Une FTN-Inditex

Commentaires

Transcription

Une FTN-Inditex
Histoire- Géographie en langue espagnole Tle
Capitulo 1 - Inditex y la globalización
(Thème obligatoire)
Question 1- Un grupo español integrado a la globalización :el grupo Inditex
MISE EN ŒUVRE DE LA QUESTION :
L’étude d’un produit mondialisé s’inscrit dans le thème 2 de géographie consacré à « la
mondialisation en fonctionnement ». L'étude du groupe Inditex, comprenant neuf marques
familières aux élèves (Zara, Bershka, Pull&Bear, Massimo Dutti, Stradivarius, Oysho, Zara Home,
Lefties, Uterqüe), permet d'aborder la mondialisation sous deux angles. Tout d'abord, à travers
l'histoire d'une entreprise familiale née en 1963 en Galice et devenue une firme transnationale ;
ensuite, à travers des produits mondialisés distribués dans le monde entier. En effet, il s’agit
d’étudier comment les vêtements du groupe Inditex, qui font l’objet d’une distribution massive sur
les marchés du monde, s’inscrivent dans la mondialisation au cours des différentes étapes de
fabrication, d’ assemblage, d’ acheminement et de distribution.
Cette étude permet de répondre à la problématique suivante :
-
Quels sont les acteurs impliqués dans la production et la consommation des vêtements du
groupe Inditex ?
Quels sont les flux générés par la fabrication et la commercialisation des vêtements du
groupe ?
Quels sont les débats engendrés par la fabrication et la commercialisation des vêtements du
groupe ?
Un volume de 4-5 heures sera consacré à l’étude d’Inditex, entreprise mondialisée.
Une première séance permettrait de revenir sur l’internationalisation de l’entreprise en
moins de 40 ans et sur la localisation stratégique des boutiques dans les métropoles avec l’ « effet
vitrine »
1). Une entreprise familiale née en 1963 en Galice et devenue une firme transnationale
- Il conviendra de revenir sur l'internationalisation de l'entreprise qui, d'une petite entreprise
familiale galicienne, est devenue aujourd'hui une firme transnationale, en insistant sur quelques
dates essentielles. En 1963, Amancio Ortega crée, avec Roselia Mera, la compagnie GOA, un atelier
de confection dans lequel il fabrique des robes de chambre et des vêtements de prêt-à-porter. En
1975, le couple ouvre la première boutique Zara dans une rue commerçante de La Corogne, et en
1984, le premier centre de logistique est créé à Arteixo.
- C'est à partir de 1988 que l'internationalisation du groupe débute avec l'ouverture de la
première boutique à l'étranger, à Porto (Portugal). Inditex conquiert ensuite tous les continents en
suivant plusieurs logiques que l'on commentera avec les élèves. Le groupe cherche d'abord à
s'implanter dans les grands centres d'impulsion économique de l'époque - New-York (1989), Paris
(1990), Tokyo (1998) – mais aussi dans les pays émergents ou pays ateliers (Mexique, 1992 ; Turquie
1998, BRICS dès 1999) , en favorisant également les pays de la sphère hispanique (Argentine,
Venezuela, Chili, Uruguay en 1998-1999).
- En 2011, l'ouverture d'une boutique en Australie permet au groupe d'être présent sur 5
continents, et en 2015, le groupe compte 88 marchés avec 6683 boutiques. Notons que depuis 2011,
Pablo Isla remplace Amancio Ortega à la tête de l'entreprise.
2). A l'échelle locale, on pourra déjà insister sur la localisation stratégique des boutiques du
groupe au sein des grandes métropoles
- Situées généralement dans des endroits touristiques, occupant des bâtiments historiques
ou remarquables par leur architecture, elles participent à l'effet vitrine (el escaparatismo) qui permet
au groupe de ne pas faire de publicité. On montrera à cet effet des photographies de boutiques
emblématiques comme celles de Milan, Barcelone, New York ou Oxford Street.
- La présence de ces boutiques dans les centres commerciaux du monde entier sera
l'occasion d'échanger avec les élèves sur ces lieux de la mondialisation qui « donnent à tout visiteur
ce sentiment qu'il appartient à la société globale de consommation » (Dictionnaire critique de la
mondialisation, Cynthia Ghorra-Gobin)
Une deuxième séance pourrait déterminer les principaux espaces de production et de
consommation des vêtements du groupe, en lien avec le chapitre consacré aux territoires dans la
mondialisation.
- On reviendra sur les stratégies adoptées par une firme transnationale dans un contexte
d'économie mondialisée, en insistant sur les particularités d'Inditex. Son siège se situe à Arteixo (La
Corogne, Galice) mais le groupe possède plusieurs bureaux et centres logistiques dans toute
l'Espagne, dans les autonomies d'Alicante, de Saragosse, de Léon, de Barcelone, de Madrid ou encore
de Guadalajara.
- Inditex possède aussi une quarantaine de filiales réparties sur les cinq continents, et fait
appel à 1625 fournisseurs du monde entier qui eux-mêmes font appel à 5382 entreprises soustraitantes (Source : Informe 2015, site internet du groupe). Même si les chiffres exacts sont difficiles
