérature et arts visuels numériques
o poésie et performance, poétique et esthétique
o musique et langage (objets musico-métriques : vers une modélisation de
la parole chantée, correspondances Texte/Musique)
o créations et transversalité dans les pratiques artistiques et culturelles
émergentes
o reproductions, inspirations, rivalités entre sculpture et cinéma, photo
et danse…
3. Inclusion et conception pour tous
• Outillage des communautés pour réduire la fracture inter-générationnelle
(mémoires digitales, web-authoring, POM Petits Objets Multimédia), renforcer
et renouveler les pratiques sociales et citoyennes (réseaux sociaux, réseaux
solidaires…)…
• Etude de l’expérience et des liens inter-générationnels en milieu professionnel
(vieillissement, développement dans la décroissance, liens seniors /
novices…).
63/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
•
•
•
•
Nouvelles formes de la lecture : impact des usages d’une bibliothèque
numérique pour le handicap (BnH) sur le retour à la lecture ; usages d’une
bibliothèque numérique pour les enfants (BnF).
Remédiation personnalisée auprès de populations en difficultés
d’apprentissage ; développement d’outils numériques fondé sur une démarche
de diagnostics et de construction de tâches adaptatives.
Usage des techniques du corps, dansées et non dansées, dans le travail social
et le monde du soin.
Médiation humaine et technologique pour un accès universel à la culture.
Le programme de travail évoqué ci-dessus montre combien le champ actuel défini par les
activités artistiques et de médiation dessine un paysage de recherche, d’expérimentation, de
création, particulièrement fécond pour penser les effets de l’émergence et du développement
des technologies du numérique et accompagner l’ouverture inexorable de l’art, à ses
frontières, sur de nombreuses disciplines (sciences exactes, sciences humaines, médecine,
sciences de la vie…). Les pratiques artistiques d’aujourd’hui, qui travaillent en profondeur les
réalités humaines et sociales, opèrent des déplacements dans les façons de penser, de sentir,
d’agir. Elles le font en questionnant non seulement la sensibilité, la perception et le
comportement, mais l’héritage sédimenté, l’histoire et les relations sociales. Ce sont ces
métamorphoses en cours que le Laboratoire des Arts et Médiations Humaines se propose
d’identifier, d’examiner et d’interroger dans toutes leurs composantes, pour faire émerger,
grâce à l’expérimentation pratique et la réflexion théorique croisées, des dispositifs innovants
de création et de comportement artistiques, pouvant conduire à des prototypes ouverts sur
des applications concrètes pour l’homme d’aujourd’hui et de demain.
Parmi les résultats escomptés, des brevets, licences et publications (prototypes, logiciels et
interfaces, nouveaux objets communicants, nouveaux dispositifs de médiation, nouveaux
types de jeux, de systèmes d’apprentissage…) seront déposés – il en est déjà ainsi
aujourd’hui. Des créations et performances, des transferts de connaissance et de dynamiques
de recherche (thèses et publications), irrigant le tissu industriel, social et culturel (colloques,
conférences, valorisation de la recherche) seront la conséquence directe des recherches. En
amont et en aval, on pourra évaluer les résultats à travers les publications, colloques,
séminaires, ateliers, travaux (masters et doctorats) émanant de ces recherches ou les
accompagnant. Bien que difficiles à cerner dans le champ artistique, les critères de réussite et
d’évaluation pourront être établis, de façon rigoureuse, à l’aune des créations
interdisciplinaires réalisées, de l’adhésion d’artistes à nos expérimentations, de la
participation du public, des prototypes, interfaces et logiciels développés. De surcroît, un
des critères pourrait être la capacité du laboratoire à attirer les chercheurs étrangers, les
artistes, les concepteurs industriels.
Positionnement du projet sur la scène internationale
Il existe en France un certain nombre de structures (comme le Studio national des arts
contemporains - le Fresnoy, l’ENSAD, l’ENSBA, la MSH de Grenoble, le Projet ARTEM de
Nancy, Nicéphore Cité de Châlons sur Saône) qui développent une politique de recherche
dans le domaine des arts et technologies. Dans le monde, les acteurs économiques aussi bien
que les institutions culturelles favorisent désormais l’articulation entre arts, techniques et
sciences (sciences exactes et sciences humaines), sur le modèle recherche-création que
l’université Paris 8 promeut et défend depuis quarante ans. Il est indispensable que
l’expérience unique de nos laboratoires puisse être mise au service de ces expérimentations
aujourd’hui reconnues comme pionnières et innovantes. Celles-ci sont actuellement
développées par des institutions étrangères comme Le Media Center of Art and Design
(MECAD – Barcelone), Hexagram (Montréal – Canada), Ryerson Polytechnic university
64/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
(Toronto), le Zentrum für Kunst und Medientechnologie (ZKM – Karlsruhe), la Central
Academy of Fine Arts (Pékin), the Benetton Research Center of Communication (Fabrica –
Trévise, Italie), MIT (Cambridge, USA), Kunsthochschule für Medien (Cologne).
Le Laboratoire des Arts et Médiations Humaines non seulement fédérera des laboratoires
ayant une longue expérience de recherche et de création avec le numérique mais réunira une
configuration de disciplines artistiques et de recherche en médiations humaines dont la
diversité est exceptionnelle. Nulle part ailleurs en France on ne trouve une telle réunion de
chercheurs et d’artistes et une complémentarité aussi stimulante pour la création.
Chaires internationales
Nous proposons la création de deux chaires internationales « tournantes ». Le projet est
d’accueillir les meilleurs chercheurs internationaux, pour des durées variables. Cette
souplesse permet une « résidence de recherche » avec mission de transmission (enseignement,
workshop, conférences). La durée de résidence pourra varier de 1 à 9 mois. Les différents
axes de recherche du LABEX seront successivement représentés. La sélection des chercheurs
invités devra être validée par le conseil scientifique.
Les deux chaires d’excellence « Arts et Médiations » envisagées pourront avoir comme
profils « Arts et Ecritures Numériques », « Arts et transdisciplinarité », « Création,
Cognition, Langage et Information », « Accessibilité numérique ». Par exemple, un des
premiers invités sollicités sur l’une des chaires d’excellence pourrait être en 2012, dans le
cadre du projet « the Art Collider » (projet ayant reçu le soutien de l'ambassade de France
aux USA, Programme PUF/FACE), Lynn Hershman Leeson, Artiste de renommée
internationale, directrice du département de cinéma à l’Art Institute de San Francisco.
Nous envisagerons également la venue d’artistes chercheurs ou de personnalités comme Peter
Sellars, metteur en scène, Gérard Mortier, directeur d’Opéra, John Neumeier, directeur du
ballet de Hambourg, Daniel Veronese, metteur en scène argentin, Lina Saneh et Rabih Mroué,
Joana Hadjithomas and Khalil Joreig, cinéastes, Ken Goldberg, pionnier de la création
artistique faisant appel à la robotique, actuellement Professeur au Berkeley Center for New
Media, Victoria Vesna directrice du Art|Sci Lab de UCLA, Tim Murray, Directeur de The
Society for the humanities et directeur du Rose Goldsen Archive of New Media Art, Cornell
Library, université de Cornell (NY), Jeffrey Shaw directeur du Center for Interactive Cinema
Research (iCinema) à l’université de Sidney (UNSW)…
5.2.2
VALORISATION, TRANSFERT ET EXPERTISE/
TRANSFER AND EXPERTISE
EXPLOITATION OF RESULTS,
Les questions de valorisation sont au cœur de ce LABEX. En sciences humaines et sociales,
elles regroupent des réalités plurielles, qui vont de la diffusion pure et simple des
connaissances scientifiques, jusqu’à leur exploitation commerciale.
Les différents axes du programme de recherche donnent tous lieu à une valorisation
traditionnelle des résultats telle que développée dans les fiches projets en annexe : ce sont
autant de colloques internationaux, de publications individuelles ou collectives, de numéros
spéciaux dans des revues, de manifestations scientifiques et artistiques, de journées d’étude
qui sont d’ores et déjà prévus.
En parallèle à ces projets de valorisation indispensables à la communication entre chercheurs
et au développement scientifique comme à la dissémination des résultats, une politique de
valorisation et de communication ambitieuse doit être mise en place afin d’assurer aux
recherches menées dans le LABEX une visibilité mondiale et positionner ce dernier comme un
65/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
acteur incontournable aussi bien au niveau de la recherche internationale qu’au niveau des
entreprises ou du grand public. Cette valorisation se veut elle aussi innovante puisqu’elle
bénéficiera directement des expérimentations du LABEX et s’articule autour des points
suivants :
- Des structures de communication et de valorisation modernes et multilatérales
Création d’une plateforme de communication en ligne bilingue Fr/An sur le LABEX : ce site
internet fonctionnera comme un portail donnant accès aux sites des partenaires et aux
différentes ressources (bases de données, articles, vidéo des conférences, retransmission en
direct de symposiums, revues en lignes, applications numériques…). Il sera à la fois une
vitrine du LABEX, un outil de communication et un lieu de dissémination des savoirs en
direction de la communauté scientifique, des entreprises et du grand public. En donnant
accès aussi bien à l’actualité événementielle du LABEX qu’à des articles de fond ou de veille,
il devrait rapidement s’imposer comme un agent essentiel de la recherche.
Création d’une cellule de communication et de valorisation spécialisée dans la diffusion des
savoirs et des compétences du LABEX. Il s’agit de coordonner de façon cohérente les
différentes étapes du projet de recherche en assurant aux différents partenaires un soutien
logistique de pointe en matière de communication et de valorisation. Pour sa partie
communicationnelle, elle sera dotée de 4 personnes ressources spécialisées dans la
communication scientifique (gestion et actualisation de la plateforme en ligne, communication
interne entre les différentes unités de recherche du LABEX, captation et traitement des
supports visuels, attaché de presse en charge des relations avec les médias et les réseaux
journalistiques nationaux et internationaux). Il faudra y rajouter un(e) référent(e) en matière
de médiation scientifique avec pour fonction de concevoir et d’organiser des manifestations à
destination du grand public (scolaires, sociétés savantes, etc.), en lien notamment avec les
CCSTI régionaux.
Les compétences technologiques développées dans le LABEX permettront à ce dernier de
bénéficier des dernières innovations en matière de communication et d’application
interactives. Des applications téléchargeables pour smartphone ou tablette électronique
donneront accès à l’actualité événementielle du LABEX ainsi qu’à de courts articles
scientifiques en français et en anglais. Ces applications devront prendre en compte la
diversité des usagers potentiels et le respect des normes existantes d’accessibilité.
- La valorisation scientifique des travaux et compétences du LABEX
Des moyens conséquents seront dédiés à la diffusion du savoir scientifique et une politique
dynamique de publication sera inaugurée :
- Création d’une conférence internationale annuelle sur les axes de recherche du LABEX
avec un comité de lecture. Elle sera vraisemblablement labellisée par ACM et IEEE
pour la doter d’une visibilité et d’une reconnaissance à l’échelle mondiale et
accompagnée naturellement d’un plan médias.
- Création d’une revue en ligne et imprimée dont l’ambition est d’être dans un premier
temps classée à échelle nationale puis internationale dans un domaine où les revues
reconnues éditées en France sont quasiment inexistantes. En effet, il n’existe aucune
revue classée portant de façon exhaustive sur l’ensemble des disciplines artistiques. Il
s’agit donc de proposer à la communauté scientifique un espace unique de
communication pluridisciplinaire sur les arts prenant en compte les dimensions
esthétiques, historiques, sociales, mais aussi technologiques. Afin d’assurer le
66/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
classement et la renommée de la revue, cette dernière bénéficiera de comités
scientifique et de rédaction internationaux.
- Création d’une collection, dans une grande maison d’édition, pour la publication des
essais articulant à la fois des publications disciplinaires (théâtre, cinéma, linguistique,
danse, psychologie, etc.) et des volumes transversaux à vocation pluridisciplinaire.
Un budget illustrations, couverture et mise en page devrait permettre à ces
publications de pouvoir rivaliser avec celles des grands éditeurs scientifiques
internationaux, notamment les presses des universités américaines.
Pour conduire à bien ces projets, une cellule publication sera intégrée à ce LABEX et se
composera au moins de 4 personnes ressources (rédaction/édition, maquettiste/
infographiste, fabrication, traduction).
Le LABEX encouragera parallèlement les jeunes chercheurs à publier systématiquement leurs
travaux et valorisera les thèses au moyen des actions suivantes :
- Prix de thèse et publication destiné aux thèses encadrées par les différents
partenaires.
- Prix de thèse et publication ouvert à l’international sur les thèmes du laboratoire afin
de stimuler l’attractivité du centre auprès des jeunes chercheurs travaillant sur les
thèmes spécifiques du centre.
Enfin, pour protéger les savoir-faire ainsi que leurs retombées économiques, un juriste sera
recruté. Il aura pour mission la gestion des dépôts de brevet nationaux et internationaux, et
la mise en œuvre de la charte de déontologie des publications garantissant la dimension
novatrice et l’éthique des travaux publiés par le LABEX. Il s’agit autant de protéger
juridiquement les résultats du LABEX que de pouvoir certifier l’originalité scientifique des
travaux, accompagner juridiquement les enseignants-chercheurs dans le dépôt de brevets,
participer activement à la lutte contre le plagiat et sensibiliser la communauté scientifique
internationale sur le sujet.
- Valorisation scientifique et transfert en direction des entreprises et du monde de l’art
Création d’un incubateur de projets artistiques (voir le détail en 5.4)
Créations d’évènements dédiés aux entreprises (université d’été, tables rondes, conférences,
biennale de l'innovation…) afin mettre en valeur les recherches du LABEX et dynamiser le
dialogue Laboratoire/entreprises.
Les travaux de recherche en arts et sciences humaines et sociales dans leur transversalité vers
d’autres secteurs d’activité (handicap, éducation, etc.) informent et transforment l’activité
des entreprises et des associations. Cette transformation opère par différents biais : le
recrutement de jeunes chercheurs dans les structures artistiques ; l’appel à des missions de
conseils, d’audit, d’observation, etc. ; et à l’inverse, l’inscription de professionnels dans nos
formations.
De nombreux chercheurs du laboratoire sont déjà sollicités pour différents types d’expertises
(commissions de subvention, expertises scientifiques, comités de pilotage, etc.). Nous avons
fréquemment à résoudre des problèmes techniques très diversifiés et dont l’expertise se
trouve souvent très concentrée (c’est le cas sur les questions techniques d’accessibilité, par
exemple). Ces expertises font l’objet d’une convention entre l’université et l’entreprise via le
SAIC et sont source de financement des équipes d’accueil. Le LABEX tentera de promouvoir
une politique de relations fructueuses d’échanges avec les entreprises dans l’objectif de
valoriser la création de connaissances et son transfert dans l’activité économique. Il
67/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
développera des recherches sur des questions innovantes, assurera la qualification et
l’expertise « de pointe » sur l’ensemble des domaines de recherche du laboratoire. Il s'agira
par exemple de pouvoir conseiller les politiques industrielles, culturelles et économiques
locales, d’informer les pouvoirs publics en matière d’action artistique, de diffusion des
contenus et normes technologiques, etc.
- Médiation et diffusion des connaissances en direction du grand public et de la société
civile
Création de cycles de conférences annuels ouverts au grand public sur le mode de
l’université du temps libre, de l’université de tous les savoirs, les conférences de la Cité des
Sciences, s’appuyant sur les partenaires du LABEX (Universcience, Centre Pompidou…) et
pouvant faire l’objet d’autres collaborations. Ce cycle de conférences sera également ouvert
au titre de la formation permanente des salariés du secteur public (formation continue des
rectorats de Créteil et Paris, ou des écoles d’art dépendantes du ministère de la Culture).
L’enjeu est à la fois la divulgation scientifique et la formation des jeunes chercheurs aux
métiers de la culture.
Expositions, programmations, démonstrations scientifiques et artistiques destinées au grand
public, aux enseignants et élèves du primaire et secondaire.
Au-delà de la plus-value scientifique inhérente au programme de recherche, la politique de
valorisation envisagée devrait permettre au LABEX d’intensifier des relations déjà existantes
avec les entreprises et les pouvoirs publics, de susciter une image positive du Laboratoire
auprès du grand public et faire de ce dernier un élément moteur de la recherche internationale
en arts et médiations humaines.
5.2.3
ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, INSERTION / HIGHER EDUCATION, INTEGRATION
INTO THE WORKPLACE
L’encadrement des étudiants de niveau master et doctorat
L’encadrement des étudiants est une priorité du LABEX et repose sur des compétences
antérieures éprouvées par une offre de formation riche proposée par les équipes fondant le
LABEX ainsi que par les trois écoles doctorales impliquées dans le projet. Les étudiants de
master et de doctorat seront invités à participer activement aux journées d’études et aux
colloques organisés par le LABEX et ses partenaires nationaux et internationaux. Ces
manifestations seront organisées pour favoriser un croisement des approches, pour soutenir
les doctorants dans leurs projets de recherche et les amener le plus tôt possible vers une
valorisation de leurs résultats au niveau national et international (notamment par des
publications dans des revues scientifiques à comité international et des participations à des
congrès internationaux). Certaines journées d’étude spécifiquement destinées aux étudiants
de master et doctorat et préparatoires aux manifestations scientifiques internationales,
seront prévues afin de permettre aux étudiants de s’investir très concrètement dans les
thèmes de recherches développés. A cet effet seront également organisés des colloques
annuels de jeunes chercheurs. En outre, des séminaires de master et des séminaires doctoraux
reprendront les thématiques de recherche développées dans le projet scientifique. Un
séminaire doctoral mensuel sous forme de conférences invitées permettra aux étudiants de
prendre la mesure pluridisciplinaire des recherches et de suivre les travaux des différents
axes du programme. Des cotutelles avec les partenaires internationaux du LABEX seront
particulièrement favorisées. Afin que les thèses puissent s'effectuer dans les meilleures
68/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
conditions, le LABEX soutiendra financièrement les doctorants grâce à 6 contrats doctoraux
qui viendront s'ajouter à ceux dont bénéficient déjà les partenaires.
Le Collège doctoral LABEX Arts-H2H : « art and human mediations as research »
En supplément de ces activités accessibles à tous les étudiants en master et doctorat engagés
dans les formations portées par les partenaires du LABEX, nous mettrons en place un collège
doctoral : il s’agira d’une formation d’excellence s’adressant à des étudiants doctorants dont
le projet de thèse s’inscrit dans un axe du LABEX et dont le potentiel aura été avéré par leur
cursus antérieur. Le collège doctoral Arts-H2H entend développer une activité
pluridisciplinaire, multinationale et multilingue de formation à la recherche privilégiant les
approches comparées et le croisement des disciplines en arts et sciences humaines. Les axes
de recherche principaux du projet scientifique du LABEX constituent les thèmes retenus pour
ce collège doctoral. Les projets de recherche et de formation impliqués dans le LABEX
donneront lieu à un travail de réflexion et de recherche sur les questions théoriques et
pratiques soulevées par le développement d’une synergie entre création et recherche dans le
champ des arts et de la médiation humaine.
L’implication du laboratoire au sein des écoles doctorales et des masters
Les étudiants des différents masters et les doctorants suivent des formations au sein de trois
écoles doctorales à l’université Paris 8 : ED Cognition, Langage, Interaction ; ED Esthétique,
Science et Technologies des Arts ; ED Pratiques et Théories du Sens. Pour les formations qui
seront assurées dans le cadre du Laboratoire, les procédures de délivrance des diplômes
passeront par les Ecoles doctorales. Celles-ci seront représentées à travers les équipes de
recherche impliquées dans le Laboratoire, qui veillera au rayonnement international des
formations existantes en développant en particulier des formations transversales.
Master :
Les masters adossés au LABEX bénéficieront de son impulsion à travers le renforcement,
notamment sur le plan international, de formations existantes. En effet, le laboratoire
permettra de renforcer les liens avec la communauté scientifique internationale et de ce fait la
mise en place de plusieurs projets de masters Erasmus Mundus. D’autre part, et surtout, des
spécialités transversales pourront être constituées, répondant à la fois aux nouveaux enjeux
de recherche qui sont l’objet du LABEX et aux enjeux sociaux, économiques et culturels
actuels. Le LABEX favorisera ainsi la mise en place de nouvelles formations grâce aux
collaborations des chercheurs engagés dans les différents axes scientifiques du projet. Ces
nouvelles formations répondront à des demandes en émergence sur le marché du travail.
Comme illustration d’un parcours transversal au sein d’une formation déjà existante, nous
proposons la création d’un parcours au sein du Master de littérature « Textes Langues
Théories », formation interdisciplinaire adossée à d’autres équipes. Le développement de la
spécialité « Médias » de ce master renforcera la synergie entre ces EA. Ce développement
s’appuiera sur une collaboration avec les enseignants investis dans les Masters « Création et
édition numériques » et « Numérique : enjeux et technologies » adossés à l’ED « Cognition,
Langage, Interaction », ainsi qu’avec des éditeurs. Le master en médias numériques du
Georgia Institute of Technology (School of Literature, Communication and Culture) sera
également associé à ce projet via des conférences invitées.
Comme exemples de création de spécialités au niveau master qui rencontrent l’émergence de
nouveaux métiers, tout en répondant également à des métiers existants : un master
transartistique qui traversera tous les domaines de l’art et du numérique et sollicitera les
69/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
partenariats nationaux et internationaux de l’université Paris 8 ; un Master "Innovation,
Création, Conception & Usages" pour former des spécialistes de conception et de conduite
de projet, s'inscrivant dans une perspective transdisciplinaire associant l’ergonomie, les
sciences de l’information et de la communication et la création artistique pour faire face au
paradoxe actuel d’hybridation homme-technologie et d’écart grandissant entre les attentes
des destinataires et les usages réels (ce dernier commence à être testé au sein l’université
Paris 8 dans le cadre des spécialités NET et CCP) ; un Master « Gestion des réseaux
sociaux » pour former des administrateurs de réseaux sociaux sur le Web (les diplômés
auront les compétences des réseaux sociaux, la gestion du groupe et de e-marketing) ; un
Master « Exploration et intelligence du Web » pour former ses étudiants dans les différentes
méthodologies quantitatives et qualitatives visant à étudier les comportements, idées,
besoins et préférences des usagers de sites, de services de réseautage social, de médias en
ligne, etc. ; un Master « Médiations numériques pour les apprentissages » pour former des
professionnels à concevoir et à conduire des remédiations reposant sur des outils numériques
(tutoriels d’apprentissage), visant notamment des populations à besoins éducatifs
particuliers.
Doctorat :
Les formations doctorales constituent un élément fondamental du rayonnement scientifique
de l’université Paris 8, notamment par le fait d’un nombre important de doctorants
étrangers. Les formations du Laboratoire seront des leviers pour les écoles doctorales de
l’université Paris 8. Ainsi, des formations internationales seront mises en place au niveau
doctorat en collaboration avec les partenaires du Laboratoire. Comme exemple de formation
doctorale : Doctorat franco-canadien « Sémiotique du numérique ». Fondamentalement
transdisciplinaire et internationale, cette formation doctorale d’excellence sera ouverte à des
étudiants issus des masters 2 intégrés dans le laboratoire ainsi qu’à des étudiants de
l’UQAM (Canada), université partenaire de cette formation.
La mise en place de projets pédagogiques innovants, par exemple sous la forme d’une
chaire :
Les chaires d’excellence évoquées en 5.2.1. renforceront les formations et les recherches déjà
existantes sur les thématiques transversales et participeront à l’encadrement des doctorants
du collège doctoral LABEX.
La Plateforme relationnelle Arts et Technologie de l'EquipEx TELL permettra des formes
innovantes d'enseignement pratique, par l'expérimentation et la recherche croisées dans des
domaines où la technologie et les pratiques qu'elle induit ne cessent d'évoluer. L'équipement
sera utilisé dans le cadre (i) des recherches collectives et individuelles, (ii) des
expérimentations interdisciplinaires, (iii) des créations et performances, accueillant un
public, par exemple lors de conférences de partenaires invités, (iv) des diffusions in situ ou
hors site. Il accueillera des doctorants et jeunes chercheurs et des artistes invités.
Cette plateforme favorisera le développement des thématiques situées au croisement des
champs disciplinaires engagés dans le LABEX (arts, sciences et techniques, sciences
humaines), afin d’impulser de nouveaux savoirs, élaborer de nouveaux outils technologiques
(logiciels, interfaces...) et favoriser l'insertion professionnelle dans les domaines les plus
innovants.
Cet enseignement s’appuiera également sur le SAS RVR de l'EquipEx TELL en complément
nécessaire des équipements déjà conséquents des laboratoires ATI et Paragraphe/CITU qui
permettront le développement de formes avancées d'enseignement pratique.
70/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
L’Enseignement à distance et les nouvelles pratiques pédagogiques fondées sur les
technologies les plus avancées (réalité virtuelle, réalité augmentée), domaines dans lesquels
l’université a déjà une expertise importante, permettra de donner aux formations du LABEX
un rayonnement national et international. Cet enseignement s’appuiera sur les dispositifs
existants et les équipements d'excellence.
La préparation des étudiants à leur futur métier, dans l’enseignement supérieur et la
recherche comme dans le monde de l’entreprise.
Outre les formations innovantes inscrites dans le projet, le Laboratoire mettra en place une
stratégie pour le financement des doctorants. Elle consiste à travailler en étroite collaboration
avec les entreprises nationales et internationales en proposant des sujets de recherche
innovants à retombées économiques potentielles ; à répondre à des appels d’offres nationaux
et internationaux avec nos partenaires ; à développer des ateliers et des formations
spécifiques aux professionnels relatives aux évolutions des méthodes et des pratiques ; à
déposer des brevets. Ces activités constituent un capital pour financer des doctorats et
favoriseront l’insertion des diplômés.
Les étudiants seront invités à participer aux activités de valorisation et dissémination des
travaux afin de s’initier aux problématiques de communication propres à la recherche. Il
s’agit d’ouvrir les étudiants à des territoires professionnels articulés avec la recherche :
édition scientifique, communication numérique, organisation d’expositions, relations avec les
médias spécialisés et grand public. A cet effet, il sera possible de s’appuyer sur l’expérience
en la matière de certains des diplômes adossés au laboratoire, qui préparent déjà les
étudiants aux métiers de la valorisation scientifique et artistique.
La préparation des étudiants aux métiers de l’enseignement et de la recherche et de la
recherche et développement s’appuiera en particulier sur les activités du collège doctoral
LABEX et sur les activités en relation avec les acteurs du monde professionnel, mais
également sur la participation des jeunes chercheurs aux congrès internationaux et nationaux
prévus dans le cadre du projet scientifique. Au niveau des formations de master, des cursus
postdiplôme (type stages et résidences) seront mis en place pour permettre aux étudiants de
poursuivre des projets scientifiques et/ou artistiques en fin de cursus de 3ème cycle,
s’appuyant sur les nombreux partenariats privilégiés avec des entreprises et des institutions
culturelles déjà en place. Nous prévoyons également de renforcer et de développer des
partenariats reposant sur des bourses CIFRE, qui sont déjà pratiqués dans certaines
formations.
.
5.2.4
GOUVERNANCE DU LABEX/ GOVERNANCE
La gouvernance du LABEX sera assurée par un conseil stratégique définissant la politique
de recherche après avis ou sur proposition d’un conseil scientifique composé de chercheurs et
enseignants-chercheurs. Un comité de pilotage restreint sera l’instance exécutive du LABEX.
Le conseil stratégique
Le conseil stratégique définit, sur proposition ou après avis du conseil scientifique, la
politique de recherche du LABEX. Il est composé :
- des présidents ou directeurs des institutions partenaires – nommées ci-dessous
membres fondateurs – ou leurs représentants
- de quatre personnalités extérieures qualifiées.
Le conseil stratégique est présidé par le président de l’université Paris 8, assisté de deux
vice-présidents élus par le conseil scientifique.
71/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Le conseil stratégique, statuant à la majorité des trois quarts de ses membres en exercice,
peut accepter de nouveaux partenaires du LABEX. Chaque nouveau partenaire dispose d’un
représentant au sein du conseil stratégique, dont le nombre est augmenté d’autant.
Les quatre personnalités extérieures qualifiées sont désignées selon des modalités prévues
par un règlement intérieur. Dans l’attente de l’adoption du règlement intérieur et de la
désignation des quatre personnalités extérieures qualifiées et pendant une durée qui ne peut
excéder un an, le conseil stratégique peut valablement siéger en l’absence de ces
représentants. Les personnalités qualifiées sont choisies à la majorité des deux-tiers par les
membres fondateurs en raison des compétences qu’elles possèdent au regard de l’objet du
LABEX. Elles ne peuvent appartenir à un membre fondateur.
Le conseil se réunit sur convocation de son président aussi souvent que l’intérêt du LABEX
l’exige et au moins deux fois par an, ou à la demande d’un quart au moins de ses membres.
Le conseil stratégique délibère valablement si la majorité de ses membres en exercice sont
présents ou représentés. Si le quorum n’est pas atteint, il est procédé à une nouvelle
convocation dans les conditions qui sont précisées par le règlement intérieur.
Les délibérations du conseil sont prises à la majorité des suffrages exprimés. En cas de
partage égal des voix, la voix du président est prépondérante.
Il est tenu un procès-verbal des séances, qui est signé par le président.
Toute personne dont l’avis est utile, peut être appelée par le président à assister, avec voix
consultative, aux séances du conseil.
Le conseil stratégique règle, par ses délibérations, les affaires du LABEX, notamment :
• Il approuve la stratégie de développement, arrête les orientations pluriannuelles et le
programme d’action annuel du LABEX et veille à leur exécution
• Il se prononce sur les conventions conclues avec les collectivités territoriales,
entreprises, associations ou établissements ou organismes de recherche
• Il répartit les moyens alloués au LABEX, conformément aux engagements initiaux
• Il adopte le rapport d’activité sur sa situation scientifique, morale et financière
• Il adopte le règlement intérieur, cette décision étant prise à la majorité des deux tiers
des membres en exercice.
Le conseil stratégique peut créer des comités chargés de l’assister ou d’assister le directeur du
comité de pilotage. Leurs attributions, leur organisation et leurs règles de fonctionnement
sont fixées par le règlement intérieur.
Le directeur du comité de pilotage assiste de droit aux séances du conseil stratégique.
Le comité de pilotage
Le comité de pilotage est composé du directeur du laboratoire, du responsable scientifique,
de deux directeurs adjoints désignés, sur proposition du directeur, par le conseil stratégique,
après avis conforme du conseil scientifique, des deux vice-présidents du conseil stratégique.
Le comité de pilotage est assisté par un secrétaire général, un administrateur de projets
(ingénieur de recherche) et un chargé de mission.
Le comité de pilotage met en œuvre les orientations scientifiques et les délibérations du
