Osiris Rapport Activités 2012

Commentaires

Transcription

Osiris Rapport Activités 2012
Association de soutien thérapeutique aux victimes de torture et de répression politique
ASSOCIATION OSIRIS
RAPPORT D’ACTIVITES 2012
Association loi 1901 - siret : 43369091400026 - ape : 8690 F
TABLE DES MATIERES
EDITORIAL DU PRESIDENT .................................................................................................. 3
RAPPORT FINANCIER ........................................................................................................... 4
LE CENTRE DE SOIN ............................................................................................................. 7
LES PATIENTS .................................................................................................................... 7
L’EQUIPE ............................................................................................................................. 9
ACCUEIL ........................................................................................................................ 11
PSYCHOTHERAPIE....................................................................................................... 12
PSYCHIATRIE................................................................................................................ 13
KINESITHERAPIE .......................................................................................................... 15
INTERPRETARIAT......................................................................................................... 16
LES PARTENAIRES.............................................................................................................. 18
DELAI D’ATTENTE................................................................................................................ 20
PARTENARIAT : ACCUEIL ET CONSULTATION PSYCHOLOGIQUE................................ 22
PERMANENCE D’ACCUEIL PSYCHOLOGIQUE AU CADA ADOMA ............................. 22
PERMANENCE DE SUIVI PSYCHOTHERAPEUTIQUE AU CADA ALOTRA ................. 24
CONSULTATION PSYCHOLOGIQUE AVEC LE CADA ADOMA DE MANOSQUE ......... 25
LES CENTRES DE SOINS SPECIALISES ........................................................................... 26
RESEAU RESEDA............................................................................................................. 26
RENCONTRE – PLAIDOYER ............................................................................................ 26
RESEAU EUROPEEN ....................................................................................................... 27
EVENEMENTS - INTERVENTIONS - FORMATIONS........................................................... 28
INTERVENTIONS .............................................................................................................. 28
SEMINAIRES ..................................................................................................................... 28
SEMINAIRE SUR LA CLINIQUE DU TRAUMATISME................................................... 28
SEMINAIRE D’ETHNOPSYCHANALYSE ...................................................................... 28
FORMATION...................................................................................................................... 29
RENCONTRE – DEBAT – CONFERENCE ...................................................................... 29
PROJET ASSOCIATIF .......................................................................................................... 30
RESSOURCES HUMAINES.................................................................................................. 30
COMMUNICATION - DOCUMENTATION............................................................................. 31
PERSPECTIVES 2013 .......................................................................................................... 33
CONTACTS ........................................................................................................................... 35
CONSEIL D’ADMINISTRATION ........................................................................................ 35
MEMBRES ADHERENTS .................................................................................................. 35
EQUIPE.............................................................................................................................. 35
REMERCIEMENTS ............................................................................................................... 36
ANNEXES.............................................................................................................................. 37
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
2
EDITORIAL DU PRESIDENT
__________________________________________________
Et, serions-nous tentés d'écrire, au sein d'une conjoncture globalement défavorable, notre
action se poursuit sans fléchir.
Elle s'exerce tout d'abord dans le domaine du soin. En termes numériques notre activité
reste globalement stable, c'est-à-dire insuffisante pour résorber notre liste d'attente.
Qualitativement, elle se poursuit grâce aux accompagnements pluridisciplinaires que nous
proposons. Les patients qui nous consultent, reçus individuellement, en couple ou en famille,
venus des horizons les plus variés, sont préférentiellement issus de l'Europe de l’Est. Nos
efforts de formation se poursuivent à travers de multiples interventions à Marseille et sa
région, avec la mise en place d'un séminaire sur la clinique du traumatisme, sans même
parler de la formation de notre équipe d’interprètes, de plus en plus motivée et performante.
Avec nous il lui arrive d'intervenir dans l’une des réunions organisées par les associations
qui composent le Réseau francophone RESEDA qui lui aussi se développe et a même
obtenu récemment un financement autonome. Enfin, au terme d'un long processus qui a
impliqué l'ensemble de l'Association, nous avons abouti la rédaction d'un projet associatif qui
sera soumis à l'approbation de la prochaine Assemblée Générale. De toutes ces activités le
site d'Osiris se veut le reflet fidèle et il est, de fait, régulièrement consulté. Enfin, la recherche
d'un local qui nous occupe depuis plusieurs années, semble enfin sur le point d'aboutir à la
faveur d'un effort sans précédent. Son choix est bien entendu conditionné par nos
possibilités financières car même si notre budget augmente, il reste fragile comme celui de
toutes les associations comparables à la nôtre. Pourtant nous ne ménageons pas nos efforts
pour augmenter nos ressources, en particulier dans le domaine de la santé où nous sommes
encore insuffisamment reconnus. L'aide financière de nos donateurs, en même temps qu'elle
nous conforte dans la confiance qu'ils nous accordent, contribue à ce résultat d'une façon
appréciable.
Tous les efforts développés sans relâche par l'équipe d'Osiris se poursuivront, n'en doutons
pas, après le départ volontaire de son Président. Après huit ans de service, durant lesquels
notre association s'est métamorphosée, la sagesse lui inspire en effet de ne pas se
représenter au Conseil d'Administration et de favoriser l'émergence d'une relève. Celle-ci
que l'on voit poindre, laisse entrevoir, qu'au-delà des individus la dynamique se poursuivra,
au service des exilés les plus traumatisés. L'espoir peut demeurer…
Bernard Granjon, Président
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
3
RAPPORT FINANCIER
__________________________________________________
Rapport général
L’exercice est pour l’année 2012, bénéficiaire de 1 857 €, en baisse comparé à 2011 qui
affichait 2 969 €.
Les subventions 2012 atteignent un total de 300 534 €, soit une hausse de 69 922 € qui
s’analyse ainsi :
- Le fonds de contribution aux victimes de torture de l’ONU, toujours confronté à des
difficultés de recouvrement des fonds de ses contributeurs, s’est montré moins
généreux de 11 879 €, mais nous en étions prévenus.
- Le Conseil Général des Bouches-du-Rhône nous a versé 8 000 € de moins, ce qui
s’explique par le versement en 2011 d’un fonds ponctuel de 6 000 € dédié à une
action en Algérie à réaliser et de 2 000 € pour la journée organisée à Aix-enProvence.
- Le Conseil Régional Provence Alpes Côte d’Azur, par convention de 3 ans, est
constant pour 33 000 €.
- La Préfecture, soucieuse de soutenir notre centre, a doublé sa subvention qui s’est
élevée à 40 000 €.
- En augmentation de 35 000 € et pour un total de 50 000 €, l’ARS via le PRAPS nous
épaule fermement sur la ligne de l’interprétariat.
- La subvention de Médecins du Monde, soit 34 000 €, versée fin 2011, est inscrite,
avec leur accord, au présent bilan 2012.
- La Mairie de Marseille avec une obole de 1 500 € reste la lanterne rouge de nos
bailleurs de fonds.
- Cette année, les « dons des particuliers » sont en hausse de plus de 40%,
approchant les 20 000 € et c’est là un motif de grande satisfaction pour Osiris.
Les autres recettes correspondent aux séminaires animés par Osiris et au suivi
psychologique assuré par Gaëlle Bouquin-Sagot à Adoma.
Nous avons également enregistré une reprise de provisions de 21 000 € sur le FER.
Les salaires et les charges salariales progressent faiblement, Annette Kolmodin-Afoutou
ayant remplacé puis aidé pendant 8 mois Julia Masson, et Mélanie Maurin bénéficiant depuis
septembre 2012 d’un temps de travail augmenté. Aucune prime n’a été prévue,
contrairement à l’an passé.
Le coût de l’interprétariat, tant du point de vue des salariés que de celui des honoraires est
en nette augmentation. Ceci est tout à fait logique puisqu’il entre dans nos compétences de
former et accompagner les interprètes dans leur pratique et que nous sommes
subventionnés pour cette action.
L’ensemble des autres charges varie peu, certains postes tendant à s’alléger (télécom,
courrier, déplacements) et d’autres à s’alourdir (assurances, services bancaires, taxes). Rien
que de normal en fin de compte.
Encore et toujours, le FER (Fonds Européen pour les Réfugiés) géré pour la France par le
Service de l’asile du Ministère de l’Intérieur, nous oblige à provisionner une perte sur
subventions 2009 et 2010 qui atteint 92 500 €.
Pas d’investissements cette année, à l’exception de la finalisation du site internet.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
4
La trésorerie
Osiris est en voie de passer expert dans l’art d’optimiser le minuscule !
Néanmoins, nous avons eu un peu moins de frayeur en 2012. Un compte épargne a même
été ouvert.
A ce jour, nous sommes toujours en attente d’une réponse du Ministère de l’Intérieur,
Service de l’asile, concernant le paiement des soldes des subventions du Fonds Européen
pour les Réfugiés depuis 2008 soit cinq exercices de retard.
Objectifs 2013
Pour 2013, le budget prévisionnel sera de 300 000 €.
Nous poursuivons les démarches pour faire reconnaître notre activité par le secteur santé.
Des contacts sont en cours avec la Caisse Primaire d’Assurance Maladie des Bouches-duRhône.
Dans le but d’augmenter nos recettes et de transmettre nos compétences spécifiques, un
programme de formation est en cours de finalisation. Plusieurs modules thématiques seront
proposés aux professionnels désireux de faire valoir leur droit à perfectionnement, après la
rentrée d’octobre 2013 et nous espérons un bon succès, plus sûrement en 2014.
L’urgence d’une installation dans de plus vastes locaux est prégnante. De bonnes pistes,
tant du point de vue de la surface que du coût, sont actuellement explorées avec de belles
chances d’aboutir.
Tout ceci n’entame pas le moral de l’équipe : thérapeutes, interprètes et administratifs ont à
cœur d’améliorer les conditions d’exercice de leurs fonctions respectives, pour répondre au
mieux à l’exigeante demande des patients.
Affectation du résultat
Le résultat pourrait être inscrit en report à nouveau pour la totalité des 1 857 €.
Eliane Amiot, Trésorière.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
5
COMPTE DE RESULTAT 2012
PRODUITS D'EXPLOITATION
PRESTATIONS
2 250
SUBVENTIONS
320 315
CUCS
5 000
CONSEIL GENERAL BOUCHES DU RHÔNE
16 000
CONSEIL REGIONAL PROVENCE ALPES CÔTE D'AZUR
33 000
VILLE DE MARSEILLE
1 500
PREFECTURE BOUCHES DU RHONE
40 000
GRSP/PRAPS
50 000
DRJSCS
14 000
ONU UNFVT
17 034
FONDS EUROPEEN POUR LES REFUGIES
90 000
MEDECINS DU MONDE
34 000
DONATEURS PARTICULIERS
19 781
DONS
1 785
COTISATIONS
440
AUTRES PRODUITS DE GESTION COURANTE
REPRISE PROV. PR RISQUES ET CHARGES
TOTAL PRODUITS DE FONCTIONNEMENT
4 256
21 000
350 045
CHARGES DE FONCTIONNEMENT
AUTRES ACHATS ET CHARGES EXTERNES
IMPÔTS, TAXES ET VERSEMENTS ASSIMILÉS
REMUNÉRATION DU PERSONNEL
71 632
5 217
122 250
CHARGES SOCIALES
DOTATION AUX
AMORTISSEMENTS
51 198
5 891
DOTATION AUX PROVISIONS
98 500
AUTRES CHARGES
TOTAL CHARGES DE FONCTIONNEMENT
RÉSULTAT COURANT NON FINANCIER
RÉSULTAT FINANCIER (PRODUITS NETS/CESSIONS DE VMP)
RÉSULTAT COURANT AVANT IMPÔTS
PRODUITS EXCEPTIONNELS
CHARGES EXCEPTIONNELLES
157
354 845
- 4 800
65
- 4 735
1 421
373
RÉSULTAT EXCEPTIONNEL
1 398
REPORT DES RESSOURCES NON UTILISEES DES EXERC. ANT..
