Le Journal n°2 - Le P`tit Boutry

Transcription

Le Journal n°2 - Le P`tit Boutry
J-4
1ƒ
1ƒ
ces !
Avant les vacan
/HMRXUQDOGHVFROOpJLHQV
GH/XUF\/pYLV
2QDJDJQ
p
6200$,5(
6200$,5(
:,, HW '6, RQ D WHVWp SRXU YRXV GHX[
FRQVROHVSDJH
&ULWLTXHV j OD VRUWLH GX FLQpPD HW O·KLVWRLUH
9HQGUHGL GX6NDWHERDUGSDJH
WDLQV QRX MXLQ XQ ORQJ WUDMHW
V
HQ
D
4XH OLUH FHW pWp DYHF OD UXEULTXH %RRN
)HUUDQG 3 HPPHQp j /D 0R %0: SRXU FHU
LQQpHHWXQHSUpVHQWDWLRQGH7ZLOLJKWSDJHV
QWDJQH j
DV SRXU ID
&OH
LUH
VLqJHGXMR
HW
XUQDO $SUq GX VNL PDLV SRXU Gp UPRQW
FR
V
OHV DQV
4XHIDLWHVYRXVFHWpWpHQTXrWHDXFROOqJH
GH /D0R XQH YLVLWHGH O¶H[SRV XYULU OH
Q
LW
WD
LRQ
WRQQHVX
J
HWUHSRUWDJHDXFRQFHUWGHODFKRUDOHGXFRO
WLOLVpHVFKD QH GDQVO¶HQWUHS{W G SRXU
H
jXQVRPS
T
OqJHSDJH
SDJH
SDJH
WXHX[EDQT XHMRXU QRXVDYRQ SDSLHU
XHW
VH
HW GH IURP
(VSDFH%'SDJH
SDJH
SDJH
DJHV ,O \ GHPDFDURQV$XYHUJ XGURLW
H
$SUqVFHOD
Q
/DIrWHGHODPXVLTXHj/XUF\SDJH
SDJH
Q
SDJH
QRXVDYRQ DYDLW SRXU WRXV OH H&ROD
V JR€WV VUHoXOH
'HV VLWHV ,QWHUQHW SRXU IDLUH QRV GHYRLUV HW VFRODLUHV
FDWp
qPHSUL[G
HVMRXUQDX
O·KLVWRLUHGHV&RQYHUVHVSDJH
SDJH
RUJDQLVp S JRULHFROOqJH DX FR
[
D
Q
U
F
R
O¶
X
,Q
UV
V
/DFXQD &RLO JURXSH LWDOLHQ j GpFRXYULU 9DUH
QQH HW /D SHFWLRQ $FDGpPLTXH DFDGpPLTXH
0RQWDJQH
OD )RQGD
DYHFOHVSL]]HULDVGH/XUF\SDJH
3¶WLW %RXWU\
1RXV DYRQ
WLRQ
1
ƒ
&·HVWTXRLXQ,SRG"SDJH
SRXU OH &' ¼ XQ DERQ V JDJQp SRXU OH
QH
,
3RXUOHVIDQVGHVXGRNXSDJH
KHXUHVGHF GHV FDUWHV GH MHXQ PHQW j *pR $GR
H
'pFRXYURQV OD -DSDQ H[SR HW OH UpFLW G·XQ
V
RX
DLGpVHWDF UVHQPRLQV0HUFL MRXUQDOLVWHV HW VWDJHjODUDGLRSDJH
FRPSDJQp
j
FHX[TXL Q
Vj&OHUPR
3ORQJHRQV GDQV O·HQIDQFH GH QRV SURIHV Q
W)HUUDQG RXVRQW
VHXUVDYHFOHJUDQGMHXSDJH
SDJH
%HQ
MLHW6RGD
3XEOLFDWLRQLQWHUQHWULPHVWULHOOH
UpDOLVpHSDUXQJURXSHGHFROOpJLHQV
$YULOPDLMXLQ
HUWLUDJHH[HPSODLUHV
,PSULPpDX&ROOqJH$QGUp%RXWU\
/H3·WLW%RXWU\DYULO
/H3·WLW%RXWU\DYULOPDL
PDLMXLQSDJH
MXLQSDJH
1HSDVMHWHUVXUODYRLHSXEOLTXH
/H3·7,7%2875<
/H3·7,7%2875<
&2162/(662'$HW*:(5/8;OHVRQWHVWpHVSRXUYRXV
Jeu de société, télé, livre,
sieste… Par ce jour pluvieux
avec votre ami(e) (parce que
c’est mieux à 2) vous avez tout
essayé pour passer le temps
maintenant, plus d’idées…
LA WII mais
Pas de panique, nous avons ce
qu’il vous faut : la Wii !La
console idéale pour jouer à plusieurs ! Pour la
plupart des jeux, il faut mimer un geste que l’on
ferait dans la vraie vie pour accomplir une action. Le mieux étant bien sûr avec les jeux de
sports. Par contre avec la Wii, c’est tout un
vocabulaire à connaître : Nunchuk, Wiimote,
Mii…No problem, on est là pour vous expliquer. La Wiimote c’est la
télécommande, le Nunchuk c’est la manette
