Avril 2013

Commentaires

Transcription

Avril 2013
AVRIL 2013
Pêche blanche 27
Une activité fort populaire
Élections municipales 13
Qui part, qui reste ?
37 900 EXEMPLAIRES VOL.14 N°04 PP 41234045
Photo principale : Julie Delisle
Photo pêche sur la glace : Nelson Sergerie
Société 07
Soeurs vietnamiennes en Gaspésie
Page 3 et 5
Panier d’épicerie :
Moins cher à Gaspé qu’en ville !
RAV4 2013
Avec le tout nouveau RAV4 2013 complètement redessiné Toyota réinvente le VUS compact.
02
Un espace intérieur et un confort améliorés, des systèmes de sécurités inégalés, des performances qui rehaussent
le plaisir de conduire et surtout un rendement énergétique impressionnant.
AVRIL 2013 Graffici
À partir de 23,790 $
RAV4 2013
Avec le tout nouveau RAV4 2013 complètement redessiné Toyota réinvente le VUS compact.
Un espace intérieur et un confort améliorés, des systèmes de sécurités inégalés, des performances qui rehaussent
plaisir
de conduire
et surtout
un Toyota
rendement
énergétique
impressionnant.
Avec le tout nouveauleRAV4
2013
complètement
redessiné
réinvente
le VUS compact.
RAV4 2013
Un espace intérieur et
confort
améliorés,
À un
partir
de 23,790
$ des systèmes de sécurités inégalés, des performances qui rehaussent
RAV4 2013
le plaisir de conduire et surtout un rendement énergétique impressionnant.
À partir de 23,790 $
Avec le tout nouveau RAV4 2013 complètement redessiné Toyota réinvente le VUS compact.
Un espace intérieur et un confort améliorés, des systèmes de sécurités inégalés, des performances qui rehaussent
le plaisir de conduire et surtout un rendement énergétique impressionnant.
À partir de 23,790 $
Bon 50e à toute l’équipe du magazine Gaspésie.
Merci de maintenir notre histoire toujours vivante et intéressante.
Bon 50e à toute l’équipe du magazine Gaspésie.
e
Merci de maintenir notre
histoire
toujours
vivante et
Bon 50
à toute
l’équipe
duintéressante.
magazine Gaspésie.
Merci de maintenir notre histoire toujours vivante et intéressante.
400, boul. York Sud, Gaspé
Tél.: (418) 368-1575
20, boul. Perron Est, Caplan
400, boul. York Sud, Gaspé 20, boul. Perron Est, Caplan
Tél.: (418) 388-5544 ou 1 800 404-5595
Tél.: (418) 368-1575Tél.: (418) 388-5544 ou 1 800 404-5595
20, boul. Perron Est, Caplan
400, boul. York Sud, Gaspé
Bon 50 àwww.gaspe-toyota.com
toute l’équipe du magazine Gaspésie.
www.toyotabaiedeschaleurs.com
(418) 388-5544
ou 1 800 404-5595
20, boul. PerronTél.:
Est, Caplan
368-1575
00, boul.Tél.:
York (418)
Sud, Gaspé
Perron Est, Caplan
Perron Est, Caplan
400, boul.
York Sud,de
Gaspé
400, boul.notre
York Sud, histoire
Gaspé 20, boul.
Merci
maintenir
toujours
vivante 20,
etboul.
intéressante.
400, boul. York Sud, Gaspé
Tél.: (418) 368-1575
20, boul. Perron Est, Caplan
400, boul. York Sud, Gaspé 20, boul. Perron Est, Caplan
Tél.: (418) 388-5544 ou 1 800 404-5595
Tél.: (418) 388-5544 ou 1 800 404-5595
Tél.: (418) 368-1575
e
Tél.: (418) 368-1575
Tél.: (418) 368-1575
Tél.: (418) 388-5544 ou 1 800 404-5595
Tél.: (418) 388-5544 ou 1 800 404-5595
Tél.: (418) 368-1575Tél.: (418) 388-5544 ou 1 800 404-5595
400, boul. York Sud, Gaspé
Tél.: (418) 368-1575
20, boul. Perron Est, Caplan
Tél.: (418) 388-5544 ou 1 800 404-5595
À LA UNE
AVRIL 2013 Graffici
Nelson Sergerie
03
Cher, le panier gaspésien ?
05
Tourisme La route des belvédères
06
Société 07
Des soeurs vietnamiennes en Gaspésie
Cinéma Les premiers pas d’un jury
09
Éditorial Déficit zéro : trop vite ?
10
Libre arbitre Le retour de Normandeau
11
Dossier Mairie : qui part ? qui reste ?
13
Mathilderies 17
Soufflé au rhum
J’ai essayé
Fabriquer de la bière
Jeux / Caricature
De la neige en quantité
20
22
Loisirs
24
Le géocaching, une chasse spéciale
25
Critique littéraire
Que reste-t-il du monde?
26
Sports La pêche blanche
27
Photo : Johanne Fournier
Arts visuels
Les projets de René Faulkner
Johanne Fournier, collaboratrice
pour GRAFFICI.CA en Haute-Gaspésie
Suivez-nous
aussi sur
GASPÉ – La perception d’un panier d’alimentation plus cher en Gaspésie
est tenace. Est-ce vraiment le cas ?
G
RAFFICI a parcouru une partie du
Québec du 7 au 11 février dernier afin
de faire des comparaisons avec un
panier type, composé de 39 éléments de base.
Résultat : le panier le moins cher se
trouve... à Gaspé. Mais attention! On parle
d’une différence de moins de 6 $ sur la liste
témoin. Cela représente tout de même une
économie annuelle estimée à 300 $.
Le président de l’Association des
détaillants en alimentation du Québec, François Gravel, est surpris : «De savoir que c’est
moins cher en Gaspésie qu’à Sorel-Tracy, je
suis estomaqué. Je m’attendais à ce que la
Gaspésie soit plus dispendieuse en raison des
coûts de transport. »
marchand de Sorel a reçu l’autorisation de la
bannière de vendre moins cher ou s’approvisionne chez un producteur régional », explique
M. Gravel, un ancien marchand Métro à
Montréal.
Certains facteurs peuvent expliquer le coût
du panier plus élevé dans les grands centres :
« Si les frais de main-d’œuvre sont supérieurs en raison d’une convention collective,
s’il a besoin de plus de personnel pour offrir
le service à la clientèle, ceci peut obliger le
marchand à aller chercher une marge bénéficiaire plus élevée », analyse M. Gravel.
Par ailleurs, les promotions du cahier
publicitaire hebdomadaire sont les mêmes
partout à travers la province.
Constats
Un épicier surpris
Trois éléments sont à retenir : les fruits et
légumes sont moins chers en Montérégie (rive
sud de Montréal), les produits de la mer sont
plus abordables en Gaspésie et le prix du lait
varie d’un centre à l’autre.
« En général, les fruits et légumes proviennent du même entrepôt. Ça veut dire que le
Avant même la fin de l’enquête, Richard
Cronier, propriétaire du IGA de Gaspé, avait dit
à GRAFFICI que les prix allaient être meilleurs
« en ville » compte tenu des distances plus
courtes entre les entrepôts et les magasins, de
la présence de nombreux magasins à
bas prix du type Maxi ou Super C, du
volume d’affaires ou des rabais offerts dans
des magasins particuliers.
M. Cronier a été agréablement étonné
à la lecture de l’enquête : « Je m’attendais à
avoir des prix plus élevés que les magasins
de la ville. Quand je vois ça, je lève mon
chapeau », dit-il.
Ses façons d’organiser son magasin
expliquent en partie ces résultats : « C’est la
mise en marché à l’intérieur du magasin et
le travail fait au niveau des achats qui font la
différence, explique M. Cronier. On fait des
spéciaux en magasin pour attirer la clientèle.
Au lieu de vendre deux caisses, on en vend
quatre. Au niveau de la rentabilité, ça revient
au même », dit-il.
Le coût du transport a un impact important sur les prix en Gaspésie : « C’est facturé au
kilomètre », dit le propriétaire qui indique que
les marges brutes sont en moyenne 3 % moins
élevées en Gaspésie qu’en ville dans le secteur
de l’alimentation.
Pour effectuer cette analyse,
GRAFFICI a choisi la chaîne IGA
parce qu’elle est présente partout
en Gaspésie. Les marchés de Gaspé
et de Sainte-Anne-des-Monts
ont été comparés à des marchés
de Lévis, près de Québec, et de
Sorel-Tracy, sur la rive sud de
Montréal.
Photo : Léanne Sergerie
Alimentation Les prix de notre panier témoin
Notre journaliste Nelson Sergerie a vérifié les prix de
39 produits de consommation courante dans différentes régions du Québec.
Voir un tableau
s à la
de différents produit
e
page 5 et la liste complètA
I.C
IC
FF
des achats sur GRA
04
AVRIL 2013 Graffici
GRAFFICI prolonge
sa campagne de financement
pour lui permett re d'atteindre
son object if de 50 000 $
OBJECTIF 50 000 $
Je veux donner :
Pensez-y : depuis 2008, nos lecteurs ont reçu 60 éditions
gratuites de notre mensuel. Faire un don de 50 $ par exemple
équivaudrait à avoir payé à peine 1 dollar par copie,
plus précisément 83 sous la copie.
20 $
50 $
75 $
100 $
250 $
Depuis 12 ans déjà, le journal GRAFFICI offre aux
Gaspésiens un média d’information de grande
qualité, et tout cela gratuitement. Aidez-nous
à vous en donner plus en participant à notre
campagne de financement annuelle 2013.
En deux mois et demie de campagne, nous avons amassé
12 000 $. Merci ! Et surtout, passez le mot à d'autres.
Autre montant :
Merci d’avan ce !
Votre nom :
Merci d’insérer votre don par chèque
dans une enveloppe avec ce couponréponse. Faire un chèque à l’ordre de
GRAFFICI et faire parvenir à :
GRAFFICI
200 B, boulevard Perron Ouest,
New Richmond, Québec G0C 2B0
alimentation
AVRIL 2013 Graffici
Le jeu des comparaisons
Nelson Sergerie
05
GASPÉ – Voici la liste des articles dont les prix varient le plus d’un marché à l’autre.
