Faire Faire Magazine N°60 - Janvier 2012

Commentaires

Transcription

Faire Faire Magazine N°60 - Janvier 2012
L'encyclo
Les boules !
Il y en a sur ebay, il y a les voleurs de boules d’escalier et il y a les fabricants
comme la Grande Forge. Les boules d’escalier sont en laiton poli verni mais
également en nickel, nickel satiné, cristal de plomb et fonte. Les têtes de
départ ou socles, en laiton, sont également disponibles en version
« dorés à l’or fin 24 carats et vernis ».
La Grande Forge a également d’autres modèles en pierre onyx, topaze,
ambre et prochainement œil de tigre.
Les prix vont de15 € (pour un départ acier moulé basique) à 600 € (pour un
départ Cristal avec socle en finition Chrome Noir).
Le travail est différent selon la matière :
Soufflé par un maitre verrier, taillé par Swarovski, doré à l’or fin, poli, verni,
coulé en fonderie, patiné, assemblé, traité…
Grande Forge www.grande-forge.com
94
Faire Faire
Faire Faire
L'encyclo
Musée des boules
Ouverture d’un musée privé à deux minutes de la Grande Place de
Bruxelles avec des pièces d’exception : les boules de Clichy, de SaintLouis, de St-Mande, de Baccarat, de Murano ainsi que celles d’artistes
actuels mondialement reconnus.
« Ce décor spécifique de la rampe d’escalier, ce détail qui apparaît comme
un point d’orgue pour terminer le poteau, le pilastre ou le balustre », a connu
son apogée au XIXème siècle.
Avant, les escaliers étaient encloisonnés dans la cage des murs porteurs
dont ils étaient solidaires. Au XVIème siècle, avec le limon, c’est-à-dire le
soutien des marches du côté vide, puis la rampe en cuivre ou en bois, a
été mise en place une terminaison esthétique et ornementale, d’abord à
l’extérieur, puis à l’intérieur des demeures avec des matériaux de plus en
plus raffinés.
En outre, les boules possédaient la fonction de cacher la fixation de la rampe
au balustre de départ. La fixation implique la solidarisation de la boule dans
son socle en cuivre et celle d’un écrou dans un socle creux avec du plâtre
de Paris. La fixation n’était pas assez solide et les collectionneurs voleurs de
Faire Faire
boules ont fait des razzias. Il existe aujourd’hui des enduits de rebouchage
ou de mastic polyester qui permettent de noyer le filetage du balustre dans
le mastic et d’obtenir ainsi une fixation plus résistante.
Les fondeurs ont réalisé les bases en bronze qui soutiennent les boules de
rampe.
La boule a d’abord été en cristal massif pur et limpide, puis taillé. Les
grandes cristalleries françaises comme Baccarat et Saint-Louis ont produit
de véritables œuvres d’art à facettes. Puis la boule s’est ornée à la manière
des verreries de Bohème, alternant la transparence des parties taillées avec
les aplats de verre coloré puis l’inclusion de motifs « millefiori » à la façon
de Venise.
L’opaline, verre ou cristal aux reflets irisés, très utilisé au XIXème siècle pour
les vases et les luminaires, la faïence de Delft, la Porcelaine de paris, le
bronze doré et les marbres noirs ou de couleur, polis comme des miroirs,
ont donné de très belles pièces. Aujourd’hui, seuls les modèles les plus
simples de forme ovoïde ou ronde en laiton (plein ou creux) et les boules
en bois précieux, comme la racine de thuya, en verre ou en céramique sont
restés en place. Les plus belles pièces ont disparu.
Andon’s musée de boules d’escalier www.newelpostfinial.com
Faire Faire
95

Documents pareils