INDE – SRI LANKA – MALDIVES – NEPAL

Commentaires

Transcription

INDE – SRI LANKA – MALDIVES – NEPAL
DEPARTMENT SCIENCES CLINIQUES | SERVICE MEDICAL
Kronenburgstraat 43/3, 2000 Anvers | Fax: +32 3 247 64 10
Version mise à jour (05/07/2016 – UM) voir: http://www.medecinedesvoyages.be
INDE – SRI LANKA – MALDIVES – NEPAL - BANGLADESH –
BHOUTAN – BIRMANIE (MYANMAR)
Dans la plupart des régions d’Asie (voir carte des pays germanophones: (http://www.dtg.org/21.0.html),
on peut envisager de renoncer à la prise des comprimés anti-malaria. (chimioprophylaxie), après une
évaluation soigneuse du risque. Ce risque de malaria est en général faible, voire dérisoire, même pour les
voyageurs aventureux et/ou séjours de longue durée, en fonction de la région visitée, la saison, séjour urbain
ou rural, mais est surtout déterminé par les modalités de séjour en ce qui concerne les nuitées et la
disponibilité de structures de santé locales fiables dans le diagnostic et traitement de la malaria. Des mesures
préventives strictes contre les piqûres de moustique du coucher au lever du soleil sont toujours nécessaires.
En cas de fièvre pendant ou après un séjour en zone à risque de malaria, ce diagnostic doit toujours être
considéré et doit être exclu, consultez un médecin.
Lors des itinéraires traversant différentes régions (avec risque de malaria en général faible, mais localement
probablement plus élevé) il y a plusieurs options à côté d’une prévention anti-malarique continue:
• on peut emporter avec soi dans la pharmacie de voyage un traitement anti- malarique de secours (p.ex.
atovaquone/proguanil) avec des instructions d'utilisation précises et bien expliquées et/ou
• on peut planifier une prise prophylactique temporaire de comprimés anti-malaria
(atovaquone/proguanil), en fonction du risque local de malaria, lorsque ce risque s’avère suffisamment
élevé dans la région visitée (information sur www.itg.be).
Voir aussi: http://www.who.int/malaria/publications/world-malaria-report-2015/en/
terme de recherche "nom du pays en anglais".
INDE
Carte du paludisme en Inde: http://www.itg.be/ITG/Uploads/MedServ/India2015.jpg
En Inde, il y a un risque de transmission de la malaria (et aussi sur les îles Andaman et Nicobar), mais
celui-ci varie fortement en fonction des régions et de la saison; le risque peut aussi varier fortement
d'une année à l'autre.
En résumé nous pouvons dire:
- Pour les personnes qui en Inde vont séjourner dans de bonnes conditions de logement (dans des
chambres d’hôtel convenables, libres de moustiques), les mesures contre les piqûres de
moustiques (*) le soir et la nuit sont suffisantes.
- Pour les autres voyageurs (aussi pour ceux qui voyagent en train pendant la nuit, voyageurs avec
sac à dos et trekkers, logeant dans des hôtels bon marché ou des lodges,…) les recommandations
de prévention de malaria à suivre sont variables selon les régions visitées.
• Pas de risque > 2000 et dans les grandes villes: Jammu & Kashmir, Sikkim & Himachal Pradesh.
Aucune mesure préventive n'y est donc nécessaire.
• Le risque de falciparum malaria peut être élevé dans:
- l’état d’Assam (situé entre le Bangladesh, la Chine et le Myanmar)
- l’état d’Orissa
- une petite partie de l’état d’Andhra Pradesh – dans les districts East Godavari, Srikakulam,
Vishakhapatnam et Vizianagaram
- une petite partie de l’état de Madhya Pradesh – dans les districts Balaghat, Dindori, Mandla
et Seoni.
Les recommandations de prévention de malaria (*) et la prise des médicaments de
prévention de malaria (**) sont d’application.
•
Le risque de malaria est faible voire inexistant dans le reste du pays (inclus les Iles Andaman et
