Télécharger et imprimer

Commentaires

Transcription

Télécharger et imprimer
FAIRE LE TRI DANS LES TRIADES
MALAISIE :
D'ANCIENS GANGSTERS RECYCLÉS EN POLITIQUE
Le ministre de l'intérieur de Malaisie, Ahmad Zahid, « connaît l'identité de gangsters en politique », titre la presse nationale de Kuala
Lumpur. Des membres des triades recyclés dans des postes à responsabilité ? Le ministre a cité, sans divulguer son nom, l'exemple d'un
ancien chef d'une triade, condamné et ayant purgé sa peine est un leader local d'un parti politique de l’État de Penang, l'ancien comptoir
britannique du détroit de Malacca devenu, depuis peu, une des destinations chic de l'Asie.
[Are_PayPal_LoginPlease]
La triade chinoise Sio Sam Ong (littéralement « Trois petits empereurs »), une des organisations les plus influentes en Malaisie, est
principalement implantée dans l’État de Penang. Elle dispose d'homologues à Singapour et Taïwan et pratique le trafic de drogues, le
kidnapping, l'extorsion de fonds, le racket, le blanchiment...
L'ancien ministre du logement et ancien président du parti politique MCA (Malaisian Chinese association), Tan Sri Ong Ka Ting a été pris en
photo serrant les mains d'une figure notoire du milieu, Ong King Ee, surnommé « Jackie Chan », présenté comme le chef de la triade Sio
Sam Ong en Malaisie? Le politicien a du admettre que cette figure de la criminalité organisée avait été recrutée par le MCA, le parti politique
représentant la communauté chinoise en Malaisie.
« Si ces politiciens sont d'anciens membres de société secrètes, ils peuvent être repentis et il ne serait convenable de les associer à
nouveau à ces sociétés », aux buts criminels notoires, a déclaré Ahmad Zahid, ajoutant : « Mais si des investigations révélaient qu'ils sont
toujours en contact avec les triades, ils s'exposeraient alors à des poursuites légales ».
Le 29 août, le ministre de l'Intérieur a annoncé qu'il rendrait publique une liste de 49 organisations criminelles opérant dans le pays et
désormais déclarées illégales. Les éventuelles résurgences de ces organisations criminelles sous d'autres noms devraient elles aussi être
poursuivies.
Il a précisé que « beaucoup de gens disent que les triades ne sont composés que d'Indiens. Ce n'est pas vrai : des Malais et des Chinois
contrôlent de nombreux gangs relevant de ces triades ».
Sources : The Star on line ; New Straits Times( Kuala Lumpur, Malaisie) ; Malaysia Chronicle ; The Malaysian Insider.
[/Are_PayPal_LoginPlease]
Lire toutes les dépêches
Cet article est disponible sur : OGC - La Veille | 1