conseil stratégique et assure la gestion du LABEX.
Le conseil scientifique
Il est composé :
72/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
-
des directeurs des équipes de recherches membres du laboratoire ou leurs
représentants
- d’un représentant (enseignant-chercheur ou chercheur, artiste-chercheur) de chacune
des institutions partenaires (grandes écoles, conservatoires ou instituts)
- de six personnalités qualifiées, dont trois de nationalité étrangère, reconnues pour
leur excellence artistique, élues par le conseil scientifique pour une durée de quatre
ans
- de trois représentants des doctorants élus par le collège des doctorants.
Le conseil scientifique détermine les orientations scientifiques du laboratoire. Il se prononce
sur la qualité des programmes de recherche envisagés ; il évalue leurs résultats ; il rédige le
rapport scientifique d’étape après évaluation de la progression des projets en cours. Il
transmet son rapport et ses évaluations au comité de pilotage et au conseil stratégique.
Le conseil scientifique élit son président parmi ses membres. Il se réunit, sur convocation de
son président, au moins trois fois par an. Le président du conseil scientifique assiste aux
séances du conseil stratégique avec voix consultative.
5.2.5
ATTRACTIVITE/ATTRACTION
Le rayonnement du LABEX est prévu sur trois volets stratégiques
1. Une philosophie de développement et de production artistiques et scientifiques
fortement attractive car innovante et en harmonie avec les nouveaux espaces
hybrides et les nouvelles temporalités.
Le Laboratoire des Arts et médiations humaines propose une vision originale (et expérimentée)
de la recherche transdisciplinaire que l’on peut qualifier d’avant-gardiste où création et
expérimentation artistique se trouvent au centre de la réflexion sur le monde contemporain et
la construction de son avenir.
Le laboratoire adopte une architecture scientifique qui s’appuie
complémentaires (cf. projet scientifique) :
I. Le travail artistique en situations
II. Art, technique, technologie, science et société
III. Relations transartistiques et médiations dans le monde informé hybridé
sur
trois
axes
Cette architecture est entièrement ouverte à tout ce qui touche aux médiations humaines.
Cette fédération de chercheurs, scientifiques et artistes offre une nouvelle ère des relations
entre les arts, les technologies, les sciences et surtout le monde hybridé.
Cette vision « perçue risquée et pertinente » de la recherche qui est centrée sur l’Homme qui
évolue dans des milieux hybrides rend le laboratoire fort attractif pour tout chercheur
convaincu que nous sommes déjà dans la société de l’innovation et de la transdisciplinarité.
Nos partenaires actuels et potentiels ont vivement salué ces articulations, tant réclamées
depuis bien longtemps, et leurs lettres de soutien (cf. Annexe Lettres de soutien) en
témoignent.
2. Une politique de valorisation et de communication internationale adaptée aux
nouvelles architectures du monde informé
73/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Comme nous l’avons déjà signalé (cf. partie valorisation : 5.2.2) nous développons une
politique de valorisation basée sur les espaces de communications classiques, parfois
augmentés, tels que :
- l’accueil et l’organisation des colloques / manifestations artistiques internationaux et
hybrides (faisant appel aux dernières technologies de diffusion et d’interaction
(Exemples : C.A.C, HyperUrbain, H2PTM, 01Design, Futur en Seine...)
- l’aide aux publications (bilingue ou multilingue) individuelles ou collectives,
permettant une meilleure visibilité des travaux artistiques et scientifiques du
laboratoire (Exemples de revues dirigées par les chercheurs du laboratoire : OJDST,
RIHM...)
- l’organisation des journées d’étude disciplinaires et transdisciplinaires permettant de
confrontations (e-confrontation y compris) régulières entre les chercheurs et les
auditeurs (utilisateurs, consommateurs ou futurs chercheurs), comme par exemple les
journées Cross médias.
Une politique de communication ambitieuse sera mise en place (cf. 5.2.2) et sera dotée
également d’un savoir-faire en sciences et technologies de la conception et la diffusion de
l’information. La présence des formations et des chercheurs d’excellence en cette matière au
sein du laboratoire permettra indiscutablement une meilleure insertion dans le monde
hybridé.
La participation des enseignants-chercheurs de notre laboratoire à des projets d’IRT (Institut
de Transferts de Technologies) assure une visibilité accrue des travaux du laboratoire auprès
des partenaires privés et industriels.
L’attractivité exige une stratégie de communication ouverte et évolutive, donc une équipe sera
dédiée à cette tâche.
3. Un lieu pouvant accueillir dans les meilleures conditions des chaires d’excellence,
des chercheurs à fort potentiel artistique et scientifique et surtout d’excellents
étudiants venant de formations de très haut niveau.
Le laboratoire devra disposer d’un lieu de type campus cultivant création et innovation dans
les domaines artistiques et scientifiques. Certaines formations universitaires auront lieu dans
ce campus et seront assurées en partie par des chercheurs étrangers de renommés
internationale qui y effectueront des séjours long (minimum trois mois). Cette pratique est
courante (Canada, USA, Pays Bas, Tunisie, Brésil…), mais elle est un peu limitée par les
moyens humains, technologiques et financiers mis à disposition.
Pour attirer davantage de chercheurs à fort potentiel, de post-docs et d’étudiants, nous
prévoyons :
 de disposer des moyens financiers pour transformer une partie de nos relations de
coopération en Chaires Invitées, post-doc., contrats doctoraux
 d’offrir les moyens pour développer des projets innovants réactifs adoptant une
démarche de prototype et d’expérimentation en grandeur réelle (participations à 2
projets EquiEx)
 de développer les formations internationales bilingues pouvant accueillir et garder des
étudiants de haut niveau. Le budget du LABEX prévoit des bourses et des budgets
d’accueil et de déplacements des étudiants.
74/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
5.3. STRATEGIE DES ETABLISSEMENTS TUTELLES/ STRATEGY OF THE SUPERVISING
INSTITUTION
L’université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis soutient la proposition de création du LABEX
Arts et médiations humaines qu’elle présente au nom de plusieurs de ses laboratoires et
d’institutions avec lesquelles elle entretient de solides et fructueuses collaborations.
L’université Paris 8 considère que ce laboratoire représente un enjeu de première importance
pour l’orientation de ses recherches et de ses formations.
Ce projet de laboratoire s’inscrit dans un programme fédérateur et cohérent, qui se décline
également en une demande d’équipement d’excellence (projet Tell), portée par Paris 8 et en
un projet de création d’IRT Vie numérique, porté par le pôle de compétitivité Cap Digital et
l’université Paris 8. Ce programme repose sur une approche interdisciplinaire des
phénomènes artistiques, déclinés dans les différents arts, et des processus créatifs centrée
sur l’anticipation des effets et de l’utilisation des ressources numériques dans leurs
dimensions artistique, cognitive, sociologique, psychologique et psychosociale.
Le Laboratoire des arts et médiations humaines s’inscrit dans une ambitieuse stratégie de site
développée au nord de Paris, notamment autour de la Fondation Condorcet, Universcience,
l’Ecole Nationale Supérieure Louis-Lumière, les deux conservatoires nationaux supérieurs de
danse et de musique, le « 104 », la MSH Paris Nord, visant à créer un ensemble de recherches
unique permettant aux communautés scientifiques et aux artistes de réaliser des avancées
importantes pour la recherche et la création, en synergie avec les entreprises et les publics.
Le projet participe au développement d’une méthodologie de recherche et de technologies
innovantes à travers lesquelles les enseignants-chercheurs, les artistes, les usagers ou le public
œuvrent de concert pour promouvoir une culture commune de fréquentation et participation
à la création artistique par la pratique et le développement de nouvelles technologies. Le
soutien apporté par l’université Paris 8 au projet de LABEX Arts et médiations humaines est
conforme à ses choix scientifiques, qui privilégient l’interdisciplinarité, les objets et axes de
recherche novateurs. S’inscrivant dans la logique des demandes d’équipement d’excellence et
d’IRT, cette demande de laboratoire s’appuie sur l’existence, au sein de l’université Paris 8,
de la plus importante école doctorale française dans le domaine des arts (« Esthétique,
sciences et technologies des arts »), qui comprend l’ensemble des disciplines artistiques, et au
sein de laquelle sont particulièrement développées des recherches sur les relations entre
créations artistiques, outils numériques et réflexions théoriques.
Ce projet est porté par plusieurs équipes d’accueil classées A et A+, spécialisées dans les
domaines du développement des technologies numériques et des usages dans les domaines
de la cognition humaine et artificielle, de l’informatique et du handicap, de l’ergonomie, de la
communication numérique et par l’UMR « Structures formelles du langage » dont les
enseignants-chercheurs sont spécialisés dans le domaine des acquisitions et des relations
entre langage, gestualité et espace.
Dès la première année, Paris 8 inscrira dans ses maquettes de formation les masters ainsi que
les formations doctorales prévus dans le programme du LABEX. L’université fléchera chaque
année une allocation de recherche et attribuera, en plus des chaires mentionnées, un poste
d’enseignant-chercheur affecté au LABEX. Le service de la valorisation et ses deux ingénieurs
de recherche seront mis à disposition du LABEX, qui bénéficiera également du soutien du
service de la communication.
75/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
L’université Paris 8 tient à souligner la qualité de son partenariat avec les institutions de très
haut niveau scientifique et de formation qui apportent leur soutien au projet et partagent la
même détermination ou volonté de bénéficier et de faire bénéficier rapidement l’ensemble des
partenaires des avancées artistiques, technologiques et sociales qui en sont attendues.
L’ensemble des partenaires réunis au sein de ce laboratoire forme un consortium d’excellence
associant l’université Paris Ouest-Nanterre-La Défense, de grandes écoles d’art (Ecole
Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, Conservatoire National Supérieur d’Art
Dramatique, Centre National de Danse Contemporaine, Ecole Nationale Supérieure LouisLumière), des structures scientifiques et culturelles d’envergure internationale (le Centre
Georges Pompidou, la Réunion des Musées Nationaux, Universcience, le Centre Georges
Pompidou Metz, les Archives nationales, le Centre National des Ecritures du Spectacle, la
Bibliothèque nationale de France). D’autres institutions et écoles supérieures (comme le Pôle
supérieur de musique du 93, le Conservatoire national supérieur de Musique et de Danse de
Paris ou l’Ecole Supérieure d’Art de Metz Métropole), ont manifesté la volonté de rejoindre
le LABEX.
Ce projet commun concerne le champ de la recherche et celui de la formation de haut niveau.
Il vise à mettre en synergie trois forces indispensables pour une recherche contemporaine de
pointe dans les domaines de l’art et de la médiation : la réflexion et les méthodes propres au
savoir universitaire, l’implantation dans la vie culturelle et sociale des institutions de
diffusion et de médiation, le savoir-faire de haut niveau technique des écoles d’art.
Le laboratoire d’excellence a une fonction d’accumulateur et d’accélérateur et concourt à
structurer un ensemble riche de relations préexistantes, de conventions, de dynamiques en les
faisant changer d’échelle. Ces programmes de recherche, présentés à la fois dans le
programme scientifique général et dans la présentation spécifique des partenaires, concernent
tous le monde contemporain, interrogé à travers une sensibilité et une intelligence
spécifiques : celles de l’art le plus actuel, celles de la technologie numérique pensée dans son
rôle profondément médiateur. Les programmes à l’intersection des deux domaines se
trouvent particulièrement développés au sein du laboratoire. C’est la raison pour laquelle le
projet rassemble de nombreux partenaires qui couvrent un vaste champ : il est comme une
sonde active dans la sensibilité contemporaine, que l’art, la médiation et la technologie
interrogent et transforment en même temps.
Grâce à la présence des partenaires extérieurs, le champ universitaire initial se voit
considérablement élargi : en direction des sciences, mais aussi des techniques spécifiques de
chaque secteur (voir les présentations des partenaires pour le cinéma, le théâtre, la danse, les
arts plastiques). Réciproquement, l’approche pratique et technique des écoles d’art –
réalisation pratique, fabrication de produits – rencontre au sein de projets concrets la
méthode universitaire d’approche de l’objet. L’engagement pluriannuel des institutions
garantit du suivi de projets communs. Les champs de recherche développés par l’ensemble
des partenaires concernent en priorité :
• l’étude des processus techniques de pointe élaborés en direction des industries
culturelles : industries du numérique, de l’audiovisuel, des arts du son et de la scène
• la place des technologies, notamment numériques, dans les médiations humaines
• l’étude théorique et pratique des processus de création artistique du point de vue de
la recherche fondamentale et de la recherche appliquée
• la recherche aux frontières inter-artistiques et interdisciplinaires dans le domaine de
la création : hybridations, nouvelles formes artistiques, impact du numérique sur le
spectacle vivant
76/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
•
les relations entre les arts, les technologies et les usages généraux ou particuliers :
handicap, ergonomie, relations entre les langages.
Sur le plan de la formation, le LABEX permettra la mise en place de cursus professionnels
alliant pratique de haut niveau et réflexion théorique (masters ciblés, doctorats comprenant
une dimension pratique : cf. rubrique formation du dossier). L’association des institutions de
la culture (écoles d’art ou centres culturels) et des universités vise à dépasser la dichotomie
spécifiquement française Culture/Education nationale qui est devenue aujourd’hui un
handicap face à des structures étrangères unifiées. Le projet de LABEX correspond ainsi à
une étape déterminante qui pourrait être un modèle expérimental pour une restructuration,
actuellement en cours, dans les domaines artistiques. La mise à disposition au sein de ces
cursus, pour les étudiants, de structures plus développées, multi-sites, multipliant les
échanges et les formateurs, rendra à la fois plus attractifs les programmes et plus
enrichissantes les possibilités d’expérimentations.
5.4. RELATION AVEC LE MONDE SOCIO- ECONOMIQUE/ C ONNECTIONS TO THE SOCIOECONOMIC WORLD
Avec pour point d’ancrage le Nord parisien, le laboratoire bénéficie d’une situation
géographique unique, au cœur du cluster de la création réunissant de nombreuses industries
de contenu numérique. Les différents partenaires du projet ont déjà des relations très
fécondes avec les entreprises, il s’agit donc d’entretenir ce réseau, de le dynamiser et de
bénéficier de la visibilité internationale du Labex pour nouer des relations privilégiées avec
des groupes d’envergure nationale et internationale, et consolider nos échanges avec les PME
locales et le tissu associatif. Cette assise devrait assurer la pérennité financière du LaABEX
sur le long terme grâce à la collecte de la taxe professionnelle, du mécénat ou de bourses
CIFRE.
Les partenaires du LABEX ont déjà de nombreuses collaborations avec de grandes
entreprises et leurs services R&D : Orange Lab, Thales, SNCF, RATP, Alcatel, SFR... (cf.
Annexe Entreprises partenaires), auxquelles il faut ajouter de grandes institutions culturelles
à l’instar du Théâtre National de Chaillot. Nous sommes membres actifs et fondateurs de
Cap Digital et 10 projets de recherche en cours sont labellisés Cap Digital. De même, OSEO
finance des projets de recherches de partenaires en direction des PME.
D’après le rapport de Cap Digital, la filière Création-Communication-Services en Ile-deFrance (Culture, Presse, Médias Sociaux, Jeux vidéos, Animation, Effets spéciaux, Réalité
Virtuelle et Augmentée, Ville Numérique, Patrimoine…) représente un secteur à très fort
potentiel économique direct et indirect : plus de 500 000 emplois en forte croissance (+
2.6%). Le laboratoire pourrait jouer un rôle important dans le développement de ces filières.
Nos cursus proposent déjà des formations basées sur les compétences de l’ensemble des
équipes impliquées. Elles permettront de créer de nouveaux métiers qui répondront aux
besoins nouveaux de la société de l’information (voir nouvelles formations 5.2.3). D’après la
revue « Capital » datée de juillet 2010, ces métiers manquent cruellement sur le marché de
travail. On prévoit que la France aura besoin de 60 000 emplois dans ces domaines d’ici 10
ans. Le LABEX pourra former des cadres hautement qualifiés dans ces nouveaux métiers
comme il forme déjà de nombreux professionnels qui trouvent des débouchés directs dans le
tissu socioéconomique du cluster de la création. À titre d’exemple, nos masters
professionnels ont un taux d’insertion pouvant dépasser les 90% (Master « Technologie et
Handicap », enquête novembre 2010). Ceci est principalement dû à la participation des
77/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
professionnels issus des entreprises dans des cycles de conférences qui complètent les
enseignements théoriques avec la pratique et les besoins réels du tissu économique.
Le développement des études et de la recherche en Arts a aussi entraîné l’émergence de
nouveaux emplois. D’une part, les conservatoires et écoles d’art supérieures ont intégré dans
leurs formations des enseignements théoriques et recrutent ainsi de nouveaux enseignants
issus de nos formations ; de plus, nombre de compagnies artistiques et lieux de
programmation ont développé de nouveaux secteurs d’activité en liaison avec les contenus
de nos formations. D’autre part, en développant des objets de recherche nouveaux, nos
jeunes chercheurs sont régulièrement amenés à créer leurs propres entreprises culturelles et
artistiques, et à développer des projets innovants. Enfin, loin de se voir exclues, les
formations artistiques classiques contribueront, par leur rigueur intrinsèque, à ces nouvelles
approches de l’insertion professionnelle.
Nos formations ont déjà de nombreuses relations avec les PME : stages, congés CIF, thèses
CIFRE, conférences de professionnels. Elles pourront contractualiser ces relations dans le
cadre de partenariat d'entreprise. Il s'agit de mettre en place un échange mutuel de
compétences : d’une part, un transfert de connaissance du LABEX au bénéfice de l'entreprise
et d’autre part, l’intervention de l'entreprise dans la formation en termes de contenus, de
financement et d'ouverture des débouchés professionnels.
Toutes ces actions, ces partenariats et transferts de connaissance du LABEX vers les
entreprises devraient permettre d'inscrire notre démarche dans le cadre des dispositifs de
formation continue et tout au long de la vie.
Différentes actions sont envisagées pour atteindre ces objectifs :
- Création d’un incubateur de projets artistiques : nos étudiants sont déjà des créateurs
d'entreprises et d'associations, qui faute d'être conseillés et guidés, ne développent
pas pleinement leur potentiel en termes de création d'emploi et de richesse. Un
incubateur de projets artistiques est nécessaire pour structurer au mieux ces projets et
leur donner toutes les chances de viabilité. Sa mission serait de favoriser la création
d’entreprises valorisant les résultats de la recherche publique et de soutenir des
initiatives privées dès lors qu'elles sont conduites en collaboration et avec l’appui des
organismes publics de recherche et des établissements d’enseignement supérieur dans
le domaine des arts et de la création. Préfigurant le rôle moteur du futur Centre des
Arts et bénéficiant de la dynamique du cluster de la création en Seine Saint-Denis, cet
incubateur de projet constitue l’articulation à même de densifier le tissu économique
dans le domaine de la création et de la recherche en arts. Il agira en synergie avec
IncubAlliance, l'incubateur industrie et innovation de la région Île de France, et les
structures régionales d'innovation technologique et de création d'entreprises. Le rôle
de l’incubateur est principalement d’évaluer et sélectionner un projet d’entreprise ou
associatif dont le produit final est susceptible de trouver sa place sur le marché et de
créer des emplois dans le domaine de la création et de la recherche ; d’encadrer les
créateurs et le suivi des projets ; de déterminer les prestations nécessaires au projet et
aux porteurs, de les mettre en oeuvre et d’en assurer le suivi ; de qualifier la faisabilité
économique du projet. En stimulant la création d’entreprises ou d’associations dont
la vocation est soit d’exploiter les résultats de la recherche, soit de porter les projets
d’étudiants issus des cycles de formation des partenaires, il s’agit de créer des
emplois et d’activer des synergies avec le tissu industriel, culturel et économique en
place.
- Le LABEX entend devenir une véritable pépinière d’experts à la disposition des
entreprises, des autorités publiques et des partenaires culturels et contribuer à
78/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
-
différentes réunions d’expertises scientifiques (commissions de subvention, comités
de pilotage…). Sa participation à la création d’un Institut de recherche technologique
(I.R.T « Vie numérique » avec une thématique « Art et création ») ne peut que
renforcer cette position. Des actions de valorisation sont directement conçues pour
les entreprises (voir partie 5.2.2) dont une biennale de l'innovation présentant les
résultats du LABEX aux secteurs privé, associatif et aux pouvoirs publics.
Participation aux définitions des normes dans l’ensemble des domaines scientifiques
du LABEX : accessibilité, technologies,…
La recherche concernant le cinéma et l’audiovisuel, l’animation et les effets spéciaux entrera
également en relation avec les lieux de production et de fabrication du cinéma et de
l'audiovisuel très implantés en Seine-Saint Denis, dans la mesure où elle analysera des
propositions artistiques concrètes (avec leurs incidences technologiques afférentes): en
particulier, avec la Cité Européenne du Cinéma de Luc Besson qui va rassembler, en un lieu
unique à Saint-Denis, les différents segments de la chaîne de production cinématographique,
et qui veut être un lieu d'émulation sur le plan artistique et sur le plan technologique des
praticiens du cinéma.
5.5. EFFET D’ENTRAINEMENT POTENTIEL/ PULL EFFECT
Le Laboratoire doit permettre la diffusion de contenus théoriques innovants, artistiques et
multimédias, créer un nouveau modèle d’environnement virtuel interactif, et contribuer au
développement d’applications liées aux usages créatifs du numérique. Les effets sont
escomptés en matière de création d’emploi, de formation, de création et d’expertise
artistique et scientifique.
De multiples retombées scientifiques sont attendues en termes de dépôt de brevets,
conception d’outils de création ou de communication ainsi que de productions artistiques ou
de contenus novateurs. La recherche fondamentale joue aussi un rôle important dans le
LABEX. Elle se veut l’héritière d’une pensée bénéficiant d’une aura internationale, et sensible
aux derniers questionnements sur l’art.
La dimension hautement novatrice de son programme de recherche permettra de proposer de
nouvelles formations en adéquation avec les nouveaux métiers suscités par les évolutions de
la société.
L’effet d’entraînement se traduira en terme d’influence et de rayonnement du LABEX par la
diffusion des créations et performances, par la transmission des savoirs, par l’irrigation du
tissu industriel par les jeunes chercheurs et enfin par des expertises, diagnostics et conseils
en matière d’accessibilité physique et numérique, de conception et de conduite de projets
innovants.
La synergie de ces différents éléments devrait permettre la création d’un cercle vertueux : une
recherche de qualité visible et donc susceptible d’attirer des chercheurs renommés ainsi que
des étudiants motivés, et d’alimenter sur un mode dynamique les formations des partenaires
ainsi que le vivier de chercheurs. Cette visibilité accrue par l’attractivité du LABEX va servir
de levier auprès des entreprises et services publics afin d’intensifier les échanges sur le mode
du transfert de connaissances, mais aussi d’apports financiers et contribuer ainsi à la
pérennité économique du LABEX, à l’amélioration de l’environnement de la recherche et de la
formation.
79/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
6. JUSTIFICATION SCIENTIFIQUE ET FINANCIERE DES MOYENS
DEMANDES / FINANCIAL AND SCIENTIFIC JUSTIFICATION FOR THE
MOBILISATION OF THE RESOURCES
6.1. JUSTIFICATION DES MOYENS DEMANDES (SUR 10 ANS) / JUSTIFICATION FOR
THE MOBILISATION OF THE RESOURCES
6.1.1
PROJET DE RECHERCHE/ RESEARCH PROJECT
• Équipement / Equipement (coût unitaire supérieur à 4000 euros HT)
- Équipement en postes informatiques et logiciels (25 sur 10 ans) 100 000€
- Laboratoire audiovisuel 80 000€
- Eye-trackers et logiciels associés 100 000€
- Mobilier 20 000€
L’ensemble des équipements (sauf le mobilier) est amortissable sur 5 ans.
• Personnel / Personnel cost
- 2 Chaires tournantes internationales :
Enseignant chercheur sur 120 pers/mois pour un coût unitaire mensuel de 16 000 €.
Total : 240,00pers/mois soit 3 840 000,00€
- 6 Post doctorant tournants
Post doctorant sur 120 pers/mois pour un coût unitaire mensuel de 4 350 €.
Total : 720,00 pers/mois soit 3 132 000€
- 6 contrats doctoraux annuels pendant 7 ans (42 contrats)
Contrats d’une durée de 3 ans. L’objectif du LABEX est de trouver un financement pour
chaque doctorant. Ces contrats seront utilisés en priorité pour les thèses en cotutelle avec les
partenaires extérieurs.
42 contrats de doctorat sur 36 pers/mois pour un coût unitaire mensuel de 2 550,00€.
Total : 1 512,00 pers/mois soit 3 855 600€
- 1 Ingénieur système (recherche et formation)
Ingénieur sur 120 pers/mois pour un coût unitaire mensuel de 5 500€.
Total : 660 000€
- Aide technique aux enseignants-chercheurs (Informatique)
Technicien sur 120,00 pers/mois pour un coût unitaire mensuel de 4 500,00€
Total : 540 000€
• Prestation de service externe / Subcontracting
Publications (mutualisé avec la valorisation) :
- Revue : prise de risque financière auprès d’un éditeur privé
- Collection d’essais : prise de risque financière auprès d’un éditeur privé
80/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
- Publications collectives : prise de risque financière auprès d’un éditeur privé
- Achats de droits destinés à la publication
Total : 25 000 par an pendant 10 ans soit 250 000€
• Missions/ Travel
L’ensemble de ces prestations est mutualisé avec la valorisation et le projet pédagogique.
- Missions liées au travail d’acquisition, de recherche et de création
Missions internationales (5 annuelles) 100 000,00€
Missions européennes (5 annuelles) 60 000,00€
Missions nationales (10 annuelles) 80 000,00€
- Missions destinées à la dissémination des résultats (colloques, congrès…)
Missions internationales, colloques (5 annuelles) 100 000,00€
Missions européennes, colloques (10 annuelles) 120 000,00€
Missions nationales, colloques (10 annuelles) 80 000,00€
Invitation de personnalités et artistes étrangères court séjour (2 par an) 100 000,00€
• Autres dépenses de fonctionnement/ Other working costs
Documentation et fonctionnement
- Achats d’ouvrages, abonnements à des bases de données
- Fonctionnement divers (fournitures, consommables, petit matériel…)
Total : 10 000 par an pendant 10 ans soit 100 000,0€
6.1.2
PROJET PEDAGOGIQUE/ EDUCATIONAL PROJECT
• Équipement / Equipement (coût unitaire supérieur à 4000 euros HT)
- Équipement de deux salles informatiques (50 postes, logiciel et mobilier 2x5) 200 000€
- Équipement matériel saisie numérique (partagé avec recherche) 40 000€
- Videoprojecteurs HD (3x2), tableaux interactifs, etc. 50 000€
• Personnel / Personnel cost
- 12 Stagiaires M2 en rapport avec les partenaires extérieurs et les entreprises
Stages de 6 mois pour un coût unitaire mensuel de 450,00€
Total : 720,00 pers/mois soit 324 000€
- Aide technique à l'enseignement
Technicien sur 120 pers/mois pour un coût unitaire mensuel de 4 500,00€
Total : 540 000€
81/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
• Prestation de service externe / Subcontracting
• Missions/ Travel
Frais de déplacement et séjour (mobilité étudiants)
Total : 10 000 € par an soit 100 000,0€
• Autres dépenses de fonctionnement/ Other working costs
Fonctionnement, petit matériel, consommables
Total : 10 000 € par an soit 100 000,0€
6.1.3
VALORISATION/ EXPLOITATION OF RESULTS
• Personnel / Personnel cost
- Ingénieur expert
Ingénieur à 50% (partagé avec la gouvernance) sur 60,00 pers/mois pour un coût unitaire
mensuel de 7 000,00 €
Total : 420 000€
- Communication, aide aux publications
Ingénieur à 50% (partagé avec relations avec le monde économique) sur 60,00 pers/mois
pour un coût unitaire mensuel de 5 000,00 €
Total : 300 000 €
• Prestation de service externe / Subcontracting
- Expertises juridiques et de valorisation (brevets, protection industriel, droits)
Total : 10 000 € par an soit 100 000,0€
- Redevances INPI 10 000,00 €
Total : 1 000 € par an soit 10 000,0€
- Traductions, corrections anglophones (mutualisé avec les autres pôles)
Total : 12 000 € par an soit 120 000,0€
- Expositions (mutualisé avec les autres pôles de dépenses, notamment le projet de
recherche) (3 sur 10 ans)
Total : 3 x 30 000 € soit 90 000,00 €
• Missions/ Travel
Missions de valorisation et communication nationales et internationales notamment en
direction du secteur économique et du grand public
Total : 15 000 € par an soit 150 000,0€
82/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
• Autres dépenses de fonctionnement/ Other working costs
- Équipement de diffusion (projecteurs 20000 lumens, sources numériques audiovisuelles)
100 000€
- Frais de réception (destinés aux relations avec les entreprises) 100 000,00€
6.1.4
GOUVERNANCE/ GOVERNANCE
• Personnel / Personnel cost
Compensation destinée aux établissements d’appartenance des enseignants-chercheurs en
charge de la direction du LABEX :
- Direction (PR 50%)
Enseignant chercheur 60,00 pers/mois pour un coût unitaire mensuel de 10 000,00€
Total : 600 000€
- 2 Directeurs adjoints (PR 33%)
Enseignants-chercheurs 40,00 pers/mois pour un coût unitaire mensuel de 20 000,00€
Total : 800 000 €
- Un responsable scientifique (PR 33%)
Enseignant chercheur 40 pers/mois pour un cout unitaire mensuel de 10 000, 00 €
- Ingénieur expert (Partagé avec la valorisation à 50%)
Ingénieur à 50% sur 60,00 pers/mois pour un coût unitaire mensuel de 7 000,00 €
Total : 420 000€
- Secrétaire Général
Personnel administratif sur 120,00 pers/mois pour un coût unitaire mensuel de 6 500,00 €
Total : 780 000€
- Secrétaire
Personnel administratif sur 120,00 pers/mois pour un coût unitaire mensuel de 3200,00 €
Total : 384 000€
• Prestation de service externe / Subcontracting
Communication, achat de services
Total : 5 000 € par an soit 50 000,0€
• Missions/ Travel
Réunion annuelle des membres du LABEX
Total : 10 000 € par an soit 100 000,0€
83/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Missions de gouvernance (membres étrangers et extérieurs des comites) 100 000 €
• Autres dépenses de fonctionnement/ Other working costs
- Équipement en postes informatiques et logiciels (4 sur 10 ans=2x5) 16 000€
- Mobilier 5 000€
- Consommables et fonctionnement des équipes internes et externes (mutualisé avec les
autres pôles de dépenses)
Total : 25 000 € par an soit 250 000,0€
Pour plus détails, voir les tableaux récapitulatifs dans le document A.
6.2. AUTRES RESSOURCES / OTHERS RESOURCES
Les partenaires collectent la taxe d’apprentissage, ont des financements privés provenant de
la vente d’expertises et de rapports. En augmentant la visibilité des projets scientifiques et
en assurant des moyens dédiés à la collecte de financement, le LABEX permettra de recueillir
des fond privés et publics.
Les moyens mis en place pour intensifier ces financements autres sont :
- Assistance juridique et soutien financier au dépôt de brevets
- Médiatisation dédiée au secteur privé
- Transfert de connaissance LABEX/entreprise
Il en résultera des retombées économiques en terme de :
- Taxe d’apprentissage
- Revenus générés par la propriété intellectuelle
- Contrats (expertises, rapports, conseil …)
- Mécénat
- Thèses CIFRE
- Formation permanente
Par ailleurs il est prévu d’effectuer des demandes au niveau de la région et du département
en vue de compléter les besoins complémentaires du LABEX.
7. ANNEXES / APPENDICES
7.1. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES DE L’ETAT DE L’ART/STATE OF THE ART
REFERENCES
Arassse, D. (2003). On n’y voit rien. Descriptions. Paris : Folio essais (1 e éd. Denoël 2000).
84/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Arnaldi, B., Fuchs, P., Guitton, P. (2006). Introduction à la réalité virtuelle. In Le traité de la
réalité virtuelle, Vol. 4 : Les applications de la réalité virtuelle. Paris : Presses de l'Ecole
des Mines.
Ascher, F. (2001). Développement durable, territoires et nouvelles technologies. 10èmes
Entretiens Européens de la Technologie (20 et 21 novembre 2001).
Ascher, F. (2006). Métapolis ou l’avenir des villes. Paris, Odile Jacob.