à trouver, on peut estimer que 50 % de la production se fait en Espagne et dans les pays voisins
(Portugal, Maroc), 14 % en Turquie et Europe de l'est, 35 % en Asie et Amérique du sud.
- On reviendra sur la notion de division internationale du travail (DIT) pour aider les élèves à
mieux appréhender les scandales qui seront évoqués en dernière partie.
Une troisième séance pourrait être dédiée à l’étude du système de confection et de
logistique bien particulier du groupe
- Au-delà de l'argent économisé sur la publicité grâce à l'effet vitrine, le succès d'Inditex est
basé sur un système de confection et de logistique bien particulier, à tel point que les médias
évoquent souvent le « miracle Inditex ». Les vêtements sont réalisés en petite quantité et à un
rythme régulier -pour permettre d'améliorer le produit selon la réaction des consommateurs - et
peuvent être livrés en 3 semaines (temps nécessaire à l'élaboration, la confection et la livraison du
produit). Avant d'être acheminés en boutique, tous les vêtements sont centralisés dans les centres
logistiques en Espagne, puis répartis dans le monde entier. C'est ce que l'on appelle le just-in-time.
- Contrairement aux apparences, Inditex ne fonctionne pas, techniquement, selon le mode
d'intégration verticale : le groupe n'est pas propriétaire des manufactures. Cependant, tous les
maillons de la chaîne – fournisseurs, designers, boutiques, acheteurs – sont étroitement connectés,
contrôlés et dirigés par l'entreprise, à partir du siège de La Corogne. Si une collection ne marche pas
dans une enseigne, les vêtements peuvent être revendus rapidement dans une autre enseigne du
groupe. Toutes ces stratégies permettent de limiter le gaspillage et font que les clients viennent en
moyenne 17 fois par an dans une boutique du groupe, contre 3 fois par an en moyenne pour d'autres
marques.
Enfin, une dernière séance pourrait évoquer les défis et débats suscités par la
commercialisation des produits Inditex et, notamment, les problèmes environnementaux,
économiques et sociaux liés à la fabrication de ces produits de « luxe à bas prix ».
1). Une entreprise durable ?
-
- Comme de nombreuses entreprises, Inditex a souhaité miser sur le développement durable en
adoptant plusieurs Plans de développement écologique. Le groupe a développé, dans un souci de
marketing bien souvent, des boutiques écologiques (ecotiendas, première à Athènes, 2009), une
gestion de flotte durable et économique, l'utilisation de matières premières plus respectueuses…
-
- Cependant, le recours de plus en plus massif à des entreprises sous-traitantes rend l'application de
ces bonnes résolutions difficiles. Plusieurs scandales ont éclaté ces dernières années : vêtements à la
qualité ou aux motifs douteux (sac avec un svastika en 2007, pyjama rayé de shérif en 2012, fourrure
animale), non respect des droits de l'homme dans des usines de fabrication au Brésil, Maroc,
exploitation infantile en Inde, profilage racial des clients à New-York, mannequins présentant des
courbes anorexiques chez Lefties...Le dernier bilan annuel de 2014, consultable sur le site de la
marque, met l'accent sur un contrôle beaucoup plus stricte des fournisseurs du groupe, avant les
préoccupations purement écologiques.
2). Le défi numérique
- Pour faire face à la concurrence croissante d'autres marques textiles low cost comme
Primark ou de marques en ligne comme Asos, il s'agit de miser sur la révolution numérique. Les
ventes en ligne ont commencé tardivement, en 2010, avec la boutique Zara Home mais le retard a
vite été rattrapé puisque 27 pays sont concernés par la livraison à domicile en 2015.
- Inditex souhaite aller plus loin que la vente en ligne, en insérant le numérique dans ses
boutiques : étiquettes RFID ou Ipad dans les cabines d'essayages (boutique pilote de San Sebastian
en 2015) contrôlent encore mieux le client dans ses moindres faits et gestes. La nomination de Maria
Fanjul, 31 ans, à la tête des ventes en ligne d'Inditex symbolise la volonté de renouvellement et de
rajeunissement de la marque.
LEXIQUE SPECIFIQUE (NOTIONS ET VOCABULAIRE UTILES) :
1. Notions et vocabulaire nécessaires à l’étude d’un produit mondialisé
- La globalización
- La importación y la exportación
- los flujos
- las materias primas / los productos manufacturados
- la fabricación de productos acabados
- la zona, el area de producción
- la zona de consumo
- el desarrollo sostenible
- la contaminación
2. Vocabulaire spécifique à l’étude de cas :
- la logística
- la empresa
- la firma transnacional, multinacional
- el parque tecnológico
- la internacionalización
- la estrategia
- la diversificación
- la innovación
- el proveedor (= fournisseur)
- el escaparatismo
- el probador multimedia.
RESSOURCES POUR ALLER PLUS LOIN DANS LA MISE EN ŒUVRE :
 Bibliographie :
Ouvrages généraux sur la mondialisation et la problématique du textile :
 L. Carroué, Géographie de la mondialisation, Armand Colin, 2012, 295 p.
Articles sur le cas de l’entreprise Inditex :

