Concert de la 7ème édition des Escapades Musicales Samedi 25

Commentaires

Transcription

Concert de la 7ème édition des Escapades Musicales Samedi 25
Concert de la 7ème édition des Escapades Musicales
Samedi 25 juin 2016 à 20h30
Vestiges Gallo-romains d’Andernos-les-Bains
(Boulevard de la plage 33510 Andernos-les-Bains)
En cas de mauvais temps, le concert aura lieu à l’Eglise Notre-Dame de la paix, 64 boulevard de la République
MOZART ET BRAHMS AU BORD DU BASSIN
Ce concert réunit autour du Quintette en mi bémol majeur de Mozart les
talentueux solistes de l’Orchestre de l’Alliance auxquels se joindra le
directeur artistique du festival Pejman Memarzadeh afin de célébrer le
retour des Escapades à Andernos-les-Bains avec le Sextuor n°1 de Brahms,
immense chef-d'œuvre faisant la part belle aux deux violoncelles...
Les artistes et le programme :
W.A. Mozart, Quintette n°6 en mi bémol majeur, K. 614
Hildegarde Fesneau, Éléonore Darmon - violons
François Martigné - Wissem Ben Ammar, altos
Timothée Marcel, violoncelle
J. Brahms, Sextuor à cordes n°1 en si bémol majeur, op.18
Éléonore Darmon, Hildegarde Fesneau - violons
Wissem Ben Ammar - François Martigné, altos
Pejman Memarzadeh - Timothée Marcel, violoncelles
En pratique
Tarif
Plein tarif : 20 €
Tarif réduit : 10 €
Gratuit pour les moins de 18 ans
Tarif réduit : Jeunes de moins de 26 ans, demandeurs d’emplois, personnes à mobilité réduite
(justificatifs à fournir)
Informations et réservations : www.lesescapadesmusicales.com
Marie-Cécile Blanc, Chargée des relations avec les publics
05 56 22 40 72, [email protected]
Contact communication :
Charlène Hameau, Chargée de communication
05 56 22 40 73, [email protected]
1
Biographie des artistes
Éléonore Darmon, violon
Lauréate de nombreux prix internationaux, des Fondations Banque Populaire, Cziffra et Or
du Rhin, Éléonore Darmon est aujourd'hui considérée comme l'une des violonistes
françaises les plus en vue de sa génération. Entrée à l'âge exceptionnel de 14 ans au CNSM
de Paris, elle en ressort couronnée d'un premier prix de violon et de musique de chambre,
et diplômée du cycle de perfectionnement « Violon-Concertiste ». Elle étudie ensuite
durant trois ans auprès de Pavel Vernikov en Italie (Florence) et en Autriche (Vienne).
Sa carrière de concertiste commence très tôt : dès l'âge de 16 ans, elle se produit dans
le Concerto de Mendelssohn avec l'Orchestre Symphonique de Nancy. Plébiscitée
par le public, elle interprète ensuite nombre de grands concertos du répertoire avec
©Stefan
des orchestres tels que : l'Orchestre National du Capitole de Toulouse, l'Orchestre National
d'Ukraine, le Baden Sinfonietta en Autriche, l'Orchestre Symphonique Royal du Maroc... Elle effectue la tournée d'hiver
2010/2011 du Wien Waltz Philharmonie en tant que violon solo de l'orchestre et interprète le concerto de violon
chinois "Butterfly lovers" dans une douzaine de villes en Chine dont Pékin (Concert au Beijing Concert Hall). En 2012,
elle reçoit le "Aurora Chamber Music Award" (Suède) et joue à cette occasion le Concerto en ré majeur de Paganini.
La même année, elle joue le Double-Concerto de Brahms avec le violoncelliste Alexey Zhilin sous la direction d'Oleg
Reshetkin au Maroc (à Meknès, Casablanca et Rabat). En 2013, elle interprète le Concerto de Beethoven avec
l'orchestre de Paul Kuentz à Paris et en Bretagne, où elle effectue une tournée de quinze concerts, avec cette fois-ci
les Quatre Saisons de Vivaldi.
En 2014, elle est choisie par Marielle Nordmann pour être la "marraine" du Festival "Les Musicales de Bagatelles"
à Paris puis à l'Arsenal de Metz et joue entre autres oeuvres la célèbre sonate des Trilles du Diable de Tartini
accompagnée par le quatuor Varèse dans une adaptation inédite.
