Discographie - Bibliographie

Commentaires

Transcription

Discographie - Bibliographie
Mai 2010
Discographie - Bibliographie
Au premier abord, l’étiquette « folkrock » a quelque chose de vain, parce
qu’elle ne représente pas un courant
musical instantanément identifiable.
Pourtant le terme est employé aujourd’hui par les gazettes spécialisées,
et son référent est compris par les
mélomanes : signe que le folk-rock a
non seulement une légitimité sémantique, mais aussi une histoire.
Si on voulait résumer grossièrement,
on assimilerait cet avatar de la pop
aux atermoiements de jeunes bardes chevelus qui jouent
sur des guitares sèches avec une intensité fiévreuse.
Mais le tableau, évidemment, est plus subtil aujourd’hui
en 2010. Depuis les années 90, il s’est opéré un retour aux
valeurs de l’authenticité et de l’énergie brute, organique,
en écho aux rythmiques robotiques de l’électro.
Pour autant, le folk-rock est loin
d’être réactionnaire, car il a su
puiser tout autant dans le patrimoine riche du passé que dans les
expérimentations post-modernes de
nouveaux genres musicaux. Il s’est
considérablement métissé, et c’est
sans doute à cette orientation, et à
sa variété étonnante, qu’il doit son
succès actuel.
Les Médiathèques de la Communauté d’agglomération
de la Plaine centrale du Val-de-Marne vous proposent
une sélection de documents, qui dressent un panorama
du folk-rock des années 60 à aujourd’hui,
en marge de deux animations :
Un apéro-conférence autour du thème du folk-rock,
animé par Christophe Libouban
Le vendredi 28 mai 2010 à 19h
à la Cafétéria de la Maison des Arts de Créteil
&
Un concert de Vandaveer,
groupe folk-rock américain
Le samedi 29 mai 2010 à 16h
dans la petite salle de la Maison des Arts de Créteil
Cette sélection comprend essentiellement des disques compacts,
mais également des partitions et des références bibliographiques
disponibles dans les médiathèques du réseau.
Nous avons choisi de mettre en relief,
par le biais de chroniques, des albums « coups de cœur ».
Par ailleurs, les listes établies ici ne sont pas exhaustives et
ne restituent pas l’intégralité des albums en notre possession.
Médiathèques de la plaine centrale du val-de-marne
22, rue de Mesly  94000 créteil   : 01 42 07 52 52
www.agglo.plainecentrale94.fr
Vous pouvez consulter et emprunter l’ensemble de ces documents
dans les médiathèques du réseau Plaine centrale.
Les illustrations sont extraites des différents documents proposés dans ce livret.
Woody Guthrie
Bob Dylan
Au cœur des années 60, sous
l’influence prépondérante de
Bob Dylan, de nombreux groupes décident de combiner le folk
originel, c’est-à-dire la transposition politique d’expressions
musicales séculaires et populaires (le blues et la country aux
Etats-Unis, la musique celtique
dans les îles britanniques…), et
la syntaxe électrique du rock en
pleine effervescence. L’image
du ménestrel rebelle avec sa
guitare en bandoulière, popularisée par Woody Guthrie dès
1940, est ébranlée par son propre disciple Bob Dylan en 1965,
lorsqu’il « met les doigts dans
la prise » : en effet, Dylan s’accompagne d’un groupe électrique et déclenche un tollé gigantesque auprès des gardiens
du temple folk. Cette date marque l’acte de naissance du folkrock. Très vite, le mouvement va
s’adapter aux contours brûlants
et dynamiques de l’époque, en
puisant aussi une bonne part de
son inspiration dans la science
pop étincelante des Beatles : on
privilégie le format « chanson »,
la beauté mélodique, les harmonies vocales, les arrangements
étoffés, voire une production
psychédélique, à l’instar des
Byrds, Buffalo Springfield ou
Love à Los Angeles, de Donovan, Nick Drake ou Syd Barrett
en Grande-Bretagne. Les groupes anglais Fairport Convention
ou Pentangle, eux, se singularisent en s’inspirant du répertoire traditionnel celtique, qu’ils
agrémentent d’une orchestration rock, en particulier d’un
jeu de guitare subtil et innovant
(grâce aux orfèvres de la guitare Richard Thompson et Bert
Jansch, en particulier).
Richard Thompson
Bert Jansch
Les années 70 verront l’épanouissement de Leonard Cohen,
Neil Young, Joni Mitchell, James Taylor, Tom Waits, Bruce
Springsteen, etc., et de groupes
comme Crosby, Stills, Nash &
Young ou les Eagles… Le séisme
punk de la fin des seventies,
loin d’enterrer le folk-rock, lui
donne un sursaut d’authenticité
rugueuse, de spontanéité et de
désinvolture : des groupes tels
que les Pogues ou les Violent
Femmes n’auraient sans doute
pas existé sans le punk, pas plus
que les chansons dépouillées, romantiques et engagées de Billy
Bragg : leur musique s’inscrit à
n’en point douter dans une tradition folk.
Beck
Smog
Cependant, au cours des années
80, le folk-rock devient une niche indépendante, à l’écart de
l’industrie musicale et de la pop
mainstream, barbouillée de synthés.