Carottes
Gaspé
2 livres
Lévis
OignonS
Gaspé
2 livres
Lévis
Filet
saumon
désossé
1 kg
Thon
en boite
blanc
émietté
dans l'eau
Gaspé
Lévis
1,99 $
SADM1
1,79 $
Sorel-Tracy
1,69 $
1,99 $
SADM1
1,99 $
1,79 $
Sorel-Tracy
15,41 $
SADM1
16,99 $
Sorel-Tracy
Gaspé
3,19 $
Lévis
2,99 $
SADM1
Sorel-Tracy
1,99 $
Saucisses
hot-dog
Lafleur / 12
Lait 2 %
18,72 $
Gaspé
Lévis
Fromage
P'tit Québec
300 gr
2,79 $
2,99 $
Lévis
2 litres
1,69 $
15,41$
Gaspé
Beurre
d'arachide
Kraft
500 gr
Gaspé
Lévis
Gaspé
Lévis
3,99 $
SADM1
2,59 $
2,79 $
Sorel-Tracy
3,99 $
3,47$
SADM1
3,59 $
Sorel-Tracy
3,58 $
3,47 $
7,19 $
SADM1
7,19 $
6,69 $
Sorel-Tracy
6,69 $
3,49 $
SADM1
4,79 $
4,49 $
Sorel-Tracy
4,49 $
Cartes des marchés visités
et total des paniers témoins
Sauce BBQ
Sainte-Anne-des-Monts
1
Gaspé
$
,16
9
4
1
148,82 $
Lévis
Sorel-Tracy
152,45 $
14
6
St-Hubert
398 ml
Gaspé
Lévis
,8
1,25 $
SADM1
1,99 $
1,89 $
Sorel-Tracy
1,89 $
6,99$
SADM1
9,49 $
7,99 $
Sorel-Tracy
7,99 $
1 $
papier
hygiénique
Cashmere
8 rouleaux
doubles
Gaspé
Lévis
06
Tourisme
AVRIL 2013 Graffici
Nelson Sergerie
La route des belvédères prend forme
D
ans le projet envisagé, les belvédères déjà existants de Matapédia
et
Saint-André-de-Restigouche
seront remplacés. Deux autres s’ajouteront
tandis que ceux existants subiront des travaux
majeurs afin de les mettre en valeur. Chaque
site aménagé proposera une thématique et un
belvédère à l’architecture originale, inspirés
des paysages et de l’histoire locale.
L’objectif est d’attirer pas moins de 50 000
touristes et de revitaliser un secteur qui compte
un peu plus de 2 500 habitants.
Le chargé de projet Jean-Philippe
Chartrand avoue que c’est un gros défi : « Il faut
marquer un grand coup et avoir des infrastructures qui sont grandioses. On ne peut pas se
permettre d’être banal car il y a déjà beaucoup
de concurrence sur le marché touristique. »
Louis-Jean Cormier
Samedi 20 avril à 20h - Adm. : 28$ / 10$
L’idée est née en 2006 et à la suite
d’études, le projet évalué à 11 millions de
dollars a pris forme l’an dernier avec le
dépôt du rapport final par la firme Plania.
D’ailleurs, l’entreprise a remporté un prix
d’excellence de l’Association des architectes
paysagistes du Canada pour son projet.
Photo : Collaboration Jean-Philippe Chartrand.
MATAPÉDIA – La Corporation de développement
économique de Matapédia – Les Plateaux est à
mettre la touche finale au projet touristique La route
des belvédères.
Le belvédère de Matapédia aurait cette allure futuriste.
le tourisme transfrontalier n’est pas comptabilisé dans les prévisions d’achalandage
Le regroupement vise la clientèle ayant « même si ça pourrait être important », dit
la Gaspésie comme destination finale : le chargé de projet.
« Actuellement, on a un produit plus
spécialisé avec la pêche au saumon. On Les appuis du milieu sont là
parle d’arriver avec un attrait majeur grand
Selon M. Chartrand, il y a nécessité
public dans un secteur peu connu au niveau de développer l’économie et le projet est
touristique », dit M. Chartrand.
soutenu par le milieu. « Il faut tester la
La clientèle qui transite par la Matapédia volonté des gouvernements à le supporter.
pour se rendre au Nouveau-Brunswick et Même si on n’est qu’à l’étape des études
Clientèle cible
complémentaires, la corporation a poussé
son projet auprès de la MRC d’Avignon et
du CLD. La volonté du milieu est que ce
projet se trouve dans le plan de développement de la Gaspésie », dit M. Chartrand.
Les retombées économiques sont évaluées
à près de 5 millions de dollars annuellement.
Si tout va bien, les plans et devis des
concepts choisis et les travaux géotechniques
seront enclenchés ce printemps.
Isabelle (Théâtre)
Dimanche 28 avril à 20h - Adm. : 28$ / 10$
s
édicale
ives m t médias
h
c
r
A
•
se
stion
, lettre
• Arts abilité et ge e
pt
nc
• Com tion à l’enfa e
sé
ca
li
u
d
ia
c
É
•
n spé
io
t
rielle
a
c
indust
• Édu
e
u
iq
n
tro
• Élec erie
st
e
r
o
• F
ue
rielle
rmatiq
o
f
In
indust
•
e
c
n
a
ten
ure
• Main es de la nat
c
n
s
e
ie
c
in
• S
uma
nces h
ie
c
s
S
r
ie
•
s infirm
• Soin social
ail
• Trav
Les nissants de l’ÉNH
Dimanche 5 mai 20h - Adm. : 22$ / 10$
Susie Arioli
Samedi 11 mai à 20h - Adm. : 28$ / 10$
Billetterie : 418-393-2222
www.festivalenchanson.com
Pour information :
servicesauxclientè[email protected]
418 368-2201, poste 1381
www.facebook.com/cegep.gaspesie.iles
société
Visionnez l'entrevue dans la section info+ sur graffici.ca
AVRIL 2013 Graffici
johanne fournier
Des missionnaires Vietnamiennes
en Gaspésie
07
Â
gées de 23 à 27 ans, elles sont
comme toutes les autres femmes de
leur âge. Elles débordent d'énergie,
aiment rire, ont leur compte Facebook,
communiquent avec leurs famille par Skype.
Certaines sont des aspirantes, d'autres
des postulantes et deux d'entre elles ont
fait leur profession au sein de la communauté des Sœurs de Saint-Paul-de-Chartres. Six vivent à la maison provinciale de
la congrégation, située à Sainte-Anne-desMonts. Les deux autres œuvrent au sein des
paroisses de Maria et de Grande-Rivière.
Pour la supérieure provinciale, Sr Brigitte
Savage, ces nouvelles recrues insufflent
un renouveau puisque la relève se fait rare
depuis les années 1980.
Leur mission, qui a débuté par l'apprentissage du français, consiste à faire du
bénévolat au sein de divers organismes.
« Ça nous aide beaucoup à apprendre le
français », estime Giang Trinh.
La plus grande difficulté réside dans la
langue. « À ma première messe en français
et la première fois que j'ai lu l'Évangile, j'ai
pleuré, admet Trang Dô. Mais les sœurs
nous aident beaucoup. »
Une autre difficulté est l'éloignement.
Mais la technologie atténue leur ennui. Elles
téléphonent à leur famille, envoient des courriels, communiquent par Skype et donnent des
nouvelles par Facebook. La nourriture requiert
aussi un effort d'adaptation. Elles ne peuvent
s'empêcher de préparer le riz tous les jours!
Quoiqu'il en soit, elles ont toutes le
désir de continuer à vivre en Gaspésie. « Ça
nous plaît, souligne Hoa Nguyen. Au début,
c'était un choc. Mais au fur et à mesure qu'on
chemine avec les sœurs, on s'adapte. »
Même si elles cohabitent avec une
majorité de sœurs âgées de 60 à 101 ans,
il n'y a aucun conflit de générations. « Elles
m'aident comme des grandes sœurs »,
soutient Châu Vo. Trang Dô ajoute qu'elle
aime beaucoup les taquiner. « On les fait
beaucoup rire », confirme Hoa Nguyen.
Leur regard sur notre société est partagé.
« Je crois que notre laïcité est difficile à assimiler pour elles », constate leur supérieure,
Brigitte Savage. « Les gens ont des valeurs,
mais je crois que les relations sexuelles arrivent
trop jeunes », croit Hoa Nguyen. Par ailleurs,
sa vision des couples éclatés est plutôt sévère :
« Je trouve qu'avec les gardes partagées, les
Photo : Johanne Fournier
SAINTE-ANNE-DES-MONTS – Au cours des trois
dernières années, huit jeunes Vietnamiennes ont
débarqué en Gaspésie. Leur particularité : elles sont
entrées en communauté et ont choisi de devenir
missionnaires… dans la péninsule !
Les six jeunes Vietnamiennes qui ont intégré la communauté des Sœurs
deSaint-Paul-de-Chartres. Dans l'ordre : Châu Vo, Giang Trinh, Dung Nguyen,
Xen Nguyen, Hoa Nguyen et Trang Dô.
parents abandonnent leurs enfants. » Par
contre, elle est impressionnée par la quantité
de services publics dont la population dispose.
Ces jeunes femmes, qui ont toutes déjà eu
un amoureux, abordent la notion du célibat
sans fausse pudeur. « C'est difficile, avoue
Dung Nguyen. Mais la vie spirituelle est plus
importante. » Hoa Nguyen, 27 ans, qui a
prononcé ses vœux en juin, après dix ans de
vie au sein de la communauté, reste sereine.
« Tout chemin de vie n'est pas facile, estime-telle. Tout choix est renonciation. Ce n'est pas
parce que je n'aime pas la vie familiale. Si j'ai
choisi le Seigneur, c'est parce que je l'aime
comme une femme aime son mari. »
La motivation qui les a poussées à devenir
religieuses a une couleur bien différente pour
chacune. Xen Nguyen a appris à connaître
les Sœurs de Saint-Paul-de-Chartres grâce
à l'une de ses tantes, religieuse au sein de
cette communauté. « Depuis que je suis toute
petite que je connais les Sœurs de Saint-Paul,
indique-t-elle. Mais c'est à l'université que j'ai
décidé d'entrer en communauté. »
Les Soeurs de Saint-Paul-de-Chartres
sont regroupées au sein d'une congrégation
missionnaire qui est disséminée à travers 35
pays, dont le Vietnam. La plupart des jeunes
Vietnamiennes qui vivent en Gaspésie ont
fréquenté un pensionnat administré par la
communauté religieuse.
Plusieurs pensent que ces femmes sont
devenues religieuses pour sortir de la misère
de leur pays. Unanimement, elles rétorquent
qu'elles vivaient assez confortablement et que
leurs parents étaient en mesure de leur payer
des études. « J'ai terminé mes études d'infirmière et j'accepterais d'aller dans des pays
encore plus pauvres que le Vietnam, comme
en Afrique », se défend Châu Vo.
Clin d'oeil à la TDLG
Photo : Marie-Josée Richard
Aux dires de plusieurs fondeurs, la première journée de ski de
la TDLG (dimanche le 17 février) a été difficile. Le parcours du
Porc-Épic dans le parc de la Gaspésie était garni en abondance
de grosses montées à skier « en canard », 37 km qui en ont fait
suer plus d’un... Mais quelle satisfaction à l’arrivée !
