La citoyenneté australienne - Notre lien commun

Commentaires

Transcription

La citoyenneté australienne - Notre lien commun
4ème Partie
L’Australie aujourd’hui
L’Australie est l’un des plus anciens continents terrestres au monde.
C’est le sixième plus grand pays au monde.
38
La citoyenneté australienne: Notre lien commun
L’Australie aujourd’hui
Dans ces pages, vous apprendrez ce qui fait la particularité de ce pays. Vous découvrirez plus d’éléments sur notre
culture, nos innovateurs et notre identité nationale. Dans le monde actuel, l’Australie est un partenaire commercial
dynamique et une citoyenne du monde respectée. Nous accordons une grande valeur à la contribution des
nouveaux migrants dans la croissance et le renouveau constants de notre pays.
La terre
De maintes façons, l’Australie est un pays unique. Parmi les sept continents dans le monde, l’Australie est le seul à
être occupé par une seule nation. Nous avons la densité démographique la plus faible au monde, avec seulement 2
habitants par kilomètre carré.
L’Australie est l’une des plus anciennes masses terrestres au monde. C’est le sixième plus grand pays au monde.
Étant également le continent habité le plus aride au monde, l’eau dans la plupart des régions de l’Australie
constitue une ressource précieuse.
La plus grande partie de la terre est infertile, avec seulement 6 pour cent de sa surface qui est cultivable. Les
régions les plus arides à l’intérieur du pays sont appelée « the outback » (l’arrière-pays). Les gens qui vivent et
travaillent des ces environnements reculés et difficiles sont très respectés. Beaucoup d’entre eux font partie du
folklore australien.
En raison de l’immensité de l’Australie, le climat varie selon les différentes régions du continent. Il y a des régions
tropicales dans le nord de l’Australie et des déserts dans le centre.
Plus au sud, les températures peuvent varier entre des hivers froids avec de la neige en montagne et des vagues de
chaleur en été.
En plus des six États et des deux Territoires continentaux, le gouvernement australien administre également, en tant
que territoires, les îles d’Ashmore et de Cartier, l’île Christmas, les îles Cocos (ou Keeling), le Territoire de Jervis Bay,
les îles de la mer de corail, les îles Heard et McDonald dans le Territoire antarctique australien et l’île de Norfolk.
4ème Partie – L’Australie aujourd’hui
39
Les sites figurant sur la Liste du patrimoine mondial
Plus de 11 pour cent de notre continent est une surface de terres indigènes protégées, une réserve ou un parc
national géré pour être conservé conformément aux normes internationales. Dix-sept sites australiens figurent
sur la Liste de patrimoine mondial de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture
(UNESCO).
40
Les sites fossilifères de mammifères
d’Australie dans les États de l’AustralieMéridionale et du Queensland
Les forêts pluviales Gondwana dans les États
de Nouvelle-Galles du Sud et du Queensland
Le parc national de Kakadu dans le Territoire
du Nord
L’île de Fraser au large de la côte du sud de
l’État du Queensland
La Grande barrière de corail dans l’État du
Queensland
L’île Lord Howe au large de la côte de l’État
de Nouvelle-Galles du Sud
Le parc national des Blue Mountains à l’ouest
de Sydney
Les îles Heard et McDonald dans le Territoire
antarctique australien
L’île de Macquarie au sud de la Tasmanie
La citoyenneté australienne: Notre lien commun
Le parc national de Purnululu en AustralieOccidentale
L’opéra de Sydney
Les tropiques humides de l’État du Queensland
Le Palais royal des expositions et les Jardins
Carlton de Melbourne
La zone de nature sauvage de Tasmanie
Les lacs Willandra (Willandra Lakes) en
Nouvelle-Galles du Sud
Nous vous encourageons à
élargir votre expérience de
l’Australie en visitant ces sites
et d’autres points d’intérêts
étonnants. Vous pouvez marcher
dans le désert ou sur la côte,
dans les montagnes ou les forêts
pluviales. Chacune de vos visites
vous rapprochera de cette terre
immense et époustouflante.
Shark Bay en Australie-Occidentale
Le parc national Uluru-Kata Tjuta dans le
Territoire du Nord
4ème Partie – L’Australie aujourd’hui
41
Un pays vaste
L’immensité de l’Australie a inspiré l’innovation et
l’invention.
Au début de la colonisation, les habitants dans
l’arrière-pays devaient parfois voyager plusieurs
jours pour aller voir le docteur le plus proche.
Beaucoup d’enfants dans la brousse vivaient trop
loin pour aller dans des écoles.
Les familles de l’arrière-pays trouvaient que
l’isolement était difficile à supporter. Les grands
élevages de bétail pouvaient s’étendre sur
plusieurs milliers de kilomètres carré. Les femmes
et les enfants qui y vivaient pouvaient ne voir
personne pendant des mois. Il n’y avait pas de
téléphones et les gens se sentaient extrêmement
isolés et vulnérables.
Ces problèmes furent résolus grâce à l’ingéniosité
et l’innovation de grands australiens.
La radio à pédale
En 1929, Alfred Traeger, d’Adélaïde, conçut la
première radio alimentée par pédale. Les utilisateurs
pouvaient garder une radio bidirectionnelle active
en appuyant sur des pédales avec leurs pieds. Les
foyers isolés, les stations de mission reculées et les
communautés aborigènes bénéficièrent tous de
cette invention. Les femmes isolées pouvaient se
faire de nouveaux amis à travers les ondes radio.
La « School of the Air »
Jusque dans les années 1950, les enfants qui
vivaient dans des régions reculées devaient aller
dans des pensionnats ou suivre des cours par
courrier.
Adelaide Miethke, le vice-président du « Royal
Flying Doctor Service » en Australie-Méridionale,
réalisa que le service radio du « Flying Doctor
Service » pourrait également permettre aux
enfants restant chez eux de parler à des
enseignants. Le service d’Alice Springs commença
à diffuser ces leçons par radio bidirectionnelle en
1948. La « School of the Air » fut formellement
établie quelques années plus tard. La « School
of the Air » d’Australie a également permis à
beaucoup d’autres pays d’établir leurs propres
programmes de manière similaire.
L’ancienne radio à pédale a aujourd’hui été
remplacée par des récepteurs haute fréquence,
mais le « Royal Flying Doctor Service » d’Australie
et la « School of the Air » continuent de servir et
de bénéficier aux communautés les plus reculées
d’Australie.
La radio à pédale permit d’établir deux grandes
institutions australiennes : le « Royal Flying Doctor
Service » (service royal de médecins volants) et le
« School of the Air » (l’école radio).
Le « Royal Flying Doctor Service »
Le Révérend John Flynn (Reverend John Flynn)
vécut et travailla avec les populations de
communautés reculées. Son idée consistait à faire
venir le médecin au patient dans l’arrière-pays
aussi rapidement que possible, par air. Il fut aidé
par le gouvernement, la compagnie aérienne
Qantas et des donations d’œuvres de charité. Le
« Royal Flying Doctor Service » fut lancé en 1928,
mais il y avait encore des gens dans des régions
reculées qui ne pouvaient pas appeler le service.
L’introduction de la radio à pédale assura que
les gens dans des stations plus isolées pourraient
appeler un docteur dès que possible.
42
La citoyenneté australienne: Notre lien commun
Enfants qui étudient à travers la « School of the Air » en NouvelleGalles du Sud
L’identité Australienne
L’identité de l’Australie a été forgée par notre héritage unique, notre culture et le caractère entreprenant de notre
population.
Sports et loisirs
Beaucoup d’australiens aiment le sport et beaucoup
ont obtenu des résultats impressionnants à un niveau
international.
Nous sommes fiers de notre réputation en tant que
nation de « good sports » (bons sports). Les sportifs
australiens sont admirés en tant qu’ambassadeurs des
valeurs d’un entraînement dur, du fairplay et du travail
d’équipe.
À travers notre histoire, le sport a caractérisé le peuple
australien et nous a unis. Dès les premières colonies,
le sport permit de s’évader des réalités d’une existence
difficile. Même en temps de guerre, les membres de
la Force de défense australienne organisaient des
compétitions sportives pour aider à soulager du stress
des champs de bataille.
Le sport représente également un point commun qui
permet aux joueurs et aux spectateurs de se sentir
inclus et de faire partie de quelque chose d’important
pour la société australienne.
Beaucoup d’australiens participent à des sports d’équipe.
Parmi les plus populaires sont le cricket, le basket, le
netball, le hockey et les différents genres de football.
Ian Thorpe, cinq fois médaillé d’or aux Jeux Olympiques
La natation, le tennis, l’athlétisme, le golf et le cyclisme
sont des loisirs populaires. Ils sont également les sports
où les australiens excellent dans les compétitions
internationales. D’autres activités physiques populaires
incluent notamment la randonnée, le surf et le ski.
Les australiens pratiquent et aiment également
regarder le football, le rugby à treize, le rugby à quinze
et le football australien. Le football australien (« Aussie
Rules ») est un jeu unique à l’Australie.
L’Australie est particulièrement fière de ses succès
internationaux en cricket. Les équipes de cricket
australienne et anglaise entretiennent une intense
rivalité depuis la fin du 19ème siècle.
La « Melbourne Cup », « the race that stops the
nation » (la course qui arrête le pays), est l’une des
courses hippiques les plus dotées et les plus difficiles
au monde. La première « Melbourne Cup » se déroula
en 1861. Le premier mardi du mois de novembre, le «
Melbourne Cup Day », est depuis 1877 un jour férié
dans l’État du Victoria.
Membre de l’équipe féminine nationale de football australienne
4ème Partie – L’Australie aujourd’hui
43
Sir Donald Bradman (1908 – 2001)
Sir Donald Bradman est le plus grand batteur de tous les temps et il est une
légende australienne du sport.
Après une enfance passée à Bowral en Nouvelle-Galles du Sud, Donald
Bradman joua son premier match de cricket pour l’équipe australienne en
1928.
Il était petit et mince, mais il courait très vite. En 1930, lors de sa première
tournée en Angleterre, il pulvérisa presque tous les records de batteurs. À 21
ans, il était déjà une légende australienne.
Lors de la dernière tournée de Bradman en 1948, son équipe se vit surnommer
« The Invincibles », car elle n’a pas perdu un seul match contre l’Angleterre.
Sir Donald Bradman, surnommé « The Don », est reconnu dans le monde entier comme le meilleur
batteur de tous les temps. Sa moyenne à la batte en test-matchs était de 99,94.
Les arts
L’Australie jouit d’une culture artistique dynamique qui
inclut les traditions culturelles indigènes et une riche
variété de cultures immigrées. Toutes les formes d’arts
visuels et du spectacle, y compris le cinéma, l’art, le
théâtre, la musique et la danse, suscitent l’admiration
aussi bien ici qu’à l’étranger.
La littérature
Judith Wright
était une poétesse
exceptionnelle,
écologiste et militante
pour les droits des
Aborigènes.
La plus grande partie des premiers ouvrages australiens
portent sur la brousse et les difficultés de la vie
dans un environnement aussi pénible. Des écrivains
comme Henry Lawson et Miles Franklin écrivirent des
poèmes et des histoires sur la brousse et le style de vie
australien.
Elle est parmi les
poètes les plus
adulés en Australie.
À travers ses poésies,
elle exprimait son
amour pour l’Australie et son peuple. Elle reçut
de nombreuses récompenses, notamment le prix
de littérature de l’Encyclopaedia Britannica et la
Queen’s Gold Medal for Poetry. Elle était membre
de l’Australian Conservation Committee et de
l’Aboriginal Treaty Committee.
Un romancier australien, Patrick White, reçut le prix
Nobel de littérature en 1973. D’autres romanciers
populaires modernes furent notamment Peter Carey,
Colleen McCullough et Tim Winton.
On se souvient de Judith Wright pour ses
talents de poétesse et pour sa contribution à la
littérature australienne et à la réforme sociale et
environnementale.
L’Australie possède une tradition littéraire forte qui
démarra avec la mise en récit des indigènes australiens
et se poursuivit avec les histoires orales des prisonniers
arrivés à la fin du 18ème siècle.
44
Judith Wright (1915 – 2000)
La citoyenneté australienne: Notre lien commun
Le théâtre et le cinéma
Les pièces de théâtre, les films et les metteurs en scène
australiens sont reconnus et adulés ici et à l’étranger.
Les acteurs australiens comme Cate Blanchett et
Geoffrey Rush et les metteurs en scène comme Peter
Weir ont remporté de nombreuses récompenses
internationales pour leur excellence dans le cinéma.
L’art
Les œuvres d’art australiennes les plus reconnues
sont les célèbres peintures indigènes et les scènes
de brousse du 19ème siècle de peintres comme Tom
Roberts, Frederick McCubbin et Arthur Streeton. Au
milieu du 20ème siècle, les artistes Russell Drysdale et
Sidney Nolan représentèrent la rigueur de l’arrière-pays
sous forme de couleurs vives. Plus récemment, Brett
Whiteley a été acclamé sur la scène internationale pour
son style unique et frappant.
La musique et la danse
Le chef d’orchestre et récemment devenu citoyen australien, Vladimir
Verbitsky, avec l’orchestre symphonique d’Australie-Occidentale
Les australiens ont embrassé et excellé dans tous les
styles de musiques et ils sont reconnus de par le monde
pour leurs contributions en musique classique, country
et rock. Le son purement australien le plus reconnu est
celui du didgeridoo, l’instrument ancien des Aborigènes.
Le Professeur Fred Hollows
(Professor Fred Hollows)
(1929 – 1993)
Le secteur de la danse en Australie s’est développé grâce
aux efforts d’éminents danseurs et chorégraphes comme
Sir Robert Helpmann, Meryl Tankard et Stephen Page.
Le Professeur Fred
Hollows était un
ophtalmologue
(médecin spécialiste
des yeux) passionné qui
a permis de restaurer
la vue de plus d’un
million de personnes
en Australie et dans
des pays en voie de
développement.
Les accomplissements scientifiques et
les inventions
L’histoire de l’Australie compte de nombreux
accomplissements et avancées scientifiques dans
les domaines de la médecine, de la technologie, de
l’agriculture, de l’exploitation minière et de la fabrication.
