Le Ragot en Délire

Commentaires

Transcription

Le Ragot en Délire
Le Ragot en Délire
L'informateur no 1 des pools
Bulletin de septembre 1995
Vol. 3, no 1.
Gratuit! Université de Sherbrooke
▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓▓
permettre
de
gagner
de
Qu'est-ce que "Le
SOMMAIRE
l'argent
dans
un
pool
Ragot en Délire"?
quelconque. C'est plutôt la
Baseball
chance.
-F-V. Vandal tiendra-til le coup?
-Quelles
sont
les
belles et moins belles
surprises du pool?
Football
-Ä
quoi
doit-on
s'attendre de cette 6è
édition du Nostradamus
club?
-La chronique de
V. Vandal
F-
Par
J-P.
(nov. 1993)
Tremblay
Que de plaisir à
faire
partie
d'un
groupe sélect, un club
en
somme,
où
sont
réunis des soi-disant
prophètes de sport.
Faire partie d'un
pool peut s'avérer une
expérience payante ou
peut-être un fiasco.
Dans certains cas, la
dignité de l'individu
peut
même
être
entachée,
voire
bafouée.
Cependant, les pools
s'avèrent intéressants
lorsqu'ils sont suivis
de près. L'analyse des
faits
et
moindre
gestes
de
certains
nous fait comprendre
bien souvent la raison
de leur succès. Une
bonne prédiction? Une
longue shot? Un choix
surprenant?
Un
gros
échange payant? Tels
sont les aspects à
décrire
pour
déterminer
un
bon
prophète d'une cloche
à 5 cents!
Avez-vous la chance
des débutants?
Par J-P. Tremblay
(nov. 1994)
Si vous croyez que
l'expérience peut vous
faire
remporter
un
pool de football, de
hockey
ou
autres,
détrompez-vous!
En
effet,
l'expérience n'est pas
le facteur principal
qui
peut
vous
Cette
chance,
les
débutants et inexpérimentés
prophètes l'ont. Pourquoi
eux? Car lorsque le moment
vient de choisir un joueur
ou
de
prédire
sur
la
rencontre d'un match, ils
ne
se
posent
aucune
question.
Les débutants y vont, la
plupart du temps, avec des
choix sûr. Souvent, ils
vont se fier à la faveur
populaire pour finaliser
leurs choix.
Alors,
vous
voyez,
n'importe qui peut faire
partie
d'un
pool.
Le
débutant
tout
comme
l'expérimenté prophète peut
rafler les honneurs d'un
pool.
Pour l'instant il n'y a
pas eu de véritable exploit
accompli par des novices
dans les premières places
des
différents
pools.
Cependant, les jeunes loups
sont
toujours
dans
le
milieux
du
peloton
déclassant trop souvent les
vétérans.
Bref,
cette
histoire
révèle une morale qu'il ne
faudrait pas rejeter. C'est
qu'il est autant important
de se méfier des «cloches à
5 cents» que des vieux
renards.
Bonne saison à tous et
bonne lecture!
Francis-V. Vandal tiendra-t-il le coup?
L'économiste se fait chauffer de près avec un mois à faire
Par J-P. Tremblay (6 sept. 95)
En tête depuis déjà le 8 août, alors qu'il me détrônait du premier rang,
l'économiste F-V. Vandal n'est maintenant plus sûr de lui-même et son avance
ne tient qu'à un fil (une cinquantaine de points seulement).
Plusieurs facteurs font en sorte que notre intellectuel à pipe (comme
dirait Gilles Proulx) se pose de sérieuses questions. Car derrière lui, se
dresse les J-P. Tremblay et Francis Villiard, à la recherche du titre tant
convoité.
La première cause de ce qui pourrait s'appeler la descente aux enfers
pour notre ami Vandal est qu'il ne possède que 4 lanceurs sur 7 présentement
et les autres participants en ont 5 de qualité.
On sait déjà que 20 pts sont attribués par victoire et on calcule les 5
meilleurs lanceurs sur 7. Pour Vandal, son 5è est Curt Schilling (7 vict. =
140 pts) et il est sur la liste des blessés pour le reste de la saison.
Quant à Tremblay, son 5è est John Smoltz (10 vict. = 200 pts) et Villiard
possède Carlos Perez (10 victoire = 200 pts) comme 5è lanceur.
Alors, l'avance en tête d'environ 50 pts de Vandal pourrait se jouer là.
De plus, parmi ses joueurs, Derek Bell a énormément ralenti et Ruben
Sierra ne va nul part.
Cependant, Vandal domine largement au niveau des pts pour les frappeurs
ce qui le gardera fort probablement parmi les deux premiers au début
octobre.
En ce qui a trait à Tremblay, il mise sur les McRae, Snow et Conine pour
se rapprocher du meneur. Quant à Villiard, Baerga, Jones et Murray doivent
en donner plus, surtout les deux derniers.