08
AVRIL 2013 Graffici
Mhyp13-008 • hydro québec • Annonces • cAMPAGne recyc-friGo • INFO: nP/M-cl
pUBLICATION: coMMunAutAire Ps • VersION: débArrAssez – frAnçAis • FOrMAT: 7,5" x 10" • COULeUrs: cMyK• LIVrAIsON: 22 février • pArUTION: édition MArs
Différents niveaux,
yoga prénatal,
groupe de retraités
Cours de yoga
Divers ateliers
et activités
Début de session de printemps : 8 avril 2012
Inscription jusqu’au 1er avril
Marie-Josée Breton
[email protected]
Tél. : 418 392-6456
Renseignements et calendrier
www.tiliayoga.org
Réagissez aux articles
sur notre page
Facebook
Devenez un adepte
de la page GRAFFICI !
Vous voulez vous débarrasser de votre vieux
frigo énergivore : pensez à RECYC-FRIGO.
Votre vieux frigo* ou congélo sera recyclé de manière sécuritaire et selon
les normes en vigueur en matière de protection de l’environnement.
Suivez-nous
sur Twitter
@ Graffici
Appelez
RECYC-FRIGO
et recevez
30 $
par la poste.
Pour un ramassage gratuit :
www.hydroquebec.com/recyc-frigo
ou 1 855 668-1247
Assurez-vous d’avoir votre facture d’électricité en main.
* L’appareil doit avoir plus de 10 ans et avoir un volume intérieur d’entre 10 pi3 et 25 pi3, ainsi qu’être fonctionnel, branché et facilement accessible et déplaçable. Une limite de trois appareils par foyer
s’applique. Les appareils commerciaux ne sont pas admissibles. Certaines conditions peuvent s’appliquer.
MHYP13-008 Recyc-Frigo_ann_CommPS.indd 1
13-02-22 11:11
09
Les premiers pas d’un jury prestigieux
Cinéma
AVRIL 2013 Graffici
Jean-François Aubé
GASPÉ – Un groupe d’étudiants du Cégep de la Gaspésie et des Îles participe au Prix collégial du cinéma
québécois (PCCQ).
montrer explicitement. Quand éclate une
polémique sur les enfants-soldats, Merdad
Hage, enseignant en cinéma et coanimateur, parle de la guerre du Liban, qu’il
a connue, et assure que l’enrôlement de
jeunes filles est bel et bien une réalité dans
ce genre de conflit.
Cette chimie de groupe, qui en est à
ses premiers balbutiements, sera sollicitée
encore quatre fois. Les étudiants auront
Photo : Jean-François Aubé
U
ne première rencontre s’est tenue
le 13 février au Café étudiant
du campus de Gaspé. Quelques
minutes après la projection, les visages encore
bouffis par l’émotion et crispés par la cruauté
du destin dont ils viennent d’être témoins, 14
étudiants s’apprêtent à débattre. L’univers
duquel ils s’extirpent est celui de Rebelle, ce
long métrage de Kim Nguyen qui raconte
la cruelle épopée d’une jeune africaine dont
la carrière d’enfant-soldat débute lorsqu’on
l’oblige à tuer ses propres parents.
Une fois réconcilié avec le retour
éblouissant des néons, le groupe entame
une discussion qui ne tarde pas à s’enflammer. Julien Bourcier, étudiant en Arts,
lettres et médias, affirme que certains
passages du film rappellent la responsabilité de l’Occident dans les guerres africaines. Emmanuelle Mazeau, étudiante
en Sciences humaines, salue le choix du
cinéaste de faire vivre la violence sans la
Les étudiants débattent à la suite de la projection d’un long métrage.
à exercer leur esprit critique sur Laurence
Anyways, Camion, Over my dead body et
Roméo Onze, afin d’élire leur film québécois préféré. Une trentaine de cégeps font
de même. Le 25 mars, un représentant de
chaque institution se rendra à Montréal pour
défendre son choix lors d’un ultime débat
qui doit déterminer le grand vainqueur.
« Le PCCQ, qui en est à sa deuxième
édition, est calqué sur le Prix littéraire des
collégiens », explique l’enseignante Annie
Arsenault, qui coordonne, à Gaspé, les deux
concours. « Le Prix littéraire des collégiens est
souvent considéré par les auteurs et le monde
littéraire comme le prix le plus important au
Québec. Le verdict des collégiens est prestigieux et convoité. Les libraires l’attendent avec
leur collant prêt à apposer sur le roman primé.
Constatant la popularité du Prix littéraire et
l’intérêt des jeunes pour le cinéma, je pense
que le PCCQ est voué au même succès »,
conclut-elle.
en collaboration avec
UNE PRÉSENTATION DE
Une11ème édition enneigée et réussie!
L'édition 2013 de la TDLG en ski de fond a été marquée par plusieurs jours
de tempêtes de neige. Grâce à vous tous, nous avons réussi à offrir aux participants une semaine extraordinaire.
Merci à nos partenaires et bénévoles, aux organismes et entreprises de la
région pour votre grande capacité d'adaptation, pour votre ouverture et
pour votre engagement envers l'excellence.
Merci aussi à tous les Gaspésiens qui
ont accueilli les skieurs à Marsoui,
Petite-Vallée, Grande-Vallée et Gaspé!
• Bois et matériaux Kega • Brûlerie de l'Atlantique • Budget location d'auto
• Caisse populaire de la Baie-de-Gaspé • Chambre de commerce et de tourisme de Gaspé
• Clinique physiothérapie Arsenault Joncas • Clinique en Vue Gaspé • Député Philip Toone
• Entreprise Marie Ducharme m.d. inc. • Erso informatique Inc. • Gasp'eau • Gaspé Honda-Toyota
• Groupe Ohméga • Home Hardware - Égide Dupuis & fils • IGA Cronier • Imprimerie Centre-Ville
• Les entreprises 3B inc • Pêcheries Gaspésiennes inc. • Maison Corby • Mauger Ford • Molson
• Motel Plante • Pêches et Océans Canada • Plante Vaccum Transport • Promutuel de l'Estuaire
• Provigo Nadine Murray • Québec Maritime • Quincaillerie Rona – Roy
• Télécommunications de l'Est • Uniprix Gaspé Martin Gagnon-Vicky Fournier • Vélo Plein-Air
10
éditorial
AVRIL 2013 Graffici
Commentez l'ÉDITORIAL sur GRAFFICI.CA
Gilles Gagné | [email protected]
Déficit zéro : un empressement
qui fait mal !
L
ors de son arrivée, le gouvernement de
Pauline Marois a certes eu la mauvaise
surprise de découvrir un déficit de
1,6 milliard de dollars, plutôt que les
800 millions de dollars annoncés par le
ministre libéral des Finances Raymond
Bachand. Il n’était toutefois pas nécessaire de
rétablir l’équilibre en un an. Un redressement
sur deux ou trois exercices aurait fait l’affaire.
La dette totale du Québec - incluant
celles d’Hydro-Québec, des sociétés publiques et des municipalités - est élevée. Elle est
passée de 178,4 milliards de dollars en 2003 à
248,6 milliards de dollars en 2012.
C’est alarmant? Non. C’est inquiétant?
Pas nécessairement. La preuve, c’est le taux
d’intérêt très bas payé par le gouvernement
québécois lorsqu’il emprunte. De plus, la
proportion de la dette par rapport au produit
intérieur brut se situait à 73,9% en 2003. Ce
ratio est maintenant de 74,5%, en dépit de
l’impact de la récession de 2008-2009. Bref,
c’est un rapport semblable.
Il est bien sûr souhaitable de réduire cette
dette et, surtout, son poids économique, mais
une compression trop soudaine des dépenses
risque d’affecter l’économie québécoise et de
miner les revenus. L’effet sur la dette pourrait
être pire en cas d’austérité brutale.
Pour nous joindre
à New Richmond :
200B, boul. Perron Ouest,
New Richmond (Québec) G0C 2B0
Tél. : 418 392-7440
Téléc. : 418 392-7445
à Gaspé :
37, rue Chrétien, local Z 29
Gaspé (Québec) G4X 1E1
Tél. : 418 368-7575
www.graffici.ca
Tous les changements de régime sont
ponctués par une période d’ajustements
nécessaire pour que la nouvelle équipe
s’installe.
En 2003, à l’arrivée des libéraux de Jean
Charest, il y a eu une période de flottement
qui a beaucoup ralenti l’élan qu’avait pu se
donner la Gaspésie, grâce au plan de relance
mis de l’avant entre 2000 et 2002 par le
gouvernement du Parti québécois.
Les libéraux de 2003 s’étaient fait élire en
promettant un grand ménage de la fonction
publique et la mise en veilleuse de certains
programmes régionaux faisait partie du plan.
Il a pratiquement fallu attendre l’automne
2004, et l’annonce des résultats du premier
appel d’offres d’énergie éolienne avant que
l’économie gaspésienne respire mieux.
Depuis 2005, le taux de chômage a perdu
une demi-douzaine de points en Gaspésie.
Lors de la campagne électorale de l’été 2012,
Pauline Marois s’était engagée à rétablir le
plan de relance du début des années 2000.
Depuis septembre, les actions du Parti
québécois dans les régions comme la
Gaspésie sont davantage caractérisées par
des réductions budgétaires que par le statu
quo ou par une intensification de mesures
progressistes.
Photo : Gilles Gagné
Les six premiers mois de pouvoir du Parti québécois
laissent une grande partie de la population gaspésienne sur son appétit, parce qu’ils ont été marqués
par l’obsession du déficit zéro, un objectif qui rime
rarement avec développement régional.
La Gaspésie et le reste du Québec ont intérêt à ce que la filière éolienne poursuive son
développement, que ce soit en production d’énergie ou en fabrication de composantes.
L’inquiétude frappe actuellement la
forêt privée gaspésienne en raison du doute
planant sur la reconduction des programmes
de travaux sylvicoles, et les 300 emplois qui
en dépendent.
Il est aussi grand temps que Québec
rassure la filière éolienne en confirmant
les modalités de l’appel d’offres de 700
mégawatts, une intention annoncée par les
libéraux en juillet mais qui, rappelons-le,
sert essentiellement à récupérer des projets
n’ayant pas vu le jour depuis 2004.
Il faut ajouter entre 5 et 10 millions de
dollars aux 17 millions annoncés en mai 2012
pour sécuriser à court terme le tronçon ferroviaire gaspésien. Bien que la somme pour
remettre ce tronçon en bon état pour 25 ans
s’établisse à près de 100 millions de dollars,
il est urgent d’envoyer un signal clair aux
Gaspésiens quant à un mode de transport
faisant l’unanimité dans le monde, excepté
au Canada.
Bien qu’il soit tôt pour évaluer l’impact en
Gaspésie des coupes en éducation, ce type de
compression affecte toujours les régions, où
il est souvent difficile de faire valoir le bienfondé de plus petites classes.
