Boucles d`oreille touareg gravées en argent

Commentaires

Transcription

Boucles d`oreille touareg gravées en argent
Boucles d’oreille touareg gravées en
argent
Affichez le chic africain des bijoux traditionnels des Touaregs en portant ces
élégantes boucles d’oreille rondes en argent-nickel incrusté d’ébène, fabriquées
à la main au-dessus d’un feu extérieur par des artisans touareg du Sahara. Les
Touaregs sont un peuple d’éleveurs traditionnellement nomades, mais certains
d’entre eux vivent aujourd’hui comme cultivateurs dans des oasis ou font du
commerce.
Le produit
Les bijoux touaregs en argent: Incroyablement, seuls
les outils les plus rudimentaires sont utilisés pour créer
ces bijoux touaregs classiques et élégants. Comme
l’argent est considéré comme « le métal pur béni par le
prophète », tous les Touaregs qui en ont les moyens en
portent. Ainsi, chaque magnifique collier, bracelet et
paire de boucles d’oreilles est créé avec le plus grand
soin.
Le processus de création commence avec la formation d’une pièce d’argent en
cire d’abeille. Cette pièce est ensuite couverte d’argile pour créer un moule.
Après avoir séché au soleil, le moule est chauffé dans un feu de charbon. La cire
fondue est alors retirée du moule et du métal fondu y est versé. Une fois refroidi,
le moule est brisé, la pièce finale est limée et vernie, et des motifs touaregs
traditionnels y sont gravés.
L'argent: Pur à 96,5 %, l'argent utilisé par les Touaregs est plus malléable que
l'argent sterling. Les pièces devraient donc être traitées très soigneusement et
rangées dans un contenant ou dans un sac en plastique scellable. Utilisez un
linge à polir propre, une pâte ou un produit de polissage liquide pour enlever la
ternissure.
Voyagez aux quatre coins du
monde chaque fois que vous
visitez Dix Mille Villages.
Apprenez comment le commerce
équitable aide réellement à
changer le monde. Notre objectif
est de fournir un revenu vital et
équitable aux artisans, en
commercialisant leurs produits
d'artisanat et en racontant leur
histoire en Amérique du Nord. Dix
Mille Villages vend des produits
de plus de 30 pays et fournit du
travail à près de 60 000 personnes
partout dans le monde.
Les Touaregs: Connus comme les « Seigneurs du désert », les Touaregs sont un peuple nomade vivant au Niger, au Tchad, au
Burkina-Faso, au Mali et en Mauritanie. Les Touaregs vivent et se déplacent depuis des siècles avec leurs troupeaux de
chameaux et de chèvres, partout en Afrique du Nord, jouant un rôle important dans le commerce transsaharien. Mais tout ceci a
changé au milieu du 20siècle, quand les trains et les camions européens ont pris le contrôle de l'industrie du transport. Depuis,
les frontières nationales fixes, les famines, les sécheresses abondantes et le surpâturage ont forcé de nombreux Touaregs à
graduellement délaisser le style de vie nomade pour vivre dans des communautés plus sédentaires. Au Niger, ils sont
principalement installés autour du nord central d'Agadez, l'entrée des montagnes du massif Aïr et des dunes incomparables du
désert de Ténéré. Malheureusement, les relations entre le gouvernement et les Touaregs sont tendues, à cause des groupes
touaregs dissidents luttant pour les terres traditionnelles et pour de l'argent pour aider à protéger leur culture.
On croit que les Touaregs sont de descendance berbère. Ils parlent une langue berbère appelée Tamershak qui, dans sa forme
écrite, est appelée Tifinag. Depuis environ le 16e siècle, la majorité des Touaregs sont musulmans, mais la plupart d'entre eux
ont conservé les rites et les coutumes préislamiques. Ainsi, les hommes portent un voile et un turban qui recouvrent leur visage :
leur façon de l'enrouler révèle leur appartenance. Les femmes touarègues font partie de la seule secte musulmane à ne pas porter
le voile. En fait, les femmes sont très indépendantes et ont des droits de propriété qui ne sont pas perdus au mariage.
En tant que nomades, les Touaregs voyagent sans gros bagages et vendent de petits articles de luxe qui ont une grande valeur.
Pendant leurs voyages, par contre, ils peuvent acheter de l'argent et des pierres semi-précieuses avec lesquels ils fabriquent des
bijoux pour eux mêmes et pour leurs chameaux. Ainsi, les Touaregs sont devenus d’excellents artisans, reconnus pour leur
travail de l’argent et de l’incrustation. Dans les périodes de sécheresse, leurs bijoux et leur marchandise servent de monnaie
pour acheter du bétail, des tissus ou de la nourriture. Pendant que les hommes travaillent l'argent, les femmes fabriquent de
magnifiques pièces en cuir peintes à la main. Les motifs talismaniques qui ornent toutes ces œuvres représentent le mélange