Augé, M. (1992). Non-lieux – introduction à une anthropologie de la surmodernité. Paris :
Seuil.
Aumont, J. (1996). A quoi pensent les films. Paris : Nouvelles éditions Séguier.
Bachelard, G. (1963). Le Matérialisme rationnel. Paris : Presses Universitaires de France.
Balazs, B. (1977). L’Esprit du cinéma. Paris : Payot.
Barboza, P. (1996). Du photographique au numérique. La Parenthèse indicielle dans l’histoire
des images, L’Harmattan.
Barthes, R. (1980). La Chambre claire. Paris : Gallimard.
Barthes, R. (1982). L'Obvie et l'obtus, Essais critiques III. Paris : Seuil, Point.
Baudrillard, J. (1981). Simulacres et simulation. Paris : Galilée.
Bazin, A. (1964). Ontologie de l’image photographique. In Qu’est-ce que le cinéma ? I, Paris :
Editions du Cerf.
Bazin, A. (2002). Qu’est-ce que le cinéma ? Paris : Editions du Cerf (1958).
Bellinha, P. (2001). Technologie et imaginaire : un récit du destin urbain. Sociétés 71 (1).
Bellour, R. (2009). Le Corps du cinéma. Hypnoses, émotions, animalités. Paris : P.O.L.
Benjamin, W. (1998). L’œuvre d’art à l’ère de sa reproduction mécanisée. In Ecrits français.
Paris : Gallimard.
Berque, A. (2000). Ecoumène et Médiance. Paris : Belin.
Berthoz, A. (1997). Le Sens du mouvement. Paris : Odile Jacob, Sciences.
Blumberg, B., Downie, M., Ivanov, Y., Berlin, M., Johnson, M.P., Tomlinson, B. (2002).
Integrated Learning for Interactive Synthetic Characters. Proceedings of the 29th
Annual Conference on Computer Graphics and Interactive Techniques. San Antonio, Texas.
Blumberg, B., Galyean, T. (1995). Multi-Level Direction of Autonomous Creatures for realTime Virtual Environments. in Computer Graphics Proceedings.
Bordwell, D. (1985). Narration in the fiction film. Londres: Routledge.
Bordwell, D. (1991). Making meaning - Inference and rhetoric in the interpretation of
cinema. Cambridge (USA)/Londres: Havard University Press.
Boullier, D. (1999). L’Urbanité numérique, essai sur la troisième ville en 2100. Paris:
L’Harmattan.
Bret, M., Tramus, M.-H., Berthoz, A. (2005). Interacting with an Intelligent Dancing
Figure : Artistic Experiments at the Crossroads Between Art and Cognitive
Science. In Revue Leonardo, 38: 1.
Breton, T. (1994). La Dimension invisible. Les défis du temps et de l’information. Paris :
Odile Jacob.
85/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Brooks, R. A. (1991). Intelligence Without Reason. IJCAI-91, vol. 1.
Brown, J. S. & Weiser, M. (1997). The Coming Age of Calm Technology. New York:
Copernicus.
Cadoz, C. (1994). Les Réalités virtuelles. Paris : Flammarion.
Carter, A. (2004). Rethinking Dance History, A reader. London : Routledge.
Castells, M. (1998). La Société en réseaux, vol. I. Paris : Fayard.
Cauquelin, A. (2000). L'Invention du paysage. Paris: PUF.
Chase, A. (2002). Movies on Trial. New York: The New Press.
Chatelet, G. (1998). Vivre et penser comme des porcs. Paris : Exils Editeur.
Chazal, G. (1995). Le Miroir automate. Introduction à une philosophie de l’informatique.
Paris : Editions Champs Vallon.
Chen, C.-Y. (2004). Using Classifier for the Emergence of Virtual Creature Behaviour in a
Digital Artistic Experimentation. 7 ième Conférence internationale sur l’infographie
interactive et l’intelligence articificielle, 3IA’2004. Limoges, France : D. Plemenos, AFIG,
MSI (éd.).
Clover, C. (2000). J. Judging Audiences : The Case of the Trial Movie. In GLEDHILL, C. &
WILLIAMS, L., Reinventing Film Studies. New York: Oxford University Press.
Coll. (2006). Scientifiquement danse. Nouvelles de danse, n° 53.
Corbin, A. (1998). Histoire et anthropologie sensorielle. Le temps, le désir et l’horreur.
Paris : Flammarion.
Corbin, A., Courtine J. J., Vigarello G. (2005). Histoire du corps. Paris : Seuil.
Corboz, A. (2001). Le Territoire comme palimpseste et autres essais. Paris : L’Imprimeur.
Couchot E., Tramus, M.-H., Bret, M. (2003). La Seconde Interactivité. Arte e vida no século
XXI, Organizadora D. Domingues. UNESP, Brésil.
Couchot, E. (1987). Images, de l’optique au numérique. Paris : Hermès.
Couchot, E. (1998). La Technologie dans l’art. De la photographie à la réalité virtuelle.
Paris : Jacqueline Chambon.
Curtis, D. E. & Resnik, J.(1987). Images of Justice, 96 Yale Law Journal 1727.
Dagognet, F. (1984). Philosophie de l’image. Paris : Vrin.
Daney, S. (1983), Persévérance, entretiens avec Serge Toubiana, P.O.L. 1994. La rampe,
Cahiers du cinéma.
Debray, R. (1995). Vie et mort de l’image. Une histoire du regard en Occident. Paris :
Gallimard.
Deleuze, G. & Guattari F. (1980). Capitalisme et schizophrénie - Mille plateaux. Paros :
Minuit.
Deleuze, G. (1969). Logique du sens. Paris : Minuit.
Deleuze, G. (1981). Différence et répétition. Paris : P.U.F.
Deleuze, G. (1983). L’Image-mouvement. Paris : Minuit.
Deleuze, G. (1985). L’Image-temps. Paris : Minuit.
86/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Delluc, L. (1984). Photogénie, dans Ecrits Cinématographiques I. Paris : Editions de la
Cinémathèque Française (1920).
Didi-Huberman, G. (1990). Devant l’image. Question posée aux fins d’une histoire de
l’art. Paris : Minuit, « Critique ».
Domingues, D. (2001). Art interactif, corps couplé et sentiment postbiologique. In Dialogues
sur l’art et la technologie. Paris : L’Harmattan, collection Arts 8.
Donikian, S. (2006). L’Interactivité sensorielle au service de la création artistique
contemporaine. In Le Traité de la réalité virtuelle, Vol. 4 : Les applications de la réalité
virtuelle. Paris : Presses de l'Ecole des Mines.
Drogoul, A., Meyer, J.-A. (1989). Intelligence artificielle située, cerveau, corps,
environnement. Paris : Éditions Hermes.
Ferrari, G. (2007). La Musique et la scène. L’écriture musicale et son expression scénique
au XX siècle. Paris : L'Harmattan, collection ARTS 8 (DMCE 2).
Ferrari, G. (2008). La Parole sur scène. Voix, texte, signifié. Paris : L'Harmattan, collection
ARTS 8 (DMCE 3).
Ferrari, G. (2009). Pour une scène actuelle. Paris : L'Harmattan, collection ARTS 8 (DMCE
4).
Foster, S. (1986). Reading Dancing, Bodies and Subjects in Contemporary American
Dance, University of California Press.Bernard, M. (2001). De la création
chorégraphique, Centre National de la Danse, Pantin.
Francastel, P. (1988). Art et technique, Paris : Gallimard.
Franco, S., Nordera, M. (2007). Dance Discourses. Keywords for Methodologies in Dance
Research. New York-London: Routledge.
Franko, M. (2002). The Work of Dance, Labor, Movement and Identity in the 1930s.
Middletown: Wesleyan University Press.
Frantz P. et Fazio M. (2010). La Fabrique du théâtre. Avant la mise en scène (1640-1880).
Paris : Desjonquières.
Freund, L. (1982). La Ville. Paris : Aubier Montaigne.
Fuchs, P. (1996). Les Interfaces de la réalité virtuelle. Paris : Presses de l'Ecole des Mines.
Fuchs, P. (2006). Le Traité de la réalité virtuelle. Paris : Presses de l'Ecole des Mines.
Funge, J., Tu, X., Terzopoulos, D. (1999). Cognitive Modeling: Knowledge, Reasoning and
Planning for Intelligent Characters. In Computer Graphics Proceedings, Annual
Conference Series. Los Angeles : ACM SIGGRAPH.
Ginot, I. (2006). La Critique en danse contemporaine : théories et pratiques, pertinences
et délires (tome 1). Habilitation à diriger des recherches. Paris 8 : Département danse
(inédit).
Granger, G.-G. (1994). Formes, Opérations, Objets. Paris : Editions Vrin.
Grau, A., Wierre-Gore, G. (2005). Anthropologie de la danse, genèse et construction
d’une discipline. Paris : Centre National de la Danse, collection recherches.
Greenfield, A. (2007). Every(ware). Limoges: Fyp.
Grodal, T. (1997). Moving Pictures, Oxford : Clarendon Press.
87/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Grumbach , A. (2006). Apport de la réalité virtuelle à la création artistique. In Le Traité de
la réalité virtuelle, Vol. 4 : Les applications de la réalité virtuelle. Paris : Presses de l'École
des Mines.
Grzeszczuk, R., Terzopoulos, D., Hinton, G. (1998). NeuroAnimator: Fast Neural Network
Emulation and Control of Physics-Based Models. Intel Corporation. University of
Toronto.
Guillot, A., Meyer, J. A. (2003). La Contribution de l'approche animat aux sciences
cognitives. Cahiers Romans de Sciences Cognitives. 1 (1).
Hecquet, S., Prokhoris, S. (2007). Fabriques de la danse. Paris : Presses universitaires de
France.
Hutcheon, L. (1988). A poetics of postmodernism, history, theory, fiction. New York
Routledge: 1999 268.
Jackson, B. S. (1994). Envisaging Law. In International Journal for the Semiotics of Law, VII/21.
Jackson, B. S. (1995). Making Sense in Law. Linguistic, Psychological and Semiotic
Perspectives. Liverpool: Deborah Charles Publications.
Jameson, F. (1984). Postmodernism, or the cultural logic of late capitalism, New Left Review,
n°146.
Jauss, H. R. (1978). Pour une esthétique de la réception. Paris : Gallimard, « Tell ».
Koolhas, R. (2000). Mutations. Arc en rêve, Centre d’Architecture.
Krauss, R. (1990). Le Photographique, Pour une théorie des écarts. Paris : Macula.
Lavaud-Forest, S. (2005). Scénographies interactives, corps interfacés et systèmes
dynamiques. Thèse de doctorat : université Paris 1.
Lévy, P. (2000). Cyberculture. Paris : Odile Jacob.
Lévy, R. (2008). Impact fonctionnel et social des TIC sur la ville. HyperUrbain. Paris :
Europia.
Lipovetsky, G. & Charles, S. (2006). Les Temps hypermodernes. Paris : Le livre de poche.
Louppe, L. (2000). Poétique de la danse contemporaine. Bruxelles : Contredanse.
Lyotard, J.-F. (1979). La Condition postmoderne, Paris : Minuit.
Machura, S. & robson P. (2001). Law and Film. Oxford: Balckwell.
Maes, P. (1990). Situated Agents Can Have Goals, Designing Autonomous Agents:
Theory and Practice from Biology to Engineering and Back. Cambridge – MA: MIT
Press/Bradford Books.
Maes, P. (1994). Modeling Adaptative Autonomous Agent. Artificial Life 1.
Martin, R. (1998). Critical Moves. Dance Studies in Theory and Politics, Duke University
Press.
Mazzoni, E. (2006). Du simple tracement des interactions à l’évaluation des rôles et des
fonctions des membres d’une communauté en réseau : une proposition dérivée
de l’analyse des réseaux sociaux. Revue en ligne, Toulon, France, ISDM –
Information Sciences for Decision Making.
McLuhan, M. (1968). Pour comprendre les média. Paris : Seuil.
88/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Moindrot, I. (2006). Le Spectaculaire dans les arts de la scène du Romantisme à la Belle
Epoque. Paris : CNRS-Editions.
Mongin, O. (2006). La Condition urbaine. Paris : Seuil.
Moran, L. J., Sandon E., Loizidou E., Christie I. (2004). Law’s Moving Image. London:
Cavendish Publishing Ltd.
Nahas, M., Huitric, H. (1999). Synthesis of Faces: a Tool for Experiments on Facial
Expression. In European Review of Applied Psychology, special issue, 49.
Parkinson, C. N. (1958). The Evolution of Political Thought. Boston: The Riverside Press
Cambridge.
Picon, A. (1998). La Ville territoire des cyborgs. Paris : L’Imprimeur.
Popper, F. (1989). De la participation à l'interactivité dans les arts plastiques. In Vers une
culture de 1'Interactivité. Paris : Déchiffrages.
Rancière, J. (2008). Le Spectateur émancipé. Paris : La Fabrique.
Rapping, E. (2003). Law and Justice as Seen on Television. New York: New York
University Press.
Reynolds, G. W. (1987). Flocks, Herds and Schools: A distributed Behavioral Model.
Computer Graphics, vol. 21.
Rogers, R. (2003). Des villes pour une petite planète. Paris : Le Moniteur.
Rousier, C. (2003). Etre ensemble, Figures de la communauté en danse depuis le XXe
siècle. Paris : Centre National de la Danse.
Shusterman, R. (2007). La Conscience du corps. Paris : L’Eclat.
Sims, K. (1991). Artificial Evolution for Computer Graphics. Computer Graphics, vol 25, nº
4.
Sims, K. (1994). Evolving Virtual Creatures. Computer Graphics proceedings.
Sommerer, C., Mignonneau, L. (1998). Art @ Science. Wien/New York: Springer Verlag.
Sorignet, P. E. (2001). Le Métier de danseur contemporain.Thèse en sciences sociales,
EHESS.
Sparacino, F., Davenport, G., Pentland, A. (2000). Media in Performance: Interactive
Spaces, for Dance, Theater, Circus, and Museum Exhibits. In IBM Systems Journal,
vol. 39, n°3&4.
Starobinski, J. (1970). La Relation critique. L’Œil vivant II. Paris : Gallimard, coll. NRF – Le
Chemin (2001, ed. rev. et augm.).
Stiegler, B. (2008). Economie de l’hypermatériel et psychopouvoir. Paris : Mille et une
nuits.
Tisseau, J., Parenthôen, M., Harrouet, F. (2006). Modèles pour l’autonomie. In Le Traité de la
réalité virtuelle. Paris : Presses de l'École des Mines.
Tolson, M. (1995). Las Meninas. Prix Ars Electronica. ORF Oberösterreich.
Tusnovics, D.A. (2007). Cognitive Cities: interdisciplinary approach reconsidering the
process of (re)inventing urban habitat. Schrenk, M., Popovich, V. & Benedikt, J.
(eds) REAL CORP 007 Proceedings / Tagungsband Vienna, May 20-23.
89/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Villez, B. (2009). Television and the Legal System, New York: Routeledge.
Virilio P. (1984), L’Horizon négatif. Paris : Galilée.
Virilio, P. (1989). Esthétique de la disparition. Paris : Galilée.
Virilio, P. (1996). Cybermonde, la politique du pire. Paris : Textuel.
Zelter, D. (1992). Autonomy, interaction and présence. In Présence 1(1).
Sites Web consultés
http://www.developpement-durable.net/article.php3?id_article=16
http://www.cybergeo.presse.fr/ptchaud/lasser.htm
http://www.resilience.osu.edu/BradAllenby.pdf
http://ww.epa.gov/Sustainability/Workshop0505/highlights.pdf
http://www.ulaval.ca/afi/colloques/colloque2006/actes2006/PDF/I3%20Alain%20SCHOON.pdf
http://www.mda.gov.sg/wms.ftp/media21.pdf
http://www.mediacityproject.com/people/kath/Willis_MClecture06notes.pdf
http://www.mda.gov.sg/wms.ftp/corporate_review.pdf
http://www.mediacityuk.co.uk/home.html
http://www.dubaimediacity.com/
http://www.lalibre.be/libre-entreprise/enquete/article/383817/reseaux-sociaux-mode-outendance-de-fond.html
http://www.cybergeo.presse.fr/ptchaud/lasser.htm
http://secondlife.com/
CITU Laboratoire Paragraphe : http://europia.org/HyperUrbain1/HU1/index.htm
Colloque HyperUrbain1 : http://europia.org/HyperUrbain/index.php
Colloque HyperUrbain 2 : http://europia.org/HyperUrbain/index.php
La montre verte : http://lamontreverte.org/
TerraNumerica : http://www.citu.info/#projet_70_1
http://www.futur-en-seine.org
7.2. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES DES PARTENAIRES/PARTNERS’ REFERENCES
Antoine, J.-P. (2002). Six rhapsodies froides sur le lieu, l’image et le souvenir. Paris :
Desclée de Brouwer.
Antoine, J.-P. (2003). À propos d’art : l’image, Trésors publics. 20 ans de création dans les
Fonds régionaux d’art contemporain. Paris : Flammarion, pp. 66-79.
Antoine, J.-P. (2004). Gerhard Richter. Landscapes. New York : Zwirner & Wirth.
Antoine, J.-P. (2009). Tardes Ästhetik. Kunst & Kunst oder Die Erfindung des sozialen
Gedächtnissses. Borch/Stähell (dir.), Soziologie der Nachahmung und des Begehrens.
Materialen zu Gabriel Tarde, Francfort : Suhrkamp, pp. 164-179.
Antoine, J.-P. (2010). Ouvrez, sortez ! Au spectacle des mots ! Christophe Gallois (dir.), The
Space of Words, Luxembourg : MUDAM, pp. 42-61 et 62-79.
Bachrach, A., Nevins, A. (dir) (2007). Inflectional Identity. Oxford: Oxford University.
90/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Bachrach, A., Barner, S. (2010). Inference and exact numerical representation in early
language development. Cognitive Psychology. Vol. 60, n° 1, pp. 40-62.
Bachrach, A., Katzir, R. (2009). Right Node Raising and delayed spellout. In Grohmann K.
K. (dir), InterPhases: Phase-Theoretic Investigations of Linguistic Interfaces. Oxford:
Oxford University Press, pp. 283-316.
Ball, S. (2004). Urban policy under New Labour : a new dawn? Cities in Transition Papers
and proceedings of the meeting of the International Geographic Union Urban
Commission C19, Monitoring cities of tomorrow, Ljubljana : Izdajatelj, pp.171-182.
Ball, S., Gilligan, C. (2011, à paraître). Editorial : migration and divided societies
Ethnopolitics, special issue : migration and divided societies, vol. 1, n° 1.
Baratgin, J. & Politzer, G. (2006). Is the mind Bayesian ? The case for agnosticism. Mind &
Society, 5, 1-38.
Baratgin, J. (2009). Updating our beliefs about inconsistency : The Monty-Hall case.
Mathematical Social Sciences, 57, pp. 67-95.
Barbanti, R. (2008). Pour une nouvelle esthéthique. Paradigme acoustique et
ultramédialité dans la po-éthique de John Cage. Dans Houchard J.-L. et Charles D.
(dir.), Rencontrer John Cage, Elne : Voix éditions, pp. 61-68.
Barbanti, R. (2009). Les origines des arts multimedia. L’influence des mnémo-télétechnologies sur l’art. Nîmes : Lucie Éditions..
Barbanti, R., Mariétan, P. (co-dir.) (2010). Sonorités. N° 5, (Traditions Créations Instruments
Signes), Nîmes : Champ Social Éditions.
Barbanti, R., Boi, L., Neve, M. (co-dir.) (2011, à paraître). Paesaggi della complessità e
inseparabilità dei mondi. Per un dialogo tra arti, scienze e filosofie. Milano :
Mimesis.
Bationo, T., Kahn, J. (2007). Les artefacts transitionnels : une proposition pour analyser
l'activité narrative in situ. In P. Salembier & M. Zacklad (dir.), Annotations dans les
documents pour l'action. Paris: Hermes.
Bationo, T., Zouinar, M. (2009). Les usages amateurs de la vidéo du téléphone mobile.
Réseaux 2009/4, N° 156, pp. 141-164.
Bationo, T. , Folcher V. & Rabardel, P. (2010). Les instruments transitionnels: une
proposition pour étudier la diachronie des activités narratives. @ctivites. 7(2), pp.
63-83.
Bationo, T., Decortis F. (2010). How children can use the image in their narrative activity?
IDC2010. Barcelone.
Benayoun, M., (2006). Emotion Vending Machine. Duguet, A.-M., Smile Machines, Berlin,
Allemagne : Transmédiale ’06, pp. 100-101.
Benayoun, M., Barrière, J.-B. (2006). Emotional Traffic, Mechanics of Emotions. Hybrid,
Living in Paradox, Ars Electronica 2005. Ostfildern-Ruit, Allemagne: Hatje-Cantz, pp.
346-349.
Benayoun, M., Gilroy, S.W., Cavazza, M., Chaignon, R. (2007). An Emotionally Responsive
AR Art Installation. ISMAR’07, Nara, Japon.
91/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Benayoun, M., (2008a). So.So.So. Somebody, Somewhere, Some Time, Theories and
Documents of Contemporary Art. Stiles, K. and Selz P., University of California
Press.
Benayoun, M., (2008b). Création Numérique. Musiques et cultures Digitales, Pearson.
Benayoun, M., (2008c). Art after Technology. Technology Review #7, édition française, MIT
Press.
Benayoun, M., (2010). The Nervous Breakdown of the Global Body, an Organic Model of
the Connected World. Futur en Seine, Cap Digital.
Benayoun, M., Gilroy, S.W., Cavazza, M. (2008). E-Tree, Emotionally Driven Virtual
Reality. Los Angeles: Interactive Art Program, ACM Siggraph.
Benayoun, M., Roussou, M. (co-editors) (2009). Immersive Virtual, Mixed, or Augmented
Reality Art. The International Journal of Arts and Technology, Inderscience
Publishers, 2010 ISSN 1754-8853.
Bianchini, S., Fourmentraux, J.-P. (2007). Médias praticables : l'interactivité à l'œuvre.
Sociétés, n° 96, Ed. De Boeck Université, pp. 91-104.
Bianchini, S. (2009a). Exp. - De l'expérimental à l'expérimentable. actu - De l'expérimental
dans l'art sous la dir. de E. During, L. Jeanpierre, C. Kihm, D. Zabunyan, Dijon : Les
presses du réel, pp. 285-304.
Bianchini, S. (dir, 2009b). Recherche & Création. Art, technologie, pédagogie, innovation.
Montrouge : Ed. Burozoïque et École nationale supérieure d'art de Nancy, Essai
introductif “Recherche & Création”, pp. 18-43.
Bianchini, S., Tissot, S. (2010). En Réalités. Stratification, indexation et disjonction dans
la représentation. Revue Plastik n° 01 - Etre ici et là : la relativité générale et la physique
quantique, sous la dir. de R. Conte et O. Kisseleva. Paris : Cerap - Université Paris 1
Panthéon-Sorbonne, http://art-science.univ-paris1.fr
Blondel, M., Miller, C. (2009). Symmetry and children’s poetry in sign languages. In Aroui,
JL & Arleo, A. (dir), Towards a typology of poetic forms. Language Faculty and Beyond,
n°2, Amsterdam, J.Benjamins PC, pp. 143-163.
Blümlinger, C. (2007a). Figures du dégoût chez Michael Haneke. Austriaca n°64, P.U.R.H.,
pp. 95-113; trad. Figures of Disgust. Grundmann, R. (dir.), A Companion to Michael
Haneke, Wiley-Blackwell, Chichester, 2010, pp. 147-160.
Blümlinger, C. (2007b). Remake, Ready-Made, Rekonfiguration: Film als Metageschichte.
Christ, H.D., Dressler, I. (co-dir.), Stan Douglas, Past Imperfect, catalogue, Hatje
Cantz, Ostfildern, pp. 31-39.
Blümlinger, C. (2008a). Die Figur des Bildstillstands bei Rainer Werner Fassbinder.
Nessel, S., Pauleit, W. (co-dir.), Wort und Fleisch. Kino zwischen Text und Körper/ Word
and Flesh. Cinema Between Text and the Body, Berlin, Bertz+Fischer, pp. 121-131.
Blümlinger, C. (2008b). Signaturen der Leinwand. Figuren des Selbst bei Jean-Luc
Godard. Hof, R., Rohr, S. (dir.), Inszenierte Erfahrung: Gender und Genre in Tagebuch,
Autobiographie, Essay, Berlin, Stauffenberg, pp. 293-310.
Blümlinger, C. (2009). Kino aus zweiter Hand. Zur Ästhetik materieller Aneignung im
Film und in der Medienkunst. Vorwerk 8, Berlin. (En français sous le titre de Le Film
de seconde main. Esthétique du remploi au cinéma et dans l'art des nouveaux
média. A paraître chez Klincksieck, Paris, 2010).
92/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Blümlinger, C. (2010). Les cartes postales chez Agnès Varda. Guido, L., Lugon, O. (dir.),
Fixe/animé, croisements de la photographie et du cinéma au XXe siècle, L'Age d'Homme,
Lausanne, pp. 311-326.
Boissier, J.-L. (2008a). La perspective relationnelle, Universe of Interaction, Chihiro Minato
ed., Tama Art University, Tokyo.
Boissier, J.-L. (2008b). L'introduction des médias numériques, Centre Pompidou, trente ans
d’histoire, sous la direction de B.Dufrêne / Paris : Centre Pompidou.
Boissier, J.-L. (2009). La Relation comme forme. L’interactivité en art. Édition augmentée,
(book, 336 p., CD-ROM), Collection Mamco, Presses du réel.
Bonafoux, P. (2004a). Moi je, par soi-même. Autoportraits du XXe siècle. Paris : Diane de
Selliers éditeur. Grand Prix du Jury de La Nuit du Livre, Salon du Livre 2004. Prix Cercle
Montherlant - Académie des Beaux Arts 2004.
Bonafoux, P. (2004b). Moi ! autoportraits du XXe siècle. Milan : Skira. Catalogue de
l’exposition présentée au Musée du Luxembourg, Paris.
Bonafoux, P. (2007a). I volti dell’arte. Autoritratti delle collezione degli uffizi. Catalogue de
l’exposition présentée à l’Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, sous la direction
de Paolucci, A., et de Giusti, G. Milan : Skira.
Bonafoux, P. (2007b). Monet, 1840-1926. Perrin : Paris, (réédition collection Tempus, 2010).
Prix Guérout de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen.
Bonafoux, P. (2007c). Artist’s self-portraits, from the Uffizi. Catalogue de l’exposition
présentée à la Dulwitch Picture Gallery, Londres, sous la direction de Paolucci, A., et
de Giusti, G. Milan : Skira-Rizzoli international.
Bonafoux, P. (2008). Correspondances impressionnistes. Paris : Diane de Selliers éditeur.
Bonafoux, P. (2009). Renoir. Paris : Perrin.
Bonafoux, P. (2010). Monet, peintre de l’eau. Paris : Editions du Chêne.
Bonnet, E. (2006). Le souffle, la courbure et l’émergence dans la peinture de Tal-Coat.
Tokyo, Japon : Actes du Colloque L’écriture du peu et le haïku. Vide, fragment, émergence
dans la poésie contemporaine, Revue des Sciences Humaines, 6 -7 décembre 2003.
Bonnet, E. (2008). La naissance du lieu et la profondeur du motif. Ce que Cézanne donne à
penser, Paris : Gallimard, pp. 182-195.
Bonnet, E. (2009). Vision frontale et identité dans la photographie contemporaine. In
Soulages, F. (dir.) : Photographie et Contemporain. A partir de Marc Tamisi, Paris :
L’Harmattan, pp. 81-85.
Bonnet, E. (dir.) (2010). Le voyage créateur. Expériences artistiques et itinérance. Paris :
L’Harmattan.
Bootz P. (2006). Verschoven literatuur . trad. Han van der Vegt , Parmentier jaargang 15 n°
1, pp. 40-57.
Bootz, P. (2007a). Éléments d’analyse de l’interface sémiotique des sites Web.
Collaborer, échanger, inventer, expériences de réseaux, H2PTM’07, Paris : Hermes,
pp. 107-121.
Bootz, P. (2007b). Poetic Machinations. E. Kac (ed.), Media Poetry: an International
Anthology, Bristol (UK) & Chicago : Intellect Books, pp. 213-228.
93/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Bootz, P. (2007c). Unique-reading poems : a Multimedia Generator., E. Kac (ed.), Media
Poetry: an International Anthology, Bristol (UK) & Chicago : Intellect Books, pp. 67-75.
Bootz, P. (2007d). The Problem of Form. Transitoire Observable, a Laboratory for Emergent
Programmed Art”, Peter Gendolla & Jörgen Schäfer (eds.) The Aesthetics of Net
Literature. Writing, Reading and Playing in Programmable Media, Transcript-verlag,
Bielefeld, pp. 89- 103.
Bootz, P. (2008). Une poétique fondée sur l’échec . in Gherban, A. & de Vaulcher, L.M.
(coord), passages d’encres 33. poésie : numérique, pp. 119-122.
Bootz, P. (2008). Using temporal semiotics in a-media digital poetry, in Zreik,K.&Reyes
Garcia,E. (eds) Computer Art Congress [CAC.2]; emerging forms of computer art: making
the digital sense, Paris : Europia Productions, pp. 11-24.
Bootz, P. (coord.) (2010), Regards Croisés, Alternate Perspectives on Digital Literature,
Morgantown : West Virgina University Press.
Bootz, P., Hautbois, X. (2007). Times Measures in Documents : The model of “Motifs
Temporels Paramétrés. Roswitha Skare, Niels Windfeld Lund, Andreas Vårheim
(éds.) A Document (Re)turn, Frankfurt am Main : Peter Lang, pp. 197-222.
Bootz P., Hautbois, X (2008). Les Motifs Temporels Paramétrés. in. Rix, E. & Formosa, M..
(coord.). Vers une sémiotique générale du temps dans les arts. Sampzon : Éditions
Delatour France & Paris : IRCAM, pp. 147-177.
Bouhai N. (2008). Expérimentation d'un environnement d'apprentissage en ligne.
Conférence iLearning Forum 2008, 4 et 5 février, Paris, pp. 255-259.
Boutet D. (2005). Pour une iconicité corporelle. Dourdan, France : Actes du colloque TALN
RECITAL, pp. 345-348.
Boutet, D. (2007). Gesturing, as substratum and support: A case of continuity. Lyon:
Actes du IIe Congrès international ISGS (International Society for Gesture Studies) Corps
en interaction, 15-18 juin 2005, [en ligne : http://gesture-lyon2005.enslsh.fr/article.php3id_article=220]
Boutet, D., Cuxac C. (2009). Introduction, le signifiant gestuel. D. Boutet et C. Cuxac (codir.), Les Cahiers de Linguistique Analogique, Dijon, pp. 3-15.
Boutet, D., Garcia, B., Sallandre, M-A., L'huillier, M-T., Fusellier-Souza, I., Cuxac, C.,
Courtin,C., Balvet, A., (2010). Sign Language et Human Natural Gestuality
corpora: What is at Stake, The French CREAGEST Project. Purdue University,
Indianapolis, USA: Theoretical Issues in Sign Language Research Conference (TISLR
10), Research Methodologies in Sign Language Linguistics, 30 sept-2 oct. 2010.
Boutet, D., de Courville, R., Miletitch, R., Rébulard, M., Danet, C., Doan, P. (2010e).
Système analogique visuo-gestuel pour la graphie de la LSF. Université de
Montréal, Canada : Actes de l’Atelier Traitement automatique des langues signées, dans
le cadre de la conférence TALN 2010, 23 juillet 2010, pp. 1-10 [en ligne :
http://www.irit.fr/tals10/articles/TALS10_Danet.pdf ]
Brissiaud, R., Sander, E. (2010). Arithmetic word problem solving: a Situation Strategy
First Framework. Developmental Science, 13(1), pp. 92-107.
Bruno, S., Bovet, M., Parrat-Dayan, S. (2007). Lectures de l'image mentale chez Piaget et
les auteurs contemporains. In F. Braga-Ilia (Ed.), A proposito di rappresentazioni. Alla
ricerca del senso perduto (pp.137-170). Pendragon, Bologna, Italie.
94/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Cerratto T., Folcher V. (2010) The concept of tool mediation from an instrumental genesis
approach, International Society for Cultural and Activity Research ISCAR Rome, pp. 510.
Chaudiron S., Ihadjadene M. (2009). The study of electronic information access devices:
crossed approaches » In F. Papy (sous la dir. de), « Information Science » Wiley and
sons.
Chen, C.Y. (2004a). To Animate: To endow with Life, A digital artistic experimentation.
Taipei,Taiwan : Symposium international YAGEO 2004, Mai 2004. Taipei’s Fine Art
National University and YAGEO foundation (éd), pp. 12-19.
Chen, C.Y. (2004b). Quorum Sensing: An Interactive installation. LEONARDO, Vol. 37,
n°2, MIT Press Journals, pp. 99-101.
Chen, C.Y. (2007). Autonomous System for Interactive Digital Art. Université
Polytechnique, Milan, Italie: GA2007, 10 th Generative Art Conference proceedings, pp.
63-72.
Chen, C.Y. (2008). The DNA Tempo. From Technological Art to Public Art. National
Taiwan University of Technology, Taipei : actes du colloque Between Fast and Slow, an
academic lecture series on Public Art, 2008, pp. 103-110.
Chen,
C.Y. (2009). Un parcours de création: de l’automatisme psychique à
l’évolutionnisme. Marseille et Aix-en-Provence, France : Colloque International Les
Arts dans le cadre actuel de la théorie Darwinienne de l’évolution, organisé par l’IMéRA,
oct. 2009.
Chen, C.Y., Santorinaios, M., Zoi, S., Dimitriadi, N. (2007c). Towards Defining a Suitable
Environment for Teaching Digital Arts – The Delphous Experiment. Niigata, Japan
: actes de la 7 ième IEEE International Conference on Advanced Learning Technologies,
(ICALT 2007).
Cordingley, A. (2010). Samuel Beckett’s Debt to Aristotle: Cosmology, Syllogism, Space,
Time. Samuel Beckett Today/Aujourd’hui n° 22, pp. 183-195.
Corre, C. (2004). Musique et langage à l’époque de Victor Henry. Linguistique et partages
disciplinaires à la charnière des 19ème et 20ème siècles : Victor Henry (1850-1907). LouvainParis : Editions Peeters, pp. 335-355.
Corre, C. (2006). Adorno entre la musique et le roman. Th. W. Adorno : Una Ragione per la
musica. Italie, Naples : Actes du colloque Adorno 2003-2004, Editions Cuen, 2006, pp.
155-172.
Corre, C. (2008). Musicologie et colonialisme : une étape dans le devenir-World. Colloque
Musique et Globalisation, Cité de la musique, 2008. En ligne (site de la Cité de la
musique).
Courtin, C., Melot, A.M., Corroyer, D. (2008). Achieving efficient learning. Why Theory of
Mind is essential for deaf children…and their teachers. Marschark, M., Hauser, P.
(dir.), Deaf Cognition, Foundations and outcomes. New-York, Oxford University
Press, pp. 102-130.
Courtin, C. (2010) A critical period for the acquisition of a theory of mind? Clues from
homesigners. Napoli, D.J., Mathur, G. (dir.), Deaf around the World. New-York,
Oxford University Press.
Coutelet, N. (2008). La place de Shakespeare dans la rénovation théâtrale de Firmin
Gémier. Revue d’Histoire du théâtre, n° 238, pp. 181-192.
95/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Coutelet, N. (2009). La musique dans la peau… du personnage noir. Présence Africaine, n°
179-180, pp. 215-226.
Coutelet, N. (2010). Le Théâtre populaire de Firmin Gémier. Sarrebruck : Editions
Européennes.
Dagot, L., Vallée, B. (2010). Contexte évaluatif, règles d'équité et d'égalité. Une
approche stratégique de la justice distributive. Psychologie du Travail et des
Organisations, 16, 3, pp. 255-276.
Decortis, F., Lentini, L. (2008). Semiotics artefacts, space and community : a case study on
pinholes. 7th International Conference on Interaction Design for Children, Chicago,
Proceedings ACM 2008. June 11-13.
Debat, M. (2005). Mine de rien… « Il » n’est pas photographe et pourtant !. Henri
Foucault, monographie. Paris-Venise : Palais Fortuny-biennale de Venise – Léo
Scheer, pp. 112-135.
Debat, M. (2009a). Les fins de la photographie. Enfin la photographie ! In Soulages, F.
(dir.) : Photographie et Contemporain. A partir de Marc Tamisier, Paris :
L’Harmattan, pp. 27-32.
Debat, M. (2009b). Empreintes de l’air, moulages du temps, relevés de mémoire. François
Daireaux, monographie. Paris : M. Lienart, pp. 23-32.
Debat, M. (2009c). De la danse à la proposition chorégraphique ou l’apparition d’un
nouveau langage scénique. Ce qui fait danse, de la plasticité à la performance.
Bruxelles : La Part de l’œil, pp. 83-101.
Debat, M. (dir.), (2011, à paraître). Photographie et danse. Paris : Ligeia.
Déotte, J.L. (2004). L’époque des appareils. Paris, éd. Lignes/Léo Scheer.
Déotte, J.L. (2007). Qu’est-ce qu’un appareil ? Benjamin, Lyotard, Rancière. Paris,
L’Harmattan, coll. Esthétiques.
Déotte, J.L.(2009). Appareils, esthétique et politique. In : Esthétique et société. Ouvr.
coll. sous la direction de C. Tron, L’Harmattan, coll. Esthétiques, pp. 51-71.
Déotte, J.L. Froger. M, Mariniello, S. (2007). Alberti, Vasari, Léonard. Du disegno comme
dessin au disegno comme milieu projectif. Appareil et intermédialité. Ouvr. coll. Paris,
L’Harmattan, coll. Esthétiques, pp. 51-63.
Dubois, J. (2004). Ecriture et Théâtre. Sociétés, 81, pp. 61-79.
Dubois, J. (2007a). A Questao do lugar na obra de Bernard-Marie Koltès. Repertorio Teatro
& Dança, 10, pp. 65-70.
Dubois, J. (2007b). La mise en scène du corps social, contribution aux marges
complémentaires des sociologies du théâtre et du corps. Paris : L’Harmattan.
Dubois, J. (2009a). Pour une scénologie générale. Repertorio Teatro & Dança, 12, pp. 44-52.
Dubois, J. (2009b). Le corps au fondement de la compréhension des pratiques
performatives et spectaculaires du monde entier : implications épistémologiques
et
méthodologiques
pour
une
scénologie
générale.
Magma,
http://www.analisiqualitativa.com/magma/0703/article_14.htm
Dubois, J. (2010). L’utopie interstitielle du pitre Rémi Gaillard. Cahiers de l’idiotie, 3, 253264.
96/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Ferrari, G. (2005). Perspectivae sintagma I : une analyse. L’inouï 1, pp. 91-108.
Ferrari, G. (dir.) (2007a). La Musique et la scène. L’écriture musicale et son expression
scénique au XX siècle. Paris : L'Harmattan, collection ARTS 8 (DMCE 2), 208 p.
Ferrari, G. (2007b). The City wears a slouch hat de John Cage. Des ponts vers l'Amérique I,
publié en ligne dans le Site Internet de l’EHESS http://musique.ehess.fr, 2007.
Ferrari, G. (dir.) (2008). La Parole sur scène. Voix, texte, signifié. Paris : L'Harmattan,
