Nucléaire civil, le savoir-faire français rayonne jusqu`en Chine à la

Commentaires

Transcription

Nucléaire civil, le savoir-faire français rayonne jusqu`en Chine à la
à savoir
N°97
Bi-mensuel du 25 janvier au 5 février 2010
édito
à la Une
IFCEN : un projet
au service de
l’industrie nucléaire
française
U
n an après le lancement du projet
d’Institut franco-chinois de l’énergie
nucléaire à Canton, voici l’institut
officiellement créé depuis le 21 décembre
2009. Ce dernier devrait ouvrir ses portes
à la rentrée 2010 sur le campus de Zhuhai,
près de Macao.
Sa vocation ? Former "à la française" une
centaine d’ingénieurs chinois en génie nucléaire par an, pour répondre à la demande
croissante de l’industrie chinoise et des
entreprises françaises partenaires dans le
domaine de l’énergie nucléaire civile.
La Chine prévoit en effet, à l’horizon 2020,
de raccorder au réseau existant plus
d’une cinquantaine de Gigawatts supplémentaires grâce à de nouvelles centrales
électronucléaires, ce qui représente une
augmentation de 600% de son parc actuel. Dans ce cadre, les industriels français Areva et EDF ont décroché d’importants contrats de construction, lesquels
nécessitent une main d’œuvre qualifiée
sur place. Grenoble INP, qui forme à lui
seul un ingénieur sur six dans le nucléaire
en France, a piloté le projet de création
d’un institut de formation d’ingénieurs afin
d’accompagner les industriels français
dans leur développement à l’étranger.
L’IFCEN sera la troisième grande école
d’ingénieurs avec classes préparatoires
intégrées fondée en Chine, après la création de l’Ecole Centrale de Pékin sur le
campus de l’Université de Beihang à
Pékin en 2005 et de
l’Institut
sino-européen d’aéronautique
sur le campus de
l’Université
d’Aviation Civile de Tianjin
en 2007.
Jean-Marie Bourgeois Demersay,
Vice-président des relations avec les
entreprises de Grenoble INP, chef de projet
de l’IFCEN
Nucléaire civil, le savoir-faire
français rayonne jusqu’en Chine
A
vec ses partenaires du consortium français de formation
d’ingénieurs en nucléaire civil, le groupe Grenoble INP
exporte le savoir-faire français dans ce domaine en Chine,
au travers de la création de l’institut franco-chinois de l’énergie
nucléaire (IFCEN).
Chaque semaine, une centrale
thermique à charbon ouvre en
Chine. Une catastrophe pour la
planète… Pour répondre à ses besoins croissants en énergie sans
nuire à la planète, ce pays a donc
fait le choix d’accélérer le développement de son industrie nucléaire.
Ainsi, ce sont plus de 50 centrales
qui doivent y être construites d’ici
2020.
Une opportunité à ne pas manquer
Pour les industriels chinois et
étrangers, le programme nucléaire
chinois constitue une opportunité
sans équivalent dans le monde.
Mais le développement accéléré
du nucléaire en Chine représente
aussi un défi majeur en termes
de savoir-faire et de ressources
humaines. "A l’heure actuelle, on
estime que l’industrie nucléaire
en Chine connaît un déficit d’ingénieurs et de techniciens qualifiés
équivalant à 1500 personnes par
an", souligne Jean-Marie Bourgeois Demercey, Vice-Président
des relations avec les entreprises
du groupe Grenoble INP. Dans
un tel contexte, l’université Sun
Yat-sen de Canton a formé le projet de créer, en coopération avec
la
France,
Suite en page 2
GRENOBLE INSTITUTE OF TECHNOLOGY
à la Une
Les partenaires de l’IFCEN
un institut de
formation "à la
• CEA-INSTN
• École de Chimie de Montpellier
française" d’in• École de Chimie de Paris
génieurs dans le
• École des Mines de Nantes
domaine du nu• Groupe Grenoble INP
cléaire : l’Institut
• Areva
• China Guangdong Nuclear Power Corporation
franco -chinois
• EDF
de l’énergie nucléaire (IFCEN).
