EDITO SOMMAIRE

Commentaires

Transcription

EDITO SOMMAIRE
EVASION
rice
au
M
le
l’I
à
e
qu
ti
is
ur
to
fle
uf
so
au
ve
ou
N
SOMMAIRE
Regards sur 2013 (page 2)
N°2 - Janvier-Février-Mars 2013
L’avenir de la communication toiuristique
L’hotellerie se modernise
De source sûre :
- La Route Napoléon en 2015
- Agecotel 2014
- Le Guide Gantié 2013
- Patrick Scicard en Chine
Entre nature exhubérante, plages de sable blanc et lagons
aux transparences cristallines jouant de tous les camaïeux
de bleu, l’île veut offrir le vrai bonheur de vivre basé sur
la réputation de convivialité des Mauriciens. Elle n’en finit
pas de se remettre en question, car en période de crise,
la concurrence internationale est toujours plus vive.
Si la capacité hôtelière progresse (110 hôtels
pour 12000 chambres et suites), les restructurations, les rénovations et la multiplication de prestations très haut de gamme sont innombrables
Parmi les plus importantes nouveautés, à découvrir en 2013:
la nouvelle enseigne «Lux Island Resorts» qui remplace
«Naïade Resorts Ltd» en rafraîchissant et modernisant trois
hôtels, dont le «Belle Mare Lux Island Resort» au design inédit.
le Hennessy Park Hôtel qui a remplacé The Link Ebene
City Hotel, avec un nouveau concept «art-tendance».
la chaîne hôtelière numéro un en Thaïlande qui s’implante à l’Ile Maurice avec son premier Centara Hotels, le
Centara Poste Lafayette Resort & Spa (100 chambres,trois
restaurants et un bar spécialisé en boissons locales).
la
réouverture
du
St.
Regis
Mauritius entièrement rénové, et placé sous la houlette de Bernard de Villèle, directeur général.
la rénovation complète de The Grand Mauritian, juste
à côté du Méridien, qui lui aussi connaîtra également
une rénovation l’année suivante avec un nouveau design
contemporain, avec une importante touche artistique.
le «C Beach Club» d’Heritage Resorts reconnu parmi les
In Vino very Classe
Le vignoble «miraculé» de Pibonson à Mougins
Ce vignoble du quartier de Pibonson était un vignoble en
perdition, à cause de la pression immobilière, lorsqu’en 2000
Dominique et Arve Nyhus, industriels hollandais sont tombés
amoureux de ce petit coin de paradis qui ne faisait plus qu’un
hectare de verdure et de vignes, situé Chemin du Miracle.
Le couple s’est installé dans la belle bâtisse qui domine le
vignoble. Le célèbre paysagiste Jean Mus a recrée le superbe
jardin méditerranéen, et l’œnologue reconnu, Philippe Croce
Spinelli, a remis en état le vignoble en replantant l’hectare
de vignes en cépages Grenache (pour les Rosés) et en Rolle
(pour les Blancs) et en assurer la vinification. Aujourd’hui,
les vignes ont plus de 10 ans, elles arrivent à une belle
maturité et les vins s’expriment totalement, grâce aux efforts
conjugués des propriétaires, de l’œnologue et du régisseur,
Antonio Cuhna, qui limitent volontairement la production à
6 000 bouteilles pour assurer la qualité de leurs 3 cuvées.
Le Rosé (100% Grenache) «Cuvée Christopher »,
meilleurs «Beach bars» du monde, et dont l’attrait est très
complémentaire aux dix autres restaurants du complexe. À
tel point que son directeur Jean Luc Naret offre la possibilité à tous les résidents des quatre «Heritage» de prendre
leur repas au choix parmi les 11 restaurants du Domaine.
toujours au Domaine de Bel Ombre, le Château colonial, fin XIXème, devrait se muer en restaurant éphémère, en accueillant régulièrement des grands chefs
étoilés internationaux qui apporteront leur signature pour des semaines ou des mois gastronomiques.
la rénovation de l’Hôtel Ambre, mué en 4 étoiles par
le nouveau groupe propriétaire Sun Resorts, qui offre
en outre l’accès gratuit au superbe golf de Touessrok.
