DOSSIER PÉDAGOGIQUE L`ILE AU TRESOR

Commentaires

Transcription

DOSSIER PÉDAGOGIQUE L`ILE AU TRESOR
 DOSSIER PÉDAGOGIQUE
L'ILE AU TRESOR de R.L. Stevenson
Avec Pierre Berlioux et Simon Lapierre
Compagnie du Fol Espoir
Jeudi 11 décembre à 14h
CONTACT ACTION CULTURELLE
MARJORIE PIQUETTE [email protected] - 01 69 53 62 16
ELSA CUNCI [email protected] - 01 69 09 05 06
Projet pédagogique
La Comédie du Fol Espoir
"Demain ce sera mieux. Nous voulons y croire (...). Inscrivons notre démarche dans un avenir
palpable à force d'en rêver." Philippe Fenwick, Un théâtre qui marche
Démarche de la Compagnie
La Comédie du Fol Espoir, compagnie théâtrale professionnelle, inscrit ses spectacles au sein
d'une démarche de théâtre populaire : elle les conçoit dans un souci de convivialité, de
divertissement, de réflexion dans une exigence artistique forte. Ce qui permet de proposer des
pièces de qualité à un public très large, que ce soit au niveau géographique - grâce à la création
des spectacles au sein d'une structure nommée le « Théâtre de Poche », facilement transportable
et adaptable à tous lieux (salles des fêtes, places de villages, écoles, etc.) - qu'au niveau générationnel : la Compagnie ne réduisant pas la compréhension de ses pièces à une tranche d'âge
unique. En effet, nous concevons nos pièces avec plusieurs degrés de lecture et nous adaptons le
ton des spectacles en fonction du public rencontré (familles, scolaires, extra-scolaires...) afin
qu'enfants et adultes puissent se retrouver autour d'un univers commun.
De par nos choix de pièces (des œuvres connues de tous, voire inscrites dans l'inconscient
collectif) et leur adaptation (inscription du texte dans les contextes économiques, sociaux et
culturels actuels, représentation des problématiques des différentes classes sociales, catharsis
des peurs du spectateur par l'humour, mise en place de scènes participatives), nous intégrons le
public au cœur même du spectacle afin qu'il s'y sente représenté.
Dans la continuité de cette démarche, nous pensons qu'il est primordial de permettre aux
enfants d'avoir accès à une éducation artistique, afin qu'ils puissent développer leur esprit
critique, élargir leurs goûts et leurs connaissances, se divertir de manière intelligente. C'est
pourquoi nous mettons en place des activités pédagogiques en lien avec les aspects techniques
et artistiques de nos spectacles, afin que ces derniers ne soient pas pour les enfants de simples
produits de divertissement, mais qu'ils deviennent bien un réel moment d'échange et de
transmission des connaissances.
L'île au trésor
L'Histoire
Le jeune Jim Hawkins mène une vie paisible en travaillant dans l'auberge de ses parents,
L'Amiral Benbow, installée sur la côte anglaise. Un jour, un vieux loup de mer nommé Billy
Bones débarque à l'auberge et s'y installe. Jim est à la fois fasciné et terrifié par ce marin
colérique, violent et quelque peu ivrogne ; d'autant qu'il semble peser sur ce dernier une
obscure menace : il intime à Jim de le prévenir dans les plus bref délais s'il aperçoit un marin
à une seule jambe...
La menace se précise lorsque Pew l'aveugle et Chien-noir, d'anciens pirates, donnent à Billy
Bones la "tache noire", menace de mort dans le monde des flibustiers. Alors que les heures
de Billy Bones sont comptées, il meurt, foudroyé par une crise cardiaque.
Jim fouille alors le coffre que le pirate gardait jalousement caché dans sa chambre. En
l'ouvrant, il trouve un petit sac en cuir. Jim et sa mère fuient alors l'auberge tandis que le
père tente de repousser la bande de Pew qui vient récupérer le contenu du coffre. Le père de
Jim se fait tuer. Alors que les pirates sont sur le point de découvrir Jim et sa mère, le
docteur Livesey, homme de science mais aussi homme de loi, prévenu de la présence des