6 000
TOTAL DES PRODUITS
357 531
TOTAL DES CHARGES
355 218
RÉSULTAT
2 313
CONTRIBUTIONS EN NATURE - PRODUITS
BÉNÉVOLAT
4 191
4 191
CONTRIBUTIONS EN NATURE - CHARGES
4 191
PERSONNEL BÉNÉVOLE
4 191
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
6
LE CENTRE DE SOIN
__________________________________________________
Osiris est un centre de soin d’orientation psychanalytique dont l’objectif thérapeutique est de
soigner les personnes victimes de torture et de répression politique, dans une approche
globale et humaine, afin de les accompagner vers un mieux-être.
Les traumatismes intentionnels exercent des effets sur la santé des patients qui sont pris en
compte dans le dispositif de soin.
Les patients sont pris en charge par une équipe pluridisciplinaire qui comprend psychiatre,
psychologue clinicien, psychologue social, psychothérapeute, kinésithérapeute et interprète.
Elle est formée à la spécificité du traumatisme psychique et est sensible au contexte dans
lequel les patients évoluent.
Osiris effectue un travail en réseau avec des partenaires du champ social, juridique, médical
etc., dans le respect de l’intérêt des patients, des règles de confidentialité et de déontologie.
Les échanges entre les partenaires contribuent à la création d’un environnement sécurisant,
d’une enveloppe protectrice permettant la reconstruction du patient.
Les suivis peuvent être individuels, de couple, de famille, mère/enfant ou de groupe.
Le centre accueille les patients indépendamment de leur statut administratif et le temps
nécessaire aux soins.
LES PATIENTS
__________________________________________________________
Quelques éléments sur leur situation…
Osiris accueille des personnes victimes de torture et de répression politique. Il s’agit
d’hommes, de femmes, d’adolescents et d’enfants, seuls ou en famille, ayant subi des
violences intentionnelles, qui ont entraîné des traumatismes graves.
Aux événements traumatiques endurés dans le pays d’origine s’ajoutent de multiples
difficultés liées à l’exil :
- Voyage réalisé dans des conditions dangereuses et éprouvantes ;
- Perte de l’identité familiale, professionnelle et sociale ;
- Bouleversement brutal des repères culturels et affectifs ;
- Contraintes sociales et juridiques fortes ;
- Découverte d’un nouvel environnement et souvent d’une nouvelle langue.
Les symptômes, les plus fréquents, sont :
- Tristesse, fatigue, nostalgie.
- Troubles du sommeil, cauchemars, réveils en sursaut, insomnies.
- Isolement et besoin de s’isoler, irritabilité, nervosité, agressivité, auto
tentatives de suicide, pleurs, méfiance.
- Troubles de la mémoire, troubles de la concentration, impossibilité
céphalées.
- Hallucinations visuelles, auditives, tactiles, cénesthésiques, auxquelles
n’adhérent pas.
- Problèmes psychosomatiques : hypertension artérielle, douleurs
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
agressivité,
de penser,
les patients
diffuses et
7
-
changeantes, vertiges, nausées, chutes, toux nerveuses, eczéma, tremblements.
Troubles respiratoires, ulcères gastriques.
Sursaut, frayeur, peurs incontrôlées et sans objet, sentiment d’écrasement.
Changement de personnalité (sentiment de ne plus être le « même »), se sentir
diminué, se dévaloriser, ne plus pouvoir envisager l’avenir, honte, culpabilité d’être
survivant.
Quelques données quantitatives…
La file active est de 120 patients dont 51 femmes et 69 hommes (42,5% - 57,5%).
27 nationalités sont représentées ; les plus fréquentes sont : kosovare, russe,
serbe, afghane, arménienne et nigériane.
Les groupes d’appartenance les plus représentés sont : albanais, tchétchène, rom,
arménien, kurde de Turquie et Mongole.
Toutes les tranches d’âge sont représentées ; à noter que le nombre de personnes
de moins de 20 ans est en augmentation (39% des patients), 50% des patients ont
moins de 31 ans.
RÉPARTITION DES PATIENTS PAR GENRE ET PAR PAYS D’ORIGINE
Féminin
Masculin
Total
%
Nb.
51
69
120
100
Afghanistan
Arménie
0
8
8
7
3
5
8
7
Kosovo
17
12
29
24
Nigéria
Russe
1
5
6
5
1
Serbie
7
6
13
11
Autres
16
27
43
35
7
6
13
11
RÉPARTITION DES PATIENTS PAR GENRE ET PAR GROUPE D'APPARTENANCE
2
Féminin
Masculin
Total
%
Nb.
51
69
120
100
Albanais
19
14
33
27
Arménien
3
4
7
6
Kurde
1
2
3
2,5
Mongole
3
4
7
6
Rom Tchétchène Palestinien
7
3
1
4
7
3
11
10
4
9
8
3
RÉPARTITION DES PATIENTS PAR GENRE ET TRANCHE D'ÂGE
Moins de 20
De 21 à 30
De 31 à 40
De 41 à 50
Nb.
ans
ans
ans
ans
Féminin
51
11
10
17
8
Masculin
69
28
12
15
10
Total
120
39
22
32
18
%
100
32,5
18
27
15
De 51 à 60
ans
3
3
6
5
NR ou
Aucun
14
31
45
38,5
Plus de
60 ans
2
1
3
2,5
1
Albanie, Algérie, Chine, Côte d’Ivoire, Daghestan, Géorgie, Guinée Co., Iran, Lettonie, Libéria, Mongolie, Monténégro, Népal,
Pakistan, Palestine, RDC, Somalie, Syrie, Turquie.
2
Non renseigné
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
8
L’EQUIPE
__________________________________________________________
L’équipe est composée de :
- Une psychologue sociale (coordinatrice/accueillante)
- Un directeur/psychothérapeute
- Deux psychologues cliniciennes
- Un psychiatre
- Un kinésithérapeute
- Une douzaine d’interprètes réguliers dont une interprète en charge également de la
saisie des données.
Le temps de présence de l’équipe correspond à 4,2 ETP (Equivalent Temps Plein).
L’association salarie directement certains interprètes mais la plupart ont le statut d’autoentrepreneur. Cette année une vingtaine d’interprètes sont intervenus dans les suivis
thérapeutiques, en langue tchétchène, albanaise, russe, arménienne, turque, mongole,
arabe, anglais, serbo-croate, romani, soussou, pachtou, dari, sorani et perse.
Arlette Forestier, psychothérapeute bénévole depuis 2009, a quitté l’équipe de soin.
Le remplacement de Julia Masson, coordinatrice/accueillante, par Annette Kolmodin, a pris
fin en août.
La supervision institutionnelle, mise en place depuis fin 2008, s’est poursuivie.
L’association, qui bénéficie d’un avis favorable de la DRASS dans le cadre de la gestion
d’une pharmacie, se dote en médicaments en fonction des besoins auprès de Pharmacie
Humanitaire Internationale (PHI).
Nous sommes régulièrement sollicités par des demandes de stage mais, faute de locaux
adaptés nous ne pouvons pas accueillir des stagiaires dans des conditions favorables.
Quelques données quantitatives…
- Le nombre de consultations est de 1 132 ce qui correspond à une durée
thérapeutique de 1 145 heures.
- Le nombre de consultations est légèrement en baisse par rapport aux années
précédentes.
- La file active est de 120 patients soit 67 patients en suivi individuel, 4 en couple et
49 en famille.
- Le centre de soin a pris en charge 60 nouveaux patients et a reçu 49 nouvelles
demandes de consultation.
- A noter que 31 demandes sont restées en attente au 31/12/2012 faute de place.
- 64% des entretiens sont des consultations psychothérapeutiques, 23% des
consultations psychiatriques, 10 % des séances de kinésithérapie et 3% des
entretiens d’accueil.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
9
RÉPARTITION DES ENTRETIENS PAR DISCIPLINE (détail)
3
Entretiens Entretiens
Durée
Nb.
%
entretiens
Accueillante
31
3
28
Kinésithérapeute
117
10
70
Psychiatre
260
23
143
Psychologues
724
64
720
Total
1 132
100
961
Durée
moyenne
entretiens
1
0,60
0,55
1
0,79
Nb.
présents
54
122
260
884
1 320
Durée
thérapeutique
49
73
143
880
1 145
REPARTITION DES SUIVIS ET DES PATIENTS PAR TYPE
Nb. patients
Individuel
67
Couple
4
Famille
49
Total
120
EVOLUTION DE L’ACTIVITE SUR SIX ANNEES
Année :
RV pris
RV effectués
File active
Nationalités
% F/H
2012
1520
1132 (74,4%)
120 (dont 13 familles)
27
42,5 / 57,5 %
2011
1587
1181 (74,4%)
144 (dont 15 familles)
20
40 / 60 %
2010
1738
1216 (70%)
149 (dont 16 familles)
21
37 / 63 %
2009
1655
1119 (67,7%)
160 (dont 14 familles)
25
44 / 56 %
2008
1626
1148 (70%)
152 (dont 11 familles)
24
40 / 60 %
2007
1425
970 (68%)
145 (dont 9 familles)
27
44 / 56 %
2006
1012
738 (72%)
107 (dont 7 familles)
25
41 / 59 %
2005
432
312 (72%)
30
14
33 / 66 %
La diminution de la file active et du nombre de rendez-vous effectués s’expliquent par :
- L’arrêt de la vacation de psychothérapie assurée par Arlette Forestier.
- Les difficultés rencontrées pour contacter les patients après un délai d’attente
important. En 2012, ce délai a atteint deux ans. Ceci a entrainé un manque de
fluidité dans la gestion des demandes en attente et dans l’accueil des nouveaux
patients.
Le nombre d’entretiens « annulé » ou « non venu » s’explique par :
- Les résistances des patients au suivi thérapeutique.
- Les conséquences du traumatisme sur les patients (perte de mémoire, maladies
somatique, etc.).
- Les contraintes liées aux déplacements : durée, coût, risques de contrôle policier
durant le trajet.
- La multiplicité des démarches auxquelles les patients sont soumis.
3
Les durées indiquées sont en heure.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
10
ACCUEIL
_________________________________________________________________________
La notion d’accueil est utilisée dans un sens global comprenant l’accueil des patients dans
les locaux, mais également les liens de l’association avec l’environnement extérieur, plus
particulièrement avec les partenaires référents.
L’accueil est pensé comme un espace permettant le lien entre l’intérieur (le centre de soin) et
l’extérieur (contexte dans lequel évolue le patient relayé le plus souvent par les partenaires
référents). L’accueil joue un rôle d’interface, d’espace intermédiaire.
L’accueil des patients
Il se matérialise autour d’un entretien d’accueil systématique qui sera la première rencontre
entre le(s) patient(s) et l’institution Osiris. Les entretiens peuvent être individuel, de couple
ou de famille. L’entretien d’accueil a pour vocation de favoriser :
- La reconnaissance, la spécificité de la souffrance du patient.
- L’émergence d’un lien de confiance.
- La construction d’un sentiment de sécurité de base.
- Le travail autour de la demande de consultation.
- La réflexion autour du type de prise en charge.
- La création d’un espace intermédiaire.
Le lien avec les partenaires
Face à la complexité et à l’intrication des problèmes que rencontrent les exilés victimes de
répression politique, le centre Osiris s’inscrit dans une approche globale du soin notamment
par un travail en réseau avec les partenaires locaux.
Les échanges entre les partenaires doivent favoriser la construction d’un environnement
rassurant pour le patient. La mise en lien des partenaires autour du patient participe ainsi à
la création d’une enveloppe protectrice bénéfique pour sa reconstruction.
Les liens avec les partenaires se matérialisent autour de l’orientation et du suivi des patients.
