Le PAI - Afpssu

Commentaires

Transcription

Le PAI - Afpssu
Le PAI
Comment faciliter l’accueil dans les collectivités
Presented by: Docteur Marie Claude Romano
Title: médecin conseiller technique honoraire
Date: 9 juin 2006
Pourquoi le PAI
•
•
•
•
C’est un Projet : donc se prépare avant
C’est un document d’accueil de l’enfant : donc définir ses
•
Individualisé donc propre à chacun avec une réponse
•
2
Établir un partenariat entre les parents, le médecin de la structure
d’accueil, l’équipe l’établissement et le médecin traitant.
les numéros d'urgence, les coordonnées du service hospitalier le
plus proche et une ordonnance qui détaille les médicaments à
donner.
Les dispositions proposées permettent aux enfants :
- de manger à la cantine avec un panier repas préparé par les
familles
- de prendre des médicaments par voie orale, inhalée
- de bénéficier d'aménagements spécifiques améliorant ses
conditions de vie
- de bénéficier de soins d'urgence.
besoins
particulière
L’esprit du nouveau PAI. Circulaire du 8
septembre 2003
•
•
•
•
•
•
3
Une circulaire n’est pas une loi : elle fait des
recommandations
Est interministérielle donc s’applique à tous y
compris aux collectivités locales
Elle doit être pensé en terme de besoins réels de
l'enfant et non en terme de procédure
administrative
Ce n'est ni un contrat ni un document juridique
Un modèle type pour allergies alimentaires a été
établi
Les paniers repas sont acceptés par le ministère de
l’agriculture
Ce qui est nouveau
4
Dans les écoles et établissements scolaires y
compris les garderies du matin et du soir et les
cantines
Dans les crèches, haltes-garderies, jardins
d'enfants. C’est le médecin attaché à
l'établissement qui donne son avis lors de
l'admission, après examen de l'enfant en présence
des parents.
Dans les centres de vacances et de loisirs sans
hébergement : Ces centres ne bénéficient pas d'un
personnel médical qualifié, mais des
recommandations ont été conçues et des mesures
sont envisagées pour faciliter l’accueil de ces
enfants
Mais
•
•
•
•
5
la scolarisation en maternelle reste
non obligatoire
La cantine reste un service rendu
Les centres de loisirs sont aussi un
service rendu
Toujours favoriser le dialogue et la
concertation
Modèle type pour allergie
•
•
•
•
6
Exemple de projet d’accueil individualisé
validé au niveau national et mis en ligne
http://www.afpssu.com/ rubrique asthme et
allergie
http://www.ascomeden.com/ rubrique
asthme et allergie
http://www.allergienet.com/ rubrique PAI
http://www.asmanet.com/ rubrique PAI
N° vert 0 800 19 20 21
Par qui ?
Fait à la demande des parents
Auprès du directeur ou chef d ’établissement
Établi avec le médecin de l ’éducation nationale
A partir des données du médecin traitant
adressées sous pli confidentiel au MEN qui doivent
préciser
les besoins spécifiques de l'élève
 signes d ’appel visibles de la maladie
 plan d ’action thérapeutique