avec le joystick qui se
branche à la Wiimote et
les Mii sont tout simplement les avatars que l’on
Laissez-nous vous présenter la dernière-née de
Nintendo : la DSi, toute nouvelle DS, sortie
le 3 Avril 2009.
Les développeurs l’ont
réduite d’épaisseur, la DSi
ne fait ainsi plus que
2,6mm. Petit hic : pour ce
gain de place, ils ont enlevé le port GBA, limitant
le nombre de jeu. Les
écrans LCD ont été agrandis, et font maintenant
3,25 pouces, contre 3 pouces pour la DS Lite. Les
haut-parleurs et la qualité
sonore ont été également
améliorés. Elle dispose
aussi d’une mémoire interne.
Les grandes nouveautés de la DSi sont quand
même l’appareil photo et le lecteur audio. Ne
vous emballez pas, l’appareil photo ne fait que
0,3 méga pixels ! Autrement dit beaucoup moins
qu’un portable ! On pourra faire des graffitis et
changer les couleurs sur les photos (floues !!)...
Autre nouveauté, le lecteur audio (DSi Sound)
pour enregistrer des voix dont on peut modifier le
ton et la vitesse de lecture de manière distincte à
l’aide de l’écran. Y en a des mieux dans le commerce…Pour la durée de vie de la batterie, avan-
peut créer sur la console et que l’on peut utiliser
dans certains jeux…Si vous pouvez même
connecter votre Wii à Internet, vous pouvez envoyer des messages
à d’autres Wii
,·PWKH:,,QQHU
connectés ! Vous
avez également la
possibilité de jouer
en ligne avec des
joueurs du monde
entier ! Et la Wii ne
dort jamais ! Quand le
voyant est rouge et
pendant que tu ronfles,
elle télécharge des
news et divers autres
infos !
Un petit conseil : si vous jouez souvent en solo, achetez direct SUPER
MARIO GALAXY !
À plusieurs, nous vous conseillons
MARIO KART WII.
tage à la DS Lite avec 15-19H contre 9-14 pour
la DSi. Par contre, 3h de chargement pour la DS
Lite, contre 2h30 pour la DSi.
Selon moi, il est préférable d’attendre 30mn de plus de chargement et avoir plus de temps de
jeu…Après à vous de juger !
Grâce à l’ajout du port de carte
SD, on a la possibilité d’y enregistrer les photos et de les visionner
sur la Wii via la chaîne photo.
Comme si vous aviez la Wii et un
appareil photo numérique. Avec
la DSi, on a la possibilité de télécharger et de stocker de nouveaux
logiciels via le DSi Shop. Son
fonctionnement est similaire à celui de la chaîne boutique Wii. Internet (DSi
Browser) sera proposé via le DSi Shop, distribué
gratuitement par Nintendo en même temps que le
lancement de la DSi. Grâce à cela, nous aurons la
possibilité de télécharger DSiWare, qui est
payant, avec lequel on peut télécharger différents
jeux et logiciels. Mais bon, vive les cartes DS
Real !