L’orientation des patients
Elle est réalisée par l’intermédiaire d’un référent d’une structure d’accompagnement social,
juridique ou d’hébergement qui travaille la demande de soin avec le patient. Cette modalité
présente l’avantage de s’inscrire, dès l’orientation, dans un travail de complémentarité avec
les partenaires. La fiche de demande de consultation concrétise la démarche.
Le suivi des patients
Il permet l’échange d’informations, dans le respect du secret professionnel, entre les
différents intervenants et le patient. Il se fait soit de manière informelle (par contacts
téléphoniques réguliers) soit au cours de réunions de synthèse pour les cas les plus
complexes. L’objectif est d’assurer au patient un accompagnement contenant, cohérent et
partagé avec l’ensemble de ses interlocuteurs.
Quelques données quantitatives…
-
31 entretiens d’accueil réalisés pour 60 personnes.
Durée total des entretiens réalisée : 28 heures.
Réception de 49 nouvelles demandes de consultation.
36 demandes ont été classées « sans suite ».
10 réunions de suivi de patients réalisées.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
11
PSYCHOTHERAPIE
_________________________________________________________________________
Osiris propose des psychothérapies, individuelles, de couple, mère/enfant ou de famille,
d’orientation psychanalytique. Les suivis individuels sont hebdomadaires et les suivis de
couple et de famille ont lieu tous les quinze jours. Les entretiens durent entre 45 minutes et
une heure. Cette périodicité peut être aménagée dans certains cas, en fonction du contrat
thérapeutique et des contraintes de distance (transport et coût).
La durée d’une prise en charge est très variable selon les situations, de quelques séances à
plusieurs mois, parfois plusieurs années. Cela dépend des avancées de la démarche
thérapeutique, et des possibilités du patient à élaborer les éléments de son vécu. La
situation administrative et sociale du patient interfère également avec le travail
thérapeutique.
La majorité des consultations se déroule avec des interprètes, qui de fait, participent
pleinement au processus thérapeutique.
Il en ressort que les psychothérapies sont considérées comme des dispositifs groupaux avec
au minimum trois personnes (patient/thérapeute/interprète) et plus, s’il s’agit d’une
consultation familiale.
L’objectif général des suivis est la prise en charge de la souffrance psychique.
L’aménagement du dispositif et les techniques utilisées sont fonction du couple thérapeute /
interprète et de la demande du patient, en lien avec ses plaintes.
Nous sommes particulièrement sensibles aux effets du traumatisme dans la prise en charge,
et insistons sur la nécessité des post séances4. Le thérapeute et l’interprète peuvent y mettre
en commun leurs ressentis vis-à-vis de la séance. Les enjeux transférentiels sont ainsi mis
au travail afin de permettre une prise en charge efficiente.
Le traitement de la réalité sociale
Un aspect important dans la thérapie des personnes traumatisées concerne le problème que
pose le traitement de la « réalité sociale » dans le cadre des consultations. Nous
connaissons les effets de l’environnement sur l’état de santé du patient : un rejet de
l’OFPRA, de la Cour Nationale du Droit d’Asile (CNDA), la perte d’un hébergement,
l’absence de ressources, etc. Ces difficultés émergent constamment, à des degrés divers, en
situation thérapeutique et peuvent s’avérer extrêmement compliquées à traiter.
Il s’agit pour le thérapeute d’évaluer à quel niveau certaines demandes exprimées par le
patient doivent être traitées : au niveau de la consultation, de l’institution ou du partenaire
(l’environnement extérieur).
Ces questions soulignent une difficulté et une spécificité de la prise en charge
psychothérapeutique de patients exilés. Elles montrent l’importance à articuler constamment
différents niveaux d’intervention dans et hors l’institution, pour assurer au patient une
meilleure cohérence dans un environnement particulièrement angoissant. Et ainsi préserver
un espace thérapeutique qui ne soit pas trop contaminé par les attaques du réel.
Le soutien thérapeutique aux familles
Nos partenaires repèrent souvent les symptômes ou dysfonctionnements qui témoignent
d’une souffrance familiale traumatique. Cela les conduit à nous adresser l’ensemble de la
famille pour une reprise dans un dispositif thérapeutique groupal spécifique qui facilite la
contenance, le repérage puis l’élaboration des différentes manifestations du traumatisme.
4
Post séance : Temps d’échange et de réflexion après une consultation entre thérapeutes et interprètes.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
12
Les événements traumatiques vécus par les familles que nous recevons, ne peuvent ni être
représentés, ni pensés. Ils se diffractent en éléments psychiques bruts, non assimilés, ils
attaquent les processus de liaison du groupe familial. Toute la famille est contaminée par la
violence du traumatisme.
De plus les enfants sont particulièrement perméables à l’angoisse de leurs parents, quand ils
n’ont pas eux-mêmes vécu directement des événements traumatisants.
Nous proposons aux familles un soutien thérapeutique à raison d’un entretien tous les
quinze jours. Nous recevons les familles à deux co-thérapeutes et, pour les non
francophones, un interprète. Le groupe ainsi formé matérialise l’altérité (diversité d’origine,
de génération, de genre…) et favorise le portage culturel.
Le groupe constitué, thérapeutes/interprète/famille, est un lieu d’écoute et d’échanges, un
espace psychique commun partageable ayant des qualités de contenance et d’étayage
suffisants pour une reprise du travail de liaison, de figuration, de représentation d’un matériel
psychique autrement destructeur.
Le groupe thérapeutique permet la reprise d’un travail de transformation des conséquences
des évènements traumatiques, pour qu’ensuite chacun puisse se remettre dans un travail de
réappropriation, d’individuation.
Le groupe thérapeutique
Osiris souhaite proposer une alternative aux dispositifs déjà présents pour les patients
présentant des difficultés de verbalisation dans la situation de consultation classique
(patient/thérapeute/interprète). Certains patients, victimes de violence intentionnelle,
pourront déposer plus facilement les éléments douloureux de leurs vécus au sein d’un
groupe. L’utilisation d’objets médiateurs (dessin, sculpture, expression corporelle) favorisera
l’expression du vécu.
Des réunions de travail, une journée de formation au groupe pour les interprètes et la
constitution d’un premier groupe de patients ont été organisées cette année en vue du
lancement de l’activité en janvier 2013.
Quelques données quantitatives…
-
724 consultations psychothérapeutiques réalisées ce qui correspond à 64% des
consultations à Osiris.
Durée total des consultations réalisées : 720 heures
15 suivis en couple ou en famille : 53 patients
PSYCHIATRIE
_________________________________________________________________________
L’état de santé des patients nécessite parfois un bilan psychiatrique qui peut conduire à un
suivi avec recours à un traitement médicamenteux.
Les pathologies
Les pathologies dépressives restent globalement les plus fréquentes. Elles sont liées aux
traumatismes subis. L’anxiété accompagne quasi systématiquement le vécu dépressif, de
même que les troubles du sommeil.
A ces troubles dépressifs, sont aussi associés des troubles de la personnalité qui
s’expriment par des passages à l’acte agressif. Le sentiment d’insécurité est fréquent, il se
traduit par des somatisations, des plaintes hypocondriaques, ou encore par un sentiment de
persécution. Il s’agit parfois de symptômes psychotiques mais sans structure psychotique
sous-jacente.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
13
Chez de nombreux patients, l’atteinte narcissique est profonde, réduisant les ressources
personnelles pour affronter les conditions d’accueil très dures, en particulier celles de la
demande d’asile.
L’état dépressif est fréquemment compliqué d’une anxiété massive devant les situations
administratives et sociales défavorables (procédures complexes, interminables ou trop
rapides, rejet de la demande d’asile, familles expulsées des Centres d’Accueil des
Demandeurs d’Asile, grande précarité).
Les personnes craignant pour leur vie, le refus du retour au pays d’origine est quasi
constant.
L’accompagnement des patients
Le travail du psychiatre étant d’intervenir au plan symptomatique, diagnostique et
thérapeutique, il participe à la résolution des situations globales. Dans ce cadre, les
attestations et certificats qui peuvent aider les patients sont utiles. Cependant, cela vient
amoindrir le travail psychique des patients, travail d’élaboration psychique sur leur condition
de sujet. La détresse dans laquelle se trouvent les patients génère une relation où leur
fragilité conduit nos actions à les protéger ; une relation de dépendance réciproque
fonctionne alors, réduisant la possibilité de faire émerger le sens de ce qui se passe.
Néanmoins, la participation à la consolidation des situations sociales auprès des
intervenants sociaux et des avocats est justifiée pour assister et soutenir ces demandeurs
d'asile dont la situation est très précaire.
Le traitement
Les consultations psychiatriques sont presque toujours assorties de prescriptions
médicamenteuses, sous forme d’antidépresseurs, d’anxiolytiques, d’hypnotiques,
quelquefois de produits antipsychotiques. Du fait de l’espacement contraint des consultations
lié au nombre important de demandes de consultation, le suivi des effets de ces
prescriptions n’est pas aussi soutenu que souhaitable. Durant cette année, le recours à notre
pharmacie, constituée grâce à Pharmacie Humanitaire Internationale, a concerné 7
ordonnances, la plupart des patients pouvant bénéficier de la CMU ou de l’AME.
Quelques données quantitatives…
-
260 consultations psychiatriques réalisées ce qui représente 23% des consultations à
Osiris.
Durée totale de consultation réalisée : 143 heures.
Fourniture directe de médicaments : 6 patients concernés pour 10 ordonnances.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
14
KINESITHERAPIE
_________________________________________________________________________
Après l’entretien d’accueil et suite à la réunion de l’équipe, une prise en charge en
kinésithérapie peut être décidée visant à proposer aux patients un espace de soin physique.
Son but principal est la réhabilitation du toucher et du langage du corps. Cette prise en
charge peut être individuelle, de couple ou de famille, avec ou sans interprète.
La présence de l’interprète est importante lors des consultations, elle sert à définir
précisément les plaintes et permet au patient d’exprimer son ressenti. Mais cette présence
n’est pas systématique afin que l’intimité de l’espace de soin puisse être préservée.
Lors des séances, l’abord est prudent, les gestes mesurés et l’écoute permanente.
La santé physique, mentale et sociale est discutée en réunion d’équipe hebdomadaire pour
garder le plus de contenance possible.
Les techniques de soins
Elles sont diverses :
- Le massage permet la réhabilitation du toucher.
- La rééducation restaure le mouvement.
- L’ostéopathie libère les tensions et les articulations.
- La respiration dirigée et la relaxation assurent une gestion du stress.
- L’énergétique chinoise harmonise le corps et l’esprit.
Toutes ces techniques favorisent non seulement la récupération d’une identité corporelle
morcelée par les traumatismes extrêmes, mais visent aussi à réduire les effets néfastes des
séquelles de tortures.
Le tableau ci-dessous indique le type de séquelles physiques ainsi que leur fréquence sur 23
patients suivis en 2012.
FREQUENCE DES SEQUELLES PHYSIQUES
Types de séquelles
Cicatrices
Système ostéo-articulaire
Cervicalgies5
Dorsalgies
Lombalgies
Gonalgies
Lésions poignets/mains
Lésions épaules
Lésions chevilles/pieds
Anciennes fractures
Lésions musculaires
Névralgies
Pathologies viscérales et gynécologiques
Nombre
3
16
12
14
4
2
5
6
2
3
10
3
Cette année, les séquelles au niveau de la colonne vertébrale ont pratiquement doublé et la
plupart du temps sont associées à des névralgies. En revanche, les traces corporelles ont
diminué de 20 %. Aux plaintes somatiques, s’ajoutent des séquelles psychologiques
invalidantes.
5
Associées à des maux de tête et des migraines.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
15
Quelques données quantitatives…
-
117 consultations réalisées ce qui représente 10% des consultations à Osiris.
Durée de consultation réalisée : 70 heures.