Gorky’s Zygotic Mynci
La tendance s’accroît lors des
années 90, où des artistes comme Beck, Smog, Bonnie « Prince » Billy, Red House Painters,
Gorky’s Zygotic Mynci, Cali-
Red House Painters
Rufus Wainwright
fone, Wilco, etc., inventent un
folk post-moderne qui s’affirme
comme une alternative aux musiques électroniques en plein
essor (techno, house, dance,
etc.).
Aujourd’hui, le public plébiscite de nombreux artistes qui
font la part belle à l’authenticité humaniste du folk, comme
par réaction aux aspects parfois
déshumanisants des musiques
électroniques. On peut citer
des artistes qui ont connu un
réel succès récemment, tels que
Rufus Wainwright, Alela Diane,
Moriarty, Cocoon, Emily Jane
White, etc. En marge de cette
scène très cohérente, il existe
aussi des électrons libres, des
iconoclastes nonchalants qu’on
a tenté de regrouper sous l’étiquette trompeuse de l’anti-folk,
tels que Jeffrey Lewis ou Adam
Green.
Emily Jane White
Cependant, tous ces nouveaux
venus contribuent à pérenniser,
à leur manière, avec une ouverture d’esprit toujours plus grande, les valeurs esthétiques du
folk-rock.
Jeffrey Lewis
Anthologies
Acoustic waves : 1968-1975. T.3
Dark was the night
Even cowgirls get the blues
 Love is the song we sing :
San Francisco nuggets 1965-1970
 Where the action is ! :
Los Angeles nuggets 1965-1968
Ces deux excellents coffrets, très étoffés,
présentent les scènes en pleine effervescence des grandes rivales californiennes,
San Francisco et Los Angeles, au cours des
années 60 : où l’on perçoit, au milieu du
bourdonnement psychédélique, la prééminence du folk-rock.
Ryan Adams
Gold (2001)
Alela Diane
Kevin Ayers
 Joy of a toy (1969)
Alela Diane
 The Pirate’s gospel (2007)
Digne représentant de « l’école de Canterbury » (avatar pop orienté vers un rock
psychédélique doucereux et un jazz-rock
indolent), Kevin Ayers a une voix marginale,
nonchalante, qui s’épanouit au cœur d’un
folk aux arrangements luxuriants, et à l’humour teinté de mélancolie.
Cette jeune chanteuse californienne pourrait être l’héroïne d’un roman de Jim Harrison : sur cet album rugueux, intense et
dépouillé, elle invoque les esprits amérindiens, et reprend le flambeau d’un acidfolk hanté, sans concession, dans la lignée
de sa grande devancière Karen Dalton.
The Band
 Music from big pink (1968)
America
America (1972)
Johan Asherton
Under the weather (1996)
Le backing-band de Bob Dylan se fait un
nom, sobre et sans détours, sur ce premier
album de 1968 : les musiciens du Band sont
les pionniers de la fusion du rock et des
langages musicaux traditionnels américains
(folk, country, blues), parfois regroupés
sous l’appellation americana.
Ed Askew
Ask the unicorn (1968)
Devendra Banhart
Niño rojo (2004)
Arbouretum
Song of the pearl (2009)
Jeff Buckley
Bonnie “Prince” Billy I see a darkness (1999)
Bowerbirds
Upper air (2009)
Billy Bragg
Victim of geography (1986-1988)
Syd Barrett
Barrett (1970)
 The Madcap laughs (1970)
Bright Eyes
Lifted or the story is in the soil,
keep your ear to the ground (2002)
En rupture brutale de Pink Floyd, le baladin
lunaire Syd Barrett parvient à enregistrer
en 1969 deux somptueux albums de folk
psychédélique, en s’entourant de fidèles
compagnons de jeu (Dave Gilmour, Roger
Waters, Robert Wyatt) : il s’en dégage la
rumeur poignante d’une mélancolie fantasque, qui influencera de nombreux songwriters après le passage de la comète Syd.
Jackson Browne
Running on empty (1977)
Jeff Buckley
Grace (1994)
Beck
Tim Buckley
Starsailor (1970)
 One foot in the grave (1994)
Enregistré durant l’hiver 1993, lors d’une
phase de création prolixe du blondinet de
Los Angeles, ce manifeste folk-rock débraillé cite tout à la fois Hank Williams et
les états d’âme chaotiques du grunge sur le
déclin. Beck y compose ses premières grandes chansons.
Beirut
The flying club cup (2007)
Andrew Bird
Weather systems (2003)
Tim Buckley
Buffalo Springfield (de gauche à droite) :
Stephen Stills, Dewey Martin, Bruce Palmer,
Richie Furay & Neil Young
J.J. Cale Naturally (1971)
Buffalo Springfield
 Box set (1966-1968)
Calexico
Hot rail (2000)
Ce coffret de quatre CD retrace la brillante
carrière de la matrice qui a vu s’éclore les
talents de songwriter de Stephen Stills et
Neil Young, pour ne citer qu’eux. Buffalo
Springfield comptait parmi les premiers
groupes à mélanger country’n’western et
pop psychédélique : ils ont ouvert la voie
aux Byrds (période Gram Parsons), et à
l’ensemble de la scène country-rock.
Califone
 All my friends are funeral singers
(2009)
Depuis une dizaine d’années, ce groupe de
Chicago saupoudre son folk-blues éthéré
de bruitages électro et de drones discrets,
qui mettent en relief la pureté ancestrale
de leur musique plutôt qu’ils ne la perturbent.