pirates sur la côte, arrive à la tête d'une petite troupe d'hommes en arme et disperse les
forbans.
Remis de leurs émotions, Jim et le docteur Livesey décident d'ouvrir le sac en cuir et
découvrent une carte au trésor. Un navire baptisé l'Hispaniola est alors affrété pour partir à sa
recherche. L'équipage est composé du Capitaine Smolett, militaire grincheux mais homme
d'honneur en toutes circonstances, de joyeux marins et d'un cuisinier très populaire du nom de
Long John Silver, à qui il manque une jambe... Ils se lancent alors dans une fabuleuse
aventure vers l'île au trésor.
L'adaptation
Ce spectacle est une adaptation du roman éponyme de Robert Louis Stevenson, écrit en
1883. Cette histoire, déjà largement adaptée au cinéma, est cette fois-ci portée sur tréteau
afin de créer un spectacle explosif, où les deux comédiens interprètent les 15 personnages
de cette épopée, en changeant de costumes à une vitesse vertigineuse.
Notre spectacle se veut accessible à tous en puisant dans deux formes artistiques populaires :
le conte et le théâtre de tréteaux. En effet, narrer l’œuvre littéraire au travers du conte
permet de la transmettre sous une forme plus épurée et donc plus accessible, notamment
pour les enfants, tout en conservant l’essence pro- fonde du texte. Installer ce conte sur un
tréteau lui donne une dynamique forte, propre aux récits d’aventures. Masques, escrime,
mime, acrobaties, chants, musiques, tous les éléments appartenant au théâtre de tréteau se
mettent au service de l’œuvre pour permettre au public de rêver, et ce au travers d’un
élément primordial au rassemblement populaire : le rire.
Pourquoi L’Île au trésor ?
Parce qu’il est primordial de transmettre aux enfants des histoires porteuses de
questionnements sur soi et sur la société, de rapporter des récits d’aventure où la
frontière entre le «Bon» et le «mauvais» est mince, où la fragilité et la friabilité de l’Homme
sont représentées sans manichéisme simpliste, nous pensons que le théâtre doit poser ces
questions au plus grand nombre sous une forme simple et divertissante.
Les épreuves auxquelles est confronté Jim, le protagoniste, le poussent à faire des choix qui
influeront sur la vie d'autres personnes et sur la sienne. Ce voyage vers un trésor, dont au
final il ne bénéficiera pas, est un rite initiatique pour un passage vers l'âge adulte, où ses
choix auront des conséquences terribles (il sera contraint de tuer un pirate pour échapper à
la mort). Ses actes de désobéissance vis à vis de l'autorité seront parfois bénéfiques pour le
déroulé de la mission, parfois néfastes. Son tiraillement entre subversion et respect de
l'ordre établi est donc un élément fondamental dans cette œuvre. Aussi il nous paraît
important de faire comprendre aux enfants la nécessité de réaliser ses propres choix, que les
mauvais leur permettront aussi de se construire.
À travers ce spectacle nous souhaitons qu'ils entretiennent, comme Jim, leur curiosité et leurs
goûts pour le risque et l'aventure.
R.L. Stevenson
Robert Louis Stevenson (1850-1894), est un écrivain écossais et
un grand voyageur, célèbre pour son roman L'Île au trésor (1883),
pour sa nouvelle L'Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde
(1886) et pour son récit Voyage avec un âne dans les Cévennes
(1879). Auteur de romans d'aventure ou de récits fantastiques,
son œuvre manifeste une profonde intelligence de la narration,
de ses moyens et de ses effets. Il exploite tous les ressorts du
récit comme la multiplication des narrateurs et des points de
vue, et pratique en même temps une écriture très visuelle,
propice aux scènes particulièrement frappantes.
1883 Publication de "L’Île au trésor"
Il publie son roman d’aventures l’Île au trésor (Treasure
Island). D’abord publiée dans un magazine londonien,
l’œuvre raconte l’histoire du jeune Jim Hawkins, qui