INTERPRETARIAT
_________________________________________________________________________
La nécessité d’un recours à un interprétariat spécialisé est à mettre directement en relation
avec le public accueilli et l’activité de soin. L’interprétariat dans les dispositifs proposés par
Osiris est essentiel.
Bien sur l’interprète permet le passage entre deux langues, entre deux cultures, mais il
facilite également l’alliance thérapeutique. Sa position de co-intervenant avec le thérapeute
est déterminante, elle participe du processus thérapeutique.
A Osiris, 85% des consultations se tiennent en présence d’un interprète.
Dix-huit langues sont représentées : albanais, anglais, arabe, arménien, dari, hindi, kurmanji,
lingala, mongole, pachtou, perse, romani, russe, serbo-croate, sorani, soussou, tchétchène
et turc.
En 2012, en totalité, seize interprètes sont intervenus dans les consultations dont une
douzaine de façon régulière : 5 sont salariés par Osiris, 2 dépendent d’Inter-Service-Migrants
Méditerranée et 9 sont auto-entrepreneurs.
Si dans l’ensemble l’équipe des interprètes est stable, nous en avons néanmoins accueilli
cette année cinq nouveaux.
POLE D’INTERPRETARIAT SPECIALISE DANS LE SOIN
La place et la fonction spécifiques des interprètes dans le soin demandent une expérience
de ce type d’entretien, mais surtout la nécessité de leur formation et de leur
accompagnement.
Pour répondre à ces besoins, le pôle, coordonné par Gaëlle Bouquin-Sagot, s’appuie sur un
programme regroupant différents axes.
Ce programme a pour objectif de :
Renforcer la place et le statut des interprètes dans l’association.
Favoriser la collaboration entre interprètes et thérapeutes.
Sensibiliser les interprètes à la prise en charge thérapeutique des victimes de torture.
Soutenir la réflexion des interprètes sur leur pratique.
Les rencontres du Pôle Interprétariat
Ces rencontres permettent à la fois des apports de connaissance et des échanges afin de
mettre au travail dans le groupe la fonction de l’interprète dans le travail thérapeutique et la
prise en charge du traumatisme. Cette année, les réflexions se sont tournées vers la
dimension transculturelle du soin et les prises en charges familiales.
Ces rencontres ont été complétées en 2012 par deux journées de travail :
- une journée de sensibilisation à la dynamique de groupe, en vue de la mise en place
du groupe thérapeutique.
- Une journée de travail réunissant les interprètes et les thérapeutes autour du
traumatisme et de ses effets dans la pratique thérapeutique.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
16
Le groupe d’analyse des pratiques
Le travail entamé fin 2011 par l’équipe d’interprètes avec Vanessa Ballan, psychologue
clinicienne de l’association Novae, s’est poursuivi cette année. Ce temps d’écoute et
d’élaboration de leur expérience clinique, régulé par une psychologue extérieure à l’équipe
thérapeutique, est important pour soutenir les interprètes dans leur fonction de cointervenant dans le soin.
Une fois par mois, les interprètes peuvent partager en analyse des pratiques des situations
particulièrement difficiles, travailler la posture de l’interprète en entretien ou les difficultés
d’accordage avec le thérapeute.
Ces temps de travail, de sensibilisation à l’analyse des pratiques, renforcent chez les
interprètes le sentiment d’appartenance à une équipe.
Pour que cette dynamique rassemble toute l’équipe de soin, les échanges
interprètes/thérapeutes se sont développés.
Les échanges entre interprètes et thérapeutes
Les temps de « post séance », échanges dans le prolongement des entretiens, sont des
temps importants pour les soignants, ils permettent une reprise des différents éléments de la
consultation et d’ajuster l’accordage entre thérapeute et interprète.
Lorsqu’il y a nécessité, des temps spécifiques de travail sont programmés, en dehors des
consultations, à l’initiative du thérapeute ou de l’interprète.
Les interprètes sont invités à participer aux réunions d’équipe le mercredi en fonction de leur
disponibilité. Par ailleurs des présentations cliniques ont été programmées deux fois par
mois lors de cette réunion : l’interprète et les thérapeutes concernés préparent ensemble
cette présentation.
Les interprètes sont parfois aussi conviés aux réunions de synthèse avec l’ensemble des
intervenants en lien avec un patient.
Participation des interprètes à des interventions, journées, formations, colloques...
Tout au long de l’année, des interprètes ont pu assister et intervenir lors de différentes
rencontres, évènements :
- Participation au groupe de travail inter associatif sur la mise en place d’un référentiel
de compétence de l’interprète médical et social organisé par Migration Santé Alsace.
- Intervention, à La Rochelle, lors de rencontres organisées par Awel dans le cadre du
réseau Réséda sur le thème : « L’interprète, co-intervenant dans le dispositif de
soin»6.
- Participation à la Conférence nationale organisée par Migration Santé Alsace sur le
thème : « L’interprétariat médical et social professionnel ».
Quelques données quantitatives…
6
Le centre de soins réalise plus de 85% de ses entretiens avec interprète.
1 074 heures d’interprétariat sur l’année plus environ 275 heures payées de formation
dans le cadre du pôle d’interprétariat spécialisé dans le soin.
Une quinzaine d’interprètes est intervenue cette année dont une douzaine de manière
régulière.
18 langues représentées.
6 rencontres du pôle dans le cadre de la sensibilisation (15h00)
7 rencontres du groupe d’analyse des pratiques (14h00).
En annexe.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
17
-
Organisation d’une journée de sensibilisation à la dynamique groupale (6h00).
Organisation d’une journée rassemblant les thérapeutes et les interprètes. Cette journée
a été animée par deux intervenants extérieurs (6h00).
NOMBRE D'HEURES DE TRADUCTION
Heures
Entretien effectué
Entretien annulé
Patient non venu
Total
820
140
114
1 074
LES PARTENAIRES
__________________________________________________
Face à la complexité et à l’intrication des difficultés que rencontrent les exilés victimes de
répression politique, le centre Osiris s’inscrit dans une approche globale du soin notamment
par un travail en réseau avec les partenaires locaux.
Le lien avec les partenaires
Il concerne :
L’orientation des patients
Elle est réalisée par l’intermédiaire d’un référent d’une structure d’accompagnement social,
juridique ou d’hébergement. Cette modalité de prise en charge nécessite l’organisation de
rencontres régulières avec les institutions concernées afin de garantir un meilleur repérage
du champ d’intervention d’Osiris.
Le suivi des patients
Il permet l’échange d’informations, dans le respect du secret professionnel, entre les
différents intervenants en relation avec le patient. Il se fait soit de manière informelle soit au
cours de réunions de synthèse. L’objectif est d’assurer au patient un accompagnement qui
soit à la fois contenant, cohérent et partagé par l’ensemble de ses interlocuteurs.
Rencontres autour de thématiques spécifiques
Elles permettent aux professionnels concernés d’échanger et de partager leurs expériences
en lien avec le soin et l’accueil des exilés.
Rencontres organisées avec les structures partenaires
Osiris a rencontré :
-
L’Association du Service Social de Sauvegarde de l'Enfance, de l'Adolescence et des
Jeunes Adultes des Bouches-du-Rhône (ASSSEA 13).
Le pôle de médiation ethnoclinique de l’ASSSEA 13.
L’association La Caravelle.
La Maison d’Enfance à Caractère Sociale J.B. Fouque.
L’Observatoire Régional des Urgences.
La Direction Méditerranéenne de l’Enfance et de la famille (DIMEF).
Le Comède (Marseille).
La consultation pédiatrique « Enfant environnement » - Hôpital Nord.
La Plateforme d’Accès aux Soins pour les Adolescents en Rupture (PASAR).
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
18
Quelques données quantitatives…
-
-
Les patients sont orientés en grande majorité par les CADA : 57% des orientations.
Les associations d’accompagnement social et juridique représentent 18% des
orientations, les centres de soins 15% et les Maisons d’Enfance à Caractère Social
(MECS) 10%.
10 réunions de suivi ont été organisées7.
REPARTITION DES DOSSIERS PAR ORIENTEUR
Structures
SARA
ADOMA Commanderie
MECS
Plate Forme Asile
ADRIM CADA
Médecins du Monde
AAJT
Cimade
Logisol
France Terre d’Asile Toulon
Hospitalité pour les Femmes
8
Autres
Total
Nb dossiers
12
10
8
8
6
5
5
4
3
3
2
17
83
Réseaux – Commissions – Rencontres
L’association est adhérente à la Fédération Nationale des Associations d’Accueil et de
Réinsertion Sociale (FNARS) ainsi que de l’Union Régionale Interfédérale des Organismes
Privés Sanitaires et Sociaux (URIOPSS).
Osiris est membre de :
- La commission « Accueil des étrangers » animée par la FNARS,
- Du comité décisionnel de la Plate-Forme Asile,
- Du réseau RÉSÉDA,
- Du réseau européen des centres de soins de réhabilitation des victimes de torture.
L’association a présenté son travail à l’Institut Méditerranéen de Formation (IMF) ainsi
qu’auprès d’étudiants intéressés par cette problématique.
Osiris est également intervenue pour présenter son action auprès de membres de l’Action
des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture (ACAT).
7
Médecins du Monde, réseau « chambre en ville », Maison d’Enfance à Caractère Sociale de Vallence et J.B.
Fouque, la Plate Forme Asile, l’Association pour la Réadaption Sociale, l’Association d’Aide aux Jeunes
Travailleurs, le service des Procédures Urgence Enfance, l’hôpital Sainte Marguerite.
8
ADOMA Martigues, Au seul Problème, CAMSP Salon-de-Provence, Centre Jane Pannier, CRF Nîmes, ESJ
Imaje Santé, Habitat Pluriel, Hospitalité pour les femmes, La Caravelle, Médecin généraliste/hôpital, Médecins
Sans Frontière, Permanence CG 13, SIOPI Nîmes.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
19
DELAI D’ATTENTE
__________________________________________________
Depuis 2008, l’association doit faire face à un nombre important de consultations qui a
entraîné la mise en place d’une liste d’attente et l’augmentation des délais correspondants
avant le début de la prise en charge.
Le nombre de demandes de consultation et leur provenance géographique sont des
indications sur les besoins en matière de soins pour les exilés victimes de torture et de
répression politique dans la région Sud-Est.
Comment expliquer l’augmentation du délai d’attente ?
Il est à mettre en lien avec plusieurs éléments :
- L’insuffisance des centres de soins spécialisés. Osiris, seul centre de soins spécialisé
de la région sud-est, accueille des patients de villes de plus en plus éloignées9.
- Un meilleur repérage de l’association par les partenaires qui orientent des patients.
- Une réponse en matière de soin adaptée aux besoins du public.
- Des freins importants pour orienter ce public vers d’autres lieux de soin (absence
d’interprètes, méconnaissance des problématiques liées à l’exil et aux traumatismes
intentionnels, insuffisance du travail en réseau, saturation des dispositifs).
Quelques données quantitatives…
Nombre de demandes de
consultation
Nombre de demandes de
consultation en attente au 31/12
Nombre de demandes classées
sans suite au 31/12
Délai d’attente
2008
94
2009
120
2010
85
2011
32
2012
49
30
50
94
57
31
NR
11
14
47
3510
NR11
6 mois
9 à 14 mois 13 à 17 mois 15 à 22 mois
Nous observons que :
- Le délai d’attente avant un premier rendez-vous ne cesse d’augmenter depuis 2009.
A noter cependant que le délai d’attente a augmenté de janvier à juillet : de 16 mois à
22 mois pour redescendre à 10 mois en décembre.
- Le nombre de demandes de consultation a augmenté par rapport à 2011.
- Le nombre de demandes classées sans suite reste important. Ceci est à mettre en
lien avec l’augmentation du délai d’attente (changement de coordonnées, demande
qui n’est plus d’actualité, départ de la région, autre prise en charge).
