God save the queer God save queer

Commentaires

Transcription

God save the queer God save queer
Nicola Tournay
Chronique
God save
the queer
Mikala a tout pour être l’amie des
gays : elle aime la mode, les comédies
musicales, Lady Gaga, sortir en boîte et
commérer. Mais Tyler, son gay best friend,
friend un
garçon plutôt introverti, ne partage pas ses
centres d’intérêts : il ne connaît pas le dernier
single de Lady Gaga, il ne veut pas chanter
Cabaret,, ni maquiller Mikala, et encore moins
mimer une fellation sur une banane pour lui
montrer comment faire. Tyler préfère rester
peinard dans son fauteuil à lire le National
Geographic,, au grand désarroi de Mikala…
Disappointing Gay Best Friend (écrit en lettres
arc-en-ciel
ciel sur un fond bleu ciel avec une
fleur) est une série de courtes vidéo relatant
les
es tentatives désespérées de Mikala pour
apprivoiser son gay. Lequel échappe
malheureusement à tous les stéréotypes
courants sur l’homosexualité…
Le but premier de cette web-série
web
légère est évidemment de faire rire.
rire
Néanmoins, le réalisateur de ce projet pose un
regard caustique sur l’état actuel des mœurs
qui donne matière à réflexion.
exion. A savoir : les
homosexuels sont-ils
ils devenus des accessoires
de mode ?
Ces derniers temps, les homosexuels
homosexuel
sont ultra médiatisés. Toute émission ou série
digne dee ce nom se doit d’avoir son gay. Je ne
parle bien sûr pas de Laurent Ruquier ou de
Thomas van Hamme, qui assument leur
homosexualité sans en faire leur fond de
commerce. Je pense plutôt à Vincent Mc
Doom, à Benoît et Thomas de Secret Story,
Story à
Anne Laure de la Star Ac’ et à toutes les autres
fofolles hyper stéréotypées qu’on enferme
dans des cages pour faire monter l’audimat.
14/10/11
A l’instar de Mikala, pas mal de filles rêvent
d’avoir un ami gay, comme certaines veulent
un caniche. A quand la commercialisation des
gays ? « Toi aussi, ressemble à Carrie de Sex
and the City : achète un meilleur ami gay ! »
Un meilleur ami gay,, peut-on
peut
lire sur le blog
d’une
une adolescente décérébrée,
décérébrée c’est plus
compréhensif qu’un mec (ah oui, j’oubliais, les
gays ne sont pas des hommes)
hommes et plus fiable
qu’une fille (donc, les homosexuels auraient
des prédispositions génétiques à la loyauté, un
peu à la manière des chiens). Un futur prix
Pulitzer commente (je vous épargne les fautes
d’orthographe): « Ouais moi j’avais
j’avai un ami gay
mais il parlait tout le temps de lui,
lui c’était
chiant, et quand j’avais un beau mec il voulait
voul
me le piquer lol. » Consternation…
Toutefois, ne peut-on
peut
pas considérer
que cette médiatisation des gays est le signe
extérieur d’une évolution des mentalités ? Ou
pas. Loin d’être banalisée par les médias,
l’homosexualité est au contraire caricaturée,
ridiculisée, et d’une certaine manière, écrasée
par l’hétéronormatisme, qui la réduit aux yeux
de tous à parodier la « féminité ». Le
narcissisme, la coquetterie, le commérage…
autant de qualités qui font la gloire du gay et
de ses amies. Un moule dans lequel
le
se
fondent les homosexuels soucieux de rentrer
dans la norme, intégration oblige…
Que dit-on
on aux Tyler qui échappent à
l’étiquetage social, que dit-on
dit
à tous les gays
qui conservent leur « masculinité » sans
sombrer à la façon des bears dans l’excès de
testostérones ? Et aux lesbiennes qui ne se
sentent
ni
butches
(camionneuses
moustachues) ni fems (féminines) ? A tous ces
homosexuels qui n’aspirent à rien d’autre qu’à
qu’
l’indifférence ? « Sale hétéro, va ! »
Pour finir, il est intéressant de noter
qu’en France, certains militants LGTB et
féministes
dénoncent
une
légère
recrudescence de l’homophobie…

Documents pareils