Éléonore est également une chambriste accomplie : elle forme depuis 2011 un duo avec le pianiste Antoine De Grolée
et s'est produite aux cotés de Mischa Maïsky, Frans Helmerson, Martha Argerich, Gordan Nikolic, Lawrence Power,
Emmanuel Rossfelder et même de Roby Lakatos, dans des Festivals du monde entier.
De 2013 à 2015, elle organise une saison de musique de chambre à Paris intitulée "Des Musiques & des Hommes"
où des artistes comme Gary Hoffman, Diana Ligeti, Daria Hovora, Vladimir Mendelssohn, Pierre Fouchenneret, François
Salque - entre autres - se sont produits auprès d'elle.
Elle devient, en 2014, la nouvelle directrice artistique du Festival de Sagonne, dans le Berry.
Depuis 2015, elle est régulièrement invitée par l'Orchestre National du Capitole de Toulouse en tant que violon
super-soliste ou co-soliste sous la direction de Tugan Sokhiev, Joseph Swensen, Thomas Sondergard, Georges Prêtre...
Eléonore joue un violon Gianbattista Grancino et un archet Eugène Sartory.
Plus d’informations : www.eleonoredarmon.com
2
Hildegarde Fesneau, violon
Révélation classique ADAMI 2015, Hildegarde Fesneau est 5ème prix du concours LongThibaud-Crespin 2014, 1er prix du concours Ginette Neveu 2013, 2ème prix du concours
Valsesia Musica 2015, 3ème prix du concours Fmaji 2016 et 1er prix des concours Cziffra,
Postacchini, Flame, Ufam, Nérini, Bellan, Flaine, Musique au Centre, Monteroza Kawai,
Ancona et Grand Prize Virtuoso.
Elle suit actuellement l'enseignement de Augustin Dumay et Tatiana Samouil à la Chapelle
Musicale Reine Elisabeth après avoir suivi ceux de Boris Garlitsky, Alexis Galperine, Michael
Hentz, Maurice Moulin, Barbara Kmiec et les master classes de Renaud Capuçon, Igor Ozim,
Mihaela Martin, Dong-suk Kang au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. Hildegarde
Fesneau fait l’objet de plusieurs reportages notamment au JT de TF1 ainsi que sur France 2, France 3, M6, Direct 8,
Mezzo, Arte, W9, Rai uno, Rai quatro, 4ETV. Elle est interviewée régulièrement sur France Musique, France Inter, Radio
Classique.
Hildegarde Fesneau s’est produite au Royal Albert Hall (Londres), au Théâtre des Champs-Élysées, à la salle Pleyel,
à la salle Cortot, à la salle Gaveau, au Théâtre des Bouffes du Nord, au Zénith de Pau, au Festivals "Pablo Casals"
de Prades, de Colmar, de Radio-France Montpellier, de Sully-Sur-Loire, Chopin-Nohant, Les Nuits Caraibes,
du Printemps Musical de Saint-Cosme, des Concerts de Poche, Evmelia, La clé des portes ou de Millau entre autres.
Elle a notamment joué en soliste sous la baguette de Fayçal Karoui, François-Xavier Roth, Pascal Rophé, Nicolas Krauze,
Paul Kuentz, Franck Fontcouberte et a collaboré avec les musiciens Antoine De Grolée, Deborah Nemtanu, Yves Henry,
Michel Lethiec, Bruno Philippe, Bruno Pasquier, Eliane Reyes, Jonas Vitaud, Aurélien Pontier…
Le groupe Humanis a produit en 2012 son premier CD violon-piano avec le pianiste Alan Kenneth. Jeune talent
du magazine Diapason n°633 et portrait Art’issime, Hildegarde Fesneau est bénéficiaire de la fondation SAFRAN
et lauréate de la fondation Banque Populaire. Elle joue un magnifique violon Matteo Goffriller 1700 prêté par
la fondation Zilber-Vatelot.
Plus d’informations : www.hildegardefesneau.fr
Wissem Ben Ammar, alto
Né en Tunisie en août 1978, Wissem Ben Ammar a grandi dans une famille de musiciens.
Il étudie l’alto en France aux côtés de professeurs reconnus dans le monde entier tels que
Bruno Pasquier, Jean-Philippe Vasseur, Alain Tresallet, et Thierry Brodard, ainsi qu’aux Pays
Bas avec Vladimir Mendelssphn, Gisella Bergman, et Jan Schoonenberg.
En 2004, il obtient son diplôme de Bachelor, avec un premier prix d’alto et de musique
de chambre à l’unanimité au conservatoire supérieur de Rotterdem, et en 2006, son
diplôme de soliste au conservatoire supérieur de Tilbirg.