Le gouvernement québécois aurait
été mieux avisé de ralentir la cadence en
construction routière, où la surchauffe des
dernières années a mené à des appels d’offres
sans soumissionnaire.
Le gouvernement minoritaire du Parti
québécois a pris le pari risqué d’assurer sa
réélection en misant sur l’austérité budgétaire, plutôt qu’en mettant l’accent sur une
transition douce vers l’équilibre et en garantissant aux régions un appui régulier.
Il aurait été mieux avisé de ne pas sabrer
dans des postes budgétaires sensibles en
régions. Espérons qu’il n’attendra pas 18
mois, comme les libéraux en 2004, avant de
corriger le tir.
L’équipe de Graffici
DIRECTEUR Benoit Trépanier, [email protected] RÉDACTEUR EN CHEF JOURNAL Nelson Sergerie, [email protected] ASSISTANTE À LA RÉDACTION Geneviève Gélinas, [email protected]
GRAPHISTE Julie Delisle, [email protected] RÉDACTEUR EN CHEF WEB Antoine Rivard-Déziel, [email protected] ÉDITORIALISTE Gilles Gagné, [email protected] CHRONIQUEURS Thierry Haroun, David Lonergan,
Sophie I. Gagnon, [email protected] COLLABORATION À LA RÉDACTION Johanne Fournier, Jean-François Aubé COLLABORATION AU CONTENU VISUEL Sophie I. Gagnon, Julie Delisle, Léanne Sergerie, Marie-Josée
Richard RECETTE Mathilde Cotton CARICATURE Marie-Eve Tessier-Collin (Orbie) MOTS CROISÉS Diane Richard COMPTABLE Mic Dufour RÉVISION Geneviève Gélinas CORRECTION Sous la supervision de Gauthier
Communications : Janine Porlier, Céline Duchemin, Donna Murphy, Victoire Arbour, Micheline Lévesque, Marlyne Cyr, Florence Gauthier PUBLICITÉ ET MARKETING | RESPONSABLE VENTE ET
MARKETING Gabrielle Leduc [email protected] PUBLICITÉ AVIGNON, BAIE-DES-CHALEURS ET HAUTE-GASPÉSIE Benoît Trépanier, [email protected] PUBLICITÉ CÔTE-DE-GASPÉ ET ROCHERPERCÉ Gabrielle Leduc [email protected] CONSEIL D’ADMINISTRATION Alain Bernier, président ; Simon Bujold, vice-président | Marilou Levasseur, Rémi Plourde, Geneviève Campagna, Geneviève Labillois, Gabrielle Leduc.
Impression Les Presses du Fleuve, Montmagny DISTRIBUTION Publisac
Dépôt légal - Bibliothèque nationale du Québec, 2003
CTA
irage
ertifié
MECQ
libre arbitre
Commentez la CHRONIQUE sur GRAFFICI.CA
AVRIL 2013 Graffici
Le retour de
Normandeau
Thierry Haroun | [email protected]
?
T
out indique que la bête politique qu’était l’ancienne ministre libérale et toute
dévouée à Jean Charest, Nathalie Normandeau, reviendra un jour à ses
premières amours.
La démission surprise en septembre 2011 de la ministre la plus en vue du gouvernement Charest a été reçue comme un électrochoc en Gaspésie. La raison ? Sorte
d’appel à la vie, une quête de liberté. « Je souhaite que ma vie personnelle prenne le
pas sur ma vie professionnelle », avait-elle déclaré. En entrevue à GRAFFICI.CA, elle
avait fermé la porte à tout retour en politique. « Je n’ai pas du tout l’intention de revenir
en politique. »
Cette déclaration a tenu jusqu’à ce que le journaliste de Radio-Canada, Paul Huot,
réussisse à convaincre Normandeau de lui accorder une courte entrevue alors qu’elle
participait à un événement à Rimouski, le 18 janvier dernier. Dans son reportage, le
journaliste a rappelé que l’ex-ministre hésitait à faire des déclarations publiques depuis
sa démission 18 mois plus tôt. Le journaliste a posé la question qui tue : envisage-t-elle
un retour en politique ? « Il ne faut jamais dire jamais, évidemment, dans la vie. Je suis
encore toute jeune. » Si on traduit cette réponse de Normandeau en cassette politique,
ça donne ceci : « Je vais revenir un jour, mais pas tout de suite. Laissez-moi voir ailleurs,
vivre autre chose, pour mieux revenir en force. »
Quand on a connu comme elle l’enivrement du pouvoir dans tous ses travers et
autres power trip, vu des maires à ses pieds la suppliant de verser une subvention pour
tel ou tel projet, été applaudie béatement par les valets du parti en campagne électorale
et couverte de remerciements par des entrepreneurs, difficile de rester dans l’ombre très
longtemps. Dans l’ombre ? À peine quelques mois après sa démission en prétextant un
appel « à la vie », elle s’est trouvé un poste dans une prestigieuse firme comptable. Mais
bon, on est loin du faste politique, de la limousine ministérielle et des faiseurs d’image
qui vous mettent tout dans la bouche, surtout des cassettes pour mieux faire passer le
message du parti. Remarquez, quand Jean Charest a démissionné pratiquement un an
jour pour jour après Normandeau, il avait aussi entendu un « appel à la vie ». Quelques
mois plus tard, il se trouvait un poste de conseiller dans une prestigieuse firme d’avocats.
Il semble ici que la vie soit ou comptable ou juridique. On est contents pour eux.
***
Une enquête du Devoir révélait récemment que le projet de cimenterie sera exempt de
redevances au titre de la Loi sur les mines parce que l’exploitation se trouve en terres
privées. Il sera aussi exempt de la Loi sur l’impôt minier du fait que les minerais de
surface ne sont pas visés par cette loi et que le projet pourra bénéficier pendant 10 ans
d’un congé d’impôt. À cela s’ajoutent d’autres révélations du quotidien d’il y a quelques mois selon lesquelles le projet est exempté d’audiences publiques en environnement ainsi que d’une mesure d’imposition des droits aux exploitants de carrières et
sablières. On est contents pour eux. La question que soulèvent toutefois les écologistes
est de savoir si, à la lumière de ces informations, ce projet profite à l’ensemble de la
collectivité. Ils soumettront d’ailleurs ce cas d’espèce lors du forum sur les redevances
minières à venir. À suivre…
DÉCOUVREZ LE
Coup de coeur
RADIO-CANADA!
SUR TOUTES
NOS PLATEFORMES
À LA TÉLÉVISION
À LA PREMIÈRE CHAÎNE
SUR INTERNET
LE TÉLÉjOURNAL
EST dU QUÉbEC
MER ET MONdE
Radio-Canada.ca/
coupdecoeur
Samedi 7 H
Vendredi 18 H
***
L’ex-député libéral de Gaspé, Georges Mamelonet, a fait un retour sur la place publique
à son insu via le député péquiste de Gaspé, Gaétan Lelièvre. Le 1er mars dernier, l’actuel député rendait hommage à M. Mamelonet pour son engagement soutenu dans la
mise sur pied des croisières internationales dans la région. « Il faut rendre à César ce
qui est à César », a déclaré M. Lelièvre qui annonçait justement un projet à Chandler
en lien avec les croisières internationales. Si c’est ça faire de la politique autrement, eh
bien tant mieux !
5,125 pouces (large) x 10,375 pouces (haut) / 4 coul. / Parution dans Graffici, le 2 mars 2013
11
12
AVRIL 2013 Graffici
CHANGEZ
:D’AIR
du 18
20 au 30 mars
SI VOUS ÉTIEZ
CONCOURS
«CHANGEZ D’AIR»
À NE PAS MANQUER!
COUREZ LA CHANCE
Le samedi 30 mars
de 13h 30 à 16h!
350$
Animation de Pâques.
SOYEZ-Y!
DE GAGNER
EN CHÈQUES-CADEAUX!
Tirage
le 30 mars 2013 16h.
UN ÉLU
EN GASPÉSIE ET AUX ÎLES,
Un coupon de participation avec
chaque achat chez nos marchands
participants du 18 au 30 mars.
www.placeduhavre.com
Capitation 2013
pour les paroisses de la Gaspésie et des Îles
En cette Année de la foi et des 90 ans de fondation de notre diocèse, nous
désirons que nos communautés chrétiennes demeurent vivantes et continuent leur présence de foi, chez nous.
La capitation (ou la dîme) est un des moyens utilisés annuellement pour
recueillir les ressources financières qui assurent les services requis à la
population de la Gaspésie et des Îles.
Et ils sont nombreux les services offerts par nos communautés !
Célébrations dominicales, baptêmes, mariages et funérailles que
nous réclamons tous un jour ou l’autre; la catéchèse qui nourrit autant
les parents que nos jeunes; tous les gestes d’entraide tels visites
aux malades, soutien aux plus démunis, consultations, etc. Notons
également tous les services reliés à l’entretien de nos églises, de
nos cimetières et bien d’autres encore.
ChAquE pAroissE A uN urGENt bEsoiN dE
CEttE sourCE dE fiNANCEmENt !
Participons à la Campagne
Capitation 2013 !
QUELLES SERAIENT VOS PRIORITÉS
DE DÉVELOPPEMENT POUR LA RÉGION?
PRÊTEZ-VOUS AU JEU
et identifiez vos priorités au
www.prioritesregionales.com
À la fin de votre sélection, vous pourrez voir quel
élu de la région a fait des choix similaires aux vôtres!
Vos réponses contribueront à alimenter la Conférence régionale
des élus dans l’élaboration du Plan de développement de
la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine pour 2013-2018.
Pour toutes questions à l’égard de la démarche, veuillez contacter Mme Eve Dupré-Gilbert
au 1-800-463-6178 poste 236 ou par courriel à [email protected]
AVRIL 2013 Graffici
Dossier élections municipales
13
GENEVIÈVE GÉLINAS | [email protected]
Qui part, qui reste ?
GASPÉ - Les élections municipales du 3 novembre prochain arrivent à grands pas. Dans six mois, 42 municipalités
et deux préfectures se prépareront à la campagne. Histoire de sonder le terrain, GRAFFICI a contacté les maires
de la Gaspésie pour connaître leurs intentions.
P
Indécis
Quitte
Photo : Gilles Gagné
Photo : Antoine Rivard-Déziel
Photo : Geneviève Gélinas
Se représente
Des jeunes ? Oui, mais…
rès des deux tiers des maires ont déjà
pris leur décision. Quelques poids
lourds de la Baie-des-Chaleurs tireront
leur révérence. C’est le cas de Serge Arsenault,
à Bonaventure, et de Normand Audet, à Maria.
« Il faut savoir se retirer, dit M. Audet. C’est mon
deuxième mandat et je pense que c’est important de renouveler le conseil. » Nicole Appleby
confirme qu’elle se retirera à l’automne. À 72
ans et après trois mandats, elle dit avoir besoin
« d’un repos prolongé ».