Cette nouvelle console coûte tout de même
170€ ! En fin de compte c’est juste la DS Lite
avec un appareil photo et un enregistreur audio…
À mon avis, mieux vaut acheter la DS Lite :
moins cher et avec un port GBA !
/H3·WLW%RXWU\DYULO
/H3·WLW%RXWU\DYULOPDL
PDLMXLQSDJH
MXLQSDJH
&,1(0$FRPPHQWDLUHV¢ODVRUWLHGHVVDOOHVSDU3KLO
Du Film : SAFARI
Du Film : L.O.L
De Alice 22 ans
De Anonyme 17 ans
Franchement ce film vaut vraiment le
détour. Kad est un excellent acteur, le film
est drôle et les images de l'Afrique sont
belles. Un bon divertissement !
Je mets à ce film 9 sur 10. Il est vraiment
bien, l'histoire en elle-même est vraiment
sympa . On ne se lasse pas, on se marre
souvent. Vraiment très bien fait !
De Anonyme de 15 ans
J'ai beaucoup aimé le film car il m’a
fait rire. Surtout Omar Sy avec son
accent québécois, c'est à mourir de
rire. Je vous le conseille vous passerez là
un bon moment.
De Anonyme
Un très bon film plein d'humour
et qui montre bien la réalité des
ados d'aujourd'hui aux parents.
,/(7$,781()2,6/(6.$7(
,/(7$,781()2,6/(6.$7(%2$5'SDU62'$
Spécialement pour vous, bien-aimés lecteurs du P’tit Boutry , voici l’histoire du Le premier championnat officiel mondial eut
skate.
lieu en 1977 à Long Beach en Californie.
C’est dans les années 60
que tout commence : des
surfeurs californiens
veulent reproduire les
sensations du surf sur le
bitume et fixent des patins à roulettes sous
leurs planches (de surf).
À ce stade-là , on ne
skate que dans les descentes.
Au début des années 80,
Alex Gelfand, surnommé
Ollie, réussi à faire décoller le skate sans l’aide des
mains. C’est pour ça qu’un
saut en skate s’appelle un
« ollie ». Plusieurs skateurs sont ensuite devenus
pros.
Dans les années 70, la
planche à roulette a
beaucoup de succès et
commence à être pratiquée partout dans le
monde mais les figures
ne sont presque pas développées (pas de figures en l’air).
Plus tard, le skate fut
considéré comme un sport
de délinquants et la pratique était en déclin.
Mais depuis ce sport revient très à la mode, grâce
aux
principaux
« pionniers » du skate :
Tony Hawk, Rodney Mullen et Mike Vallely.
/H3·WLW%RXWU\DYULO
/H3·WLW%RXWU\DYULOPDL
PDLMXLQSDJH
MXLQSDJH
%RRN
%RRNLQ«HGÙHXFDO\SWXFH
Heure secrète, histoires d'amours tumultueuses et été
dans les pêches, voici ma sélection pour passer une
bonne fin d'année scolaire.
L'heure secrète, 1er tome de la Tribologie Midnighter, par
Scott Westerfeld (auteur de la série Uglies) vous plonge
dans une histoire où certaines personnes auraient droit à une
heure de plus chaque jour, mais quelle heure !
Les Hauts de Hurle-Vent de Emily Brontë raconte les amours et
trahisons des habitants de Hurle-Vent et de ses alentours variant
désespoir et pleurs pour le plus grand bonheur des amateurs de
drames qui se finissent bien.
Peau de pêche de Jodi Lynn Anderson
vous plonge dans l'été de 3 jeunes filles
dans les pêches qui vont apprendre ce
qu'est l'amitié et son importance. Bonnes lectures !