Où est Simon Roy?
En voyant le classement provisoire, remarquez bien le comique qui a été
premier entre le 13 juin et 3 juillet. Eh oui! Simon Roy, alias Barbote, qui
se voyait, aux dires de ce dernier, premier avec la bourse, le champagne et
tout le tralala...
Qu'est-il donc arriver à notre valeureux avocat, le «maître» du baseball,
lui qui, on se rappellera, s'était royalement moqué de Tremblay en début
juin mais qui devait le voir prendre la tête du 11 juillet au 7 août?
Et bien cher lecteur, chassez le naturel et il revient au gallot. Comment
espérer que Mondesi fasse autant que Belle, que Gilkey (même en forme)
surpasse un Caminiti ou un Paul Quantrill à un Mike Mussina?
C'est donc d'une démagogie sans pareille qu'il a fallu écouter ce
«maître» dans l'analyse du baseball professionnel cet été.
Mais n'ayez crainte, on ne l'entend plus parler du pool quoique à
certaines reprises, il croit encore à ses chances. Maître Roy nous a
cependant démontrer quelque chose d'intéressant cet été, soit l'art de
terminer une saison en queue de poisson...
Michel Quintal et la déroute
Cet été nous aura permis de découvrir un autre adepte des prix citron, un
gentlemen dans l'art de choisir des mauvais choix, un bizarroïde à la
François Mottard ou à la Stéphane Hébert (et c'est peu dire...), l'unique
Michel Quintal.
Ce Don Juan de la faculté d'éducation est pour le moins drôle avec ses
choix de frappeurs et de lanceurs. On a qu'à penser à Moises Alou au lieu de
Jeff Bagwell, Will Cordero contre Tim Salmon ou Kevin Seitzer à la place de
Chuck Knoblauch ou de Jeff Conine. Aussi, Fassero qu'il a préféré à Maddux
et Johnson et ce Scott Sanders(?) à la place de Mussina. Voilà une
explication des déboires de monsieur Quintal.
Cependant, à sa défense, il a été malchanceux car plusieurs de ses
joueurs ont été blessés comme en autre Bernard Gilkey, Bip Roberts et Jose
Rijo.
Bref, un été de malchance pour Quintal qui, soit dit en passant, compte
bien se reprendre cet automne dans le pool de football du célèbre
Nostradamus club.
Les résultats au 5 sept. suivent cet article ainsi que le classement
provisoire et le classement général par division des 10 participants du pool
de baseball. La saison régulière avait alors 19 semaines de complétées sur
23 se qui équivalait à 83%
Pour le calcule, on additionne:
1- les 3 meilleurs équipes sur 4 (3 pts par victoire)
2- les 10 meilleurs frappeurs sur 13 (cs + pp + pc)
3- les 5 meilleurs lanceurs sur 7 (20 pts par victoire)
4- le classement général par division (16 pts pour les 1re place et
pour les autres pour une possibilité de 250 pt
7
Quelles sont les belles et moins belles
surprises du pool?
La palme d'or revient à Tim Salmon et à Greg Maddux
Par J-P. Tremblay (8 sept. 95)
Année après année, les surprises
et déceptions se succèdent et elles
nous font soit gagner, soit perdre
un pool. Encore cet été, le
baseball nous aura servi à souhait
dans ce domaine.
Si Francis-V. Vandal domine le
pool,
il
peut
remercier
le
talentueux Tim salmon qui a connu
la saison de sa carrière (les
Angels aussi!) Non seulement qu'il
domine outrageusement le groupe
dans lequel il était, mais il est
parmi les 5 meilleurs du baseball
majeurs (cs+pp+pc).
On se rappelera que Salmon (329
pts) était en 12è ronde avec les
Tettleton (203), Lankford (235),
Cordero
(224),
Puckett
(293),
Grissom (214) et Jefferies (236).
Une belle surprise, n'est-ce pas?
Chez les lanceurs, il est curieux
de mentionner le nom de Greg Maddux
comme la sensation de l'été mais
Monsieur Cy Young n'avait que 4
gains contre un échec quand le pool
s'est mis en branle. Dans son
groupe, il y avait Jeff Fassero qui
totalisait 6 gains et un revers
tout comme Kevin Appier et le grand
Randy Johnson, 5 victoire aucun
échec. Maddux a de plus été le plus
constant du groupe, ce qui lui a
permis de devancer les autres
aisément.
Pour ce qui est des autres
sensations, il ne faut pas oublier
Albert Belle, Bobby Bonilla, Edgar
Martinez, Derek Bell, Mike Piazza,
Jeff Conine, Brian McRae, Tom
Glavine, David Cone, Mike Mussina
et Jim Bullinger.