collection ARTS 8 (DMCE 3), 2008.
Ferrari, G. (dir.) (2009). Pour une scène actuelle. Paris : L'Harmattan, collection ARTS 8
(DMCE 4), 2009.
Ferrari, G. (2010). Questa storia di Don Perlimplín è… L'immaginazione in ascolto. Il Premio
Italia e la sperimentazione radiofonica, De Benedictis, A. I. et Novati, M. (dir.), éd. RaiTrade et Die Schachtel, Milano.
Ferrari, G., Bossis, B., Veitl, A., Battier, M. (dir.) (2006). ...e a immaginare in questo modo :
dramaturgie de la parole dans l'espace électroacoustique de Laborintus II de
Luciano Berio et Edoardo Sanguineti. Musique, instruments, machines. Autour des
musiques électroacoustiques, n° 2, pp. 15-25.
Ferrari, G., Feneyrou, L., Mathon G. (coll. dir.) (2007). A Bruno Maderna. Paris : CNRS
Paris I, Editions du Basalte, Vol. I.
Ferrari, G., Feneyrou, L., Mathon G. (coll. dir.) (2009). A Bruno Maderna. Paris : CNRS
Paris I’université Paris 8, Editions du Basalte, Vol. II.
Folcher, V. (2008). Conception pour l’usage – conception dans l’usage : propositions pour
une rencontre. in Bloch I., Conne F. (eds) Actes de la XIVème Ecole d’été de
Didactique des mathématiques « Nouvelles perspectives en didactique des
mathématiques », La Pensée Sauvage Editions, pp. 95-107.
Fusellier-Souza, I. (2006). Emergence and development of Signed Languages : from
diachronic ontogenesis to diachronic phylogenesis. Sign Language Studies, volume
7, n° 1, Automne 2006. Gallaudet University Press, pp. 30-56.
Fusellier-Souza, I. (2010). Multiple Perspectives on the Emergence and Development of
Human Language, B. Comrie, C. Perdue and D. Slobin. In Watorek, M, Benazzo, S.
and Hickmann, M., Comparative Perspectives to Language Acquisition: A tribute to Clive
Perdue, Multilingual Matters.
Garcia, B., Braffort, A., Boutet, D., Dalle, P., (2007), Sign Language (SL) in Graphical
Form : Methodology, modellisation and representations for gestural
communication. Lyon, ENS, laboratoire ICAR : Actes du IIème Congrès international
ISGS (International Society for Gesture Studies) Corps en interaction, 15-18 juin 2005,
pp. 1-23.
Gery, I., Miljkovitch, R., Berthoz, S., Soussignan, R. (2009). Empathy and recognition of
facial expressions of emotion in sex offendres, non-sex offenders and normal
controls. Psychiatry Research, 165, pp. 252-262.
Ginot, I. (2002). Mark Tompkins, Livin' is Deadly. Art Press, n°spécial (Médium Danse), pp.
56-59.
Ginot, I. (2003). Dis-identifying : dancing bodies and analyzing eyes at work. Discourses in
Dance, Londres : vol.2 n° 1, pp. 23-34.
97/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Ginot, I. (2004). Danse : l'en-dehors et l'au-dedans de la discipline. Les nouvelles formations
de l'interprète. Gourdon, A.-M. (dir.). Paris : C.N.R.S. éditions, pp. 179-196.
Ginot, I. (2005). L'identità, il contemporaneo e i danzatori. I discorsi della danza. Franco, S.,
Nordera, M. (dir), Torino : Utet Libreria, pp. 301-321.
Ginot, I. (2007). Identity, the contemporain and the dancer. Dance discourses. Keywords in
dance research, Franco, S., Nordera, M., (dir.), New York, London : Routledge, pp. 251265.
Ginot, I. (2010). From Shusterman's Somaesthetics to a Radical Epistemology of Somatics.
Dance Research Journal. Vol. 42 n°1, pp. 12-29.
Glicenstein, J. (2002). Le Palais de Tokyo : un “cinéma de situations”. Revue d’Esthétique
n°42, p. 97-110.
Glicenstein, J. (2004). Quelques remarques à propos de Matrix. Revue d’Esthétique n°45,
p. 123-130.
Glicenstein, J. (2006). From Spectator to Actor: Experiments in the Gallery of Paris8.
Proceedings of the XIXth Congress of IAEA, Avignon : IAEA, p. 35-38.
Glicenstein, J. (2008). L’art contemporain peut-il être populaire ? Remarques à propos de
Nuit blanche. Nouvelle revue d’esthétique n°1, p. 21-28.
Glicenstein, J. (2009a). Traduction, médiation, compréhension. Remarques sur l’œuvre
d’art et ses interprètes. Nouvelle Revue d'Esthétique n°3, p. 53-57.
Glicenstein, J. (2009b). L’Art : une histoire d'expositions. Paris : PUF, coll. Lignes d'art,.
Glicenstein, J. (2010a). Critique d'exposition et revues d’art contemporain. Culture &
Musées n°15, Arles : Actes Sud, pp. 53-72.
Glicenstein, J. (2010b, à paraître). La Rhétorique au musée. Nouvelle revue d’esthétique, n°6.
Gouédard, C. (2007). Un nouveau paradigme pour examiner les relations entre espace et
langage, appliqué chez de jeunes aveugles s’expliquant un trajet [hors série]. La
Nouvelle Revue de l’Adaptation et de la Scolarisation « Scolariser les élèves déficients
visuels», 3, pp. 91-105.
Grivel, L. (2010). Representations of digital documents in automatic text analysis : a
pluridiciplinary problem. in Information Science, Fabrice Papy, ISTE-WILEYISBN
978-1-84821-168-1, pp. 213-232.
Guéraud, S., Tapiero, I., O'Brien, E. J. (2008). Context and the activation of predictive
inferences. Psychonomic Bulletin & Review, 15(2), pp. 351-356.
Hachour H., Quettier P. (2011). Contributions ethnométhodologiques à l'analyse de
l'activité et des discours en situation, chapitre de l'ouvrage collectif « Méthodes
d'analyse de l'activité et des discours en situations » (dir. M. Attano, D. Lemeur), à
paraître aux éditions du CNAM.
Hansen, M. B., Markman, E. M. (2005). Appearance questions can be misleading: a
discourse-based account of the appearance-reality problem. Cognitive Psychology,
50, pp. 233-263.
Hansen, M. B. & Markman, E. M. (2009). Children’s use of mutual exclusivity to learn labels
for parts of objects. Developmental Psychology, 45, pp. 592-596.
98/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Heuillon, J. (2006). La musique du premier baroque ou la musique sublime d’une société
perverse. La société dans l’écriture musicale (dir. Olive, J.-P.), Filigrane, n°3, Delatour
France.
Hickmann, M. (2003). Children’s discourse: person, time, and space across languages.
Cambridge: Cambridge University Press.
Hickmann, M., Aurnague, M., Vieu, L. (dir) (2007). The categorization of spatial entities in
language and cognition. Amsterdam: Benjamins.
Hickmann, M., Taranne, P., Bonnet, P. (2009). Motion in first language acquisition: manner
and path in French and in English. Journal of Child Language 3 n° 6/4, pp. 705-741.
Ihadjadene M., Chaudiron S. (2008). L’étude des dispositifs électroniques d’accès à
l’information : approches croisées. In F. Papy (sous la dir. de), « Sciences de
l’Information : Problématiques émergentes » Paris, Hermès Science Publication.
Jamet, F. & Crépault. J. (2009). Raisonnement temporel, processus inférentiel et
indécidabilté à la durée. Construction et Education III Colloque Construction intra
intersubjective des connaissances et du sujet connaissant, 10-12 septembre 2007
Genève: Suisse, pp. 109-117.
Jouandeau, N. (2007). Rapidly Exploring Sorted Random Tree, a self adaptive random
motion planning algorithm,. Lecture Notes in Electrical Engineering, Springer.
Kassap-Riefenstahl, R. (coll.), Fournier, B. (dir.) (2004). Histoire du Quatuor à cordes. De
1870 à l’entre-deux-guerres (Vol. 2). Paris : Fayard.
Kislin, P. (2010). L’Intelligence Compétitive 2.0 : Une relation à trois ?, In L.Quoniam
(dir), Intelligence Competitive 2.0 : organisation, innovation et territoire, Hermès
Lavoisier, pp. 29-46.
Lammel, A., Nagy, I. (2006). La Bible paysanne. Paris : Bayard
Launay, I. (2003). Communauté et articulations, à propos du Sacre du Printemps de
Nijinski. Etre ensemble, Figures de la communauté en danse, Paris : Centre National de la
Danse, pp. 65-87.
Launay, I. (2005). Etre en scène et mettre en scène. Rennes, France : Actes du Colloque
International Mises en scène du monde, 2004, Les Solitaires intempestifs et Théâtre
National de Bretagne, pp. 20-25.
Launay, I. (2007). Les Carnets Bagouet, la passe d’une œuvre. Besançon : Les Solitaires
Intempestifs. Prix du Syndicat de la Critique, 2008.
Launay, I. (2009). Poétiques de l’extase, mémoire et oubli en danse dans l’Allemagne des
années vingt. INHA- Paris 8, France : Actes du colloque Destruction, création, rythme :
l’Expressionisme, une esthétique du conflit”, 2008.
Launay, I., Pagès, S. (dir.). (2010, à paraître). Mémoires et histoire en danse. Paris :
L’Harmattan.
Lautrey, J., Rémi-Giraud, S., Sander, E., Tiberghien, A. (2008). Les connaissances naïves.
Paris, Armand Colin.
Le Sergent, D. (2009). L’image-charnière ou le récit d’un regard. Paris : L’Harmattan,
collection Esthétiques: Ars.
Le Sergent, D. (2010). Narcisse contre le conflit central, la dimension spéculaire du
dispositif chez Raoul Ruiz. Cinergon, n°19/20 (Spéculaire), pp. 215-230.
99/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Légeret, K. (2005). La gestuelle des mains dans le théâtre dansé indien. Paris : Geuthner.
Légeret, K. (2009a). La danse du chœur dans Les Atrides mis en scène par Ariane
Mnouchkine. Caesarodunum-Présence de l'Antiquité. Clermont-Ferrand, France : Actes
du colloque international université de Clermont-Ferrand « Présence de la danse
dans l'Antiquité/Présence de l'Antiquité dans la danse », Centre de recherches sur les
civilisations Antiques (CRCA). Presses Universitaires, décembre 2008.
Légeret, K. (2009b).Un théâtre innommable : le concept indien de minorité. Avignon,
France : Actes du colloque international « Théâtre des minorités », université d'Avignon,
EA 4277 ''Identité culturelle, textes et théâtralité''.
Légeret, K. (2010a). Métaphore de Carolyn Carlson : une poétique de la transmédialité.
Le sens de la danse. La recherche en danse et les pratiques transmédiales / The Sense of
Dance. Dance research and Transmedia Practices, Degrés 141, pp. 35-45.
Légeret, K. (2010b). Triptyk de Bartabas : le Kalarippayatt sur la scène contemporaine
française. L'Inde et le Théâtre : influences et confluences, coll. Rencontre avec l'Inde, tome
37, n° 5, éd. Indian Council for Cultural relations (ICCR), New Delhi, pp. 28-36.
Légeret, K. (2010c).Un théâtre innommable : le concept indien de minorité. Authenticity
and Legitimacy in Minority Theatre. Constructing Identity. Cambridge, GB : Actes du
colloque international « Théâtre des minorités », Université d'Avignon, EA 4277 ''Identité
culturelle, textes et théâtralité'', éd. Cambridge Scholars Publishing, Cambridge.
Lenart, E. (à paraître). The Grammaticalisation of Nominals in French L1 and L2: A
Comparative Study of Child and Adult Acquisition. Benjamins.
Lioret, A. (2004a). Emergence de Nouvelles Esthétiques du Mouvement. Paris :
L'Harmattan.
Lioret, A. (2004b). L’Intelligence Artificielle pour le cinéma d’animation. Paris: Pixel n°89,
pp. 64-65.
Lioret, A. (2005a). Painting Beings. Los Angeles, USA: Proceedings du Siggraph. Art
Gallery Paper, Aout 2005.
Lioret, A. (2005b). La Machine à Humains Virtuels. Paris: Sonovision, n°495.
Lioret, A. (2006a). Past Images of the future. USA : YLEM Journal. Issue 4, Volume 26.
Lioret, A. (2006b). Art Fractal. La Création sans Dimension. Paris : Creanum, n°112.
Lioret, A. (2007). William Latham. Le retour d’un Breeder of Art. Paris : Creanum n°120.
Lioret, A. (2008). An Artificial Intelligence Nodes module inside Blender for expert
modeling, texturing, animating and rendering. Amsterdam, Pays-Bas : Actes
Blender Conference Proceedings, Novembre 2008.
Lioret, A. (2010). Trough The Looking Glass : Our World as seen by Artificial Beings.
Laval, France : Actes du colloque Laval Virtual, 7-11 avril 2010.
Loizillon, G. (2007a). Sound object (Objet sonore) Sound event : Thoughts an listening
and perception. Minnesota, USA: Actes du colloque Spark festival of electronic music
and arts, School of music, college of liberal arts University of Minnesota, 20-25 février
2007.
Loizillon, G. (2007b). Synthèse sonore et musique électroacoustique : une
phénoménologie du sonore. De Montfort University, Leicester, UK : Actes du
colloque The languages of electroacoustic music, 12-15 juin 2007.
100/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Loizillon, G. (2008). Modèle et invention en musique électroacoustique. Revue arts 8 :
Eurêka , le moment de l’invention, un dialogue entre art et science, Paris : L’Harmattan,
pp. 203-211.
Loizillon, G., Zénouda, H. (2009). Trace Label, une expérience d’un label indépendant
face à la dématérialisation du support enregistré. Université Paris 8: Actes de
H2PTP’09, 30 septembre-2 octobre 2009. Paris : Hermes.
Loncke, S. (2005a). Musiques d’Afrique de l’Ouest, Musiques du Niger, Musiques des
Peuls Wodaabe. Paris : Portail web de la Médiathèque de la Cité de la Musique,
http://mediatheque.cite-musique.fr/
Loncke, S. (2005b). Analyse musicale et guide d’écoute d’un chant peul. Paris : Portail
web de la Médiathèque de la Cité de la Musique, http://mediatheque.citemusique.fr/
Loncke, S. (2006). Les Peuls Wodaabe du Niger. Territoires Nomades. Hommage à Edmond
Bernus. Paris : La Martinière, pp. 234-251.
Loncke, S. (2008). Musique et transmission musicale dans une société nomade.
L’exemple des Peuls Wodaabe du Niger. Cahiers d’Ethnomusicologie, n°22 (Mémoire,
Traces, histoire), pp. 203-222.
Louguet, P. (2009). Le crime de M. Lange de Jean Renoir, utopie sociale et esprit
d’enfance. French Forum, 34 (2), pp. 83-95.
Louguet, P. (2010). L’évanescence du grotesque au cœur de l’image-mouvement.
Humoresques, 31, pp. 201-213.
Louguet, P. (2010a). Zéro de conduite de Jean Vigo (1933) : de l’univers scolaire aux
conquêtes de l’art du cinéma. Cahiers Robinson, 28, pp. 126-138.
Louguet, P. (2010b). La “forme-balade” du travelling et autres modes d’incursions
mouvementées dans le film Prospero’s Books. Cycnos, vol 26, 1, pp. 143-155.
Mkadmi, A., Saleh I. (2008). Les Bibliothèques numériques : recherche de l’information.
Mai, Editions Hermès et Lavoisier.
Menon B. (2008). Organisation des connaissances et pensée baroque : résurgence ou
influences ? » in Actes du 16è Congrès de la SFSIC, Les sciences de l'information et de la
communication : affirmation et pluralité, Compiègne, juin.
Meunier, J. - M. (2009). Mémoires, représentations et traitements. Dunod. Paris.
Michel, P. (2006). Le jazz dans l’université française, l’exemple de Paris 8. Université
Paris IV, France : compte-rendu des Journées d’Etude Le jazz à l’université : bilan et
perspectives de l’Observatoire Musical Français, Les cahiers du jazz, n° 3, pp. 205-206.
Michel, P. (2008a). La question des temporalités dans le processus créateur d’une
musique contemporaine : le jazz. Cahiers Thématiques, n° 7 (Contemporanéité et
temporalités), pp. 122-133.
Michel, P. (2008b). Que signifie improviser en jazz ? in Toulouse, I. et Danétis, D. Eurêka, le
moment de l’invention. Paris : L’Harmattan, pp. 265-280.
Michel, P. (2009a). Giant Steps, freedom won over / by constraint. Jazz Research Journal, n°
3-1, pp. 31-62.
Michel, P., Solomos, M. (2008). Improvisation générative, improvisation libre. Entretien
avec Vincent Lê Quang et Alexandros Markeas. Filigrane, n° 8, pp. 149-166.
101/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Michel, P., Loizillon, G. (2011, à paraître). Jazz et musique électroacoustique : le rôle de la
technique dans deux approches “audiotactiles” de la création musicale.
Université Rennes 2, France : Actes du colloque Eurêka ! n° 2, programme de recherche
CREAPRO, 25 et 26 mai 2009.
Moindrot, I., Goetz O., Humbert-Mougin, S. (2006). Le Spectaculaire dans les arts de la
scène du Romantisme à la Belle Epoque. Paris : CNRS-Editions.
Moindrot, I. (2009). Les Mises en scène du Prophète après la première parisienne. Essen,
Allemagne : Actes du colloque “Le Prophète”: Edition, Konzeption, Rezeption, 13-17 mai
2007.
Moindrot, I. (2010, à paraître). Après la première, les reprises. Réflexions sur la mise en
scène lyrique en France au XIXe siècle. Paris, France / Rome, Italie : Actes du
colloque La Mise en scène avant la mise en scène, 24-25 octobre 2008.
Moindrot, I., (à paraître). Mythologies of the Diva in Nineteenth Century French
Theatre. Technology and the diva. Cambridge, United Kingdom : Cambridge
University Press.
Moindrot, I. (2011a, à paraître). Die Darstellung der Juden in der Oper. Stuttgart,
Allemagne : Actes du colloque Die Grand Opéra zwischen Halévy und Berlioz, 3-4
novembre 2007.
Moindrot, I. (2011b, à paraître). Tamerlan after Voltaire. A Turkish Opera by Peter von
Winter for the Paris Opera (1802). Vienne, Autriche : Actes du colloque Ottoman
Empire and European Theatre Part II – The Time of Joseph Haydn (1732-1809), 24-27
avril 2009.
Moll, O. (2004). Didon et Enée : une problématique de la sublimation. Musurgia, XI (3),
pp. 59-70.
Moll, O. (2007). Sublimation ou la mort séduite. Filigrane, n°6, pp. 127-144.
Muraille, P. (2010, à paraître). Didactique de la traduction multimédia : le web, cadre
global et passerelle fédératrice pour les disciplines de la localisation. Bruxelles :
Actes de la Journée d’étude sur la formation en localisation multimédia, 2009.
O'Brien, E.J., Cook, A.E., Guéraud, S. (2010). Accessibility of outdated information. Journal
of Experimental Psychology. Learning, Memory and Cognition, 36(4), pp. 979-991.
Olive, J.-P. (2007). Entendre la musique aujourd’hui. Préface de Argument Son (de Britney
Spears à Helmut Lachenmann : critique électro-acoustique de la société, recueil de textes de
Diedrich Diederichsen, Les Presses du réel, pp. 7-18.
Olive, J.-P. (2008). Le geste de Kurtág. Préface de Gestes, fragments, timbres : la musique de
György Kurtág, Universités de Paris 8 et Strasbourg 2 : Actes du Colloque Gestes,
fragments, timbres : la musique de György Kurtág, mai 2006, L’Harmattan.
Olive, J.-P. (2009a). Présents musicaux. Paris, L’Harmattan.
Olive, J.-P. (2009b). La dimension utopique de la musique chez Ernst Bloch. Filigrane n° 9,
(L’individuel et le collectif dans l’art), pp. 59-71.
Olive, J.-P. (2009c). La musique face à la fragmentation expressionniste. Destruction,
création, rythme : l’expressionnisme, une esthétique du conflit, L’Harmattan, pp. 155-175.
Olive, J.-P. (2009d). Ethics and Aesthetics in the Musical Writings of Theodor Adorno.
Expression, Truth and Authenticiry : On Adorno’s Theory of Music and Musical
Performance, Ed. Colibri, Lisbone, pp. 131-145.
102/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Olive, J.-P., Grabocz, M. (co-dir.) (2008). Gestes, fragments, timbres : la musique de
György Kurtág. Paris, L’Harmattan.
Olive, J.-P., Caullier, J. (co-dir.) (2009a). L’individuel et le collectif dans l’art : Filigrane n°9.
Paris, Delatour.
Pagès, S. (2007). L’influence des théories du corps à l’œuvre dans le Butô de Hijikata
Tatsumi sur les pratiques des danseurs contemporains en France. Paris, France :
Actes du colloque Re-thinking Practice and Theory, International Symposium on Dance
Research, Society of Dance History Scholars, 21-24 juin 2007, pp. 390-394.
Pagès,
S. (2009a). Le moment Cunningham - L’émergence d’une référence
incontournable de la danse en France. Repères – cahier de danse, n°23, pp. 3-6.
Pagès, S. (2009b). Ôno Kazuo : le plus vieux danseur du monde. Légende d’une
verticalité épuisée. Repères – cahier de danse, n°24, pp. 12-14.
Pagès, S., Launay, I. (dir.). (2010a). Mémoires et histoire en danse. Paris : L’Harmattan.
Pagès, S. (2010b). La réception du butô dans la danse contemporaine en France : contremodèle esthétique et résurgence expressionniste. Théâtre / Public, n° 198.
Perény, E., Amato, E. A. (2009), L'avatar en ligne : une passerelle heuristique entre
hypermédias et cybermédias. in actes du colloque international H2PTM’09,
« Rétrospective et perspective 1989-2009 », Hermès-Lavoisier, pp. 269-280. (Prix de
la meilleure communication, version étendue à paraître dans la revue RIHM en 2010).
Perény, E., Amato, E.A. (2011, à paraître). L’avatar et son monde numérique, ouvrage
collectif sous la direction accepté par les Editions Hermès, collections Sciences
Information, hypermédias et communication.
Perrin, J. (2005). La performance cinématographiée d’Yvonne Rainer. Vertigo. Esthétique et
histoire du cinéma (hors-série Danses), pp. 57-60.
Perrin, J., Formis B. (2007). La Lecture comme geste. Paris, France : Actes du colloque Rethinking Practice and Theory, International Symposium on Dance Research, Society of
Dance History Scholars, 21-24 juin 2007.
Perrin, J. (2008a). Les corporéités dispersives du champ chorégraphique. Projections : des
organes hors du corps. CNRS/université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, France : Actes
du colloque international Ecritures de la modernité, 13-14 octobre 2006.
Perrin, J. (2008b). The Choreographer with a camera. Cairon – Revista de estudios de danza, n°
11, pp. 263-270.
Perrin, J. (2009a). Contra el deterioro de los gestos y la mirada. Cairon – Revista de estudios de
danza – Journal of dance studies, n° 12, pp. 260-271.
Perrin, J. (2009b). Against the Erosion of Gesture and Gaze. Cairon – Revista de estudios de
danza – Journal of dance studies, n° 12, pp. 272-282.
Phay-Vakalis, S. (2006). Traces of silence in Sarkis. In Baronian, M.-A., Besser, S. & Y.
Jansen, Rodopi (dir.) : Diaspora and Memory. Amsterdam : Thamarys, pp. 185-191.
Phay-Vakalis, S. (2007). Rwanda: les images suspendues d’Alfredo Jaar. In Couanet, C.,
Soulages, F. & Tamisier, M. (dir.) Politiques de la photographie du corps. Paris :
Klincksieck, pp. 31-40.
Phay-Vakalis, S. (2008a). Les vides d’Anish Kapoor. In Laval-Jeantet, M. & Conte, R.
(dir.) : Du sacré dans l’art actuel ?. Paris : Klinsieck, pp. 135-140.
103/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Phay-Vakalis, S. (2008b). Cambodge, entre mémoire et oubli. In Vauday, P., Zupanc, P.,
Mocnik, R. & Rotar, D. (dir.) : Histoire de l’oubli en contextes postsocialiste et postcolonial.
Koper : Knjiznica Annales Majora/AUF, pp. 305-318.
Proto, T. (2010). Against an isochronous interpretation of the Nibelungen meter. Vechta,
Germany : Actes du colloque international Meter and Rhythm – Rhythm and Meter.
Peter Lang.
Py, F. (dir.) (2006). Métamorphoses, Mélusine, n°26, Lausanne, L’Age d’Homme.
Py, F. (2008). La Voyelle du peintre, Janladrou, St-Lô, Musée d’art moderne.
Py, F. (2011, à paraître). Les Ecrits sur l’art de Jean-Clarence Lambert. Paris : Hermann,
(Collection Savoirs).
Quinz, E. (2005). Étendre la perception? Biofeedback et transfert intermodaux en danse.
Avec A. Menicacci / in Scientifiquement Danse, Nouvelles de Danse, n° 53, Bruxelles
Contredanse.
Quinz, E. (2007). en:trance, stratégies artistiques de l’altération de la perception. Avec
L.Marchetti / Paris : Éditions de l’Ensba.
Ramond, Ch. (2006a). L’interprétation des œuvres musicales : une logique de
l’affectivité ? Weill, N. (dir.), La Musique, un art du penser ? Le Mans, France : Actes
du 17 ème Forum Le Monde, 21-23 octobre 2005, sous la direction de Nicolas Weill.
Rennes : Presses Universitaires de Rennes, pp. 197-221.
Ramond, Ch. (2006b). Un entretien avec Alain Badiou. », Weill, N. (dir.), La Musique, un
art du penser ? Le Mans, France : Actes du 17 ème Forum Le Monde, 21- 23 octobre
2005, sous la direction de Nicolas Weill. Rennes : Presses Universitaires de Rennes,
pp. 287-295.
Ramond, Ch. (2008). Rêve et interprétation dans L’Anti-Œdipe. Cornibert, N., Goddard,
J.C. (dirs), Ateliers sur l’Anti-Œdipe, éd., Genève : Mimesis / Métis Presses, pp. 201213.
Ramond, Ch. (2010). René Girard, la théorie mimétique –de l’apprentissage à
l’apocalypse. Ramond, Ch. (dir.), Paris : PUF Débats Philosophiques.
Rast, R. (2010a). First exposure: Converting target language input to intake. Pütz, M.,
Sicola, L. (dir), Cognitive Processing in Second Language Acquisition. Amsterdam, John
Benjamins.
Rast, R. (2010b). The use of prior linguistic knowledge in the early stages of L3
acquisition. International Review of Applied Linguistics in Language Teaching. Mouton
de Gruyter.
Rauch, M.-A. (2000). Le théâtre public, lieu de contestation. In Dreyfus Armand, G. Frank,
B., Rauch, MA (2004). De la caserne militaire à la cité du théâtre, La Cartoucherie
comme lieu de tous les possibles. Préface de Cramesnil, J. : La Cartoucherie, une
aventure théâtrale, Paris : L’Amandier, pp. 7-13.
Rauch, M.-A. (2007). Le théâtre universitaire, in Legois P., Monchablon, A., Robi Morder,
R. (dir) : 100 ans de mouvements étudiants, Paris : Editions Syllepse, pp. 157-167.
Rauch, M.-A. (2008). Le théâtre en France en 1968, histoire d’une crise, crise d’une
histoire, Paris : L’Amandier.
Rauch, M.-A. (2011, à paraître). Les Paravents de Jean Genet (1966) et la Passion de
Général Franco d'Armand Gatti (1968), quand les poètes "surchauffent" les
104/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
théâtres subventionnés de la Vème République. Strasbourg, France : actes des
journées d’étude Réflexions sur une esthétique de l’outrage, 4 et 5 mars 2010.
Rauch, M.-A. (2011, à paraître). Les sources primaires sont un trésor de guerre. AG,
Cahiers Armand Gatti n°2.
Réty J.-H, Szilas N. (dir. 2006). Conception de récits pour les fictions interactives. éditions
Hermès et Lavoisier, 2006.
Rieder, B. (2008), with Schäfer, Mirko T.: Beyond Engineering: Software Design as Bridge
over the Culture/Technology Dichotomy. In: Vermaas, Pieter E. / Kroes, Peter /
Light, Andrew / Moore, Steven A. (Ed.): Philosophy and Design. From Engineering to
Architecture. Dortrecht: Springer, pp. 159-172.
Rieder, B. (2009). Democratizing Search? From Critique to Society-oriented Design. In:
Becker, Konrad / Stalder, Felix (eds.): Deep Search. The Politics of Search beyond
Google. Innsbruck, New Jersey: StudienVerlag / Transaction Publishers, 2009, pp.
133-151.
Rinuy, P.-L., Mas, P. (2007). Jean Chauvin sculpteur. Paris, Gourcuff.
Rinuy, P.-L. (2008). Sculpture des XIXe et XXe siècles. La Revue de l’art, n° 162 (co-dir. de
Le Normand Romain, A., Rinuy, P.-L.)
Rojas, E, (2007). Hypermédias de médiation culturelle : Vers un modèle de spécification
basé sur une analyse fonctionnelle des figures de médiation. in Saleh I. & all,
Collaborer, échanger, inventer : expériences de réseaux, H2PTM'07 [Actes du colloque
international Hypermedias, Hypertexts, Products, Tools and Methods 07 à
Hammamet, Tunisie, 29, 30 et 31 octobre 2007] Paris : Lavoisier, Hermès Science, pp.
137-151.
Rojas E. (2009) New figures of web textualities: from semio-technical forms toward a
social approach of digital practices, Archival Science: Volume 8, Issue 3 (2009), pp.
227-246
http://www.springerlink.com/openurl.asp?genre=article&id=doi:10.1007/s10502009-9088-z
Saemmer, A. (2007). Reading guidelines for electronic literature. Literatures in the Digital
Era:Theory and Praxis. Cambridge Scholars Publishing, pp. 151-165.
Saemmer, A. (2008). Quelques réflexions sur une poétique de l’interaction. Revue
Passages d’encres, 33, pp. 123-130.
Saffar, F. (2005). Adorno et le jazz : une anti-expérience ? Arts 8, Expérience et fragment dans
l’esthétique musicale d’Adorno, pp. 171-182.
Saleh, I, Regottaz, D. (dir) (2007). Interfaces numériques. Editions Hermès et Lavoisier.
Sallandre, M.-A., Cuxac, C. (2007). Iconicity and arbitrariness in French Sign Language :
Highly Iconic Structures, degenerated iconicity and diagrammatic iconicity. In
Pizzuto, E., Pietrandrea, P., Simone, R. (dir.): Verbal and Signed Languages: Comparing
Structures, Constructs and Methodologies. Berlin: Mouton de Gruyter, pp. 13-33.
Sèdes, A. (2007). A propos du temps dans la musique d'Horacio Vaggione. Espaces
composables. Essais sur la musique et la pensée musicale d’Horacio Vaggione, dir. Solomos,
M., Paris, L’Harmattan. pp. 89-98.
Sèdes, A. (dir). (2008). Musique et cognition, Intellectica. Revue de l’Association pour la
Recherche Cognitive, 2008/1-2 n°48-49, 250 p.
105/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Sèdes, A. (dir) (2010). Identités de la guitare électrique, revue en ligne Appareils n°5, mise à
jour
le
:
06/09/2010,
http://revues.mshparisnord.org/appareil/index.php?id=1024.
Sèdes, A., Doukhan, D. (2009) CW_binaural~: A binaural synthesis external for Pure
Data, actes de la convention Pure Data, Pdcon'09, Sao Paulo, 07/2009.
Sèdes, A., Baud J.-F. (2009). Vers une approche physiologique de l'interface corporelle
pour les arts interactifs. Actes des JIM'09, 1-3/04/2009, Grenoble.
Solomos, M. (2008a). Iannis Xenakis. To syban enos idiotypoy dimiourgou (Iannis
Xenakis. L’univers d’un créateur original). Athènes : Alexandreia.
Solomos, M. (2008b). Les “opérations mentales de la composition” (Xenakis). Intellectica.
Revue de l’Association pour la Recherche Cognitive, 2008/1-2 n°48-49, pp. 207-220.
Solomos, M. (2009). La génération de 1925 : de la révolution musicale à la révolution
politique. Analyse musicale n°61, pp. 89-97.
Solomos, M. (2010c). Xenakis ou la musique comme énergie. Programme du festival Musica.
Festival des musiques d’aujourd’hui. Strasbourg, pp. 36-38.
Solomos, M., Tsougras, C. (dir.) (2009). Musical structure. Journal for Interdisciplinary Music
Studies vol.3 n°1-2.
Solomos, M., Grabocz, M. (dir.) (2010). New Musicology. Perspectives critiques. Filigrane.
Musique, esthétique, sciences, société, n°12.
Sorin, C. (2010). Pratiques de la parodie et du pastiche au cinéma. Paris : L’Harmattan.
Sorin, C. (2011, à paraître). La Terre de la folie » de Luc Moullet : exercice topographique
du second degré cinématographique. Paris : L’Harmattan. Publication du
colloque L’analyse de film en acte, 10-11 mai 2010.
Soulages, F. (2009a). Vera Chaves Barcellos, obras imcompletas. Porto Alegre : Editora Zouk
- Prix Açorianos de la meilleure publication d'art 2009 du Brésil.
Soulages, F. (dir.) (2009b). Photography, Media, Capitalism 2. Séoul : K-SAD.
Soulages, F. (dir.) (2009c). Photographie & contemporain. Paris : L’Harmattan, coll. Eidos,
Série Photographie.
Soulez, A. (2003). Wittgenstein et le tournant grammatical. Paris : PUF.
Soulez, A. (2007). Phrases musicales. La musique dans la philosophie de Wittgenstein.
Revue Circuit, vol. 17/1, Canada : Presses de l’université de Montréal, pp. 27-47.
Soulez, A. (2008). La musique indéterminée : une philosophie informelle pour Cage.
Revue française d’études américaines, n° 117, Belin, pp. 50-64.
Soulez, A. (dir.) (2010a). Manifeste du Cercle de Vienne et autres écrits. Paris : Vrin,
2010 (réédition) ; 1 e édition aux PUF, 1985.
Soulez, A. (2010b). Place pour une émotion spécifiquement musicale. Musique et
signification. Delatour, Ayari & Makhlouf (dir.), pp. 51-66.
Stoianova, I. (2007). Dallapiccola – Berio. Esthétiques et stratégies opératiques dans
Ulisse et Outis , Luigi Dallapiccola nel suo secolo. Firenze : Leo S. Olschki, pp. 367-393.
Stoianova, I. (2008). Recherche vocale et techniques d’inspiration ethnique dans la
musique française récente à l’exemple de l’œuvre de Jean-Claude Eloy, Voce
come soffito, Voce come gesto. Roma : Aracne, pp. 65-79.
106/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Stoianova, I. (2009a). L’hommage de Karlheinz Stockhausen à EVA : Montag aus Licht.
Glazba prijelaza, Svecani zbornik za Evu Sedak / Music of transition, Essays in honour of
Eva Sedak, Zagreb : N. Gligo, D. Davidovic, pp. 286-300.
Stoianova, I. (2009b). La musique scénique de Karlheinz Stockhausen, Pour une scène
actuelle, Paris: L’Harmattan, pp. 92-114.
Stojanov, G. Talcott, C. Bruno, S. (2010). FirstBridge Under Construction: Me and My
Avatar. In I. Kalas, J. Clayson (Eds.) Constructionist approaches to creative learning,
thinking and education. Paris, The American University of Paris and EuroLogo, 16-20
August 2010.
Terrier, L. (2008). Paysages technologiques. Programme subventionné par la Direction de
l’architecture et du patrimoine du ministère de la Culture (direction : A. Urlberger),
rédaction et conception du site.
Tramus, M.-H. (2000). La question de la multisensorialité dans les arts numériques
interactifs. Actes Isea 2000, http://www.isea2000.co.
Tramus, M.-H. (2006). Des recherches à la croisée des arts, des sciences et des
technologies. Bains Numériques #1 - 1ère Biennale internationale de la scène
numérique d’Enghien-Les-Bains (2006), Collection Les Bains Numériques.
Tramus, M.-H. (2008a). Les artistes et la réalité virtuelle, des parcours croisés. Revue
Intellectica de l’association pour la recherche cognitive.
Tramus, M.-H. (2008b). Arts, sciences et des technologies : une démarche pluridisciplinaire de
recherche. Danétis, D. (dir.), Pratiques artistiques de recherche, Paris : L’Harmattan.
Tramus, M.-H. (2008c). Les arts numériques à l’ère de la réalité virtuelle: interaction,
immersion, autonomie. Rencontres sur La réalité virtuelle et les arts numériques,
Université Paris 8 et Centre des Arts d’Enghien-Les-Bains, Arts et Technologies de
l’Image, n°3, 2008.
Tramus, M.-H. (2009). Corps à corps réel-virtuel : Interactivité, autonomie, création. Arts
et Technologies de l’Image, n°4.
Tramus, M.-H., Nahas, M. (1985). Quand l'artiste peintre devient informaticien, La
Recherche, avril 1985.
Tramus, M.-H., Huitric, H., Nahas, M., Saintourens, M. (1990). Creation of a face speaking
in real time with a synthetic voice. Proceedings of the workshop on speech synthesis,
France: Autrans, septembre 1990.
Tramus, M.-H., Bret, M., Couchot, E. (1992). L’interactivité dans la relation
homme/machine. Collectif Les clés d’une communication réussie, Dunod, Paris.
Tramus, M.-H., Bret, M., Couchot, E. (2004). La seconde interactivité. Arte e vida no século
XXI, Tecnologia, ciência criatividade, ed. Unesp, Brésil.
Tramus, M.-H., Bret, M., Berthoz, A. (2005). L’interactivité intelligent : une
expérimentation artistique à la frontière de l’art et des sciences cognitives.
Léonardo for the Art Sciences and Technology.
Tramus, M.-H. et Chen, C.-Y. (2007). La funambule virtuelle et Quorum Sensing, deux
installations interactives s’inspirant du connexionnisme et de l’évolutionnisme. La
création artistique face aux nouvelles technologies, Klincksick.
107/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Tramus, M.-H., Thirioux, B., Jorland, G., Bret M., Berthoz A. (2009). Walking on a line: A
motor paradigm using rotation and reflection symmetry to study mental body
transformations. Brain and Cognition, Vol. 70, Issue 2, pp. 191-200.
Tramus, M.-H., Chen, C.-Y., George-Molland, A.-L., Plessiet, C., Ruiz, P. (2010, à paraître)
Sur-impression, prototype de réalité augmentée. Revue Arts et Technologies de
l’Image, n°5.