Le maire de Paspébiac, Gino LeBrasseur,
a « atteint ses objectifs », affirme-t-il. Il part,
tout comme Bruno Cloutier, à Percé. Ce dernier
souhaite retrouver son temps et sa liberté de
parole, et dit souffrir du « cynisme de la population » entourant les travaux de la commission
Charbonneau.
Kenneth Duguay prend sa retraite après
26 ans à la tête de Shigawake. À 78 ans, il est
le doyen des maires gaspésiens.
Les élus qui souhaitent se représenter
sont toutefois beaucoup plus nombreux que
ceux qui partent. Denis Henry, qui cumule
14 années à la mairie de Carleton-sur-Mer
(ou de Carleton, avant la fusion), tentera de
nouveau sa chance.
Plusieurs femmes investies de lourdes
responsabilités retournent au front. « Je veux
me réinvestir un autre quatre ans dans les
dossiers que j’ai commencés », dit Louisette
Langlois, mairesse de Chandler. Micheline
Pelletier à Sainte-Anne-des-Monts, Delisca
Ritchie Roussy à Murdochville et Diane
Lebouthillier, préfète de Rocher-Percé, seront
toutes de la course.
Mme Lebouthillier pourrait faire face
à l’actuel maire de Port-Daniel-Gascons,
Maurice Anglehart. Lui est « sûr de se représenter », mais ne sait pas encore si ce sera à la
mairie de sa municipalité ou à la préfecture de
Rocher-Percé. « Je penche vers préfet », dit-il
toutefois.
Et les femmes ?
L’autre préfet élu de la région, Allen
Cormier en Haute-Gaspésie, garantit qu’on
verra son nom sur le bulletin de vote le 3
novembre. C’est aussi le cas de Judes Landry,
maire de Cap-Chat.
Jean-Guy Poirier, le plus ancien des maires
– 36 ans comme maire et 76 ans d’âge – veut
rester encore un peu en politique municipale.
Il avait pourtant dit que le mandat en cours
serait son dernier. « En 2014, Saint-Siméon
fête ses 100 ans, justifie-t-il. Je voudrais drôlement être présent. »
Parmi les indécis, il y a le maire
d’Escuminac, Bertrand Berger. Plusieurs
Gaspésiens ont remarqué sa perte de poids
des derniers mois. « J’ai eu un problème
de santé à la fin de l’été, mais c’est réglé »,
explique-t-il. Ce dont il a souffert? « Ça
m’appartient », répond-il. M. Berger est maire
d’Escuminac depuis 1985, préfet d’Avignon
depuis 2000 et président de la Conférence
régionale des élus depuis 2004.
Le maire de Gaspé, François Roussy,
est « en réflexion » et promet une réponse
pour « le début de l’été ». Le clan des indécis
compte aussi Nathalie Côté, mairesse de
Grande-Vallée, et Paul-Hébert Bernatchez,
maire de Saint-Maxime-du-Mont-Louis.
Vous voulez connaître les projets
de votre maire? Savoir combien
d’années il ou elle cumule comme
élu? GRAFFICI a contacté TOUS les
maires. Rendez-vous dans la section INFO+ de GRAFFICI.CA pour les
informations complètes.
Limiter les mandats… ou pas
AVRIL 2013 Graffici
AVRIL 2013 Graffici
Gino LeBrasseur
GENEVIÈVE GÉLINAS | [email protected]
Louisette Langlois, Chandler
Delisca Ritchie Roussy, Murdochville
Denis Henry, Carleton-sur-Mer
Guy Gallant, Saint-Alexis-de-Matapédia
Jean-Paul Audy, Pointe-à-la-Croix
Doris Boissonnault, Caplan
Louisette Langlois
Serge Arsenault
Delisca Ritchie Roussy
Cyrus Journeau
Des jeunes ? Oui mais...
MRC Côte-de-Gaspé :
Le plus de mairesses :
GASPÉ - Il ne suffit pas d’attirer des jeunes en politique
municipale, il faut les garder ensuite. La Commission
jeunesse offrira du soutien aux élus de 18 à 35 ans après
le 3 novembre.
et les employés de la ville lui ont rendu la vie
non seulement facile, mais agréable. « J’ai
l’impression que ce que je dis, ça compte,
et ce que je pense, ça les intéresse. » L’expérience de Mme Babin est assez concluante
pour qu’elle songe à la mairie.
Elle serait une exception : même si les
18-35 ans représentent 15 % des élus municipaux dans la région, ils sont absents des
sièges de maire. Le seul maire trentenaire de
la région, François Roussy à Gaspé, a 38 ans.
Et bien des maires considèrent qu’être
à la retraite est presque un prérequis pour
occuper leur siège. Jean-Paul Audy, maire
de Pointe-à-la-Croix, se présente au bureau
municipal tous les jours de la semaine, où
il fait l’équivalent d’un temps plein. « Il y a
tellement de paperasse...… Je me demande
comment le “dg” faisait pour y arriver avant
que j’arrive ! », dit-il. Ce retraité de la fonction
publique fédérale, qui aura bientôt 70 ans,
voit mal comment sa tâche intéresserait des
jeunes. « Il faut qu’ils travaillent pour gagner
leur vie hors du bureau municipal. Si on
pouvait offrir un salaire à des jeunes, ce serait
différent. Mais à Pointe-à-la-Croix, si on fixe
une rémunération de 40 000 $, on va perdre
notre élection! »
La mairesse de Grande-Vallée s’élève
contre ce genre de propos. Nathalie Côté, 41
ans, travaille à temps plein comme intervenante sociale, en plus de veiller aux destinées
2 sur 13
L’âge moyen le plus bas
pour les maires :
54,8
MRC de Bonaventure :
Le moins de mairesses :
3 sur 5
Photo : Geneviève Gélinas
P
hilippe LeBlanc, 34 ans, achève un
premier mandat comme conseiller à
Matapédia. Il s’est présenté parce qu’il
avait diagnostiqué « un manque de jeunes
et de leadership jeunesse » dans son village.
M. LeBlanc a trouvé les premiers temps « difficiles », même si deux autres trentenaires, dont
son propre frère, étaient accoudés à la table du
conseil. « C’est la vieille garde qui est là. Les
processus sont longs, il faut être patient. C’est
aussi long que faire du vin! »
Dans les prochains mois, la Commission
jeunesse Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine va
promouvoir à nouveau l’engagement des
jeunes en politique municipale. Mais un volet
post-électoral s’ajoutera à son action : les élus
se verront offrir de la formation et des occasions de discuter avec d’autres jeunes élus.
L’idée vient de M. LeBlanc, aussi membre de
la Commission jeunesse. « Nous, on arrive là
et on ne sait pas toujours comment intervenir,
dit-il. Les maires ont souvent des personnalités fortes. Il faut être capable de garder son
sang-froid et de tirer son épingle du jeu. »
Tous n’ont pas les mêmes difficultés à
prendre leur place. Pour Emmanuelle Babin,
35 ans, ça s’est « bien mieux » passé que
dans ses prévisions. Elle avait 30 ans quand
elle a été élue conseillère à Bonaventure pour
la première fois. « Je pensais que ce serait
compliqué, que je n’y comprendrais rien », se
souvient Mme Babin. Mais le reste du conseil
Jean-Guy Poirier, Saint-Siméon
Bernard Stevens, Grande-Rivière
Judes Landry, Cap-Chat
Allen Cormier, Haute-Gaspésie
Diane Lebouthillier, Rocher-Percé
L’âge moyen le plus élevé
pour les maires :
63,9
ans
Limiter le nombre de mandats des maires ?
À 38 ans, le maire de Gaspé, François Roussy, est le plus jeune
des maires gaspésiens.
Ce qu’ils en disent :
Les 18-35 ans
dans les conseils municipaux :
15 %
en Gaspésie et aux Îles
10,6 %
au Québec
Âge moyen des
maires gaspésiens :
61,4
ans
ont là
ires qui s ent
a
m
s
e
d
Il y a
finitivem
. C’est dé oquer son
s
n
a
0
3
depuis
ut prov
trop. Il fa as s’incruster.
p
ment, ne
ens à
remplace là à obliger les g aux
rai pas
Mais de
ne monte ades. je
r,
ti
r
a
p
barric
»
a haussé de façon substantielle le salaire du
maire et des conseillers, dans son village de
330 habitants. Les conseillers gagnent maintenant 2 914 $ par an et le maire, 8 745 $,
soit des hausses de 89 % depuis la dernière
élection. « Il faut moduler [pour intéresser
des jeunes]. Parce que si l’écart devient trop
grand entre les générations, on peut manquer
le bateau. »
ans
«
Je suis pour
ça. Si on n’a
pas réalisé n
os ambitions
en huit ans, il
faut laisser la
place à d’autr
es. Et tout ce
qui traîne se
salit. Il y a ta
nt
d’occasions. »
Bernard Stev
ens, maire de
Grande-Riviè
re depuis quat
re ans
«
,
de Maria
e sortant
ir
a
s
m
n
a
t,
e
it
Aud
après hu
Normand
de sa municipalité de 1130 habitants. « Je
travaille sur des dossiers municipaux le matin,
le soir, la fin de semaine. Et c’est faisable par
des êtres normaux! », argue-t-elle.
Même son de cloche chez Joël Côté, le
maire de 40 ans de Sainte-Madeleine-de-laRivière-Madeleine. « Je m’organise! », lance
cet enseignant en éducation physique, père
de trois enfants. Un an après son arrivée, il
Photo : Geneviève Gélinas
Gino LeBrasseur, Paspébiac
Serge Arsenault, Bonaventure
Bruno Cloutier, Percé
Nicole Appleby, New Richmond
Kenneth Duguay, Shigawake
Les indécis :
Photo : Gilles Gagné
Ils se représentent :
Photo : Geneviève Gélinas
Ils partent :
Photo : Thierry Haroun
Photo : Gilles Gagné
Photo : Geneviève Gélinas
Dossier élections municipales
15
Jocelyne Huet
Cyrus Journeau, New Carlisle
Jocelyne Huet, Cloridorme
Bertrand Berger, Escuminac
François Roussy, Gaspé
Richard St-Laurent, Nouvelle
Nathalie Côté, Grande-Vallée
Paul-Hébert Bernatchez, Saint-Maxime-du-Mont-Louis
Et les femmes ?
G
ASPÉ - À Ristigouche-Partie-SudEst, c’est le conseiller homme qui est
en minorité : six élues sur sept sont
des femmes. « Sur certaines choses, ça change
l’ambiance, croit la mairesse Annette Sénéchal.
Je dirais que les femmes sont plus prudentes. »
Mais quand Mme Sénéchal se présente au
conseil des maires de la MRC d’Avignon, le
rapport des sexes est inversé. Elles sont deux
mairesses sur 11. Et dans la MRC voisine de
Bonaventure, elles sont deux sur 13.