découvre par hasard une carte au trésor. Accompagné
du docteur Livesey, du chevalier Trelawney et de
plusieurs pirates, il embarque sur l’Hispaniola, à la
recherche du magot. Le périple devient rapidement conflictuel et tourne en un véritable combat armé. À la fois
fantastique et réaliste, le roman remporte un grand
succès auprès des lecteurs.
1886 Publication "Docteur Jekyll et Mister Hyde"
The Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde raconte l’histoire du Dr Jekyll, homme
respectable qui a mis au point une potion très spéciale. En l’avalant, il se transforme en Mr
Hyde, véritable monstre à l’apparence humaine, sans aucune morale ni pitié.
Stevenson y traite ainsi le dédoublement manichéen et le problème de refoulement de
l’instinct. On peut aussi considérer l’œuvre comme une critique de l’hypocrisie du puritanisme
britannique de l’époque. Le récit rencontre un succès très rapide et sera plusieurs fois adapté
au cinéma. Ateliers
Ce que nous proposons
La Comédie du Fol Espoir propose, en complément de ses spectacles, de rencontrer les
enfants afin d'échanger sur ce qu'ils vont voir ou ce qu'ils ont vu (selon si ces rencontres se
font en amont ou en aval des représentations). Les comédiens et techniciens sont alors
présents pour répondre à leurs questions, demander leur avis, engager une réflexion sur l'un
des thèmes du spectacle concerné, ou sur un de ses aspects technique ou artistique. Ces
rencontres nous semblent primordiales.
Nous proposons également de mettre en place avec les enfants des ateliers autour d'un
thème prédéfini en rapport avec les techniques théâtrales utilisées dans les pièces. Ainsi, nous
pouvons intervenir autour de deux grands thèmes.
Commedia dell’arte
Les comédiens de la compagnie ont été formés à cette pratique par trois grands noms de la
Commedia en France : Alain Bertrand, Vincent Siano et Carlo Boso. Les procédés
dramaturgiques et l'utilisation de masques de cette discipline étant très présents au sein de
nos créations, nous nous proposons de la faire découvrir aux enfants.
Suite à un échauffement collectif, nous effectuons un bref historique de cette discipline ainsi
qu'une petite explication sur la manière de se comporter au théâtre, et notamment sur
l'attitude à adopter vis à vis des masques. Nous les responsabilisons ainsi sur le coût du
matériel, sur le temps de travail consacré, sur leur fragilité et bien sûr sur la manière de les
chausser afin de ne pas les abîmer.
Chaque enfant est ensuite libre de venir choisir le masque qu'il souhaite porter, le chausse
en coulisse et se présente au groupe sur la scène. Les enfants en position d' « œil extérieur »
donnent alors leurs avis sur l'animalité du masque : à quel animal ce masque se rapporte-t-il
? Quel caractère cela donne-t-il à un personnage humain ? Quel statut social ? Quelle
attitude physique le comédien doit-il adopter pour se rapprocher de la « psychologie » de ce
type de caractère ? Nous synthétisons alors le débat et dirigeons l'enfant-comédien vers une
création de personnage tout en lui expliquant les codes du masque (ne jamais le toucher en
jeu, créer un rapport au public après chaque action entreprise, ouvrir grand les yeux, etc.).
Les enfants-spectateurs s'expriment également sur la voix qui devrait être adoptée pour
coller au personnage. Encore une fois, nous synthétisons le débat et guidons le comédien
dans cette direction. Après une courte improvisation de questions-réponses entre nous et le
comédien afin qu'il puisse expérimenter la mobilité physique et vocale de son personnage, le
comédien sort et laisse sa place au suivant. Ainsi tous les enfants s'essayent à cet exercice
pour découvrir la sensation du masque, et l'engagement corporel qu'il implique.
Une fois cette première étape effectuée, nous leur expliquons l'utilisation du canevas en