Tramus, M.-H., Domingues, D (2010, à paraître). Une coopération universitaire sur l’art
numérique entre le Brésil et la France, NTAV et L’INREV – ATI. Coopération
universitaire et culturelle entre le Brésil et la France : l´expérience de Paris 8. Presses
universitaires de Vincennes
Truck, I., Akdag, H. (2006). Manipulation of qualitative degrees to handle uncertainty :
Truck I. et H. Akdag (2009). A tool for aggregation with words. International Journal
of Information Sciences, Special Issue: Linguistic Decision Making: Tools and
Applications, Elsevier, 179(14): pp. 2317–2324.
Urlberger, A. (2008a). Rapprochement et emboîtement – Comment les médias localisés
relient l’art aux territoires. L’art, le territoire – Art, espace public, urbain, biennale de
Lyon, Veduta, Certu, pp. 188-201.
Urlberger, A. (2008b). L’œuvre in situ, spécificité ou contexte ? Nouvelle revue d’esthétique,
n°1 , PUF, pp. 15-19.
Urlberger, A. (2008). Paysage technologique. Théories et pratiques autour du Global
Positioning System, DAPA.
Vauday, P. (2001). La Matière des Images. Esthétique et poétique. Paris : L’Harmattan.
Vauday, P. (2006a). La Décolonisation du tableau. Art et politique au XIXème siècle.
Delacroix, Gauguin, Monet. Paris: Seuil.
Vauday, P. (2006b). Politiques de l’écart. Cerisy, France : Actes du colloque Jacques Rancière
et la philosophie au présent, 20-24 mai 2005.
Vauday, P. (2009). Politique de la littérature et politique de la peinture dans l’esthétique
de Jacques Rancière. Lyon, France : Actes du colloque Jacques Rancière et la politique
de l’esthétique, 30 avril 2008.
Vauday, P. (2010a). La peinture en rythme. Paris, France : Actes du colloque Rythmes de
l’homme, rythmes du monde, séminaire de l’ENS de la rue d’Ulm 2006-2008.
Vauday, P. (2010b). Gauguin, voyage au bout de la peinture. Louvain-la-Neuve :
Academia Bruylant.
Villez, B. (2005). Séries télé : visions de la justice. Paris, Presses Universitaires de France.
Villez, B. (2009). Television and the Legal System, New York, Routledge.
Vinay, G. (2007a). La carrière d’un libertin ou De la dissipation . À travers l’opéra. Études
en l’honneur de Gilles de Van réunies et présentées par Andrea Fabiano, Paris :
L’Harmattan, pp. 133-148.
Vinay, G. (2007b). Quaderno di Strada de Salvatore Sciarrino. Paris : Michel de Maule, pp.
132-155.
Vinay, G. (2009). Maderna, chef d’orchestre «humaniste», A Maderna, vol 2, textes édités
sous la direction de Geneviève Mathon, Laurent Feneyrou, Giordano Ferrari, Paris :
Basalte Éditeur, pp. 535-553.
108/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Vinay, G. (2010). Boulez-Stravinsky : d’une conjonction – en plusieurs actes. La pensée de
Pierre Boulez à trtavers ses écrits (Actes du colloque tenu à l’École Normale Supérieure
les 4 et 5 mars 2005) – Textes réunis et présentés par Jonathan Goldman, Jean-Jacques
Nattiez et François Nicolas, Le Vallier-Sampzon : Éditions Delatour, 2010, pp. 177185.
Wagon, G., Degoutin, S. (2010a). Nogo Voyages: Attractions périphériques. Reims, Coll.
Transtopie. Etat des lieux 2008-2009, Esad, pp. 32-43.
Wagon, G. Degoutin, S. (2010b, à paraître). Built Metaphors: Gated Communities and
Fiction. 4e conférence internationale du réseau de recherche "Private urban governance
& gated communities", La Sorbonne.
Wauquier S. (2011, à paraître). Templates in French. M.Vihman, M. & T. Keren-Portnoy
(co-dir.), Readings in Phonological development, Templatic approaches, cross-linguistic
data, Cambridge University Press.
Wauquier, S., Nguyen, N., Tuller, B. (2009a). The dynamical approach to speech
perception: from fine phonetic detail to abstract phonological categories,. I.
Chitoran, C. Coupé, E. Marsico & F. Pellegrino, F., (co-dir.) Approaches to Phonological
Complexity. Berlin : Mouton de Gruyter, pp. 191-218.
Willoughby, D. (1998). Genèses du Dessin animé. Les récits d’un effet. in : Amey, C.,
Cheyrezy, C., Morizot, J., Olive, J.P., Willoughby, D. Le Récit et les arts, coll. arts 8,
UFR Arts, Philosophie et Esthétique, Université Paris 8. Paris : L’Harmattan.
Willoughby, D. (2001). La Synthèse Cinématographique, des Ombres aux Nombres / The
Cinematic Synthesis, from Shadows to Figures. in Bendazzi G. Alexeïeff Itinéraire
d'un Maître - Itinerary of a Master. Ed. Dreamland, CICA, Annecy-Cinémathèque
française, Paris.
Willoughby, D. (2009). Le cinéma Graphique. Une histoire des dessins animés, des jouets
d’optique au cinéma numérique. Paris : Textuel.
Zreik K. , Reyes-García E., (2008). A social hyperdimension of Media Art. in International
Journal of Design Sciences & Technology. Vol15 N°1. Published by Europia
Productions. ISSN 1630-7267. http://europia.org/IJDST/index.html
Zreik K., Reys Garcia E. (2008) (Editors). Emerging forms of computer art: making the
digital sense. Proceedings of the second Computer Art Congress. Toluca & Mexico
City, Mexique. 26-28 March 2008. Europia Pub. ISBN 978-2-909285-45-6.
7.3. CRÉATIONS
Antoine, Jean-Philippe (EA 4010)
Performance : Jean-Philippe Antoine & Leif Elggren, « (Moule, Muse, Méduse)2 », Nouveau
Festival, Centre Georges Pompidou, Paris, 26 octobre 2009.
Maurice Benayoun (EA 349)
•
The Dump, recycling of thoughts, selection de projets du blog The-Dump.net realises
par 9 artistes sous la direction d’Agnieska Kulazinska, LAZNIA Center for
contemporary art, Gdansk, Pologne, mai 2010
109/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
•
The Art Collider, dispositif en réseau, adaptation d’IN OUT, exposition
[UNCURATABLE (ART] INCURABLE), avril (avec SFAI San Francisco, Kunst
Universitat Linz, Cornell Ithaca et SVA New York, 2010
•
Le Marché des émotions, exposition Drouot Montaigne, Paris, 2010
•
World Skin, a photo Safari in the Land of War, V2, Rotterdam, janvier – mars, 2010
•
Last Life, monde persistant, jeu participatif sur l’économie de l’attention, La
Bellevilloise, janvier, 2010
•
TelescopeRA, Télescope de réalité augmentée, prototype présenté durant Futur en
Seine, Arc de Triomphe, Paris, juin 2009
•
IN OUT Architecture et conception du premier réseau de création connective pair à
pair (Peer to Peer). Citu 2008.
•
eMoving Stills Tirages numériques. Séquences photographique narrative sur la
Mécanique des émotions, 2008.
•
Still Moving, sculpture interactive, Frozen Feelings géant (3,5m de diamètre),
produisant une musique faite d’infrasons au contact du public qui semble la réveiller
de sa léthargie. Commande publique de la CNA P, l’étude entre dans la collection du
Fond National d’Art Contemporain. Première présentation à l’entrée du Grand Palais
ouvrant l’exposition du ministère de la recherche le 14 novembre 2008.
•
NeORIZON, installation urbaine sur la place de l’individu dans la ville, A l’image des
produits de consommation courante, il est converti en code barres 2D (QRCodes) qui
finissent par construire les villes. Première présentation: Century avenue, eArts
Festival, Shanghai, octobre 2008.
•
Le Distributeur Automatique d’émotion (Emotion Vending Machine), dérivé du concept
de merchandizing appliqué au flux des émotions, fournit automatiquement un
cocktail musical (J.B. Barrière) à partir du mixage d’une sélection de trois émotions
interprété par lecture des cartes appropriées. Le «consommateur» peut repartir avec
le cocktail chargé sur sa clef USB. Présentée pour la première fois durant l’exposition
Smile Machines (Berlin 2006) la Machine à été ensuite exposée là l’Espace Paul
Ricard à Paris, puis à la Galerie des Beaux Arts de l’Eesi à Poitiers et enfin au Cube
(Issy les Moulineaux) en version Emotional Ringtones distribuant des sonneries
téléphoniques «émotionnelles», 2008.
•
Scénographie permanente de l’Arc de Triomphe, Paris. En collaboration avec
Christophe Girault, architecte, conception et réalisation de l’exposition permanente à
l’occasion du 200ème anniversaire du monument. Approche et technologies
innovantes, permettent une relecture de la symbolique du monument, 2008.
•
World Skin, un safari photo au pays de la guerre, (nouvelle version PC mono écran)
War Tourists Photos, Installation, visiteurs de World Skin à FACT Liverpool
exhibition sk-Interface, 2008.
•
e-Stock 9-11 Trois écrans déroulants de LEDs rouges, le cour de trois émotions,
GLAD, MAD, SAD, le 11 septembre 2007, pour 3200 villes de la planète, 2008.
•
e-Spotting 9/11 e-Spotting 9/11 (Emotion Spotting) installation musique, Internet et
vidéo projection, 2007
•
Falling Pixels Installation vidéo, son, instance d’un projet issu du Dump. Exposition
Grenoble, 2007
110/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
•
eSpotting, tout d’abord présenté comme performance musicale en collaboration avec
Jean-Baptiste Barrière, durant le festival DEAF de Rotterdam, eSpotting est devenu
une installation pour l’exposition Sistemi Emotivi, au Palazzo Strozzi à Florence,
permettant au visiteur de mixer par le regard les émotions du monde, 2007.
•
Emotional Traffic (e-Traffic), Performance vidéo/musique avec Jean-Baptiste Barrière.
En ouverture du festival Ars Electronica de Linz, Autriche, où l’on joue des émotions
du monde comme autant d’instruments de musiques, 2005.
•
Emotional Stock exchange (e-stock) Internet, écrans déroulant de LED le cour des
émotions du monde. , Galerie 18 on the Bund, Shanghai, 2005.
•
Emotional Market (e-Market), Internet, moteur de recherche et d’analyse sémantique
du Web et sculpture numérique – matériaux divers. Le Marché des émotions du
monde présenté comme une boutique de luxe. Galerie Bund 18, Shangha, 2005i.
•
Cosmopolis, Overwriting the City Exposition artistique et scientifique sur la ville et le
développement urbain. Une des plus importantes installations interactives jamais
réalisées. Cosmopolis utilise 12 lunettes de réalité virtuelle et 12 écrans de projection
pour une taille globale de 1000m². Réalisée dans le cadre de l’année de la France en
Chine, cette installation constitue une nouvelle application du concept de mémoire
rétinienne collective. L’exposition à tourné en Chine rencontrant plus de 250 000
visiteurs. Pékin, Shanghai, Chongqing, Chengdu, 2005.
•
SFEAR, Internet, moteur de recherche et sculptures physiques. Le ballon géant de la
carte de la peur (World Emotional Mapping) flotte dans l’église Saint Pierre aux
Nonnains, Metz alors que les Frozen Fellings, les émotions figées de la planète, sont
présentées comme des reliques, 2005.
•
Frozen Feelings, Série de sculptures, instantanés de la cartographie émotionnelle du
monde. Transposition physique de la cartographie émotionnelle à l’aide d’une
fraiseuse numérique. World Emotional Mapping Cartographie dynamique des
émotions du monde. Analysant le système nerveux mondial. A l’origine de différents
projets : Far Near E-motion, Frozen Feelings, SFEAR, Emotional Market, 2005
Bonafoux, Pascal (EA 4010)
Commissariat d’exposition :
•
1991 Commissaire ( en collaboration avec Patrice Bachelard) de l'exposition
"Divergences" Galerie Nationale Slovaque (9-4/5-5) Bratislava, Karolinum (285/30-6) Prague.
•
Commissaire de l'exposition "Figures, carte blanche à Pascal Bonafoux", Brive, 27
juin, 22 septembre.
•
1992 Commissaire ( en collaboration avec Patrice Bachelard) de l'exposition "Aki
Kuroda, peintures, éditions" (Galerie Nationale Slovaque, Galerie Medium, Ecole
des Beaux-Arts, 13-2/15-3) Bratislava.
•
Conseiller international de M. Slobodnik, ministre slovaque de la culture.
•
Commissaire général de « Présences slovaques » (ensemble de manifestations
culturelles slovaques en France produites par les ministères français et slovaque de
la culture).
•
Commissaire de l’exposition des peintures de Aki Kuroda à la Hugh Lane, municipal
modern art gallery de Dublin, Irlande.
•
Commissaire de l’exposition Repères slovaques, Cité internationale des Arts.
•
1999 Commissaire de l’exposition Le livre et le désert, Pierre Skira, Jean Vérame,
111/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Institut français de Tel Aviv, Ambassade de France en Israël.
2000 Commissaire de l’exposition Chu Teh-Chun, Shanghai Art Museum, Shanghai,
Guandong Museum, Guandong, Chine.
2004 Commissaire de l’exposition MOI ! autoportraits du XXe siècle présentée du 3
mars au 25 juillet au Musée du Luxembourg, Paris, du 17 septembre au 9 janvier
2005 au Musée des Offices, Florence.
2008 Membre du comité scientifique de l’exposition Antonio Ligabue, L’arte difficile di
un pittore senza regola, Palazzo Reale, Milano, sous la direction de Augusto Agosta
Tota, 20 juin-26 octobre.
•
•
•
Commissaire invité de l’exposition Paris-Damas, regards croisés, Institut du
Monde arabe, Paris, 26 novembre-28 décembre.
•
Buchvald, Claude (EA 1573)
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Le Repas de Valère Novarina, mise en scène Claude Buchvald, Beaubourg, Festival
d'Automne Centre Georges Pompidou (50 représentations).
Tête d’Or de Paul Claudel mise en scène Claude Buchvald (Festival d’Automne 2001), qui
sera également créé au Quartz de Brest, puis au théâtre des Bouffes du Nord.
L’Opérette imaginaire, de Valère Novarina, mise en scène Claude Buchvald Festival
d’Automne 1998 (création au Quartz, Scène Nationale de Brest, puis au théâtre de la
Bastille ; reprise au théâtre des Bouffes du Nord (2000). Tournée en France et à l’étranger :
200 représentations).
Falstafe , de Valère Novarina d’après Henri IV de Shakespeare, mise en scène Claude
Buchvald au Théâtre National de Chaillot.(2007/08).
Vous qui habitez le temps, de Valère Novarina, mise en scène Claude Buchvald: saison 19941995 Théâtre de la Tempête (Cartoucherie).
La folie Sganarelle, d’après trois farces de Molière, l’Amour Médecin, Le mariage forcé, et la
jalousie du Barbouillé, mise en scène Claude Buchvald au théâtre de la Tempête à la
Cartoucherie de Vincennes.
L’Avant-dernier des hommes de Valère Novarina, mise en scène Claude Buchvald avec
Claude Merlin (créé en1997 au Théâtre d’Evreux, puis à la Chartreuse de Villeneuve les
Avignon lors du Festival d’Avignon, et repris au Lavoir moderne Parisien en 1998, puis
2006.
Ubu roi d’Alfred Jarry mise en scène Claude Buchvald, en 2003 (12 représentations).
Au Conservatoire national Supérieur de Musique et de Danse Der Schauspieldirektor de
Mozart et Prima la musica, poi le parole de Salieri en 2006, en coproduction avec la Cité de
la Musique.
A la MC 93 (Bobigny) Morderegripippiotaburofreluchamburelurecoquelurintimpanemen, adapté
de Rabelais, mise en scène Claude Buchvald (2003-2004).
La Cenerentola de Rossini, mise en scène Claude Buchvald, direction Laurence Equilbey en
2000, puis au théâtre des arts à Rouen et à la MC 93 de Bobigny.
Les Amours de Bastien et Bastienne de Mozart mise en scène Claude Buchvald, direction
Laurence Equilbey en 2002 (puis tournée et diffusion sur ARTE en 2008 ). Théâtre des
Arts de Rouen.
Dardanus de Rameau, mise en scène Claude Buchvald, direction musicale Emmanuelle
Haim, à l’Opéra de Lille, puis au théâtre de Caen et à l’Opéra de Dijon. (2009).
A l'Opéra de Colmar, l'Opéra de Strasbourg, au Théâtre de la Filature de Mulhouse,
The Musicshop de Richard Wargo avec Les Jeunes Voix du Rhin, mise en scène Claude
Buchvald, direction musicale de Vincent Monteil.
L’Odyssée… la nuit, adaptation et mise en scène de Claude Buchvald d’après Homère
112/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
(Théâtre de Caen, IMEC-Abbaye d’Ardenne, puis en Estonie, et au Théâtre de la Tempête,
Cartoucherie de Vincennes).
•
Vous qu i habitez le temps et l’Acteur sacrifiant d’après Lumières du corps de Valère
Novarina, mise en scène Claude Buchvald, en portugais à Rio à l’occasion de l’année de
la France au Brésil repris en 2010 à San Paulo et en tournée.
Chen, Chu-Yin (EA 4010)
Créations et expositions d’œuvres numériques:
• Vita-Morph - Une œuvre d’art monumentale numérique interactive pour le Hall de
Marché du Fleurs de Taipei, Taiwan. 2009
• Exposition « The Organic Flux »: au National Taiwan Museum Of Fine Arts, Taiwan.
2009
• Poussières de Vie dans le dispositif de réalité augmentée « Sur-Impression » réalisé
avec l’équipe du laboratoire INREV de l’université Paris 8, à la Chapelle des
Carmélites du Musée d'Art et d'Histoire de Saint-Denis, pour l’événement « Futur en
Seine », Paris. 2009
• Exposition au festival international des « Bains Numériques #4 », au Centre des Arts
d’Enghien les Bains, France. 2009
• Exposition rétrospective d’« Art Numérique » du département Arts et Technologies
de l'Image à l'occasion des 40 ans de l'université Paris 8. 2009
• Light Alive in Situ - Une œuvre d’art monumentale numérique interactive pour le Hall
d’Exposition du Parc Scientifique de Nangang, Taipei, Taiwan. 2008
• Création de l’installation interactive C Puissance C - festival international des « Bains
Numériques #3 », au Centre des Arts d’Enghien les Bains, France. 2008
• Exposition « Ondes - Ondulations - Oscillations » à la Galerie Les Contemporains,
Bruxelles, Belgique. 2007
• Exposition « Aqua-Lux » au centre culturel de Taiwan à Paris, France. 2006
• Exposition « Pseudo Hackers’ Art in Parallel Zones », Musée d’Art Contemporain de
Taipei (MOCA), Taiwan. 2005
• Exposition « Between Modern and Postmodern: Master Chun-Shen LI and Modern
Art in Taiwan» au National Taiwan Museum Of Fine Arts,Taiwan. 2005
• Mention d’honneur pour l’installation interactive QUORUM SENSING lors de la
compétition de Vie Artificielle VIDA 7.0, sponsorisée par la fondation Téléphonica ,
à Madrid, Espagne. 2004
• Exposition « Sciences & Arts Reseach Lab. Exhibition » (SARLE) à Berlin. 2004
• Exposition « Mutations » au château de Linardié, à Sénouillac, France. 2004
• Exposition pendant le festival international « CiberArt Bilbao 2004 », Espagne. 2004
• Exposition pendant le festival « E-magicien » à Valenciennes, France. 2003
• Exposition « Jeunes Artistes Taiwanais à Paris, Nouvelles tendances » au centre
culturel de Taiwan à Paris (France). 2003
• Création de l’Installation Interactive QUORUM SENSING - festival International
« Art-Outsiders », à La Maison Européenne de la photographie, Paris. Cette oeuvre a
reçu le prix de la SCAM et le prix du Public. 2002
• Exposition « Arts et Vie Numérique. Vers quelle forme d’émotion ? », Médiavillage à
Paris. 2001
• CyberZoo - spectacle musical et multimédia « Le Cirque du Tambour » - festival
« Agora – IRCAM », au Parc de la Villette, Paris. 2000
• Exposition pendant 2 nd festival « d’Art Multimédia Urbains » de Belfort, organisé
par le CICV. 2000
• Exposition d’images de synthèse au Salon d’Automne à Paris. 1999
113/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
•
•
•
•
•
Exposition « Convergence Art & Sciences », Collégiale Saint-Le-Puellier, Orléans.
1998
Intégration du film EPHEMERE dans l'exposition permanente « Terre et Vie » au
Palais de la Découverte, Paris. 1998
Exposition personnelle de l’œuvre numérique au siège de l'INRA à Paris. 1997
Exposition « Biennale Internationale d'Art Contemporain » de Senlis, catégorie Art
numérique. 1997
Présentation du film GRIS à l’IRCAM (Paris). 1996
Expositions de peintures et de dessins :
• Exposition "Master Chun-Shen Li and the Mordern Art in Taïwan" au Taiwan
Museum Of Fine Arts, Taichung (Taiwan). 2005
• Exposition "Artistes Taiwanais " à la Maison des Arts Europe Asie, Paris. 1997
• Exposition personnelle au musée d’Art de la ville de Taipei (Taiwan). 1995
• Exposition personnelle à la UP GALLERY à Taiwan. 1993
• Participation au Salon « Jeune Peinture, Jeune Sculpture » au centre culturel de
Courbevoie. 1993
•
Exposition personnelle à la Grande Masse des Beaux-Arts à Paris. 1992
•
•
Exposition des « Travaux des Elèves Diplômés 1991 avec les Félicitations du Jury » à
l'école des Beaux-Arts de Paris. 1992
Exposition au Musée National de Taiwan. 1992
•
•
•
Exposition à la galerie des Beaux-Arts à Paris. 1991
Exposition de gravures au Salon d’Automne. 1991
Exposition « Jeunes Artistes » à Versailles. (Prix de la gravure) 1991
Dubois, Jérôme (EA 1573)
•
•
•
•
•
2005. Mise en scène de la pièce L'augmentation de Georges Perec. Brno : Théâtre Husa
Na Provazku, République Tchèque.
2005 Mise en scène de la pièce L’aiguilleur du ciel de Gérald Gruhn. Brno : Théâtre
Husa Na Provazku, République Tchèque.
2005. Mise en scène de la pièce Annie, Bettie, etc. d’Allan Rosset. Brno : Théâtre Husa
Na Provazku, République Tchèque.
2003. Mise en scène de la pièce Maboulismia, adaptation théâtrale du roman Magorie
d’Alexandra Berkova. Brno : Théâtre Husa Na Provazku, République Tchèque.
2001. Dubois, J. & CLIS de Gutenberg Réalisation d'un conte numérique, Le seigneur
Jean Guirlande, le meneur de loups et la galipote, accessible le site de la Classe
d’Intégration Scolaire (CLIS) de l’Ecole Gutenberg de Parthenay.
Ferrari, Giordano (EA 1572)
Livret RE ORSO, avec Chaterine Ailloud-Nicolas, opéra de Marco Stroppa,
Opéra Comique à Paris (coproduction Ircam/EIC), création prévue le 9 juin
2011.
Fournier Willoughby, Dominique (EA 2302)
•
Plongeon ou le Grand Disque, film DV, 05 minutes, 2006
•
Nouvelle vague d’effets stroboscopiques, film DV, 06 minutes, 2005
114/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
•
Exposition rétrospective : Sa main Spire, École supérieure des beaux-arts de Luminy,
Marseille.Novembre 2005.
•
Édition DVD : Norman McLaren, 25 films choisis, experimental Film Collection,
Cinédoc Paris Films Coop - Paris, octobre 2006.
•
Exposition-Projection du film Nouvelle vague d’effets stroboscopiques, 2005, DV,
disques peints et animation numérique, 06’30“)
Heuillon, Joël (EA 1572)
•
•
•
•
Octobre 2001 : Version de concert de « Euridice » (Ottavio Rinuccini, Jacopo Peri),
dans les salons du Palais du Luxembourg (1er octobre) et à l’Acropolium du Festival
de Carthage (26 octobre)
Mai 2003 : Concerts-représentations de l’Euridice d’Ottavio Rinuccini et Jacopo Peri,
au Pavillon de Musique de la Maison d’Éducation de la Légion d’Honneur, à SaintDenis
26 mai 2007, concert : « Le pouvoir des Muses », en clôture de la journée d’études
« Savoirs anciens 1 » (INHA). Monodies italiennes du 17e siècle (Caccini, Monteverdi,
Frescobaldi, Kapsberger, Strozzi) avec les artistes : Alex de Valera, théorbiste, et
Veronica Onetto, soprano
mai 2009 : dans le cadre du colloque « La musique (tout) contre la danse ? » (INHA),
organisé par Isabelle Launay et Gianfranco Vinay : présentation scénique d’un
« madrigale rappresentativo» : « Le combat de Tancède et Clorinde » de Claudio
Monteverdi (avec une expérimentation chorégraphique), avec les artistes : Alex de
Valera, théorbiste, et Sébastien Lagrave, ténor et Mariangela Siani, danseuse.
Imbert, Henri-François (EA 2302)
•
Parution DVD de trois films, Editions Montparnasse, collection Le geste
cinématographique, Paris, février 2006 (Sur la plage de Belfast, Doulaye, une saison
des pluies, No Pasaran, album souvenir).
•
i.m.D (Installation vidéo), première présentation à la Biennale d’Art Contemporain
de Dieppe, été 2007
•
Le temps des amoureuses, film long métrage, 2009
Le Péron, Serge (EA 2302)
•
Co scénariste de L’armée du crime, film long métrage de Robert Guédiguian 2009.
•
Ecriture et réalisation de Françoise Dolto, le désir de vivre, film TV, 2008.
•
Ecriture et réalisation de « Lise et Artur London » ; Documentaire 84mn. .
Production : Extro. Diffusion : France 2. 2004.
•
Ecriture et réalisation de « J’ai vu tuer Ben Barka ». Film de fiction avec Charles
Berling, Simon Abkarian, Jean Pierre Léaud, Mathieu Amalric, Josiane Balasko.
Production : Maïa Film- Arte Cinéma. Sortie salles : novembre 2005
•
Ecriture et réalisation de « Un amour masqué : Sacha Guitry et le cinéma ».
Documentaire 52mn. Production Sylvie Pialat-Les films du Worso- France 3, avec la
collaboration de la Cinémathèque Française et la Bibliothèque nationale de France.
115/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
2007
Lioret, Alain (EA 4010)
•
Plant Beings (Espace EDF Electra, Paris) 2002
•
Light Beings (Centre International du Vitrail de Chartres) 2003
•
Painting Beings (Siggraph 2005, USA, Digital City 2006, GB, Art Escapes, Espagne,
ArtWare 2006, Pérou, Generative Art 2004 et 2005, Italie)
•
GalaBoids (Gecco, USA) 2010
•
Galatema (Generative Art, Italie) 2010
Loncke, Sandrine (EA 1572)
Auteur-réalisateur du film "La danse des Wodaabe", documentaire de 90', couleur, 2010.
Luciani, Simon (EA 2302)
2004 : réalisation du DVD « Bleu Nuit »
Nardin Patrick (EA 4010)
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
« Allers-retours », Frac Languedoc-Roussillon, Montpellier, été 2009
« Jardin d’images », Palais abbatial de Gorze, été-automne 2009
“Boum”, Kunstverein, Iéna
« Le temps des appareils », exposition collective, Centre d’art contemporain Faux
Mouvement, direction du projet avec P.D. Huyghe
“En-jeux”, projet collectif autour du jeu (Lilian Bourgeat, Roderick Buchanan, Claude
Closky, Eliane Drot-Gorse, Jean-Jacques Dumont, Alexander Györfi, Laurent Hart et
Julien Alma, Joël Hubaut, Jacques Julien, Stéphane Lallemand, Patrick Nardin,
Laurent Perbos, Uri Tzaïg), Metz 2006
Musée Matisse, Le Cateau-Cambrésis, exposition organisée par le Centre d’art
contemporain “Espace croisé”, Roubaix
« Le temps des appareils », projet collectif, Le Cube, Issy les Moulineaux, Université
Zokei, Tokyo
“Le cinéma en pièces”, Vidéozarts, Nantes
“Art in the Hinge”, Collection European Patent Amt, La Haye (Pays-Bas)
« Art-3 », installation vidéo en extérieur, Place Saint-Sulpice, Paris
« L’instant vidéo », Ecoles des Beaux-Arts d’Alger et d’Oran
Olive, Jean Paul (EA 1572)
•
•
Déplié – Froissé (pour ensemble à cordes), création à l’Institut Cervantes en mars
2009.
Neuf miniatures (sur des poèmes de Pierre Albert-Birot) pour deux récitants, un
violoncelle solo et deux ensembles de sept instruments, création en mars 2010
(commande de Densité 93). 2009
116/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
•
•
Inner Colors. Pièces pour deux ensembles vocaux (sur des textes de Sylvia Plath),
création prévue en mars 2011.
Le massacre des Innocents. 7 madrigaux pour une voix soliste et petit ensemble
instrumental, création prévue en mai 2011.
Pagès, Sylviane (EA 1572)
Assistante chorégraphe pour le solo A un fil, créé par Laurence Pagès, programmé à la
Biennale nationale de danse du Val-de-Marne, 2008.
Perrin, Julie (EA 1572)
•
•
Dramaturge pour Trajal Harrell, Quartet for the end of Time, New York, Dance Theatre
Workshop, New York, 2008
Dramaturge pour The Unbecoming Solo créé par Alexandre Roccoli, French Institute
Alliance française Festival, New York, 2007
Plessiet, Cédric (EA 4010)
•
Between The Lines, installation numérique artistique présentée en Slovénie au festival
internationale « city of women », à Londres pour le festival « Lingering whispers » et
l’exposition « EluKubr » à Paris, collaboration avec la plasticienne/performeuse
Maflohé : Création d’un dispositif interactif mettant en scène une diseuse de bonne
aventure virtuelle. 2010
•
De Chair et d’âme (spectacle de danse), spectacle présenté à Embrun en 2008,
àToulouse en 2009, collaboration avec la compagnie mobilis/immobilis : création
d’un dispositif interactif mettant en scène créatures virtuelles, peintures animées et
images en interaction avec un couple de danseurs et un musicien électro acoustique
2008
•
8 seasons (spectacle de danse Bûto, spectacle présenté à l’ECM Pessac en 2007, A
Poitiers en 2008 et l’Atrium de Chaville en 2009, collaboration avec la compagnie
mobilis/immobilis et le danseur Atsuchi Takenouchi : création d’un dispositif
interactif mettant en scène créatures virtuelles, peintures animées et images en
interaction avec un danseur Bûto et une musicienne, s’intégrant à mon travail de
recherche de doctorat sur le chapitre concernant l’interactivité. 2007
•
Deep-Blue (Installation artistique interactive), installation artistique de réalité
virtuelle, simulation de nage au milieu de banc de poissons interactif, Exposition aux
Bains Numérique Centre des arts d’Enghien. 2007
Roger, Jean-Henri (EA 2302)
•
Ecriture et réalisation de « Code 68 », Film de fiction sortie salle : juillet 2005
•
Réalisation de Lulu Film de fiction 2002
•
Co-réalisation de Cap Canaille Film de fiction 1983
•
Co-réalisation de Neige Film de fiction 1981
117/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Sèdes Anne, EA (1572)
•
Impératrice meurtrie, partition pour le Trio 3D, Voix, ondes martenot et Guitare.
Création prévue janvier 2011. Auditorium St-Germain, Paris.
•
Binauralités, installation audiovisuelle interactive, juin 2009, fonderie de l'Image,
Montreuil, Futurs en Seine 2009 (production Cap Digital)
•
Espaces sensibles, dipositif audiovisuel interactif pour la chorégraphe Laurence
Marthouret. Co-production Le CUBE - DiCREAM- ACCESS-Cie TranS 2004-2005,
création au Festival Acces(s), Pau, 2004.
•
La terre ne se meut pas, installation audiovisuelle interactive, collaboration avec Benoît
Courribet et Jean-Baptiste Thiébaud, 2003-2004, H2PTM'O3 St-Denis, 2003.
•
Impulsion, pour caisse claire et live électronique, pour le percussionniste Miguel
Bernat, 2002-2003, création à la Cité des Sciences et de l'industrie, Paris 2002.
•
Pour la clarinette, pour clarinette et live électronique pour le clarinettiste Ivan Solano,
création à la Cité des Sciences et de l'industrie, Paris, 2002.
•
Illusion, pour steel drum et live électronique, pour Le percussionniste Miguel Bernat,
création à St-Denis, 2001.
•
Figure d'embrassement, pour ensemble instrumental et live électronique, à Heidelberg,
2000.
Schwoebel Geneviève, (EA173)
•
•
•
•
Metteur en scène Comment va le monde, comment allez-vous ? Mise en scène d’un
Atelier de Création Expérimentale avec 9 acteurs/étudiants de composition
dramatique, équivalent Master professionnel du département Théâtre de L’Université
de Téhéran. Collaboration artistique Bino Sawitzvy(chorégraphe) 3 représentations.
Mission d’étude en Iran (28février/6mars) et répétitions à Téhéran (14avril/4mai)
Presse du journal du festival de Téhéran: The experimental Workshop like method of
creativity. 2008
1997 metteur en scène/Compositeur : 5 Etudes Théâtre National De Lorient (Dir :
Eric Vigner) 28/29/30/31 janvieravec La petite fabrique (NathalieCellier,
SophieMaillard, SophieClamart, Fabrice Pruvost, jérémie Maillard(violoncelliste)
Evénement : Espaces Sonores /Espaces Visuels. Invitée avec Eric Bosseur (Le Hasard et
John Cage) et J B Barrière (Art contemporain, Musique et Informatique, Ircam) par
l’Ecole des Beaux arts de Lorient. Initiative Gilles Lelain (sculpteur) Presse Le
télégramme 2/02 Inventer le théâtre d’Aujourd’hui, l’œuvre de Geneviève Schwoebel
1999 Metteur en scène Le Chevalier Silence de Jacques Roubaud, La Petite Fabrique
(24au 30mai) Evénement ; Germinations XI (24 /05au 12/09) Invités en résidence : G
Schwoebel, Valérie Dréville, Sylvie Péju, Charlotte Clamens (Ecriture et Théâtre)
Production : les arts et la culture et La Communauté Européenne.
Metteur en scène/montage d’auteurs en résidence : Olivier Cadiot, André Velter,
Charles Juliet, Pierre Sansot Dites-moi, où placez-vous l’horizon ? Médiathèque de
118/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
•
•
•
•
•
•
Pantin (29/01) collaboration J Paul Ruiz, installation Hommage au potager.
Evénement : Effet de Serre, rencontres en seine St Denis, journée inaugurale (de Janvier à
Juin) avec des climatologues, psychanalystes, écrivains, paysagistes avec La Petite
Fabrique (Sophie Maillard, loic Thiénot, Catherine Epars, Nathalie Houzé)
Partenariat : Mission du livre, Conseil général ,16 villes, université Paris13 et Paris 8
(jean louis Boissier) Revue en ligne Synesthésie. Dvd Effet de Serre. Une
représentation (octobre2000) Evénement: Lire en fête, Maison de l’Enfance. La
Courneuve.
2000 Metteur en scène Promenade dans La Serre, une déambulation dans La Serre
municipale de Pantin, In situ : Verrière Moderne style, collaboration des Espaces
verts, paysagistes et un compositeur Xavier Dessandre-Navarre (Journée Inaugurale
29 janvier de L’Evénement Effet de Serre)
2004 .Metteur en scène, événement : Un artiste /un lieu 5 rencontres avec le public en
Seine St Denis à travers 5 lieux, 5 artistes pluridisciplinaires (Nicolas Frize
compositeur, P Tourneboeuf, photographe, C. O’Loughin sculpteur, J L
Raharimanana(26/27/28mars) par le Conseil d’architecture et d’urbanisme et
d’environnement de Seine St denis.
2004 , auteur /metteur en scène Le Chemin Latéral, un dispositif de promenade dans
l’espace public, de Bobigny au canal de L’Ourcq (2 mai )par l’Art au quotidien, la
collaboration du groupe expérimental de P8, la Cie La Délivre.
2008 Mise en espace par l’atelier expérimental de P8 : Les ouvertures sont de jacques
Rebotier avec Dominique Gonin, Lara fenaille. Théâtre Gérard Philippe de St Denis,
carte blanche donnée à un auteur. Evénement : Un week end / Un auteur.
2009 Porteur du projet Journées Expérimentales autour de la Transversalité des arts
performatifs. Programmation de 11 Works in progress (8-9 mai) Evénement :
Poétiques de Printemps Théâtre de l’Epée de bois.
2010 Comment Habiter le passage ? Un dispositif plastique, théâtral et filmique au lieu
« la Marquise » (Le 5 juin, œuvre éphémère) qui a réuni vidéastes, jeunes architectes,
plasticiens, performeurs.
Tramus, Marie-Hélène (EA 4010)
Réalisations d’installations interactives en temps réel
• Sur-impression, 2009, Prototype artistique de réalité augmentée, développé en
collaboration avec quatre chercheurs de l’INREV (C. Plessiet, C. Chen, A.L. GeorgeMolland, P. Ruiz) dans le cadre des Prototypes technologiques de l’appel à projet
Futur en Seine du pôle de compétitivité Cap Digital de l’île de France et présenté in
situ dans la Chapelle des carmes de Saint-Denis. Ce dispositif de réalité augmentée
permet de révéler, c'est-à-dire de rendre visible aux yeux d'un spectateur un monde
imaginaire évoluant à son insu dans l’espace de la voute de la chapelle du Carmel de
Saint-Denis et avec lequel il peut interagir.
• Expositions : Futur en Seine 2009, in situ dans Chapelles de carmélites du musée
d’Arts et d’Histoire de Saint-Denis.
• L’Artaud-phone, 2006, création d'une performance interactive (Michel Bret, M.H.
Tramus, Philippe Tancelin, Stéphanette Vendeville): L’Artaud-phone est une
installation conçue, sur une idée de S. Vendeville, à partir de portraits dessinés par