A noter que les demandes des mineurs isolés étrangers ne sont pas soumises au délai
d’attente. Les partenaires peuvent également interpeler l’équipe d’Osiris sur des situations
spécifiques afin qu’elles soient traitées en priorité.
9
Nîmes, Alès, Digne-les-Bains, Manosque, Toulon, Miramas, Martigues et Avignon.
Dans 16 cas, la personne ne souhaite plus de suivi,
Dans 11 cas, la personne n’est plus joignable,
Dans 3 cas, la personne est suivie dans une autre structure,
Dans 4 cas, la personne est retournée dans le pays d’origine,
Dans 1 cas, la personé n’a pas de ressource pour se déplacer (Nîmes).
11
NR : Non Renseigné
10
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
20
Le problème des délais d’attente à Osiris et plus généralement les difficultés d’accès aux
soins pour les victimes de traumatismes intentionnels sont considérés par le Conseil
d’administration comme une préoccupation essentielle qui influe sur le projet de
l’association.
Quelles réponses de l’association ?
Les moyens d’action sont restreints du fait des conditions budgétaires.
Cependant, l’association a poursuivi son soutien aux actions suivantes :

Le soutien à des initiatives d’accueil et de consultation psychologique :
- Dans les Alpes-de-Haute-Provence, poursuite de la convention entre le CADA
ADOMA, l’association ATFPAS12 et Osiris pour la mise en place d’une
consultation réservée aux demandeurs d’asile.
- A Marseille, ALOTRA et Osiris ont passé une convention pour le maintien d’une
permanence de suivi psychothérapeutique au sein du CADA.
- A Marseille, ADOMA et Osiris ont passé une convention pour le maintien d’un
accueil psychologique au sein du CADA.

La promotion de la question de l’accès aux soins pour les victimes de traumatismes
intentionnels :
- Organisation de la présentation du Livre Blanc « Soigner les victimes de torture
exilés en France » par Eléonore Morel, directrice du Centre Primo Levi13.
Les solutions à plus long terme impliquent obligatoirement un soutien financier de l’Europe,
de l’État et des collectivités territoriales.
12
13
Association de Thérapie Familiale Psychanalytique des Alpes-du-Sud.
Cf. page 29.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
21
PARTENARIAT : ACCUEIL ET CONSULTATION
PSYCHOLOGIQUE
__________________________________________________
PERMANENCE D’ACCUEIL PSYCHOLOGIQUE AU CADA ADOMA
(MARSEILLE)
__________________________________________________________
Depuis 2008, dans le cadre d’une convention entre le CADA Adoma Commanderie et
l’association Osiris, une permanence psychologique d’une demi journée par semaine est
assurée par Gaëlle Bouquin-Sagot, psychologue salariée d’Osiris.
Ce temps d’accueil et d’écoute a été pensé pour permettre :
- Repérer et évaluer la souffrance psychique,
- Alerter l’équipe du CADA de situations préoccupantes,
- Proposer à l’équipe du CADA et/ou au demandeur d’asile une orientation vers une
structure de soin adaptée,
- Offrir un soutien psychologique ponctuel pour les personnes en souffrance.
Les orientations internes vers la permanence psychologique
Un entretien de présentation de la permanence psychologique avec la psychologue est
proposé systématiquement aux nouveaux résidents, dans les premières semaines suivant
l’entrée au CADA.
Certaines personnes sont orientées directement quand elles en ont fait la demande ou
lorsque l’intervenant social a repéré une souffrance particulière.
Certaines personnes reviennent pour une série d’entretiens de soutien, puis doivent être
orientées vers l’extérieur si besoin.
En 2012, la fréquentation de la permanence a légèrement diminué. Cette baisse est a priori
en lien avec les éléments suivants :
- Les changements de personnel au sein de l’équipe du CADA.
- La baisse du nombre d’entrées au CADA.
- L’accélération de la procédure de demande d’asile (les personnes arrivent au
moment du recours, restent moins longtemps au CADA et investissent moins le
soin).
- La gestion par les intervenants sociaux d’un quota d’heures d’interprétariat qui a
peut-être freiné les orientations.
Les entretiens
La majorité des entretiens se tiennent en présence d’interprètes. Si cette permanence
s’articule avec l’accompagnement proposé par le CADA, psychologue et interprètes sont
soumis au secret professionnel. L’écoute et le soutien psychologique proposés devraient
être dégagés des enjeux sociaux, mais les difficultés liées au rejet de la demande d’asile et
la nécessite de quitter l’hébergement envahissent régulièrement les entretiens.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
22
Les orientations vers les structures de soins
Dans les objectifs initiaux de la permanence psychologique, les entretiens au sein du CADA
devaient faciliter une orientation vers une prise en charge psychothérapeutique, en travaillant
les premiers freins.
Après quelques entretiens de soutien, il a été proposé à certaines personnes une orientation
vers une structure de soins : 5 vers Osiris, 4 vers le CMP de secteur (dont 2 « double
orientation » CMP + Osiris), 3 vers un psychiatre - psychothérapeute en libéral et 2 vers une
association spécialisée.
Difficultés récurrentes :
- Le manque d’accès à l’interprétariat dans le secteur public notamment pour une prise
en charge psychothérapeutique.
- Les orientations vers Osiris restent problématiques du fait du long délai d’attente.
Liens avec les consultations psychiatriques du secteur
Les centres médico-psychologiques du secteur reçoivent plus de patients qu’auparavant. Ils
font intervenir des interprètes principalement pour les suivis psychiatriques. Les suivis
psychologiques restent rares en particulier pour les non francophones.
Les liens avec l’équipe mobile ont été développés et ont abouti à des interventions au sein
du CADA ainsi qu’à des participations aux commissions « psychiatrie précarité ».
Liens avec l’équipe du CADA
De manière générale, même si la permanence d’accueil psychologique reste importante pour
l’équipe du CADA, nous notons une diminution de la dynamique autour de ce projet. Les
deux réunions institutionnelles avec l’ensemble de l’équipe se sont tenues afin de faire le
point régulièrement sur le fonctionnement de la permanence psychologique.
Bilan et perspectives
L’objectif de la permanence « d’accueil psychologique et d’orientation » est difficile à
atteindre compte tenu des freins à l’accès aux soins du public dans le service public et des
délais d’attente à Osiris. De fait, la psychologue a été amenée à réaliser des suivis de
soutien psychologique au sein de la permanence pour certains patients.
De plus, l’appartenance à Osiris place l’intervenante dans une posture complexe. Elle est à
la fois en position de partenaire qui oriente vers Osiris tout en étant membre de l’équipe
Osiris et identifiée comme telle par les patients et l’équipe du CADA. Traiter les demandes
de consultation émanant de la permanence de façon prioritaire n’était pas envisageable par
rapport aux autres partenaires et non justifié sur le plan du soin.
Compte tenu de cette difficulté et du constat d’une baisse du dynamisme de la permanence,
il est apparu nécessaire de repenser le projet et de faire intervenir une personne extérieure à
l’association pour la poursuite du projet. Après 4 ans de collaboration, la convention a pris fin
en octobre 2012. Osiris s’est proposée de faire le lien entre le CADA et un nouvel
intervenant potentiel.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
23
Quelques données quantitatives...
-
Nombre d’orientations : 24
Nombre d’entretiens de présentation : 14
Nombre de permanences réalisées : 34
Nombre de rendez-vous pris : 67
Nombre de rendez-vous réalisés : 46
Type de consultation : 20 individuelles, 4 familiales ou conjugales.
Sur l’ensemble des orientations, divers pays d’origine sont représentés : Arménie,
Russie, Algérie, RDC, Guinée, Iran, Côte d’Ivoire, Kosovo, Mongolie, Nigeria
Pakistan, Afghanistan, Serbie et Ethiopie.
PERMANENCE DE SUIVI PSYCHOTHERAPEUTIQUE AU CADA
ALOTRA (MARSEILLE)
__________________________________________________________
Fin 2010, le CADA ALOTRA et Osiris ont passé une convention pour accompagner le travail
réalisé dans le cadre d’une permanence de suivi psychologique. Elle est assurée par un
psychologue bénévole, François Desplechin, rattaché à l’association à raison d’une aprèsmidi par semaine. La permanence est assurée dans les locaux du CADA.
Les entretiens
Il s’agit de proposer un espace de soutien dans l’attente de la réponse de la demande
d’asile. Les questions du voyage et de ses conditions sont abordées, le passé, les
événements traumatiques ayant entraîné l’exil, ou encore la question de l’adaptation au pays
d’accueil. La parole y est bien sûr libre, et l’objectif est avant tout de soutenir la personne
dans sa parole subjective et dans son discours. Les suivis s’inscrivent dans le long terme et
sont qualifiables de « psychothérapeutique ».
Lien avec l’équipe du CADA, orientation des patients
Les patients sont orientés par l’équipe du CADA, soit parce qu’ils en ont fait la demande, soit
à la suite d’un repérage d’un mal être par le travailleur social. Les personnes sont également
informées de la tenue de la permanence lors de la réunion de présentation du CADA. Une
réunion mensuelle, réunissant les travailleurs sociaux et le psychologue, permet de faire le
point sur le suivi des personnes.
Le CADA se charge de mettre à disposition les interprètes et de les rémunérer, ce qui
constitue une ressource fondamentale.
La question du suivi après le départ des patients du CADA
Les patients qui doivent quitter le CADA peuvent continuer à être reçus dans le cadre de la
permanence, s’ils en font la demande. Dans ce cas, les frais d’interprétariat sont pris en
charge par Osiris. Ces patients pourraient également être orientés vers d’autres dispositifs
dont Osiris.
Lien avec l’association Osiris
Des rencontres régulières sont réalisées avec des membres d’Osiris afin d’échanger sur le
dispositif ainsi que de mener une réflexion clinique. A noter également, une réunion annuelle
est réalisée avec l’ensemble des partenaires afin de faire le bilan de l’action.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
24
Quelques données quantitatives
Nombre de permanence réalisées : 38
Nombre d’entretiens effectués : 36
Nombre de patients concernés : 5
Nombre de réunions avec Osiris : 6
CONSULTATION PSYCHOLOGIQUE AVEC LE CADA ADOMA
(MANOSQUE)
__________________________________________________________
Depuis 2009, il existe une convention tripartite entre le CADA ADOMA des Alpes de Haute
Provence, l’ATFPAS14 et Osiris pour la mise en place d’une consultation psychologique à
Manosque. Cette consultation est assurée par quatre psychologues rémunérés par
l’ATFPAS avec à un financement du CADA et d’Osiris. Elle est assurée dans un cabinet de
consultation mis à disposition par un thérapeute.
Les entretiens
L’ATFPAS propose des suivis familiaux mais des orientations individuelles peuvent
également être effectuées. Les consultations mobilisent deux thérapeutes lorsqu’elles
concernent le travail psychothérapeutique familial et un seul lorsqu’il s’agit d’un travail
psychothérapeutique individuel. Elles sont d’une durée d’une heure.
Lien avec le CADA
L’orientation vers la consultation est effectuée par l’équipe du CADA ADOMA des Alpes de
Haute Provence, à la demande de la famille, de la personne ou sur proposition de l’équipe.
Des temps d’échanges entre les thérapeutes et les travailleurs sociaux sont prévus.
L’interprétariat
Les thérapies se déroulent en présence d’un interprète recruté sur le département ou issu du
pôle d’interprétariat de l’association Osiris. Un temps de travail de reprise et d’élaboration
entre thérapeutes et interprète est réalisé après chaque consultation.
Pérennisation du projet
Le financement du projet - assuré pour trois années par le CADA ADOMA - arrivant à son
terme, la question de la pérennisation du projet a été travaillée. L’association « Accueil Santé
04 » s’est montrée intéressée pour s’associer à ce partenariat. Une demande de
financement a été réalisée pour 2013 dans le cadre du PRAPS (Agence Régionale de
Santé).
