Tract salaire - CGT Métallurgie

Commentaires

Transcription

Tract salaire - CGT Métallurgie
Pour vivre mieux
Augmentons
les salaires
Juin 2012
La question salariale est une des premières
préoccupations des salariés, elle est aussi au cœur des
défis posés pour sortir de la crise.
Le nouveau gouvernement souhaite revaloriser le SMIC
et laisse entendre que des négociations s’ouvriraient
dans les branches ayant des minima conventionnels en
dessous de ce SMIC.
Au-delà du SMIC, il faut reconstruire l’ensemble des
grilles salariales, au niveau conventionnel et dans chaque
entreprise, dans leur cohérence et dans leur dynamique.
Car, la dégradation du partage des richesses de ces
dernières années est le résultat d’une dégradation de
la reconnaissance des qualifications et des diplômes du
CAP à l’ingénieur.
Sans attendre cette renégociation des grilles, la CGT
propose un acompte de 10 % d’augmentation générale
des salaires pour prendre en compte l’inflation, les gains
de productivité et un meilleur partage des richesses
créées par le travail.
Pourquoi la fédération CGT de la métallurgie
propose 10 % d’augmentation générale ?
- Parce qu’en moyenne, les qualifications ont perdu
quelques 30% par rapport au SMIC depuis le milieu
des années 80,
- Pour rétablir au plus vite une meilleure répartition des
richesses et des gains de productivité,
- Pour répondre concrètement à la faiblesse des salaires,
- Pour compenser la perte du pouvoir d’achat,
- Pour augmenter la consommation des ménages qui est
le principal moteur de l’activité économique.
Des augmentations salariales en Europe
En Allemagne, les salariés de la métallurgie
revendiquaient 6,5 % d’augmentation générale des
salaires (AGS). Après plusieurs heures de grève
d’avertissement, la mobilisation de 800 000 métallos,
ils ont obtenu 4,3 % d’AGS sur 13 mois. C’est la plus
forte augmentation salariale dans la métallurgie
allemande depuis 20 ans.
Ce niveau d’augmentation générale des salaires est une
très bonne nouvelle pour tous les métallos allemands.
C’est aussi un vrai point d’appui pour que les salariés
français obtiennent des niveaux d’AGS de même nature.
Cela démontre que les luttes salariales peuvent gagner
et qu’un modèle industriel fondé sur la baisse des « coûts
salariaux » n’est pas plus acceptable en Allemagne
qu’un modèle français de désengagement industriel au
nom des « coûts salariaux ».
En Belgique, les minima dans les branches
professionnelles augmentent automatiquement en
fonction de l’inflation. La France pourrait largement
s’en inspirer.
Smic à 1 700 €
Salaire Minimum Indispensable à la Croissance
La CGT propose de porter le SMIC à 1700 € brut Dans notre profession, nous proposons que les minima
par mois base 35H. Près de la moitié des salariés se territoriaux et les salaires réels dans les entreprises au
verraient concernés par la proposition de la CGT.
coefficient 200 démarrent à 1 700 €.
Cette revalorisation du SMIC correspond à un salaire
horaire de 11,20€, soit 1,98€ de plus qu’actuellement.
Pas de quoi mettre en péril l’économie du pays…
Pour porter cette revendication, la CGT métallurgie propose aux salariés de la branche d’agir
collectivement, d’interpeller le patronat et de participer aux initiatives de mobilisations proposées
par la CGT dans les entreprises et les territoires dans la semaine du 25 au 29 juin 2012.
L’argent existe pour l’industrie, l’emploi, les salaires
En 2010, les entreprises françaises non financières
auront distribué 210 milliards aux actionnaires et
consacré seulement 180 milliards au développement
de l’outil industriel. La même année, 40 milliards
d’euros ont été versés aux actionnaires du CAC 40, soit
4 milliards de plus qu’en 2009.
Résultats nets des entreprises de la métallurgie en 2011
(en millions d’€)
Renault
2 100
Dans l’industrie depuis 20 ans, chaque année, 100
milliards d’euros supplémentaires passent du porte
monnaie des salariés aux coffres des patrons et des
actionnaires. Ainsi, la part des salaires dans la valeur
ajoutée a chuté de 10 points dans les années 1980.