La Table de concertation des groupes de
femmes de la Gaspésie et des Îles veut améliorer
ce bilan. Le 20 mars, elle lancera « À table,
mesdames », un programme pour accompagner d’éventuelles candidates aux élections du
3 novembre. Tournée de formation, trousse d’information, messages d’encouragement via les
médias sociaux : elles auront droit à un soutien
direct.
L’objectif : convaincre 44 femmes (une par
municipalité) de plus qu’en 2009 de se présenter,
ce qui porterait à 194 le nombre de candidates.
La chargée de projet pour la Table, Céline
Breton, fait le pari qu’une bonne partie sera élue.
En 2009, près de 60 % des candidates avaient
«
C’est l’affaire la plus
stupide que j’aie entendue de
ma vie! Ça voudrait dire que
le gouvernement empêche de
se présenter des gens que la
population a choisis. Elle est
où, la démocratie ? »
Jean-Guy Poirier, élu maire de SaintSiméon sans opposition depuis 36 ans
Les femmes
dans les conseils municipaux :
28,5 %
en Gaspésie et aux Îles
22,5 %
au Québec
Photo : Gilles Gagné
14
Nicole Appleby, mairesse de
New Richmond, est l’une des 11 femmes à la
tête de municipalités gaspésiennes.
remporté leur élection. Le défi, c’est de les
convaincre d’oser, estime Mme Breton. « Une
femme n’a pas la même notion du risque. Elle va
se demander si elle est capable, elle va lire tout
ce qui existe sur la politique municipale. Tandis
qu’un homme va sauter et apprendre ensuite
sur le tas. »
En février, Mme Breton a fait la tournée
des conseils des maires de la Gaspésie pour
les inciter à recruter des femmes. Elle a senti
« beaucoup d’ouverture ». Mais elle doit parfois
rappeler à l’ordre les femmes élues d’un certain
âge. « Elles vont souvent lancer le message
qu’on ne peut pas faire de la politique quand on
est jeune et qu’on a des enfants, rapporte Mme
Breton. Je leur dis : arrêtez de dire ça! C’était
peut-être vrai dans votre temps, mais ça ne l’est
plus. On voit des femmes qui allaitent au conseil
municipal! »
16
AVRIL 2013 Graffici
Participez aux
À vos crayons! Il reste peu de temps!
Vous avez besoin d’une formation
sur mesure et à petit prix?
Que vous soyez un travailleur culturel, un artiste ou
un artisan professionnel, en voie de professionnalisation
ou de la relève, le Service de développement
professionnel du Conseil de la culture de la Gaspésie
reçoit vos demandes de formation de groupe et
de perfectionnement entre le
10 septembre et le 10 mai de chaque année.
Pour plus d’information,
visitez notre site au
www.culturegaspesie.org
À l’ORDRE DU JOUR :
Tour d’horizon sur le dossier des
hydrocarbures dans la région
?
sous l’onglet « Formation ».
Venez vous informer,
venez en discuter !
418 534-4139
Poste 223
1 800 820-0883
Poste 223
Bonaventure
Lundi 25 mars - 18 h à 21 h - Centre Bonne Aventure
Gaspé
Mardi 26 mars - 18 h à 21 h - Hôtel des Commandants
Îles-de-la-Madeleine
Jeudi 28 mars - 18 h à 21 h au local 11-13
Cégep campus des Îles-de-la-Madeleine
Inscrivez-vous dès maintenant sur notre site web
www.hydrocarburesgim.ca
Pour information, communiquez avec
Amandine Chapelle, chargée de projet
à la Conférence régionale des élus au
1-800-463-6178 poste 249
mathilderies
AVRIL 2013 Graffici
Soufflé au rhum
17
Pourquoi ne pas faire un dessert différent du chocolat pour vos invités à Pâques ?
Mathilde vous propose le soufflé au rhum.
Préparation
Photo : Jacques Gratton, photographe
•Fouetter les jaunes d’œufs avec ½ t. de sucre jusqu’à
ce que la préparation soit jaune pâle;
•Mettre la gélatine dans l’eau froide, brasser et
chauffer au micro-ondes jusqu’à ce que la gélatine
soit fondue (environ 30 secondes, selon la puissance
de votre appareil);
INGRÉDIENTS ( donne 4 portions )
•Mélanger la gélatine et la préparation de jaunes
d’œufs;
•Dans un second bol, fouetter la crème fermement;
•Dans un troisième bol, mettre ¼ t. de sucre dans les
blancs d’œufs et monter en neige;
4 jaunes d’œufs
3 blancs d’œufs
¾ t. de sucre
1 sachet de gélatine
•Incorporer la crème à la préparation de jaunes
d’œufs, mélanger et ajouter ensuite les blancs
d’œufs en neige;
¼ t. d’eau froide
•Ajouter le rhum à la préparation;
2 t. de crème à fouetter
•Verser la préparation dans des coupes à dessert;
¼ t. de rhum
Chocolat râpé au goût
Pour plus de
recettes et pour
faire l'achat
en ligne du livre des
Mathilderies, allez sur GRAFFICI.CA.
Vous pouvez décorer votre soufflé
au rhum avec de la crème fouettée
et le chocolat râpé.
- Mathilde
Vous y trouverez aussi les points de
distribution !
8A, de la Cathédrale, Gaspé
418 368-2122
O PT I F O G
UNE INNOVATION TECHNOLOGIQUE UNIQUE
CONTRE LA BUÉE
Photo : Julie Delisle
•Congeler le tout de quatre à six heures.
18
AVRIL 2013 Graffici
AVRIL 2013 Graffici
Commences-tu à emprunter pour jouer ?
APPELLE TON INTERVENANT LOCAL OU COMPOSE LE 1 800 461-0140
aidejeu.com
www.cssspnql.com
Le billet de 20 dollars est utilisé avec la permission de la Banque du Canada.
Agence�:
Kbs+p
Titre�:
Jeu - 20$ FR
CYAN
MAGENTA
YELLOW
BLACK
GRAPHIQUES M&H
87, RUE PRINCE, BUREAU 310
MONTRÉAL QC H3C 2M7
T. 514 866-6736 | [email protected]
MS-8066
19
20
J’ai essayé...
AVRIL 2013 Graffici
Sophie I. Gagnon
Brasseuse d’un jour
Photos : Janie Landry-Dugas
Quand j’étais petite, la Saint-Patrick célébrée par mes parents rassemblait des adultes aux joues rouges autour de
la cérémonie du Irish coffee. Une fête où tout le monde se découvrait des racines irlandaises.
Sophie met les ingrédients dans la cuve pour fabriquer le précieux liquide.
L
es flambées d’alcool m’impressionnaient. J’imaginais comment
me frayer un chemin à travers les
convives en cas d’incendie. Je n’ai peut-être
pas cette audace inflammable, mais j’ai des
contacts pour tremper ma verte curiosité
dans la fabrication d’une boisson toute aussi
populaire le 17 mars : la bière!
À la microbrasserie Le Naufrageur à
Carleton, je chausse des bottes de caoutchouc pour fouler le sol humide, un accessoire qui tranche avec la jupe portée cette
journée-là. Mon teint rouquin aidant, je
me sens comme Kate Winslet dans le film
Titanic lorsqu’elle danse avec Jack l’Irlandais dans la cale humide! J’entre dans cet
immense laboratoire où de gros réceptacles d’acier inoxydable aux formes variées
émettent des vapeurs, des odeurs et des
sons mystérieux. Malgré la modernité
des lieux, une étrange magie médiévale
semble suspendue dans l’air.
Une odeur de paille fraîche m’intrigue.
J’entre dans une pièce où s’empilent des
poches de jute remplies de grains de toutes
sortes. Suivant une recette bien précise,
Janie Landry-Dugas, mon guide, y cueille
des pelletées de céréales germées : de l’orge
et de l’avoine qui seront moulues grossièrement dans un mortier mécanique. Ce bac
de muesli grand format est ensuite trans-
féré dans une cuve de trempage. Le défi est
d’équilibrer la quantité et la température du
gruau pour buveurs de bière. Les techniques
de canotage sont ici d’un grand secours. La
grande pelle tient lieu d’aviron et des coups
en « J » ou en écarts sont parfois nécessaires
pour éviter que le mélange ne s’agglutine.
Jamais je n’aurais cru que mes aventures
sur la rivière Cascapédia allaient un jour
propulser des courants alcoolisés!
Ce précieux bouillon sert à extraire
les sucres des grains, le fameux moult.
Quelques échantillons sont recueillis pour
s’assurer que l’amidon des grains laisse
de la place aux sucres. Ceux-ci fermenteront grâce à la levure qui les métamorphosera en alcool. Le liquide est ainsi
analysé. C’est la première fois que je vois
un microscope côtoyer des bouteilles de
bière sans culpabilité. Connaissant cette
possibilité, plusieurs élèves n’auraient pas
abandonné leur cours de chimie 534 à
l’école secondaire!
Le filtrage terminé, les grains seront
récupérés pour nourrir les animaux de
ferme des environs. Serait-ce l’origine du
fromage La vache qui rit? Le liquide libéré
de son poids céréalier prend un virage vers
une autre gigantesque marmite. Telle une
sorcière dans son château d’acier galvanisé,
j’incorpore un ingrédient essentiel pour
Sophie se concentre sur le mélange qui donnera le breuvage tant apprécié.
créer l’amertume typique d’une bonne
bière. À défaut d’ailes de sauterelles ou
d’un sourcil de coccinelle, ce sont des fleurs
de houblon qui donneront le petit je-nesais-quoi épicé au liquide tant convoité.
Antiseptiques, ces fleurs allongeront également la durée de vie de la bière.
Le brasseur Philippe Gauthier m’explique que la bière noire, de type stout,
destinée aux buveurs de la mi-mars, est
actuellement en mode repos. Une retraite
presque spirituelle alors que le liquide raffine
sa beauté intérieure en termes de goût. Ce
répit soigne également l’apparence de la
boisson qui se débarrasse des peaux mortes
céréalières et autres résidus disgracieux.
Place à l’embouteillage. Une gigantesque vitrine protège un réseau de trains
électriques sur montagnes russes dont les
wagons prennent la forme de bouteilles.
Ce mécano électrique doit être surveillé
pour s’assurer que toutes les étapes d’insertion d’air, de remplissage et de capsulage se suivent sans désobéissance d’une
petite brune rebelle. Sinon, gare à l’arrêt
complet du manège. Les demoiselles de
verre se font vêtir de couleurs étiquetées
selon leur personnalité. Elles covoitureront à 12 dans un véhicule cartonné pour
lequel je pourrais servir de conductrice
désignée. En route vers l’Irlande!