Quelques données quantitatives…
Nombre de familles suivies : 5
Nombre d’entretiens familiaux réalisés : 27
14
ATFPAS : Association de Thérapie Familiale Psychanalytique des Alpes du Sud
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
25
LES CENTRES DE SOINS SPECIALISES
__________________________________________________
RESEAU RESEDA
__________________________________________________________
Réséda, réseau francophone de soin et d’accompagnement pour les exilés victimes de
torture et de violence politique, a été fondé en mars 2008. Il regroupe les associations
suivantes : Appartenances (Lausanne), Awel (La Rochelle), Mana (Bordeaux), Ulysse
(Bruxelles), Osiris (Marseille), Parole sans Frontière (Strasbourg), le Centre Primo Levi
(Paris) et la SARP (Alger). Cette année, le centre Essor de Forum Réfugiés (Lyon) a rejoint
le réseau.
RESEDA a pour objectifs :
- Le développement de l’offre de soins dédiée à ce public,
- Une réflexion clinique et des échanges de pratiques,
- Des actions de veille législative et réglementaire, de plaidoyer, de sensibilisation,
- La participation à des actions de lutte contre la torture et de dénonciation des
pratiques cruelles, inhumaines ou dégradantes dans les pays d’origine.
Osiris a participé à deux rencontres :
- Le 23 janvier sur le thème : « Approche psychocorporelle dans la clinique de l'exil et
de la migration».
- Le 2 avril : Présentation du centre de santé Essor de Forum Réfugiés (Lyon).
Au nom de RESEDA, l’association AWEL a organisé une conférence intitulée : « Quelle
place de l’interprète dans le soin proposé aux personnes exilées victimes de torture ? ». A
cette occasion, Osiris a fait une intervention sur le thème : « L’interprète, co-intervenant dans
le dispositif de soin ».
RENCONTRE – PLAIDOYER
__________________________________________________________
En janvier, Osiris participe à une réunion du comité de pilotage pour la réalisation du Livre
Blanc15 du Centre Primo Levi. Il s’agit d’évaluer les besoins en matière de santé en France
pour les victimes de la torture. Ce livre est un outil de lobbying auprès des décideurs français
et européens.
15
Cf. page 29.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
26
RESEAU EUROPEEN
__________________________________________________________
Le réseau européen des centres de réhabilitation des victimes de torture, créé en 2003,
regroupe une centaine de centres de soin européens spécialisés. Il se réunit une fois par an
dans une ville d’Europe. La rencontre annuelle en 2012 s’est déroulée à Chisinau
(Moldavie).
Malheureusement, Osiris n’a pas pu participer à cette rencontre pour des raisons
budgétaires.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
27
EVENEMENTS - INTERVENTIONS - FORMATIONS
__________________________________________________
INTERVENTIONS
__________________________________________________________
« Quelle place de l’interprète dans le soin proposé aux personnes exilées victimes de
torture » (La Rochelle)
Intervention de Anait Berbérian et de Lejda Ismaili à la conférence organisée par Awel dans
le cadre de RESEDA : Titre de la communication : « L’interprète, co-interprète dans le
dispositif de soin16 ».
SEMINAIRES
__________________________________________________________
SEMINAIRE SUR LA CLINIQUE DU TRAUMATISME
__________________________________________________________________________
Fin 2011, Osiris a lancé un séminaire sur la clinique du traumatisme. Il réunit l’équipe
d’Osiris ainsi que des professionnels de la santé mentale concernés par cette problématique.
Ce séminaire est l’occasion de penser à plusieurs la clinique du traumatisme, ses spécificités
et ses modalités de prise en charge.
Plus spécifiquement, il permet de :
- Partager des expériences, des vécus et des compétences de professionnels
intervenant dans le champ du traumatisme.
- Acquérir des connaissances spécifiques et développer des outils cliniques pour
penser le traumatisme.
- Constituer une revue de littérature spécialisée et partager des références communes.
- Développer un langage commun pour ensuite confronter des idées.
- Acquérir des outils cliniques pertinents dans ce domaine.
Le séminaire donne lieu à une rencontre mensuelle de septembre à juin. En 2012/2013, le
thème est : « Traumatisme et institution »17.
SEMINAIRE D’ETHNOPSYCHANALYSE
__________________________________________________________________________
De janvier à juin, Osiris, a financé le séminaire sur le thème : « L’écoute de la famille en
situation transculturelle ». Il est animé par Marion Géry, représentante de l’Association
Internationale d’EthnoPsychanalyse (AIEP). Il est mensuel et regroupe une vingtaine de
participants.
En septembre, la sixième édition de ce séminaire a repris sans la participation d’Osiris.
Désormais, l’A.I.E.P. en assure seule le portage administratif et financier.
16
17
En annexe.
Programme en annexe.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
28
FORMATION
_________________________________________________________________________
En décembre, animation de trois journées sur le thème « Exil, soin et traumatisme » dans le
cadre des formations proposées par la FNARS PACA Corse.
RENCONTRE – DEBAT – CONFERENCE
_________________________________________________________________________
Festival international du film des droits de l’Homme en Provence (Salon-de-Provence)
En janvier, Osiris s’est associé au Secours Catholique, Amnesty international, la Ligue de
Défense des Droits de l’Homme et la Cimade pour organiser et animer la troisième édition de
ce festival dans la région. Les membres de l’équipe sont intervenus pour commenter des
films auprès d’élèves d’établissements scolaires et animer des débats publics.
« Est-il possible de traiter les traumatismes collectifs ? » (Aix-en-Provence)
En février, Osiris a organisé, en partenariat avec l’Association de Développement de la
Thérapie Familiale Analytique (ADTFA) et l’association Clinique des Objets de Relation
(COR) à l’Hôpital Montperrin, une conférence sur les traumatismes collectifs avec les points
de vue des psychanalystes Janine Puget, membre fondateur de l’Association de Psychologie
et de Psychothérapie de Groupe argentine et de René Kaës Professeur émérite,
Psychanalyste.
Présentation du Livre Blanc : « Soigner les victimes de torture exilées en France»
(Marseille)
En septembre, Osiris a invité Eléonore Morel, directrice du Centre Primo Levi à venir
présenter le Livre Blanc. Ce rapport présente les difficultés d’accès aux soins pour les
victimes de torture en France ainsi que des recommandations. Cette rencontre a rassemblé
une cinquantaine de participants. A cette occasion, Osiris a diffusé le compte rendu de la
Journée d’Etude Régionale organisée en septembre 2011 sur le thème « Exil, traumatisme
et soin ». Ce document apporte des éléments de contexte et de réflexion sur le soin pour les
exilés victimes de torture en région Provence-Alpes-Côte-D’azur
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
29
PROJET ASSOCIATIF
__________________________________________________
Le travail engagé sur le projet associatif en 2011 a été poursuivi, afin de clarifier les principes
d’intervention, préciser le projet politique, déterminer les orientations prioritaires et établir
une stratégie d’action à moyen terme pour Osiris, en posant la question des moyens et des
limites de l’association.
En 2012, un groupe de rédaction a été constitué. Il s’est réuni à sept reprises afin de réaliser
une synthèse de l’ensemble des précédentes rencontres. Le projet associatif sera présenté
en vue de son adoption lors de l’Assemblée Générale de 2013.
RESSOURCES HUMAINES
__________________________________________________
Le directeur, en lien avec le Conseil d’Administration a entamé un travail sur la gestion du
personnel. Il a notamment donné lieu a divers rencontres afin d’établir des fiches de postes
actualisées de chaque fonction, une grille des salaires et de préciser les conditions
générales salariales.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
30
COMMUNICATION - DOCUMENTATION
__________________________________________________
Lancement du site internet - www.centre.osiris.org
En mai, Osiris a mis en ligne son site internet. Il s’adresse à tous ceux qui s’intéressent au
soin des personnes victimes de torture et de répression politique et plus largement à la
situation des exilés.
En créant ce site, l’objectif est double :
- D’une part, proposer une information concernant les problématiques de soin liées au
traumatisme.
- D’autre part, permettre de suivre l’évolution de l’association Osiris à travers son projet.
Ce site est conçu comme un lieu d’exposition et d’expression témoin du développement
d’Osiris. Il constitue le principal outil de communication. Il évolue avec le temps. Les
rubriques sont régulièrement actualisées et enrichies.
Le graphisme du site est aussi simple que possible, avec une ergonomie favorisant la
visibilité comme la navigation.
Durant le mois de décembre, Osiris a diffusé le film d’animation de Serge Avédikian :
« Chienne d’histoire », Palme d'Or du court métrage au Festival de Cannes 2010. Ce film
d'animation inspiré d'un fait historique réel se déroule à Constantinople en 1910.
Nombre de connections de mai à décembre 2012 : 1 622.
Nombre de pages visitées : 4 059.
La bibliothèque d’Osiris
Depuis six ans, Osiris construit une base documentaire, régulièrement augmentée,
réunissant des informations relatives aux traumatismes intentionnels. Elle comprend
aujourd’hui 230 ouvrages et une vingtaine de DVD.
C’est une source de références multiples : fictions, reportages, récits, témoignages, études
et recherches. Les supports collectés sont principalement des livres y compris des livres
pour la jeunesse, des livres d’art et des bandes dessinées, mais aussi des articles et des
revues ainsi que des vidéos.
Cette base de données n’a pas vocation à l’exhaustivité, elle indique parmi les nombreuses
sources bibliographiques et multimédia existantes, celles sur lesquelles nous nous appuyons
au fil de nos recherches, comme de nos rencontres, pour développer notre pensée sur les
problèmes inhérents ou procédant du projet d’Osiris.
La base documentaire est consultable sur le site internet de l’association.
Elle est financée sur le budget de fonctionnement de l’association à hauteur d’environ 1 000
euros annuels.
Film court
Réalisation par Fabrizio Deldongo d’un film court : « L comme Lien » avec Janine Puget,
psychanalyste, membre fondateur de l’Association de Psychologie et de Psychothérapie de
Groupe argentine.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
31
Publication - Emission
« Du deux au trois : la place de l’interprète dans le soin » de Anna Sinabalyan et de Mélanie
Maurin est paru dans le Courrier de l’ACAT à l’occasion d’un dossier spécial : « Torture :
Quels soins pour les victimes ? »18, juin - juillet 2012 #314.
Réalisation d’une émission de radio par Alain Renon, journaliste à Radio France
Internationale sur Osiris. L’émission est téléchargeable grâce au lien suivant :
http://www.rfi.fr/emission/20121011-victimes-tortures-exiles-france-devenir-visibles-etresoignes
Edition et diffusion de 200 exemplaires du compte-rendu de la Journée d’Etude Régionale
organisée en septembre 2011 en partenariat avec la FNARS sur le thème « Exil,
traumatisme et soin »19.
18
19
En annexe.
Document téléchargeable sur le site : www.centreosiris.org
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
32
PERSPECTIVES 2013
__________________________________________________
En 2013, l’association poursuivra son activité et développera les axes suivants :
Mise en place de groupes thérapeutiques
En 2011 et 2012, l’association a élaboré un projet de groupe thérapeutique qui débutera en
janvier 2013. Osiris souhaite proposer une alternative aux dispositifs déjà présents pour les
patients présentant des difficultés de verbalisation dans la situation de consultation en face à
face. Certains patients, victimes de violences intentionnelles, pourront déposer plus
facilement les éléments douloureux de leurs vécus au sein d’un groupe. L’utilisation d’objets
médiateurs (dessin, sculpture, expression corporelle) favorisera cette expression.
Les groupes seront animés par deux psychologues et deux interprètes, sur un rythme
hebdomadaire.
Réflexion sur les thérapies corporelles
Osiris souhaite développer une réflexion sur la thérapie corporelle auprès de personnes
victimes de torture et de répression politique, c’est-à-dire présentant des traumatismes
psychiques et corporels importants. L’objet sera de proposer et de décrire un dispositif de
soin avec les outils d’intervention appropriés. Une attention particulière sera apportée à la
place de l’interprétariat dans les consultations et à l’articulation avec les professionnels
d’autres disciplines thérapeutiques.
