L`ingénu

Commentaires

Transcription

L`ingénu
DOSSIER DE PRESSE
Théâtre
L’ingénu
D’après Voltaire
Mise en scène Arnaud Denis (France)
Location
Théâtre Forum Meyrin
1, place des Cinq-Continents
Du lun au sam de 14h à 18h
ou par téléphone au 022 989 34 34
(14h - 18h)
Achat des billets en ligne sur
www.forum-meyrin.ch
Relations Presse
Ushanga Elébé
+41 (0) 22 989 34 00
[email protected]
Mardi 24 et mercredi 25 février à 20h30
« Bien sûr, Voltaire est un classique. Un auteur qu’on cite et qu’on
ne lit pas. Qu’on admire de loin, par crainte de respirer la poussière.
Survient un jeune casse-cou qui s’empare de l’un de ses contes philosophiques les plus alertes, excellemment adapté par Jean Cosmos, et
en tire un spectacle plein d’entrain, sans prétention, ultra rigolo. »
Le Nouvel Observateur
Théâtre partenaire
Accueil réalisé en collaboration avec
le Service culturel Migros Genève
Le propos
Adaptation
Jean Cosmos
Interprétation
Géraldine Azouelos /
Jonathan Bizet / Jacques Ciron / Arnaud Denis / Alexandre Guanse
/ Denis Laustriat / JeanPierre Leroux / Monique Morisi / Stéphane
Peyran / Romane Portail / Sébastien Tonnet /
Geoffrey Veraghaenne
Scénographie
Mirjam Fruttiger
Lumière
Laurent Beal
Maquillage
Léna Karatchevski
Costumes
Virginie Houdinière
Production
Les Compagnons de la
Chimère
Co-production
Atelier Théâtre Actuel
1689, un indien des Amériques, un Huron - que l’on appelle l’ingénu pour la bonne raison qu’il dit avec franchise tout ce qu’il pense
- débarque en Basse-Bretagne et vient perturber le quotidien de
quelques habitants de Saint-Malo. Un portrait drôle, mais acerbe
et cruel, qui nous rappelle que l’esprit savoureux de Voltaire laisse
entrevoir, derrière le rire, une certaine amertume.
Alors que l’abbé de Kerkabon et sa sœur pleurent la mort de leur
frère et de sa femme partis au Canada, arrive par un bateau anglais un jeune homme Huron, l’ingénu. Ils l’invitent à leur table et
s’aperçoivent qu’il s’agit de leur neveu. Ils le convertissent alors au
catholicisme et le baptisent afin de l’aider à accomplir son salut.
Hélas, il tombe amoureux de sa marraine, Madame de Saint-Yves,
qu’il ne peut épouser - l’église catholique interdisant un mariage
marraine-filleul. Repoussant par hasard une invasion d’Anglais, il
décide de partir pour Versailles afin de demander au roi une récompense pour sa bravoure et une dispense lui permettant d’épouser
celle qu’il aime…
De découvertes en désillusions, notre ingénu - cousin très proche
de Candide - va aller à la rencontre de la société des hommes.
Avec le baptême, il va découvrir ce que « pêcher » veut dire. Avec
la religion, qu’il y a « une infinité de choses qui ne sont pas dans
les livres ». Que pour aimer, il faut « un contrat, un notaire ». Que
la justice n’est pas forcément juste.
Note d’intention
Durée 1h45
Il s’agit d’un spectacle de troupe, avec de nombreux comédiens
sur scène : nous sommes douze, pour représenter une trentaine
de personnages. L’adaptation inédite de Jean Cosmos comporte
quinze tableaux, et la trame narrative est soutenue par un personnage qui représente une sorte de «metteur en scène-auteur», qui
raconte l’action, la commente, la modifie au besoin. Il observe son
propre spectacle, et il joue aussi quelques rôles au besoin, comme
dans La ronde de Max Ophuls au cinéma. Le spectacle aura une
saveur de «théâtre dans le théâtre», ce qui permettra des changements de décors et de costumes à vue.
Tout au long de l’histoire, la troupe sera présente, et les acteurs,
à la manière de Pirandello, seront aussi importants que leurs personnages. A titre d’exemple : l’ouverture du spectacle se fera plateau nu, avec une servante (une lampe de service) au centre du
plateau, un technicien perché sur une échelle qui discute avec le
metteur en scène, et des portants de costumes.
...suite
Dès que le metteur en scène imagine l’histoire et les lieux, le public
les voit se former sous ses yeux. Aussitôt la mer apparaît en fond
de scène, sous forme d’un large tissu de soie, et les comédiens
sortent de derrière les portants de costumes, en finissant de se
maquiller. L’histoire prend vie, et le théâtre s’anime petit à petit.