Une nouvelle génération de chefs talentueux
Sous la houlette de leur vice-président, Nicolas Baubé, et
de leur nouveau président, Philippe Rozel, une soixantaine
de chefs mauriciens ont tenu à se détacher de la branche
française des Toques Blanches, à laquelle
ils sont affiliés, afin de marquer leurs spécificités. L’International Club des Toques
Blanches, section mauricienne, se donne
pour mission de valoriser le patrimoine
culinaire à Maurice. Exemple à l’appui
: la cuisine des mamans mauriciennes
vu par Nicolas Baubé. Le chef exécutif
des Hôtels Méridien et Grand Mauritian,
Maître Cuisinier de France, s’est rendu
est un rosé de saigné, aux arômes puissants de
fruits rouges frais et de fleurs jaune, idéal avec la
gastronomie provençale, et même avec du melon.
Le Blanc (100% Rolle) « Cuvée Nicolas » un vin aromatique
dominé par les fleurs blanches. Passé en barrique, il
évolue vers des notes toastées, boisées, vanillées avec
une pointe de miel. Il accompagne aussi bien les poissons
grillés que les recettes à base de crème et les fromages.
La 3ème cuvée est une vendange tardive plus rare «Cuvée
du Miracle » un vin, liquoreux, aux arômes d’acacia,
de miel et de vanille, qui se marie aussi bien avec les
desserts qu’avec le foie gras, mais aussi avec du roquefort.
Les propriétaires, amateurs de gastronomie et de grands
vins français, ont réalisé leur rêve, boire du vin de Mougins !
(La Vigne de Pibonson – 303 Chemin du
Miracle – 06250 Mougins – Tel : 04 93 75 33 63)
Isabelle Forêt - www.femivin.com
compte que ses clients sont pour «un retour aux sources».
L’authenticité est ce qui est recherché. Dès à présent, le
chef invite ses hôtes à une véritable immersion dans la
culture culinaire mauricienne. Au restaurant La Fayard du
Méridien ce sont des mamans mauriciennes qui cuisinent
sous les yeux des clients des nouveaux plats «signature»
qui invitent à un très beau voyage: Fricassée de grammes
au piment sec et feuille de curry poulet, Cari Poule, camérones flambées au vieux rhum de l’Ile, Sagoo au lait de
coco.Dans un tout autre registre, au Long Beach, flambant
neuf, le nouveau chef Gaël Lardière joue les metteurs en
scène, en créant de nouveaux concepts pour les brigades
de ses quatre restaurants à thème. Des concepts qui déménagent ! «Par exemple, dit-il,
j’évite parfois d’utiliser les tables. je
retourne nos chaises « bridge » carrées et y pose une plaque de verre
pour en faire des guéridons. Mon
but est de surprendre. J’aime organiser aussi des buffets flottants ou
encore des buffets en suspension… »
En 2013, ses projets gastronomiques
ne font que commencer,...autour de
thématiques insolites du genre buffet photos, pause santé dans une forêt de bambous avec l’assistance de masseuses, ateliers de sports, tout est conçu pour déguster de
façon ludique et marquer les esprits pour des souvenirs
inoubliables.
de fruits.Le Château de Berne était déjà un domaine de
références dans la viticulture provençale, avec ses 118
hectares de vignoble, son hôtel 5* Relais & Châteaux au
cœur du domaine privé de 491 ha, et sa passion pour l’art
de la gastronomie (sa table gastronomique, sa brasserie
provençale et son école de cuisine), nul doute que les années
à venir vont encore accélérer la notoriété du domaine. Pas
de doute, quand on récolte la qualité, on sème la confiance.
(Route de Salerne – 83510 Lorgues – Tél : 04 94 60 48 88)
“Quand on a goûté au futur, on ne peut pas revenir en arrière” (Paul Auster)
Gastronomie (page 3)
Les nouvelles tendances culinaires
Les Chefs ont des idées
En bref, les projets des chefs sur la côte
Evasion (page 4)
Nouveau souffle touristique à l’Ile Maurice
- Les nouveaux Hôtels
- Une nouvelle génération de chefs
In vino very Classe :
- La vigne de Pibonson
- Le Château de Berne
L’Alaska poissonnément...