Nicobar). Les mesures préventives contre les piqûres de moustiques le soir et la nuit (*) sont
recommandés.
Les voyageurs aventureux qui passent leurs nuits dans des conditions primitives dans des
zones rurales dans ces régions peuvent choisir pour des mesures préventives contre les
piqûres de moustiques (*) (le soir et la nuit) (en cas de fièvre, on doit toujours penser à une
malaria et consulter un médecin) ou la prise de comprimés antimalariques (**) comme
expliquée ci-dessous.
SRI LANKA
Il n’y a pas de risque de malaria dans les districts de Colombo, Galle, Gampaha (situé au nord de
Colombo), Kalutara et Matara (situés au sud de Colombo), ni dans le district de Nuwara Eliya au centre
du pays :
Dans le reste du pays, dans les régions en dessous de 800 m (et il s'agit de la majeure partie du
territoire), il existe un risque très bas (aucun cas n’a été signalé depuis 2012). En cas de fièvre, on doit
toujours penser à une malaria et consulter un médecin.
MALDIVES
Il n'y a pas de risque de malaria.
NEPAL
Il n’y existe un risque de malaria (principalement la forme bénigne de malaria à Plasmodium vivax) que
dans certaines zones rurales dans le Teraï, provinces situés dans le sud du pays à la frontière avec l'Inde,
à une altitude inférieure à 1200 m. Il y a encore occasionnellement des épidémies de paludisme à
Plasmodium falciparum, de juillet à fin octobre. Le risque de paludisme à P. vivax est également
saisonnier.
Dans le reste du Népal et en particulier dans la capitale Katmandou, il n'y a pas de risque de malaria.
Les voyageurs aventureux qui passent leurs nuits dans des conditions primitives dans les districts
endémiques du Teraï surtout dans la zone frontalière avec l’Inde, peuvent choisir soit pour uniquement
des mesures préventives contre les piqûres de moustiques (*) le soir et la nuit (en cas de fièvre, on doit
toujours penser à une malaria et consulter un médecin) soit pour la prise de comprimés anti malariques
(**) comme expliquée ci-dessous (sauf dans le Chitwan National Park ou le risque est négligeable, ou
les mesures préventives contre les piqûres de moustiques (le soir et la nuit) sont suffisantes).
http://www.fitfortravel.scot.nhs.uk/destinations/asia-(east)/nepal/nepal-malaria-map.aspx
http://ciwec-clinic.com/health-information/malaria-advice-for-travelers-to-nepal/
BANGLADESH
Dans les villes (comme dans la capitale Dhakka et Chittagong) et dans la majeure partie du pays (51 des
64 districts) il n’y a pas de risque de transmission de la malaria.
Le risque de malaria n’existe que dans les zones rurales de 13 districts sur 64
1. dans l’est du pays, le long de la frontière avec la Birmanie (Myanmar):
le risque de malaria est grand dans les zones rurales de Chittagong division (« Chittagong Hill Tract
districts » (Bandarban, Rangamati et Khagrachari), Chittagong district et Cox Bazaar district,
surtout dans les zones et les lisières forestières et les contrefort des montagnes.
Ici la prise de comprimés antimalariques (**) est indiquée comme expliquée ci-dessous. Pour les
personnes qui vont séjourner dans de bonnes conditions de logement (dans des chambres d’hôtel
convenables, libres de moustiques) peuvent choisir soit pour uniquement des mesures préventives
contre les piqûres de moustiques (*) le soir et la nuit (en cas de fièvre on doit toujours penser à une
malaria et consulter un médecin) soit pour la prise de comprimés antimalariques (**) comme
expliquée ci-dessous.
2. dans le nord du pays, le long de la frontière avec la région d’Assam, en Inde:
le risque de malaria est bas dans les zones rurales des districts
- Kurigram (Rangpur Division),
- Mymensingh, Netrakona, Sherpur (Dhaka Division),