Commedia dell'arte. En leur proposant un schéma dramaturgique très simplifié, nous les
invitons à improviser autour d'une situation d'abord à deux, puis à trois, en respectant les
grandes étapes de la narration (conflit, péripéties, résolution, …) et, tout en les guidant en
cas de besoin, à leur faire conclure l'histoire qu'ils ont initiés. Nous leur faisons ainsi
travailler la mise en jeu de leurs partenaires, les fondamentaux dramaturgiques du théâtre,
leur imaginaire personnel et collectif. Après le passage de chaque groupe, les enfantsspectateurs font un retour de ce qu'ils ont vu, si telle ou telle consigne de jeu a été respectée
et qu'est-ce que cela a produit sur l'improvisation, etc.
Nous concluons l'atelier par une petite discussion autour de ce qu'ils ont appris, de ce qui
leur a plu et moins plu, de là où ils ont eu des difficultés et là où ils ont été à l'aise. Cela nous
permet de ne pas rester sur nos acquis et de toujours faire évoluer notre pédagogie en
fonction des ressentis réels de nos stagiaires.
Le Mime
Les membres de la Compagnie ont également été formés à l'art du mime et de la pantomime
par divers enseignants tels que Elena Serra (assistante de Marcel Marceau), Yves Marc et
Ivan Bacciocchi (Ecole Etienne Decroux). C'est pourquoi le jeu physique est très présent au
sein de nos créations. Étant très peu enseignée en tant que pratique amateur (qui plus est en
province), nous proposons des initiations de cette pratique corporelle pour faire découvrir aux
enfants des mécanismes insoupçonnés de leur corps.
Tout comme lors de l'atelier Commedia, nous commençons celui-ci par un échauffement
physique permettant à l'enfant de « mettre en route sa machine », c'est-à-dire de se rendre
disponible corporellement aux exercices physiques que le mime exige. Cet échauffement se
fait sous forme de jeu afin d'éveiller également sa créativité et son imaginaire.
Puis nous leur faisons effectuer les premiers exercices qui permettent d'acquérir les bases
techniques du mime : contres-poids, rythmes corporels, tops moteurs, triples dessins,
positions des mains, jeu expressionniste, respirations, coordinations / décoordinations, etc.
Nous leur proposons ensuite de mettre en application ces procédés techniques par des
situations telles que le mur également connu sous le nom de la vitre), le porté d'objets lourds,
les marches sur place (marche lente, marche rapide, course lente, course rapide, marche
contre le vent, marche montante, marche descendante, montée d'escalier, descente
d'escaliers,...), les cordes à tirer, les objets à pousser, etc.
Nous concluons l'atelier par de petites improvisations au sein desquelles les enfants peuvent
mettre en application ce qu'ils ont appris grâce à diverses situations.
Ce spectacle peut être l’occasion d’un exercice de type
topographique en reprenant l’idée de la carte au trésor.
On peut partir d’un lieu connu pour qu’il dessine leur propre
carte développant leur capacité à se repérer dans l’espace :
leur appartement, l’école ou la cour de récréation… On leur
de- mandera de dessiner la carte en vue d’oiseau (c’est-à-dire
comme s’ils étaient des oiseaux dans le ciel englobant la carte
d’un seul regard. Puis on peut leur faire travailler une carte
d’un lieu qu’ils connaissent moins (par exemple pour venir au
théâtre) leur permettant de développer leur capacité à repérer
les éléments dans la rue leur permettant de se repérer
(panneaux d’indication, nom de rue…).

Documents pareils

Etude des personnages de l`Ile au Trésor

Etude des personnages de l`Ile au Trésor d’ingénieurs-bâtisseurs de phares. Il meurt aux îles Samoa en 1894. Les personnages principaux du roman et leur rôle dans l’histoire: Jim Hawkins: C’est un garçon assez jeune, qui a entre douze et ...

Plus en détail