En page 2, L’avenir de la communication touristique
Droit devant toute !
Berne : de l’excellence à l’exceptionnel
L’année 2013 marquera un nouveau bond en avant pour
les vignobles de Berne. Didier Fritz, directeur général
entame une collaboration exceptionnelle avec Hubert de
Bouärd, propriétaire de Château l’Angélus, 1er Grand Cru
Classé. Ensemble, ils créeront une cuvée très haut de
gamme, irréprochable, un AOC Côtes de Provence rouge
Millésime 2012, dont la sortie est prévue fin 2013. Elle sera
composée des traditionnels Cabernet et Syrah, avec en
plus du Mourvèdre, les trois cépages étant cueillis à pleine
maturité. Elle bénéficiera d’une fermentation intégrale
en petits tonneaux ouverts pour développer les arômes
L’Observatoire des Etoiles du monde du Tourisme et de la Gastronomie
En période de conjoncture aléatoire et difficile,
la découverte de tendances est plus impor-
Paroles de pêcheurs
LYLE & HEIDI WILDER | Bristol Bay, Alalska
« Quand vous vous sentez concernés par ce que vous faites, tout en vous préoccupant de l’impact que cela a
sur votre famille, votre environnement et votre communauté, l’incidence sur la qualité est certaine et c’est
tout le monde qui en bénéficie ! C’est vrai pour les pêcheurs, c’est vrai pour les chefs et... c’est également vrai
pour les produits de la mer d’Alaska.»
DURABLE DEPUIS DES GÉNÉRATIONS :
La gestion durable de la pêche n’a rien de nouveau en Alaska. L’Alaska a toujours oeuvré
pour que les générations futures puissent apprécier sans réserve ses produits de la mer...
sauvages, naturels et délicieux.
Recettes festives sur www.alaskaseafood.fr
tante que jamais. C’est même l’un des plaisirs
intellectuels que l’on puisse s’offrir dès maintenant : de quoi l’année 2013 sera-t-elle faite ?
Quels seront les grands évènements ? Quelles
seront les nouvelles tendances en matière de
tourisme, d’hôtellerie, de restauration et de
loisirs? Quels sont les restaurants qui montent ?
Quels sont les établissements qui feront l’actualité en 2013 ? « Demain, à la Une ! » est une
question de point de vue : un nouveau regard
EDITO
sur l’actualité vue sous l’angle de la Prévision, de la Perspective, de
la Projection, de la Prospective.
C’est tout l’intérêt de ce numéro, un supplément pas comme les
autres, « Demain, à la Une ! », qui se positionne comme un observatoire pour les « Etoiles de Mougins » cherchant à détecter notre
futur immédiat. L’originalité de notre démarche est à porter au crédit de notre culture latine hédoniste : 4 pages pour tout savoir sur ce
qui va se passer en 2013, et faire le plein de bonnes idées, de bonnes
adresses incontournables avec leurs tendances, car tout est possible dans un pays qui peut être fier de ses bons plans, même dans
une période conjoncturelle morose,… à suivre !
Patrick FLET
Alaska Seafood Marketing Institute - Promotion des produits de la mer d’Alaska
04
Janvier-Février-Mars 2013
DEMAIN
à la une !
Janvier-Février-Mars 2013
DEMAIN
à la une !
01
GASTRONOMIE
REGARDS SUR 2013
touristique
ion
at
ic
un
m
m
co
la
de
r
ni
ve
l’a
:
o
on
ob
Jacques Ricc
Jacques Riccobono
« La situation économique actuelle annonce
une année 2013 difficile
». Jacques Riccobono,
PDG de l’Imprimerie
Riccobono au Muy dans
le Var, ne le cache pas.
Entreprenant,
dynamique, curieux de tout,
son éternel sourire en
dit long sur sa vision de
la communication en
général et de l’imprimerie en particulier.
