Le Communautaire N° 37 - Accueil

Commentaires

Transcription

Le Communautaire N° 37 - Accueil
15% now !!!
EDITO
Directeur de Publication : Fogué Foguito
Ont participé à ce numéro : Ngalamou Flore, Gisèle Kaletra, Fogué Foguito,
Louis Merlin Tsamo, Clément Abacavir, Pr Atangana Raymond Victor, Efavirenz
2 Kana, Alvine Yamdjeu, Antoine Nendom, Patrick Emtriva, Eugène Bactrim.
W
037
BP : 10087 Yaoundé -Cameroun
Tél : 237 22 03 63 27 / 99 73 89 30 / 77 18 40 28
E-mail : [email protected]
WEB : www.camerounaids.org
POSITIVE-GENERATION
Avril 2010
tue encore !
epuis 2002, la
distribution de moustiquaires
imprégnées d’insecticide a
été multipliée par dix en
Afrique
sub-Saharienne.
Pourtant, le paludisme tue
toujours un million de
personnes chaque année. Les couches les
plus vulnérables étant les femmes
enceintes et les enfants de moins de 5 ans.
Au Cameroun, un programme a été mis
en place dans le but de réduire la
mortalité et la morbidité imputables au
paludisme. Il y a quelques années on a
observé un dynamisme du programme
national de lutte contre le paludisme,
avec des distributions de moustiquaires
impré-gnées aux couches vulnérables.
La dis-tribution des moustiquaires
semble être la seule activité menée par le
programme au cours des six dernières
années (3 millions de moustiquaire ont
été distribuées). Grâce aux financements
du Fonds Mondial, les médicaments
Le Communautaire est une publication de
POSITIVE-GENERATION
BP : 10087 Yaoundé -Cameroun
Tél : 237 22 03 63 27 / 99 73 89 30 / 77 18 40 28
E-mail : [email protected]
WEB : www.camerounaids.org
contre le paludisme
sont désormais à la
portée du commun
des mortels. Mais le
problème,
c’est
qu’ils sont introuvables dans les
lieux où on est supposé les avoir. Les
étalages des pharmacies sont vides. Le
programme semble plongé dans un
profond sommeil et ne se réveille qu’à
l’approche de la journée mondiale de
lutte contre le paludisme. Mais on parle
quand même d’éradiquer la maladie,
alors que les familles les plus susceptibles
d’être touchées doivent savoir comment
utiliser les moustiquaires et bien
comprendre les risques si elles ne
respectent pas les mesures de
prévention. Le paludisme ne pourra
être éradiqué que si la distribution de
moustiquaires s’accompagne d’efforts
intensifs et prolongés en matière
d’éducation des populations
SOMMAIRE
In 2001 at Abuja, our State pledge to allocating at least 15% of
our annual budget to the improvement of health sector
Le Communautaire est une publication de
ince 2002, the
distribution of impregnated mosquito nets
has increased tenfold
in
sub-Saharan
Africa.
However,
malaria still kills one
million people each year. The most
vulnerable groups are pregnant
women and children under 5 years. In
Cameroon, a program was
implemented in order to reduce
mortality and morbidity due to
malaria, the National Program to
Control Malaria. Few years ago, the
program was very dynamic, with
distribution of impregnated mosquito
nets to vulnerable groups. The
distribution of mosquito nets seems to
be the only activity conducted by the
program over the last six years (three
million mosquito nets have been
distributed). Thanks to the funding
f
April 2010
037
THE HEADLINES
Le paludisme
Journal d’information et de débat sur le VIH/SIDA, la TB et l’accès aux Soins
15% maintenant !!!
Directeur de Publication : Fogué Foguito
Ont participé à ce numéro : Ngalamou Flore, Gisèle Kaletra, Fogué Foguito,
Louis Merlin Tsamo, Clément Abacavir, Pr Atangana Raymond Victor, Efavirenz
2 Kana, Alvine Yamdjeu, Antoine Nendom, Patrick Emtriva, Eugène Bactrim.
page 2.
page 3.
page 4.
Par Fogué FOGUITO
LVE : RECHERCHE
INFOS : Le Paludisme : un serial killer!
DOSSIER : La co-infection VIH/Paludisme : un duo
infernal !
page 5. DOSSIER : L’impact du paludisme et du VIH : lourd et
préoccupant !
page 6. DOSSIER : Paroles aux acteurs
page 7. CHACOM : Les responsabilités du patient tuberculeux
page 8. ACMS : MAINTIEN : Pincer, Insérer c’est simple avec
Protectiv’ , le préservatif féminin
Engagement pris par le Cameroun à Abuja en 2001,
de consacrer 15% du budget de l’Etat à la santé.
page 2. RSH : Read, Heard & Seen
page 3. INFOS : Malaria : a serial killer!
Main News : CO-INFECTION VIH/MALARIA
page 4. Main News : co-infection VIH/Malaria : an infernal duo !
page 5. Main News : the impact of Malaria and HIV : heavy and worriing !
page 6. Main News : the stakesholders speak !
page 7. CHACOM : the patient’s responsability in TB care
page 8. PROCEDURE: Pinch, Insert, it’s simple with Protectiv’ the female
condom?
By Fogue FOGUITO
from the Global Fund,
drugs against malaria
are now accessible for
every common man.
But the problem is
that, they are not
available in places
where they are supposed to be. The
pharmacy shelves are empty. The
program seems to be plunged into a
deep sleep and will wake up only
when the world day against malaria
is coming up, And we still talk of
eliminating the disease, while the
families most likely to be affected
need to know how to use the nets
and understand the risks if they fail
to comply prevention measures.
Malaria can be eradicated only if the
distribution
of
bednets
is
accompanied by prolonged and
intensive efforts in educating the
populations
still kills !
Malaria
EDITO
Journal of information and debate on the HIV/AIDS, TB and the Treatment access
A receptor involved in the initial phases
RESEARCH
exodus of populations including sex
workers,''said Dr. Barry, noting that there is a strong
influx of people from all sides to seek for work. Dr.
Amadou Barry, speaking on the sidelines of a regional
workshop on cross-border response to HIV/AIDS, added
that many workers in the factory, not living with their wives,
are exposed to many sex workers in this area.
Read, Seen, Heard Read, Seen, Heard Read, Seen, Heard
Synthèse réalisée par Régine TRIOMUNE
The DC-SIGN is a receptor that is found on the surface
of dendritic cells. These cells belong to the immune system.
Present in the areas of contact with the outside, such as
epidermis or mucous membranes, they are the first site of
encounter with pathogens. The DC-SIGN recognizes certain
characteristics oligosaccharides present on the surface of
these agents. It captures all the pathogens that are
internalized into dendritic cells. They degrade them and
present the pieces to their surface. Dendritic cells then go
to the lymphoid organs to trigger an immune response of
the body, that is to say, the production of T lymphocytes
able to specifically combat this pathogen. The DC-SIGN is
involved in the initial stages of infection by HIV. It used to
be transported intact to the T lymphocytes, particularly
CD4 + T cells that are its main target and that it uses for
its expansion.
Le Communautaire N° 037 Avril 2010
RELIGION: Religious leaders involved in the response to HIV
A high-level summit of religious leaders on the response to
HIV has occurred in the Netherlands in March 2010.
