Chantal Gervais - La Bête à pain

Commentaires

Transcription

Chantal Gervais - La Bête à pain
Maxim Vadnai
À venir…
Chantal Gervais
Gérante de salle, sommelière et propriétaire
Né en 1970, Chantal Gervais a grandi à Montréal dans le quartier Ahunstic, à deux pas
du St-Urbain. À l’aube de ses 20 ans, l’opportunité d’aller s’installer en Belgique s’offre
à elle. Chantal décide de tenter sa chance dans le métier de la restauration. Elle y
découvre un monde à son image et rapidement elle est gagnée par l’amour du métier.
Après plusieurs expériences en grandes brasseries parisiennes et 4 ans à la très réputée
Brasserie Mareboeuf à Bruxelles, elle revient à Montréal en 1997.
Elle poursuit sa carrière une douzaine d'années à l’emploi de plusieurs restaurants
réputés de Montréal, tels Chez l’Évêque et au Cube, le restaurant de l’hôtel St-Paul.
Ensuite, après un passage au Toqué!, c'est au restaurant Laloux qu'elle passera
plusieurs années. Elle se démarque rapidement par son service attentionné et par ses
conseils judicieux en matière de vins. Chantal n’est pas seulement serveuse mais
également sommelière autodidacte et maintenant co-propriétaire. C’est avec fierté
qu’elle vous présente le St-Urbain et son personnel qui jazze avec elle depuis de
nombreuses années.
Annick Dufresne
Gestion administrative, développement et communication
Diplômée en tourisme depuis 1999 à l’Université du Québec à Chicoutimi, Annick
Dufresne a cofondé et dirigé pendant 10 ans la Fondation « Sur la pointe des pieds »,
l’une des seules entreprises de grande envergure en aventure thérapeutique au Québec
et au Canada pour les adolescents et jeunes adultes atteints de cancer. Pendant cette
expérience, Annick Dufresne était responsable de la planification, de l’organisation, de
la coordination et de la supervision de l’ensemble des activités de l’organisme tout en
supervisant une équipe de 4 personnes à temps plein. Elle a pu assurer la pérennité
financière de la Fondation en recherchant et développant des ententes récurrentes avec
des donateurs.
Elle compte à son actif de prestigieuses reconnaissances :
· Personnalité La Presse de l’année – Humanisme, courage et dépassement de soi,
janvier 2007
·
Récipiendaire du prix de la 1re Femme Dynamisante Canada 2006 par la
multinationale Clarins Paris (septembre 2006) ; Prix de 50 000 $ : « récompense
(pour la première fois au Canada) une femme exceptionnelle qui œuvre à travers
son association, à redonner espoir et dignité aux enfants dans le besoin» ;
· Personnalité de la semaine de La Presse, dimanche 8 octobre 2006 ;
·
Femme d’affaires de l’année 2006, Corporation des femmes d’affaires du
Saguenay- Lac St-Jean, novembre 2006 ;
· Prix Femmes de mérites –YWCA Québec, dans la catégorie Engagement social,
mai 2007.
Annick Dufresne, conjointe de Marc-André Royal, apporte aux entreprises ses
compétences en planification et gestion de budgets, organisation d’événements et
d’outils promotionnels, ses relations de presse et ses habiletés en gestion. Elle agit en tant
qu’administratrice du restaurant Le St-Urbain et de la Bête à pain où elle s’occupe de la
publicité, du suivi des ventes, du système de gestion, du paiement des comptes et des
fournisseurs, gestion du budget, etc.
Comme son conjoint, elle est également liée au quartier d’Ahuntsic où elle y a grandi.
Marc-André Royal
Le chef propriétaire
Né en 1975, Marc-André Royal a grandi à Montréal dans le quartier Ahuntsic. C'est aux
approches de ses 19 ans qu'il termine ses études à l'Institut de Tourisme et d'Hôtellerie du
Québec.
Il amorce sa carrière à l'Express puis s'envole pour plusieurs années en ColombieBritannique où il travaillera d'abord à Whistler, au restaurant le Araxi, puis à Vancouver
au Bluewater Café & Raw Bar. Ensuite, il ira travailler à Londres au Club Gascon, un
restaurant d'une étoile Michelin. Il y restera pendant deux ans.
Il revient ensuite à Montréal où il sera sous-chef au Club privé de Daniel Langlois, le 357c.
En 2006, il participe au démarrage de La Brasserie Brunoise, où il sera chef. Marc-André
sera également reçu pendant 1 mois au «Per Se», le restaurant trois étoiles Michelin du
chef Thomas Keller, à New-York.
Sa décision d'ouvrir son propre restaurant en 2008 dans le quartier Ahuntsic n'a donc rien
d'étonnant pour ce novateur. Depuis l’ouverture, la rue Fleury O. se transforme
rapidement, les commercent ouvrent et se multiplies.
C’est en 2011 qu’il ouvre une nouvelle branche à son resto, la boulangerie, charcuterie,
pâtisserie, La Bête à Pain La boulangerie est vite assaillie de gens du quartier, d’ailleurs,
de critiques positives ainsi que d’articles de journaux. Marc-André signe une cuisine
européenne moderne et aime travailler avec les saisons, les ingrédients frais, bios. Ce qui
l'intéresse c'est le goût du produit, la fraîcheur et la qualité.
Marc -André a été choisi par Van Houtte comme l'une des quatre personnalités du Canada
pour représenter la marque à titre d'ambassadeur.

Documents pareils

Marc-André Royal - Le St

Marc-André Royal - Le St également reçu pendant 1 mois au «Per Se», le restaurant trois étoiles Michelin du chef Thomas Keller, à New-York. Sa décision d'ouvrir son propre restaurant en 2008 dans le quartier Ahuntsic n'a d...

Plus en détail