Avec Internet, l’édition souffre, l’imprimerie de labeur généraliste souffre… Les budgets publicitaires baissent. La surcapacité des machines d’imprimerie entraine une guerre des
prix. Des imprimeries ferment, des titres de presse disparaissent. Fort de ces constats, Jacques Riccobono a décidé
d’investir dans du nouveau matériel plus performant pour
diminuer les coûts. Il vient de mettre en route une machine
à feuilles, unique dans la région : une « 8 couleurs R°V° »,
capable d’imprimer 15000 feuilles à l’heure ! Son deuxième
atout : depuis cinq générations , sa famille a développé une
chaîne graphique complète avec un parc d’impression offset
de plus en plus important assorti de tous les services techniques en amont comme en aval : studio graphique, façonnage, routage, unité de transport,… « Celui qui réussit, c’est
celui qui offre le plus de services », confie-t-il. Sa stratégie permanente : se diversifier.
De source sûre
La Route Napoléon en 2015
C’est pour bientôt, les préparatifs sont en cours. Fin février
et début mars, on fêtera le 80ème anniversaire de l’appellation “Route Napoléon”, créée par l’ANERN (Action Nationale des Elus pour la Route Napoléon) à Grasse. On fêtera
aussi en 2015, de façon grandiose le bicentenaire du trajet emprunté, en mars 1815, par l’Empereur, de Golfe
Juan à Grenoble : la fameuse RN 85, longue de 314 km.
De nouveaux enjeux culturels et touristiques sont d’ores
et déjà à l’étude pour valoriser la route mythique, ce
ruban d’histoire estampillé de l’aigle impérial qui traverse plus de 40 communes, 2 régions et 4 départements.
(Pour ceux qui veulent apporter leur contribution au projet
anniversaire : www.route-napoleon.com. Tél. : 04 93 40 04 34)
L’ère de l’affichage dynamique
Pour répondre davantage aux besoins des mairies, des
offices de tourisme, et des régies publicitaires, Jacques
Riccobono, s’est très vite intéressé aux panneaux à LEDS,
(panneaux munis de diodes électroluminescentes).
Plus d’encre, plus de papier, la communication devient instantanée et illimitée, et la mise
à jour des informations se fait en temps réel.
Ces panneaux sont d’une grande simplicité d’utilisation, grâce au logiciel fourni. Avec le concours de ses
deux fils, Jean Damien et Stéphane, férus de technologies, il importe le matériel optique, le façonne dans
toutes les formats, le carrosse et le commercialise en
apportant tous les services complémentaires jusqu’à la
prestation de régie publicitaire :… Une façon toute naturelle pour trouver des marchés nouveaux chez des
clients prospectés et enrichir la chaine d’arts graphiques.
«C’est un nouveau métier, assure Jacques Riccobono.
s Culinaires
ce
an
nd
Te
s
lle
ve
ou
N
s
Le
.
?..
uf
ne
de
oi
Qu
Même en période de crise, l’affichage extérieur demeure
une valeur sûre!» Communiquer apparait encore et toujours comme un signe de bonne santé économique.
Les jeudi 14 et vendredi 15 mars prochains, Jacques Riccobono organise deux journées portes ouvertes sur les deux
sites d’impression du Muy, à l’intention des professionnels
de la communication et de ses clients, afin de présenter ses
nouvelles machines et ces nouvelles techniques. Avis aux
passionnés !
Panneau à LEDS
L’Hôtellerie se modernise
La vogue des restaurants clandestins
Après la période des Bocuse,
Ducasse et Robuchon, l’ambiance
au dessus des fourneaux change.
La gastronomie se féminise, parce
qu’il n’y a pas de vraie bonne cuisine
sans une dimension « mamma »,
faite de douceur et de générosité.
Dans la lignée d’Anne-Sophie Pic
à Paris, à suivre : les nouveaux
parcours de Stéphanie Le Quellec,
arrivée à l’Hôtel Prince de Galles,
d’Amandine Chaignot à l’Hôtel
Raphaël à Paris, d’Hélène Darroze,
de Ghislaine d’Arabian, de Virginie Basselot au Saint
James à Paris, ou encore d’Hermance Carro, qui a investi
les cuisines de son père au Castellaras à Fayence, ainsi
que de la jeune Leila Mouhamou qui dirige avec talent la
Brasserie de la Méditerranée à Mougins.
