Bollywood Bref Historique

Commentaires

Transcription

Bollywood Bref Historique
Bref historique
L’histoire du cinéma en Inde débute en 1896, le 7 juillet, par la projection de six courts-métrages des frères Lumière à
Bombay. La naissance du procédé Cinéma datant de 1895, on constate déjà que les indiens ont tout de suite mordu à l’hameçon et se sont intéressés immédiatement à ce média et aux possibilités de sa portée. En 1912, Dadasaheb Phalke, que l’on
considère comme le père du cinéma indien, tourne le premier film de fiction, Raja Harishchandra, un épisode du Mahabharata
(mythologie hindoue) qui est présentée à la Presse et à quelques invités. Le film connaît un énorme succès. Vers 1920, l’industrie cinématographie indienne produit une trentaine de films par an, et dès les années 1930, la production dépasse déjà
200 films! En 1931, Alam Ara, avec ses dialogues en hindi et ses 7 chansons, est le modèle de ce que deviendra la majeure
partie de la production indienne. La surenchère, cependant, fera qu’un film comme Indrasabha comprendra 71 chansons, mais
là, c’est déjà dans les extrêmes… Le cinéma indien connaîtra un certain succès international à la sortie de Pather Panchali
du réalisateur bengali Satyajit Ray en 1955. Ce dernier, qui a reçu un oscar pour l’ensemble de sa carrière en 1995, peu
avant sa mort, est considéré comme l’un des plus grands cinéastes de tous les temps. L’étonnant succès de Lagaan et Devdas,
des productions soignées, en occident est peut-être le début d’un nouveau marché pour le cinéma indien. Avec son taux de
production à l’année actuellement, le cinéma indien est le seul concurrent potentiel pour le cinéma étasunien, d’autant que
son style et son contenu sont souvent plus adaptés aux marchés arabes ou africains. En outre, les films indiens diffèrent de
manière significative de n’importe quel autre genre de films dans le monde. Beaucoup sont mélodramatiques, peu réalistes et
d’une durée exagérément longue (selon les standars américains) et basés sur des scénarios parfois qu’on peut trouver parfois
peu consistants ou répétitifs d’un film à l’autre.
Actuellement, en raison de leur visibilité accrue, même en occident désormais, et ainsi de l’augmentation de leur public
potentiel, quelques films de Bollywood commencent à avoir des budgets plus importants, leur permettant d’employer des
décors naturels lointains et dispendieux comme la Suisse ou l’Egypte.
De grands studios commencent à émerger, comme par exemple ceux de la société Yash Raj Films. Les financements proviennent essentiellement d’investisseurs privés et de plus en plus souvent d’acteurs qui fondent leurs propres maisons de production à l’image de Shahrukh Khan, Juhi Chawla (Red Chili production) ou Ashutosh Gowariker (réalisateur de Lagaan).
Mais le cinéma indien coûte moins cher que celui d’Hollywood. Le film Devdas, est le film le plus onéreux avec un montant de
production estimé à 8 millions d’euros. En comparaison, une grosse production américaine peut dépasser 150 millions d’euros.
textes © mulotine production
Bollywood pour les nuls

Documents pareils