De même, les dirigeants
d’entreprises sont
plus
généreux
avec eux qu’avec
les salariés. Sur
les cinq dernières
années,
la
rémunération des
patrons du CAC
40 a augmenté
de 34% alors
que celle des
salariés
de
ces entreprises n’a
augmenté que de 13 %.
Schneider -electric
1 800
ArcelorMittal
1 700
Alcatel-Lucent
1 100
EADS
1 000
Alstom
600
PSA
600
Essilor Intl
500
St Microelectronics
500
Legrand
500
Safran
500
Vallourec
400
Faurécia
371
Saft
75
Valéo
427
SEB
261
Dassault Systems
290
Zodiac
238
Areva
-2 424
Plastic omnium
171
Latécoère
66
Eramet
303
Gemalto
161
De plus, il faut ajouter à cela le scandale des Haulotte Group
-9
exonérations fiscales dont bénéficie le patronat. En
Rexel
319
effet, les entreprises sont largement financées par la
-18
puissance publique sans aucun contrôle ni conséquences Soitec
Nexans
-183
positives sur l’emploi ou les salaires.
Depuis 1993, la part des cotisations patronales a Eiffage
205
baissé de 26%. Ainsi, quand une entreprise paye un
Thalès
511
salarié au SMIC, elle bénéficie de 4362,99€ par an
d’exonérations de cotisations sociales (voir tableau cidessous).
Estimation du montant des dividendes versés par les entreprises
Or, ces allègements de cotisations patronales, sont du CAC 40 en milliards d’€ - Source Les echos
sévèrement critiqués par la Cour des Comptes
qui reste très sceptique quant à leurs effets sur
50
l’emploi. De plus, la CGT dénonce les conséquences
43
salariales de cette politique qui tasse les salaires
40
au SMIC ou légèrement au dessus.
35
20
8
5
2 0 0 5
Exonérations patronales selon les rémunérations
1398,4
Rémunération brute
1500
1600
( smic)
mensuelle*
Exonération mensuelle*
Exonération annuelle*
365,58
319,56
276,22
4362,99 3837,67
3314,67
2 0 0 6
2 0 0 7
2 0 0 8
2 0 0 9
2 0 1 0
2 0 1 1
1700
1800
1900
2000
2100
2200
232,89
189,56
146,22
102,89
59,56
16,22
1754,67 1234,67
714,67
194,67
2794,67 2274,67
* en €
Construire des grilles de salaires pour garantir nos droits
Seules 26 grilles conventionnelles sur les 76 dans les De même, la CGT métallurgie défend la proposition de
territoires démarrent (coefficient 140) au-dessus du revalorisation de tous les minima, une automaticité
SMIC. 23 seulement ont été réévaluées en 2012. La de leur augmentation à chaque revalorisation du
quasi-totalité des minima garantis sont sous le SMIC SMIC et des écarts de salaires significatifs entre
actuel soit 1 398,40€.
chaque coefficient.
Cette situation est inacceptable quand on sait qu’en En effet, dans les entreprises, les salaires réels
moyenne 40 % des salariés de la métallurgie, stagnent, les qualifications ne sont pas reconnues et les
notamment ceux des plus petites entreprises, sont déroulements de carrières sont bloqués.
directement impactés par les minima. Par exemple dans
le département de la Loire, le minima au coefficient 140 Exemples
démarre en dessous du SMIC et les écarts de salaires Chez Thales
• La moyenne des salaires d’un salarié au coefficient 225
entre coefficients sont particulièrement faibles.
Département
Coeff
mini
Loire (42) /
Issingneaux
Salaire
annuel
représentait 1,95 SMIC en 2001. Il n’est plus que de 1,64
SMIC en 2010.
• La moyenne des salaires représentait 2,4 SMIC pour un
salarié au coefficient 305 en 2001. Elle est de 2,13 en 2010.
• La moyenne salariale d’un salarié IC Pos III B représentait
5,81 SMIC en 2001. Elle est de 4,84 en 2010.