André Masson ou par Balthus, ou encore par Jean Dubuffet, et aussi par Artaud luimême, où le visage d’Antonin Artaud se met à vivre selon les phrases énoncées par
un acteur et puisées dans des textes inédits d’Artaud.
119/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
•
•
•
•
•
•
La funambule virtuelle, 2000-2005 La funambule virtuelle, propose au spectateur de
devenir un funambule qui interagit avec l’être virtuel au moyen d’un balancier équipé
d’un capteur de mouvement. Ce capteur transmet à l’ordinateur des informations de
position et d’orientation interprétées en temps réel comme des forces agissant sur
l’acteur dynamique de synthèse contrôlé par des réseaux neuronaux.
La Muse et le Poète, 2003, création d'une performance interactive (Michel Bret, M.H.
Tramus, Philippe Tancelin, Stéphanette Vendeville) : La muse virtuelle interprète, par
le mouvement, la poésie Corps de Philippe Tancelin qu’elle «entend », selon la voix du
poète et selon l'improvisation dansée de Stéphanette Vendeville.
Représentation à l'université Paris 8 dans le cadre du " printemps des poètes" 2003,
organisé par le Centre International de Créations d'Espaces Poétiques, mars 2003.
Les glossolalies d’Orphée, 2002, participation à la performance numérique de l’équipe
de recherche INREV, avec Hervé Huitric, Monique Nahas (création de choristes
virtuels interactifs), Jocelyne Kiss (composition musicale et livret), chanteurs réels :
Jocelyne Kiss, Bérénice Hennebois, Fabien Perez, acteurs réels : Philippe Tancelin et
Stéphanette Vendeville (danse), avec la création d’un ballet interactif de danseuses
virtuelles évoluant selon la musique et selon les mouvements d’une danseuse réelle
(M. Bret, M.-H. Tramus).
Danse avec moi, 2001 Danse avec moi propose au spectateur d’interagir en temps réel
avec une danseuse virtuelle. Le spectateur interagit, au moyen d’un capteur de
position qu’il porte à la ceinture et la danseuse virtuelle grâce à des réseaux
neuronaux improvise des pas de danse.
Corps et Graphie, 1997 L’idée de ce dispositif est de proposer au spectateur de
devenir chorégraphe: il compose à partir de plusieurs danseuses synthétiques une
sorte d’organisme vivant se mouvant en temps réel.
Expositions :
• Arts-outsiders, Maison Européenne de la Photographie, Paris, France, 2001 ; Salon
d’automne, Paris, 2001.
• Les Bains numérique, 2005
• Les E-magiciens Valenciennes, France, 2001.
• Virtual World 2000, Paris, 2000 ; Salon d’automne, Paris, 2000,
• Les chemins du numérique, Reims, 2001 ;
• Le cube s’ouvre à Issy les Moulineaux, exposition d’art numérique au CUBE, 2001,
• Les E-magiciens Valenciennes, France, 2001.
• Exposition Œuvres numériques pour l’espace urbain dans le cadre 4 ème états généraux de
l’écriture interactive, Art3000-Le Cube, Issy-les-Moulineaux, octobre 2002.
• Exposition Emotion artificielle 3.0, Centre Culturel ITAU, Sao Paulo, Brésil, 22 Juillet
2006.
• Arts Electroniques de Rennes, France, 1997 ;
• Cybermonde 97 à Montréal, Canada, 1997 ;
• Ars Electronica à Linz, Autriche, 1997 ;
• Créations Interactives Multisensorielles, Centre culturel Landowsky, Boulogne, France,
1998 ;
• Biennale de Senlis 98, France, 1998 ;
• Rencontres de l’Atelier Brouillard-Précis aux friches de la Belle de mai, Marseille, France,
2000
• Média-Village, Paris, France, 2001 ;
• Arts-outsiders, Maison Européenne de la Photographie, Paris, France, 2001 ;
• Les E-magiciens Valenciennes, France, 2001.
• La speakerine de synthèse, 1990
• Projet de La speakerine de synthèse réalisé en collaboration avec Hervé Huitric, Monique
120/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Nahas, Michel Saintourens, ainsi qu’avec le CNET de Lannion pour la synthèse
vocale. Un visage de synthèse 3D prononce en temps réel, avec une voix synthétique
tout texte en français dactylographié au clavier de l’ordinateur. Prix spécial du jury
de Paris Cité, 1990 ; Festival du cinéma animation d’Annecy 1989, PIXIM 89,
Eurographics 89. Présentations au MICAD 1990, à INOVA 1990, au CITEF 89.
Collaboration aux expositions :
• PIXIM, La Villette, 1988, Paris;
• Artifices, Saint-Denis, octobre 1990;
• Foire Internationale de l'Art, Francfort, avril 1991;
• Machines à communiquer, La Cité des Sciences, 1992;
• The robots, Nagoya, Japon, 1992;
• La Biennale de Kwangju en Corée, 1995,
• Press/Enter, Toronto 95,
• Images du Futur 95, Montréal 1995 ;
• Créations Interactives Multisensorielles, Centre Culturel Landowski, Boulogne,1998
• La Biennale du Mercosul, à Porto Allegre, au Brésil en 1999 ;
• Rencontres de l’Atelier Brouillard-Précis aux friches de la Belle de mai, Marseille, 2000
• Les Chemins du Numérique, Reims, 2000 ;
• Les E-magiciens Valenciennes, France, 2001 ;
• Arts-outsiders, Maison Européenne de la Photographie, Paris, France, 2001 ;
• Imagina 2002, Monte-Carlo. etc…
Films d’animation de synthèse
Collaboration aux films suivants avec Hervé Huitric et Monique Nahas :
• Dis la chose comme elle est (Entretien entre un Diderot de synthèse et des acteurs réels
interprétant les propres personnages créés par cet auteur), 1994.
• Animation de bases de données laser à partir de capteurs, 1994. Ce film a obtenu le Prix
de la recherche à la manifestation Eurographics, 1994.
• Animation de bases de données laser (acteur virtuel), 1993. Ce film a obtenu le Prix de la
recherche à la manifestation Imagina, Monte-Carlo, 1993.
• Le Gros Bouillon (valse de personnages de synthèse), 1992.
• La Grande Roue (animation de corps), 1992.
• Indodondaine (animation de corps), primé à la manifestation Ars electronica, Linz
(Autriche), 1991.
• Ces trois films ont été présentés, entre autres, à Ars Electronica 91 (Linz), au festival
de Locarno 91 et 92, à Images du futur 91, 92 et 93 (Montréal), à Eurographics 91, 92,
92 et 93, Isea-Minneapolis 93.
• Pygmalion (animation de corps et de visages), 1988 a obtenu le prix scientifique à
Eurographics 88. Il a été sélectionné et présenté à Siggraph 89, ainsi qu’à Arbit 89, et à
Pixim 88 dans la Géode de la Villette .
En collaboration avec le groupe Rimel Mathos:
• Balibul, 1986 primé à Imagina, Monte-Carlo, 1986. Présenté à Parigraph 86, au
colloque Images et ordinateur de Lisbonne, et à la manifestation Imaginaire Numérique
86, Saint-Étienne.
En collaboration avec le groupe Illegal command:
• Gastronomica, 1985 Ce film a été présenté à Siggraph 85, à Parigraph 85, à Imagina 85,
et a participé aux expositions les Immateriaux (CCI Centre Pompidou, juin 1985), et
Arts et Industries (Grands Palais, 1985).
Réalisations de dispositifs vidéo
• 1978-1983 Création d’une dizaine de dispositifs vidéo à plusieurs écrans: Filmer le
121/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
temps, Vitesse, Masques, Neige, Totem, Mouvement immobile, Tête-Bêche, Pendule, 45-3345 tours, Derviche tourneur, Stroboscopie, Télescopage, Tango, Enchâssement. Exposition à
la galerie Médicis, 1981.
Wagon, Gwenola (EA 4010)
•
•
•
•
•
Late Night LACMA (Los Angeles County Museum of Art), june 26th. 2010
Utopia Factory, CPIF, Les Passerelles. Pontault-Combault. 2010
Hors Pistes, Centre Pompidou, Paris. 2010
Biennale Version Beta, Centre pour l'Image Contemporaine Saint-Gervais, Genève.
2008
Command Z", Torrance Art Museum,Torrance, Mars à mai. 2007
7.4. ANR & AUTRES GRANDS PROGRAMMES
Bachrach, Asaf (UMR7023)
Participant dans l’ANR : "Neural bases of hierarchical constituent structure"(Acronym:
CONSTRUCT; PI: Christophe Pallier. Comité d’Evaluation SVSE 4 Neurosciences)
Benayoun, Maurice (EA349 )
Projets négociés et dirigés ou co-dirigés (sub. Paris 8 : env. 2 000 k€)
•
Terra Numerica (FUI)
•
La Montre Verte (Futur en Seine)
•
City Pulse (DUI : Web Innovant)
•
Capteurs (Feder)
•
Terra Dynamica (FUI)
•
Sebastian 2 (FUI)
•
Capture (FeS)
•
Projets initiés et dirigés (sub.: env. 350 k€)
•
TelescopeRA de Réalité Augmentée (FeS)
•
The Art Collider (FUI + FeS + programme Face Ambassade de France aux EtatsUnis)
•
KITSUN (DUI : Proxima Mobile)
•
Affective Chair (FeS)
Blondel, Marion (UMR 7023)
Membre ANR COLAJE (Aliyah Morgenstern, Paris3, http://colaje.risc.cnrs.fr/index.php)
Partenaire projet subventionné par le Québec. (Parisot et coll. : CRSH-FII 2009-2010)
Responsable partie française d’un partenariat stratégique franco-québécois (Blondel, Parisot
et coll. : CFQCU 2009-2011).
Responsable projet subventionné par la DGLFLF (Alternance Codique), Blondel et al. 2010
Bonnet, Eric (EA 4010)
(2009-2012) Développement d’un projet validé par l’ANR de 2009 à 2012 dans la ligne de
recherche : « La création : acteurs, objets, contextes » : PRATICABLES. Dispositifs
artistiques : les mises en œuvre du spectateur. Un projet de recherche initié dans le cadre de
122/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
l’université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, laboratoire Calhiste, en partenariat
avec le CiTu (Création interactive transdisciplinaire universitaire, fédération de laboratoires
des universités Paris 1 et Paris 8).
Boutet, Dominique (UMR 7023)
•
CREAGEST (2008-2012), ANR Corpus et Outils en SHS, responsable d'un des cinq
sous-projets : « Etude de la morphogenèse du sens dans la gestualité humaine ».
Dotation : 208 000 €
•
GestualScript (2009-..), Collaboration au montage d'un programme de recherche sur
l'écriture de la LSF, et suivi de projet dans le cadre de l'ESAD (Ecole Supérieure
d'Arts et de Design) d'Amiens. Dotation : 100 000 €
BQR Bonus Qualité Recherche (2010), Aide pour l'organisation d'un journées d'études
internationale à Montréal, dans le cadre du colloque TALN 2010. Dotation : 5000 €
MARSQPAT(2009-2011), projet franco-québécois, en charge de la partie gestualité.
Ce projet est soutenu par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada
(CRSHS). Dotation : 45 000€
APOGESTE (2008-2009), projet exploratoire de rassemblement de la communauté
gestualiste, financé par l'ISTC. Dotation : 7000 €
LS-SCRIPT (2004-2006), en charge d'un sous-projet Projet RIAM exploratoire
ministère de la Culture et de la Communication, ministère délégué à l’Industrie et
ministère délégué à la Recherche et aux Nouvelles Technologies. Dotation : 304 000€
Projet LSF (2003-2005): quelles conditions pour quelles formes graphiques ?,
financement par la Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de
France (DGLFLF, Ministère de la Culture). Dotation : 18 000€
AS STIC Interaction Gestuelle CNRS (2002-2003), Étude et développement de la
communication Homme-Machine visuo-gestuelle, intervention dans ce cadre.
Dotation : 30000€
•
•
•
•
•
•
Courtin, Cyril (UMR 7023)
•
•
•
•
•
Projet Hospitalier de Recherche Clinique (2010-2012). Transposition du Mini-èMental
States en Langue des signes : le MMS-LS. Contrat avec la faculté de médecine de Lille
– Hôpital Saint Philibert (Dr B. Drion) et l’université de Namur (L. Meurant),
Participant.
Agence Nationale pour la Recherche (2007-2011) : ANR−06−CORP−012−03 :
CREAGEST : réalisation de corpus de données visuelles pour l'analyse des processus
de création d'unités gestuelles (LSF et Gestualité naturelle). Participant.
Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France (2005-2006).
« Evaluation des compétences linguistiques en LSF », responsable du projet.
Action Ecole et Sciences Cognitives du ministère de la Recherche, 2002-2004
« Evaluation des compétences linguistiques en LSF », participant.
Action Cognitique du ministère de la Recherche (2000-2002). Projet « Bases neurales
de la langue des signes ». Participant.
Decroisette, Françoise (EA 4385)
123/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Programme Action incitative jeunes chercheurs, Euridice 1600-2000, L’opéra baroque entre
archéologie, interprétation et représentation, avec Joël Heuillon et Christian Cheyrezy, 19992002.
Ferrari, Giordano (EA 1572)
Porteur du projet Dramaturgie Musicale Contemporaine en Europe (DMCE) pour l'obtention
du projet ANR « Jeunes chercheuses et jeunes chercheurs » 2005-2008.
Frigout, Sophie (EA4386)
Membre du Projet INCA, Pratiques représentations sociales et incitation au dépistage :
perception du cancer colorectal et de ses risques, laboratoire LAPPS, Université Paris8.
Fusellier Souza, Ivani (UMR 7023)
•
•
•
Coresponsable du sous-projet 1 « Acquisition de la LSF » du projet ANR CREAGEST
(Univ. Paris 8, Univ Paris 5 & CNRS Caen, Univ Lille 3), 2008-2012.
Responsable (France) du projet européen Leonardo « SpreadtheSign », 2007-2009.
Participation au projet « TempTypac » depuis 2007, responsable B. Copley, Projet
TUL, UMR SFL.
Garcia, Brigitte (UMR 7023)
•
•
Chef de file du projet ANR LS SCRIPT (Projet exploratoire pluridisciplinaire RIAM)—
2005-2007 (http://lsscript.limsi.fr).
Coordinatrice du projet ANR CREAGEST (Univ. Paris 8, Univ Paris 5 et CNRS Caen,
Univ Lille 3), 2007-2012.
Hansen, Mikkel B. (EA 4386)
2005 Conseil de recherche danois. €50.000. Projet: Le développement des théories de l'esprit.
Heuillon, Joël (EA 1572)
2001-2004 : Action Concertée Incitative Blanche : « Euridice 1600-2000. L’opéra “baroque”
entre archéologie, interprétation et représentation. »
Hickmann, Maya (UMR 7023)
•
•
•
Responsable scientifique du GDR 3195 (CNRS INSHS/INSB) : Langues, langage oral et
cognition : acquisition et dysfonctionnements – nouvelles approches. Projet en cours.
Responsable scientifique pour la France du Projet franco-allemand ANR-DFG
Utterance structure in context (LANGACROSS), comprenant un Axe thématique :
Espace-Temps (2008-2013) Projet en cours.
Responsable de l’axe « Développement de l’enfant » dans le cadre du projet ANR
Spatial representations in a life-span perspective : Cognitive and developmental factors in the
construction of real and virtual itineraries (SPALIFE, Resp. V. Gyselinck, Paris 5, 20092012). Projet en cours.
124/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
•
•
•
•
•
•
•
Participation à l’élaboration et à la poursuite d’un projet PEPS Discours et cognition
spatiale chez l'enfant aveugle (Resp. N. Lewi-Dumont, Modyco, Paris 10, 2009-2010).
Projet en cours.
Responsable scientifique d’un projet financé par la Deutsche Forschungsgemeinschaft
(Fondation des Sciences Allemande) : Time and space in first language acquisition (19911994), suivi d’une convention d'échange entre la Max Planck Gesellschaft et le CNRS :
Espace et temps : Acquisition de la langue maternelle par l’enfant et d’une langue seconde par
l’adulte (1996-1997).
Responsable de l’opération Catégorisation et grammaticalisation de l’espace dans le GDR
1955 du CNRS, Diversité et évolution des langues : enjeux cognitifs (Responsable
scientifique du GDR : S. Robert, 1998-2002).
Responsable de l’Axe Développement dans le Projet ‘Cognitique’ Les entités spatiales et leur
catégorisation dans la langue et la cognition (Responsable scientifique du projet : M.
Aurnague, 1999-2001).
Responsable scientifique du Projet ‘Ecole et Sciences Cognitives’ Grammaticalisation et
bilinguisme chez l’enfant et chez l’adulte : Aspects didactiques et dysfonctionnements,
comprenant un Axe thématique : représentation de l’espace (2001-2003).
Responsable de l’Axe Développement dans le projet La localisation et le mouvement dans
la langue et dans la cognition : études comparatives inter-langues de l’adulte et de l’enfant.
Contrat dans le cadre de l’ACI Espace et Territoires (Responsable scientifique du projet :
M. Lemmens, 2003-2005).
Participation dans le projet Grammaticization processes in language acquisition : nouns and
verbs across languages, Contrat dans le cadre du programme blanc de l’ANR
(Responsable scientifique D. Bassano, 2006-2010).
Lenart, Ewa (UMR 7023)
•
•
•
•
•
Membre du réseau européen Language Acquisition Network in Europe (Max Planck
Institut for Psycholinguistics, Nijmegen) Projet en cours.
Membre du projet PARI (Aide à la recherche Paris 8 soumis pour 2010/11)
« Connaissances initiales dans l'acquisition d'une nouvelle langue par des adultes »
Projet en cours.
Membre du projet APN (2JE454) « Construction du discours par des apprenants des
langues, enfants et adultes » (2000-2002). Un des axes de ce projet portait sur la
référence à l’espace dans les discours en L1 et en L2.
Membre du programme européen « The comparative study of L2 Acquisition » (Max
Planck Institut for Psycholinguistics, Nijmegen) (2004-2010). Groupe de recherche
« The Topic Component ».
Membre du projet franco-allemand ANR-DFG Utterance structure in context
(LANGACROSS), comprenant un axe thématique : Espace-Temps (2008-2010).
L’Huillier, Marie-Thérèse (UMR 7023)
Membre du projet ANR CREAGEST (Univ. Paris 8, Univ Paris 5 et CNRS Caen, Univ Lille 3),
2007-2012 —Coordinatrice nationale des deux équipes d’enquêteurs sourds dans deux sous-projets.
Plessiet, Cédric (EA 4010)
125/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Futur en Seine 2009 du pôle de compétitivité Cap digital
Saemmer, Alexandra (EA349)
2010-2012 : Co-direction du projet de recherche USET(Construction de la signification par
l’usager des sites d’entreprisestunisiennes et françaises dans un contexte économique francotunisien :approche sémiotique et analyses d’usages interculturels) – projet financé pour trois
ans dans le cadre des appels d’offre Egide-Utique.
Sales-Wuillemin, Edith (EA, 4386)
Coordination du programme PRESID (INCA, 178 900 euros)
Sallandre, Marie-Anne (UMR 7023)
Coresponsable du sous-projet 1 « Acquisition de la LSF » du projet ANR CREAGEST (Univ.
Paris 8, Univ Paris 5 & CNRS Caen, Univ Lille 3), 2008-2012.
Sèdes, Anne (EA 1572)
2001_2004 ACI Jeunes Chercheurs « Espaces sonores ».
2006-2010 HD3Diio-HD3D2 (Haute Définition Trois Dimensions, initiative pour une
industrie ouverte), programme Cap Digital.
2007-2010 VIRAGE, nouvelles interfaces de contrôle et d'écriture pour l'industrie culturelle et
le spectacle vivant. Programme ANR Audiovisuel et Multimédia.
Tramus, Marie-Hélène (EA4010)
Projets en collaboration :
2000 – 2003 Art et cognition (ACI cognitique 2000)
2004 Arts et cognition (Fonds pour la science)
2007-2009 HD3Diio-HD3D2 (Haute Définition Trois Dimensions, initiative pour une
industrie ouverte), programme Cap Digital.
2009 Sur-Impression (Futur en Seine)
Watorek, Marzena (UMR 7023)
•
•
•
Membre du GDR 3195 (CNRS INSHS/INSB) : Langues, langage oral et cognition :
acquisition et dysfonctionnements – nouvelles approches. Projet en cours.
Membre du Projet franco-allemand ANR-DFG Utterance structure in context
(LANGACROSS), comprenant un Axe thématique : Espace-Temps (2008-2013). Projet
en cours.
Membre du réseau européen Language Acquisition Network in Europe (Max Planck
Institut for Psycholinguistics, Nijmegen). Projets en cours.
126/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
•
•
•
Porteur du projet PARI (Aide à la recherche Paris 8 soumis pour 2010/11)
« Connaissances initiales dans l'acquisition d'une nouvelle langue par des adultes ».
Projet en cours.
Porteur du projet ANR-ORA (projet à 3 partenaires : ANR – DFG – NWO) : Varieties
of Initial Learners in Language Acquisition: Controlled classroom input and elementary
forms of linguistic organisation (VILLA) (2011 – 213). Projet en cours.
Responsable scientifique du projet APN (2JE454) « Construction du discours par des
apprenants des langues, enfants et adultes » (2000-2002). Un des axes de ce projet
portait sur la référence à l’espace dans les discours en L1 et en L2.Membre du
programme européen « Dynamic of learner variety » (Max Planck Institut for
Psycholinguistics, Najmegen) 1993 – 2009. Participation dans les travaux portant sur la
représentation spatiale et l’acquisition de L2.
Wauquier, Sophie (UMR 7023)
•
•
•
•
Membre du GDR 3195 (CNRS INSHS/INSB) : Langues, langage oral et cognition :
acquisition et dysfonctionnements – nouvelles approches. Projet en cours.
Contrat ESRC : RES-062-23-1889 (Royaume-Uni). Partenaire du projet
« Psychological significance of production templates in phonological and lexical
advance : A cross-linguistic study. Projet en cours.
• 2004-2006 ACI Systèmes complexes en SHS. Partenaire du projet "Vers un modèle de
l'émergence des représentations symboliques dans le traitement de la parole", dirigé par N.
Nguyen (Laboratoire CNRS, UMR 6057, Université Aix en Provence), avec Maïtine
Bergounioux (Orléans), Betty Tuller (Florida Atlantic University, USA). L’ensemble du projet,
résultats, communications, rapports est consultable à l’adresse suivante :
http://www.lpl.univ-aix.fr/~nguyen/sys_comp.html
• 2002ATIP-jeunes chercheurs « Des formes sous-jacentes aux variantes de surface :
reste-t-il des traces de la structure syllabique et segmentale sous-jacente dans les cas
d’enchaînement et de chute de schwa en français ? » dirigé par Cécile Fougeron
(CNRS, UMR 7018), en collaboration avec Annie Rialland (CNRS)
7.5. PRIX & DISTINCTIONS
Antoine, Jean-Philippe (EA 4010)
•
Membre junior de l’Institut universitaire de France (IUF), 1995-2000.
•
Chercheur invité ( Paul Mellon Visiting Senior Fellowship), Center for Advanced Study
in the Visual Arts (CASVA), National Gallery of Art, Washington, DC, États-Unis.
(Septembre-Octobre 2005).
•
Chercheur invité (Terra Foundation Senior Fellowship), Smithsonian American Art
Museum, Washington, D. C., États-Unis. (Janvier-Août 2007)
Benayoun, Maurice (EA349 )
•
Chevalier des Arts et Lettres (2000)
•
Lauréat de la Villa Medicis hors les murs (1993)
•
Prix SACD Multimédia, Paris 2009.
•
Prix Qwartz Arts Numériques, MCD Paris 2009.
127/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
•
Lauréat avec Christophe Girault du concours pour l’installation permanente de l’Arc
de Triomphe, Paris 2006
•
Lauréat avec Jean Nouvel du concours d’architecture pour la station de Métro
Franklin Roosevelt, Paris 2000
•
Grand prix, catégorie art interactif, Ars Electronica, Linz, juin 1998
•
2e Prix, Images du futur ‘96, catégorie génériques, Montréal 1996
•
2e Prix, Imagina 1996, catégorie génériques, Monte-Carlo fév.1996
•
Finaliste Best Achievement, International Monitor Awards, catégorie génériques, Los
Angeles, oct. 1995
•
Honorary Mention, Ars Electronica Linz, Autriche, avril 1995
•
Prix José Abel, Cinanima, Espinho, Portugal, octobre 1994
•
Trophée d’argent, Espace Création, F.A.U.S.T., Toulouse, novembre 1994
•
Distinction (2ème prix), Ars Electronica Linz, Autriche, juin 1994
•
3e prix, catégorie Fiction, Imagina 94 Monte-Carlo, février 1994
•
International Monitor Awards 93, Los Angeles, juillet 1993
•
International Monitor Award, catégorie Best Electronic Special Effects
•
International Monitor Award, catégorie Best Video Paint Design
•
International Monitor Award, nomination, catégorie Best Computer Animation,
•
1er prix, catégorie génériques, Imagina 93 Monte-Carlo, février 1993
•
3e prix, catégorie fiction, Imagina 93 Monte-Carlo, février 1993
•
Villa Medicis Hors Les Murs, ministère des affaires étrangères, 1993
•
Prix Troisième dimension, SCAM Paris, novembre 1991
•
Prix du meilleur scénario, Paris Cité 91 Paris, octobre 1991
•
Honorary Mention, Ars Electronica Linz, Autriche, septembre 1991
•
1er Prix, catégorie Artistic Animation Truevision Videographic, SIGGRAPH, Las
Vegas, États Unis, juillet 1991
Bonafoux, Pascal (EA 4010)
•
•
•
•
•
•
•
Officier dans l'Ordre des Arts et des Lettres.
Cena Ministra Kultury Slovenska Republiky 1991 (Prix du Ministre de la
culture de la République slovaque).
Ordre du ministère de la Culture de la République slovaque.
Ordre de Cyrille et Méthode de la République slovaque.
LES PEINTRES ET L'AUTOPORTRAIT, Skira, Genève 1984. Prix de la Société
des Gens de Lettres
REMBRANDT, AUTOPORTRAIT, Skira, Genève 1985. Prix Elie Faure,
Gutenberg du plus beau livre de l'année 1986, Prix Charles Blanc de l'Académie française.
CEZANNE, PORTRAIT, essai, Hazan, Paris, 1995, Prix Thorlet de l’Académie
des Beaux-Arts
128/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
•
•
MOI JE, PAR SOI-MÊME, autoportraits du XXe siècle, Diane de
Selliers éditeur, Paris, 2004, Grand Prix du Jury de La Nuit du Livre, Salon
du Livre 2004, Prix Cercle Montherlant - Académie des Beaux Arts 2004
MONET, 1840-1926, Perrin, Paris, 2007 (réédition collection
Tempus, 2010), Prix Guérout de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts
de Rouen
Buchvald, Claude (EA 173)
Chevalier des arts et des lettres
Chen, Chu-Yin (EA 4010)
•
2004, Mention d’honneur pour l’installation interactive Quorum Sensing de la
compétition de Vie Artificielle VIDA 7.0, Madrid, Espagne.
•
2002, prix de la SCAM pour l’Installation Interactive Quorum Sensing.
•
2002, prix du public du Festival Ars Outsider pour l’Installation Interactive
Quorum Sensing.
Cordingley, Anthony (EA1569)
•
•
•
•
•
•
•
•
Bourse de recherche, CROUS, Gouvernement français, 2005-2006 (Un de deux
bourses octroyées à un Australien chaque année pour faire des recherches en France.)
Prix d’excellence pour l’enseignement, Université de Sydney (2004).
Bourse doctorale, Gouvernement de l’Australie, 2003.
Médaille d’or de l’Université de Sydney en Littérature, 2001.
Prix de la littérature anglaise, Association Anglaise (Division de Sydney), 2001.
Prix James Coutts pour la littérature anglaise, Université de Sydney, 2001.
Bourse internationale, Université de Glasgow, Ecosse. Mention très bien, 1998-89.
Bourse Walter Reid, Université de Sydney (1996/1997/1998).
Dubois, Jérôme (EA 1573)
Prix d'interprétation (2005), L'augmentation de Georges Perec, Festival Festivadlo, Théâtre
Husa na provazku, République Tchèque.
Ferrari, Giordano (EA 1572)
2008 : dans le cadre du Prix des Muses, obtention du « Prix du document » pour
A' Bruno Maderna, ouvrage dirigé avec Laurent Ferneyou et Geneviève Mathon.
Hickmann, Maya (UMR 7023)
129/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Elue membre de l’Academia Europaea (Académie Européenne des Sciences, section Sciences du
langage).
Kokosowki, Michelle (EA 173)
•
•
•
•
•
•
•
Chevalier des arts et des lettres
Officier des Arts et Lettres
Médaille de la Ville de Nancy
Prix "Stanislaw Witkiewicz" de l’Institut International du Théâtre à Varsovie
(Pologne) Médaille du Mérite pour la Culture Polonaise (Michèle Kokosowski)
Membre du Comité d’Honneur de l’Année Grotowski 2009 sous les auspices de
l’UNESCO et des ministères de la Culture polonais et français
Médaillée de la Ville de Palerme (Italie)
Prix "CANCER IN BLUE", dans le cadre du 10ème anniversaire du Progetto
Amazzone à Palerme (Italie)
Loncke, Sandrine (EA1572)
Grand Prix Nanook-Jean Rouch du Festival International Jean Rouch 2010, Second Prix du
Festival du Film de Chercheur 2010.
Martin Roxane, EA 1573 (chercheuse associée à l'EA "Scènes et savoirs")
• Prix de l’Académie Française Roland de Jouvenel 2008 : La Féerie romantique sur les
scènes parisiennes (1791-1864., Paris, H. Champion, 2007, 704p. [version remaniée
de la thèse de doctorat, soutenue à Paris 8]
• Prix Georges-Jamati 2004: Roxane Martin: La Féerie romantique sur les scènes
parisiennes (1791-1864), thèse de doctorat, Université Paris 8.
Master Technologie et Handicap (EA 4004)
•
•
•
•
•
Challenge National Handicap (Metz), Mai 2009
Premier prix Communication « PICTOKIDS »
« Logiciel d'aide à la communication bidirectionnelle par le biais de pictogrammes »
K. Anache, N. Devos, I. Fontana, M Zbakh. Coordonnateur J. Lopez Krahe.
Douze prix CIREC (Concours International de Recherches éducatives et de créations)
2003-2006
Master spécialité Arts et Technologies de l'image virtuelle (EA 4010)
•
•
•
5 Prix Trophée du village de la création de la manifestation internationale LAVAL
Virtual de 2004 à 2010.
7 Prix du concours 3D3 organisé par le centre des arts LE CUBE d’Issy-les-Moulineaux
de 2004 à 2010.
6 prix Emagiciens à Valenciennes, Rencontres Européennes des Ecoles d’Animation
de 2004 à 2010.
Pagès, Sylviane (EA 1572)
130/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Prix de la Critique pour l’ouvrage Les Carnets Bagouet, la passe d’une œuvre, Besançon, Les
Solitaires intempestifs, 2007.
Perrin, Julie (EA 1572)
Boursière Fulbright 2007-2008 et chercheuse invitée à la Tisch School of the Arts à New York
University
Roger, Jean-Henri (EA 2302)
" Prix du Cinéma contemporain Festival International du Film de Cannes 1981" pour Neige.
Schwoebel Geneviève (EA1573)
•
Prix de La Création Expérimentale du 11ème Festival International du Théâtre
Universitaire de Teheran. « The 11e Iran International Festival of University Theater »
Director: Saeed Hashemipoor (26avril /3mai) 2008
Tancelin, Philippe (EA 1573)
Officier des palmes académiques
•
Ier prix des journées de Lyon des auteurs de théâtre 1990 pour la pièce "le Rêve de
pierres" traduite en arabe introduite par le poète Mahmoud Darwish (Philippe
Tancelin)
•
Prix Branko Radicevic (Serbie - prix International de poésie) Philippe Tancelin
Wagon Gwenola EA (4010)
•
•
•
•
•
•
2010-2011 Programme DAP Archivage auto-immédiat – Conseil scientifique de
la recherche et des études, soutenues et accompagnées par le Service des arts
plastiques de la Direction générale de la création artistique.
2010-2011 Bourse de résidence du Conseil général de Seine Saint-Denis, pour le
projet "Île potentielle en Seine Saint-Denis.
2010 Bourse de résidence Artank Ministère de l’éducation et région BasseNormandie.
2010 Résidence au CPIF (Centre Photographique d'Île de France) pour Attractions
périphériques.
2008 DICREAM – CNC pour Voyages immobiles au Forum des Halles.
2008 SCAM "Brouillon d'un rêve d'art numérique" pour Voyages immobiles au Forum
des Halles
7.6. EQUIPEMENT EXISTANT
I Equipement demandé dans le cadre EQUIPEX :
A - EQUIPEX 2010 – TELL - La Plateforme Relationnelle Arts et Technologies (portée
par toutes les équipes d’arts de l’université Paris8)
131/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
1. Résumé
L’objet de la recherche :
• L’interactivité numérique et la relation comme matériau (relation entre les arts,
relation entre les participants, avec les spectateurs…)
L’originalité de la méthodologie permise par l’équipement demandé :
• Capter événements, comportements, relations et expérimenter la « mobilité »
dans un contexte de distribution, de partage, de localisation et de
délocalisation
• Expérimenter et concevoir des dispositifs interactifs composés d’éléments
virtuels (images, sons…) dotés de perception et d’autonomie d’action
Les résultats attendus
• Création de nouveaux modèles informatiques comportementaux autonomes à
l’usage de la création artistique
• Création de dispositifs et d’interfaces relationnels
2. L’équipement
a) Un plateau expérimental de saisie relationnelle partagée
 constitué :
o d’une salle de 100 m2 (10x10x10) : caisson modulaire obscur
o de son espace extérieur environnant
 équipé
o de capteurs de différentes natures (saisie optique et
kinesthésique),
o d’une infrastructure de diffusion et de réception de données
par les réseaux,
o d’une infrastructure de localisation indoor / outdoor,
o d’un serveur pour le traitement, le stockage et la diffusion de
données
o de terminaux et d’appareils mobiles
o etc.
b) Une plateforme technologique multifonctionnelle transartistique
 constituée :
o d’une salle de 200 m2 (15x10X7) : caisson modulaire obscur
d’acoustique optimale
o d’un espace de stockage et de dégagement (40 m2)
 équipée
o d’une infrastructure de spectacle vivant (lumière, scénographie)
o de régies numériques (lumières, scénographie, son)
o de capteurs de différentes natures (saisie optique, sonore,
kinesthésique, biologique)
o de dispositifs d’interaction et d’immersion
o d’une infrastructure de projection de l’image
o d’une infrastructure de diffusion et de réception des données (à
destination d’autres espaces)
o d’instruments de musique acoustiques et électroniques
132/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
c) Espaces de travail constitués
o d’un bureau-laboratoire informatique (40 m2, éclairage naturel)
o d’un atelier pour le hardware et l’électronique (40 m2, éclairage
naturel)
3. Contexte
Historique :
• Après la phase pionnière des années 1970 où seuls les artistes plasticiens ont
exploré l’interactivité, le spectacle vivant s’est emparé des potentialités
créatives de ces techniques (années 1990-2000).
• Aujourd’hui les environnements sensibles en interaction avec les arts et en
réseau se répandent.
• On peut prévoir que ces environnements deviendront bientôt intelligents,
autonomes, jouables, mettant en œuvre à partir de captations des pratiques
géolocalisées, distribuées et partagées.
Concurrence dans le monde :
Les acteurs économiques, les universités et les institutions culturelles favorisent
l’articulation entre arts, techniques et sciences :
• Hexagram (Montréal), Ryerson Polytechnic university (Toronto), MIT (Cambridge,
USA),
• Le Media Center of Art and Design (Barcelone), Zentrum für Kunst und
Medientechnologie (Karlsruhe), Kunsthochschule für Medien (Cologne), Benetton
Research Center of Communication (Fabrica – Trévise),
• Central Academy of Fine Arts (Pékin),
• En France : le Studio national des arts contemporains (le Fresnoy, Tourcoing),
l’ENSAD, l’ENSBA, la MSH de Grenoble (LUCE), le Projet d’alliance Artem
(Nancy), Nicéphore Cité (Châlons sur Saône)…
L’originalité de la Plateforme relationnelle Arts et Technologies dans cet environnement
technologique mondial tient
• à la méthodologie d’expérimentation croisée
• aux objectifs scientifiques et aux retombées attendues
• à son inscription à proximité immédiate du Cluster des industries de la
création (Territoire de la création – Grand Paris).
4. Les équipes partenaires
•
Des laboratoires en pointe sur le secteur:
 Les quatre unités de recherche en arts : « Arts des images & art
contemporain » (INREV, EdNM), « Esthétique, Sciences et Technologies du
Cinéma et de l¹Audiovisuel », « Scènes et Savoirs », « Esthétique, musicologie
et créations musicales » (musique, danse).
 Les laboratoires de recherche EnsadLab de L’Ecole Nationale des Arts
Décoratifs
 L’équipe de philosophie
•
Des institutions de formation, de création et de diffusion de premier plan:
 Universcience (Palais de la Découverte/ Cité des sciences et de l’Industrie) :
thématique « Science et Art » - Partenaire privilégié du projet.
133/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B