Dix australiens reçurent le prix Nobel pour leurs
découvertes scientifiques et médicales.
Les scientifiques brillants reçurent également les
récompenses de l’Australian of the Year. En 2005,
la récompense fut décernée au Professeur Fiona
Wood (Professor Fiona Wood), qui avait développé
un brumisateur révolutionnaire pour soigner la peau
des victimes de brûlures. En 2006, la récompense
fut décernée au Professeur Ian Frazer (Professor
Ian Frazer), qui avait développé le vaccin contre le
cancer du cancer du col utérin. En 2007, le Professeur
Tim Flannery (Professor Tim Flannery), un éminent
scientifique de l’environnement, reçut la récompense.
Le Professeur Wood (Professor Wood) et le Professeur
Frazer (Professor Frazer) avaient tous deux migré en
Australie depuis la Grande-Bretagne. Le co-inventeur
du Professeur Frazer (Professor Frazer) était feu le Dr
Jian Zhou, qui avait migré depuis la Chine et qui était
également devenu un citoyen australien.
Fred Hollows est né en Nouvelle-Zélande. En 1965,
il s’installa en Australie et devint plus tard le chef
d’un service oculaire dans un hôpital de Sydney.
Il croyait fermement en l’égalité de toutes les
personnes et aida à mettre en place le premier
service médical aborigène. Il y en a aujourd’hui 60
dans toute l’Australie.
En 1980, Fred Hollows parcourait le monde pour
aider à mettre en place des programmes de santé
oculaire dans les pays en voie de développement.
Il devint citoyen australien en avril 1989.
L’excellent travail du Professeur Hollows se
poursuit à travers son épouse, Gabi, et la Fred
Hollows Foundation.
4ème Partie – L’Australie aujourd’hui
45
Australians of the Year (australiens de l’année)
Depuis 1960, les récompenses Australian of the Year célèbrent l’accomplissement et la contribution d’éminents
australiens. Tout le monde peut désigner un Australien issu de tout milieu pour prétendre à la récompense. Les
Australians of the Year sont des personnes qui ont excellé dans leur travail et qui ont rendu service à la nation.
2009 Le Professeur Michael Dodson AM
(Professor Michael Dodson AM)
Leader indigène
1996
Le Docteur John Yu AM
(Doctor John Yu AM)
Pédiatre
2008 Lee Kernaghan OAM
Chanteur, musicien et fondateur des
tournées « Pass the Hat Around »
(faites passer le chapeau)
1995
Arthur Boyd AC OBE
Artiste
1994
Ian Kiernan OAM
Militant du mouvement « Clean Up
Australia »
1992
Mandawuy Yunupingu
Leader indigène
1991
L’Archevêque Peter Hollingworth AO OBE
(Archbishop Peter Hollingworth AO OBE)
Défenseur de la justice sociale
1990
Le Professeur Fred Hollows AC
(Professor Fred Hollows AC)
Ophtalmologue
2007
2006
Le Professeur Ian Frazer
(Professor Ian Frazer)
Immunologiste clinique
2005
Le Professeur Fiona Wood AM
(Professor Fiona Wood AM)
Chirurgien plasticien et spécialiste en
brûlures
2004
Steve Waugh
Capitaine de l’équipe d’Australie en test
cricket et travailleur humanitaire
1989
Allan Border AO
Capitaine de l’équipe d’Australie en test
cricket
2003
Le Professeur Fiona Stanley AC
(Professor Fiona Stanley AC)
Pédiatre et épidémiologiste
1988
Kay Cottee AO
Meilleure navigatrice en solitaire
1987
Patrick Rafter
Champion de l’US Open de tennis et
fondateur de la « Cherish the Children
Foundation »
John Farnham
Chanteur et musicien
1986
Dick Smith
Aventurier et philanthrope
Lieutenant-Général Peter Cosgrove AC MC
(Lt General Peter Cosgrove AC MC)
Commandant en chef de l’armée
australienne de 2000 à 2002
1985
Paul Hogan AM
Acteur
1984
Lowitja O’Donoghue CBE AM
Leader indigène
2002
2001
46
Le Professeur Tim Flannery
(Professor Tim Flannery)
Scientifique, auteur et écologiste
2000
Sir Gustav Nossal AC CBE FAA FRS
Chercheur en biologie
1983
Robert de Castella MBE
Champion du monde de marathon
1999
Mark Taylor
Capitaine de l’équipe d’Australie en test
cricket
1982
Sir Edward Williams KCMG KBE
Commissaire de l’Australian Royal
Commission d’enquête sur les drogues
1998
Cathy Freeman
Championne d’athlétisme mondiale et
olympique et ambassadrice aborigène
1981
Sir John Crawford AC CBE
Architecte de la croissance de l’aprèsguerre en Australie
1997
Le Professeur Peter Doherty
(Professor Peter Doherty)
Lauréat du prix Nobel de médecine
1980
Manning Clark AC
Historien
La citoyenneté australienne: Notre lien commun
Leurs accomplissements nous permettent de réfléchir à ce que nous pouvons faire pour contribuer à notre
formidable pays. Les récompenses comprennent aujourd’hui le Young Australian of the Year, le Senior Australian of
the Year et Australia’s Local Hero.
1979* Senator Neville Bonner AO
Le premier sénateur aborigène
1969
Le très honorable Richard Gardiner Casey
Baron de Berwick dans l’État du Victoria et
de la ville de Westminister KG GCMG CH
(The Rt Hon Richard Gardiner Casey Baron
of Berwick, Victoria and of the City of
Westminister KG GCMG CH)
Le Gouverneur général d’Australie de
1965 à 1969
1968
Lionel Rose MBE
Champion du monde de boxe
1967
The Seekers
Groupe de musique
1977* Dame Raigh Roe DBE
Leader de la Country Women’s
Association
1966
Sir Jack Brabham OBE
Champion du monde de course
automobile
1976
1965
Sir Robert Helpmann CBE
Acteur, danseur, producteur et
chorégraphe
1964
Dawn Fraser MBE
Champion olympique de natation
1963
Sir John Eccles AC
Lauréat du prix Nobel de médecine
1979* Harry Butler CBE
Écologiste et naturaliste
1978* Alan Bond
Entrepreneur
1978* Galarrwuy Yunupingu AM
Indigenous Leader
1977* Sir Murray Tyrrell KCVO CBE
Secrétaire au bureau du Gouverneur
général
Sir Edward ‘Weary’ Dunlop AC CMG OBE
Chirurgien militaire
1975* Sir John Cornforth AC CBE
Lauréat du prix Nobel de chimie
1975* Major General Alan Stretton AO CBE
Commandant de la Darwin Relief
Operation après le cyclone Tracy
1974
Sir Bernard Heinze AC
Chef d’orchestre et musicien
1962
Alexander ‘Jock’ Sturrock MBE
Skipper de l’America’s Cup Challengers
1973
Patrick White
Lauréat du prix Nobel de littérature
1961
Dame Joan Sutherland OM AC DBE
Sopraniste
1972
Shane Gould MBE
Champion olympique de natation
1960
Sir MacFarlane Burnet OM AK KBE
Lauréat du prix Nobel de médecine
1971
Evonne Goolagong Cawley AO MBE
Championne de tennis à Wimbledon et
à Rolland-Garros
1970
Son éminence le Cardinal Sir Norman
Gilroy KBE (His Eminence Cardinal Sir
Norman Gilroy KBE)
Le premier cardinal né en Australie
*De 1975 à 1979, le Canberra Australia Day Council a
également reconnu un ‘Australian of the Year’.
Les initiales honorifiques figurant marqués après le
nom du lauréat étaient courantes à l’époque à laquelle
le prix a été décerné.
4ème Partie – L’Australie aujourd’hui
47
La monnaie australienne
Sur notre monnaie, figurent des personnes et des icônes qui sont importantes pour l’Australie. Les australiens célèbres
choisis pour apparaître sur notre monnaie sont des personnes qui ont fait preuve d’initiative et d’un grand talent dans
les domaines de la réforme sociale, de la science, de la politique, des accomplissements militaires et des arts.
L’ancienne et la nouvelle Maison du Parlement
Le billet de 5 dollars illustre l’ancienne et la nouvelle
Maison du Parlement à Canberra.
La reine Elizabeth II est le Chef d’État de l’Australie.
C’est la reine d’Australie et du Royaume-Uni et elle
vit en Angleterre. Sa présence a été forte et stable sur
toute la durée de son long règne populaire.
Dame Mary Gilmore (1865 – 1962)
AB ‘Banjo’ Paterson (1864 – 1941)
Dame Mary Gilmore était une auteure, une journaliste,
une poétesse et une militante pour les réformes
sociales. On se souvient d’elle pour ses écrits et ses
propos au nom des femmes, des indigènes australiens
et des pauvres.
Andrew Barton Paterson était un poète, un auteurcompositeur de chansons et un journaliste. Il écrivait
sous le nom de ‘Banjo’ Paterson et on se souvient de
lui pour « Waltzing Matilda », la plus célèbre chanson
folklorique en Australie.
Le révérend John Flynn
(Reverend John Flynn (1880 – 1951))
Mary Reibey (1777 – 1855)
Le révérend John Flynn est à l’origine du premier
service médical aérien au monde, le « Royal Flying
Doctor Service of Australia » (service royal de médecins
volants d’Australie). On se souvient de lui pour avoir
sauvé de nombreuses vies en offrant des services de
santé dans des régions reculées de l’Australie.
48
La reine Elizabeth II
(Queen Elizabeth II (née en 1926))
La citoyenneté australienne: Notre lien commun
Mary Reibey fut une femme d’affaire pionnière dans la
colonie de la Nouvelle-Galles du Sud. Après son arrivée
en Australie en tant qu’adolescente prisonnière, elle
devint une dirigeante respectée dans la communauté.
Edith Cowan (1861 – 1932)
David Unaipon (1872 – 1967)
Edith Cowan était une assistante sociale, une
politicienne et une féministe. Elle fut la première
femme élue dans un parlement australien.
David Unaipon était un écrivain, un orateur et un
inventeur. On se souvient de lui pour ses contributions
à la science et la littérature et pour avoir amélioré la
condition des Aborigènes.
Sir John Monash (1865 – 1931)
Dame Nellie Melba (1861 – 1931)
Sir John Monash était un ingénieur, un administrateur et
l’un des meilleurs commandants militaires en Australie.
On se souvient de lui pour son sens du commandement,
son intelligence et son éloquence.
Dame Nellie Melba était une sopraniste mondialement
célèbre. Connue dans le monde entier comme la
« Queen of Song » (reine de la chanson), c’est
la première chanteuse australienne a avoir été
mondialement célèbre.
4ème Partie – L’Australie aujourd’hui
49
Les fêtes nationales et les célébrations
Les fêtes nationales de l’Australie reflètent notre héritage judéo-chrétien et célèbrent les grandes étapes qui ont
forgé l’identité australienne depuis l’arrivée des européens.
À dates fixes
Dates variables
Le nouvel an, 1er janvier
Nous célébrons le début de la nouvelle année.
Fête du travail ou la journée de huit heures
Célèbre l’obtention par les travailleurs australiens de la
journée de huit heures – une première mondiale.
« Australia Day », 26 janvier
Nous célébrons la signification d’être Australien et
nous commémorons l’arrivée de la Première Flotte à
Sydney Cove en 1788.
Pâques
Commémore l’histoire chrétienne de la mort et de la
résurrection du Christ.
« Anzac Day », 25 avril
Nous commémorons le débarquement du corps armé
d’australiens et de Néo-zélandais (Australian and New
Zealand Army Corps - ANZAC) à Gallipoli pendant la
Première Guerre mondiale. Nous honorons également
tous les australiens qui se sont battus et qui sont morts
au combat.
Anniversaire de la Reine
Célèbre la naissance du Chef d’État d’Australie, la reine
Elizabeth II. Cette célébration a lieu le deuxième lundi
de juin dans tous les États et les Territoires, sauf en
Australie-Occidentale.
Noël, 25 décembre
Une journée où l’on s’offre des cadeaux, une
célébration chrétienne de la naissance du Christ.
D’autres jours fériés ont lieu dans les différents États,
Territoires et villes. Par exemple, le Territoire de la
Capitale Australienne célèbre le « Canberra Day »,
l’Australie-Méridionale célèbre « Volunteers Day » et
l’Australie-Occidentale célèbre « Foundation Day ».
« Boxing Day », le 26 décembre
Fait partie de la célébration de Noël.
Autres jours fériés
Les feux d’artifice la veille du nouvel an sur le port de Sydney en 2005
50
La citoyenneté australienne: Notre lien commun
La population australienne
La population de l’Australie compte environ 22 millions
d’habitants et c’est l’une des sociétés les plus diverses
au monde. Les indigènes australiens représentent 2,5
pour cent de la population totale. Plus d’un quart des
résidents australiens sont nés à l’étranger et ont migré
depuis plus de 200 pays. Le diversité de sa population
offre à l’Australie une riche variété de langues, de
croyances, de traditions et de cultures.
Les liens formels de l’Australie avec la Grande-Bretagne
se sont atténués au fil du temps, mais l’influence de
la Grande-Bretagne survit au sein des institutions
australiennes. Elle survit également dans bon nombre
de nos valeurs et, bien entendu, dans notre langue
nationale. Tandis que plus de 200 langues différentes
sont parlées dans les foyers et dans les communautés
(y compris beaucoup de langues indigènes différentes),
l’anglais constitue une part importante de notre
identité nationale.
L’économie Australienne
L’Australie jouit d’une économie stable et compétitive.
Nous accordons une grande valeur à notre maind’œuvre industrieuse et qualifiée. La qualité de vie
dont jouit la population en Australie est l’une des
meilleures au monde.
Dick Smith (né en 1944)
Dick Smith est un
éminent homme
d’affaires australien,
un aventurier et un
philanthrope.
Le marché
Les institutions stables et modernes de finance et
les réglementations fiscales et commerciales strictes
confèrent une assurance aux activités commerciales
en Australie. L’industrie des services, qui comprend
les services dans les domaines du tourisme, de
l’enseignement et des finances, représente près de 70
pour cent du produit intérieur brut (PIB) de l’Australie.