Participants explored opportunities for religious leaders
in promoting universal access to prevention, treatment,
care and support against HIV in their communities. They
also protested against stigma and discrimination of
people living with HIV. They have identified the best
practices to strengthen the influence and actions of
religious leaders and to establish collaboration among
various religions and sectors involved in the response to
HIV. The summit was attended by some forty leaders from
different religions : Bahai, Buddhist, Christian, Hindu,
Jewish, Muslim and Sikh in the presence of the Executive
Directors of UNFPA and UNAIDS, the AIDS Ambassadors
of the Netherlands and Sweden, officials and
representatives of networks of people living with HIV and
organizations involved in the response to HIV. In his speech
at the opening ceremony, the Executive Director of
UNAIDS, Michel Sidibe, said: "When I travel around the
world, I note that [...] social injustice only accentuates the
vulnerability of vulnerable people and further move them
away from services against HIV. "
2
Certaines professionnelles du sexe du Sénégal et de la
Guinée Bissau, voulant éviter la stigmatisation, migrent
vers République de Guinée pour se faire soigner à
Koundara, a révélé jeudi le Docteur Amadou Bary,
médecin chef de district sanitaire de Fria. ‘’La
particularité de Fria est que c’est une zone minière
caractérisée par l’exode de populations parmi lesquelles
les professionnelles du sexe’’, a expliqué Dr Barry,
Malgré le formidable accueil que le public a réservé
à la campagne nationale de dépistage du VIH, de
nombreuses femmes sont peu enthousiastes à l’idée de
faire un test de dépistage, sachant qu’un résultat positif
pourrait signifier la fin de leur mariage, l’expulsion de
leur foyer et plus encore. Selon Nelson Andanje,
coordonnateur du district de Teso pour le sida et les
infections sexuellement transmises, les hommes de la
région ont trop peur pour se soumettre eux-mêmes aux
tests de dépistage. Ils obligent donc leurs épouses à s’y
rendre à leur place pour connaître leur propre statut.
«Le fait de forcer une femme à se soumettre à un test de
dépistage et de décider en fonction du résultat si elle peut
continuer à vivre dans le foyer conjugal constitue une
grossière violation des droits humains. Et c’est plutôt
ridicule quand on ne connaît même pas son propre statut»,
a dit M. Andanje. C’est dans cette optique qu’en
décembre 2009, Human Rights Watch (HRW) a évoqué
la possibilité de violations des droits humains dans le
cadre de la campagne nationale de dépistage
RWANDA: More than 16,000 people on ARVs
16,080 people including 7,210 women and 8,870 men
were receiving anti-retrovirals (ARVs) in Rwanda, while
only half of children reported HIV positive receive a
tritherapy to resist to the pandemic. According to a report
by the Rwandan Center for research and treatment of HIV,
ARV treatment has been administered to many patients
(58%) in 143 health centers in the country, so that clinics
and referral hospitals have provided a distribution of
these drugs as a proportion of 2% and 6% of those
infected. In Rwanda, the HIV prevalence rate is estimated
at 3.1%, according to a demographic survey of health
conducted in 2008 by the government. The publication of
this report comes one week after the end of a three-month
campaign in Rwanda to sensitize the people of this small
central African country, on the use of condoms as an
effective method to fight against AIDS and family
planning. However, the report notes a sharp increase in a
number of couples who have entered into a voluntary
testing over the last five years.
SÉNÉGAL : Lutte contre la stigmatisation
KENYA : Les limites de la campagne de
dépistage du VIH
SENEGAL: sex workers fight against stigma
16.080 personnes dont 7210 femmes et 8870 hommes
sont sous traitement anti-rétroviraux (ARV) au Rwanda,
alors que seule la moitié des enfants déclarés séropositifs
reçoit une trithérapie pour résister à la pandémie. Selon
un rapport du Centre rwandais de recherche et de
traitement sur le VIH, un traitement ARV a été administré
à un grand nombre patients (58%) dans 143 centres de
santé du pays, alors que les cliniques et les hôpitaux de
référence n'ont assuré une distribution de ces
médicaments qu'à une proportion de 2% et 6% des
personnes infectées. Au Rwanda, le taux de prévalence
du VIH est estimé à 3,1%, selon Une enquête
démographique de santé réalisée en 2008 par le
gouvernement. La publication de ce rapport intervient
une semaine après la fin d'une campagne de trois mois
au Rwanda destinée à sensibiliser la population de ce
petit pays d'Afrique centrale à l'usage du condom
comme méthode efficace de lutte contre le SIDA et de
planning familial. Toutefois, le rapport souligne une forte
augmentation d'un nombre de couples qui ont passé un
test de dépistage volontaire par rapport aux cinq
dernières années écoulées.
Un sommet de haut niveau des dirigeants religieux sur
la riposte au VIH a eu lieu a aux Pays-Bas du 22 au 23
mars. Les participants ont exploré les possibilités offertes
aux dirigeants religieux dans la promotion de l’accès
universel aux services de prévention, traitements, soins
et soutiens contre le VIH au sein de leurs communautés.
Ils se sont également élevés contre la stigmatisation et la
discrimination des personnes vivant avec le VIH. Ils ont
identifié les meilleures pratiques permettant de
renforcer le rayonnement et l’action des dirigeants
religieux et d’établir une collaboration parmi les
différentes religions et avec les secteurs engagés dans la
riposte au VIH. Le sommet a réuni quelque quarante
dirigeants des religions bahaï, bouddhiste, chrétienne,
hindoue, juive, musulmane et sikh aux côtés des Directeurs
exécutifs de ONUSIDA et FNUAP, des Ambassadeurs
pour le sida des Pays-Bas et de Suède, des responsables
et représentants de réseaux de personnes vivant avec
le VIH et d’organisations engagées dans la riposte au
VIH. Dans son discours lors de la cérémonie d’ouverture,
le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, Michel Sidibé, a
déclaré : “lorsque je parcours le monde, je constate que
[…] l’injustice sociale ne fait qu’accentuer la vulnérabilité
des personnes fragilisées et les éloigne encore davantage
des services contre le VIH. “
Synthesis done by Régine TRIOMUNE
RWANDA : Plus de 16.000 personnes sous ARV
RELIGION : Les dirigeants religieux dans
la riposte au VIH
KENYA: The limits of the HIV testing campaign
Despite the tremendous reception the public has given to
the national campaign for HIV, many women are reluctant
to the idea of a screening test, since a positive result could
mean the end of their marriage, expulsion from their
homes and more. According to Nelson Andanje,
coordinator of Teso for AIDS and sexually transmitted
diseases, “local men are too afraid to submit themselves to
testing. They therefore force their wives to do the testing
for them to know their own status. "Forcing a woman to
undergo an HIV test and decide based on the result if she
can continue to live in the matrimonial home is a violation of
human rights“. And it is rather ridiculous when you do not
even know his own status, "said Andanje. With this in mind
that in December 2009, Human Rights Watch (HRW) has
raised the possibility of violations of human rights in the
context of the national screening campaign
Le DC-SIGN est un récepteur qui se trouve à la surface
des cellules dendritiques. Ces cellules appartiennent au
système immunitaire. Présentes dans les zones de contact
avec l'extérieur, comme les épidermes ou les muqueuses,
elles sont le premier site de rencontre avec les agents
pathogènes. Le DC-SIGN reconnaît certains
oligosaccharides caractéristiques présents à la surface
de ces agents. Il capture alors les pathogènes qui sont
internalisés dans les cellules dendritiques. Celles-ci les
dégradent et en présentent les morceaux à leur surface.