The Byrds
 The Byrds : We have ignition ;
Cruising altitude ; Full throttle ;
Final approach (1965-1973)
Bill Callahan
 Sometimes I wish we were
an eagle (2009)
Dylan a constitué le versant rock, âpre et
séditieux, de la révolution folk-rock, et les
Byrds en ont tracé le sillon pop, c’est-àdire la grâce mélodique : ces quatre CD retracent leur riche carrière, des splendeurs
beatlesiennes agrémentées d’arpèges de
Rickenbacker, aux détours altiers en territoire country-rock.
Songwriter connu auparavant sous le nom
de Smog, Bill Callahan a publié au fil des
années 90 et 2000 des albums à la beauté
austère et sibylline, où planent sa poésie
brute et sa voix grave, calme, rappelant le
ton monocorde de Lou Reed.
10
Isobel Campbell & Mark Lanegan
Ballad of the broken seas (2006)
Camper Van Beethoven
Telephone free landslide victory
(1985)
Peter Case
Torn again (1995)
Cat Power
You are free (2003)
Nick Cave & The Bad Seeds
From her to eternity (1984)
Gene Clark
une veine folk-rock mélodique. No other,
oscillant entre orchestrations flamboyantes, spleen déchirant et country débonnaire, est sans doute le plus fascinant du lot.
Cocoon
My friends all died
in a plane crash (2007)
Vic Chesnutt
CocoRosie
La maison de mon rêve (2004)
Vic Chesnutt
 West of Rome (1991)
Leonard Cohen
 Death of a ladies’ man (1977)
La tragique disparition de Vic Chesnutt (il
s’est suicidé il y a quelques mois) en dit
long sur la ferveur fébrile qui nimbe chacun
des disques de ce magnifique songwriter
marqué au fer rouge par la vie : sur West of
Rome, un de ses plus beaux albums, sa voix
écorchée atteint des sommets d’intensité.
Ascète énigmatique de la pop music, Leonard Cohen signe en 1977 un album controversé, fruit d’une collaboration houleuse
avec le producteur Phil Spector : c’est
pourtant un exemple unique de folk psychédélique, tantôt cotonneux, tantôt orageux, magnifié par le ton détaché de la voix
de Leonard Cohen et par le « mur du son »
typique de Spector.
Gene Clark
 No other (1974)
Ancien chanteur et songwriter des mythiques Byrds, Gene Clark a signé ensuite plusieurs albums majestueux, toujours dans
I’m your fan : the songs
of Leonard Cohen by... (1991)
11
Leonard Cohen
New skin for the old ceremony
(1974)
Songs of Leonard Cohen (1967)
Songs from a room (1969)
Lloyd Cole & The Commotions
Rattlesnakes (1984)
Dakota Suite
Morning lake forever (2001)
Hugh Coltman
Stories from the safe house (2008)
Sammy Decoster
 Tucumcari (2009)
Jeune musicien de la scène rock parisienne,
Decoster parvient à faire rimer en français,
sur un premier album très réussi, le phrasé
caractéristique de l’americana, grâce à une
voix sépulcrale et à des chansons solaires,
évoquant tout autant Creedence Clearwater Revival que Neil Young.
Ry Cooder
My name is Buddy : another record
by Ry Cooder (2007)
Cowboy Junkies
The Trinity session (1988)
Graham Coxon
The spinning top (2009)
David Crosby
If I could only remember
my name... (1971)
Crosby, Stills & Nash
Crosby, Stills & Nash (1969)
Crosby, Stills, Nash & Young
Déjà vu (1970)
John Cunningham
Homeless house (1999)
Sammy Decoster
12
Donovan
Nick Drake
Nick Drake
Bryter layter (1970)
 Five leaves left (1969)
Songwriter brillant et délicat, trop tôt disparu, le taciturne Nick Drake n’a pas su
imposer de son vivant son folk sombre et
pastoral, mené par sa voix douce, et ourlé
d’arrangements cristallins, mais la postérité a depuis corrigé cette injustice.
 Pink moon (1972)
Dillinger Girl & Baby Face Nelson
Bang ! (2006)
Bob Dylan
Blonde on blonde (1966)
Blood on the tracks (1975)
Bringing it all back home (1965)
The Dodos
Visiter (2008)
Tanya Donelly
Whiskey tango ghosts (2004)
Donovan
 Mellow yellow (1967)
Considéré comme un ersatz de Dylan, raillé
par ce dernier lors de sa fameuse tournée
britannique de 1965, Donovan Leitch a un
jour mis son nom sous scellés, pour composer un folk psychédélique inouï, clairsemé
d’arrangements raffinés, de références subtiles aux traditions poétiques celtiques, et
d’accents jazzy épurés. Mellow yellow, un
des chefs d’œuvres du troubadour écossais,
est un exemple poignant de cette belle métamorphose.
Sunshine Superman (1966)
Bob Dylan
13
Steve Earle
Townes (2009)
Eels
Electro-shock blues (1998)
Mark Eitzel
Music for courage & confidence (2002)
Piers Faccini
Two grains of sand (2009)
Fairport Convention
 Highway 61 revisited (1965)
Flambant comme un feu de joie dans la
galaxie de la pop music, cet album est le
coup de semonce du folk-rock, le tocsin
d’une révolution esthétique en marche, initié par le séminal ‘Like a rolling stone’ : le
temps de neuf chansons sublimes, hérissées
d’électricité et de sarcasme, le folk et le
rock s’entrelacent avec fougue – et tout est
dit, déjà !