Un peu partout en France, des particuliers, qui ont une âme
de cordon-bleu et qui veulent arrondir leur fin de mois,
lancent une invitation, par le bouche à oreille ou sur Internet, et transforment leur salle à manger en restaurant, le
temps d’un repas. A mi-chemin entre le club privé, le dîner
chez l’habitant et la table d’hôtes, le concept séduit par la
convivialité créée entre des convives qui ne se connaissent
pas, et par le « fait maison » à un prix défiant toute concurrence. En fin de repas, on règle un certain montant pour «
participation aux frais ». Pour le moment, ces restaurants
de l’ombre ne sont pas encore considérés comme des professionnels. Les règles d’hygiène sont celles de la maison
et non celles qui s’appliquent au restaurant. A la Roquettesur-Siagne, depuis plus d’un an, Catherine Ehrhardt reçoit
des convives à dîner à son domicile, inscrite sur le site : «
viens-mangeralamaison.fr »
Le raz de marée de la Street Food
La lecture de la dernière étude de prospective de PricewaterhouseCoopers (PwC), sur l’Hôtellerie européenne, place
Paris en tête des capitales qui enregistreront les meilleures
performances opérationnelles en 2013, avec le taux d’occupation (TO) le plus élevé en moyenne, 79,1%. Cette vitalité
concerne surtout le haut de gamme avec des ouvertures
annoncées comme le Peninsula en 2013, Le Cheval Blanc en
2015, des réouvertures comme Le Prince de Galles en 2013,
et des rénovations comme Le Ritz aujourd’hui, ainsi que le
Crillon.
En Provence, à sa réouverture début mars 2013, Le Pigonnet
d’Aix en Provence aura fait peau neuve pour afficher 5* au
niveau des chambres et suites dont une grande suite présidentielle, et une montée en gamme dans sa restauration
avec l’arrivée du MOF Philippe Jourdin aux fourneaux.
Vers une cuisine Féminin-Masculin
Le Cagnard
Sur la Côte d’Azur, Le Cagnard, adresse de légende à
Cagnes-sur Mer, rachetée par la famille Ivarsson, il y a
deux ans, puis rénové et restauré complètement, semble
sortir de sa léthargie. Les 26 chambres et suites ont été
baptisées de noms des nombreux artistes qui sont venus
séjourner dans ce petit «Montmartre de la Côte d’Azur»:
Renoir, Modigliani, Wéry, Bonnard, Klein, Matisse ou encore
Picasso. En cuisine, Stéphane Francolino, d’origine italienne,
formé par Roger Vergé, relève le défi de faire renaître les
saveurs de cette adresse qui a longtemps hébergé la talentueuse brigade du Meilleur Ouvrier de France, Didier Aniès.
(Haut-de-Cagnes - 54, rue Sous Bari - 06800 Cagnes-sur-Mer Tél: +33 (0)4 93 22 06 39)
Hostellerie du Château, millésime 2013
La famille Sangoy, ancien propriétaire à Gevrey Chambertin du restaurant «Les Millésimes», réputé pour sa
carte des vins, élue «plus belle carte des vins français» en
1999, viennent de se doter d’un brillant jeune chef de cuisine à la hauteur de l’excellence recherchée dans l’Hostellerie, dont ils sont les nouveaux propriétaires, dotée de
la rénovation des six grandes chambres et suites bénéficiant d’une vue époustouflante sur la Vallée du Loup.
Quand on connait le beau début de parcours du jeune Nicolas Rondelli sur la Côte d’Azur, Negresco, Réservé de
Beaulieu, Les Pêcheurs au Cap d’Antibes, Félix à Cannes,
on le sent déjà à son aise dans l’exécution d’une cuisine
moderne inspirée de la tradition méditerranéenne. Pas
de doute pour 2013, l’étoile Michelin est à portée de main.