Les cellules dendritiques se déplacent ensuite jusqu'aux
organes lymphoïdes pour déclencher une réponse
immunitaire de l'organisme, c'est-à-dire la production de
lymphocytes T capables de combattre spécifiquement ce
pathogène. Le DC-SIGN est impliqué dans les phases
initiales de l'infection par le VIH. Celui-ci l'utilise pour se
faire transporter intact jusqu'aux lymphocytes T, en
particulier les lymphocytes T CD4+ qui sont sa cible
principale et dont il se sert pour son expansion.
Some sex workers in Senegal and Guinea Bissau, wishing
to avoid the stigma, migrate to the Republic of Guinea to
seek treatment in Kundara, said Dr. Amadou Bary, health
Officer at the Medical District of Fria. ''The peculiarity
ofFria is a mining area that is characterized by the
Un récepteur impliqué dans les phases initiales
précisant qu’il y a une forte affluence de personnes de
tout bord à la recherche de travail. Le docteur Amadou
Barry qui s’exprimait en marge d’un atelier régional sur
la réponse transfrontalière au VIH/Sida, a ajouté que
beaucoup de travailleurs de l’usine, qui ne vivent pas
avec leur femmes, sont exposés face aux nombreuses
travailleuses du sexe dans cette zone.
Le Communautaire N° 037 April 2010
RECHERCHE
Lu, Vu, Entendu Lu, Vu, Entendu
2
Lu, Vu, Entendu DOSSIER >>> Co-infection VIH/Paludisme Co-infection VIH/Paludisme
he WHO recommends the timely processing of all
clinical events (if possible within 24 hours of onset
of symptoms), the use of insecticide-treated nets for
preventing mosquito bites during the night. For
pregnant women in areas of high endemicity,
preventive doses of sulfadoxinepyrimethamine
(IPT/SP)
are
administered regularly to eliminate
parasites from the placenta. The
spraying of residual insecticide inside
houses to kill mosquitoes resting on
walls and roofs. Prevention focuses on
reducing the transmission in fighting
against mosquito vectors. In vector
control, the two main interventions are:
the use of mosquito nets treated with
long-lasting insecticide, a method very
MAIN NEWS >>>Coinfection HIV/Malaria Coinfection HIV/Malaria Coinfection HIV/Malaria
INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO
C
un serial killer !
Le paludisme :
Le paludisme est l’une des maladies parasitaires la plus répandue dans le monde.
Toutes les 30 secondes, un enfant meurt du paludisme quelque part dans le monde.
Chaque année, 190 à 330 millions de cas de paludisme sont recensés.
La détection des cas au niveau clinique
ommunément appelé palu ici chez nous, le
paludisme demeure un réel problème de santé
publique. Il est provoqué par le plasmodium qui est
transmis par un moustique infectant appelé Anophèle
femelle. On distingue quatre espèces de plasmodium
: le P. falciparum, P. vivax, P. ovale et le P. malariae.
Parmi ces quatre espèces, le plasmodium falciparum
est responsable des formes graves de paludisme. Au
Cameroun, par exemple il est la cause de 90% des
cas de paludisme. Les symptômes les plus courants sont:
la fièvre ou corps chaud au toucher (température
égale ou supérieure à 38°C par l’anus chez l’enfant ou
supérieure à 37,5°C par l’aisselle chez l’adulte),
frissons, maux de tête, Courbatures, douleurs
articulaires, douleurs abdominales chez l’enfant,
troubles digestifs (perte d’appétit, diarrhée, nausées,
vomissements). L’anophèle femelle pond ses œufs dans
des flaques d'eau stagnante, propres, claires, et non
polluées. Donc, toutes les collections d’eau peuvent être
un gîte larvaire : lac, bord des rivières, marigot, vieux
pneus, ornières, marécage, barrage, canal d’irrigation,
château d’eau non couvert, puits et autres
réserves d’eau
L
Prévenir le paludisme
’OMS recommande le traitement rapide
de tous les épisodes cliniques (si possible
dans les 24 heures suivant l'apparition des
symptômes); l'utilisation des moustiquaires
imprégnées d'insecticide pour la prévention des piqûres de moustiques durant la
nuit. Pour les femmes enceintes dans les
zones de forte endémicité, des doses
préventives de sulfadoxine-pyriméthamine
(IPT/SP) sont administrées pour éliminer
réguliè-rement les parasites du placenta.
Les pulvérisations d'insecticide à effet rémanent à
l'intérieur des habitations pour tuer les moustiques au
repos sur les murs et les toits. La prévention est axée
sur la réduction de la transmission en luttant contre les
moustiques vecteurs. En matière de lutte antivectorielle,
les deux principales interventions sont les suivantes:
l’utilisation de moustiquaires à imprégnation durable
d'insecticides, une méthode d'une très grande
efficacité pour un faible coût; les pulvérisations
d'insecticides à effet rémanent à l'intérieur des habitations.
Cependant, d'autres méthodes peuvent venir localement
compléter ces interventions fondamentales, par exemple la
destruction des gîtes larvaires en faisant disparaître les points
d'eau stagnante, contrôler les lieux de stockage d’eau puits,
châteaux d’eau qui doivent rester couverts. Pour Madame
Pouagam, “il faut garder les alentours de la maison propre
parce c’est ça qui favorise aussi le développement des
moustiques. “
La réponse nationale et la prise en charge au
niveau communautaire
e gouvernement camerounais n’a ménagé aucun effort
Lexiste
pour combattre cette maladie. C’est ainsi depuis 1995, il
au Ministère de la Santé Publique du Cameroun le
programme national de lutte contre le paludisme. Ce
programme, élaboré conformément aux recommandations de
la conférence ministérielle tenue à Amsterdam en 1992 a
pour but de réduire la mortalité et la morbidité imputables
au paludisme au plus bas niveau possible dans le cadre des
soins de santé primaires, en particulier chez les groupes les
plus vulnérables (jeunes enfants et femmes enceintes).
L’élaboration de ce programme a été suivie
par une déclaration de la politique nationale
de lutte contre le paludisme approuvée par le
Gouvernement en 1997. En outre, dans le but
de faire reculer le paludisme, les pouvoirs
publics ont défini des combinaisons thérapeutiques à base d’Artémisinine, dont les coûts au
départ, variaient entre 100 et 200 F Cfa.
Mais depuis le 28 Juillet 2009, ces prix ont
été revus à la baisse, ils varient désormais
entre 70 F Cfa et 200 F Cfa, respectivement
pour les enfants et les adultes. Au niveau de la
communauté, la prise en charge du paludisme
à domicile est assurée par des relais
communautaires qui ont été formés à cet effet.
Par ailleurs plusieurs familles, disent ne pas être au courant de
la prise en charge à domicile du paludisme, « moi je ne connais
pas ça, quand je suis malade ou même l’enfant je me rend à l’hôpital
et je suis la procédure normale », explique Pierre M.
Cependant, le phénomène de rupture paralyse l’activité
de prise en charge à domicile et par conséquent provoque
des mécontentements au sein de la population, au point
de faire croire que la prise du paludisme à
GIKA
domicile n’est qu’un slogan, un rêve
3
Le Communautaire N° 037 Avril 2010
T
Preventing malaria :
ommonly known as“palu“ in our context, malaria
remains a real public health problem. It is caused
by Plasmodium which is transmitted by an infecting
mosquito called female Anopheles. We distinguish
four species of Plasmodium: P. falciparum, P. vivax, P.
ovale and P. malariae. Among these four species,
Plasmodium falciparum causes severe forms of
malaria. In Cameroon, for example it is the cause of
90% of malaria cases. The plasmodium is transmitted
through the bite of female Anopheles. The most
common symptoms are: fever or body feels hot (at or
above 38 ° C through the anus in children or above
37.5 ° C in the axilla in adults), chills, headaches,
aches, joint pain, abdominal pain in children,
gastrointestinal disturbancies (loss of appetite,
diarrhea, nausea, vomiting). The female mosquito lays
its eggs in pools of stagnant water, clean, clear and
unpolluted. So, all collections of water can be a
breeding habitat: lake, river banks, creek, old tires,
ruts, swamp, dam, irrigation canal, water tower
uncovered, wells and other water supplies
C
What is Malaria ?