7ZLOLJKW
7ZLOLJKWOH
OHSK«QRPªQH
SK«QRPªQH
SDU(XFDO\SWXFH
La saga “Le désir interdit”
de Stéphanie Meyer
7ZLOLJKW F HVW OH QRXYHDX SKpQRPqQH GX
PRPHQW$XVVLFpOqEUHTXH+DUU\3RWWHULO
HQYRLHXQHLPDJHURPDQWLTXHPDLVSOHLQH
G DFWLRQ G XQH UpDOLWp TXL SRXUUDLW rWUH OD
Q{WUH $FFODPp SDU SULQFLSDOHPHQW OHV
DGROHVFHQWHVLODIDLWXQWDEDFVXUOHJUDQG
pFUDQHWHQOLYUH/HSUHPLHURSXVVRUWLILQ
DX FLQpPD 7ZLOLJKW )DVFLQDWLRQ V DSSUrWH j VRUWLU GpEXW MXLOOHW HQ '9' HW
HVWDXVVLDWWHQGX/HV WRPHVGH ODVpULH
GH6WpSKDQLH0H\HUVHVRQWYHQGXVjSOXV
GH PLOOLRQV G H[HPSODLUHV GDQV OH
PRQGH0DLVTX HVWFHYUDLPHQW"
8Q FKDQJHPHQW G LPDJH SRXU OHV YDPSL
UHV / LPDJHTXHQRXVDYRQVGHVYDPSLUHV
pWDLWWUqVVRPEUH&HVRQWGHVSUpGDWHXUV
VDQJXLQDLUHVTXLVHGpSODFHQWODQXLWYrWXV
GH ORQJXHV FDSHV QRLUHV D\DQW SHXU GHV
FUXFLIL[GHO DLOGHO HDXEpQLWHHWGXVROHLO
'HV KLVWRLUHV GH YDPSLUHV LO HQ H[LVWH GHV
FHQWDLQHV OHV GpWDLOV YDULHQW HQ IRQFWLRQ
GHV UpJLRQV RX GH O pSRTXH ,OV VRQW VRX
YHQW DVVRFLpV DX[ DQLPDX[ WHOV TXH OD
FKDXYHVRXULV OH FUDSDXG RX OH ORXS &HU
WDLQHV DIILUPHQW TXH OHV YDPSLUHV RQW OH
SRXYRLUGHPXWDWLRQSRXYDQWSDVVHUGHOD
IRUPH KXPDLQH j OD IRUPH DQLPDOH 'DQV
7ZLOLJKWOHYDPSLUHQ HVWSOXVXQPRQVWUH
LO YHXW SDUDvWUH DLQVL PDLV VDLW FRKDELWHU
DYHFOHVKXPDLQVVDQVDYRLUjOHVWXHU
«VXLWHSDJHVXLYDQWH
/H3·WLW%RXWU\DYULO
/H3·WLW%RXWU\DYULOPDL
PDLMXLQSDJH
MXLQSDJH
,O D GXUDQW VHV VLqFOHV GH YLH DSSULV j VH
FRQWU{OHUHWjYLYUHSDUPLQRXVVDQVTXHQRXV
QRXV HQ GRXWLRQV 'H SOXV OHV FHUFXHLOV OHV
FUkQHVHWOHVWRLOHVG DUDLJQpHVRQWODLVVpSODFH
jXQHYLHKXPDLQHGRWpHGHWRXWOHFRQIRUWTXH
QRXVSRXYRQVWURXYHUHQPDJDVLQ
/H FHUFXHLO F HVW O REMHW W\SH DVVRFLp DX[
YDPSLUHV&HGpWDLOGHODYLHYDPSLULTXHXQGHV
SOXV FRQQXV HVW VXSSULPp ' DSUqV 6WpSKDQLH
OHV YDPSLUH QH GRUPHQW SDV /RJLTXH GDQV XQ