Pool de théâtres romands
L’ingénu est également accueilli à:
Théâtre Benno Besson
Yverdon
5 mars
Théâtre de Vevey
6 mars
L’ingénu est une œuvre théâtrale complète, dans ce sens qu’elle
est à la fois un grand classique que nous devons à Voltaire, et à la
fois une adaptation toute nouvelle jamais représentée sur scène.
Elle est à la fois une comédie légère, savoureuse et enjouée, et
un drame puisqu’elle aboutit à une fin amère et bouleversante.
C’est cet aspect de «spectacle complet» qui m’a décidé à monter
la pièce. C’est un projet ambitieux, une sorte de grande fresque
comme peuvent l’être les pièces de Shakespeare. Il conviendra
de donner une unité à la troupe, constituée de comédiens âgés
de dix-neuf à quatre-vingts ans, et de les faire évoluer dans une
scénographie légère qui se transforme en permanence. Autant sur
le plan esthétique que sur celui du jeu, la force de suggestion sera
la plus forte.
Il s’agit d’un conte. Il faudra évoquer, faire voyager, émerveiller. Ne
pas tout montrer, mais s’adresser à l’imagination du spectateur.
Arnaud Denis,
metteur en scène
Repères biographiques
Arnaud Denis,
signe la mise en scène
Formé par Julie Saget, Jean Périmony puis par Jean-Laurent Cochet, sous la direction de qui il a participé à de nombreux spectacles poétiques (La Fontaine, Colette…) Arnaud Denis, a aussi
durant ses études dans le New Jersey joué en anglais Hamlet de
Shakespeare et L’Importance d’être Constant d’Oscar Wilde. Il a
aussi été élève au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris, dans la classe de Dominique Valadié .
Il fait ses véritables débuts en scène dans La Mouette (rôle de
Tréplev) au Théâtre du Nord-Ouest à Paris. En 2003, avec sa nouvelle compagnie Les Compagnons de la Chimère, il met en scène
et joue Harold et Maude de Collin Higgins, puis Les Fourberies
de Scapin au Théâtre du Ranelagh. Cette même année, il crée et
joue aussi, seul en scène, au théâtre du Guichet Montparnasse, un
montage de sa conception : En visite chez La Fontaine.
...suite
Dès septembre 2004, il présente une nouvelle mise en scène de
La Cantatrice chauve restée à l’affiche de septembre 2004 à fin
avril 2006 (rôle le Capitaine des Pompiers).
En mai 2006, il propose au Théâtre du Lucernaire à Paris sa mise
en scène des Fourberies de Scapin dans laquelle il joue Scapin.
Triomphe de la critique, et merveilleux accueil public. Le spectacle
continue d’ailleurs sa carrière en tournée à travers la France, la
Suisse et la Belgique.
Au cours de la saison 2007, Arnaud a mis en scène et joué avec
grand succès le rôle d’Oswald dans Les Revenants d’Ibsen au
Théâtre 13.
Parallèlement à ses projets de théâtre, il agrémente son parcours
de quelques rôles à la radio, au cinéma et à la télévision, notamment dans le plus récent téléfilm de Gabriel Aghion, Monsieur Max,
aux côtés de Jean-Claude Brialy. Il vient de tourner dans le dernier
film d’Yvon Marciano Maintenant ou jamais et dans Elles et moi,
sous la direction de Bernard Stora, pour France 2.
Jean Cosmos,
signe l’adaptation
Après des études d’ingénieur, les aléas de la guerre l’obligent à
occuper un emploi de fonctionnaire. Il commence par écrire des
chansons, notamment pour Yves Montand et Les Frères Jacques
qu’il signe du pseudonyme Jean Cosmos.
Une rencontre l’oriente vers la rédaction de dramatiques pour la
radio, il écrit Oh, Agnès ! ou la poursuite sentimentale qui obtient
le prix de la RTF, 1952. Il devient un rédacteur régulier de pièces
radiophoniques.
Dès 1959 il travaille pour le cinéma avec Bonjour Toubib, mais
après une suite d’échec, il se replie sur les scénarios pour la télévision. Il est l’auteur d’une pièce, Les oranges, réalisée par Roland
Bernard, télédiffusée en 1964 et qui obtient le prix Albert Olivier.
Sa production d’adptation et de scénarios pour la télévision est
imposantes.
Il écrit ou co-écrit aussi de nombreux feuilletons, Quand on est
deux (1962), Rue barrée (1967), des épisodes pour Les Cinq Dernières Minutes (de 1967 à 1980), Ardéchois cœur fidèle (1974), et
bien d’autres.