Sophie met les bouteilles dans une caisse afin
qu’elles se rendent à bon port.
AVRIL 2013 Graffici
Commences-tu à donner trop de place au jeu ?
APPELLE TON INTERVENANT LOCAL OU COMPOSE LE 1 800 461-0140
www.cssspnql.com
Agence�:
Kbs+p
GRAPHIQUES M&H
aidejeu.com
21
22
divertissement
AVRIL 2013 Graffici
MOTS CROISÉS GASPÉSIENS
HORIZONTALEMENT
1
2
2. Cris - Personne lente.
3
4. Une belle période - Reculé.
5. Boire (phonétiquement) - Peintre français.
6. Blondes - Décharges.
7. Prénom féminin - Annonce la fin - Voyelles.
5
6
7
8
9
10
11
12
SUDOKU
Placez un chiffre de 1 à 9 dans chaque case vide.
Chaque ligne, chaque colonne et chaque boîte 3 x 3
délimitée par un trait plus épais doivent contenir tous
les chiffres de 1 à 9. Chaque chiffre apparaît donc une
seule fois dans une ligne, dans une colonne et dans
une boîte 3 x 3.
2
5
5
6
7
9. Fin de verbe - Festin - Elle eut un pis.
8
10. Avion.
9
12. Élément chimique - Pouvoirs publics Avance.
4
4
8. Sœur d’Antigone - Le début d’une suite Mesure.
11. Direction - Anneaux - Conj.
3
1
1. Elle a jeté une bouteille à la mer - Intimes.
3. Bouddhisme tibétain.
2
7
10
VERTICALEMENT
2. Tuais - Jamais.
3. Capitale européenne - Diminué jusqu’à la
destruction.
1 4
5
6
11
12
1. Il fait des bonds - Il a trouvé une bouteille à
la mer.
8
4- Réfuta - Démonstratif - Des dunes.
5. Parle à l’envers et du nez - Démonstratif.
6. À l’aide - Chandelier.
7. Pilote - Dehors!
8. Bataille - Irisés.
9. Commence à minuit - Explosif - Charpentes
de navires.
3
1
2 1
8
9
4
2
7 5
2
5
4
7 8
2
Niveau de difficulté : INTERMÉDIAIRE
10. Comme le sida.
3
4 6
9
11. Chiffres romains - Diffusées.
LA SOLUTION DES JEUX : PAGE 27
12. Filets - Épuisée.
Caricature
Les tempêtes qui ont frappé la Gaspésie durant la semaine
du 18 février auront laissé plus d’un mètre de neige dans plusieurs secteurs de la région.
La poudrerie, causée par les vents forts, a compliqué les déplacements routiers durant plusieurs heures.
Plusieurs institutions et commerces ont même fermé leurs
portes.
Orbie résume bien cette semaine chargée d’or blanc.
ORBIE
www.orbie.ca
BÉDÉISTE
Voyez les caricatures d’Orbie sur GRAFFICI.CA
AVRIL 2013 Graffici
Commences-tu à mentir pour jouer ?
APPELLE TON INTERVENANT LOCAL OU COMPOSE LE 1 800 461-0140
www.cssspnql.com
Agence�:
Kbs+p
Titre�:
Jeu - Carte FR
CYAN
MAGENTA
YELLOW
BLACK
GRAPHIQUES M&H
87, RUE PRINCE, BUREAU 310
MONTRÉAL QC H3C 2M7
T. 514 866-6736 | [email protected]
MS-8066
aidejeu.com
23
24
Loisirs
AVRIL 2013 Graffici
Geneviève Gélinas
Une chasse au trésor pour adultes
GASPÉ – Ils ont l’air d’avoir perdu quelque chose et se promènent les yeux rivés à leur GPS sur des
sentiers ou en pleine ville. Si vous croisez ce type de personne, vous pourriez avoir affaire à un adepte de
la géocache, un loisir qui se développe en Gaspésie.
Photo : Geneviève Gélinas
L
Lucie Pagé, adepte de géocache, montre l’une de ses cachettes
dissimulées en marge d’un sentier du mont Béchervaise, à Gaspé.
ucie Pagé chausse ses
raquettes et passe le cordon
d’un téléphone intelligent
et d’un GPS autour de son cou.
Aujourd’hui, cette technicienne en
ressources humaines m’initie à son
passe-temps favori, la géocache
(geocaching). Après avoir téléchargé
les coordonnées de la cache la plus
proche, nous empruntons le sentier
qui serpente au flanc du mont
Béchervaise, à Gaspé. Après une
centaine de mètres, nous approchons du but, indique le GPS. Aucun
« géomoldu » (étranger à l’univers
de la géocache) à l’horizon, donc
pas de risque de vendre la mèche.
Nous quittons donc le sentier pour
grimper dans la neige molle. Au
bout d’une minute, je trouve le
butin : un pot de plastique accroché
à une branche. À l’intérieur, un bout
de papier pour inscrire son nom et
la date ainsi qu’une figurine. Pas de
quoi fouetter un chat, direz-vous?
C’est oublier le plaisir du plein air
et de la traque : « Une fois, ça m’a
pris huit heures pour me rendre [de
Gaspé] à Matane, rapporte Mme
Pagé, parce qu’on s’arrêtait en route
pour chercher des caches. »
La Gaspésie compte 1167
caches et une quarantaine de géocacheurs. Il y en a de très mordus: un
couple de Grande-Rivière, Alex
Sénéchal et Marie-Gil Fortin, a un
tableau de chasse de plus de 3000
caches trouvées en trois ans. « On
a la piqûre ! », résume M. Sénéchal,
qui ne se contente pas de chercher
les caches des autres. Le couple
a truffé de caches les sentiers de
Percé et les chemins forestiers qui
mènent à d’anciens villages comme
Sainte-Bernadette-de-Pellegrin
et Saint-Edmond-de-Pabos. « Au
départ, le geocaching, c’était pour
faire découvrir de beaux endroits
aux autres, explique M. Sénéchal.
On essaie de rester fidèles à cette
philosophie. »
La géocache se pratique
partout dans le monde, où le
nombre de caches atteint les
deux millions. Vous avez envie
d’essayer ? Allez faire un tour sur
www.geocaching.com.
ARTS VISUELS
AVRIL 2013 Graffici
Johanne Fournier
René Faulkner, de quai en quai
25
Q
uai se passa-t-il ? est un
hommage aux quais abandonnés de la Gaspésie.
L’idée a germé lorsque M. Faulkner
a découvert, dans un dépotoir, les
pièces du vieux quai de Marsoui,
démoli il y a environ 30 ans. À
partir de ces pièces, auxquelles il en
a ajouté de nouvelles, il a procédé
au montage de l’impressionnante
œuvre sur les berges de l’endroit.
L’inspiration de ces vieilles
poutres de bois s’est ensuite
prolongée dans une série de 28
clichés. « L’installation Quai se passat-il ? se veut une réflexion inspirée par
le symbolisme et la réalité, explique
le créateur de La Martre. Artiste
visuel sensible, je me questionne sur
ce qui a façonné notre passé et ce
qui s’offre pour l’avenir du territoire
et de l’homme. Par mes œuvres, j’ai
choisi d’offrir la beauté pour tenter
de comprendre le désarroi et inviter
à la réflexion. »
L’exposition Quai se passa-til ? a pris la route pour une tournée
gaspésienne. Jusqu’en mai, une
partie de la collection est exposée
au Café de l’Anse, dans le Centre
culturel Le Griffon de L’Anse-auGriffon. Par la suite, l’exposition
complète se transportera dans la
grande salle d’exposition du même
Centre culturel. En juillet, la collection retrouvera son alma mater, soit
l’église de Marsoui, pour le prochain
Rendez-vous des arts marsois. À la
mi-août, l’exposition larguera les
amarres vers le nouveau Centre
culturel de Paspébiac.
Une exposition est également
prévue en août et septembre à la
Maison de la culture de SainteAnne-des-Monts. Le thème n’est
pas encore déterminé.
Simultanément à toutes ces
activités, le néo-Gaspésien d’origine montréalaise collabore depuis
janvier à un projet intergénérationnel
intitulé Je nous souviens, initié par
Francine Guimont, du Théâtre de
l’HippoGriffe de L’Anse-au-Griffon.
« Ce projet consiste à mettre en
valeur les récits de vie des aînés de
la région, à travers leurs souvenirs
d’enfance », explique René Faulkner.
Celui-ci aura pour tâche de créer
une fresque géante, d’une dimension de quatre pieds par 16 pieds, qui
ornera un mur du Centre culturel de
L’Anse-au-Griffon. Il aura également
à préparer le concept visuel du projet
et la mise en page des textes issus
des rencontres, qui feront l’objet
d’un recueil qui sera lancé en avril
lors de l’événement Livres en fête.
L’artiste mijote d’autres projets
découlant d’autres thèmes. « Ma
tête bouillonne de bonheur créatif »,
lance celui qui se qualifie de « citoyen
heureux ». L’un de ces projets s’intitule Territoire habité, parfois... « Cette
réflexion visuelle m’amène à m’exprimer sur le territoire, explique-t-il.
Je pose mon regard sur deux sujets :
l’habitation et l’activité temporaire. » Une cinquantaine de tableaux
devraient émerger de ce thème.
Par la suite, il mettra sa créativité au
profit d’une autre collection de clichés
tirés des natures mortes que lui inspire
sa maison qui, à l’origine, était l’école
du village de La Martre. Après trois
ans de travail acharné, il a transformé
l’habitation en véritable installation
artistique. Il songe à appeler l’exposition À 10 mètres du nid.
Pour illustrer son projet,
M. Faulkner utilise une citation de
Charles Sterling, datant de 1952 :
« Une authentique nature morte naît
le jour où un artiste prend la décision
fondamentale de choisir comme sujet
et d’organiser en une entité plastique
un groupe d’objets. Profond dessein
d’artiste: celui de nous imposer son
émotion poétique devant la beauté
qu’il a entrevue dans ces objets et
leur assemblage. »
Photo : Gracieuseté René Faulkner
LA MARTRE – Après avoir réalisé une installation magistrale sur le littoral de Marsoui l’été dernier,
l’artiste en arts visuels René Faulkner trimballe maintenant sa démarche Quai se passa-t-il ? en divers
endroits de la Gaspésie. À cela s’ajoutent d’autres projets.
Tout au cours de l’année, l’artiste en arts visuels René Faulkner
trimballe son exposition de photos « Quai se passa-t-il ? » en
divers endroits de la Gaspésie.
26
Critique littéraire
AVRIL 2013 Graffici
David Lonergan
Que reste-t-il du monde ?
Que retient-on du monde qui nous entoure? Dans Le reste du monde (Éditions
Les Herbes rouges), Marie-Josée Charest répond d’une façon éloquente à
cette question.