Salaire
Mensuel
140
16526
1377,17
170
16817
1401,42
215
17401
1450,08
255
20058
1671,50
305
22937
1911,42
Chez Dassault
•Le salaire mini du coefficient 285 de la grille Atelier de
2012 est équivalent au mini du coefficient 170 de 1986.
•Le salaire mini du coefficient 365 de la grille Préparateur
de 2012 est équivalent du coefficient 240 de 1986.
•Le salaire mini indice 108 de la grille des Ingénieurs et
Cadres de 2012 est équivalent du mini indice 92 de 1986.
•En 1986 le salaire d’un salarié au coefficient 240 était
au dessus du Plafond de la Sécurité Sociale, aujourd’hui
ce n’est plus le cas ! (le plafond de la sécurité sociale est
actuellement de 3 031€ par mois).
Proposition de grille de la CGT métallurgie
Seuils d’accueil
Sans savoir reconnu
ni expérience
Niveaux Coefficients
I
Après un an
CAP
200
220
II
240
BEP
260
Bac
280
III
Bac Pro
Bac+2
300
IV
320
BTS - DUT
340
Bac +3/4
360
V
Licence
380
Bac +5
Ingénieurs - Master
400
VI
Bac +8
Ingénieurs/Cadres
et cadres sup. Doctorat
Salaires
de base en € (35h)
1 700
(revendication CGT)
1 870
2040
(Smic+20%)
2 210
2 380
(Smic+40%)
2 550
2720
(Smic +60%)
2 890
3 060
( Smic +80%)
3 280
3 400
(Smic x2)
440
3 740
480
4 080
500
VII
500 à 1000
de 4 250 (2,5 x Smic)
à 8 500 (5 x Smic)
Pour redonner des perspectives de carrière
dignes de ce nom et de la valeur aux diplômes, il
faut donc revaloriser le bas de grille mais aussi
redonner de l’ampleur à l’échelle hiérarchique
des salaires.
Voilà pourquoi, la FTM CGT propose une grille
unique de l’ouvrier à l’ingénieur permettant un
réel déroulement de carrière pour tous.
La CGT propose la mise en place, dans la
convention collective et les entreprises, des grilles
de salaires assurant une échelle de 1 à 5, avec un
départ de grille, au coefficient 200 à 1 700 €.
Cela permettrait la reconnaissance des diplômes
et une évolution de carrière pour tous les salariés
y compris ceux qui n’ont pas de diplôme.
La CGT revendique le doublement garanti
du salaire et celui du coefficient sur toute la
carrière professionnelle avec au minimum un
changement de coefficient tous les 4 ans.
Pétition nationale
Augmenter les salaires
L’exigence d’augmentation du pouvoir d’achat et la nécessité de rééquilibrer le partage des richesses
créées par le travail, sont très fortes chez les salariés.
C’est le processus nécessaire pour répondre aux préoccupations des salariés, pour sortir de la crise,
relancer la consommation et la croissance dont le pays a besoin.
La Fédération des travailleurs de la Métallurgie CGT propose :
• L’ouverture immédiate des négociations salariales dans toutes les entreprises de la métallurgie et les chambres
patronales territoriales, avec 10% d’augmentation générale tout de suite et pour tous,
• Un SMIC de base à 1 700€ pour un salarié sans diplôme, sans qualification reconnue et sans expérience,
• L’automaticité de l’augmentation des minima dans les territoires à chaque augmentation du SMIC, par le vote
d’une loi,
Ne pas jeter sur la voie publique
• Un doublement du salaire et de la qualification au minimum sur toute la carrière professionnelle.
La pétition est disponible
en ligne sur le site
www.ftm.cgt.fr
et dans les entreprises
auprès des militants CGT.
Bulletin d’adhésion
Je souhaite
Nom
Adresse
Tel
email
prendre contact
me syndiquer
Prénom
Entreprise
A remettre à un syndiqué CGT de votre entreprise ou à envoyer à la
FTM-CGT - Espace Vie syndicale - Case 433 - 263 rue de Paris - 93514 Montreuil cedex