John Wesley Harding (1967)
Nashville skyline (1969)
Slow train coming (1979)
Fairport Convention
Liege and lief (1969)
 Unhalfbricking (1969)
Fairport Convention est (avec Pentangle) le
groupe phare du folk-rock britannique, qui
puise une partie de son inspiration dans le
folklore traditionnel celtique. Emmené par
l’exceptionnelle chanteuse Sandy Denny et
par le guitariste de génie Richard Thompson, ce groupe a su déplacer les axiomes du
folk-rock vers un répertoire insulaire, riche
et mystérieux.
Eagles
Desperado (1973)
Fleet Foxes
Fleet Foxes (2008)
Robert Forster
The Evangelist (2008)
Eagles
14
Paula Frazer
Indoor universe (2001)
parfois les Kinks délavés de Muswell Hillbillies, et d’autre fois un Fairport Convention d’après le déluge.
French Cowboy
Baby face Nelson was
a french cowboy (2007)
Grant Lee Buffalo
Copperopolis (1996)
Great Lake Swimmers
Lost channels (2009)
Fruit Bats
The ruminant band (2009)
Adam Green
 Minor love (2010)
Galaxie 500
 On fire (1989)
Adam Green a illustré un certain temps, au
sein du groupe Moldy Peaches, un courant
baptisé « antifolk », néanmoins il s’est vite
Avec d’autres groupes américains contemporains (Cowboy Junkies, Red House Painters, Low, etc.), Galaxie 500 aiguille le folkrock vers une pop éthérée, lancinante et
rêveuse, parcourue de frissons velvétiens.
Gastr del Sol
Camoufleur (1998)
Howe Gelb
Hisser (1998)
Giant Sand
Selections (1990-2000)
Beth Gibbons
Out of season (2002)
José Gonzalez
Veneer (2005)
affirmé en solo comme un songwriter doué,
dont les vignettes de folk hirsute et plein
d’humour évoquent Jonathan Richman,
tandis que sa voix de crooner las rappelle
le timbre chatoyant d’un Lee Hazlewood.
Gorky’s Zygotic Mynci
 How I long to feel that summer
in my heart (2001)
Sylvia Hanschneckenbühl
Sylvia Hanschneckenbühl does not
sing Christmas (2009)
Ce groupe de joyeux drilles gallois avait
commencé par fourbir un rock psychédélique débraillé, louvoyant entre les influences conjuguées de Kevin Ayers et de Robyn
Hitchcock. En quelques albums, il s’est
orienté vers un folk doux-amer, qui évoque
Tim Hardin
Tim Hardin 2 (1967)
15
Grant Hart
Intolerance (1989)
folk-rock dépenaillé, espiègle, oscillant entre la veine néo-hippie d’un Devendra Banhart, le rock mis en abyme de Pavement et
le blues nonchalant d’un J.J. Cale.
Mick Harvey
Two of diamonds (2007)
Kristin Hersh
 Hips and makers (1994)
P.J. Harvey
 Dry (1992)
La chanteuse des Throwing Muses a imposé
son songwriting revêche et subtil grâce à ce
magnifique album acoustique, ascétique et
solaire, où des vrilles de violoncelle et de
piano viennent troubler le jeu de guitare
sobre et la voix sereine de Kristin Hersh.
Premier album de la chanteuse revêche du
Dorset, Dry, comme son nom l’indique, ne
fait pas dans la dentelle, et par une alchimie violente, transforme un folk étique en
garage-rock nerveux : pourtant P.J. Harvey
chante bien avec la ferveur caractéristique
des divas du folk originel (Karen Dalton notamment), et la nudité ravagée de sa musique fait également songer à Nick Cave,
parfois à Tom Waits.
Kristin Hersh
Hayden
Everything I long for (1996)
Lee Hazlewood
 Cowboy in Sweden (1970)
Le songwriter moustachu à la voix d’or brut
s’était exilé en Suède dans les années 70.
Il y a enregistré quelques-uns de ses plus
beaux albums, dont ce Cowboy in Sweden,
pour les besoins d’un film, où son écriture
ample, étoffée, ses orchestrations baroques et les délicieuses voix féminines dont
il s’entoure font florès.
Robyn Hitchcock
 I often dream of trains (1984)
Ancien chanteur et songwriter des Soft
Boys, digne héritier de Syd Barrett, Robyn
Hitchcock signe ici un album acoustique imprégné de poésie surréaliste, où en entend
aussi bien les échos des Gymnopédies de
Satie que les rumeurs d’un post-punk sautillant et sardonique.
Michael Head & The Strands
Magical world of the Strands (1998)
Joe Henry
Kindness of the world (1993)
Lauren Hoffman
Choreography (2006)
Herman Düne
 Giant (2006)
Sophie Hunger
Monday’s ghost (2008)
Le trio franco-suédois a trouvé le succès il
y a quelques années, grâce à cet album de
16
James Iha
Let it come down (1998)
Calvin Johnson
 Before the dream faded... (2005)
Bon Iver
For Emma, forever ago (2008)
Pionnier du rock lo-fi aux Etats-Unis avec
Beat Happening, Calvin Johnson a enregistré quelques albums singuliers, où sa voix
de basse décalée, au milieu de belles chansons nimbées d’un spleen amusé, restitue
une part de l’austérité originelle du folk.