N
on pas que ce recueil de poésie
soit celui de l’emphase. Bien au
contraire, les poèmes sont sculptés
dans l’âme même de la poète avec une
grande économie de moyens.
Le recueil est divisé en 11 courtes suites
de poèmes. Chacune s’ouvre sur un texte
qui met en scène la poète et les siens. Les
poèmes suivants mettent en scène des
réfugiés coincés dans des camps de fortune
dont les conditions de vie relèvent de la
survie et dont l’avenir est pour le moins
incertain.
Cet écart entre le bonheur de l’auteure
(qui vit à Maria) et la situation tragique des
réfugiés crée la tension du recueil et lui
donne toute sa force.
Les vers de Charest se limitent à quelques mots, jamais plus que cinq et souvent
un. Il y a là un découpage de l’espace
pictural de la page. Le discours se heurte à
la désolation, à l’impuissance : « elle hurle
/ à l’enfance / à sa mère / qui n’en peut
plus ». Les vers de Charest claquent exprimant l’horreur qu’elle ressent.
On a l’impression d’une série de photographies ou de tableaux agencés à la façon
des instantanés : « du ciel / d’un avion / une
plage / avec des tentes / sans parasols ».
L’accent se place sur la désolation, sur
la souffrance des réfugiés placés dans des
situations intolérables : « barbelés / une
femme s’agrippe / tout autour / à ce qui
tient encore / comme à la clôture / rester
debout / yeux / vers quoi / mais rien ne
vient / personne / griller debout ».
Dans un des poèmes, Charest fait référence au peintre américain abstrait Mark
Rothko (1903-1970) qui avait écrit qu’en art
le seul sujet possible était un sujet tragique.
Et tragiques sont les situations qu’elle
décrit.
Ce recueil continue la réflexion abordée
dans son premier recueil, Rien que la guerre
c’est tout (Les Herbes rouges). Même façon
d’écrire, même constat dans le propos,
même pertinence dans le sens qui s’en
dégage.
LIVRE DE RECETTES GASPÉSIENNES
Devenez agent en ServiceS correctionnelS
attestation d’études collégiales
techniques spécialisées en services correctionnels
Modalités
lieu : carleton-sur-Mer
Date de début : 15 avril 2013
Date de fin : 31 octobre 2014
nombre d’heures/semaine : 25 h
Date limite d’inscription : 15 mars 2013
information et inscription
Patrice Savard
418 364-3341 poste 8787
1 866 424-3341 poste 8787
[email protected]
Formation pouvant mener à des emplois au sein du ministère de la
Sécurité publique du Québec et du Service correctionnel du canada.
Pour connaître les détails, veuillez consulter : www.collegia.qc.ca
La meilleure façon
de cuisiner le terroir
gaspésien
PLUS DE 70 RECETTES
GASPÉSIENNES
DES CAPSULES HISTORIQUES
SURPRENANTES DE MICHEL LAMBERT
PUBLIÉ PAR LE JOURNA
L GRAFFICI
LES MATHILDERIES
La Gaspésie en recettes
En vente en Gaspésie dans les librairies, épiceries fines,
boutiques-cadeaux et dans plus de 50 autres points de vente
ou sur commande en ligne (voir au www.graffici.ca).
Nouveaux points de ventes à Rimouski,
Québec et la grande région de Montréal.
Journal GRAFFICI : fier éditeur du livre Les Mathilderies
418 368-7575, poste 3, ou [email protected]
Sports
AVRIL 2013 Graffici
Nelson Sergerie
Pêche blanche fort populaire
27
GASPÉ – Chaque hiver, des petites cabanes poussent sur la banquise. Des milliers de personnes pratiquent la pêche blanche en Gaspésie, surtout sur la baie des Chaleurs.
2
5
7
8
5
6
GAUTHIER COMMUNICATIONS
Florence Gauthier, B.A.A.
1 4
Diplômée en communication organisationnelle
le début. C’est bien. J’en ai mangé quand
même assez », dit le pêcheur.
M. Cloutier a capturé son quota
une seule fois cette saison : « Il y a deux
semaines, j’en ai pris 115 en l’espace de
deux heures. »
Son appât préféré : la crevette. Certains
pêchent aussi avec du maïs.
Des règles à suivre
Le ministère du Développement
durable, de l’Environnement et de la Faune
n’est pas en mesure d’évaluer précisément le nombre de pêcheurs sur glace en
Gaspésie puisqu’il n’est pas nécessaire
d’avoir un permis lorsqu’on pratique cette
activité dans la zone 21, soit de l’embouchure des rivières en allant vers la mer.
Toutefois, vous devez détenir un permis si
vous êtes dans la rivière ou encore si vous
ne résidez pas au Québec.
Une exception : vous devez avoir un
permis du ministère pour pêcher à l’embouchure de la rivière Bonaventure. Cette
réglementation a été rendue nécessaire
puisque le printemps dernier, des pêcheurs
ont abandonné leur cabane qui a dérivé ou
coulé à la fonte des glaces.
L’éperlan compte pour 99 % des
captures, souligne le sergent aux opérations
Richard Hamel de la Direction de la protection de la faune. Et son équipe surveille les
braconniers : « Cette année, on a fait des
vérifications sporadiques. Toutes les fois,
on a pris du monde en infraction. On a de
l’information sur des gens qui se livrent à
7 5
8
9
2
Réagissez aux
articles sur notre
page Facebook
3
1
2 1
4
2
3
4
animation
relations publiques
marketing
formations sur mesure: français et communication
[email protected]
Téléphone 418 759-5380 Tél. cellulaire 418 392-0882
5
la vente de l’éperlan. Lorsqu’on reçoit une
plainte, on intervient », dit M. Hamel. Seuls
les détenteurs de permis commerciaux ont
le droit de vendre leurs prises.
D’ailleurs, lors du passage de
GRAFFICI sur la Dartmouth, un homme
d’un certain âge s’est informé si des
pêcheurs avaient des poissons à vendre.
« Si on prend du monde en infraction, on saisit l’éperlan. On va aussi saisir
tout surplus dépassant les 120 poissons »,
précise le sergent.
Les braconniers sont loin d’avoir épuisé
les stocks. « La ressource est encore abondante », conclut M. Hamel.
7 8
Devenez un adepte
de la page GRAFFICI !
Niveau de difficulté : INTERMÉDIAIRE
2
25, rue des Sarcelles, Maria (Québec) G0C 1Y0
4 6
9
• Aucun permis nécessaire de
l’embouchure des rivières
vers la mer;
• Un permis est nécessaire
dans les rivières et pour les
résidents hors Québec;
Sudoku
• Maximum de prises quotidiennes: 120 éperlans dans
la baie des Chaleurs; 60
dans l’estuaire du SaintPlacez un chiffre de 1 à 9 dans chaque case vide.
Laurent;
Chaque ligne, chaque colonne et chaque boîte 3x3
• 99 %
des poissons
pêchés
délimitée
par un
trait plus épais doivent
contenir tous
Jonathan Cloutier montre quelques-unes de ses
sontles
deschiffres
éperlans;
de 1 à 9. Chaque chiffre
apparaît
donc sur
unela rivière Dartmouth, à
captures
dans sa cabane,
seule fois dans une ligne, dans une colonne et dans
Saint-Majorique.
une boîte 3x3.
LA SOLUTION DES JEUX de la page 22
Solution
2
5
1
7
8
6
9
4
3
9
6
4
2
1
3
8
5
7
8
7
3
9
4
5
6
1
2
3
9
5
6
2
4
7
8
1
6
8
7
3
9
1
4
2
5
4
1
2
8
5
7
3
6
9
7
2
9
5
6
8
1
3
4
5
4
8
1
3
9
2
7
6
1
3
6
4
7
2
5
9
8
1
G
A
3 L
4 E
5 T
2
3
4
A R N
B O I
A M A
T E
T
C
6
A L E
7 M I
A
8 I
S M E
9 L
I R
10 L O N G
11 E N E
12 A C
E
1
2
5
6
E A
S
I S
L O
A S
S
A M
N E
N
C O
E R
T A
7
8
U
L
M
I
S
T
E
A M
I M A
E
L
N T A
A N D
T I
N
E
A B
C E
R R I
E S
S
O
O
U
S
T
9
10
11
I
C
12
S
E
M
I N
R E
R S
A
D M
I O
E R
E T
S E
Photo : Nelson Sergerie
P
ar un doux jour de février,
GRAFFICI visite quelques pêcheurs
sur la banquise à l’embouchure de
la rivière Dartmouth, le long de la route
132 à Saint-Majorique. Les amateurs ne
craignent pas de défoncer la glace d’une
épaisseur d’environ 60 centimètres, malgré
un mercure avoisinant 0° Celcius.
Daniel Després part de Rivière-auRenard pour taquiner l’éperlan : « J’ai pêché
il y a longtemps, mais j’ai recommencé
cette année. Mon père avait une cabane sur
la baie de Gaspé. Ça doit faire 25 ans que j’y
étais allé pour la peine », dit-il.
« J’ai plus de temps, explique le pêcheur
pour justifier la reprise de la pêche blanche.
C’est un beau passe-temps quand il fait
beau. C’est la sixième fois que je viens et
c’est pas fort jusqu’à maintenant », raconte
celui qui avait capturé une vingtaine
d’éperlans lors du passage de GRAFFICI.
Les pêcheurs peuvent capturer 120 poissons par jour et la limite de possession est
fixée à 120.
« On est loin des quotas, poursuit
M. Després. Ça fait beaucoup de dépenses
pour si peu de prises. Il faut prendre ça pour
un passe-temps. »
La pêche a été meilleure pour
Jonathan Cloutier de Gaspé : « J’en ai pris
une cinquantaine ce matin [13 février]. Il
faut être là quand l’éperlan vient. On peut
passer plusieurs heures sans rien capturer »,
dit-il.
Sa saison est quand même bonne :
« J’en ai pris peut-être 300 ou 350 depuis
«
MENTORÉ!
«
DEVENEZ
ENTREPRENEUR
Mon mentor comprend ma réalité d'entrepreneur
et m'oriente dans mes réflexions
Le MENTORAT
pour ENTREPRENEURS
est un service disponible en GASPÉSIE
et aux
ÎLES-DE-LA-MADELEINE
Informez-vous auprès du CLD ou de la SADC
de votre localité, ou encore en visitant le
www.entrepreneurship.qc.ca
Les MENTORS GASPÉSIENS
et MADELINOTS ont été
sélectionnés à travers un
processus rigoureux et ont
suivi une formation au sein
d'un réseau structuré.

Documents pareils

Chalets «au noir» :

Chalets «au noir» : mise en œuvre », dit celui qui est un des partenaires de la CRÉGIM dans le développement du plan. Et cette idée, dont il rêve depuis déjà trois ans, pourrait se concrétiser rapidement puisque la CR...

Plus en détail