7
Quand ?
Dès le mois de mai précédent la rentrée
Le médecin fait le bilan de santé de l’enfant et
définit ses besoins spécifiques
Contacter les services médicaux concernés (PMI et
Promotion de la santé)pour établir le PAI
Le jour de la rentrée, rencontrer le maître et les
personnels de cantine et leur remettre la trousse de
soins et le PAI
8
Le PAI comporte 3 volets
•
•
Un volet administratif
Un volet médical
–
–
•
Un volet comportant les besoins
spécifiques
–
–
–
–
9
Protocole de soins
Protocole d'urgence
–
Horaires aménagés
Aménagement des locaux
Repas, goûters
Arts plastiques
Classes de nature
Le volet administratif
Volet administratif
11
Le volet médical
Volet médical
•
•
•
Le protocole de soins
Le protocole d’urgence
Le régime alimentaire
La décision de révéler des informations médicales
couvertes par le secret professionnel appartient à la
famille qui demande la mise en place d’un projet
d’accueil individualisé
Les personnels sont eux-mêmes astreints au secret
professionnel et ne transmettent entre eux que les
informations nécessaires à la prise en charge de l’enfant
13
Le médecin qui suit l’enfant établit…
Protocole
de soins
Besoins
spécifiques
Régime
alimentaire
Envoyés sous pli confidentiel
au médecin EN
PAI établi à l’école avec l’infirmier(ère)
+ l’équipe éducative + les parents
14
Protocole
d’urgence
Transmis en
intégralité
avec le PAI
Le protocole de soins
• Etabli par le médecin qui suit l’enfant
• Est envoyé sous pli confidentiel ou remis aux
parents
• Précise le diagnostic
les allergènes en cause si allergie
signes d’appel visibles
plan d’action thérapeutique
résultats des tests pratiqués
• Précise l’administration des médicaments
(Nom, dose, heure, mode d’administration)
• Définit le contenu de la trousse d’urgence qui
doit toujours être en possession de l’enfant
15
Régime alimentaire
Mesures à prendre pour
• repas
• ateliers cuisines
• goûters
• anniversaires
Unicité
Responsable unique : la
famille
Prestation unique
Contenant unique
16
Paniers repas
Fournis par la famille
Identification
Étiquetage
des boites
réfrigération
Protocole d’urgence
établi par le médecin qui suit l’enfant
et joint au PAI dans son intégralité
Les signes d’appels
et symptômes visibles
en termes simplifiés
compréhensibles par tous
Les informations à fournir
au médecin d'urgence
Les mesures à prendre
dans l’attente des urgences
Injection :
avec le stylo auto injectable
Tout médicament prescrit dans ce cadre doit être en
possession de l’enfant en permanence
17
Modèle national de protocole d’urgence
18
Le protocole d’urgence
•
•
•
•
•
19
Doit être limité aux seules situations
d’urgence
Doit être clair, concis et facile à lire
Décrit en termes clair les signes
d’appel
Décrit les gestes à faire en attendant
les services d’urgence
Si une injection est prévue ce ne peut
être que le stylo auto-injectable
Protocole d’urgence limité à certaines
indications
Antécédents de choc anaphylactique
Antécédents de réactions allergiques sévères
Réactions allergiques qui s’aggravent
Asthme avec allergie alimentaire
Allergie à l’arachide
20
Stylo auto injectable ANAPEN
Autorisé par l’AFSSAPS. ATU cohorte
n° 178, Importation par allerbio
Prescription par médecin hospitalier,
Remboursé à 100%
Étude de pharmaco-vigilance
Monodose, 2 dosages : 0,15 et 0,30
Pas de conservation au réfrigérateur
21
Avis du conseil de l’Ordre des médecins
« Il nous apparaît évident, qu'à ces proches
évoqués dans le protocole doivent être
assimilés, dans le cadre d'une bonne
compréhension et d'une bonne mise en
pratique de la solidarité nationale, les
personnels de la communauté éducative ».
30 août 2000
22
Les besoins spécifiques
Les besoins spécifiques de l’élève
Restaurant scolaire (circulaire du 25 juin 2001)
–
–
–
repas normaux avec éviction simple
Paniers repas seuls autorisés
Régimes spécifiques garantis par le distributeur de restauration
Les goûters
–
–
–
Goûters habituels autorisés
Consommation des goûters habituels avec éviction simple
Aucune prise alimentaire autre que le goûter apporté par l’élève
Les activités d’arts plastiques
Une attention particulière doit être portée à la manipulation de
certains matériaux : fruits à coque, cacahuètes (arachide), pâtes à
modeler, pâte à sel, feutres
Autres aménagements à prévoir
24
Adaptation des horaires
Aménagement de l'éducation physique
Classe de découverte
Aménagements des locaux (moquettes, plantes coussins animaux)
Ne pas oublier
En cas de déplacement : séjours de nature ou
sorties
–
–
–
Informer les personnels de la structure d’accueil de
l’existence du PAI et l’appliquer
Prendre la trousse d’urgence avec le double de ce
document
Noter les numéros de téléphone d’urgence du lieu du
déplacement
En cas de changement de personnel
Faire suivre l’information de façon prioritaire
Pour les temps péri-scolaires et la restauration scolaire
25
Ces temps sont placés sous la responsabilité du maire ou d’associations : il est
important que leurs représentants soient associés à la rédaction du PAI
La trousse d’urgence
contient les médicaments prescrits par le
médecin qui suit l’enfant
- Indiquer l’endroit où elle est déposée
- Est fournie par les parents et doit contenir un
double du PAI
- Les parents fournissent les médicaments et doivent
veiller à les renouveler dès qu’ils sont périmés
26
- Les parents s’engagent à informer le médecin de la
structure d’accueil en cas de changement de la
prescription médicale
Attention au régime d’exclusion
Mesurer les conséquences psychologiques chez
l’enfant
Ne pas tomber
dans la peur
dans la rigidité
dans la culpabilisation
27
Que faire?
28
Que faire ?
29
Que faire ?
•
Urgences médicales
– 15
112
–
•
Premiers signes d’alertes
–
•
Manifestations respiratoires
–
•
Bronhodilatateurs
Aggravation des signes
–
30
Antihistaminique
ANAPEN
Repérer les signes avant coureurs
•
En cas de crise d’asthme aigue
–
–
–
•
En cas d’oedème de Quincke
–
L’enfant a les lèvres qui gonflent
Il s’asphyxie
–
Sensation de malaise + angoisse
–
Démangeaison
–
Pâleur
–
Sueurs
–
Pouls filant et rapide
–
Signes respiratoires, digestifs, rhinite, conjonctivite
–
Perte de connaissance rapide si collapsus
–
31
L’enfant se plaint de ne pouvoir respirer
Sifflements audibles
Changement de le coloration de la peau
Les gestes qui sauvent
•
•
L'équipe éducative pourra agir efficacement grâce au projet d'accueil
individualisé qui précise la conduite à tenir en cas de réaction sévère,
les numéros d'urgence, les coordonnées du service hospitalier le plus
proche et une ordonnance qui détaille les médicaments à donner.
Faire un projet d'accueil individualisé peut sauver la vie de votre
enfant
En cas de crise d’asthme aigue
–
–
–
•
En cas d’œdème de Quincke
–
–
32
Faire inhaler son bronchodilatateur
Si pas d’amélioration après 3 bouffées, appeler le 15 ou le
112
Si perte de connaissance faire injection ANAPEN avant
l’arrivée des secours
Faire une injection d’ANAPEN
Appeler les secours 112
le 15 
ou
Gérer la peur de l’enfant
•
•
•
•
•
33
Gérer sa propre peur
L’installer dans un endroit calme
Eviter l’attroupement
Être calme, rassurer l'enfant, lui tenir
la main...
lui laisser prendre la position qu'il
désire.
Information aux équipes
•
Formation du directeur
–
–
–
–
–
–
–