En 1988, c’est le réalisateur Bertrand Tavernier qui le convainc de
revenir vers le scénario de cinéma avec La Vie et rien d’autre (Prix
spécial du Film Européen). Jean Cosmos écrira un livre du même
titre sur ce sujet de la recherche du Soldat inconnu. Il continuera
sa collaboration avec Tavernier pour La Fille de d’Artagnan (1994),
Capitaine Conan (1996) et Laissez-passer (2002).
Ses plus récents ouvrages sont Effroyables jardins (2003) de Jean
Becker co-écrit avec Gilles Laurant, et Fanfan la Tulipe (2003) de
Gérard Krawczyk co-écrit avec Luc Besson.
Jean Cosmos a également écrit l’adaptation d’un grand nombre de
pièces de théâtre et même un Opéra, Goya, en collaboration avec
Jean Prodomides et Floria Fournier création à l’opéra de Montpellier en 1996.
Revue de presse
RENSEIGNEMENTS ET LOCATION
Théâtre Forum Meyrin
1, place des Cinq-Continents
Du lun au sam de 14h à 18h
ou par téléphone au 022 989 34 34
(14h - 18h)
Achat des billets en ligne sur
www.forum-meyrin.ch
Au Service culturel Migros
7 rue du Prince
Du lun au ven de 10h à 18h,
ou par téléphone 022 319 61 11
A Migros Nyon-la-Combe
6, rue de la Morâche, Nyon
Du lun au ven de 8h30 à 18h30,
Ven de 8h30 à 20h, sam de 8h à 17h.
Sur place uniquement.
Au stand Info Balexert
27, av. Louis-Casaï
Lun, ma, mer de 9h à 19h. Jeu de 9h à 21h.
Ven de 9h à 19h30. Sam de 8h30 à 18h.
Sur place uniquement.
Accès
En voiture
Direction aéroport-Meyrin
Sur la route de Meyrin, après l’aéroport,
prendre à droite direction Cité Meyrin ; puis
suivre les signalisations
Bus No 28 / 29 / 55 / 56
Arrêt Forum Meyrin
PRIX DES BILLETS
Plein tarif : Fr. 46.- / Fr. 38.Prix réduit : Fr. 37.- / Fr. 30.Prix étudiant, chômeur : Fr. 22.- / Fr. 17.-
Partenaire Chéquier culture: les chèques
culture sont acceptés à nos guichets.
« Il l’avait montré avec un Scapin qui avait rencontré un franc succès au Lucernaire : Arnaud Denis s’inscrit résolument dans la tradition classique. Mais il l’aère, la rafraîchit, la bouscule grâce à
une jeunesse, une franchise, une fantaisie, un humour délicieux.
Sans compter son intelligence de la scène, héritée de son maître
Jean-Laurent Cochet. Le voilà qui s’attaque aujourd’hui à Voltaire,
à travers une adaptation savoureuse de L’ingénu, que l’on doit à
Jean Cosmos. Il entraîne derrière lui une troupe de 12 comédiens,
parmi lesquels les excellents Jean-Pierre Leroux, Jacques Ciron
et Monique Morisi, dans une cavalcade irrésistible. Gags, changements à vue, bonne santé, malice, liberté, talent : Voltaire et son
petit chef-d’oeuvre prennent un coup de jeune formidable. On n’a
pas fini de parler d’Arnaud Denis. Excellent »
Philippe Tesson, Le Figaro, février 2008
« (...) Il a eu la bonne idée de nous raconter l’histoire d’une pièce
de théâtre que l’on jouerait devant nous. Ainsi, le metteur en scène
devient le fil conducteur. Il a offert ce rôle à son complice, JeanPierre Leroux. Ce théâtre dans le théâtre marque bien que la vie
est une vaste comédie qui peut tourner à la tragédie si on ne prend
garde à ce que l’on joue. Les comédiens sont à l’unisson, suivant
avec un bel entrain le rythme effréné de la mise en scène. Ils sont
parfaits, unis par l’esprit de troupe. Cela donne un spectacle enlevé et très pertinent.»
Marie-Céline Nivière, Pariscope, 2008
« (...) Décidément, le talent d’Arnaud Denis se confirme d’année
en année. il ne roule pas sur l’or mais sait tirer parti du peu qu’il
a : une troupe de haute qualité. Les plus jeunes ne sont pas les
derniers à rire.»
Jacques Nerson, Le Nouvel Observateur, février 2008
« (...) Les personnages, une trentaine environ, sont interprétés, de
main de maître, par douze comédiens, dans une mise en scène
concise, au rythme enlevé. Arnaud Denis a tout compris en ce qui
concerne le théâtre. Un vrai travail d’orfèvre, que met en valeur une
troupe d’une rare homogénéité et habitée d’une belle complicité.
Arnaud Denis et ses Compagnons de la Chimère représentent une
valeur à suivre de très près dans le monde du théâtre actuel.»
Claire Besse, Les Trois Coups