Bert Jansch
The black swan (2006)
Jack Johnson
Brushfire fairytales (2001)
Jeremy Jay
A place where we could go (2008)
Daniel Johnston
The late great Daniel Johnston :
Discovered covered (2004)
Iron and Wine
Around the well (2002-2009)
The Jayhawks
Hollywood town hall (1992)
Jude
No one is really beautiful (1998)
Damien Jurado
And now that I’m in your shadow
(2006)
Damien Jurado
Jefferson Airplane
Jefferson Airplane
 Surrealistic pillow (1967)
Cet album fantastique est un fleuron du
rock psychédélique, mais il puise la matière première de sa grandiloquence abrupte
dans le folk-rock, comme en témoignent
la voix puissante et aride de la chanteuse
Grace Slick et le jeu de guitare subtil de
Jorma Kaukonen. On y retrouve en outre
les deux magnifiques chansons ‘Somebody
to love’ et ‘White rabbit’.
Kim
Don Lee Doo (2008)
Natalia M. King
Milagro (2000)
Kings of Convenience
Quiet is the new loud (2001)
17
The Kingsbury Manx
The fast rise and fall of the South
(2005)
Jeffrey Lewis
Lambchop
Nixon (2000)
Ray LaMontagne
Trouble (2004)
Mark Lanegan Band Bubblegum (2004)
Zak Laughed
The last memories of my old house
(2009)
Mélissa Laveaux
Camphor & copper (2008)
alternatif, telles que le guitariste Jay Mascis (Dinosaur Jr.), en illustrant lui-même
les pochettes de ses albums, dans la veine
d’un Crumb, ou encore en singeant le storytelling de Bob Dylan. Il a toutefois gagné
en pertinence esthétique sur ce dernier album, paru l’an dernier.
Mélissa Laveaux
Lone Pigeon
Concubine rice (2002)
Love
 Forever changes (1967)
Mirage psychédélique, Forever changes est
difficile à classer : au début de sa carrière,
Love, à savoir Arthur Lee et dans une moindre mesure Bryan Maclean, s’inspirait des
Byrds et des Rolling Stones, mais le groupe
a très vite trouvé une voix singulière, entre
arrangements baroques de cordes et de cuivres, espagnolades austères, raffinements
mélodiques et poésie cryptique. Forever
changes est le chant du cygne de Love, et
sans doute l’apogée du folk-rock psyché.
Joseph Leon
Hard as love (2009)
Jeffrey Lewis
 Em are I (2009)
Le jeune songwriter new-yorkais Jeffrey
Lewis continue de tracer le sillon de l’antifolk, en faisant appel à des icônes du rock
18
Aimee Mann
Bachelor n° 2 (2002)
Sébastien Martel
Ragalet (2003)
John Martyn
Bless the weather (1971)
Syd Matters
Ghost days (2008)
Cass McCombs
 Catacombs (2009)
Surgi de limbes folk ouatés, le songwriter
américain Cass McCombs esquisse avec
cet album un sillon élégant entre Leonard
Cohen, pour l’âpreté et la gravité de la
musique, et Chris Isaak, pour le chant
serein, aux résonances célestes.
The Mamas and the Papas
The Lovin’ Spoonful Singles As & Bs (1965-1968)
Low
Drums and guns (2007)
The Magnetic Fields
69 love songs (1999)
La Maison Tellier
La Maison Tellier (2006)
Jesse Malin
The Fine art of self destruction (2002)
The Mamas and the Papas
 Complete anthology (1965-1977)
Groupe familial, emmené par le songwriter
surdoué John Phillips, les Mamas & Papas
résistent malgré tout à l’odeur de naphtaline des fanfreluches hippies : ses harmonies
vocales de toute beauté, ses chansons lumineuses (‘California dreamin’), sa pop ensoleillée s’inspire avec bonheur des Beach
Boys et des Byrds, et oriente le folk vers
des sommets de grâce mélodique.
Cass
McCombs
Natalie Merchant
The house carpenter’s daughter (2003)
The Microphones
The glow, pt. 2 (2001)
19
Malcolm Middleton Waxing gibbous (2009)
Moby Grape
Crosstalk : the best of Moby Grape
(1966-1968)
Minor Majority
Candy store (2001-2006)
Marie Modiano
I’m not a rose (2006)
Joni Mitchell
Blue (1971)
Clouds (1969)
 Ladies of the Canyon (1970)
Aidan Moffat
How to get to heaven from Scotland
(2009)
Grande dame du folk-rock, Joni Mitchell a
publié au cours des années 60 et 70 une série d’albums d’une rare finesse d’écriture,
lorgnant vers la liberté formelle éperdue du
jazz, étoffés par des arrangements subtils
de cordes et cuivres, et porteurs de messages engagés, comme en témoigne ici le
célèbre single ‘Big yellow taxi’.
Juana Molina
Un dia (2008)
Monsters of Folk
Monsters of Folk (2009)
Moriarty
Gee whiz but this is
a lonesome town (2007)
Van Morrison
Van Morrison
Astral weeks (1968)
 Moondance (1970)
Illustre voix du garage-rock, au timbre soul
rocailleux, via le tube ‘Gloria’ (avec Them),
Van Morrison s’est orienté, dès la fin des
années 60, vers un folk lyrique, d’une souplesse fascinante. comme son illustre prédécesseur Astral weeks, dont il constitue le
pendant lumineux, Moondance est un des
sommets de sa discographie, où la grâce
des compositions le dispute à l’intelligence
des orchestrations.