Le Communautaire N° 037 April 2010
3
Eugène BACTRIM
he Cameroonian government has spared no effort to
combat this disease. Thus since 1995, there exists at
Ministry of Public Health, the national program of fight
against malaria. This program, developed in accordance with
the recommendations of the Ministerial Conference held in
Amsterdam in 1992 aims to reduce mortality and morbidity
due to malaria at the lowest possible level within the primary
health care, particularly among the most vulnerable groups
(young children and pregnant women). The development of
this program was followed by a statement of national policy
to fight against malaria approved by the Government in
1997. In addition, in order to roll back malaria, governments
have established drug combinations based on artemisinin,
which costs initially ranged between 100 and 200 FCFA. But
since July 28, 2009, these prices have been revised
downwards, they now vary between 70 FCFA and 200 FCFA
respectively for children and adults. At the community level,
the malaria home base care is provided by community
relayers who have been trained for this purpose. Also many
families say they are not aware of the care
taking of malaria at home, "I do not know it when
I'm sick, or even the child I went to the hospital and
I follow the normal procedure, "says Pierre M.
However, but this actvity is confronted to the
phenomenon of stock out that paralyzes it and
consequently causing anger among the
population, thereby making people to think that
the malaria home base care is a slogan, a
dream
T
The national response and support at the
community level:
efficient for a low cost, the spraying of residual insecticides
to indoors. However, other methods can locally complete these
basic interventions, such as destruction of breeding sites by
removing standing water, controlling water storage facilities
wells, water towers, which must remain covered. For Mrs.
Pouagam, "just keep around the house clean, because that's
what also fosters the development of mosquitoes. "
Malaria is one of the most common parasitic diseases in the world. Every 30 seconds a
child dies of malaria somewhere in the world. Each year, 190 to 330 million malaria
cases are reported.
a serial killer !
Malaria :
INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO
MAIN NEWS >>>Coinfection HIV/Malaria Coinfection HIV/Malaria Coinfection HIV/Malaria
tudies have shown a correlation
between Malaria and HIV.
Indeed the fact that the immune
systems of people infected is
relatively weak, malaria is
presented as opportunistic disease
that worsens the health situation of
the latter. The two diseases
interact. Malaria is a major cause
of morbidity, i.e., disease, and
mortality in people infected with
HIV. HIV causes a gradual decline of CD4
lymphocytes. However, the immune response to
malaria is dependent on CD4. In case of coinfection HIV/Malaria, the number of parasites in
the blood is higher. It is inversely correlated with
CD4 count. In malaria epidemic area (seasonal
transmission), the malaria cases are more severe in
people infected with HIV. In endemic areas, the
malaria cases are more common among people
infected with HIV
S
Malaria/HIV :
emember that malaria is a
major cause of infant mortality
in Africa. As adults, the malaria cases in children infected
with HIV are more frequent and more severe. In children
infected with HIV, anemia is common and may be due to
several factors apart from malaria like malnutrition, iron
deficiency, folic acid and/or vitamin B12, infections
rehearsals, inflammation syndrom, taking of drug
contributing to anemia (eg AZT). In children infected with
HIV whose hemoglobin is already lowered, severe anemia
secondary due to malaria attacks may involve lifethreatening
R
In children infected with HIV:
viral load increases during
malaria. However, it is not clearly
established that co-infection
HIV/Malaria
increases
HIV
transmission to the child, the fact
remains that it has important
consequences on the health of the
mother and child. All HIV positive
pregnant women should therefore
benefit from effective preventive
measures against malaria
Malaria and HIV are two of the most important global health problems of our time.
More than four million deaths are attributable to them each year. The interaction
between the two diseases clearly has major consequences for public health.
an infernal duo!
Co-infection Malaria /HIV:
INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO
Eugène BACTRIM
In pregnant women infected with HIV:
L
Que faire chez la femme enceinte et l’enfant ?
es moustiquaires imprégnées doivent être proposées en
routine dans tous les services de prise en charge des
personnes infectées par le VIH, y compris les services de
PTME. Elles constituent le moyen le plus efficace de prévenir
la transmission du plasmodium. Il est prouvé que le
cotrimoxazole (CTX) en prophylaxie diminue également le
nombre et la sévérité des accès palustres chez la mère
comme chez l’enfant.
Malheureusement il n’existe pas encore une prise en
charge spécifique des personnes vivant avec le VIH/SIDA
exposés au paludisme, ni de programmes de ce type, comme
on a vu avec la tuberculose où un programme conjoint de lutte
contre la TB et du VIH a été mis sur pied. Les PVVIH sont
traitées comme tout le monde
What should be done to protect pregnant women
and children from malaria?
Le Communautaire N° 037 Avril 2010
enfant en Afrique. Comme chez
l’adulte, les accès palustres chez
l’enfant infecté par le VIH sont
plus fréquents et plus sévères.
Chez l’enfant infecté par le VIH,
l’anémie est fréquente et peut
être due à plusieurs facteurs en
dehors du paludisme : malnutrition et carence en fer, en acide
folique et/ou en vitamine B12,
infections à répétitions, syndrome inflammatoire, prise de médicaments contribuant à
l’anémie (ex : AZT). Chez l’enfant infecté par le VIH dont
l’hémoglobine est déjà abaissée, une anémie aiguë
secondaire à un accès palustre peut mettre en jeu le pronostic
vital
I
4
cas pour les femmes non infectées par le VIH. Chez les
femmes enceintes, pendant et après un accès palustre,
la charge virale du VIH peut augmenter jusqu’à 7 fois.
Si l’accès palustre n’est pas traité, cette augmentation
peut perdurer plusieurs mois. La co-infection
VIH/paludisme chez les femmes enceintes augmente
pour l’enfant les risques de retards de croissance
intra-utérins (RCIU), de petits poids de naissance, de
prématurité et donc de mortalité au cours des
premiers mois de vie. La transmission mère enfant du
VIH serait affectée en cas de co-infection. Des
arguments plaident en ce sens. Par exemple les accès
palustres peuvent altérer la barrière hématoplacentaire, la charge virale du VIH augmente lors
appelons que le paludisme
R
est l’une des principales
causes de mortalité du jeune
T
hez les femmes enceintes infectées par le VIH, le
C
risque de crise de paludisme ne diminue pas avec
le nombre de grossesses antérieures, comme c’est le
Chez l’enfant infecté par le
VIH :
reated nets should be offered routinely in all care
taking services for people infected with HIV, including
PMTCT services. They are the most effective means of
preventing the transmission of Plasmodium. It is prooved
that co-trimoxazole (CTX) prophylaxis also decreases the
number and severity of malaria in mothers as well as in
children.