La stabilité économique de l’Australie en fait une
destination populaire pour les investisseurs. En termes
d’importance, la bourse australienne occupe la deuxième
place dans la région de l’Asie-Pacifique après le Japon.
Le commerce
Les principaux partenaires commerciaux de l’Australie
sont le Japon, la Chine, les États-Unis, la Corée du Sud,
la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni. Nous sommes
un exportateur majeur de blé, de laine, de minerai de
fer, de minéraux et d’or. Nous exportons également
des sources d’énergie sous forme de gaz naturel
liquéfié et de charbon. Notre économie est ouverte et
le commerce a toujours constitué une part essentielle
de la prospérité de notre économie. Les exportations
australiennes ont récemment totalisé plus de 200
milliards de dollars.
L’exploitation minière
L’Australie est riche en ressources naturelles comme
le charbon, le cuivre, le gaz naturel liquéfié et les
sables minéraux. Ceux-ci sont très demandés,
particulièrement dans les pays émergeants de l’Asie.
Dick Smith a d’abord
fait fortune dans son
entreprise de produits
électroniques. Sa
fortune lui permit
de faire progresser
l’Australie. Il démarra
une société de produits
alimentaires exclusivement australienne et investit
des millions de dollars pour soutenir les sociétés
exclusivement australiennes.
Il fut nommé « Australian of the Year » en 1986
et s’est vu récompensé pour ses contributions
dans les avancées techniques et la protection
de l’environnement. Il fut la première personne
à traverser l’Australie et la Tasman Sea (mer de
Tasmanie) à bord d’une montgolfière. Il est connu
pour son esprit aventurier, sa réussite dans les
affaires et son amour profond de l’Australie.
Le secteur d’exportation le plus important en Australie est celui des
minéraux et des carburants
4ème Partie – L’Australie aujourd’hui
51
L’Australie en tant que
citoyenne du monde
L’Australie est fière de son rôle de bonne citoyenne
internationale. Nous le démontrons en aidant ceux qui
sont moins fortunés que nous à travers le monde.
L’aide internationale et les efforts
humanitaires de l’Australie
Le programme d’aide internationale du gouvernement
australien soutient les pays en voie de développement
pour réduire la pauvreté et leur permettre d’atteindre
un développement durable. Nous offrons ce soutien
dans notre région et autour du monde en assistant les
populations et les gouvernements.
Les Australiens font preuve d’une énorme générosité
lorsque des catastrophes surviennent dans leur pays
et à l’étranger. Ils font également des dons réguliers
aux pays qui subissent des souffrances continues.
L’engagement de l’Australie pour notre programme
d’aide reflète ce trait de caractère australien.
En 1971, l’Australie est devenue membre de plein
exercice de l’Organisation de coopération et de
développement économiques (OCDE). L’OCDE vise
à améliorer les conditions économiques, sociales
et d’embauche dans ses 30 pays membres et dans
d’autres pays en voie de développement. En parallèle,
l’OCDE vise à développer le commerce mondial.
L’Australie soutient fermement une coopération
rapprochée dans la région Asie-Pacifique. Elle est un
membre actif de la Coopération économique des pays
d’Asie Pacifique (CEAP), du Sommet de l’Asie Orientale
(EAS), du Forum régional de l’ASEAN (ARF) et du
Forum des îles du Pacifique (PIF).
Le Dr Catherine Hamlin AC
(née en 1924)
Le Dr. Catherine Hamlin
est une gynécologue
célèbre à travers ses
efforts pour épargner
une vie de souffrance
aux jeunes femmes
éthiopiennes.
Depuis 1959, Catherine
Hamlin travaille
à Addis Ababa en
Éthiopie pour aider
les femmes souffrant
de complications
d’accouchements appelées ‘fistules obstétricales’.
Les femmes qui souffrent de ce problème sont
incapables de contrôler leurs fonctions corporelles
et sont donc rejetées par leur société.
Opération de soutien de l’Australie en Indonésie après le tsunami
dans l’Océan Indien en 2004
La participation active de l’Australie aux
forums internationaux
L’Australie est devenue un membre actif des Nations
Unies (ONU) depuis leur création en 1945. En vertu
de la Convention des Nations Unies relative au
statut des réfugiés, 1951, elle offre une protection
aux personnes qui ont été identifiées comme des
réfugiés dans le cadre de ladite Convention. Nous
contribuons également aux efforts de maintien de la
paix et aux interventions humanitaires et en situations
d’urgence des Nations Unies pour les pays en voie de
développement et nous sommes très impliqués dans
l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la
science et la culture.
52
La citoyenneté australienne: Notre lien commun
Catherine et son mari se sont établis à l’hôpital
Addis Ababa Fistula. Leurs efforts ont permis à
des milliers de femmes de rentrer chez elles pour
reprendre pleinement une vie saine dans leurs
villages.
En 1995, le Dr. Catherine Hamlin est devenue
Compagnon de l’Ordre d’Australie, le titre
honorifique le plus élevé en Australie. Elle continue
de travailler pour les femmes en Éthiopie.
Aujourd’hui, l’Australie est une vaste pays en pleine
croissance, fier de ses accomplissements dans les
domaines du sport, des arts et de la science. Nous
accordons une grande valeur à la qualité de vie de
notre population, mais nous visons toujours plus haut.
À travers l’aide internationale et l’assistance au
développement international, l’Australie a exporté son
sens du fairplay depuis ses terrains de sports vers la
communauté internationale.
Les lauréats australiens du prix Nobel
L’Australie est reconnue pour ses travaux de recherches dans les sciences et la médecine. Dix australiens ont été
lauréats du Prix Nobel dans ces domaines.
Le Professeur William Bragg (Professor William Bragg (1862 – 1942)) et Lawrence Bragg
(1890 – 1971), tous deux des physiciens.
William Bragg (père) et Lawrence Bragg (fils) ont été les co-lauréats du prix Nobel de physique en 1915,
« pour leurs services dans l’analyse de la structure cristalline au moyen de rayons X ».
Sir Howard Walter Florey (1898 – 1968), pathologiste.
Né à Adélaïde en Australie-Méridionale, Howard Florey reçut le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1945
(co-lauréat) « pour la découverte de la pénicilline et de son effet thérapeutique dans la guérison de diverses
maladies infectieuses ».
Sir Frank Macfarlane Burnet (1899 – 1985), scientifique médical et biologiste.
Né dans l’État du Victoria, Frank Burnet reçut le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1960 (co-lauréat)
« pour la découverte de la tolérance immunologique acquise ».
Sir John Carew Eccles (1903 – 1997) physiologiste.
John Eccles est né à Melbourne et reçut le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1963 (co-lauréat)
« pour des découvertes concernant les mécanismes ioniques impliqués dans l’excitation et l’inhibition de portions
périphériques et centrales de la membrane des cellules nerveuses ».
Le Professeur John Warcup Cornforth (Professor John Warcup Cornforth (1917 – 2007)), chimiste.
John Cornforth est né à Sydney et reçut le prix Nobel de chimie en 1975 (co-lauréat) « pour ses travaux sur la
stéréochimie des réactions enzymatiques ».
Le Professeur Peter Doherty (Professor Peter Doherty (né en 1940)), immunologiste.
Peter Doherty est né dans l’État du Queensland et reçut le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1996
(co-lauréat) « pour des découvertes concernant la spécificité des défenses immunitaires à médiation cellulaire ».
Le Professeur Barry Marshall (Professor Barry Marshall (né en 1951)), gastro-entérologue et
le Docteur Robin Warren (Doctor Robin Warren (né en 1937)), pathologiste.
Barry Marshall et Robin Warren furent co-lauréats du prix Nobel de physiologie ou médecine en 2005 pour leur
découverte sur « la bactérie helicobacter pylori et son rôle dans l’ulcère de l’estomac et gastroduodénal ».
La professeure Elizabeth Helen Blackburn (Professor Elizabeth Helen Blackburn (née en 1948)),
Biologiste.
Elizabeth Blackburn est née à Hobart et a reçu le Prix Nobel de Physiologie ou Médecine en 2009 (conjointement
avec 2 autres chercheurs) pour la découverte de la façon dont les chromosomes sont protégés par des télomères et
dans l’enzyme, la télomérase, qui les forme.
L’Australie compte également un lauréat du prix Nobel de littérature.
Patrick White (1912 – 1990), romancier et dramaturge.
Né à Londres de parents australiens, Patrick White reçut le prix Nobel de littérature en 1973 « pour un art narratif
et psychologique qui a introduit une nouvelle dimension à la littérature ».
4ème Partie – L’Australie aujourd’hui
53
5ème Partie
Notre histoire australienne
Les cultures indigènes d’Australie
sont les cultures les plus anciennes au monde qui survivent encore actuellement.
54
La citoyenneté australienne: Notre lien commun
Notre histoire australienne
Cette brève histoire de l’Australie n’est en aucun cas
son histoire complète, mais elle vous donne un aperçu
des événements qui ont forgé notre pays et notre
culture. Pendant des milliers d’années, cette terre était
habitée et protégée par les peuples indigènes. L’arrivée
de la Première Flotte en 1788 aura à jamais changé
leur monde. Au cours des 200 dernières années,
l’Australie a appris beaucoup de leçons concernant
l’égalité et les droits de l’homme, sur sa route vers
le multiculturalisme et la réconciliation. Les réformes
que nous avons faites signifient que la communauté
australienne que vous rejoignez aujourd’hui est telle
que chacun s’y sent inclus et considéré.
Les indigènes australiens
Les cultures indigènes d’Australie sont les cultures
les plus anciennes au monde qui survivent encore
actuellement. Il y a de cela 40 000 à 60 000 années,
les peuples indigènes d’Australie vivaient déjà ici.
Les cultures des Aborigènes et des insulaires du détroit
de Torres diffèrent les unes des autres. Elles ont leurs
propres langues et traditions.
Historiquement, les Aborigènes proviennent du
continent australien et de Tasmanie. Les insulaires du
détroit de Torres proviennent des îles situées entre
la pointe de l’État du Queensland et la PapouasieNouvelle-Guinée. Ils partagent de nombreuses
similarités culturelles avec les peuples de PapouasieNouvelle-Guinée et d’autres îles du Pacifique.
Les langues
Avant la colonisation britannique, les Aborigènes et
les insulaires du détroit de Torres parlaient plus de
700 langues et dialectes. Environ 145 langues sont
encore parlées aujourd’hui. Il n’y avait pas de langue
écrite. Les histoires orales des cultures indigènes sont
extrêmement importantes, car elles racontent l’histoire
des peuples et des territoires. Par exemple, des histoires
comme celles qui expliquent l’inondation de la baie de
Port Phillip (Port Phillip Bay) dans l’État du Victoria se
réfèrent à un événement réel survenu il y a 10 000 ans.
Le « Dreaming » (rêve) et les arts
indigènes
Différents clans indigènes possèdent leur propre nom
pour désigner ce que nous appelons, en anglais, le
« Dreaming ». Le « Dreaming » ou « Dreamtime »
(temps du rêve) est le système de connaissances, de foi
et de pratiques qui guide la vie indigène. Il montre aux
individus comment ils doivent vivre et se comporter.
Ceux qui n’obéissent pas à ses règles sont punis.
L’art aborigène de Kakadu
Les histoires du « Dreaming » étaient racontées aux
enfants par leurs parents et les anciens. Ces histoires
enseignaient aux enfants comment leur terre s’était
formée et était devenue habitée et comment se
comporter et pourquoi. Les histoires donnaient
également aux enfants des leçons pratiques utiles, par
exemple, où trouver de la nourriture.
Les musiques, les chansons et les danses indigènes
racontent les histoires du « Dreaming » et de la vie
quotidienne. Quand les indigènes chantent et dansent,
ils ressentent un lien profond avec leurs ancêtres.
Les formes originales de l’art aborigène étaient des
pétroglyphes ou des peintures rupestres et des dessins
au sol. Certaines de ces œuvres ont 30 000 ans. Les
peuples d’Australie Centrale peignaient des points et
des cercles représentant la terre ou des histoires du «
Dreaming ». Ceux des régions du nord de l’Australie
peignaient des silhouettes humaines, animales et
spirituelles.
Aujourd’hui encore, le « Dreaming » est resté un
élément important pour les indigènes.
5ème Partie – Notre histoire Australienne
55
Les premiers Européens en
Australie
Les débuts des explorations européennes
Au 17ème siècle, des explorateurs portugais et hollandais
découvrirent des régions de ce qu’ils appelèrent « Terra
Australis Incognita », la terre australe inconnue. En 1606,
le Hollandais Willem Janszoon établit la cartographie
de la côte ouest de la péninsule de Cape York (Cape
York Peninsula) à l’extrémité nord de l’Australie. À peu
près à la même époque, le Portugais Luis Vaez de Torres
naviguait à travers le détroit au nord du continent.
Plus tard dans les années 1600, des navigateurs
hollandais explorèrent la côte de l’AustralieOccidentale. Les Hollandais baptisèrent cette terre la
« Nouvelle-Hollande ».
En 1642, Abel Tasman découvrit la côte d’une
nouvelle terre qu’il baptisa « Terre de Van Diemen »
(aujourd’hui la Tasmanie). Il établit la cartographie de
milliers de miles de côte. Sa carte incomplète de la
Nouvelle-Hollande indique qu’il pensait que la terre
rejoignait la Papouasie-Nouvelle-Guinée au nord.
William Dampier fut le premier Anglais à fouler le sol
d’Australie. En 1684, il débarqua sur la côte nordouest. La terre était sèche et poussiéreuse, il a donc
considéré qu’elle n’était pas utile pour le commerce ou
pour une colonie.
Le transport des bagnards
L’Australie est unique, dans le fait que la plupart de
ses premiers colons européens étaient des prisonniers.
Après l’indépendance des États-Unis d’Amérique,
la Grande-Bretagne ne pouvait plus y envoyer ses
prisonniers. Les prisons britanniques débordaient.
Quand il y eut trop de prisonniers, le gouvernement
britannique dut leur trouver un nouveau lieu. En 1786,
la Grande-Bretagne décida d’expédier les prisonniers
dans la nouvelle colonie de la Nouvelle-Galles du Sud.
On appelait cela « transport ».