Cerise Bustarret, kinésithérapeute, effectuera un stage de six mois à Osiris afin développer
cette réflexion sur la base de son expérience clinique, des échanges avec l’équipe de soins
et des recherches documentaires.
Rédaction du projet thérapeutique
En 2013, l’équipe de soin poursuivra les réunions engagées en 2012, dans l’objectif de
finaliser le nouveau projet thérapeutique. Ce document a pour objet de décrire les modalités
de soin proposées par le centre Osiris. Il doit permettre l’identification du champ théorique et
pratique partagé par l’équipe. Le projet thérapeutique est conçu à partir de l’expérience
acquise depuis la création de l’association en 1999, des travaux réalisés sur le sujet et des
échanges avec d’autres centres spécialisés dans le soin aux victimes de torture et de
répression politique.
Le document sera présenté lors de l’Assemblée Générale de 2013.
Développement de l’offre de formation
Dès sa création, l’association a inclus dans son objet statutaire la recherche sur la prise en
charge des traumatismes induits par l’homme, la capitalisation et la transmission de son
expérience, tant par une formation, que par une information appropriées.
Osiris souhaite développer l’offre de formation en proposant différents modules sur des
thématiques en lien avec sa pratique. L’association Osiris propose également des groupes
d’analyse des pratiques, de régulation et de supervision. Un catalogue de formation sera
rédigé et diffusé.
Approbation du projet associatif
Ce projet associatif est le premier dans l'histoire d'Osiris. Dès 2011, le Conseil
d'administration et l’équipe ont ressenti le besoin d'expliciter les bases associatives
communes et d’engager une réflexion sur son développement. L’élaboration du projet
associatif, fruit d’un travail collectif, s’inscrit dans une démarche, participative basée sur le
volontariat. Une série de thèmes ont été définis : l'histoire et les valeurs de l'association, le
soin, le partenariat, le témoignage et le plaidoyer, la vie associative et le développement
d’Osiris.
Le projet associatif sera finalisé et présenté lors de l’Assemblée Générale de 2013.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
33
Phase opérationnelle dans la recherche de locaux
Depuis 2005, l’association est hébergée dans les locaux de Médecins du Monde. Le
développement de l’activité et de l’équipe entraîne des nouveaux besoins qui nécessitent la
recherche d’un nouveau lieu. L’association a effectué diverses démarches auprès des
institutions afin d’obtenir leur soutien. Ces démarches n’aboutissant pas, l’association
cherchera, en 2013, une location afin de pouvoir changer de locaux prochainement.
Réflexion sur les ressources humaines
Le Directeur, soutenu par le Conseil d’Administration, poursuivra une réflexion sur les
besoins en ressources humaines de l’association. Il s’attachera à actualiser les conditions
de travail dans le respect des droits des salariés.
Financements
La reconduction voire l’augmentation, des financements des collectivités locales et
territoriales20 ainsi que la recherche de nouvelles sources de financement seront effectuées
dans la perspective du développement du projet Osiris. Des démarches auprès de la Caisse
Primaire d’Assurance Maladie, du Conseil Général des Bouches-du-Rhône, de l’Agence
Régionale de Santé et de fondations seront plus spécifiquement travaillées.
20
Fonds Européen pour les Réfugiés, ONU OHCHR, Ministère de la santé, DDASS, Conseil Régional PACA, Conseil général
des Bouches du Rhône, Ville de Marseille, CUCS.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
34
CONTACTS
__________________________________________________
CONSEIL D’ADMINISTRATION
__________________________________________________________
Bernard GRANJON
Sophie BEAU
Charlotte MONIMART
Reem MANSOUR
Eliane AMIOT
Françoise HEMY
Xavier CARRARD
Président - Médecin retraité
Vice Présidente - Consultante
Vice Présidente - Infirmière
Secrétaire - Médecin
Trésorier - Directeur financier
Retraitée de la fonction publique territoriale
Médecin retraité
MEMBRES ADHERENTS
__________________________________________________________
Paulette BOITARD
Thomas BOSETTI
Georgia COUFFIN-GUERIN
François DESPLECHIN
Arlette FORESTIER
Yves GRANDBESANCON
Farideh KABIRI
Firouz KABIRI
Elisa LARRAIN
Marie-France NEGREL
Raymond NEGREL
Bernard SAVIN
Hugo TIFFOU
Marie-Ange SILICANI
Ségolène De Villiers
Psychanalyste
Médecin psychiatre
Cadre infirmière
Psychologue
Psychothérapeute
Médecin généraliste
Secrétaire
Ingénieur
Enseignante
Infirmière psychiatrique retraité
Infirmière psychiatrique retraité
Psychologue clinicien
Chargé d’évaluation à Médecins du Monde
Médecin anesthésiste
Psychologue clinicienne
EQUIPE
__________________________________________________________
Abdul Wahab AMARKHAIL
Azat BASMACIYAN
Rajmonda BEKTESHI
Anaït BERBERAIN
Gaëlle BOUQUIN-SAGOT
Oksana BUTENKO
Fethan CELIKER
Interprète en pachtou et dari
Interprète en turc
Interprète en albanais
Interprète en russe et arménien
Psychologue clinicienne
Interprète en russe
Interprète en langue kurmandji
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
35
Ulziihishig DESSBERG
Hopiel EBIATSA
Bertrand GUÉRY
Ziba GUICHAREL
Lejda ISMAILI
Annette KOLMODIN
Julia MASSON
Mélanie MAURIN
Rima MOHAMED
Auguste OLIVE
Maya O’RIORDAN
Anna SINABALYAN
Khaled SLOUGHUI
Agnès SOUMAH
Ivana SULJAJMON
Luc WALLE
Interprète en mongol
Interprète en lingala
Directeur - psychothérapeute
Interprète en perse et sorani
Interprète en albanais
Accueillante - coordinatrice
Accueillante - coordinatrice
Psychologue clinicienne
Interprète en hindi et ourdou
Médecin psychiatre
Interprète en anglais
Interprète en russe et arménien
Interprète en arabe
Interprète en soussou
Interprète en serbo-croate et romani
Masseur-kinésithérapeute
La comptabilité est assurée par le Cabinet comptable SUD EXPERTS, Jean Jacques
FERIGOULE, directeur, Sarah GASTON, chef de mission et Virginie NAPPO, gestionnaire
de paies.
Le commissariat aux comptes est assuré par Philippe ARNAUD du cabinet AUDITEUR.
REMERCIEMENTS
__________________________________________________
Aux donateurs
L’association remercie les donateurs privés pour leur engagement et leur soutien. En 2012,
le montant total des donations est de 19 781 € pour une centaine de donateurs. Au-delà de
l’apport financier conséquent que cela représente, ce développement est également un
signe fort de mobilisation de la société civile et de l’intérêt porté aux problématiques de
respect des droits humains.
A l’ADTFA et à la FNARS
Osiris tient à remercier l’Association pour le Développement de la Thérapie Familiale
psychAnalytique (ADTFA) ainsi que la FNARS pour la mise à disposition régulière et
gracieuse de leurs locaux.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
36
ANNEXES
__________________________________________________
INTERVENTION D’ANAIT BERBERIAN ET DE LEJDA ISMAILI – COLLOQUE ORGANISE DANS
LE CADRE DE RESEDA.
COLLOQUE LA ROCHELLE 25 JUIN 2012
Quelle place pour l’interprète dans le soin proposé aux personnes exilées victimes de tortures?
« L’INTERPRETE, CO-INTERVENANT DANS LE DISPOSITIF DE SOIN »
I.
Introduction
L’association Osiris est un centre de soins spécialisé dans le soutien thérapeutique aux victimes de
torture et de répression politique. Son équipe pluridisciplinaire, composée d’accueillante,
psychologues, psychiatre, kinésithérapeute et interprètes, a pour objectif de soulager la souffrance
post-traumatique des patients dans ses différentes expressions, psychique et corporelle.
Créée il y a 13 ans, Osiris est la seule structure de ce type de la région PACA. Les patients reçus au
centre sont généralement orientés par les Centres d’Accueil de Demandeurs d’Asile et les
associations d’aide aux étrangers de la région.
La prise en charge proposée aux patients est de longue durée et elle peut-être individuelle, en couple
ou en famille ; elle est indépendante de la situation administrative.
Les patients reçus à Osiris sont de 20 nationalités différentes, les plus fréquentes sont : kosovare,
russe, arménienne, turque, afghane et nigériane. Recevoir un patient non francophone en thérapie
nécessite la présence d’un interprète. Ainsi, une douzaine d’interprètes interviennent de manière
régulière au sein de la structure. Actuellement, 15 langues sont représentées. Une partie d’entre eux
sont salariés de l’association, d’autres indépendants et certains rattachés à un service d’interprétariat.
II.
Particularité de l’interprétariat à Osiris
A Osiris, l’interprétariat fait partie intégrante du dispositif de soin. Plus de 90 % des consultations
se font avec interprètes, dont la majorité dans la langue souhaitée par le patient.
La décision prise par Osiris de pouvoir salarier directement les interprètes a contribué à renforcer
leur lien avec l’institution et à reconnaître l’importance de l’interprétariat.
L’interprète, au sein du centre Osiris, occupe une place importante. Il n’est pas simple traducteur
d’une parole mais participe pleinement au processus thérapeutique en étant un sujet partie
prenante de la relation qui se joue. De fait, l’interprète est considéré comme co-intervenant dans
le dispositif de soin et membre de l’équipe soignante. Pour arriver à l’emploi de ce terme, le lien
patient - thérapeute a dû être repensé afin de faire une place à l’interprète dans ce binôme
transformé en trinôme. Ainsi, le dispositif classique s’est vu modifié.
III.
Place et fonction de l’interprète dans le soin
Dès le premier entretien, une relation à trois se crée, donc particulière et singulière à chaque fois.
L’état du patient, ses doutes, son état émotionnel, sa confiance ou sa méfiance vont influer sur cette
relation. Il arrive souvent que le patient fasse confiance tout de suite à l’interprète, il peut être rassuré
par un compatriote, parce qu’on lui a recommandé ou par ses propres ressentis. Il arrive aussi qu’il se
pose des questions sur l’attitude, le comportement de l’interprète, son respect de la confidentialité,
son impartialité et son non jugement. Certains patients peuvent, au contraire, rechercher la partialité
de l’interprète afin de se sentir mieux compris, (exemple : « vous devez savoir, vous êtes du pays,
vous vous souvenez ? Elle sait mieux que moi » etc. dit le patient en s’adressant à l’interprète). Ils
s’identifient à l’interprète. Nous pouvons observer un mouvement d’identification qui parfois circule
comme un courant pendant l’entretien.
Dès le premier entretien, l’interprète favorise la communication et participe à la création du lien de
confiance ; tout en essayant d’évaluer la bonne distance vis-à-vis du patient, du thérapeute et en
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
37
gardant son impartialité. Puis les consultations se suivent et chaque relation est spécifique ; au fur et à
mesure patient, thérapeute et interprète s’ajustent. Les co-intervenants travaillent à définir la place de
chacun dans la prise en charge ; ce qui nécessite de spécifier la place de l’interprète dans les
entretiens mais aussi un accordage de la pratique clinique du thérapeute.
L’intervention de l’interprète nécessite transparence et précision mais aussi une adaptation à plusieurs
niveaux :
Une adaptation au niveau technique
L’interprète, en fonction de la façon dont le patient s’exprime, choisit le niveau de langage adapté pour
garantir une transmission fidèle des registres du patient ou du thérapeute de façon compréhensible,
en donnant priorité au sens et assurer ainsi le lien entre le patient et son thérapeute. Il s’adapte aussi
au rythme, aux émotions, à la façon de parler du patient, puisque ce dernier peut se mettre à faire des
phrases très longues ou très courtes, il peut s’exprimer de façon ambiguë ou pas claire, parfois par de
longs silences...