Une première. "Si
la France est un
partenaire historique de la Chine
dans le nucléaire,
cette coopération
de longue date
ne s’était jamais
traduite par la
création d’une structure commune formation de six ans qui s’articu- bustible. "Le cursus sera ponctué
de formation de personnel de haut lera en trois étapes. Trois grandes de plusieurs stages en entreprise
spécialisations sont envisagées ou en laboratoire de recherche
niveau en Chine".
Grenoble INP, qui propose une à l’issue du tronc commun : cœur pour une durée allant jusqu’à six
offre de formation très large dans de réacteur et neutronique, fonc- mois". A terme, entre 100 et 150
le domaine (allant des matériaux à tionnement et exploitation des cen- ingénieurs chinois seront diplômés
la physique nucléaire en passant trales, matériaux et cycle du com- de cet institut chaque année.
par la thermohydraulique et la sécurité, voir A savoir N°81) a naturelUne création en grande pompe
lement piloté le projet de création
L’accord de coopération portant sur la création de l’Institut franco-chinois
de l’IFCEN.
de l’énergie nucléaire (IFCEN) a été signé à l’occasion de la visite d’Etat
Le futur Institut, dont la création
du premier ministre français en Chine, par Paul Jacquet, administraa été officialisée le 21 décembre
teur général de l’Institut polytechnique de Grenoble, par délégation du
2009 (voir encadré), se calquera sur
consortium français de formation d’ingénieurs en nucléaire civil (FINUle modèle des établissements déjà
CI) qu'il préside, et par Huang Daren, président de l’université Sun Yatcréés pour l’ingénierie générale
sen de Canton, où sera implanté l’institut. Cet accord faisait partie de
(Centrale Pékin) et l’aéronautique
la douzaine d’accords signés entre les deux
(GEA-Tianjin) dans le cadre de la
pays par François Fillon et son homologue
coopération franco-chinoise. Il prochinois, Wen Jiabao.
posera, dès la rentrée 2010, une
Nucléaire civil, le savoir-faire
français rayonne jusqu’en Chine
François Fillon
Premier ministre français
Wen Jiabao
Premier ministre chinois
à l'affiche
David Rodney
rejoint l’Institut Universitaire de France
M
aître de conférence à Grenoble-INP Phelma, David Rodney, 37 ans, vient
d’être reçu à l’Institut Universitaire de France en tant que membre junior, en
même temps qu'Alexis Deschamps (cf Asavoir n°95). Ingénieur de l’École des
Mines de Paris, ce chercheur du SIMAP (Science et ingénierie des matériaux et des
procédés) consacre ses travaux à la simulation multi-échelle. Afin de comprendre et
de mieux contrôler les propriétés mécaniques des matériaux, David Rodney cherche
à relier leurs processus de déformation (dont le glissement des dislocations dans les
structures cristallines) à l’échelle atomique, microscopique et macroscopique. Des
travaux essentiels à l’amélioration de la résistance des matériaux et notamment celle
des métaux soumis à l’irradiation.
"Au-delà de la reconnaissance de mes pairs qui m’a fait très plaisir, confie le
chercheur, cette nomination va me permettre d’avancer dans d’excellentes conditions
grâce à l’allègement de ma charge d’enseignement et aux crédits de recherche dont
je vais bénéficier. Par ailleurs, c’est une opportunité de rencontres et de débats
interdisciplinaires avec des universitaires de tous horizons."
2
à explorer
Récupyl, la startu p sp é c i a l i s é e
dans le recyclage
et la valorisation
des piles et batteries, s’apprête
à faire son entrée
sur le marché
américain. Sa
première filiale
aux Et at s- Unis
devrait ouvrir
au deuxième trimestre 2010.
Rencontre avec
Fa r o u k   Te d j a r,
fondateur de Récupyl.