La première colonie
Le premier gouverneur de la colonie de la NouvelleGalles du Sud était le Capitaine Arthur Phillip (Captain
Arthur Phillip). Il mena la première flotte de 11 navires
à bon port, depuis la Grande-Bretagne à l’autre bout
du monde. Il prit grand soin des prisonniers en les
nourrissant et en assurant leur bien-être, si bien que
très peu d’entre eux moururent pendant la traversée.
Le Capitaine Phillip mena la Première Flotte à Sydney
Cove le 26 janvier 1788. C’est le jour qui marque
l’anniversaire de cette date que nous célébrons chaque
année « Australia Day ».
Le Capitaine James Cook
(Captain James Cook)
La côte est de l’Australie n’avait jamais été explorée
par les Européens jusqu’à l’arrivée de l’Anglais James
Cook en 1770, à bord de son navire, l‘Endeavour.
Cook fut envoyé par le gouvernement britannique
pour un voyage de découverte dans le Pacifique Sud.
Il établit la cartographie de la côte est et débarqua à
Botany Bay, juste au sud de la ville actuelle de Sydney.
James Cook nomma cette terre « Nouvelle-Galles du
Sud » et déclara qu’elle revenait à l’Angleterre au nom
du roi George III (King George III).
La Première Flotte navigua depuis la Grande-Bretagne, arrivant à
Sydney Cove en 1788
Les premières années
Les premières années de la colonie furent très
pénibles. Le Gouverneur Phillip s’assura que personne
ne mourrait de faim en instaurant un système de
rationnement pour tous, y compris lui-même et ses
officiers militaires. Sa détermination et sa vision des
choses aidèrent la colonie à faire face à ces premières
années difficiles.
Carte de la Nouvelle-Hollande d’Abel Tasman, 1644
56
La citoyenneté australienne: Notre lien commun
Le dur labeur de la colonie naissante fut le fruit des
travaux forcés des bagnards. Ils recevaient le fouet
s’ils ne travaillent pas assez, s’ils s’échappaient ou
s’ils étaient ivres. S’ils commettaient un nouveau
crime grave, ils étaient pendus ou envoyés dans une
colonie isolée. Les bagnards qui avaient purgé leurs
peines devenaient des hommes et des femmes libres
et s’inséraient dans la communauté pour travailler et
élever des familles.
De nouvelles opportunités
Un gouverneur éclairé
La première population européenne d’Australie
se composait d’Anglais, d’Écossais, de Gallois et
d’Irlandais. L’Écosse, le Pays de Galle et l’Irlande
avaient souvent été en guerre contre l’Angleterre par
le passé, mais en Australie, les quatre groupes vivaient
et travaillaient étroitement ensemble.
Tout comme le Gouverneur Phillip, le Gouverneur
Lachlan Macquarie (Governor Lachlan Macquarie) tient
une place importante dans le début de notre histoire.
Il a gouverné la colonie de Nouvelle-Galles du Sud de
1810 à 1821. Il a développé la colonie en une colonie
libre, non pas comme une colonie pénitencière. Il a
amélioré les pratiques agricole et construit de nouvelles
routes et des équipements publics. Il a encouragé
l’exploration de l’Australie.
Les forçats et ex-forçats trouvèrent de nouvelles
opportunités dans la colonie. Les officiers militaires
passaient leur temps s’enrichir en faisant du commerce
et employaient des prisonniers et ex-prisonniers pour
les y aider. Rapidement, ces derniers établirent des
commerces indépendants dont ils étaient eux-mêmes
les négociants. D’autres vivaient correctement en tant
que fermiers, ouvriers, commerçants et restaurateurs.
Les femmes autrefois prisonnières réussissaient
également dans les affaires et, de nombreuses façons,
elles jouissaient d’une plus grande liberté que les
femmes en Angleterre.
Macquarie investit également dans l’éducation et il se
montra respectueux des droits des anciens prisonniers.
Il offrit des postes de juge et de fonctionnaires à
certains ex-prisonniers.
Le Gouverneur Macquarie est honoré dans l’histoire
pour les changements positifs qu’il a apportés à la
colonie. L’université Macquarie en Nouvelle-Galles du
Sud porte son nom.
Notre histoire de bagnards
Caroline Chisholm (1808 – 1877)
Caroline Chisholm
était une éminente
réformatrice sociale qui
améliora la situation
des femmes célibataires
dans les premières
colonies.
Caroline arriva en
Australie en compagnie
de son mari officier
de l’armée et leurs
cinq enfants en 1838.
Elle vint en aide aux
femmes migrantes qui vivaient dans les rues de
Sydney. En quelques années, elle créa 16 hôtels
pour les femmes migrantes autour de la colonie.
Caroline travailla dur pour l’amélioration du
quotidien sur les navires qui transportaient les
personnes en route pour les colonies. Elle créa
également une politique d’emprunt pour les
démunis, afin d’aider à enrayer le cercle de la
dépendance et de la pauvreté.
Aujourd’hui, de nombreuses écoles australiennes
portent le nom de Caroline Chisholm. Elle était
connue comme « l’amie des migrants » et on se
souvient d’elle pour ses efforts sans relâche pour
aider les gens à démarrer une nouvelle vie.
Après le mandat de Macquarie, le poste de
Gouverneur étant considéré comme conférant trop
de pouvoir à un seul homme, le Conseil législatif
de Nouvelle-Galles du Sud fut formé en 1823 pour
conseiller le Gouverneur suivant. Le Conseil législatif
tenta ensuite de réformer la colonie, de manière à
ce que les prisonniers soient correctement punis et
restreindre leur niveau de vie. Cependant, le Conseil ne
réussit pas à empêcher limiter toutes les opportunités
des prisonniers qui vivaient en Nouvelle-Galles du Sud
et dans les autres colonies établies autour de l’Australie
au début du 19ème siècle.
Au total, plus de 160 000 bagnards auront été expédiés
en Australie. La Grande-Bretagne cessa d’envoyer ses
prisonniers en Nouvelle-Galles du Sud en 1840, en
Tasmanie en 1852, et en Australie-Occidentale, en 1868.
Les enfants de prisonniers furent toujours libres et
en conséquence, les divisions entre les ex-prisonniers
et les colons finirent par disparaître. À partir des
années 1850, les colons bénéficièrent de l’autonomie
gouvernementale et décidèrent de bâtir des sociétés
respectables. Parmi les colons naquit un sentiment
de honte par rapport à leur passé de prisonniers et le
sujet devint tabou. Près d’un siècle plus tard, ce même
sentiment a changé. Les australiens avaient acquis une
certaine fierté quant à leurs débuts de prisonniers et
beaucoup sont aujourd’hui heureux de se découvrir un
ancêtre prisonnier.
Dans cet esprit d’acceptation, la population
australienne ne se préoccupe guère des origines
familiales ou du comportement passé d’un individu.
Nous acceptons les gens tels qu’ils sont quand nous les
rencontrons et nous leur donnons leur chance.
5ème Partie – Notre histoire Australienne
57
Les indigènes après l’arrivée des
Européens
On estime qu’il y avait entre 750 000 et 1,4 millions
d’Aborigènes et d’Insulaires du détroit de Torres en
Australie à l’arrivée des Européens. Ceci inclut environ
250 nations individuelles et plus de 700 groupes de
langues.
À son arrivée en Australie, le gouvernement
britannique ne signa aucun traité avec les Aborigènes.
Les indigènes avaient leurs propres systèmes
économiques et une connexion ancienne avec la terre.
Le gouvernement ne pouvait pas les reconnaître parce
que de tels systèmes ou de telles croyances n’existaient
pas en Europe. Les Aborigènes ne cultivaient pas de
plantes et ne construisaient pas de maisons pour
être sédentaires comme les Britanniques, ainsi le
gouvernement pensait qu’ils ne connaissaient pas la
notion de propriété. Le gouvernement se sentit libre de
prendre possession des terres.
Un impact fatal
Il fut demandé aux premiers gouverneurs de ne
pas faire de mal aux Aborigènes, mais les colons
britanniques s’installèrent sur leurs terres et beaucoup
d’Aborigènes furent tués. En général, les colons
n’étaient pas punis pour ces crimes.
Certains Aborigènes et certains colons européens
surent cohabiter en paix. Des colons employèrent
des Aborigènes sur leurs élevages de moutons et de
bétail. Le Gouverneur Macquarie offrit des terres aux
Aborigènes pour y pratiquer l’agriculture et l’élevage
et il créa une école pour les enfants aborigènes.
Toutefois, très peu d’Aborigènes souhaitaient vivre de
la même manière que les colons. Ils ne voulaient pas
perdre leurs traditions culturelles.
Nous ne savons pas combien d’indigènes périrent
dans les conflits territoriaux, mais nous savons que des
centaines de milliers d’Aborigènes sont morts. C’est
principalement l’impact des maladies introduites par
les Européens qui décima les Aborigènes. Les pertes
chez les Aborigènes furent catastrophiques. Dans les
années 1830, la population aborigène de l’État du
Victoria s’élevait à environ 10 000 personnes. En 1853,
il n’en restait plus que 1907.
Les grandes lignes de l’histoire
L’exploration à l’intérieur des terres
Dans l’État de Nouvelle-Galles du Sud, les premiers
colons furent confrontés à une vie extrêmement dure.
Seule une toute petite partie du continent australien
est fertile. Malgré les difficultés imposées par les
périodes de sécheresse, les Aborigènes avaient appris à
gérer cet environnement et à y vivre.
Le premier grand obstacle auquel les colons de Sydney
durent faire face fut la chaîne de montagnes qui se
trouve à 50 kilomètres à l’ouest de la ville : les Blue
Mountains (Montagnes Bleues). Ce n’est qu’en 1813
que trois hommes, Blaxland, Wentworth et Lawson,
réussirent à les traverser. La route et la voie ferrée qui
traversent les Blue Mountains suivent encore l’itinéraire
qu’ils ont emprunté.
Au-delà des montagnes, les explorateurs découvrirent
un terrain vallonné propice à l’élevage de moutons et
de bétail. Toutefois, plus loin à l’intérieur des terres,
ils découvrirent des régions sèches et désertiques.
L’eau s’y faisait rare et ils avaient du mal à transporter
suffisamment de nourriture pour assurer leur survie.
En 1848, un explorateur d’origine allemande, Ludwig
Leichhardt, disparut alors qu’il tentait de traverser le
continent d’est en ouest.
En 1860, Burke et Wills quittèrent Melbourne pour
relier le continent du sud au nord. Ils partirent avec
une grande expédition, mais leur traversée était très
difficile. Burke et Wills n’avaient pas l’expérience
de la brousse. Il bénéficièrent de l’aide experte du
peuple aborigène des Yandruwandha, mais les deux
explorateurs moururent sur le chemin du retour.
Bien que Burke et Wills n’aient pas pu terminer leur
expédition, leur histoire est relatée dans les arts et la
littérature. C’est là un exemple tragique de la dureté
de notre terre.
L’expédition de Burke et Wills à travers l’Australie, 1860
58
La citoyenneté australienne: Notre lien commun
Les colons et les pionniers
Même quand les colons disposaient de terres fertiles, la
vie était très dure. Après des périodes d’inondations ou
de sécheresses, les fermiers devaient souvent repartir
à zéro. En 1838, la laine était le premier produit
d’exportation en Australie et s’il y avait des sécheresses
ou si le prix de la laine chutait à l’étranger, les colons
perdaient leur gagne-pain. Toutefois, les gens se
relevaient et continuaient de persévérer. L’« Aussie
battler » (batailleur australien) est quelqu’un qui survit
de telles périodes difficiles. L’Aussie battler incarne
l’esprit combattant et la résilience des australiens. Les
pionniers hommes et femmes sont honorés pour leur
courage pendant ces périodes difficiles. Les femmes
devaient souvent maintenir le commerce ou la ferme à
flot lorsque l’homme était absent ou décédé.
Les troupes du gouvernement étaient très dures
avec les miniers quand elles collectaient l’argent des
licences de concession pour la prospection. Le 11
novembre 1854, 10 000 personnes rassemblèrent
à Bakery Hill à Ballarat pour adopter une charte de
droits démocratiques de base. Les miniers voulaient
pouvoir chercher de l’or sans avoir à payer une licence
onéreuse. Ils voulaient également pouvoir voter pour
des personnes qui les représenteraient au Parlement de
l’État du Victoria.
Un petit groupe éleva une barricade sur la mine
d’Eureka et hissèrent leur drapeau de rebelles arborant
la Croix-du-Sud. Les représentants du gouvernement
envoyèrent des soldats à l’attaque de la barricade le 3
décembre 1854 au matin. Les chercheurs d’or furent
rapidement terrassés et environ 30 furent tués.
C’est au cours de ces premières années difficiles
qu’un esprit de « mateship », ou d’entraide, est
apparu. Il était d’autant plus fort entre les hommes qui
voyageaient à travers l’arrière-pays, à tondre des bêtes
ou à conduire les troupeaux à longues distances. Les
colons se sont également entraidés dans l’adversité.
Cette tradition est encore très présente dans la vie
australienne, par exemple lorsque des milliers de
personnes se portent volontaires pour lutter les feux de
brousse chaque année.
La ruée vers l’or
La découverte d’or en Nouvelle-Galles du Sud au début
de l’année 1851 fut décrite comme la ‘découverte qui
changea une nation’. Peu de temps après, de l’or fut
également trouvé dans l’État du Victoria, une colonie
nouvellement indépendante.
À la fin de l’année 1852, 90 000 personnes venus des
quatre coins de l’Australie et du monde entier avaient
voyagé jusque dans l’État du Victoria pour y chercher
de l’or.
Le drapeau d’Eureka
Quand les dirigeants rebelles furent jugés pour haute
trahison, aucun jury ne les déclara coupables. Une
Commission Royale détermina que le gouvernement
avait tort et un grand nombre de revendications
des mineurs furent acceptées. Leur souhait de
représentation politique fut également exaucé. En
un an, Peter Lalor, le meneur des rebelles, devint un
membre du Parlement victorien.
Au fil des ans, la révolte d’Eureka est devenue un
symbole de protestation et notre croyance en l’égalité
des chances.
De maintes façons, la ruée vers l’or a changé
l’Australie. Pendant les années de la ruée vers l’or,
la population totale de l’Australie est passée de 43
000 en 1851 à 1,7 millions d’habitants en 1870. Les
premières voies ferrées et les premiers télégraphes
furent construits dans les années 1850 pour relier les
populations croissantes.