- Hobigonj, Moulvibazar, Sunamgonj en Sylhet (Sylhet Division).
Ici, des mesures préventives contre les piqûres de moustiques (*) (le soir et la nuit) sont suffisantes (en
cas de fièvre, on doit toujours penser à une malaria et consulter un médecin) ou on peut choisir pour la
prise de comprimés antimalariques (**) comme expliquée ci-dessous.
http://www.who.int/malaria/publications/world-malaria-report-2015/en/
terme de recherche → Bangladesh
BHOUTAN
Il n’y a pas de risque de malaria dans les régions situées au-dessus de 1700 m, ni dans la capitale
Thimbu. Il y a seulement un risque de malaria dans les régions rurales des 7 districts du sud du pays à la
frontière avec l’Inde, situées en dessous de 1700 m (Chukha, Dagana, Jongkhar, Pemagatshel,
Samdrup, Samtse, Sarpang et Zhemgang).
Il n’y a pas de transmission dans les 4 districts suivants: Bumthang, Gasa, Paro et Thimphu. Une
transmission saisonnière existe pendant les mois pluvieux d’été dans différentes foyers du rest du
pays.
Ici, la prise de comprimés antimalariques (**) est indiquée comme expliquées ci-dessous.
http://www.who.int/malaria/publications/world-malaria-report-2015/en/
→ Bhutan
MYANMAR (BIRMANIE)
Il n’y a pas de malaria
- dans les villes et les régions urbaines (comme Yangon (Rangoon), Mandeley, Naypyidaw)
- la côte, sauf à Rahkine (parti nord de la côte)
- dans les haut-plateaux > 1000 m ( entre autre Shan plateau dans le nord-ouest avec le Lac Inlé,
Naga Hills dans le nord-est, Tenasserim Hills dans le sud à la frontière avec la Thailande)
Aucune mesure préventive n’est nécessaire pour se protéger contre la malaria dans ces régions.
Il y a un risque faible/ modéré de malaria dans le reste du pays:
- Rahkine
- les zones < 1000 m au centre et au sud-est du pays (entre autre le site de Bahan)
Pour la plupart des voyages touristiques, des mesures anti-moustiques sont suffisantes (*).
Pour les voyages dans des régions très éloignées où l’on passe ses soirées et ses nuits exposés aux
moustiques, on peut parfois opter pour une chimioprophylaxie (**). A la frontière avec la Chine, la
Thaïlande et le Laos, il y a une résistance contre la Mefloquine.
MESURES PREVENTIVES CONTRE LA MALARIA
Pour les personnes qui visitent une région de malaria durant la journée, et qui retournent le soir dans de
bons hôtels, la prise de chimioprophylaxie n’est pas nécessaire, mais elles doivent toutefois disposer d’un
répulsif à portée de main, au cas où un problème les empêchait de rentrer avant le coucher du soleil. Pour
les personnes qui passent leurs nuits dans des conditions rudimentaires, en zone rural, il est en outre
conseillé d’imprégner la moustiquaire de perméthrine ou de deltaméthrine et la prise d’un des trois
comprimés contre la malaria (**) est indispensable.
(*) appliquer un répulsif du coucher au lever du soleil en cas de sortir; dormir sous un moustiquaire
imprégné. En cas de fièvre, penser à une malaria et consulter un médecin.
(**) Traitement préventif proposé:
ATOVAQUONE-PROGUANIL: 1 comprimé par jour, à commencer 1 jour avant le départ jusqu’à 7 jours
après avoir quitté la région malarique
DOXYCYCLINE: 1 comprimé par jour, à commencer 1 jour avant le départ jusqu’à 4 semaines après avoir
quitté la région malarique; il peut être utile pour des raisons de tolérance, de commencer quelques jours
avant le départ
MEFLOQUINE (LARIAM®): 1 comprimé par semaine, à commencer 2 à 3 semaines avant le départ jusqu’à 4
semaines après avoir quitté la région malarique
Ceci doit être discuté avec votre médecin ou le médecin d’un centre de médecine du voyage.
Pour plus d'informations concernant malaria et les médicaments contre le malaria, voir:
http://www.itg/be/itg/Uploads/MedServ/fmalaria.htm