34
Motiver les membres de l’équipe
Développer une politique transparente sur la prise des médicaments
pendant les horaires scolaires. Définir un plan d'intervention adapté afin
que les enfants puissent prendre les médicaments dont ils ont besoin.
Elaborer un plan de suivi de votre programme.
Donner au personnel la possibilité de se former sur l'asthme et l'allergie
en organisant des formations internes.:Connaître les signes précurseur de
la crise d'asthme.
Mettre en place un Centre de Ressources sur l‘allergie
Programmer les transformations de bâtiments, de revêtements de sols,
de nettoyage pour éviter d'exposer les enfants aux poussières, agents
irritants, fumées.
Encourager et soutenir les efforts de communication avec les
parentsÉduquer les enfants dès le plus jeune âge : problèmes des
aliments interdits, goûters, ateliers cuisine
information aux personnels des écoles et établissements scolaires sur
ce qu’est l’allergie, les raisons pour lesquelles certains aliments
doivent être exclus, et pourquoi le choc anaphylactique est une
urgence. Les signes d’appels clairement identifiés doivent leur être
précisés et expliqués.
Information - éducation


35
Éduquer les enfants dès le plus jeune âge :
problèmes des aliments interdits, goûters,
ateliers cuisine
information aux personnels des structures
d’accueil sur ce qu’est l’allergie, les raisons
pour lesquelles certains aliments doivent
être exclus, et pourquoi le choc
anaphylactique est une urgence. Les signes
d’appels clairement identifiés doivent leur
être précisés et expliqués.
Adaptation en milieu rural
Enfants éloignés du domicile :
nécessité prise de repas sur place
Repas assurés par des bénévoles
Difficulté du respect de la chaîne du
froid liées au transport
Éloignement des services d’urgence
36
Problèmes des responsabilités
Enseignants Loi du 5 avril 1937 principe de substitution
de la responsabilité de l’état
Autres personnels ne relèvent pas de la loi de 1937
Municipalités La cantine est un service rendu.
l’organisation de la restauration collective relève de la seule
compétence de la commune pour le 1er degré et sous la
responsabilité du maire
Loi n°2000-647 du 10 juillet 2000 sur les délits
non intentionnels
sont responsables pénalement s'il est établi qu'elles ont violé de
façon manifestement délibérée une obligation particulière de
37
prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement
La structure d’accueil
Concertation + Dialogue
• L'accueil se décide de façon concertée. Les aménagements
demandés doivent être compatibles avec les possibilités de
la structure
• Limiter les PAI aux enfants dont l’état de santé l’impose
• Éviter les dispenses d’activité et proposer des
aménagements qui permettent à l’enfant de ne pas être
exclu
• Les soins doivent se limiter aux seules urgences
• Faire confiance aux personnes qui accueillent l’enfant.
Rôle essentiel du médecin de la structure chargé de la
coordination et qui explique au personnel l'avis médical
• L’inquiétude des personnels est compréhensible.
38
Privilégier la négociation et l’information