VHQV VL QRXV SHQVRQV TX LOV
VR Q W LP P R U WH OV OHX U
PpWDEROLVPHHVWILJpGDQVOH
WHPSV GRQF OH VRPPHLO QH
GHYUDLWSDVOHVWRXFKHU
6WpSKDQLH0H\HUFRQWULEXHj
IDLUH pYROXHU GHV P\WKHV
(OOH QRXV UpFRQFLOLH DYHF OHV
SHUVRQQHV TXL SRXUUDLHQW
rWUH QRV YRLVLQV 3RXUTXRL
DORUVQHSDVFURLUHHQHX[",O
HVW SRVVLEOH TXH GXUDQW QRWUH pYROXWLRQ XQH
HVSqFH SURFKH GH QRXV SK\VLTXHPHQW PDLV
DYHF XQ UpJLPH DOLPHQWDLUH HW XQH ORQJpYLWp
GLIIpUHQWV DLW pWp FUppH 1RPEUHV G·HQWUH QRXV
FURLHQW ELHQ DX[ IDQW{PHV DX[ VRUFLqUHV
SRXUTXRLSDVDX[YDPSLUHV"
WURXYHU XQ VW\OH DJUpDEOH HW WUqV SUHQDQW QH
ODLVVDQWSDVLQGLIIpUHQWHWGRQQDQWHQYLHGHQH
MDPDLV V DUUrWHU & HVW FH TXL IDLW TXH GXUDQW
XQH VHPDLQH RQ QH GRUPH TXH TXDWUH KHXUHV
SDUQXLW
8QILOP6RUWLWHQQRYHPEUHLODIDLWXQUDYDJH
8QILOP
1 pWDQWSDVDWWHQGXLOV HVWUpYpOpWUqVERQHWD
REWHQX GH QRPEUHXVHV FULWLTXHV SRVLWLYHV ,O D
DXVVL PLV j O DIILFKH GH QRXYHDX[ DFWHXUV WUqV
MHXQH HW SURPHWWHXUV WHO
TXH 5REHUW 3DWWLQVRQ
FRQQX SRXU VRQ U{OH GH
&pGULF'LJJRU\GDQV+DU
U\ 3RWWHU HW OD FRXSH GH
IHX TXL DYHF VRQ VXSHUEH
WDOHQW G DFWHXU D IDLW FUD
TXHU SOXV G XQH ILOOH GDQV
VRQ U{OH G (GZDUG &XOOHQ
OH YDPSLUH & HVW .ULVWHQ
6WHZDUWTXLWLHQWOHVHFRQG
U{OH SULQFLSDO FHOXL GH %HOOD DFFRPSDJQpH SDU
7D\ORU/DXWQHUGDQVOHU{OHGH-DFRETXLGHYUDLW
rWUH SOXV SUpVHQW GDQV 1HZ PRRQ
7HQWDWLRQ GHYHQDQWORXSJDURX
%LHQTX LO\DLWGHVGLIIpUHQFHVHQWUHOHILOPHWOH
OLYUHOHWRXWUHVWH WUqV FDSWLYDQW HW QH PDQTXH
SDV G pPRWLRQV & HVW GRQF DYHF XQH FHUWDLQH
8QH KLVWRLUH G DPRXU RX XQ 5RPpR HW -XOLHWWH KkWH TXH M DWWHQGV OD VRUWLH GX GHX[LqPH RSXV
PRGHUQH & HVW VXU O KLVWRLUH G DPRXU GH %HOOD 1HZ PRRQ TXL QH VHUD SDV FRPPH SRXU
HW(GZDUGTXHYDUHSRVHUWRXWOHVXVSHQVHGHV 7ZLOLJKW UpDOLVp SDU &DWKHULQH +DUGZLFNH PDLV