Mikel Ormazabal, « « Asi son los nuevos probadores de Zara con Ipad incorporado »,
article d’El Pais, 3/12/2015.

« Inditex adaptará todas sus tiendas de China al modelo ecoeficiente », El país, 29/10/15

Virginia Palomo, « Los 'trapos sucios' de Inditex », DirigentesDigital.com, 0709/2015.
 Sitographie :
Le site de la marque constitue une base de données essentielle : www.inditex.com. Le site
présente de nombreux documents, avec en particulier :

Le « dossier de prensa » 2014.

Les différents « Informes anuales », de 1998 à 2014.

Plusieurs vidéos qui montrent l'intérieur de ce qu'on appelle « la forteresse »
d'Arteixo.
 Documentaires et autres supports exploitables :
* Le documentaire Planeta Zara, 2008. Même s'il commence à dater un peu, certains passages
peuvent être utilisés en classe pour visualiser les lieux de production comme Arteixo.
* Un podcast de RTV http://www.rtve.es/alacarta/audios/documentos-rne/documentos-rne-milagroinditex-27-07-13/1575194/
LA COLLABORATION POSSIBLE AVEC LE PROFESSEUR DE LV :
Un travail collaboratif peut être mené avec le professeur d’espagnol qui peut aborder cette question
dans le cadre des thématiques suivantes en suivant les problématiques proposées :
-
« Espaces et échanges » : La globalización, ¿una oportunidad para las multinacionales ?
A partir de documents divers (compréhension orale sur le traîté de libre commerce en
Amérique Latine, chanson du groupe Ska P : Los hijos bastardos de la globalización, un
panorama de la globalización), on fera réfléchir les élèves sur les avantages (ventajas) et
les inconvénients (desventajas) de la mondialisation pour les multinationales (Zara,
Mango, Desigual etc ...)
Dans ce cas, on insisterait sur la délocalisation des dites entreprises à l'étranger pour
réduire les coûts, sur l'exploitation de la main d'oeuvre étrangère et le travail des enfants
-
« Lieux et formes du pouvoir » : ¿Es responsable la globalización de una explotación
desenfrenada ?
-
« Idées de progrès » : La globalización : ¿un avance social y cultural ?
Travaux possibles en classe :
Travail d'EOI : El dirigente de una marca española ha decidido deslocalizar su fábrica en países del
tercer mundo o en Asia . Imagina el encuentro entre el empresario español, el representante de los
empleados, y el alcalde de la ciudad española donde se sitúa la fábrica .
1) Emplead las estructuras siguientes :
_oponerse a que + subjonctif
_querer que + subjonctif
_tener que +infinitif
_le futur
2) Reutilizar el léxico visto a través de la secuencia.
Classe divisée en groupe de trois élèves, 15 minutes de préparation et 3 à 4 minutes de passage à
l'oral face aux autres élèves.
Exercice de mise en situation, les élèves n'ont pas droit à leurs notes, ils doivent s'écouter et réagir
c'est à dire comme ils le feraient dans la vie réelle.
Les autres élèves des autres groupes devront évaluer la prestation de leurs camarades ( respect des
structures à employer, repérer les mots de vocabulaire réemployés, respect de la qualité de
communication : parler en regardant l'interlocuteur, de manière audible, l'intonation et la
prononciation).
Travail d'expression écrite :
Eres un niño que trabaja para Mango en Asia, encuentras a un periodista español y le cuentas lo que
debes hacer en la fábrica cada día, le explicas tus condiciones laborales así como los riesgos de tu
trabajo. Unas 12 líneas
Lexique de la séquence :