De l’or fut découvert dans les colonies des États de Nouvelle-Galles
du Sud et du Victoria en 1851
L’anniversaire de la révolte d’Eureka est marquée comme
un événement démocratique majeur de l’histoire de
l’Australie. Sur les champs aurifères de Ballarat en 1854,
les mineurs organisèrent une grande protestation pour
dénoncer les rudes conditions de gestion des mines d’or
par les représentants du gouvernement.
De grands gisements d’or furent découverts dans
toutes les colonies, sauf en Australie Méridionale.
L’économie était florissante et l’or dépassa la laine en
tant qu’exportation la plus importante. Vers 1890, il
est possible que l’Australie ait jouit du niveau de vie le
plus élevé au monde.
5ème Partie – Notre histoire Australienne
59
Les squatters et les fermiers
Dès les débuts des colonies, les gens que l’on
appelait les « squatters » prirent possession de vastes
étendues de terre pour les cultiver. Bien qu’ils n’aient
généralement pas eu à payer pour cette terre, les
squatters considéraient qu’ils la possédaient. Après la
fin des premières ruées vers l’or, un autre combat se
profilait : reprendre les terres des squatters.
Dans les années 1860, le gouvernement voulu vendre
les terres des squatters aux travailleurs et à leurs
familles pour les cultiver. Les squatters essayèrent de
garder autant de terres que possible en revendiquant
beaucoup de terres domaniales, particulièrement celles
qui étaient les mieux placées.
Les nouveaux fermiers devaient faire face à un
environnement difficile et jusqu’à la construction des
chemins de fer, ils restaient bien loin des marchés. La
possibilité de gagner un salaire élevé en ville rendit
toujours la vie dure de la terre peu attrayante et peu
enrichissante.
À partir des années 1860, des Iraniens, des Égyptiens
et des Turcs arrivèrent pour mener des convois de
chameaux à travers l’arrière-pays australien. Ces
nouveaux arrivants ainsi que les chameliers indiens
étaient vaguement désignés par « Afghans »,
principalement en raison de leurs tenues similaires
et de leurs croyances islamiques communes. Ces
chameliers étaient considérés comme des « pionniers
de l’intérieur des terres ». Environ 4 000 Indiens et
6 000 insulaires du Pacifique travaillèrent également
dans les industries sucrière et bananière de l’État du
Queensland.
À partir des années 1880, des travailleurs libanais
arrivèrent en Australie. Beaucoup de Libanais furent
impliqués dans l’industrie textile. Les familles libanaises
sont arrivées à posséder la plupart des magasins de
draperies en Australie rurale, une tradition qui se
poursuit encore aujourd’hui.
Les fermiers réussissaient bien toutefois en Australie
Occidentale où naquit la tradition australienne
d’inventer des appareils agricoles pour faciliter
l’agriculture. La charrue forestière (années 1870), par
exemple, permit de défricher facilement des terres
difficiles pour la culture.
La migration dans les années 1800
Au début des années 1800, les colons anglais,
écossais, gallois et irlandais étaient les principaux
groupes dans les colonies. Leur héritage fut la base de
la nouvelle nation. Les loisirs, les activités culturelles et
les pratiques religieuses en Australie étaient les mêmes
qu’au Royaume-Uni. Toutefois, il y avait également de
petits groupes de colons venus du reste de l’Europe
et d’Asie. Les arrivées des Européens dans les années
1800 inclurent des immigrants italiens, grecs, polonais,
maltais et russes, ainsi que des Français travaillant
dans l’industrie viticole. Il s’agissait principalement de
jeunes hommes en quête de travail et de fortune ou de
marins qui avaient déserté leurs bateaux.
Les migrants chinois commencèrent à arriver en
Australie après 1842. Leurs nombres augmentèrent
après la découverte d’or et il y eut des tensions raciales
sur les champs aurifères. Parfois cela déboucha sur des
émeutes contre les Chinois, comme celle de Bendigo
en 1854. Suite à ces tensions raciales, les premières
restrictions sur l’immigration furent mises en place
dans l’État du Victoria en 1855 et dans l’État de
Nouvelle-Galles du Sud en 1861.
Après les ruées vers l’or des années 1850, la plupart
des Chinois rentrèrent chez eux. Parmi ceux qui
restèrent se trouvaient des maraîchers chinois qui
fournissaient des fruits et des légumes très convoités
dans des régions où l’eau était rare.
60
La citoyenneté australienne: Notre lien commun
Chameliers « afghans » dans l’arrière-pays australien
Les réserves aborigènes
Après les conflits territoriaux entre les Aborigènes et
les colons au début de la colonisation, les Aborigènes
vivaient en marge de la société. Certains travaillaient
dans les élevages de moutons et de bétail de l’arrièrepays pour des salaires très bas. Les gouvernements
coloniaux établirent des réserves où les Aborigènes
pouvaient vivre, mais ces zones ne permettaient
pas aux Aborigènes de mener leur mode de vie
traditionnel. Ils ne pouvaient pas pratiquer la chasse et
la cueillette comme ils le souhaitaient.
A la fin des années 1800, les gouvernements coloniaux
privèrent les Aborigènes de leurs droits. Ils dirent aux
Aborigènes où ils devaient vivre. Ils leur dirent avec
qui ils avaient le droit de se marier et ils retirèrent
beaucoup d’enfants aborigènes de leurs parents. Ces
enfants furent envoyés dans des familles « blanches »
ou des orphelinats du gouvernement. Ces pratiques
n’existent plus, mais elles sont encore aujourd’hui la
cause d’une grande tristesse pour les Aborigènes et
beaucoup d’australiens.
Suffrage
La fédération
« Suffragettes » était le terme utilisé de par le monde
pour désigner les femmes qui militaient pour le droit
de vote aux élections. Au cours des années 1880 et
1890, chaque colonie eut au moins une « suffrage
society » (organisation qui milite pour le droit de vote
des femmes). Les suffragettes collectèrent des milliers
de signatures sur des pétitions pour se présenter à
leurs parlements coloniaux.
Les colonies s’étaient développées séparément,
mais à la fin du 19ème siècle, un sens commun
d’appartenance nationale était en train de germer. Ce
sentiment s’exprimait dans les paroles d’« Advance
Australia Fair ». Cette chanson fut écrite par Peter
Dodds McCormick et chantée pour la première fois
à Sydney en 1878. C’est aujourd’hui notre hymne
national.
Les femmes en Australie-Méridionale obtinrent le droit
de vote et de se présenter aux élection au parlement
en 1895. Les femmes en Australie-Occidentale
obtinrent le droit de vote en 1899.
Vers la fin du 19ème siècle, il y eut deux tentatives
d’unification des colonies. En 1889, Sir Henry Parkes
lança un appel pour la formation d’une jeune nation
forte. La conférence de la fédération australasienne eut
lieu en 1890 pour discuter de l’idée d’une fédération
australienne.
En 1902, l’Australie était le premier pays à accorder
aux femmes le droit de vote et le droit de se présenter
à des élections au parlement australien. Les femmes (et
les hommes) indigènes n’eurent le droit de voter qu’en
1962.
Edith Cowan devint la première femme parlementaire
lorsqu’elle fut élue au Parlement d’AustralieOccidentale en 1923. Il fallut attendre encore 20 ans
pour qu’une autre femme, Enid Lyons, soit élue au
Parlement australien en 1943.
Après quelques retards, la progression vers une
fédération s’accéléra en 1893. Les électeurs choisirent
les membres de la nouvelle convention constitutionnelle.
Les électeurs votèrent en deux tours de référendums
pour accepter la Constitution. Ce processus de la
fédération basé sur les désirs de la population démontre
bien le caractère progressif de l’Australie à l’époque.
Catherine Spence (1825 – 1910)
Catherine Spence
était une écrivaine,
une évangéliste,
une féministe et une
suffragette.
Catherine Spence
migra en Australie
depuis l’Écosse. Elle
écrivit des romans
primés sur la vie
australienne ainsi que
des livres scolaires.
Elle aida à établir une organisation pour
aider les enfants sans abri et soutint de
nouvelles maternelles et des écoles secondaires
gouvernementales pour les filles.
Elle fut la première femme à se présenter au
parlement et elle reçut beaucoup de votes, mais
ne remporta pas son siège. En 1891, elle devint la
Vice-présidente de la Women’s Suffrage League
d’Australie-Méridionale.
Catherine Spence symbolise ce qu’une femme
peut accomplir, même dans des périodes
restrictives.
« Federation Day » à Brisbane en 1901
5ème Partie – Notre histoire Australienne
61
Le gouvernement britannique accepta que l’Australie
puisse se gouverner elle-même et, le 1er janvier 1901,
le premier gouvernement australien prêta serment
devant une foule immense rassemblée dans Centennial
Park à Sydney. Le Premier Ministre de la nouvelle
nation était Edmund Barton, qui avait été à la tête du
mouvement en faveur d’une fédération en NouvelleGalles du Sud.
L’Australie était désormais une nation, mais toujours
au sein de l’Empire britannique. Ce n’est pas avant
1931 qu’elle se dota de ses propres pouvoir en termes
de défense et d’affaires étrangères. Même si un
sentiment national grandissait, celui d’être britannique
était encore fort.
Alors que le parti travailliste se développait, tous les
autres partis se réunirent pour former le Liberal Party
(parti conservateur) en 1910. Ce parti politique a
souvent changé de nom. Dans l’entre-deux-guerres,
il devint le « Nationalist Party » (parti nationaliste)
et ensuite, le « United Australia Party » (partie de
l’Australie unie). En 1944, le « Liberal Party » tel que
nous le connaissons aujourd’hui fut fondé. Cela faisait
suite à une conférence tenue par Robert Menzies qui
impliquait beaucoup de partis non-travaillistes. Sir
Robert Menzies devint le Premier Ministre qui occupa
le plus longtemps ce poste en Australie.
Après la Première Guerre mondiale, le « Country Party
» fut formé pour faire avancer la cause des fermiers.
Aujourd’hui connu sous le nom des « Nationals », il
agit généralement en coalition avec le Liberal Party.
La loi relative à la restriction de
l’immigration, 1901
La politique de l’« Australie blanche » devint une loi
quand la loi relative à la restriction de l’immigration
fut adoptée en décembre 1901. Elle réduisait les droits
des immigrants de travailler en Australie et limitait la
migration des personnes « de couleur ».
Sir Edmund Barton
La naissance des partis politiques
Dans les années 1880, les travailleurs en Australie
avaient instauré des syndicats puissants. Au cours des
périodes difficiles de la dépression économique et des
sécheresses, ces syndicats appelèrent à la grève pour
défendre les salaires et les conditions de travail. Les
travailleurs se tournèrent alors vers la politique. En
1891, ils créèrent le « Labor Party » (parti travailliste).
La première tâche du parti travailliste fut de restaurer
et d’améliorer les salaires et les conditions de travail.
Les gens de la classe moyenne menaient des vies plus
confortables que les ouvriers, mais ils comprenaient la
situation de ces derniers. Des conseils officiels furent
créés pour définir des salaires et empêcher des grèves.
En 1907, le Commonwealth Court of Conciliation
and Arbitration (tribunal arbitral du Commonwealth)
instaura un salaire minimum permettant à un travailleur,
sa femme et ses trois enfants de vivre décemment.
62
La citoyenneté australienne: Notre lien commun
Tous ceux qui n’étaient pas d’origine européenne
devaient passer un test comportant une dictée de 50
mots dans une langue européenne. Des membres de
la Chambre de commerce chinoise, l’avocat William
Ah Ket et des hommes d’affaires chinois haut placés
firent des protestations publiques, mais celles-ci ne
parvinrent pas à changer la loi.
Les Chinois, les Indiens, les insulaires du Pacifique
et les personnes du Moyen-Orient furent largement
remplacés par des migrants venus d’Europe du sud
dans l’Australie nouvellement fédérée, mais leurs
contributions culturelles faisaient déjà partie de
l’identité sociale de l’Australie.
La Première Guerre mondiale,
1914 - 1918
Mis à part les petits conflits entre les colons et les
Aborigènes, l’Australie fut un pays remarquablement
paisible. Il n’y eut ni guerre civile, ni révolution. Les
premiers colons étaient très fidèles à l’Empire britannique.
Toutefois, en tant que poste européen proche de
l’Asie, l’Australie se sentit également vulnérable,
particulièrement une fois que le Japon acquit
énormément de pouvoir. L’Australie s’appuya sur
l’Empire britannique et ses forces navales pour nous
défendre. L’Australie s’est battue dans les deux guerres
pour préserver la puissance de l’Empire britannique et
pour nous protéger.
Pour les soldats australiens, la Première Guerre
mondiale commença en 1915 avec une attaque contre
un allié de l’Allemagne, la Turquie. Les Australiens et
les Néo-Zélandais se virent attribuer leur propre secteur
de la péninsule de Gallipoli à attaquer.
Ils furent débarqués au mauvais endroit et durent
escalader des falaises presque verticales sous le feu de
l’ennemi. Tant bien que mal, ils parvinrent au sommet
des falaises et préparèrent leur défense, bien que
beaucoup de jeunes hommes périrent. Les Australiens
restés au pays étaient extrêmement fiers de l’esprit
des Anzacs.
La date du débarquement à Gallipoli (25 avril) est un
jour national. On l’appelle l’« Anzac Day », d’après
l’acronyme des « Australian and New Zealand
Army Corps » (corps armé d’Australiens et de Néozélandais).
Après Gallipoli, les forces australiennes allèrent se
battre sur le front occidental en France. C’est là
qu’elles furent surnommées « diggers » (creuseurs)
parce qu’elles passèrent le plus clair de leur temps à
creuser et réparer des tranchées. Sous la direction de
leur Commandant, le Général John Monash (General
John Monash), les diggers australiens remportèrent
de grandes victoires lors des dernières batailles qui les
opposaient aux Allemands.
Les hommes et femmes des forces armées d’Australie
se battirent également au Moyen-Orient, participant
à la défense du Canal de Suez et à la conquête de la
péninsule du Sinaï par les alliés.