Récupyl part
à la conquête de l’ouest
Farouk Tedjar
fondateur de Récupyl
R
écupyl va ouvrir sa première Joint ven- précis, et d’autre part, la capacité de recyclage des
ture aux Etats-Unis, pouvez-vous nous batteries usagées.
en dire plus ?
Notre procédé de recyclage nous permet de faire
Farouk Tedjar : Tout à fait. Nous avons signé le d’une pierre deux coups. Non seulement, il per22 décembre la création d’une filiale dans le Michi- met de traiter les déchets en fin de vie, mais il régan aux Etats-Unis, en partenariat avec une entre- habilite des matières premières susceptibles de se
prise locale. La joint venture devrait être opération- substituer aux minerais naturels. D’où la notion de
nelle courant avril 2010, et proposera deux lignes "minerais urbains", qui est un concept commercial
de recyclage des piles alkalines et des batteries déposé par Récupyl. Cerise sur le gâteau, il opère
lithium-ion.
sans émission de dioxyde de carbone, ce qui est
Le choix du Michigan n’est pas le fruit du hasard : évidemment un atout considérable.
c’est l’État américain dont la politique de collecte
des déchets est la plus comparable à celle en Comment expliquez vous le succès fulguplace en Europe. C’est
rant de Récupyl ?
aussi l’état qui compte "Le Michigan est l'État américain dont F. T. : La préservation
le plus grand nombre de
la politique de collecte des déchets de l'environnement et
véhicules électriques,
plus spécifiquement la
est la plus comparable à celle
et représente donc un
collecte et le recyclage
d'Europe"
marché important pour
de nos déchets sont dela récupération des batteries usagées.
venus des enjeux mondiaux. Les gouvernements
Parallèlement à l’ouverture de cette 7ème joint ven- et les industriels sont de plus en plus soucieux de
ture à l’étranger, nous renforçons notre ancrage la protection de l'environnement et mettent donc
isérois : le siège social reste implanté à proximité en place de nouvelles réglementations et autres
de Grenoble, et nous allons recruter une quinzaine codes de bonne conduite. De plus, la croissance
de cadres et techniciens dans l’année qui vient pour économique mondiale rend certaines ressources
ce site.
naturelles plus rares, mais aussi plus chères, offrant ainsi au secteur du recyclage un important
Y aura-t-il d’autres joint ventures aux Etats- challenge à relever.
Unis ?
Spécialisée dans le développement et la mise en
F. T. : Oui, bien sûr, nous avons un vaste pro- œuvre industrielle de technologies de recyclage
gramme de couverture de ce pays. D’autant qu’avec et de valorisation, Récupyl se positionne donc sur
le nouveau gouvernement, on assiste à une véri- un marché en pleine expansion. Basées sur l'hytable prise de conscience en faveur de la protection drométallurgie, les technologies dont elle dispose
de l’environnement, et notamment à une volonté de permettent en effet de transformer les déchets en
développer le parc de véhicules électriques.
matériaux hautement valorisables, grâce à des
Or, le succès des véhicules électriques passera par procédés faiblement consommateur d'énergies et
deux points fondamentaux : d’une part, la disponi- sans impact environnemental sur l'air. Elle s’appuie
bilité des ressources naturelles nécessaires à l’éla- également sur un business model innovant et des
boration des batteries, des métaux pour être plus équipes performantes.
GRENOBLE INSTITUTE OF TECHNOLOGY
3
à retenir
à suivre
De beaux succès pour
les sportifs de Grenoble INP
Les bonnes nouvelles se succèdent
pour les sportifs de haut niveau de
Grenoble INP !
Du côté des skieurs d’abord. Ainsi,
Clément Jacquelin, en 1ère année
au CPP, a réalisé une belle performance : il a été sacré Vice Champion
de France junior de Sprint en biathlon
lors de la compétition qui s’est déroulée à Méribel le 10 janvier 2010.