En cas de séjour prolongée dans les tropiques, voir:
http://www.itg.be/itg/Uploads/MedServ/FMALTXT.pdf
http://www.who.int/malaria/publications/world-malaria-report-2015/en/
terme à chercher → nom du pays en Anglais.
DIARRHEE
La DIARRHEE est un problème fréquent lors d'un voyage. Même quand on voyage dans de bonnes
conditions, on y échappe rarement. Quelques conseils et des médicaments adaptés dans une pharmacie
de voyage sont très utiles. Consultez le texte “la diarrhée des voyageurs" pour les mesures préventives et
curatives dans la brochure de base VOTRE SANTE DURANT LE VOYAGE sur www.itg.be –
www.medecinedesvoyages.be. On y discute des mesures pour prévenir la diarrhée, et si nécessaire de la
traiter adéquatement.
DENGUE et CHIKUNGUNYA
Les fièvres Dengue et Chikungunya peuvent survernir: consultez la carte mondiale www.who.int/ith →
« disease distribution maps ».
Prévention = appliquer les mesures contre les piqûres de moustiques pendant la journée.
Consultez le texte sur la dengue et la chikungunya sur www.itg.be – www.medecinedesvoyages.be.
VACCINATIONS
• Aucune vaccination n'est obligatoire.
• Le vaccin contre la FIEVRE JAUNE n'est pas exigé si vous partez de l’Europe. Si vous partez d'un pays
(même un transit court dans l’aéroport), où la fièvre jaune peut exister (Afrique, Amérique du Sud),
vous devez être vacciné pour un nombre de pays, et ce à partir de l’âge d’un an pour Bhoutan,
Bangladesh, Maledives, Myanmar et Nepal; à partir de l’âge de 9 mois pour Sri Lanka; à partir de l’âge
de 6 mois pour l’Inde.
Les pays en Afrique où la transmission peut exister – voir:
www.reisgeneeskunde.be/kaarten/Gele-Koorts-Afrika.jpg
Les pays en Amérique du sud où la transmission du virus de la fièvre jaune peut exister –voir:
www.reisgeneeskunde.be/kaarten/Gele-Koorts-Zuid-Amerika.jpg
•
•
Voyager en Asie est une occasion idéale pour se mettre à jour avec les vaccins contre le TETANOS, la
DIPHTERIE, la COQUELUCHE, la POLIO et la ROUGEOLE.
Tous les voyageurs en Asie, quelles que soient la durée et les circonstances de séjour, doivent être
protégé contre l’hépatite A.
•
•
•
•
La vaccination contre la FIEVRE TYPHOIDE est à considérer pour les voyages aventureux dans de
mauvaises conditions sanitaires vers les pays tropicaux ou subtropicaux ou pour les immigrés et leurs
enfants qui retournent dans leur pays tropical d’origine pour visiter la famille et les connaissances ; la
vaccination contre la fièvre typhoïde est surtout conseillée pour les voyages de plus de 3 semaines vers
le sous-continent indien.
Dans beaucoup de situations la vaccination contre l’HEPATITE B est à considérer. Pour les détails,
consultez la brochure sur www.itg.be – www.medecinedesvoyages.be.
Les personnes qui se rendront dans une zone rurale endémique pendant au moins 3-4 semaines ou
qui vont y vivre, doivent considérer la vaccination contre l’ENCEPHALITE JAPONAISE. Pour les détails,
consultez la brochure sur www.itg.be – www.medecinedesvoyages.be.
On doit toujours tenir compte du risque de RAGE et dans certaines situations spécifiques, la
vaccination contre la rage est à considérer. Pour les détails, consultez la brochure sur www.itg.be –
www.medecinedesvoyages.be.
Tout cela mérite d’être discuté et adapté de manière individuelle avec votre médecin ou le médecin d’un
centre de médecine du voyage.

Documents pareils

THAILANDE – MALAISIE – INDONESIE – PHILIPPINES – OCEANIE

THAILANDE – MALAISIE – INDONESIE – PHILIPPINES – OCEANIE disponibilité de structures de santé locales fiables dans le diagnostic et traitement de la malaria. Des mesures préventives strictes contre les piqûres de moustique du coucher au lever du soleil s...

Plus en détail