Une adaptation au niveau relationnel
Dans cette relation thérapeutique triangulaire, parfois des différences de références culturelles
peuvent apparaître et créer un vide de compréhension entre le thérapeute et le patient. Notre rôle est
d’essayer de combler ce vide, en donnant les clés culturelles, qui facilitent la compréhension. Elles
sont évidentes pour nous, mais ne le sont pas ni pour le thérapeute ni pour le patient. C’est en cela
aussi, que l’interprète peut être considéré comme un pont ou un facilitateur de relation thérapeutique.
Cet éclairage culturel peut se faire selon les prises en charge, durant l’entretien ou suite à l’entretien.
Si nous intervenons pendant la consultation, cela ne se fait qu’en accord avec le thérapeute de notre
place d’interprète. Cela demande à l’interprète de s’adapter aux thérapeutes, chaque thérapeute étant
particulier et ayant sa propre façon de travailler et chaque prise en charge étant différente. Cet
éclairage peut également être amené lors des post séances, que nous faisons après les
consultations. Ces temps d’échanges sont d’ailleurs très utiles et pour le binôme interprète /
thérapeute et pour les consultations ultérieures.
Une adaptation au niveau émotionnel
L’interprète s’adapte aussi émotionnellement durant la consultation. Certains patients sont tellement à
bout ou effondrés, qu’il peut arriver que certaines consultations soient très chargées : larmes,
agressivité, colère... Même s’il est touché, l’interprète ne se laisse pas submerger par les émotions du
patient, ce qui garantie une écoute sécurisante. Pour cela l’interprète fait un travail sur lui-même, sur
sa subjectivité, ses ressentis, essayant de trouver les réponses aux questions qui apparaissent suite à
ces différentes consultations et essayer de comprendre ses émotions, attitudes et pensées, qu’il a
eues pendant la consultation, d’analyser avec le thérapeute, tout en mettant en lien avec la
consultation et l’état du patient.
Par exemple : Depuis un certain temps je reçois avec une psychologue, une patiente en très grande
souffrance. J’ai pris conscience au bout d’un certain temps de mon attitude durant la consultation :
systématiquement, au bout de 30 minutes d’entretien, je n’arrivais plus à tenir en place, j’avais besoin
sans cesse de bouger et de changer de position. La psychologue l’avait remarquée de son côté, mais
nous avions des difficultés à mettre en place les post séances et à échanger sur nos vécus
transférentiels et inter transférentiels (en terme de psy !). Quand nous avons abordé ce sujet lors
d’une post-séance, nous avons pu associer ensemble sur le sens possible de mon ressenti et celui de
la psychologue. D’un point de vue personnel cette discussion était très intéressante. Au cours de la
consultation suivante j’ai essayé de surveiller mon attitude, lorsqu’ après 30 minutes, j’ai ressenti le
besoin de bouger, je me suis retenue et j’ai alors ressentit de très fortes douleurs sur mes deux pieds.
Durant la post-séance, nous avons fait des liens entre ma douleur physique, la souffrance psychique
de la patiente et des hypothèses sur ce qu’elle a subi.
Nous avons remarqué depuis ces échanges, une modification du contenu des entretiens et une
amorce du récit des évènements traumatiques.
Nous constatons que pour nous permettre d’avoir le recul nécessaire sur cette place d’Interprète cointervenant, le dispositif mis en place par le pôle d’interprétariat est très utile. Au fil du temps, cela
nous a permis de construire deux équipes (l’une de thérapeutes et d’interprètes et l’autre
d’interprètes) soudées à la fois de l’intérieur et entre elles.
Notre langage d’interprète ne cesse de s’enrichir au contact du langage des psy et nos compétences
en qualité de co-intervenants peuvent évoluer, en fonction de connaissances que nous acquerrons et
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
38
des formations que nous aurons l’opportunité de suivre.
IV.
Le pôle d’interprétariat dans le soin
En 2008, une réflexion sur la spécificité du travail thérapeutique avec interprète a émergé et s’est
accompagnée d’un projet de Pôle d’interprétariat spécialisé dans le soin à Osiris. Il est coordonné par
une psychologue en liaison avec l’équipe de soins.
A travers les activités du pôle interprétariat, l’association assure une sensibilisation et un soutien aux
interprètes et a contribué ainsi dans la constitution d’une équipe d’interprètes. Ce programme englobe
diverses activités, telles que : des rencontres mensuelles du pôle, un groupe d’analyses des
pratiques, la possibilité de participer aux réunions hebdomadaires d’équipe, aux présentations
cliniques organisées en binôme avec le thérapeute ainsi que des post-séance.
Les rencontres mensuelles du Pôle interprétariat sont des temps de sensibilisation à la prise en
charge thérapeutique à Osiris. Elles permettent des apports de connaissance et des échanges.
En parallèle avec ces rencontres, s’organisent mensuellement d’autres rencontres en groupe
d’analyse des pratiques supervisées par une psychologue clinicienne, extérieure à l’équipe
thérapeutique. Ces temps d’écoute nous permettent d’élaborer notre expérience clinique, de partager
des cas particulièrement difficiles (tout en respectant la confidentialité du patient), de travailler notre
posture d’interprète dans le soin ou les difficultés d’accordage avec le thérapeute.
Afin de favoriser l’accordage réciproque du binôme thérapeute interprète, il s’est avéré indispensable
de pratiquer des post-séance. Ces échanges entre le soignant et l’interprète permettent de repérer,
ajuster, affiner ce qui est en mouvement en thérapie.
En dehors de ces post-séances, lorsqu’il nous semble nécessaire d’autres temps de travail en binôme
sont prévus afin de préparer des présentations cliniques lors des réunions hebdomadaires d’équipe.
L’évolution du travail effectué dans le cadre du Pôle interprétariat a été marquée par l’élaboration l’an
dernier d’une charte de l’interprétariat spécialisé dans le soin à Osiris. Ce travail a été effectué en
plusieurs étapes, des temps de travail et de rédaction entre thérapeutes et interprètes ; pour s’achever
par la présentation et la validation au Conseil d’administration.
Par ailleurs, l’association a également souhaité favoriser l’implication des interprètes dans la vie
associative et dans les différents espaces d’échanges et de travail. Nous sommes invités à participer
aux Assemblées Générales, aux évènements organisés par l’association, à assister à différentes
rencontres ou manifestations. Mais aussi à prendre la parole comme intervenants : notre présence
aujourd’hui illustre bien la place réelle de l’interprète au sein d’Osiris !
Pour conclure, rappelons que ces différentes actions ont pour visée l’amélioration de l’offre de soin
proposée aux patients au centre Osiris. Elles contribuent également à la reconnaissance de la
spécificité de l’interprétariat et à son importance dans l’accès aux soins. Mais pour que le recours à
l’interprétariat dans le soin se développe, des formations spécifiques pour les interprètes sont
nécessaires ; assorties d’actions de sensibilisation en direction des acteurs de la santé.
Anait Berberian, interprète en russe et arménien Lejda Ismaili, interprète en albanais.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
39
Association de soutien thérapeutique aux victimes de torture et de répression politique
SEMINAIRE SUR LA CLINIQUE DU TRAUMATISME
TRAUMATISME ET INSTITUTION
(2012/2013)
OBJECTIFS
Objectif général
Penser à plusieurs la clinique du traumatisme, ses spécificités et ses modalités de prise en charge.
Objectifs opérationnels
- Partager des expériences, des vécus et des compétences de professionnels intervenant dans le
champ du traumatisme.
- Acquérir des connaissances spécifiques et développer des outils cliniques pour penser le
traumatisme.
- Constituer une revue de littérature spécialisée et partager des références communes.
- Développer un langage commun pour ensuite confronter des idées.
- Acquérir des outils cliniques pertinents dans ce domaine.
FONCTIONNEMENT
Avant chaque séance, des textes sont transmis à chaque participant. Chacun est invité à lire ces
articles (ou extraits d’ouvrages), et à en dégager des axes de questionnement qui pourront être
échangés dans le groupe du séminaire.
Ces textes serviront de supports aux échanges. Lorsqu’il n’y a pas d’intervenant extérieur, un
participant du groupe s’est engagé au préalable à présenter le texte : grandes lignes, et questions. Le
groupe se met ensuite au travail.
Certains textes et documents seront insérés dans le site internet d’Osiris ainsi que dans le « Mémo »
bulletin de liaison interne réservé aux adhérents.
Le séminaire s’appuie sur :
1 - L’étude de textes.
2 - L’étude de textes en présence de leurs auteurs*.
3 - Les références à nos pratiques professionnelles
* La venue d’intervenants extérieurs peut éventuellement nous amener à prolonger le séminaire par
une conférence ou une rencontre (COR/ADTFA…).
Bibliographie
Une bibliographie est accessible sur le site internet d’Osiris. De nouvelles références y sont
régulièrement insérées.
Une bibliographie téléchargeable est en cours de réalisation.
www.centreosiris.org rubrique documentation/bibliographie.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
40
PROGRAMME
Le programme est en cours de réalisation, il sera finalisé au cours de notre première rencontre le 15
octobre.
Calendrier/Programme des séminaires
Les séminaires se tiendront le mardi de 19h à 21h dans le local de l’ADTFA,
39 rue Paradis 13001 Marseille.
15/10/11
20/11/11
18/12/12
15/01/13
12/02/13
12/03/13
9/04/13
14/05/13
11/06/13
Mise en place du séminaire. Analyse du texte de René
Kaës « Réalité psychique et souffrance dans l’institution ».
Analyse du texte de René Kaës « Réalité psychique et
souffrance dans l’institution ». Coord. M. Maurin
« Présentation de l’activité au CADA » par S. Villiers, J.
Bartou.
A propos d’un extrait de « La Société contre l’Etat » Pierre
Clastres par T. Bosetti.
« Institution
et
traumatisme »
Jean-Pierre
Pinel
présentation G. Bouquin-Sagot.
« Variance des dispositifs » Luc Walle, kinésithérapeute.
« De la répétition traumatique à la mise en pensée : le
travail psychique des professionnels dans les institutions de
soin et de travail social » G. Gaillard, présentation A. Olive.
Les concepts d’ « agir, acting out, passage à l’acte … »
présentés par M. Maurin « Considérations sur les patients
traumatisés à Osiris » G. Bouquin-Sagot, B. Guéry, A.
Olive, M. Maurin.
Les concepts de « traumatisme, psychotraumatisme, état
de stress post-traumatique ... » présentés par S. Péchikoff.
« Du traumatisme dans un dispositif CADA ? » par A.
Delage..
« Traumatisme et institution » : bilan de l’année et
perspectives 2013/2014.
Séminaire n°1
Séminaire n°2
Séminaire n°3
Séminaire n°4
Séminaire n°5
Séminaire n°6
Séminaire n°7
Séminaire n°8
Séminaire n°9
INFORMATIONS PRATIQUES
Critères de participation
Le séminaire d’orientation psychanalytique s’adresse à des professionnels aux psychanalystes,
psychologues, psychothérapeutes, psychiatre et plus généralement aux thérapeutes concernés par
les problèmes que pose le soin des personnes traumatisées.
-
Ayant une pratique clinique ou d’accompagnement,
Disposant d’une formation complémentaire tournée vers la clinique du traumatisme,
Ayant des connaissances et/ou une expérience des problématiques liées à ce champ
(publications, travaux de recherche).
-
Conditions d’accès :
Les postulants qui ont fait acte de candidature seront reçus par deux membres du séminaire.
Acquitter la somme de 100 € de participation aux frais.
Adhésion obligatoire à Osiris : 20 €.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
41
COURRIER DE L’ACAT, JUIN - JUILLET 2012#314.
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
42
Rapport d’activités 2012 - Association Osiris
43

Documents pareils