SDU &KULV :HLW] 6D
OLYUHV ,OV YRQW VH PHWWUH HQ
VRUWLH HVW SUpYXH
SpULO GLVSDUDvWUH VH IDLVDQW
/HVDYLH] YRXV
"
/HVWLWUHVGHOD
VRXIIULU O XQ O DXWUH 0DLV QH
VpULH QRUPDOHPHQWSRXUOH
VRQW SDV OHV RU
LJLQ
QRYHPEUH -H QH
OHXU DPRXU HVW VROLGH HW OHV 8QL
V FH VRQW 7ZLOL DX[ DX[ eWDWV
JK
VHQWLPHQWV TXL V HQ GpJD
W
)DVFLQDWLRQ OH UDWHUDLV SRXU ULHQ DX
1 H Z 0 RRQ 7H
QW
JHQW VRQW WUqV SXLVVDQWV
D WL RQ ( FO LS VH PRQGH
+ p VL WD WL R Q H
W % UH D NL QJ & HVW HQ SDUWLH FH TXL GRQQH 5p
GD
Z
Q
YpODWLRQ 'HX[
GHV PRUFHDX[
WRXW O LQWpUrW GH OHV OLUH /HV OD%
GH ,O QH IDXW SDV VH ILHU j
2GH7ZLOLJKWV
RQWGH 5REHUW
VHQWLPHQWV VRQW PLV HQ SUH WLQV
3DW O pSDLVVHXUGHVOLYUHVFDU
RQ
TXDQG RQ DUULYH DX ERXW
PLHU SODQ HW UpYqOHQW FH TXL /HS TXLHVWXQ PXVLFLHQDFFRPSO
L
UHPLHU WRPH G
H
ODVDJDHVWVRU
G XQ RQ VH GLW SRXUTXRL
Q HVWSDVGLW/HVH[SUHVVLRQV HQ
HW O LGpH
WL
GX ILOP H[LVWH
Q HVW LO SDV HQFRUH SOXV
GHV YLVDJHV GHV \HX[ OHV SX
GH
LV
ORQJ " / KLVWRLUH HVW
ULFWXV GH OD ERXFKHV
YUDLPHQW SUHQDQWH HW
VRQW GpFULWV DILQ G DLGHU DX
IDFLOH j FRPSUHQGUH (W
PD[LPXP OHV OHFWHXUV j
V LPDJLQHUOHVVFqQHV'DQVOHILOPLOVVRQWDV SXLV FH QH VRQW SDV OHV ILOPV TXL YRQW YRXV
VH] ELHQ PLV HQ YDOHXU PDLV ULHQ QH YDXW OHV DSSUHQGUH YUDLPHQW WRXWH O KLVWRLUH ELHQ TX LOV
VRLHQWWUqVERQV
OLJQHVGH6WpSKDQLH0H\HU
$ORUVDOOH]\ODQFH]YRXVYRXVQHOHUHJUHWWHUH]
/ KLVWRLUH HQ HOOHPrPH Q HVW SDV VL SDV
H[WUDRUGLQDLUH ELHQ TX XQH KXPDLQH HW XQ
YDPSLUHDPRXUHX[QHVRLWSDVFKRVHFRXUDQWH 1RWHVSHUVRQQHOOHV
FH Q HVW SDV XQH KLVWRLUH TXL UHVVRUW GHV UpFLWV )DVFLQDWLRQ 7HQWDWLRQ
IDQWDVWLTXHVGpMjpFULWVSRXUWDQWO·pFULYDLQDVX +pVLWDWLRQ 5pYpODWLRQ
/H3·WLW%RXWU\DYULO
/H3·WLW%RXWU\DYULOPDL
PDLMXLQSDJH
MXLQSDJH
QUE FAITES-VOUS CET ETE ? Benji a mené l’enquête.