Du coté des déceptions, ça ne
vaut pas la peine de tourner le fer
dans la plaie pour certains mais il
serait bon de nommer les joueurs
qui, soit par leurs blessures, soit
par
leur
manque
d'ardeur
à
l'ouvrage, nous ont royalement fait
sacrer.
Et cette liste comprend des
joueurs ayant des salaires qui
frôle les 6000$ par jours pour une
année entière.
Ces cadavres sont: Mark McGwire,
Joe Carter, Dave Hollins, Mickey
Tettleton, Will Cordero, Daren
Lewis,
Lenny
Dykstra,
Royce
Clayton, Ruben Sierra, Marquis
Grissom,
Kevin
Seitzer,
Jose
Offerman,
Jeff
Fassero,
Curt
Schilling et Terry Mulholland,
probablement
la
plus
grande
déception
du
pool
que
ce
Mulholland!
Place à la 6è édition du Nostradamus club
Le pool de football refait peau neuve avec cinq nouveaux visage
Par J-P. Tremblay (8 sept. 95)
Un vent de changement a soufflé sur le prestigieux Nostradamus club cet
été ce qui a permis d'amener cinq nouveaux visages, des mordus de la NFL, ce
qui devrait donner une saison de prédictions pour le moins passionnante.
Ces nouveaux sont:
-Richard Thibodeau, étudiant de 3è en Génie civil;
-Michel Quintal, en maîtrise en Biop;
-Simon Roy, au Barreau;
-Alain Joseph, propriétaire du Liquor Store de Sherbrooke;
-Francis Villiard, en maîtrise en Chimie.
Pour ce qui est des vétérans, voici leurs C.V.:
-Pascal Pion, de Granby. Bacc. en Économique à Sherbrooke 91-94.
1990, 2è/4 au cumulatif,
1991, 2è/5 au cumulatif,
1992, 4è/13 au cumulatif et co-champion des semaines,
1993, 2è/10 au cumulatif et champion des semaines,
1994, 4è/10 au cumulatif et co-champion des semaines;
-Sylvain Dostie, de Granby. Bacc. en Éduc. phys. à Sherb. 92-95.
1990, 2è/4 au cumulatif,
1991, 2è/5 au cumulatif,
1992, 7è/13 au cumulatif,
1993, 1er/10 au cumulatif,
1994, 8è/10 au cumulatif et co-champion des semaines;
-J-P. Tremblay, de Bromont. Bacc. en Français à Sherb. 91-95.
1990, 1er/4 au cumulatif,
1991, 2è/5 au cumulatif et champion des semaines,
1992, 10è/13 au cumulatif,
1993, 2è/10 au cumulatif,
1994, 3è/10 au cumulatif;
-Francis-V. Vandal, de Sorel. Maîtrise en Économ. à Sherb. 90-95.
1994, 1er/10 au cumulatif et co-champion des semaines;
-Normand Collin, de Montmagny. Bacc. en Éduc. phys. à Sherb. 91-95.
1994, 4è/10 au cumulatif et co-champion des semaines.
Pour ce qui est des exploits, le record pour le pourcentage de réussite
le plus élevé en une saison de Mario Girard (en 1992 avec 70,5%) est à la
portée de tous. Aux dires de plusieurs connaisseurs, l'arrivée des deux
nouvelles franchises devrait faciliter les résultats à la fin de la saison.
Par contre, le record pour le plus de semaines gagnées de Pascal Pion (en
1993 avec 5 sur 18 semaines) ne devrait pas être battu, ni même le plus de
semaines au 1er rang, record détenu par Girard en 1992, avec 14 semaines.
Cartes sur tables
Chronique de Francis-V. Vandal (13 sept. 95)
Trêve d'amertume, vous savez, il
faut seulement un gagnant (Jojo
l'avait dit). Reprenez vous cher
fanatique de football de salon...
car la NFL est enfin de retour.
Cette année, vous devrez avoir
plusieurs
nouvelles
résolutions
afin de connaître votre heure de
gloire. Voici donc des petits mots
qu'on bon pooler doit dire le moins
souvent possible.
1) Comment ça les 49 ers ont encore
perdu. Aïe bonhomme, ils ont perdu
que deux fois... pis gagné 14 fois.
Donc passe pas ta frustration à
gager
contre
eux
la
semaine
suivante.
2) Hein, j'te l'avait dit que
Cincinnati était pour gagner. Eh
oui mon ami, t'as attendu 8
semaines...
3) J'aurais donc dû... et si tes
parents s'étaient posés la même
question!?!
4) Un "j'aurais donc dû" plus
subtil: J'aurais donc dû suivre ma
première idée. Dans ce cas, il faut
vérifier le nombre de fois que vous
dites: J'aurais donc dû prendre ma
deuxième idée. De cette façon vous
serez en mesure de savoir quel
feeling suivre.
Maintenant passons aux choses plus
sérieuses.