Joni Mitchell
20
Jason Mraz
We sing, we dance, we steal things
(2008)
Joanna Newsom
My Morning Jacket
Z (2005)
Marissa Nadler
The saga of Mayflower May (2005)
Yael Naim
Yael Naim (2007)
Nina Nastasia
Run to ruin (2003)
Fred Neil
 Fred Neil (1967)
Icône discrète du Greenwich Village à la
belle voix caverneuse, Fred Neil adopte une
électricité langoureuse, effacée, aux doux
relents psychédéliques, sur ce somptueux
deuxième album, où figurent au moins deux
de ses plus belles chansons, ‘The Dolphins’,
et la première version de ‘Everybody’s talkin’.
Joanna Newsom
 Have one on me (2010)
Sur cet ambitieux triple album, la jolie
harpiste Joanna Newsom réussit une hybridation du folk rustique des Appalaches
et d’une pop urbaine, très new-yorkaise,
dont le fragile équilibre rappelle parfois
Tom Verlaine (le chanteur et guitariste de
Television).
Fred Neil
OP8 feat. Lisa Germano
Slush (1997)
Jim O’Rourke
Insignificance (2001)
Beth Orton
Central reservation (1999)
Gram Parsons GP/Grievous angel (1973-1974)
Passion Fodder
Woke up this morning (1989)
21
The Pogues
The Pogues
 Rum, sodomy & the lash (1985)
Issus d’un punk virulent, Shane McGowan et
ses acolytes, dans la tradition des groupes
de folk britannique (Pentangle, Fairport
Convention), offrent une cure de jouvence,
gouailleuse et véhémente, à un folk irlandais aux rumeurs éthyliques. Cet album,
produit par Elvis Costello, est indéniablement leur chef-d’œuvre.
Pentangle
 The time has come (1967-1973)
Ce coffret réunit les principaux titres de
l’autre grand groupe du folk-rock britannique (avec Fairport Convention). emmené
par trois musiciens d’exception, les guitaristes Bert Jansch et John Renbourn et le
bassiste Danny Thompson, et par la voix sublime de la chanteuse Jacqui McShee, Pentangle a approfondi le dialogue dynamique
entre répertoire folk traditionnel et interprétation moderne, voire progressive, sans
jamais basculer dans l’hermétisme.
Poi Dog Pondering
Poi Dog Pondering (1989)
Poney Express
Daisy Street (2008)
The Posies
Dear 23 (1990)
Elvis Perkins in Dearland
Elvis Perkins in Dearland (2009)
Radar Bros.
And the surrounding mountains
(2002)
Chuck & Mary Perrin
Life is a stream (1971)
Gerry Rafferty
City to city (1978)
Grant-Lee Phillips
Virginia creeper (2004)
The Rave-Ups
Chance (1990)
Robert Plant & Alison Krauss
Raising sand (2004)
Red
33 (2002)
22
Red House Painters
Jonathan Richman
Red House Painters
 Down colorful hill (1992)
The Rockingbirds
The Rockingbirds (1992)
Sur ce magnifique premier album, d’une
densité remarquable, le chanteur à la
voix d’ange triste Mark Kozelek cristallise
à merveille un précipité de folk spectral,
clairsemé de silences épineux, et d’arpèges
de guitares en suspens.
Rodriguez
 Cold fact (1969)
Exhumé l’an dernier, l’unique véritable album de cet immigré mexicain de Detroit
regorge d’un psychédélisme aigre-doux, exprimé par une guitare chaloupée, des cuivres feutrés et un theremin lancinant (comme sur la superbe chanson ‘Sugar man’) :
sur l’échelle du folk-rock, le quasi anonyme
Sixto Rodriguez se fait une petite place à
l’ombre du Dylan de Highway 61 revisited
et du Love de Forever changes, ce qui n’est
pas rien !
REM
Automatic for the people (1992)
Revolver
Music for a while (2009)
Damien Rice
O (2003)
Rodriguez
Jonathan Richman
 Because her beauty is raw
and wild (2008)
Ménestrel à la désinvolture joviale, Jonathan Richman donne ici un aperçu saisissant
de son goût pour la ritournelle intemporelle.
Simplement accompagné d’une batterie et
d’une guitare aux accents flamenco, capté
en clair-obscur par un micro d’ambiance
feutré, le songwriter de Boston développe
avec humour, fragilité et grâce juvénile ses
thèmes de prédilection, la grande peinture,
la mélancolie et l’amour.
23
Josh Rouse
Nashville (2005)
Simon & Garfunkel
Xavier Rudd
White moth (2007)
Hope Sandoval
& The Warm Inventions
 Through the devil softly (2009)
Acoquinée avec l’ancien batteur de My
Bloody Valentine, Colm O’Ciosoig, la sublime chanteuse Hope Sandoval (ex-Mazzy
Star), à la voix aérienne et suave, parvient
sur ce deuxième album solo à distiller une
touche de psychédélisme langoureux dans
son folk élégant et feutré.