Unfortunately, in Cameroon, there is not a specific
treatment for people living with HIV/AIDS at risk of
malaria, or programs such as we saw with TB when a joint
programme to fight against TB and HIV has been
established. PLWHA are treated like everyone else
Chez les femmes enceintes infectées par le
VIH :
des accès palustres. Toutefois, s’il n’est pas clairement établi
que la co-infection VIH/Paludisme augmente la transmission
du VIH à l’enfant, il n’en reste pas moins qu’elle a
d’importantes conséquences sur la santé de la mère et de
l’enfant. Toute femme enceinte VIH positive devrait donc
bénéficier de mesures prophylactiques efficaces contre le
paludisme
GIKA
D
Paludisme/VIH :
es études ont en effet montré qu’il y a une
corrélation entre le paludisme et le VIH. En effet
du fait que le système immunitaire des personnes
infectées est relativement faible, le paludisme se
présent donc comme maladie opportuniste qui
aggrave la situation sanitaire de ces derniers. Les
deux pathologies s’influencent mutuellement. Le paludisme est l’une des causes
principales de morbidité, c’est-à-dire de
maladie, et de mortalité chez les
personnes infectées par le VIH. Le VIH
provoque une baisse progressive des
lymphocytes CD4. Or, la réponse
immunitaire au paludisme est dépendante
du taux de CD4. En cas de co-infection
paludisme-VIH, le nombre de parasites
dans le sang est plus élevé. Elle est
inversement corrélée au taux de CD4. En
zone épidémique du paludisme (transmission saisonnière), les accès palustres sont
plus sévères chez les personnes infectées
par le VIH. En zone endémique, les accès
palustres sont plus fréquents chez les personnes
infectées par le VIH.
n pregnant women infected with HIV, the risk of
malaria attack does not reduce the number of
previous pregnancies, as it is the case for women
not infected with HIV. In pregnant women, during
and after an attack of malaria, HIV viral load can
increase up to 7 times. If an attack of malaria is
not treated, this increase may persist for several
months. Co-infection HIV/Malaria in pregnant
women increases the risks for the child of
intrauterine growth retardation (IUGR), small birth
weight, prematurity and thus mortality during the
first months of life. The mother to child transmission
of HIV is affected with co-infection, this is
supported by some arguments. For example,
malaria cases can alter the blood-placenta, HIV
Le paludisme et le VIH sont deux des plus importants problèmes mondiaux de santé de
notre temps. Plus de quatre millions de décès leur sont imputables tous les ans.
L’interaction entre les deux maladies a bien évidemment des conséquences majeures
pour la santé publique.
Le Communautaire N° 037 April 2010
DOSSIER >>> Co-infection VIH/Paludisme Co-infection VIH/Paludisme
un duo infernal !
Co-infection Paludisme/VIH :
4
INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO
INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO
E
The impact of Malaria and HIV:
Heavy and worriying!
MAIN NEWS >>>Coinfection HIV/Malaria Coinfection HIV/Malaria Coinfection HIV/Malaria
DOSSIER >>> Co-infection VIH/Paludisme Co-infection VIH/Paludisme
Le VIH et le paludisme constituent-elles une réelle menace?
Comment interagissent-ils sur le corps humain ?
Tsenou Martine : Les deux maladies sont intimement
liées. Avec notre expérience, on a constaté depuis qu’on
lutte contre les deux maladies que, au fur et a mesure que
la prévalence du VIH augmente au sein de la société, le
nombre de cas de décès due au palu s’accroît également.
En effet, nous nous trouvons dans une des régions du
monde où le paludisme est une réelle menace c’est
pourquoi il est rare de voir quelqu’un chez nous qui n’a
Le Communautaire N° 037 Avril 2010
5
Avec notre expérience, on a
constaté […] que la prévalence du
VIH augmente au sein de la
société, le nombre de cas de décès
dû au palu s’accroît également.
Mme Tsenou Martine Solange de l’Association Camerounaise pour le Bien-être Familial
(CAMNAFAW) nous a entretenu sur la relation entre le VIH et le paludisme
PAROLE AUX ACTEURS
décès concerne les enfants africains de moins de cinq
ans. Le Cameroun s’inscrit dans cette logique comme
une zone à paludisme stable où la transmission
anophélienne est intense et permanente, presque toute
l’année, pouvant atteindre 1000 piqûres infectées par
personne et par an. Chez nous, malgré les mesures de
sauvetage et la survenue des bailleurs variés, le
paludisme représente encore 50% de la morbidité des
enfants de moins de cinq ans, 40 à 45% des
consultations médicales, 40% des décès des enfants
de 0 à 5 ans, 35 à 40% de tous les décès en milieu
hospitalier.
Au Cameroun, l’impact socio-économique du
paludisme reste lourd. Les études ont montré que l’on
perd près de 2,3% du PIB /pays par an du fait du
paludisme. En ce qui concerne les dépenses publiques
pour le paludisme, le Cameroun a consacré 90 600
000 CFCA pour le budget de fonctionnement en
faveur de la lutte contre le paludisme et 71 550 000
FCFA pour les investissements en 2005. Les fonds PPTE
s’élevaient à cet effet pour la même année à 1955
230 490 FCFA. Ces différents budgets ont servi dans
l’achat des moustiquaires imprégnées, la production
des supports de sensibilisation, l’achat des matériels
informatiques et l’achat des vélos entre autres pour le
programme « Scaling Up Malaria Prevention ». En outre
la perte des jours de travail, les pertes au niveau de
haque année on enregistre environ 350 millions à
500 millions de cas cliniques de paludisme,
C
entraînant 1 million de décès. Ainsi, plus de 80% des
Impact du paludisme
haque année on enregistre environ 350 millions à 500
millions de cas cliniques de paludisme, entraînant 1 million
de décès. Ainsi, plus de 80% des décès concerne les enfants
africains de moins de cinq ans. Le Cameroun s’inscrit dans
cette logique comme une zone à paludisme stable où la
transmission anophélienne est intense et permanente, presque
toute l’année, pouvant atteindre 1000 piqûres infectées par
personne et par an. Chez nous, malgré les mesures de
sauvetage et la survenue des bailleurs variés, le paludisme
représente encore 50% de la morbidité des enfants de moins
de cinq ans, 40 à 45% des consultations médicales, 40% des
décès des enfants de 0 à 5 ans, 35 à 40% de tous les décès
en milieu hospitalier.
Clément ABACAVIR
C
Impact de l’infection à VIH
l’investissement et du tourisme, la baisse de productivité,
l’absentéisme scolaire et professionnel renforcent la pauvreté.
Lors d’une formation sur le paludisme, le Dr Esther Tallah de
la Cameroon Coalition Against Malaria (CCAM) a souligné
que : “ 40% des dépenses des ménages sont destinées au
paludisme“. Ceci est renchérit par Paul Manga, rencontré à
l’hôpital de distric t de Biyem-Assi “ ma fille est hospitalisée ici
depuis 2 semaines et je ne peux pas compter combien j’ai déjà
dépensé pour les examens et les médicaments“ Par ailleurs les
zones rurales sont également touchées du fait des pratiques
culturelles qui privilégient les décoctions et les médicaments
traditionnels aux vertus pas encore démontrés et surtout les
cas de morts qui sont encore considérés comme des
malédictions et des mauvais sorts. “Aujourd’hui la population
privilégie la médecine traditionnelle, beaucoup de gens
se rue vers là parce que c’est moins cher“, déclare
Marie, étudiante
Lourd et préoccupant !
L’impact du paludisme et du VIH :
INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO
Malaria impact
ach year there are about 350 to 500 millions of
clinical cases of malaria are reported, causing 1
million deaths. Thus, over 80% of deaths concern African
children under five years. Cameroon is part of this logic
as an area of stable malaria, where anopheline
transmission is intense and permanent, almost all the year
long, up to 1000 infective bites per person and per year.