Simpson et son âne – John
Simpson Kirkpatrick
(1892 – 1915)
John Simpson
Kirkpatrick était un
soldat et il est une
légende en Australie.
En tant que simple
soldat, John Simpson
servit à Gallipoli
comme brancardier
dans le corps médical
ambulancier. Il était
très difficile de porter
les brancards à travers
les collines et les vallées. Contre les ordres de
l’armée, il utilisa un âne, nommé Duffy, pour
l’aider à ramener les soldats blessés en lieu sûr.
Jour et nuit, au fil des heures, ils risquaient leur
vie en se déplaçant entre le front et la côte.
Le simple soldat John Simpson était arrivé à
Gallipoli le 25 avril 1915. Exactement quatre
semaines plus tard, il périt sous les tirs des
mitraillettes ennemies. Les soldats sur la côte
observèrent dans un triste silence Duffy,
transportant encore un soldat blessé, trottant vers
la plage sans son jeune maître à ses côtés.
Péninsule de Gallipoli pendant la Première Guerre mondiale
5ème Partie – Notre histoire Australienne
63
La légende de l’Anzac
C’est le 25 avril 1925 qu’est née la tradition de l’Anzac, lorsque le corps armé d’Australiens et de Néozélandais (ANZAC) débarqua sur la péninsule turque de Gallipoli.
Cela marqua le début d’une campagne qui allait durer huit mois et causa 25 000 victimes parmi les
australiens, dont 8 700 qui moururent tuées ou par suite de blessures ou de maladies. La bravoure et
l’attitude de ceux qui servirent sur la péninsule de Gallipoli façonnèrent la légende et l’« Anzac » fit son
entrée dans le vocabulaire australien et néo-zélandais.
En 1916, le premier anniversaire du débarquement fut célébré en Australie, en Nouvelle-Zélande et en
Angleterre et par les forces armées en Égypte. C’est cette année-là que le 25 avril fut nommé l’« Anzac Day ».
Dans les années 1920, des cérémonies de commémoration de l’Anzac Day furent organisées partout en
Australie et les États avaient décidé que ce jour serait férié. D’importants mémoriaux de guerre furent
construits dans les capitales et des cénotaphes dans les villes et villages du pays en souvenir des jeunes
hommes et femmes tués au combat dans ce conflit et d’autres qui ont suivi.
L’Anzac Day est aujourd’hui une journée à honorer pour tous ceux qui ont servi dans les guerres, les
conflits et les interventions de maintien de la paix. Ce n’est pas réellement une célébration militaire. Elle
n’honore pas les victoires – la campagne de Gallipoli fut un échec. Elle honore les qualités de hommes
et femmes militaires ordinaires : la camaraderie, l’endurance et l’humour face à l’adversité. Aujourd’hui,
Anzac Day est commémoré en Australie et dans le monde entier. Les hommes et femmes des forces
armées d’Australie de retour au pays après la Première Guerre mondiale et les autres conflits, ainsi que
les soldats de la paix et les anciens combattants des pays alliés défilent fièrement lors des célébrations de
l’Anzac Day.
Anzac Day Dawn Service (service de l’aube) à Gallipoli
64
La citoyenneté australienne: Notre lien commun
La grande dépression, 1929 – 1932
La grande dépression fut une période de dures épreuves pour la population d’Australie. Elle démarra en même
temps que l’effondrement de la bourse de New York, mais d’autres facteurs contribuèrent également à la
dépression. Il y eut notamment une chute des prix à l’exportation et des ventes, un chute des emprunts étrangers
et des dépenses du gouvernement et une chute dans le domaine de la construction. Au milieu de l’année 1932,
près de 32 pour cent des Australiens étaient au chômage.
L’impact de la dépression sur la société australienne
fut dévastatrice. Sans travail et sans revenus stables,
beaucoup de personnes perdirent leurs maisons. Elles
se virent forcées de vivre dans des abris de fortune,
sans chauffage ni installation sanitaire. Certains pères
abandonnèrent leurs familles ou sombrèrent dans
l’alcoolisme. Les enfants issus de la classe ouvrières
commencèrent à quitter l’école dès l’âge de 13 ou 14
ans. Beaucoup de femmes travaillèrent dans des petits
métiers, en plus de s’occuper seules de leurs enfants et
de leurs foyers.
À l’époque précédant la dépression, le gouvernement
australien ne disposait pas de prestations d’assurance
chômage centralisées. À l’exception des œuvres
de charité et de certaines organisations privées, les
pauvres devaient compter sur des projets d’embauche
et des projets de travaux publics.
L’économie commença à s’améliorer en 1932 mais,
dans beaucoup de cas, les dommages subis par
les familles étaient irréparables. Pendant la grande
dépression, le rôle essentiel des œuvres de charité
australiennes et des bénévoles fut mis en valeur.
Une soupe populaire pendant la grande dépression
Sir Charles Kingsford Smith (1897 – 1935)
Sir Charles Kingsford Smith était un pilote téméraire, un pionnier de l’aviation
et un héros australien.
Pendant la Première Guerre mondiale, Charles Kingsford Smith se battit
à Gallipoli et volait avec le Royal Flying Corps (corps aérien) de l’armée
britannique.
Son plus grand accomplissement fut la première traversée transpacifique de la
Californie à l’État du Queensland en 1928. Quand son avion, le Southern Cross,
arriva finalement en Australie, 25 000 supporters étaient là pour accueillir leur
héros « Smithy ». Il fut adoubé pour ses services à l’aviation en 1932.
De manière tragique, en 1935, son avion s’écrasa lors d’un vol reliant
l’Angleterre à l’Australie et on ne le retrouva jamais.
Sir Charles Kingsford Smith fut reconnu comme le plus grand aviateur au monde et on se souvient de lui
pour avoir incarné, au beau milieu de la dépression, un véritable héros australien.
5ème Partie – Notre histoire Australienne
65
La Deuxième Guerre mondiale, 1939 - 1945
Pendant la Deuxième Guerre mondiale, les Australiens
allèrent se battre pour les alliés dans les déserts
d’Afrique du Nord et dans beaucoup d’autres régions
du monde. En Afrique du Nord, ils résistèrent à un
long siège face aux Allemands et aux Italiens dans la
ville de Tobruk. L’ennemi les nomma « Rats of Tobruk
» (rats de Tobruk) car acculés, ils furent réduits à se
nourrir de déchets. Les Australiens se battirent et
survécurent à ces conditions extrêmes et adoptèrent
eux-mêmes ce nom. Le siège confirma que ces soldats
avaient l’esprit combatif des « diggers » de la Première
Guerre mondiale. Les soldats eux-mêmes savaient qu’ils
devaient se montrer à la hauteur d’une grande tradition.
Après les premières offensives du Japon dans le
Pacifique, les hommes et femmes des forces armées
d’Australie rentrèrent chez eux. Cependant, avant
de pouvoir rentrer, il fallait défendre la PapouasieNouvelle-Guinée. Cette énorme tâche fut donnée
à des soldats réguliers et de jeunes appelés mal
entraînés. Ils se battirent contre l’ennemi dans la
jungle, le long d’un sentier raide et boueux connu sous
le nom de Kokoda Track. Les troupes australiennes
mirent fin à l’avancée des Japonais et le Kokoda Track
s’ajouta à l’Anzac Cove de Gallipoli comme lieu de
pèlerinage pour beaucoup d’Australiens.
L’un des souvenirs de guerre les plus cuisants pour
l’Australie est le traitement cruel infligé par les
Japonais. Bien que les prisonniers de guerre australiens
firent de leur mieux pour s’occuper les uns les autres,
avec les officiers et les hommes faisant peu de cas
des différences de grades, beaucoup d’Australiens
moururent.
« Remembrance Day » (jour du souvenir)
De même que lors des cérémonies de l’Anzac Day,
Remembrance Day est également une occasion pour
les Australiens de se rappeler de ceux qui ont fait
la guerre et y ont perdu la vie. Tous les ans, à 11
heures du matin, le 11 novembre (le 11ème mois),
les Australiens prennent un moment pour se souvenir
du sacrifice de tous ces hommes et ces femmes qui
moururent ou souffrirent pendant les guerres et les
conflits, ainsi que de tous ceux qui servirent la nation.
Ce jour-là, nous portons un coquelicot rouge.
Sur le Kokoda Track, un soldat blessé reçoit l’aide d’un porteur papou
Lorsque les Japonais s’emparèrent de l’importante base
britannique de Singapour en 1942, 15 000 soldats de
troupes australiennes furent parmi les prisonniers et
contraints de travailler à la construction du chemin de
fer reliant la Thaïlande à la Birmanie. C’est au cours de
la construction de ce chemin de fer sous la direction
des Japonais pendant la Deuxième Guerre mondiale
que des milliers de prisonniers de guerre australiens et
britanniques trouvèrent la mort.
66
La citoyenneté australienne: Notre lien commun
Les coquelicots rouges sont utilisés depuis la Première Guerre
mondiale pour symboliser le souvenir
Les Forces de défense australiennes ont récemment été
engagées dans des conflits au Timor oriental, en Iraq,
au Soudan et en Afghanistan et elles ont participé à
des interventions de maintien de la paix de l’ONU dans
de nombreuses régions du monde, notamment en
Afrique, au Moyen-Orient et dans la région de l’Asie et
du Pacifique.
Sir Edward ‘Weary’ Dunlop
(1907 – 1993)
Ils ne restèrent dans les camps qu’une courte période,
mais ils apprirent quelque chose sur le pays et son
peuple. Après la guerre, beaucoup d’entre eux
revinrent en Australie en tant qu’immigrants.
Sir Edward ‘Weary’
Dunlop était un
chirurgien brave et
attentionné ainsi qu’un
héros australien.
Pendant la Deuxième
Guerre mondiale,
Weary était chirurgien
militaire. Accompagné
de ses hommes, il
fut capturé par les
Japonais et emmené en
Birmanie pour travailler
à la construction du chemin de fer reliant la
Thaïlande à la Birmanie. Ce fut un travail très long
et très pénible.
En tant que commandant, Weary intervint en
faveur de ses hommes et, comme chirurgien, il
passa des heures à les soigner. Il fut torturé dans
le camp, mais il continua de travailler au péril de
sa vie.
Il fut adoubé en 1969 pour sa contribution
à la médecine. À sa mort, 10 000 personnes
descendirent dans les rues de Melbourne pour les
funérailles nationales du héros qu’ils appelaient
« The Surgeon of the Railway » (le chirurgien du
chemin de fer).
La migration au début des années 1900
Au cours de la période de l’entre-deux-guerres, les
conditions restrictives d’accès à l’Australie restèrent
en place. Toutefois, il y eut une croissance dans
la migration de personnes venues de l’Europe du
sud, en particulier d’hommes. Ils apportèrent leurs
compétences, leur éducation et leurs propres valeurs
culturelles. Ils participèrent au développement des
industries rurales australiennes et construisirent des
routes et des voies ferrées. Les maçons italiens qualifiés
contribuèrent considérablement à la construction de
nos bâtiments publics et de nos résidences.
À la fin des années 1930, les réfugiés juifs
commencèrent à arriver d’Europe. Ils fuyaient
la menace de l’Allemagne nazie. Ils venaient
d’Allemagne, d’Autriche, de Tchécoslovaquie, de
Hongrie et de Pologne. Beaucoup étaient très instruits
et talentueux et ils contribuèrent énormément à la vie
culturelle australienne.
Un migrant européen arrivant en Australie
Les réfugiés de l’après-guerre
Après la guerre, l’Australie fit venir des migrants
d’autres pays européens pour accroître la population.
Des millions de personnes avaient fui l’Allemagne nazie
ou se trouvaient dans l’impossibilité de retourner dans
leurs pays alors occupés par les soviétiques. Environ
170 000 parmi ces personnes délocalisées furent
acceptées en Australie pour démarrer une nouvelle vie.
L’Australie avait également grand besoin de maind’œuvre. Le gouvernement australien pensa que
la croissance démographique était essentielle pour
l’avenir du pays. Des migrants adultes de moins de 45
ans en bonne santé pouvaient venir en Australie pour
10 £ et leurs enfants pouvaient voyager gratuitement.
Les nationalités se limitaient toutefois encore à celles
du Royaume-Uni et du reste de l’Europe.
Pour redonner de l’élan à l’Australie, le gouvernement
australien développa en 1949 un projet ambitieux de
retenue des eaux de la Snowy River avant qu’elles ne
se déversent dans la mer à l’est de l’État du Victoria.
Ces eaux furent détournées afin d’irriguer l’intérieur
des terres et de générer de l’électricité par la même
occasion. Il s’agit d’une entreprise énorme qui prit 25
ans à réaliser. Soixante-dix pour cent des travailleurs
sur ce projet furent des migrants.
Dix-sept mille soldats italiens capturés au cours de la
Deuxième Guerre mondiale furent gardés dans des
camps de prisonniers en Australie. Ils furent traités
équitablement.
5ème Partie – Notre histoire Australienne
67
Le Snowy Mountains Hydro-Electric Scheme
(projet hydroélectrique des Snowy Mountains)
Le Snowy Mountains Scheme est un symbole important de l’identité de l’Australie en tant que pays
indépendant, multiculturel et plein de ressources.
C’est le plus gros projet d’ingénierie en Australie. C’est également l’un des plus gros projets
hydroélectriques au monde.
Le projet fournit l’eau qui est vitale aux industries fermières de l’intérieur des terres de la Nouvelle-Galles
du Sud et du Victoria. Ses centrales électriques produisent également jusqu’à 10 pour cent de toute
l’électricité pour la Nouvelle-Galles du Sud.
Seuls 2 pour cent du Snowy Mountains Scheme sont visibles au-dessus du sol. Il se compose de 16 grand
barrages, de sept centrales électriques, d’une station de pompage et de 225 kilomètres de tunnels, de
conduites et d’aqueducs.
Le travail sur le projet démarra en 1949 et se termina en 1974. Plus de 100 000 personnes issues de plus
de 30 pays y travaillèrent. Soixante-dix pour cent de ces travailleurs furent des migrants. Une fois que le
projet fut accompli, la plupart des travailleurs européens restèrent pour vivre en Australie, contribuant
considérablement à la société multiculturelle d’Australie.