Paul Simon
The Paul Simon anthology
(1965-1993)
Simon & Garfunkel
Bookends (1968)
Bridge over troubled water (1970)
Mariee Sioux
Faces in the rocks (2007)
Hope Sandoval
16 Horsepower
Folklore (2002)
Ron Sexsmith
Other songs (1997)
Smog
Red apple falls (1997)
Michael J. Sheehy
Ill gotten gains (2001)
Sonny & Cher
The beat goes on (1965-1967)
The Shins
Chutes too narrow (2003)
Spain
She haunts my dreams (1999)
Michelle Shocked
Short sharp Shocked (1988)
Sparklehorse
Vivadixiesubmarinetransmissionplot
(1995)
Silver Jews Lookout mountain, lookout sea (2008)
24
Alexander Spence
 Oar (1969)
Stuart A. Staples
Leaving songs (2006)
Cet album extraordinaire du premier guitariste de Moby Grape prend à contre-courant
toute la vague du psychédélisme criard de
la fin des sixties, en proposant un folk décousu, anarchique, sinueux, taillé dans du
bois de chêne. Oar s’impose comme le pendant californien, voire country, des albums
erratiques de Syd Barrett.
Cat Stevens
Tea for the tillerman (1970)
Al Stewart
Year of the cat (1976)
Bruce Springsteen
Darkness on the edge of town
(1978)
Greetings from Asbury Park, N.J.
(1973)
 Nebraska (1982)
Sur ce vibrant album acoustique, le « Boss »
revisite les arcanes de l’americana, en
contant des histoires simples d’êtres à la
dérive sur un mode minimaliste, mais avec
une ferveur frémissante, éclatant dans les
hurlements rageurs qui ponctuent ces chansons humanistes.
The river (1980)
Bruce Springsteen
25
Rod Stewart
Reason to believe :
The complete Mercury studio
recordings (1969-1974)
Jesse Sykes & The Sweet Hereafter
Like, love, lust & the open halls
of the soul (2007)
Tanger
Il est toujours 20h
dans le monde moderne (2008)
Nikki Sudden & Rowland S. Howard
 Kiss you kidnapped charabanc
(1987)
James Taylor
Mud Slide Slim
and the blue horizon (1971)
Si Nikki Sudden (avec Swell Maps) et Rowland
S. Howard (avec Boys Next Door) viennent
tous deux de la frange glam et bruitiste du
post-punk, ils ont évolué ici vers un folkrock sombre, dont le romantisme noir suggère tantôt les envolées mystiques de Nick
Cave, tantôt la rudesse blues des Faces ou
des Rolling Stones d’Exile on main street.
Richard Thompson
Beat the retreat : songs
by Richard Thompson (1994)
Front parlour ballads (2005)
Richard & Linda Thompson
 I want to see
the bright lights tonight (1974)
Sun Kil Moon
April (2008)
Richard Thompson, génial guitariste de
Fairport Convention, inaugure ici une splendide trilogie folk avec cet album séminal,
d’où émane une sérénité inouïe, que l’on
entend autant dans le jeu finement ciselé
de Thompson que dans la voix pure de sa
femme Linda.
Swell
South of the rain and snow (2007)
Richard Swift
The Novelist/Walking without
effort : The Richard Swift
collection, vol. 1 (2001-2003)
Pour down like silver (1975)
26
Dino Valente
Tindersticks
Cortney Tidwell
Don’t let stars keep us tangled up
(2006)
éthéré. Dino Valente y déploie des talents
de songwriting inouï, et accompagne son
chant fragile d’une Rickenbacker 12 cordes
aux arpèges nébuleux.
Tindersticks
 Tindersticks (1993)
Townes Van Zandt
 Townes Van Zandt (1969)
Le premier album du groupe de Stuart Staples, chanteur élégant et habité, mouille
sur des rivages folk cotonneux, irisés
d’éclats de soul chatoyante, qui suggèrent
l’austérité sibylline de Leonard Cohen et la
noblesse orchestrale de Scott Walker. Entre
pop de chambre romantique et folk-rock
ténébreux, les Tindersticks ont su donner
au genre un ton unique, à la fois nonchalant
et classieux.
Townes Van Zandt est incontestablement
un des parrains du country-rock contemporain : il émane de son folk mélancolique,
teinté de blues, une sobriété minérale, une
poésie brute, à fleur de peau. Ce troisième
album homonyme comprend quelques-unes
de ses plus belles chansons, ‘For the sake
of the song’ et ‘Waiting around to die’ notamment.
The Triffids
In the pines (1986)
The Uglysuit
The Uglysuit (2008)
Uncle Tupelo
An anthology (1989-1993)
Utah Carol
Comfort for the traveller (2001)
Dino Valente
 Dino Valente (1969)
L’unique album solo de cet ancien guitariste de Quicksilver Messenger Service, trésor
caché de folk psychédélique, est le jumeau
solaire du Oar de Skip Spence, son négatif
Townes Van Zandt
27
Vandaveer
Tom Waits
Vandaveer
Divide & conquer (2009)
Grace & speed (2007)
Rufus Wainwright
Want two (2004)
Tom Waits
Mule variations (1999)
 Rain dogs (1985)
Chad VanGaalen
Soft airplane (2008)
Touche-à-tout de génie, Tom Waits s’inspire autant du folk que du cabaret à la
Kurt Weill, du blues, du zydeco, du punk,
du jazz West Coast, de la pop orchestrale
façon Broadway… Sur cet album foutraque
et néanmoins d’une rare cohérence esthétique, sa voix rauque retentit au-dessus
d’une mêlée de sons folkloriques, concassés sans ménagement.