Le Centre National des Ecritures du Spectacle (La Chartreuse de Villeneuve
lez Avignon)
Le Centre national de Danse Contemporaine
5. Programme de travail
a) L’utilisation de l’équipement
Elle se fera dans le cadre
• des recherches collectives et individuelles
• des expérimentations interdisciplinaires
• des créations, performances, accueillant un public partenaire invité
• des diffusions in situ ou hors site
Ce programme accueille en outre
• des doctorants et jeunes chercheurs
• des artistes invités
b) Thématiques
La plateforme relationnelle Ars et Technologie développe des thématiques situées au
croisement des différents domaines artistiques (théâtre, danse, musique, arts
visuels…) et des champs disciplinaires (arts, sciences et techniques, sciences
humaines) :
•
•
•
•
•
•
Relation entre les arts, dispositifs relationnels,
Comportements artistiques,
Formes de la mobilité,
Espace numérique et extension du réel…
Modalités d’apprentissage
Travail des arts
c) Réalisations :
Elles combinent étroitement expérimentation, création artistique, élaboration
technologique et technique, théorie esthétique.
Créations artistiques
• Créations transartistiques
• Parcours en réalité augmentée géolocalisés
• Romans interactifs mobiles
• Dispositifs de Large Group Interaction (dispositifs festifs à grande échelle
avec identification des individus)
• Cinéma interactif sur écran mobile
• Parcours sonore géolocalisés…
Conception de logiciels
• langage dynamique de reprogrammation partagée en temps réel
• reconnaissance gestuelle, sonore, de reconfiguration du système
• entités virtuelles interactives munies d’un système de perception-actiondécision et de comportements autonomes (vie artificielle, réseaux de neurones,
intelligence artificielle)…
Expérimentations et tests de ces logiciels
• interaction entités virtuelles / artistes et spectateurs
134/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
7.7. ENTREPRISES PARTENAIRES
•
SymphonyIRI Group Products Insight
•
ARISEM Nicolas DESSAIGNE