(Place Francis Paulet - 06620 - Le Bar sur Loup
Tél: 04 93 42 41 10)
Patrick Scicard, à la conquête de la Chine et du MoyenOrient...L’ancien PDG de la Maison Lenôtre vient de créer sa
propre société qui décline des Marques, des Concepts, des
Hommes... avec l’unique souci de promouvoir à l’international
la Haute Gastronomie et l’Hôtellerie de Luxe, à la française,
domaine où nous sommes le plus compétitif. Sa société, PSI,
a ouvert un bureau de représentation à Shanghai et un
autre à Doha au Qatar ; elle participe déjà à la réalisation
du plus haut restaurant du monde en Chine. Patrick Scicard
Investissements - Paris Doha Shanghai – 103 rue de la
Faisanderie – 75116 Paris - tél. 01 45 04 29 83. (Alain Dartigues)
(Patrick Scicard Investissements - Paris Doha Shanghai
103 rue de la Faisanderie – 75116 Paris - tél. 01 45 04 29 83)
Alain Dartigues
Le temps consacré au déjeuner étant de plus en plus
court, le phénomène de la « cuisine de rue » ne cesse de
s’étendre en s’orientant dans toutes les directions. C’est
le multiculturalisme. La pause déjeuner s’apparente à un
voyage gustatif que l’on choisit en fonction de son envie du
moment : sushis, tapas, bars à vins, à soupes, à salades,
à huîtres, à tartes, antipasti et mezze en tout genre. Nouveaux venus : les empanadas, ces petits chaussons argentins farcis de viande ou de légumes. Tandis que la restauration traditionnelle enregistre une baisse continue, le «
snacking » annonce, année après année, une souriante
croissance à deux chiffres. On vit à un tournant. La plupart
des grands chefs de cuisine s’y mettent aussi pour pallier
aux coûts des investissements et aux frais de personnel.
Les Chefs ont des idées
16ème Kermesse aux Poissons à Théoule sur Mer
C’est le premier grand évènement gastronomique de l’année dans la région Paca. Tout le mois de février, les chefs
propulsent la petite cité balnéaire de Théoule au sommet
de la gastronomie marine. Leur menu «Kermesse aux
Poissons», en huit plats, comble les amateurs d’iode qui
viennent de tous les horizons. C’est la destination gourmande du moment, du 1er au 28 février 2013.
30 poissons aux menus, dans des formules tout compris
Ces menus comportent pas moins de 30 variétés de poissons et crustacés: de la coquille Saint Jacques au loup
de Méditerranée, en passant par la daurade, la gambas, le rouget, la sole, l’espadon, la bonite, le poulpe,
le Saint Pierre, la rascasse, et bien d’autres encore...
Chaque kermesse constitue ainsi un véritable raz de marée! Jugez-en: bon an, mal an, c’est en moyenne plus de
2000 kermesses, soit 50 plats originaux proposés, 19500
plats servis, deux tonnes de poissons, occupant 50 personnes en cuisine, en salle et à l’accueil...Les chiffres
parlent d’eux-mêmes sur la générosité des chefs !
Que des bonheurs iodés! Sept adresses pour jeter l’ancre
: Le Bistrot de la Rague, le Marco Polo, Chez Philippe, Le
Coup d’Fourchette, Los Roques, L’Or Bleu du Tiara Yaktsa,
et Jilali B. Une (ou plusieurs) escale à Théoule s’impose!
(Contact: Office de Tourisme de Théoule: 04 93 49 28 28)
Agecotel 2014 jouera la carte de la Méditerrannée, du 2 au
5 février 2014. Principal salon professionnel du quart Sud
Est de la France, il sera présidé par Joël Robuchon. L’Espace
des Chefs sera reconduit sous la direction de Jean-Denis
Rieubland, le chef du Negresco à Nice.
Le Guide Gantié a fixé ses dates de lancement officiel : le 27
mai au Château Crémat pour les Alpes Maritimes, Monaco
et la Ligurie ; le 3 juin au Domaine de Terres Blanches
à Tourettes pour le Var ; et le 10 juin pour les Bouches du
Rhône, le Vaucluse et les Alpes de Haute Provence, le lieu
restant à déterminer.