'HV pOqYHV RQW UpSRQGX j QRV TXHVWLRQV VXU OH WKqPH GHV YDFDQFHV H[FOXVLYHPHQW SRXU
YRXVHQDFFHSWDQWG¶rWUHLQWHUYLHZpVSRXUOH3¶WLW%RXWU\1RXVDYRQVGRQFSRVpODTXHVWLRQj
pOqYHVGHFKDTXHQLYHDX
8QGHVqPHVQRXVjUpSRQGXTX¶LOFRPSWDLWUpYLVHUSRXUODqPH V€UHPHQWXQVpULHX[ HW
ELHQV€UFRPPHWRXWOHPRQGHV DPXVHU
/ DXWUHqPHFRPSWDLWOLUHSOHLQGHURPDQV
/HVqPHV³j«28,«M HQpWDLV«³GRQFLOQRXVDUpSRQGXTX LOLUDLWHQ1RUPDQGLHHW
DSUqVHQ&URDWLHHWOHVHFRQGDGLW©&HWpWpMHYDLVDOOHUDXODF/pPDQVHPDLQHHWWRXWOH
PRLVG DR€WMHYDLVDOOHUFKH]PDWDQWH´
/HVGHX[qPHV©-HYDLVIDLUHGXVSRUWHWO LQFRQWRXUQDEOH
SODJHHWVDEHOOHPHUEOHXHªHWO DXWUHGHUpSRQGUH©FHWpWp
M LUDLEURQ]HUVSRUWSODJHERLWHGHQXLWHWGUDJXHU>[email protected]ª
3RXU OHV GHUQLHUV FHX[ TXL WHUPLQHURQW SRXU OD SOXSDUW OD
qPH G¶HQWUH HX[ RQW ELHQ YRXOX QRXV UpSRQGUH © - LUDLV
SRXUPDSDUWWURXYHUXQMREG pWpªHWOHqPHUpSRQG©MHQ DL
ULHQGHSUpYXª
(WELHQYRLOjHWERQQHYDFDQFHVj7286
LES VOIX DU COLLEGE par Emilie et Phil
spectacle de la chorale au marché couvert : L’équipe du P’tit Boutry a tout
écouté pour vous ...
Vendredi 5 juin à 20 h 00
Mme Moreau et ses choristes
nous
ont chantés des
chansons telles que mon Essentiel du Roi soleil , femme
d'aujourd'hui de Sofia Essaidi,
ça marche de Cristophe Mae,
entre autres.
On a bien aimé surtout les
solos de Marie-line Joiselle et de
Lucie Westermann mais les autres
chanteurs ont bien chanté aussi . Ce
qui nous a particulièrement émus,
c'est le duo de Thomas et de sa mère
pour la fête des mères .
Donc bravo à tous !!!!!!!
/H3·WLW%RXWU\DYULO
/H3·WLW%RXWU\DYULOPDL
PDLMXLQSDJH
MXLQSDJH
/H3·WLW%RXWU\DYULO
/H3·WLW%RXWU\DYULOPDL
PDLMXLQSDJH
MXLQSDJH
)rWHGHODPXVLTXHj/XUF\/HYLV
72326
,QVSLUpVSDUOHVJUDQGV-DFTXHV%UHOHW
*HRUJHV%UDVVHQVDLQVLTXHSDUOHVYLU
WXRVHV5HQp*LFDGRXWHW9LFWRU+XJR
OHV7RSRV GXJUHFOLHX[7RSRJUDSKLH QRXVRQWWUDQVSRUWpVGDQVOHXUPRQGH
DYHFOHXUMD]]PDQRXFKHDX[LQWRQD
WLRQVQRXVUDSSHODQW
7U\RRXHQFRUH/RXLVHDWWDFN&RPSRVpGH
PXVLFLHQVG XQHDGPLQLVWUDWULFHHWG XQH
WHFKQLFLHQQH7RSRVFRPPHQFHYUDLPHQWGH
SXLVXQDQjIDLUHVDSODFHVXUOHVSHWLWHVVFq
QHVIUDQoDLVHV$YDQWLOVMRXDLHQWGDQVODUXH
%LHQTX LOVQ DLHQWSDVHQFRUHVRUWLVG DOEXP
OOVVHIRQWFRQQDvWUHSHXjSHXGDQVODUpJLRQ
& HVWYUDLPHQWXQHPXVLTXHHQWUDLQDQWHHW
WUqVU\WKPpHTX LOVMRXHQWDYHFEULRHWXQH
SUpVHQFHVXUVFqQHGHODSDUWGXFKDQWHXU
pSRXVWRXIODQWHTXLGRQQHXQDXWUHWRQjOHXUV
FKDQVRQVGRQWOHVSDUROHVWUqVSRpWLTXHV
QRXVIRQWUrYHU,OVQRXVRQWDXVVLLP
SUHVVLRQQHUDYHFOHXUVUHSULVHVGH-DF