En
effet,
notre
inconditionnel des "Saints", c'està-dire Jojo Savard a vu des choses
dans les astres.
Elle nous a
mentionné
que
le
Football
s'aprétait bien à l'astrologie
puisque plusieurs joueurs ont déjà
vus des étoiles. Et voici sans plus
tarder, les prédictions de Big Jojo
Savard sur le rendement des équipes
de la NFL.
Conférence Américaine
Dolphins de Miami: Le ciel de Miami
pleuvera de ballons cette année...
des
points
à
profusion.
Une
défensive au sol efficace. Dan
Marino et Don Shula peuvent rêver
au Super Bowl.
Les
Patriots
de
la
NouvelleAngleterre:
Cette
année,
ils
affronteront des équipes de leur
calibre. Ils vont en arracher par
moment, mais ils devrait finir
l'année aux environ de .500.
Bills de Buffalo: Chokeux, Chokeux,
Chokeux... s'ils font les séries,
c'est à cause d'un calendrier plus
facile.
Colts d'indianapolis: Une bonne
carabine à parlette... un dossier
de 7-9 serait fort respectable.
NY Jets: Ils vont voir passer les
défaites à un train d'enfer.
5-11, peut-être pire...
-----------------------------Steelers
de
Pittsburgh:
Ils
devraient demander à Mario comment
faire pour marquer. Lorsqu'ils
seront capable de faire 20 points,
ils seront difficiles à battre.
Browns de Cleveland: La perte de
Metcalf se fera sentir, notamment
au niveau des points qu'ils leurs
rapportaient
sur
les
unités
spéciales.
Ils
auront
de
la
difficulté à se classer.
Oilers de Houston: Un vrai puits
de défaites. Ils devraient jouer
dans la LCF, peut-être qu'ils
seraient pas si pire.
Bengals de Cincinnati: Selon
J-P. Tremblay, ils seront, grâce à
leur calendrier facile, un club à
surveiller de près et qui pourrait
chauffer Cleveland au second rang
de la division. 7-9 ou même un 8-8
pourquoi pas?
Jaguars de Jacksonville: Pas un
gros char...leur première victoire
à l'étranger en 1996???????
-----------------------------Chiefs de Kansas-City: Maintenant
que le grand chef Géronimo Montana
n'est plus... grand manitou aura
besoin
du grand esprit pour qu'il fasse
série
ou
des
confrères
de
Kahnawake...
Raiders d'Oakland: Leur début de
saison les rapprochera d'une saison
de .500.
Broncos de Denver: Les anciens
Nordiques pourront apprendre à
faire les séries en regardant jouer
John et sa bande.
Chargers
de
San
Diego:
Chaarrrge!......on retraite. Après
une finale du Super Bowl, les
boules-à-mites.
Seahaws de Seatle: Les connaissezvous????
Conférence Nationale
Cowboys de Dallas: Avec Prime Time
l'affaire est Ketchup.... le club à
battre.
Pour
ceux
qui
ne
connaissent pas ça, c'est un bon
club de .500.
Eagles de Philadelphie: Un club
énigmatique... ils jouent mieux à
l'étranger qu'à domicile.
Redskins de Washington: Un
quart arrière et c'est tout.
bon
Cards de l'Arizona: Lorsqu'ils
accordent un touché, ils sont dans
un état précaire. Buddy va avoir
une première crise cardiaque... et
les Cards vont se relever pour
manquer les séries par peu.
Les Giants de NY: Rodney Hampton et
sa troupe seront-ils capables de
battre les petits Giants de Rick
Moranis.
-----------------------------Bears de Chicago: Pascal Pion aura
une bonne année avec ses Bears.
Vikings du Minnesota: Le vieux
viking Warren pourra-t-il amener
son drakar à bon port. Laissez-moi
en douter...
Packers de Green Bay: Maudit qui
fait frette... pourrait gagner le
Super Bowl au Pôle Nord.
Buccaneers de Tampa-Bay: Une chance
qu'il fait beau... pourrait jouer
pour 7-9.
Lions de Détroit: Le roi Barry
parmi
les
minous.
Les
Lions
pourraient être les pires de leur
division.
49 ers de San Francisco: Pourrait
jouer au Pro Bowl, mais ils se
contenteront d'un autre Bowl juste
pour vexer Deion.
Rams de St-Louis: La poussière
finit toujours par retomber. Une
place dans les séries pourrait être
réalisable.
Les Falcons d'Atlanta: Une attaque
comparable à celle des Pingouins de
Pittsburgh avec la défensive des
Sénateurs d'Ottwa. Avec une légère
amélioration en défensive, ils vont
faire les séries.
Panthères de la Caroline: Un club
qui pourrait aller chercher 4-5
victoires.
Les Saints de la Nouvelle-Orléans:
Toujours le club favori de Jojo.