02
La Route des Epicuriens par Relais & Châteaux
Sur une idée de Jacques Chibois, les Relais & Châteaux
lancent un concept original, commercialisé dès le mois
d’avril prochain : découvrir la cuisine de sept chefs de
grandes maisons de la Côte d’Azur en une journée, ou de
six maisons en Provence. A chaque étape un plat accompagné de son vin .Entre chaque maison, les clients seront
transférés à bord de véhicules de prestige Mercédès afin
qu’ils profitent pleinement de cette journée. Le 13 avril,
le démarrage se fait par un petit déjeuner gourmand au
Monte Carlo Beach pour se poursuivre par des tapas au
Château de la Chèvre d’Or puis la route se poursuit avec
des spécialités au Saint Paul, au Mas de Pierre puis au Cap
d’Antibes Beach Hôtel, avant le Mas Candille et les plats
sucrés de la Bastide Saint Antoine. (Compter 350€ pour la
journée par personne). Le 21 septembre, l’itinéraire démarre à l’hôtel Crillon le Brave, pour se poursuivre au Mas
des Herbes Blanches, au Phébus, à la Coquillade, au Couvent des Minimes et s’achever à La Bonne Etape. (Compter
300€pour la journée). Possibilité de package avec une nuit
dans l’un des Relais & Châteaux.
Joyeux anniversaire !
Le 5ème anniversaire du Figuier Saint-Esprit
A Antibes, en homme généreux, Christian Morisset a
lancé une idée originale pour
fêter les 5 ans de son restaurant étoilé, sur les Remparts
du Vieil Antibes. Jusqu’au
15 avril 2013, le chef crée «
L’Offre Duo Privilège », un
menu au tarif exceptionnel
de 65€ hors boissons, pour 2
personnes (au lieu de 130€),
mais uniquement pour les
services du dimanche soir au
lundi soir inclus. Alléchant !
Premiers restaurants sans allergène
Le premier restaurant sans allergène a ouvert ses
portes, le 11 avril dernier, à Lyon («Mon Histoire dans
l’Assiette», 10 rue Longue). Paris a suivi le mouvement, en septembre dernier, avec “Noglu”, le restaurant de Frédérique Jules, doublé d’une épicerie au
même régime (16, passage des Panoramas. 2ème).
Dans ce nouveau concept, une quinzaine d’aliments allergènes sont supprimés des cartes, comme le gluten, le
lactose, l’arachide, les crustacés, la moutarde, le céleri,
le soja ou encore l’oeuf. Ce qui n’empêche pas de manger
équilibré, avec des vins dit «naturels» en accompagnement.
Sur la Côte d’Azur: bien des restaurants proposent à leur
carte des plats sans gluten: La Bastide Saint Antoine, Le
Park 45, Au Petit Gari, La Brasserie de la Méditerranée ou
encore Les Santons. C’est bon pour la santé, même si vous
n’avez pas d’allergie.
La Royrie fête ses 10 ans
Lionel et Monique Brault du domaine oléicole grassois,
La Royrie, réinventent le métier d’oléiculteur, et sortent
le premier millésime labellisé Agriculture Biologique
pour leur huile d’olive cru 2013. Afin d’impliquer davantage les consommateurs, les propriétaires peaufinent
leur concept d’oléologie, en créant une véritable école de
dégustation. Avis aux amateurs de dégustation : en trois
heures, la séance commence par une visite commentée
du Domaine, suivie par une initiation à la dégustation des
différentes huiles d’olives, avant un repas-dégustation de
huit plats, préparés avec les produits du domaine, du verger et du potager, assortis de huit accords mets-huiles.
(Contact : 06 09 86 6327)
Christian Sinicropi, modeleur de délices
Sa cuisine audacieuse, inventive, sensorielle, est mise en
scène par des assiettes en céramique signées e=sc², qu’il
réalise à quatre mains avec sa talentueuse compagne.
Deux fois par an, le chef présente simultanément une
nouvelle collection d’assiettes avec sa carte de saison.
«L’art est comestible» (Salvador Dali). Modelées avec la
plus grande modernité,
les créations de Christian
Sinicropi restent ancrées
dans la tradition, inculquées par le maître du
moulage Jean Camos,
à Vallauris. De formes
variées : rondes, rectangulaires, à étage, en
forme de coquillage ou à
tiroir, chaque pièce donne
une impression de symbiose entre le contenu,
les produits et le contenant, les céramiques.
Une approche culinaire unique mêlant beauté et délices.