Here, despite the relief measures and the occurrence of
various donors, malaria still accounts for 50% of
morbidity among children under five years, 40 to 45% of
medical consultations, 40% of deaths of children aged 0
to 5, 35 to 40% of all deaths in hospitals. In Cameroon,
the socioeconomic impact of malaria remains high.
Studies have shown that Cameroon loses about 2.3% of
GDP per country per year because of malaria. As for
public expenditure for malaria, Cameroon has spent 90
600 000 CFCA for the operating budget for the fight
against malaria and 71 550 000 FCFA for investment in
2005. HIPC funds amounted to the same effect for the
year 1955 230 490 FCFA. These various budgets have
been used to buy mosquito nets, production of sensitizing
materials, computer equipment purchase and bikes
among other thing for the program "Scaling Up Malaria
Prevention“. In addition to the loss of working days, the
losses in investment and tourism, reduced productivity,
school and vocational absenteeism reinforce poverty.
During a training on malaria, Dr. Esther Tallah from the
Cameroon Coalition Against Malaria (CCAM) has
stressed that: "40% of household expenditure is for
malaria. This is highlights by Paul Manga, met at the
Biyem-Assi District Hospital "my daughter is hospitalized
here since 2 weeks and I cannot count how much I've
already spent for medical lab exams and medication" .
Moreover also the majority of the population prefer
decoctions and traditional medicines, which for them are
more effective than modern medicines. "Today people
prefers the traditional medicine, because it is usually made up with
herbs that are easy to found and especially because it is cheaper,"
says Sophie, a student
A
Impact of HIV infection
ccording to the UNGASS progress report No. 3, human,
social and economic impact of HIV is a concern. Based on
estimates from UNAIDS/WHO, the number of adults infected
with HIV is expected to be 543 294 in 2007 and 44 813
infected children. Similarly, almost 850 000 pregnant women
expected in 2007, 67 000 women are estimated to be
infected with HIV and 11 000 births of infected children,
corresponding to an average rate of mother to child
transmisssion of HIV by 19%. The cumulative number of
deaths related to HIV/ IDS in 2007 would amount to 43 632.
Socially, we are witnessing a significant increase in the
number of orphans from AIDS. Estimated between 2004 and
2006 to 240 000 (UNAIDS and WHO 2006), this number
would fall to around 305 000 in 2007, thus requiring an
appropriate response from governments for their support. In
addition, opportunistic infections, including tuberculosis (39 to
50% co-infection HIV / TB) are sharply increasing. Because of
HIV, there is an occupancy rate of 30% of hospital beds in
health facilities, by AIDS patients, causing an overload work
for medical personel and needs to recruit a qualified medical
personnel for an effective response to the evolution of the
pandemic. The impact of this pandemic is spreading to other
sectors of society, including education and the work sector
where few data are available. In the education sector for
example, where HIV prevalence among teachers vary from
5% to 28% depending on region (UNESCO/UNAIDS, 2005),
there is a shortfall in quantity and quality of education
provision because of the HIV status of teachers, 95% of cases,
have problems with punctuality and attendance, as well as
difficulties
in
preparing
their
lessons
easily
(UNESCO/UNAIDS, 2005). In the workplace, HIV infection
affects 6% of workforce (GICAM, 2006), resulting in
significant losses of productivity and profit
The stakeholders speak !
It is thought that Malaria has an influence on mother to child transmission (MTCT) of HIV and may
have consequences in HIV pregnant women and in children. Le Communauatire met Dr. Patrice
Tchendjou, an epidemiologist at the Centre Pasteur of Cameroon, who tells us more about it.
Does Malaria has an influence on mother to child transmission
of HIV?
Dr Tchendjou : People think so, but research on the issue
are still going on. Indeed, it has been observed an
increase of parasitemia of malaria germ (Plasmodium
falciparum) in peripheral blood and the placenta in HIV
pregnant women. But we know that any infection of the
placenta (such as malaria placentitis) alters the barrier
function of the placenta, which can no longer adequately
prevent the passage of the virus from mother to child. The
research continues, but this also depends on the immunity
of the mother and therefore the rate of CD4. (suite p.6)
5
Le Communautaire N° 037 April 2010
Le Communautaire N° 037 Avril 2010
MAIN NEWS >>>Coinfection HIV/Malaria Coinfection HIV/Malaria Coinfection HIV/Malaria
INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO
6
Est-ce que le paludisme a une
des crises de paludisme si on
“Or on sait que toute infection est en zone d'endémie
influence sur la transmission
mère enfant du VIH ?
comme au Cameroun, une
du placenta (comme la
crise grave de paludisme si
Dr Tchendjou : On croit que
placentite palustre) altère la
on
est en zone d'épidémie,
oui; mais les recherches sur la
une agilisation de la barrière
fonction de barrière du
question se poursuivent. En
placentaire, et bien sûr, tout
effet, on a observé une
placenta qui ne peut plus
cela est influencé également
augmentation de la parasitécorrectement empêcher le
par le Taux de CD4 de la
mie au germe du paludisme
maman. Chez l'enfant, on
(Plasmodium falciparum) dans
passage du virus de la mère
note un risque de TME du
le sang périphérique et au
à l'enfant“.
VIH, un risque de petit poids
niveau du placenta chez les
de
naissance
femmes enceintes séropositives.
Que faire en cas de co-infection paludisme/VIH chez la
Or on sait que toute infection du placenta (comme la
femme enceinte?
placentite palustre) altère la fonction de barrière du
Dr Tchendjou : Il faut prendre les mesures préventives
placenta qui ne peut plus correctement empêcher le
connues (dormir sous la moustiquaire, propreté dans
passage du virus de la mère à l'enfant. Et donc les
son environnement, etc.), prendre le traitement
recherches se poursuivent car ceci dépends également
intermittent préventif proposé, pour réduire la
de l'immunité de la mère et donc du taux de CD4.
parasitémie
et réduire les fréquences des crises/la
Quelles sont les conséquences d'une telle co-infection chez
gravité des crises, surveiller de près l’anémie (bilan
la femme enceinte et chez l'enfant?
biologique si moyens disponibles), sinon prise de fer
Dr Tchendjou : Chez la femme enceinte, les
et aller aux consultations prénatales (CPN) pour une
conséquences sont: une augmentation de l'anémie de
surveillance clinique
Par GIKA
la femme enceinte, une augmentation de la fréquence
What are the consequences of such co-infection
“ But we know that any infection of
in pregnant woman ?
the placenta (such as malaria
Dr Tchendjou : In pregnant women, we note
an increase in anemia, an increased frequency
placentitis) alters the barrier function
of malaria attacks if it is in an endemic area
of the placenta, which can no longer
like Cameroon, a severe attack of malaria if
it is epidemic area, an alterartion of the adequately prevent the passage of the
placental barrier, and of course, all this is also
virus from mother to child. “
influenced by the rate of CD4 of the mother. In
intermittent treatment proposed to reduce
children, there is a risk of transmission of HIV, a risk
parasitemia and reduce the frequency of
of poor weight at birth.
crises/severity of crises, monitor closely the anemia
What should be done in case of co-infection
(biological assessment methods if available),
Malaria/HIV in pregnant woman?
otherwise take medication containing iron and go to
Dr Tchendjou : We must take known preventive
antenatal
consultation
(ANC)
for
clinical
follow-up
measures, such as, sleeping under a mosquito net,
Par GIKA
keep one’s environment clean, etc.., take preventive
Le paludisme aurait une influence sur la transmission mère enfant (TME) du VIH et
pourrait avoir de conséquences chez la femme enceinte séropositive et chez l’enfant.