Le Snowy Mountains Scheme se situe dans le parc national de Kosciuszko, en Nouvelle-Galles du Sud. Les
effets du projet sur l’environnement ont été surveillés de près. Le projet a signifié que, dans certaines
régions, la Snowy River ne transportait qu’un pour cent de l’eau qu’elle transportait auparavant.
Pour le bien de l’environnement, les gouvernements du Victoria et de la Nouvelle-Galles du Sud ont
accepté de restaurer l’écoulement de la rivière à 28 pour cent.
Travailleurs sur le Snowy Mountains Scheme
68
La citoyenneté australienne: Notre lien commun
Le traitement des indigènes
Dans les années 1940 et 1950, la politique du
gouvernement australien concernant les Aborigènes
changea pour les assimiler dans la population. Cela
revenait à dire aux indigènes de vivre comme le reste
de la population. Mais cela ne fonctionna pas, car les
Aborigènes ne voulaient pas perdre leurs traditions
culturelles.
Dans les années 1960, la politique changea pour
l’intégration. La plupart des hommes en Australie
obtinrent le droit de vote dans les années 1850, mais
les droits de vote du Commonwealth ne s’étendirent
pas aux Australiens indigènes avant 1962. Avec
l’intégration, les Aborigènes jouirent de libertés civiles,
mais on attendait encore d’eux qu’ils s’adaptent à la
culture australienne non-indigène.
Un nouveau changement survint en 1967, quand plus
de 90 pour cent des Australiens votèrent ‘OUI’ pour
permettre aux Aborigènes d’être comptés dans le
recensement. Ce référendum représente une grande
étape historique. Il démontre que la vaste majorité des
Australiens souhaitaient que les indigènes soient inclus
et qu’ils jouissent des mêmes droits que le reste de la
société.
Cette ouverture des attitudes australiennes et la forte
protestation des Aborigènes à l’époque ouvrirent la
voie vers une politique d’auto-détermination pour les
indigènes dans les années 1970. Le gouvernement
australien fut amené à reconnaître et à accepter que
les indigènes australiens puissent avoir leur mot à dire
dans leur développement politique, économique, social
et culturel.
L’immigration – Un changement
progressif
Dans les années 1950 et 1960, la communauté
asiatique, les églises et les groupes sociaux protestèrent
tous pour mettre fin à la politique de l’Australie blanche.
En 1958, le gouvernement australien abandonna
le test de dictée et en 1966, l’Australie ouvrit ses
portes à une migration sélective non-européenne et
d’Asiatiques ayant des qualifications. Par la suite, tous
les Australiens reconnurent la valeur de l’inclusion de
toutes les nations dans le programme de migration. La
politique de l’Australie blanche prit fin en 1973 et le
pays se lança sur la voie du multiculturalisme.
Ces personnes venaient principalement du Vietnam,
mais les migrants chinois et indiens commencèrent
également à arriver en grand nombre.
Depuis 1975, l’Australie accepte des réfugiés issus de
nombreux pays déchirés par la guerre, notamment la
Bosnie et l’Herzégovine et des pays du Moyen-Orient
et de l’Afrique. Aujourd’hui, nos migrants viennent du
monde entier.
L’Australie devint une nation qui réunissait toutes
les origines, l’un des plus grands succès du monde
moderne. Depuis 1945, 6,5 millions de personnes sont
venues s’installer en Australie. Plus d’un quart des
Australiens sont nés à l’étranger.
Les migrants choisirent de venir en Australie et de
partager nos valeurs communes. Ils enrichissent la
riche diversité de la vie australienne.
L’inclusion
L’Australie est aujourd’hui une société multiculturelle
où le droit de chaque individu de pratiquer sa propre
religion et de suivre ses propres traditions culturelles
dans le cadre de la loi est respecté et protégé.
Aujourd’hui, l’Australie a une politique d’inclusion
active, où chacun, quelle que soit sa race, se sent
inclus dans notre société. Cette politique s’applique
dans tous les aspects de la culture australienne. Elle
fait partie de notre programme éducationnel, depuis
notre plus tendre enfance jusqu’à l’université, et elle
s’applique dans nos lieux de travail et dans l’industrie
des services.
La Commission australienne des droits de l’homme
et les organismes gouvernementaux de lutte contre
la discrimination dans chaque État et dans chaque
Territoire défendent le droit de chaque individu d’être
traité de manière égalitaire et sans discrimination. La
discrimination raciale est publiquement condamnée et
constitue un délit devant la loi.
L’Australie est devenue une société multiculturelle
d’harmonie et d’acceptation. C’est un pays où les
migrants, les indigènes et les autres personnes nées en
Australie peuvent se sentir libres de poursuivre leurs
objectifs en paix. C’est un lieu où les conflits et les
ressentiments du passé peuvent être mis de côté.
En 1973, le gouvernement australien supprima toutes
les qualifications raciales de l’immigration. En 1975,
après la guerre du Vietnam, l’Australie accepta des
nombres records de réfugiés et de migrants asiatiques.
5ème Partie – Notre histoire Australienne
69
Le Dr Victor Chang (1936 – 1991)
Le Dr. Victor Chang fut l’un des meilleurs chirurgiens cardiaques de l’Australie.
Victor Peter Chang Yam Him naquit en Chine en 1936 et arriva en Australie
quand il avait 15 ans.
Il travailla à l’hôpital St. Vincent (St. Vincent’s Hospital) de Sydney où, en 1984,
il mit en place le premier centre d’Australie spécialisé en transplantations
cardiaques. En 1986, Victor Chang devint Compagnon de l’Ordre d’Australie, le
titre honorifique le plus élevé en Australie.
Inquiet du manque de donneurs, Victor lança la création d’un cœur artificiel,
qui était presque terminé lorsqu’il mourut tragiquement en 1991.
Un nouveau centre de recherche a été établi en sa mémoire. On se souvient de
lui pour son expertise, son optimiste et ses innovations.
Albert Namatjira (1902 – 1959)
Eddie Mabo (1936 – 1992)
Albert Namatjira
est l’un des grands
artistes de l’Australie;
il a fondé une école de
peinture qui continue
aujourd’hui.
Eddie Mabo était
un militant et porteparole pour les droits
territoriaux des
indigènes.
Déjà quand il était un
jeune Arrernte, Albert
se révéla naturellement
doué pour la peinture.
Il avait reçu très
peu de formation formelle, mais ses aquarelles
représentant la campagne australienne furent très
populaires et se vendirent toutes rapidement.
Sa femme et lui furent les premiers Aborigènes
d’Australie autorisés à devenir des citoyens
australiens. Cela signifiait qu’ils pouvaient voter,
entrer dans un pub et construire une maison où
bon leur semblait. La citoyenneté australienne
d’Albert soulignait le fait que les autres
Aborigènes ne jouissaient pas de ces droits.
Sa vie montrait aux Australiens non-indigènes
l’injustice des lois racistes et contribua à des
changements en faveur des Aborigènes.
Eddie Koiki Mabo
naquit sur l’île de
Murray (Murray Island),
la terre traditionnelle
du clan Mabo. Depuis
son plus jeune âge, il
apprit exactement quels
arbres et quels rochers
marquaient les frontières du territoire de sa famille.
Ce n’est que bien plus tard qu’Eddie apprit que
son pays était considéré comme propriété de la
Couronne devant les lois australiennes et qu’il
n’appartenait pas à sa famille. Furieux, il engagea
des poursuites et soumis son affaire-type devant
un tribunal au nom du peuple de l’île de Murray
(Murray Island).
Des années plus tard, en 1992, l’affaire d’Eddie
fut gagnée devant la Haute Cour. La « décision
Mabo » ordonnait que si des indigènes pouvaient
prouver qu’ils avaient un rapport historique et
traditionnel continu avec leurs terres, ils pouvaient
en revendiquer la propriété si elle ne l’était pas
autrement. Cette décision vit le retour de vastes
étendues de terres à leurs propriétaires initiaux.
On se souvient d’Eddie Mabo pour son courage et
pour avoir remporté des droits territoriaux pour
les indigènes australiens.
70
La citoyenneté australienne: Notre lien commun
Les indigènes – deux décennies de
changements
Les protestations des Aborigènes sur les droits
territoriaux furent portées à l’attention du public dans
les années 1960, avec la grève de Gurindji (Gurindji
Strike) dans l’élevage de bétail de Wave Hill dans le
Territoire du Nord. Les stockmen (hommes en charge
du bétail) aborigènes, avec Vincent Lingiari à leur
tête, quittèrent leur travail à l’élevage de bétail. Leur
protestation concernait leurs salaires et les conditions
de travail, mais elle se transforma en une revendication
de droits territoriaux. Leurs actions ouvrirent la voie
pour Eddie Mabo et d’autres pour se battre pour les
droits territoriaux des indigènes.
En vertu de la loi relative aux droits territoriaux des
Aborigènes (Territoire du Nord), 1976, les Aborigènes
se virent accorder de vastes étendues de terres
dans l’arrière-pays australien. Au début des années
1990, la « décision Mabo » de la Haute Cour et le
Native Title Act 1993 (loi relative aux droits fonciers
autochtones) reconnaissaient que les indigènes avaient
des revendications sur les terres en considération
de leurs propres lois et coutumes traditionnelles.
Plus de 10 pour cent de la surface de l’Australie est
aujourd’hui couverte par des déterminations de droits
fonciers autochtones. Sur ces terres, les aspects de
la société traditionnelle survivent jusqu’à présent. La
culture indigène continue de s’épanouir et elle est très
admirée par l’ensemble de la communauté.
En mai 1997, le rapport « Bringing them home »
(ramenez-les chez eux) fut présenté au Parlement
australien. Le rapport faisait suite à une étude sur un
grand nombre d’enfants aborigènes et insulaires du
détroit de Torres retirés de leurs familles. Ces enfants
furent appelés les « Stolen Generations » (générations
volées). Suite à ce rapport, des milliers d’Australiens
exprimèrent leur soutien pour leurs compatriotes
indigènes australiens en se réunissant pour une grande
marche lors de la première journée nationale « Sorry
Day » en 1998.
Les excuses aux générations volées en 2008
Le 13 février 2008 au Parlement australien, le Premier
Ministre australien présenta des excuses nationales
aux générations volées. Il parla au nom de tous les
Australiens. Il présenta des excuses pour la façon dont
les indigènes australiens avait été traités par le passé.
Il présenta plus particulièrement des excuses pour la
façon dont les enfants indigènes avait été retirés de
leurs parents.
Aujourd’hui, la contribution inestimable des indigènes
dans l’identité australienne est reconnue et célébrée.
Les Aborigènes et les insulaires du détroit de Torres
sont à des postes majeurs de la main-d’œuvre en
Australie, notamment dans le système judiciaire, la
politique, les arts et les sports. Le programme MARVIN,
une innovation aborigène d’animation numérique, a
remporté de nombreuses récompenses et il est utilisé
dans les instituts d’enseignement et commerciaux de
plus de vingt pays à travers le monde.
Skywriter écrit « Sorry » dans le ciel de Sydney
En conclusion
Ces pages vous ont donné un bref aperçu de notre
histoire australienne. Vous remarquerez que ces
nouvelles connaissances ont ouvert votre conscience
de votre environnement. Vous pouvez commencer
à rechercher les dates sur les anciens bâtiments et
les resituer dans un contexte historique. Quand on
vous offrira un coquelicot à porter le 11 novembre,
vous saurez que c’est en souvenir de nos militaires,
hommes et femmes, qui ont péri lors des conflits.
Quand vous rencontrerez des indigènes, vous aurez
une idée des cultures anciennes qui les guident.
Nous vous encourageons vivement à approfondir vos
connaissances en utilisant les ressources locales et en
voyageant. Plus vous en saurez, plus vous remarquerez
de choses.
Nous nous réjouissons à la perspective de vous
compter parmi nos citoyens en Australie et nous
vous invitons à participer pleinement dans notre pays
démocratique paisible.
Le discours fut retransmis sur les chaînes télévisées
et les stations de radio. Des milliers d’Australiens se
rassemblèrent dans des lieux publics et sur leurs lieux
de travail pour écouter le discours de présentation
d’excuses. Le discours fit officiellement état des
injustices passées et présenta des excuses. Ce fut une
démarche importante vers la guérison des indigènes et
pour s’assurer que ces injustices ne se reproduiraient
jamais. Le discours de présentation d’excuses fut une
démarche importante pour tous les Australiens.
5ème Partie – Notre histoire Australienne
71
Glossaire de la section non-testable
ambassadeur
une personne qui représente ou promeut un pays ou une activité
conseil
un groupe de personnes choisies pour prendre des décisions, par exemple à propos de la façon dont une
société doit être dirigée
pensionnat
une école où les élèves vivent dans l’école et ne rentrent pas chez eux pendant tout le trimestre scolaire
brousse
la campagne australienne encore à son état naturel
élevage de bétail
une grande ferme où l’on élève du bétail pour la production de viande de bœuf
charte
une déclaration écrite formelle de droits et de responsabilités
clan
un groupe de personnes, liées par le sang ou par le mariage, qui partagent un même territoire
point commun
un secteur d’intérêt partagé
soldat appelé
un soldat qui n’a pas rejoint les forces de défense, mais qui a dû le faire en temps de guerre
terre de la Couronne (terre domaniale)
terre appartenant à l’état
programme scolaire
un programme d’études
démuni
qui n’a pas d’argent ou qui n’a pas de moyen d’en obtenir
didgeridoo
un instrument de musique aborigène fait à partir d’un long tronc creux
égalité des chances
une chance de réussite raisonnable ou équitable pour chacun
fair play
bonne participation à un effort de groupe, en suivant les règles pour le bénéfice de chacun,
un bon travail d’équipe
militaires, hommes et femmes, qui ont péri lors de conflits
les hommes et les femmes des forces armées qui ont été tués dans une guerre ou une bataille
forger
construire ou créer
Produit Intérieur Brut
la valeur de tous les biens et services créés dans un pays au cours d’une année
vague de chaleur temps très chaud qui dure plus de deux jours de suite
haute trahison
un délit criminel grave qui implique une tentative de renversement du gouvernement
72
La citoyenneté australienne: Notre lien commun
peintures indigènes renommées
art qui est unique aux indigènes et qui les représente
masse continentale
une surface de terre
jalon
un événement important de l’histoire
droits fonciers autochtones
les droits traditionnels dont les indigènes disposent sur les terres et les eaux, décidés dans le cadre
du système juridique australien
histoire orale
les mémoires orales des individus sur ce qui a eu lieu dans le passé
pionnier
l’un des premiers colons, une personne qui réussit dans les débuts de la colonisation
représentation politique
être représenté par un politicien au parlement
réserve
une surface de terre mise de côté par le gouvernement pour que les Aborigènes y vivent
sentence
la période durant laquelle un criminel purge sa peine à titre de punition
définir des salaires
décider combien des salariés doivent être payés pour leur travail
réforme sociale
apporter des améliorations à la société de manière progressive, plutôt qu’à travers une révolution
funérailles nationales
des funérailles payées par le gouvernement pour honorer un citoyen qui a grandement contribué
à la nation
barricade
une enceinte défensive faite de poteaux et de pieux en bois
stockmen (hommes de bétail)
hommes employés pour s’occuper du bétail
grève
quand des employés s’arrêtent de travailler, par exemple pour protester contre la décision d’un
employeur
suffrage
le droit de vote lors d’élections publiques
prêter serment
être accepté pour tenir des fonctions officielles lors d’une cérémonie formelle
présenté
être officiellement soumis pour une discussion ou une approbation au parlement, par ex. un rapport
est présenté
milieu social/parcours professionnel
classe sociale ou expérience, profession, poste
Glossaire de la section non comprise dans le test
73
Pour plus d’informations
La citoyenneté australienne
Pour en savoir plus sur la manière de devenir un citoyen australien, consultez le site Web à www.citizenship.gov.au.