Régulièrement invite par des orchestres prestigieux tels que l’Opéra de Rouen ou l’Opéra
de Tours en tant qu’alto solo, il a participé à de nombreux concerts en tant que soliste, et en musique de chambre
en France et à l’étranger avec le Kammerensemble de Cologne.
Il a également été nommé directeur artistique et alto solo de l’Orchestre de Chambre Esperanza, l’orchestre official
de l’UNESCO. Il est aujourd’hui membre de du Damascus Chamber Festival Players, de l’ensemble Alba,
et du Kammerensemble de Cologne.
3
François Martigné, alto
François Martigné a commencé ses études musicales au Conservatoire national de Saint
Maur puis a continué avec Pierre Henri Xuèreb et Bruno Pasquier au Conservatoire
National Supérieur de Paris. A l’âge de 17 ans il remporte le premier prix à l'unanimité avec
félicitations de musique de chambre de la ville de Paris, en 2000 il reçoit le premier prix
d'alto du Conservatoire National Supérieur de Paris.
Il se perfectionne auprès de Ludmilla Choubina titulaire de la classe d’alto au Conservatoire
Supérieur de Moscou et des solistes internationaux Yuri Bashmet, Vladimir Mendelssohn
et Mark Drobinsky. François Martigné a été très jeune lauréat de la Fondation Georges
Cziffra ainsi que de la fondation Léopold Bellan.
©Marie Julliard
Il donne constamment des concerts en France et à l’étranger. Il est souvent dirigé par
de grands chefs comme Nathalie Stutzman, Jean-Claude Casadesus, Maurice Jarre...
En musique de chambre, il est membre fondateur du Trio Lenitas qui se produit en Argentine, Chine, France, Grèce,
Russie, Suisse...il est aussi membre fondateur de l'ensemble Paris Opéra qui se produit dans toute la France et il a joué
dans le Quatuor Elysée dont le premier violon Christophe Giovaninetti a fondé le quatuor Ysaye. Le trio Lenitas a
le soutien du Rotary club de Montreux riviera et de l'Association des Amis du Trio Lenitas (AATL). Il a également
effectué plusieurs tournées en Asie (Thailande, Vietnam, Singapore, Cambodge, Laos) en tant que membre du Paris
Mozart Trio où ses concerts et Master Classes ont été retransmis dans des émissions TV.
Il se produit comme chambriste avec des musiciens tels que : Hugues Borsarello, Mark Drobinsky, Nicolas Stavy, Sofia
Gulbadamova, Ayako Tanaka, Michel Michalakakos, David Bismuth, Luz Leskowitz, Radu Blidar...
François Martigné a déjà enregistré une dizaine de CD et DVD en récital et musique de chambre, le dernier chez Gallo
en trio à cordes à Vevey en Suisse, il a également participé au film de Radu Mihaileanu Le Concert.
Parallèlement à son activité de concertiste, il développe depuis 2001 une activité d'enseignement : en 2001-2004
à Vaucresson, puis 2004-2010 au Vésinet le Pecq et à Saint-Germain en Laye, il donne aussi régulièrement depuis 2010
des Master Classes à la Fondation Hindemith à Blonay en Suisse.
Il joue sur un remarquable alto de Mathias Fichtel fait à Vienne en 1747.
4
Timothée Marcel, violoncelle
Issu d’une famille de musiciens, c’est d’abord avec son père que Timothée Marcel
commence dès 7 ans l’étude du violoncelle. Il entre à 9 ans au Conservatoire supérieur
de Paris (CNR) dans la classe de Marcel Bardon et à 16 ans au Conservatoire national
supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP) dans la classe de Jean-Marie Gamard,
où il obtient en juin 2006 le Diplôme de Formation Supérieur (DFS) de musique de chambre
et de violoncelle mention très bien.
En 2002, il remporte le premier Prix du Concours International de cordes d’Epernay
et le premier Prix de la Fondation Raynaud-Zurfluh. Il est également lauréat du Concours
©Ashley Harms
Maurice Gendron, à Fontainebleau, en 2005. Cette même année, il est choisi par Gary
Hoffman pour participer au Festival de Musique de Chambre de Santa Fe (USA)
et en décembre 2006, il est réinvité à venir jouer en soliste le Concerto en ut majeur de Joseph Haydn avec l’Orchestre
Symphonique de Santa Fe. A cette occasion, il reçoit un accueil très chaleureux du public et de la critique.
A plusieurs reprises, il reçoit les conseils de Mstislav Rostropovitch. Il se produit en musique de chambre avec Pinchas
Zukerman, Gérard Caussé, Yuja Wang… Il a eu l’opportunité de jouer dans des lieux prestigieux comme l’Institut
de France, la Cité Internationale des Arts, le Théatre des Champs-Elysées, l’Awakening Museum (USA) et de participer
à des émissions de radio, télévision, en France et à l’étranger.