Le Communautaire a rencontré le Dr Patrice Tchendjou, épidémiologiste au Centre
Pasteur du Cameroun, qui nous en dit plus à ce sujet.
Mrs Martine Tsenou is member of Camnafaw, an association for family welfare. Le
Communautaire discuses with her about the relation between Malaria and HIV.
Par Paul EMTRIVA
Does HIV and Malarie represent a real threat ? how
Tsenou Martine : The measure is simple. The first
do they interact in the body ?
thing to do is to know one’s HIV status. Once you
know your status and have receive a good
Tsenou Martine : Both diseases are intimately
counselling when testing. Indeed when you don’t
linked. With our experience, we noted that since the
know your HIV status, your immune system cannot be
fight against both diseases started, as the HIV
easily evaluated and naturally you don’t care about
prevalence is increasing among the population, the
what you eat or drink or in which conditions you live.
number of deaths due to malaria is also increasing.
So, no matter the result of your test, you should be
Indeed, we live in an area of the world where
initiated to positive life. Moreover you can benefit
malaria is a real threat ; that is why it is rare to see
from health education within
someone in our country
associations.
who does not have
plasmodium in his body. It “With our experience, we In a context in which HIV
is thanks to the immune noted that […] as the
infection is increasing, what are
system that we are not
the great challenges in the fight
sick all the time. Unfortu- HIV prevalence is
against Malaria?
nately, when HIV arrives, it
Tsenou Martine : To reduce the
weakens the natural increasing among the
morbid character of malaria, I
barrier and give room to
think the first thing to do is to
malaria to develop population, the number
educate the population on
smoothly. Therefore, when of deaths due to malaria
measures to be taken to fight
an infected person passes
against malaria, such as the use
to the sickly phase, one of is also increasing“.
of impregnated mosquitoes
the first disease he
nets, insecticides, hygiene and
develops is malaria or
sanitation environment, protec-tion against mosquito
tuberculosis, which are actually our environmental
bites (clothes, Broil, ointment ...), cleaning up the
diseases. Thus, HIV just offer the opportunity to these
surrounding environment rivers, streams, canals
diseases to develop, by weakening our natural
(gutter),
filling holes and other depressions that can
defense system.
cause stagnant water. In general, the major
As a community member, what measures are taken to
challenge remains the systematic screening of
preotect PLWHA against Malaria attacks?
populations and health education
Par Paul EMTRIVA
statut, on ne sais pas à quel niveau de fiabilité est
notre système immunitaire et naturellement on ne peut
ni faire attention à ce qu’on mange, boit ou dans
quelles conditions hygiénique on vit en général.
Dans un contexte où on sait que l’infection à VIH va
croissant, quels sont les grands défis de la lutte contre le
paludisme?
Tsenou Martine
: Pour diminuer le caractère
morbide du paludisme, il faudrait d’abord
apprendre aux populations la bonne conduite à tenir
à domicile telle que la reconnaissance des signes du
paludisme, l’usage de la moustiquaire imprégnée,
d’insecticide, l’hygiène et assainissement du milieu,
la protection contre les piqûres de moustiques
(vêtements, Grillage, pommade…), le nettoyage des
alentours des cours d’eau, les ruisseaux, les rivières,
les canaux (caniveau).,le remplissage des trous et
autres dépressions pouvant causer la stagnation des
eaux. En général, le défi majeur demeure le
dépistage systématique des populations et
l’éducation sanitaire
Le Communautaire N° 037 April 2010
DOSSIER >>> Co-infection VIH/Paludisme Co-infection VIH/Paludisme
pas en lui le plasmodium. C’est à cause du système
immunitaire que nous ne sommes pas malades tous les
temps. Malheureusement, quand le VIH arrive, il
fragilise cette barrière naturelle ce qui laisse la voie
au paludisme de se développer sans problème. C’est
pourquoi le plus souvent, quand une personne infectée
passe déjà à la forme maladive, l’une des premières
maladies qu’il développe c’est le paludisme ou la
tuberculose qui sont en réalité nos maladies ambiantes.
Donc, le VIH ne vient qu’offrir l’occasion à ces maladies
à se développer en affaiblissant notre système naturel
de défense.
Sachant que vous êtes au coté de la communauté,
quelles sont les mesures prises pour les PVVIH ?
Tsenou Martine : La mesure est simple. Il suffit juste
que chacun connaisse son statut sérologique : dès lors
qu’on connaît son statut et qu’on a reçu un bon
Counselling au moment du test et après le test,
quelqu’en soit le résultat, on peut s’initier à la vie
Positive, on peut bénéficier d’une éducation sanitaire
au près des associations. En effet, lorsqu’on ignore son
6
INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO INFO
Les responsabilités des
patients
CHACOM CHACOM CHACOM CHACOM CHACOM CHACOM
Dans l’édition précédente Le Communautaire s’est penché sur la question de
la charte du patient tuberculeux, en se focalisant sur les droits du patient. La
suite dans cette nouvelle édition.
LES DROITS DES PATIENTS
1. Partager les informations
a. La responsabilité de donner au personnel
soignant le plus d’informations possibles sur
l’état de santé actuel, les maladies passées,
les allergies ou autres points importants.
b. La responsabilité de tenir informé le
personnel soignant des contacts avec la
famille proche, des amis ou d’autres
personnes qui seraient vulnérables ou
susceptibles d’avoir contracté la maladie.
2. Suivre son traitement
a. La responsabilité de suivre le traitement
prescrit et accepté, et de suivre
consciencieusement les recommandations
données pour protéger la santé du malade et
celle des autres.
b. La responsabilité d’informer le personnel
soignant de toute difficulté ou problème
rencontrés avec le traitement en cours, ou bien
en cas d’incompréhension de celui-ci.
3. Contribuer à la santé publique
a. La responsabilité de contribuer au bienêtre de la communauté en encourageant
quiconque à rechercher un avis médical en cas
de symptômes constatés.
b. La responsabilité de respecter les droits
des autres patients et du personnel de santé,
en ayant conscience que les bases de la
communauté tuberculeuse sont la dignité et le
respect.
4. Solidarité
a. La responsabilité morale de faire preuve
de solidarité envers les autres patients, en
marchant ensemble vers la guérison.
b. La responsabilité morale de partager les
informations et connaissances collectées
pendant le traitement, et de transmettre ces
acquis à la communauté afin que tous soient
impliqués.
c. La responsabilité morale d’unir ses efforts
pour libérer la communauté de la tuberculose.
Pour notre cause commune, dans le respect
mutuel, ensemble nous pouvons élever le niveau
qualitatif des soins.
Source : STOP TB PARTNERSHIP
Lexique Lexique Lexique Lexique Lexique Lexique Lexique Lexique Lexique Lexique
Co-infection : terme employé pour désigner l’état d’une personne porteuse de plusieurs agents pathogènes. L’évolution de chacune
des infections peut s’en trouver profondément modifiée, ainsi que les symptômes cliniques, les choix thérapeutique et leurs contraintes.
Ce terme est aussi employé pour désigner une contamination, simultanée ou successive d’agents pathogènes proches, mais ayant lieu
avant l’apparition d’anticorps spécifiques de la première infection.