Solenne ROUDOT, sportive de haut
niveau en deuxième année à Pagora
termine 3ème au classement féminin
de la Foulée Blanche à Autrans. Enfin, Olivier JENOT, qui s’était blessé
à l'épaule en décembre dernier, va
finalement pouvoir participer aux JO
de Vancouver pour lesquels il se prépare depuis plusieurs années.
En athlétisme, Didier LAFOUASSE,
en première année à Ense3 a terminé 2ème au 400 m aux inter-académiques d'athlétisme jeudi 21 janvier
à Aubière. Quant aux volleyeuses de
Grenoble INP, elles se sont classées
2ème du championnat Rhône Alpes
derrière l'INSA.
Esisar : acte 3
U
n peu moins de sept mois après
formation dite classique, le démarrage
le début réel des travaux, la
depuis quatre ans de la formation par
troisième tranche de l’Esisar a
apprentissage assure en effet une
été officiellement lancée le 4 décembre
augmentation prévisible d’apprentis.
2009 en présence de nombreuses perLe projet de construction de la
sonnalités.
troisième tranche de l’Esisar, initiaL’aboutissement de ce projet est un
lement programmé pour 2004, a été
soulagement pour tous. Créée en
ralenti suite à un gel des crédits le sou1995, l’école a ramettant dès lors à
pidement eu besoin Quelques chiffres
nouvelle réglemende plus d’espace et
tation
thermique
• 3 niveaux de 500 m2 chacun
a été agrandie une
(RT) de 2005 dont
première fois en • Budget : 3,7 millions d’euros versés
la conséquence a
par l’État, auxquels s’ajoutent au
2001, avec l’acquiété une augmentatitre du CPER une participation des
sition et la restruction des budgets.
collectivités territoriales de 600 000
turation de 2000
La reprise du projet
euros, et un investissement de Grem² utiles dédiés
notamment pour la
noble INP de 310 000 euros
aux projets péfaçade a permis de
dagogiques et au • Démarrage chantier : mai 2009
réduire sensible transfert de tech- • Durée des travaux : 15 mois
ment les coûts. Le
n o l o g i e.    M a l g r é
nouveau bâtiment,
cela, l’insuffisance
qui sera en grande
avérée des locaux entraînait une
partie dédié à la recherche, abritera
organisation difficile et l’impossibinon seulement un amphithéâtre de
lité de répondre favorablement aux
200 places, mais aussi des platesdemandes des partenaires indusformes technologiques, des salles
triels de l’école. Outre la progression
d’enseignement, travaux pratiques et
régulière des effectifs étudiants en
projets industriels.
à noter
Projets interculturels : conférences sur les différences culturelles
Dans le cadre d'un cours de l'école
Grenoble INP - Génie industriel, trois
conférences ouvertes à tous, auront
lieu du 8 février au 29 mars 2010 sur
des thèmes gravitants autour des implications des différences culturelles
dans le monde du travail. La première
d'entre elles, le lundi 8 février, portera
sur le thème "Chine, représentations
sociales et conséquences sur les rela-
tions franco-chinoises". La seconde, le
15 mars, traitera du thème "Aspects interculturels entre la France et les Étatsunis". La troisième, le lundi 29 mars,
développera le thème "Travailler dans
un environnement multiculturel avec
l'Asie".
à méditer
Quand tu montes à l'échelle,
souris à tous ceux que tu dépasses, car tu croiseras les
mêmes en redescendant.
Contact :
[email protected]
Proverbe américain.
Le groupe Grenoble INP publie une lettre bi-mesuelle "A savoir", accessible sur internet : www.grenoble-inp.fr
Directeur de la publication : Paul JACQUET - Coordination : Nelly BIBOUD - Rédaction : Clotilde WALTZ
Conception graphique et réalisation : Arnaud SANGIORGIO - Crédits photos : groupe Grenoble INP / Fotolia
ISSN 12558-7218 • Dépôt légal en cours
Contact : Tél. 04 76 57 43 91 • E-mail : [email protected] • Grenoble INP, 46 avenue Félix Viallet • 38031 Cedex 1
4

Documents pareils