Paule Elliott,(www.channelriviera.com)
Patrick Scicard, ici avec Richard Galy, maire et initiateur des Étoiles de Mougins,Stéphane Raimbault chef de l’Oasis et Jacques Chibois, autre chef étoilé
DEMAIN, à la Une ! - Diffusion assurée par Les Etoiles de Mougins. Rédacteur : Patrick Flet. Ont participé à la Rédaction : Alain Dartigues, Paule Elliott, Liliane Tibéri, Isabelle Forêt, Frédérique Jaubert.
Secrétaire de Rédaction : Brigitte Brunot-Wolff. Coordinatrice : Giselle Lhotte Maquette et Infographie : Nina Nagel. Adresse de la rédaction : Patrick Flet – Résidence Adriana – 7, Bd. Eugène Gazagnaire –
06400 CANNES – Tél : 06 13 09 19 42 - Impression : Riccobono – 115, Chemin des Valettes – 83490 Le Muy – Tél : 04 94 19 54 57. Ce journal gratuit ne doit pas être jeté sur la voie publique
Janvier-Février-Mars 2013
DEMAIN
à la une !
A la recherche de petits plaisirs dans la convivialité
Les consommateurs sont majoritairement à la recherche
de nouveautés et d’échanges pour ressentir de nouvelles sensations. Leurs attentes
s’orientent vers la naturalité des
produits, ceux qui permettent
d’entretenir et de renforcer son
capital santé. Le végétal suscite
de plus en plus d’intérêt. Il existe
d’autres attentes que le seul
« bio ». L’éthique (valeurs d’écologie, de solidarité) devient un
thème de plus en plus porteur.
Exemple à Nice :après son restaurant gastronomique méditerranéen étoilé de la Rue de France,
puis son bistrot nippon « Saison » aux recettes japonaises,
il vient d’ouvrir une nouvelle adresse pour valoriser la cuisine niçoise, « L’Ecole de Nice », une enseigne qui en dit
long sur l’approche très actuelle et visionnaire du talentueux chef, Keisuke Matsushima : le retour à l’héritage
provincial autour de l’art, de la tradition, et du local : à
l’ardoise, 4 entrées à partir de 8€, 3 plats à partir de 14€,
et 5 desserts à 6€. Formule à 15€. (Tél : 04 93 81 39 30).
A La Napoule, le délicieux bistrot, « L’Etage », de Stéphane
Raimbault, juste au-dessus de son restaurant gastronomique bi-étoilé, ne désemplit pas, été comme hiver, et
remporte tous les suffrages des clients, pour la simple
et bonne raison qu’aux fourneaux, les plats sont exécutés par les mêmes cuisiniers étoilés. A l’ardoise, entrées à 9€, plats à 16 € et desserts à 8€. Formules à 29€.
(Tel : 04 93 49 95 52).
EN BREF... Au Chanteclerc du Negresco à Nice, Jean-Denis Rieubland met en scène son plat du centenaire servi depuis le fameux anniversaire, en juillet dernier : « Filet de veau rôti aux girolles, jarret
confit au homard bleu, solférino de légumes et pommes soufflées à la feuille d’or » - Au Fairmont de Monaco, Philippe Joannès, MOF et chef exécutif du Fairmont à Monaco, supervise la fin des travaux des
1000 m2 de ses nouvelles cuisines - A Cap d’Aïl, Patrice Lafon, chef des cuisines d’A’Trégo, s’ingénie à faire monter en gamme l’audacieux “cabanon” de Philippe Starck - Au Mas Candille à Mougins, Serge
Gouloumès, prépare la sortie de son premier ouvrage au printemps prochain - A Saint Tropez aux Moulins de Ramatuelle, le chef tropézien Christophe Leroy diffuse aux quatre coins du monde, des plats
“Eternity Food” qu’il a conçu “pour ajouter des minutes de vie quand vous mangez”, grâce aux antioxydants - Au Majestic à Cannes, Bertrand Schmitt, imagine la mise en place de buffets « familiaux » et des
tables d’hôtes, dès l’ouverture de la plage.
Janvier-Février-Mars 2013
DEMAIN
à la une !
03