Pathogène : agent causal des troubles de l’organisme soit par sa virulence, soit par sa toxicogénèse (propriété de certaines bactéries
de produire dune toxine).
Source : Sida, Un Glossaire
7
Le Communautaire N° 037 Avril 2010
Le Communautaire N° 037 April 2010
Pathogen : causative agent of the body disturbancies whether by its virulence, or by its toxicogenesis (property of some bacteria
to produce toxin dune).
SOURCE : SIDA, UN GLOSSAIRE
7
Co-infection : it is a term used to describe the state of a person with multiple pathogens agents . The evolution of each infection may
be deeply changed, and the clinical symptoms, therapeutic choices and their constraints. This term is also used to refer to a simultaneous
or successive contamination of pathogens agents close, but occurring before the appearance of antibodies specific for primary infection.
Glossary Glossary Glossary Glossary Glossary Glossary Glossary Glossary Glossary Glossary
3. Contribute to community health
a. The responsibility to follow the prescribed
and agreed treatment regimen and to
conscientiously comply with the instructions
given to protect the patient’s health and that
of others.
b. The responsibility to inform health-care
providers of any diffi culties or problems in
following treatment, or if any part of the
treatment is not clearly understood.
2. Follow treatment
a. The responsibility to provide as much
information as possible to health-care
providers about present health, past illnesses,
any allergies and any other relevant details.
b. The responsibility to provide information to
health-care providers about contacts with
immediate family, friends and others who may
be vulnerable to TB or who may have been
infected.
1. Share information
THE PATIENT’S RIGHT
Source : STOP TB PARTNERSHIP
a. The moral responsibility to show solidarity
with other patients, marching together
towards cure.
b. The moral responsibility to share
information and knowledge gained during
treatment, and to share this expertise with
others in the community, making empowerment
contagious.
c. The moral responsibility to join in efforts to
make the community free of TB. Help turn these
words into realities. Support the drive towards
implementation in the community. Sign online.
In common cause, with mutual respect,
together we can raise the standards of TB care.
4. Solidarity
a. The responsibility to contribute to
community well-being by encouraging others
to seek medical advice if they exhibit
symptoms of TB.
b. The responsibility to show consideration for
the rights of other patients and health-care
providers, understanding that this is the dignifi
ed basis and respectful foundation of the TB
community.
In the last edition of Le Communautaire, talked about the patients’ charterin
TB care, by focusing on the patient’s right. The continuation with the
patient’s responsabilities in this new edition.
The patient’s charter for
tuberculosis care
CHACOM CHACOM CHACOM CHACOM CHACOM CHACOM
CHACOM CHACOM CHACOM CHACOM CHACOM CHACOM
Le Communautaire N° 037 Avril 2010
Cette page vous est offerte par :
PROCEDURE:
8
« Protectiv’ » the female condom ensure
effective protection against unwanted
pregnancies and STIs.
l’emballage. Le préservatif féminin Protectiv’ a une
durée de validité de 3ans.
3- Ouvrir l’emballage à l’endroit indiqué par la flèche.
Veiller à ne pas déchirer le préservatif avec les ongles
ou tout autre objet coupant.
4- Tenir le préservatif par le petit anneau et frotter
légèrement le préservatif afin de bien repartir le
lubrifiant sur tout le préservatif.
5- Choisir une position confortable pour faciliter
l’introduction du préservatif dans le vagin: debout avec
un pied posé sur une chaise ou sur le lit, ou accroupie,
ou alors couchée sur le dos avec les jambes relevées et
écartées.
6- Maintenir l’anneau et le pincer de façon à former un
huit (8). Insérer le préservatif aussi loin que possible
dans le vagin. Introduire un doigt de préférence l’index
ou le major à l’intérieur du préservatif et le pousser
vers le haut du vagin tout en veillant à ce que le
préservatif ne soit pas tordu.
7- Au moment de la pénétration, maintenir l’anneau
externe d’une main et guider le pénis du partenaire à
l’intérieur du préservatif de l’autre main.
8- Après le rapport sexuel, faire tourner l’anneau
extérieur sur lui-même de façon à fermer complètement
le préservatif et empêcher le sperme de s’écouler à
l’extérieur du préservatif. Retirer le préservatif du
vagin et le jeter dans une poubelle (hors de la portée
des enfants).
L’utilisation régulière du préservatif féminin permet
d’affiner les reflexes et de devenir «expert(e). Après deux
ou trois essais, on s’habitue au préservatif féminin.
Protectiv’, le préservatif féminin est disponible au prix de
100 Francs CFA dans les pharmacies, les supermarchés, les
salons de coiffures, les boutiques, les hôpitaux, ou encore
Pinch, Insert, it’s simple with Protectiv’ the female condom?
1- Se laver soigneusement les mains à l’eau et au savon.
2- Vérifier la date de péremption inscrite sur les côtés de
associations network for the fight against HIV developed
by the Association Camerounaise pour le Marketing Social
(ACMS)
IST/VIH. Comment s’assurer d’une utilisation correcte ? Voici
Huit (8) étapes essentielles :
auprès du réseau associatif de lutte contre le VIH mis en
place par l’Association Camerounaise pour le Marketing
Social (ACMS)
P
ien utilisé, Protectiv’ est efficace à plus de 99% pour la
roperly inserted, Protectiv’ is more than 99% effective
against unwanted pregnancies and STIs. How do you
know how to correctly use Protectiv’ the female condom?
Just follow these eight (8) steps:
Bprotection contre les grossesses non désirées et les
1- Wash hands thoroughly with soap and water.
2- Check the expiry date on the sides of the package.
‘Protectiv’, the female condom of the second generation
has a validity of 3 years.
3- Rub the package to distribute the lubricant on the entire
condom.
4- Open gently the package at the place indicated by
the arrow; Watch out not to tear the condom with
fingernails or other sharp object.
5- Choose a comfortable position to facilitate the insertion
of the condom into the vagina: either standing with one
foot on a chair or a bed, crouching, or lying on the
back with legs raised and spread.
6- Maintain the ring and pinch it so as to form an eight (8);
Insert the condom as far as it will go into the vagina.
Insert a finger, preferably the index or the major inside
the condom and push it to the top of the vagina, while
ensuring that the condom is not twisted.
7- At the time of penetration, maintain the outer ring with
one hand and guide the penis of the partner inside the
condom.
8- After sexual intercourse, turn the outer ring on itself, so
as to close completely the condom and prevent sperm
from flowing out of the condom. Remove the condom
from the vagina and throw it in a waste bin (out of the
reach of children). Do not discard in the toilet.
Cette page vous est offerte par :
Pincer, Insérer c’est simple avec Protectiv’ , le préservatif féminin
The regular use of the female condom allows
sharpening the reflex and becoming “expert” of the
product. After two or three, we get used to the female
condom. Protectiv’, the female condom is available at a
price of 100 CFA francs in pharmacies, supermarkets,
hairdressing salons, shops, hospitals, or through the
Bien inséré, Protectiv’ le préservatif féminin
assure une protection efficace contre les
grossesses non désirées et les IST.
Le Communautaire N° 037 April 2010
MAINTIEN :
8
CHACOM CHACOM CHACOM CHACOM CHACOM CHACOM

Documents pareils

etude phytochmique - BICTEL/e ULg

etude phytochmique - BICTEL/e ULg La première partie de ce travail est consacrée à une enquête ethnobotanique réalisée en R.D.Congo et qui s'est intéressée aux plantes utilisées en médecine traditionnelle pour soigner différentes m...

Plus en détail