Modélisation de l'information complexe
•
Innovative Imaging Solution (I2S)

Vision Numérique et Traitement d'Images
•
ALCATEL Lucent Bell Labs

Services voix, données et vidéo
•
THALES
d’analyse de l’information

Centre des nouvelles technologies
•
BERTIN TECHNOLOGIES

Société d’ingénierie dans le domaine des
services et des réalisations à haut contenu technologique
•
SME HASOMED, Gmbh, Germay
Inertial Sensor for Gait Analysis

Development and Evaluation of an
•
KTM Advance

Serious Games
•
PERTIMM Media

moteur de recherche
•
Succubus Interactive

Serious Games
•
Human Inside

Serious Games
•
CEROM

Capteurs physiologiques
•
CLIC ATTITUDE

Serious Games Yveline
•
DIEDRE DESIGN

Design
•
INTUITIVE WORLD

Usages et design d'interfaces
•
Urban Fabric Organisation

Urbanisme collaboratif
•
Innovative Imaging Solution 
Vision Numérique et Traitement d'Images
•
ByVolta

Design Sensoriel et numérique
•
PlayBac
quotidien numérique

Concepts ludo-éducatifs, Edition
•
Virdual (3D2+)

Conception Cross-media
•
Faeria.Studio

Computer Game Development
•
Diedre Design

Design en innovation de produits
•
Les Films du Poisson Rouge

Production de films de cinéma
d’animation et de prise de vues réelles. Spécialisée en animation 2d et 3d
•
Tomorrowland

Agence de développement de projets
artistiques ancrés dans les enjeux sociétaux
7.8. FICHES PROJETS
Voir à ce propos le site spécialement mis en ligne, contenant toutes les fiches projets, en
cliquant sur le lien suivant : http://www.labex-arts-h2h.univ-paris8.fr/
135/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Projets n° 1 à 8 : Processus de création et spécificités du numérique
1 -Processus de création artistique émergeant de la « seconde interactivité »,
2 -Processus de création émergeant de l’interaction interdisciplinaire (Art/Science - Arts
numériques/Arts vivants)
3 -Processus de création à la croisée des domaines de l’image 3D “temps réel” interactive et
de l’image 3D “pré-calculée”
4 -Développement d’une plateforme ouverte pour la création numérique
5 -Développement de prototypes artistiques interactifs et d’expérimentations visuelles en 3D
qui peuvent servir tremplin à des expérimentations interdisciplinaires
6 -Illusion et l’interaction
7 -Recherche sur le jeu en réalité alternée (ARG) : expérimentation in situ dans la ville de
Saint Denis
8 -La Plateforme Relationnelle Arts et Technologies (PArt) EQUIPEX 2010 – TELL
Projet n° 9 : Genèse du code morse et transmission de l’information
Projet n° 10 : Arts, science et écosophie
Projet n° 11 : Formes de la mobilité
Projet n° 12 : Local & global images & récits
Projet n° 13 : Associations d’idées
Projet n° 14 : L’internationalisation du surréalisme
Projet n° 15 : L’hybride, le composite, la chimère
Projet n° 16 : Le mouvement comme question d’expérience esthétique
Projet n° 17 : Galatema : un écosystème artificiel pour un cinéma génératif
Projet n° 18 : Dire la sculpture contemporaine
Projet n° 19 : Sculpture/cinéma, cinéma/sculpture
Projet n° 20 : Evolution de la cinéphilie et travail du spectateur
Projet n° 21 : Parodie, pastiche, caricature : le paradoxe de la subversion
Projet n° 22 : Dessin, photo, calcul : esthétiques de l’hybridation technologique des images
animées à l’ère numérique
Projet n° 23 : L’adaptation cinématographique d’œuvres littéraires
Projet n° 24 : Théâtre de la mémoire
Projet n° 25 : Enregistrer, recréer, conserver : le film comme archive
Projet n° 26 : Le cinéma impur
Projet n° 27 : Image fixe/image mouvement
Projet n° 28 : L’adaptation cinématographique d’œuvres littéraires
Projet n° 29 : Les images de l’autre sur les scènes de théâtre
Projet n° 30 : Un demi-siècle de mise en scène d’opéra (1965-2015)
Projet n° 31 : Le choc des langues et le monologue démultiplié autour de Erotokritos de
Vitsentzos Kornaros
Projet n° 32 : Quant le bât blesse, complexités, paradoxes et malentendus des politiques
culturelles en France (1995-2007)
Projet n° 33 : La démocratisation du spectacle
Projet n° 34 : Le jeu noir
Projet n° 35 : Les usages sociaux des arts de la scène
Projet n° 36 : Savoirs et performances : résistances, ruptures et mutations actuelles entre la
danse, le théâtre et la poésie
Projet n° 37 : Créations et transversalités dans les pratiques artistiques et culturelles
Projet n° 38 : Le poétique au théâtre
Projet n° 39 : Contrepoint et prose musicale
Projet n° 40 : De la musique au son
Projet n° 41 : Edition critique des écrits de Xénakis
Projet n° 42 : La musique électroacoustique de Xénakis
136/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Projet n° 43 : La critique musicale comme expérience sociale et objet de savoir
Projet n° 44 : Musique et mondialisation
Projet n° 45 : Dramaturgie musicale contemporaine en Europe (DMCE)
Projet n° 46 : Sublimation : la pulsion au travail, du sujet comme de l’objet
Projet n° 47 : Analyse du mouvement
Projet n° 48 : Informatique et création musicale
Projet n° 49 : Ecriture musicale et oralité
Projet n° 50 : Pratiques corporelles non dansées
Projet n° 51 : Histoire et mémoire en danse
Projet n° 52 : Danses et spatialités
Projet n° 53 : Réception du Buto en France et relecture historiographique de la danse dans la
France des années 1970-1980
Projet n° 54 : L’espace autrement. Enquête sur les nouveaux modes de spatialisation des
arts
Projet n° 55 : Des traversées du regard philosophique en cinéma et des concepts travaillés
par le cinéma en philosophie
Projet n° 56 : Etudes Wittgensteiniennes et musique
Projet n° 57 : Contraintes typologiques dans la construction de l’espace : perspective
développementale
Projet n° 58 : La construction de l’espace chez l’enfant sourd : l’impact de la modalité
visuo-gestuelle dans l’acquisition de la langue des signes
Projet n° 59 : Espace, langage et multimodalité chez l’enfant aveugle
Projet n° 60 : Le mouvement et ses espaces dans la gestualité verbale (langues des signes) et
coverbale
Projet n° 61 : Correspondance texte-musique
Projet n° 62 : Objets musico-métriques : vers une modélisation de la parole chantée
Projet n° 63 : Rapport langage / musique
Projet n° 64 : Accessibilité à l’offre culturelle, mobilité durable & conception pour tous
Projet n° 65 : Lecture numérique et apprentissage
Projet n° 66 : Rapport au monde : attachement, art et technologies
Projet n° 67 : Muualla : approches sémiotiques et esthétiques innovantes des écritures
numériques, approche psychologique et communicationnelle de leur réception
Projet n° 68 : Littératures et arts de la scène dans les pays de langues romanes : modalités
de la citation dans le texte et la mise en scène
Projet n° 69 : Traduction et mondialisation (littérature et arts)
Projet n° 70 : Recherches sur les violences politiques et les meurtres de masse
Projet n° 71 : La textualité à l’ère électronique
Projet n° 72 : Un musée à venir
Projet n° 73 : Performing law
Projet n° 74 : Capturing trial images on telephone camera
Projet n° 75 : Captural legal cultures through images (CAPJIM) : an e-learning project
Projet n° 76 : Sonde 12#11 – du texte au théâtre (partie 3)
Projet n° 77 : Sonde 04#12 – role play
Projet n° 78 : ANI : activité narrative instrumentée
7.9. LETTRES DE SOUTIENS
Voir à ce propos le site spécialement mis en ligne, contenant toutes les lettres de soutiens, en
cliquant sur le lien suivant : http://www.labex-arts-h2h.univ-paris8.fr/
Universités:
USA – Harvard University, Department of visual and Environmental Studies
137/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
USA – University of California, Berkeley, Arts Research Center
USA – University of California, Los Angeles, UCLA Arts
USA – Berkeley- College of Engineering and School of Information
USA– Massachussets Institute of Technology (MIT), Program in Writing and
Humanistic Studies
USA – San Francisco Art Institute (SFAI)
USA – Indiana University, Music Theory
USA – Cornell University, Department of Arts
USA – Cornell University, Society for the Humanities and Rose Golden Archive of
New Media Arts
USA – University of Texas at Dallas, The Arts and Technology Program (ATEC)
USA – Brown University, Literary Arts Program
USA – West Virginia University, The Center for Literary Computing
USA – West Virginia University, Eberly College of Arts and Sciences
USA – Georgia Institute of Technology, Wesley New Media Center
USA – Georgia Tech, Ivan Allen College, School of literature, Communication and
Culture
USA – Boston University, College of Arts & Sciences, Department of Romance
Studies
Canada – Université de Waterloo, Critical Media Lab
Canada – Université de Montréal, Faculté de l’aménagement
Canada – Université du Québec à Montréal, Faculté des arts
Canada – University of Alberta, AMMI
Colombie – Université de Bogota, Faculté des arts
Brésil – Universidade federal do Rio de Janeiro, Escola de Belas Artes
Taiwan - Art Museum of National Taiwan University of Arts
Taiwan - National Tai-Chung University, Department of Cultural and Creative
IndustriesCCI
Taiwan - National University of Tainan, Department of Fine Arts & Graduate
Institute of Animation and Multimedia Design
Taiwan - Tapei National University of the Arts, Kuandu Museum of Fine Arts
Chine - Harbin Institute of Technology
Inde – Centre d'études françaises et francophones de New Delhi
Allemagne – Freie Universität Berlin, Institut für Theaterwissenschaft
Allemagne – Friedrich-Schiller-Universität Jena, Philosophische Fakultät
Allemagne – Université de Siegen, Cultural Studies Research Center « Medienbrüche »
Autriche – Kunstuniversität Graz, Institut für Musikästhetik
Autriche – Akademie der Bildenden Künste Wien, Institut für Naturwissenschaften
und Technologie in der Kunst
Grande-Bretagne - Birbeck University of London, School of law
Grande-Bretagne – University of Sussex, School of Humanities, Department of Music
Grande-Bretagne - Edinburgh College of Arts
Pays-Bas - Untrecht University, Montaigne Centre for judicial Administration
Italie – Universita di Roma, Dipartimento di Ingegneria Civile Edile e Ambientale
Italie – Universita di Pavia, Facolta di Musicologia
Italie – Université de Turin, Dipartimento di Discipline artisctiche musicali e dello
spettacolo (D.A.M.S.)
Italie – Nuova Accademia di belle arti Milan (NABA)
Espagne – Université de Barcelone, Hermeneia (Literary Studies and Digital
Technologies)
Norvège – University of Bergen, Program in Digital Culture / ELMCIP
Irlande – Dublin Institute of Technology, Faculty of Arts and Tourism
138/139
APPEL A PROJETS LABEX/
CALL FOR PROPOSALS
Acronyme du projet /
Acronym
ARTS-H2H
2010
DOCUMENT SCIENTIFIQUE B /
SCIENTIFIC SUBMISSION FORM B
Tunisie - Association Tunisienne d'esthétique et de Poïétique (ATEP)
Autres institutions:
CNRS/Collège de France, Laboratoire de Physiologie de la Perception et de l'Action,
UMR7152
Cap Digital
Paris Expérimental
Maison d’art contemporain Chailloux
Université de Rennes II
Groupement d'intérêt scientifique IFRATH
Institut des hautes études sur la justice
Edition HYX
Laboratoire Communication et Politique, CNRS
Institut de recherche et coordination acoustique / musique (IRCAM), Centre
Pompidou, Paris
139/139

Documents pareils