Très attiré par la Hongrie, il s’y est produit en soliste tout récemment (Suites pour violoncelle seul de J.S.Bach, Triple
Concerto de Beethoven…).
On peut souligner également sa collaboration musicale avec la compagnie de danse Two Women Dancing,
au Nouveau-Mexique, sur une chorégraphie des Suites pour violoncelle seul de Jean-Sébastien Bach.
Passionné de lutherie contemporaine, il joue un magnifique violoncelle de Jacques Bauer (Angers 1990) et un archet
de Yannick Le Canu (Toulouse 2004).
Plus d’informations : www.timotheemarcel.com
5
Pejman Memarzadeh, violoncelle
Né à Téhéran, Pejman Memarzadeh rejoint la France dès l’âge de 6 ans et intègre
à 13 ans les classes à horaire aménagé au CNR de Paris où il obtient un Premier Prix
à l’unanimité. Il poursuit ses études au Conservatoire Royal de Bruxelles dans la classe
d’Edmond Baert où il reçoit le Diplôme Supérieur avec les Grandes Distinctions. Après
avoir participé à l’Académie du Mozarteum de Salzbourg, il se perfectionne
en Allemagne auprès de Julius Berger à l’Université de Mayence en troisième cycle.
En 1999, il est invité par la French-American Foundation à New-York et sélectionné pour
suivre les masters classes de l’Académie de Kronberg enregistrées par la télévision
allemande Deutsche Welle.
Au fil de son parcours, il a bénéficié des conseils de violoncellistes tels que Gary Hoffman,
©Laurent Wangermez
Siegfried Palm, Yvan Chiffoleau, Patrick Demenga et Arto Noras. Pejman Memarzadeh
a été récompensé au Concours de Cordes d’Epernay, au Tournoi International
de Musique de Rome et au Concours Flame. Il est également lauréat des fondations Singer-Polignac et Schlumberger.
Très attiré par la musique de chambre, il suit les cours de Paul Meyer et d’Eric Le Sage en cycle de formation
professionnelle et étudie l’harmonie et l’analyse avec Solange Robin-Chiaparin. Il a partagé la scène en musique
de chambre avec des artistes tels que Philippe Entremont, Gérard Caussé, Emmanuel Rossfelder, David Bismuth,
Philippe Bernold, Julius Berger, Nicolas Stavy, Bruno Pasquier, Florent Héau, Gérard Poulet… Pejman Memarzadeh
se produit régulièrement en soliste en France (Salle Gaveau, Salle Cortot, Palais du Luxembourg, Théâtre de Poissy…)
et à l’étranger : Siège des Nations Unies à Genève, Opéra de Téhéran, ainsi qu’aux Etats-Unis, au Mexique, en Belgique
et en Allemagne.
En tant que soliste, il s’est produit dans les œuvres concertantes de Dvorák, Saint-Saëns, Lekeu, Beethoven,
Tchaïkovski, Haydn, Thilloy… Il aime à élargir le répertoire de son instrument en donnant des transcriptions de pièces
pour violon comme la Chaconne de J.S. Bach ou la Sonate n°1 op.78 de Brahms. En plus du grand répertoire, Pejman
Memarzadeh interprète les œuvres de compositeurs français tels que Boëllmann, Vierne, Lekeu, Poulenc, Franck
et leurs successeurs d’aujourd’hui, Chamouard, Escaich… Il a notamment interprété le rare Larghetto de Lekeu pour
violoncelle et orchestre en complément du Concerto pour violoncelle en ré de Haydn à la Salle Gaveau à Paris.
Parallèlement à ses activités de chambriste et de soliste, Pejman Memarzadeh est intervenu à diverses reprises dans
les écoles et au salon de l’éducation dans le cadre d’un partenariat étroit avec le Ministère de l’Education Nationale.
Il se produit ainsi devant de jeunes élèves afin de faire partager son amour de la musique, son parcours atypique
et insiste sur l’importance du travail, de la richesse des différences et de la tolérance.
Il est invité à se produire sur France Musique dans les émissions d’Arièle Butaux ou Gaëlle Le Gallic.
Son jeu expressif et le lyrisme de ses interprétations sont nourris de ses racines, de ses rencontres artistiques
et de sa curiosité insatiable qui le poussent à toujours rechercher le dépassement de soi et l’émotion partagée.
Plus d’informations : www.pejman-memarzadeh.com
6