Australie
Pour plus d’informations sur l’Australie, rendez-vous dans votre bibliothèque locale. Les sites Web suivants peuvent
également vous donner plus d’informations :
• L’Australie en bref
www.dfat.gov.au/aib
• Portail sur la culture et les loisirs www.cultureandrecreation.gov.au
Les programmes et services du gouvernement australien
Des informations sur les programmes et services du gouvernement australien sont disponibles sur le site
www.australia.gov.au.
Député fédéral ou sénateur
Votre député fédéral local ou le sénateur de votre État ou Territoire dispose de quantités d’informations sur les
programmes et services du gouvernement australien.
Une liste des députés et des sénateurs peut être consultée à : www.aph.gov.au.
Les organisations du gouvernement australien
De plus amples informations concernant les organisations du gouvernement australien mentionnées dans le livret
sont disponibles sur les sites suivants :
• Australian Defence Force (Force de défense australienne) www.defence.gov.au
• Australian Electoral Commission (commission électorale australienne) www.aec.gov.au
• Australian Federal Police (Police Fédérale australienne) www.afp.gov.au
• Australian Human Rights Commission (Commission australienne des droits de l’homme )
www.humanrights.gov.au
• Australian Sports Commission (Commission australienne des sports )
www.ausport.gov.au
• Australian Taxation Office (Direction Générale des Impôts autralienne) www.ato.gov.au
74
• Australian War Memorial (Mémorial aux morts australiens) www.awm.gov.au
• Reserve Bank of Australia (Banque centrale australienne) www.rba.gov.au
La citoyenneté australienne: Notre lien commun
Organisations non gouvernementales
Vous pouvez obtenir plus d’informations sur les organisations non gouvernementales auxquelles se réfère ce
livre de ressource à partir des sites Internet suivants :
• Bradman Foundation Australia (Fondation Bradman en Australie)
www.bradman.com.au
• Hamlin Fistula International www.fistulatrust.org
• Royal Flying Doctor Service of Australia www.flyingdoctor.net
• School of the Air www.schoolair-p.schools.nsw.edu.au
• Snowy Mountains Hydro-Electric Authority www.snowyhydro.com.au
• The Fred Hollows Foundation (La fondation Fred Hollows) www.hollows.org.au
• UNESCO World Heritage Centre (Centre mondial de protection du patrimoine de l’UNESCO)
whc.unesco.org
• United Nations (Nations Unies) www.un.org
• Victor Chang Cardiac Research Institute (Institut Victor Chang de la recherche en cardiologie)
www.victorchang.edu.au
• Volunteering Australia (L’Australie bénévole) www.volunteeringaustralia.org
Autre
Rechercher sur les sites Web suivants pour en savoir plus sur les sujets suivants:
• Constitution Australienne
www.aph.gov.au/senate/general/constitution
• Récompenses des «Australian of the Year» www.australianoftheyear.org.au
• Rapport «Ramenez-les chez eux » www.humanrights.gov.au/social_justice/bth_
report/index.html
• Les parcs et réserves du Commonwealth www.environment.gov.au/parks/index.html
• Les Australiens célèbres : Le dictionnaire australien des biographies (Australian Dictionary of Biography)
Edition en ligne
http://adbonline.anu.edu.au/adbonline.htm
• Liste des lois actuellement devant le Parlement www.aph.gov.au/bills/index.htm
• Parlement d’Australie www.aph.gov.au
• Services d’éducation parlementaires www.peo.gov.au
• Jours fériés
www.australia.gov.au/topics/australian-factsandfigures/public-holidays
• Excuses aux générations volées
www.abc.net.au/news/events/apology/text.htm
Pour plus d’informations
75
Remerciements
Les reproductions suivantes ont été fournies gracieusement par les Archives Nationales d’Australie
(National Archives of Australia):
Page 42 - Enfants sur une propriété d’élevages de moutons en NSW – School of the Air, photographie prise en
1962 (réf : A1200:L42511)
Page 51 - Personnalités – Dick Smith, Président de Civil Aviation Authority, 1991 (ref: A6135:K23/5/91/1)
Page 56 - Carte d’Australie de la Tasmanie, 1644 (réf: A1200:L13381)
Page 59 - Photographies historiques de la ruée vers l’or en Australie en 1851 (réf: A1200:L84868)
Page 60 - ‘Afghans’ et leurs chameaux travaillant à l’intérieur des terres de l’Australie (réf: A6180:25/5/78/62)
Page 67 - Personnalités - Sir Edward ‘Weary’ Dunlop dans son bureau en 1986 (réf: A6180:1/9/86/12)
Page 67 - Immigration – Arrivées d’immigrants en Australie – Coupeurs de canne à sucre italiens à bord du Flaminia
à Cairns en 1955 (réf: A12111:1/1955/4/97)
Les reproductions suivantes ont été fournies gracieusement par la bibliothèque Nationale
d’Australie (National Library of Australia):
Page 18 - Des manifestants rassemblés pour écouter les orateurs de la manifestation contre la guerre tenue à
Garema Place, Civic, Canberra, 15 février 2003, photographie de Greg Power (réf: nla.pic-vn3063592)
Page 44 - Portrait de Judith Wright, publié dans les années 1940 (réf: nla.pic-an29529596)
Page 52 - Femmes indonésiennes accueillant les forces armées de la défense Australienne durant leur opération de
secours à Aceh, Indonésie après le tsunami, 30 décembre 2004, photographie de Dan Hunt
(réf: nla.pic-vn3510861)
Page 56 - La 1ère Flotte (à Sydney Cove, 27 janvier 1788, créé par John Allcot en 1888 – 1973
(réf: nla.pic-an7891482)
Page 57 - Portrait de Caroline Chisholm, publié par Thomas Fairland 1804 – 1852 (réf: nla.pic-an9193363)
Page 58 - Retour de Burke et Wills à Coopers Creek, créé par Nicholas Chevalier 1828 – 1902 et publié en 1868
(réf: nla.pic-an2265463)
Page 61 - Portrait de Catherine Helen Spence, publié dans les années 1890 (réf: nla.pic-an14617296)
Page 63 - John Simpson Kirkpatrick et son âne, Gallipoli, 1915 (réf: nla.pic-an24601465)
Page 65 - Portrait de Sir Charles Edward Kingsford Smith, publié entre 1919 et 1927 (réf: nla.pic-vn3302805)
Page 70 - Portrait de Albert Namatjira à la Mission de Hermannsburg ,Territoire du Nord, publié en1946 ou 1947
par Arthur Groom (réf: nla.pic-an23165034)
Quatorze reproductions de sites du Patrimoine mondial ont été fournies gracieusement par le
Ministère de l’Environnement, de l’Eau, du Patrimoine et des Arts
(Department of the Environment, Water, Heritage and the Arts) et les personnes suivantes:
Page 40 - Sites fossilifères de mammifères d’Australie, photographie de Colin Totterdell
Page 40 - Parc National des Blue Mountains, photographie de Mark Mohell
Page 40 - Fraser Island, photographie de Shannon Muir
Page 40 - Les forêts pluviales de Gondwana en Australie, photographie de Paul Candlin
Page 40 - Parc National de Kakadu, photographie de Sally Greenaway
Page 40 - L’Île de Lord Howe, photographie de Melinda Brouwer
76
La citoyenneté australienne: Notre lien commun
Page 40 - Macquarie Island, photographie de Melinda Brouwer
Page 41 - Parc National de Purnululu, photographie de Rod Hartvigsen
Page 41 - Royal Exhibition Building et Carlton Gardens, photographie de Michelle McAulay
Page 41 - Shark Bay, photographie de Kelly Mullen
Page 41 - Nature sauvage de la Tasmanie, photographie de Nicola Bryden
Page 41 - Parc National de Uluru-Kata Tjuta, photographie d’Andrew Hutchinson
Page 41 - Tropiques humides du Queensland, photographie de Colin Totterdell
Page 41 - Région des lacs de Willandra, photographie de Mark Mohell
Les reproductions suivantes ont été fournies gracieusement par iStockphoto:
Page de couverture - Acacia, ©iStockphoto.com/Ressy (réf: 3322510)
Page14 - L’opale noire d’Australie, ©iStockphoto.com/Alicat (réf: 8323912)
Page 22 - Parliament House, ©iStockphoto.com/Tim Starkey (réf: 2256743)
Page 22 - Marteau et livre, ©iStockphoto.com/Dem10 (réf: 2397687)
Page 27 - Pièces sur un graphe de finance, ©iStockphoto.com/Robyn Mackenzie (ref: 2335549)
Page 27 - Docteur écrivant, ©iStockphoto.com/Carlos Arranz (réf: 6498434)
Page 38 - Bondi Beach (plage de Bondi), ©iStockphoto.com/Edd Westmacott (réf: 3048786)
Page 38 - Kings Canyon, iStockphoto.com © / François Marclay (réf: 5733853)
Page 51 - Appareil de reprise sur un site minier de minerai de fer, ©iStockphoto.com/Christian Uhrig (réf: 9819736)
Page 54 - Didgeridoos, ©iStockphoto.com/Adam Booth (réf: 834207)
Page 55 - Art rupestre aborigène – poisson Saratoga, ©iStockphoto.com/Alpen Gluehen (réf : 2761924)
Toutes les autres reproductions ont été fournies gracieusement par les organisations/personnes
suivantes:
Page 8 - Eucalyptus marbrés avec une couverture au sol de palmiers de Burrawang, Parc National de Murramarang,
NSW, photographie de Dario Postai
Page 20 - P ersonnes en train de mettre leur vote dans l’urne, reproduction avec l’aimable autorisation de la
Victorian Electoral Commission
Page 24 - L oi de 1900 sur la constitution du Commonwealth d’Australie, (Commonwealth of Australia Constitution
Act 1900) : Copie de l’enregistrement original public, reproduction avec l’aimable autorisation de Gifts
Collection, Parliament House Art Collection, Department of Parliamentary Services, Canberra ACT
Page 27 - Enfants assis en rang, reproduction avec l’aimable autorisation de Getty, photographie de Mel Yates
Page 28 - Reproduction de la Haute Cour, avec l’aimable autorisation de la High Court of Australia
Page 40 - le Mont Big Ben, Île Heard, reproduction avec l’aimable autorisation de l’Australian Antarctic Division ©
Commonwealth of Australia, photographie de L. E. Large (réf: 1892A2)
Page 40 - Grande barrière de corail, reproduction avec l’aimable autorisation de Great Barrier Reef Marine Park Authority
Page 41 - S ydney Opera House, reproduction avec l’aimable autorisation de la Ville de Sydney, photographie de
Patrick Bingham-Hall
Remerciements
77
Remerciements
Page 43 - Membre de l’équipe nationale de football féminine australienne (Matildas), reproduction avec l’aimable
autorisation de l’Australian Sports Commission
Page 44 - Sir Donald Bradman, reproduction avec l’aimable autorisation du Bradman Museum of Cricket. Sir Donald
Bradman portant sa casquette du test australien et prise au cours de la saison Australienne 1931-32
Page 45 - Professeur Fred Hollows, reproduction avec l’aimable autorisation de la Fred Hollows Foundation,
photographie de Frank Violi
Page 50 - Feux d’artifice du nouvel an autour de Sydney Harbour, reproduction avec l’aimable autorisation de la
Ville de Sydney
Page 52 - Docteur Catherine Hamlin AC, reproduction avec l’aimable autorisation du Hamlin Fistula Relief and Aid Fund
Page 61 - Lord Lamington harangue la foule durant le Federation Day à Brisbane en 1901, reproduction avec
l’aimable autorisation de la bibliothèque de l’État du Quensland (State Library of Queensland),
photographie de H.W. Mobsby (réf: 47417)
Page 65 - Cuisine de la soupe populaire, reproduction avec l’aimable autorisation de la bibliothèque de l’État de
la Nouvelle-Galles du Sud (Bibliothèque Mitchell). Écoliers faisant la queue pour un bol de soupe et une
tranche de pain gratuits, École publique de Belmore North, NSW, 2 août 1934, photographie de Sam
Hood (réf: H&A 4368)
Page 66 - Kokoda Track, reproduction avec l’aimable autorisation de l’Australian War Memorial (réf: 014028)
Page 66 - Coquelicots rouges à l’Australian War Memorial, photographie de Torie Brims
Page 70 - Dr Victor Chang, reproduction avec l’aimable autorisation de Institut de recherche en cardiologie Victor Chang
Page 70 - Reproduction d’Eddie Mabo qui est reproduite avec l’aimable permission de Bernita et Gail Mabo
78
La citoyenneté australienne: Notre lien commun

Documents pareils