unique des croyances musulmanes, chrétiennes et animistes des Touaregs.
Le groupe d'artisans: Union Of Peasants For Self-Development (UPAP)
Cherchant des nouvelles façons de gagner leur vie et de subvenir aux besoins de leurs familles, des
jeunes artisans touaregs se sont rassemblés en 1993 pour créer et vendre des objets d'artisanat
traditionnels en cuir et des bijoux en argent. Pendant de nombreuses années, Illies Mouhmoud et ses
amis ont voyagé en France, vendant leurs produits directement de leurs sacs. À mesure que le groupe
grandissait, ils ont mis sur pied un organisme plus officiel, l'UPAP, en 1999. Aujourd'hui, ils ont un
magasin dans la capitale de Niamey, ils participent aux salons et aux expositions africains locaux et
vendent leurs produits à des organismes de commerce équitable en France et en Amérique du Nord.
L’UPAP embauche plus de 160 artisans et de nombreux apprentis, dont 70 % vivent à Agadez, et 30 %
à Niamey.
Un des groupes d'artisans de l'UPAP, Tanakra, est dans deux villages aux abords d'Agadez. Illies Mouhmoud représente ces
groupes en arrangeant les ventes et en achetant des matériaux. Depuis 2002, Dix Mille Villages achète des bijoux de Tanakra, en
passant par le bureau de l'Afrique de l'Ouest du MCC, au Burkina Faso. Quinze pour cent des ventes de l’UPAP sont faites au
niveau local et 85 % sont en exportation. Les artisans touaregs de l’UPAP utilisent les revenus de la production artisanale pour
ajouter à leur agriculture de subsistance et autres gagne-pain. Les revenus de ces ventes ont permis aux villages de construire et
d'équiper des écoles, d'acheter des médicaments, d'assurer des naissances en santé et de construire des puits.
Le pays: Le Niger
Avec ses montagnes volcaniques noires surplombant les oasis vertes, et ses dunes de sable orangées s’élevant à des centaines de
mètres de hauteur, le Niger est un pays sans littoral aux paysages dramatiques. Malheureusement, c’est aussi un territoire où 63
% de la population vit avec moins d’un dollar par jour. Bien que la situation politique ait été plutôt stable au cours des dernières
années, la menace de troubles civils plane toujours et la situation économique du Niger est une source d’inquiétude constante.
La croissance négative, le niveau élevé des importations, la diminution des terres arables et la chute des prix d’exportation sont
tous des facteurs qui ont contribué aux problèmes du pays. En 2008, le Niger se tient en tant qu'un des pays les plus pauvres au
monde, se reposant à 174 sur 177 pays sur l'index humain du développement de nation unie.
L’économie du Niger est principalement basée sur l’agriculture de subsistance, le bétail et sur certains des plus importants
gisements d’uranium au monde. Depuis 2004, une entreprise canadienne, une entreprise marocaine et le gouvernement du Niger
se sont réunis pour démarrer la première production d’or commerciale du pays. Cependant, l’agriculture, l’élevage de bétail, le
petit commerce et les marchés informels dominent toujours une économie qui génère peu d’emplois dans le secteur officiel.
Comme près de la moitié de la population du Niger est âgée de moins de 15 ans, les sources de revenus alternatives sont
essentielles pour plusieurs.
Le Niger est à un point tournant : le pays a maintenant complété l’initiative en faveur des pays pauvres très endettés, entraînant
un important allégement de la dette par trois institutions multilatérales, le Fonds monétaire international (FMI), l’Association
internationale de développement (AID), de la Banque Mondiale, et le Fonds de développement africain (FAD). Cette aide a eu
un impact important sur le budget du pays. Grâce à cette initiative, environ 40 millions de dollars américains ont été rendus
disponibles pour les soins médicaux de base, la prévention du VIH/sida, l’éducation primaire, les infrastructures rurales et
d’autres projets visant la réduction de la pauvreté. Lors de la Conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce
de 2005, tenue à Hong Kong, le FMI a annoncé que le Niger recevrait un allégement intégral de sa dette, offrant des paiements
additionnels de 86 millions de dollars américains.
En 2005, l’Afrique de l’Ouest a vécu une grave crise alimentaire à la suite de sécheresses et d’infestations de sauterelles. Au
Niger seulement, on estime à 3,6 millions le nombre de personnes qui ont vécu la famine. Malheureusement, les appels de fonds
des Nations Unies, qui visaient 240 millions de dollars américains, pour fournir de la nourriture aux régions affectées ont été
sérieusement sous financés. Une stratégie à long terme pour s’attaquer aux causes fondamentales du manque de nourriture est
nécessaire dans l’avenir du Niger.