Lexique du commerce : la producción, un intermediario, la exportación (exportar), comprar, vender,
adquirir (la adquisición), el precio alto, los beneficios, ampliar el margen, rentable, los países
industrializados.
Lexique de l'exportation , de la réduction des coûts, de l'exploitation économique : el bajo coste, las
mercancías, ahorrar los costes, los impuestos, el pago de la Seguridad Social, aprovecharse de,
barato/a, a costa de, el trabajo infantil, las condiciones infrahumanas, explotar (la explotación), la
jornada, un esclavo, una víctima, producir sin parar etc ….
Lexique de l'industrie : la producción, la macroproducción, las máquinas robotizadas etc …
Lexique des sentiments : la apatía, el sufrimiento, la indiferencia etc ...
EXEMPLES DE SUJETS : Voir pages suivantes.
Baccalauréat – D.N.L. – Epreuve spécifique histoire-géographie – espagnol, sujet zéro.
GLOBALIZACION
INDITEX, UN ACTOR DE LA GLOBALIZACION
Doc. 1 : María Fanjul, una directiva jóven en Inditex.
Doc 2 : La inversión inmobiliaria,
ElMundo.es, 18/01/2016.
Apoyándote en estos dos documentos y en
tus conocimientos, explica la estrategia del
grupo Inditex en un mundo globalizado.
Baccalauréat – D.N.L. – Epreuve spécifique histoire-géographie – espagnol, sujet zéro.
GLOBALIZACION
INDITEX, UN GRUPO EN LA GLOBALIZACION
Doc. 1 : Los incumplimientos (= non-respect des règles) detectados en las fábricas de
Inditex, informe Global, 2014.
Doc. 2 ::Talleres de la mafia china de Cataluña cosieron ropa de las grandes cadenas, EL
Pais, 12/12/2015.
*Las prendas que se producían en locales clandestinos, tras varias subcontrataciones,
acabaron en las tiendas de las grandes marcas, según el sumario del 'caso Wei'
`
Parte de las prendas que hasta 2009 ocupaban los escaparates de las grandes cadenas de distribució
n de moda española se confeccionaron en talleres clandestinos de la mafia china en el área de
Barcelona. Lo confirma el sumario judicial de la operación Wei, al que ha tenido acceso EL PAÍS, que
detalla una compleja cadena de subcontratas. Su último eslabón (los talleres ilegales) sometió, al
menos hasta 2009, a cientos de trabajadores a condiciones cercanas a la esclavitud. Las
multinacionales hacían los encargos a proveedores nacionales y los intermediarios, al final, desviaban
producción a los talleres clandestinos. (…) Según relata la
documentación judicial, allí trabajaban: de lunes a domingo, sin festivos y durante 15 horas; en época
s de más faena, cosían hasta las tres de la mañana, dormían cuatro horas y volvían a la máquina. Allí
dormían (en sótanos) y comían: por lo general, espaguetis y arroz, pero en poca cantidad ante el
temor de que "no trabajasen mucho si estaban llenos". No había ventanas ni higiene. Si querían salir,
debían pedir antes permiso al jefe. Por todo ello ganaban unos 25 euros al día.
363 marcas relacionadas
En esas condiciones se cosieron en Mataró prendas para un total de 363 marcas y mayoristas, apunta
el sumario. Entre ellas hay firmas que están entre el top de la moda mundial como Desigual, Punt
Roma o Cortefiel. Los investigadores destacan la "elevada presencia de etiquetas" en los talleres de
marcas de El Corte Inglés —Easy Wear, Fórmula Joven o Hipercor— y de enseñas de Inditex, como
Zara, Stradivarius, Bershka, Lefties, o Pull&Bear.
Apoyándote en estos dos documentos y en tus conocimientos, explica las
ventajas y los límites de la implantacion internacional del grupo Inditex.