Suzanne Vega
Solitude standing (1987)
Laura Veirs
Saltbreakers (2007)
Fredo Viola
The turn (2009)
Swordfishtrombones (1983)
Violent Femmes
 Violent femmes (1983)
The Walkabouts
Devil’s road (1996)
Ce groupe de Milwaukee est parvenu à
créer une alchimie parfaite entre l’urgence
adolescente du punk et la sécheresse du
folk, sur un premier album sarcastique et
enjoué, porté par le chant nasillard de Gordon Gano.
The Walkmen
You & me (2008)
M. Ward
Post-war (2006)
Francois Virot
Yes or no (2008)
28
Krystle Warren
Circles (2009)
Lucinda Williams
Car wheels on a gravel road (1998)
Shannon Wright
Honeybee girls (2009)
The Waterboys
Fisherman’s blues (1988)
Neil Young
After the gold rush (1970)
 Everybody knows this is nowhere
(1969)
Patrick Watson
Wooden arms (2009)
Paul Westerberg
Suicaine gratifaction (1999)
Sur ce deuxième album, le « Loner » s’entoure (pour la première fois) d’un groupe
de rock au son rugueux et hirsute, Crazy
Horse, et aligne une série de chansons folk
poignantes, d’où suintent la poussière, le
sang et l’eau du Far West, à commencer
par l’impressionnante ritournelle tortueuse
‘Cinnamon girl’.
Emily Jane White
Dark undercoat (2007)
Jim White
Drill a hole in that substrate
and tell me what you see (2004)
Harvest (1972)
Rust never sleeps (1979)
Tonight’s the night (1975)
William Elliott Whitmore
Animals in the dark (2009)
Wilco
 Yankee hotel foxtrot (2002)
Principal tenant du courant alternatif
country-rock, Wilco fait appel au producteur Jim O’Rourke pour nimber ses joyaux
de folk arcadien de nappes électroniques
entêtantes, et conférer à sa musique intemporelle une patine post-rock énigmatique.
Wilco
The Young Republic
12 tales from Winter City (2007)
29
Bibliographie
partitions
François Bon
Bob Dylan : une biographie
Anthologie
The psychedelic years
Albin Michel
J.J. Cale
The very best of
Joe Boyd
White bicycles :
Making music in the 1960’s
Cocoon
My friends all died in a plane crash
Allia
Leonard Cohen
The essential
Nik Cohn
A wop bop a loo bop a lop bam boom
Bob Dylan
The essential
Allia
Bob Dylan
Chroniques, vol. 1
Lyrics : Chansons, 1962-2001
Eagles
The very best of
Fayard
Joni Mitchell
Best of
Barney Hoskyns
Hotel California :
Les années folk-rock 1965-1980
Moriarty
Gee whiz but this
a lonesome town
Le Castor astral
Nick Kent
L’envers du rock : Portraits
The Pogues
The best of
Austral
REM
The best of : In time 1988-2003
Philippe Manoeuvre
Rock’n’roll,
la discothèque rock idéale :
101 disques qui ont changé le monde
Simon & Garfunkel
The essential
Albin Michel
Bruce Springsteen
Guitar anthology series
Dave Marsh
Bruce Springsteen
Tom Waits
Anthology : 1973-1982
Albin Michel
Olivier Nuc
Neil Young
Neil Young
Greatest hits
Librio musique
30
DVD
Jeff Buckley
Grace around the world
Leonard Cohen
Live in London
Cowboy Junkies
 Trinity revisited
Accompagnés de prestigieux invités (Ryan
Adams, Vic Chesnutt, Natalie Merchant notamment), le groupe canadien Cowboy Junkies revisite son album culte de 1988, The
Trinity sessions, en 2006, dans le cadre majestueux d’une église gothique de Toronto,
accentuant ainsi les langueurs folk éthérées
de l’album.
Don Alan Pennebaker
 Don’t look back :
65 tour deluxe edition
Le documentaire ultime sur Bob Dylan, où
le réalisateur D.A. Pennebaker parvient à
capter la légende en train de s’écrire : en
1965, à l’occasion de la tournée britannique sulfureuse où Dylan change d’attitude
et s’achemine irrémédiablement vers le
folk-rock, on comprend déjà la révolution
pop initiée par ce personnage « bigger than
life ».
des gageures que d’y inviter, en 2006, les
Pixies, groupe de rock inclassable, qui s’est
plié avec inspiration et audace aux lois du
tout acoustique, et a proposé un concert
folk original, admirable de concision et
d’inventivité.
Pixies acoustic :
 Live in Newport
Martin Scorsese
No direction home : Bob Dylan
Le célèbre festival de Newport (Etats-Unis)
fait autorité depuis 1958 en mettant en
scène une vision du folk rigoriste, voire
académique : ce n’était pas la moindre
Neil Young
Heart of gold
31
Apéro-conférence
animé par Christophe Libouban
Vendredi 28 Mai 2010 à 19h
Cafétéria de la Maison des Arts  Place Salvador Allende  Créteil
Sur réservation à la Bibliothèque-Discothèque de la Mac : 01 43 77 51 61
Concert : Vandaveer
Ce concert s’inscrit dans le cadre de la tournée française
de Vandaveer en 2010 : un évènement à ne pas manquer !
uuu www.myspace.com/vandaveer  www.vandaveer.net
Samedi 29 Mai 2010 à 16h
Petite salle de la Maison des Arts  Place Salvador Allende  Créteil
Sur réservation à la Bibliothèque-Discothèque de la Mac : 01 43 77 51 61
uuu [email protected]