TXHV%UHOTXLDYDLHQWSHUGXOHXUF{Wp
PpODQFROLTXHSRXUXQ6RQJSOXVIHVWLI
1RXVUHJUHWWRQVOHSHXGHWHPSVTX LOV
RQWMRXpDLQVLTXHOHVODUVHQV
1RXVOHVDYRQVWURXYpWUqVV\PSDWKL
TXHVLOVRQWUpSRQGXjPHVTXHVWLRQV
HWQ·RQWSDVDYRLUSHUGXXQEULTXHWSUp
WpSDUXQGHQRVSDUHQWV
1RXVOHVUHPHUFLRQVDXVVLSRXUOHVDX
WRJUDSKHV
©/HEXWGHO DUWHVWGHUHQGUHOHVKRPPHVPHLOOHXUVª/RXLV OHFKDQWHXUGH7RSRV
(XFDO\SWXFHHW3KLO
/H3·WLW%RXWU\DYULO
/H3·WLW%RXWU\DYULOPDL
PDLMXLQSDJH
MXLQSDJH
$SUqV)DLVPHVGHYRLUVFRPTXLDIHUPp
YRLFLYLHQMHIDLVPHVGHYRLUVFRP
8Q VLWH ,QWHUQHW SD\DQW SURSRVDLW
GH IDLUH OHV GHYRLUV DX[ pOqYHV ­
SHLQH RXYHUW LO FRPPHQFDLW GpMj j
IDLUHJURQGHUO DYLVGHVSURIVPDLVLO
HVWGpMjIHUPp $ORUV TXH )DLVPHVGHYRLUVFRP D IHUPp
GpEXW DYULO YLHQ MHIDLVPHVGHYRLUVFRP D
GpMjRXYHUWVHVSRUWHVGpEXWPDL
/H VLWH HVW HQWLqUHPHQW JUDWXLW HW YHXW
IDYRULVHU O·HQWUDLGH HQWUH FROOpJLHQV
O\FpHQVpWXGLDQWVHWSURIHVVHXUV$XIXU
HW j PHVXUH TXH YRXV DLGH] OHV DXWUHV
9RLOj FH TX RQ SHXW YRLU VXU OH
GDQV Q LPSRUWH TXHOOH PDWLqUH YRXV
VLWH
JDJQH] GHV ©ERQV SRLQWV ª 3OXV YRXV
FXPXOH] GH ERQV SRLQWV HW SOXV YRXV SRX
YH] JDJQHU GHV FDGHDX[ GH YDOHXUV H[
SRXU ERQV SRLQWV XQ YR\DJH DX )XWX
URVFRSH (QILQXQHERQQHLGpHPrPHPRL
MHP \VXLVLQVFULW 0LFKHOHWPLFKHOOH
INDEMODABLE : LES CONVERSES
Qui n’a pas, en ce moment, une paire de Converses
dans son placard ? Difficile d’échapper à cette
mode qui prend de plus en plus d’ampleur…
Devant cette popularité grandissante, j’ai décidé de
vous raconter l’histoire des Converses. Ces dernières ont vu le jour en 1917 aux Etats-Unis et étaient
à la base pour les basketteurs. Elles deviendront
populaires un an plus tard, en 1918, lorsque Chuck
Taylor, célèbre basketteur de l’époque, les porte
pour ses matches. Les Converses All Star deviennent ensuite les Chuck Taylor All Star, quand le basketteur en question pose sa signature sur le logo en 1923.
Converse a également fourni pendant longtemps l’armée en chaussures de ville.
En 1984, Chuck Taylor All Star est le principal sponsor des jeux olympiques.
En juin 2003, Converse est racheté par Nike Corp. La société avait de grosses difficultés financières, avec un chiffre d’affaires très bas. Il faut croire que le rachat par
Nike a entraîné un regain d’intérêt pour les All Star et le chiffre d’affaires a largement augmenté.
SODA
/H3·WLW%RXWU\DYULO
/H3·WLW%RXWU\DYULOPDL
PDLMXLQSDJH
MXLQSDJH
/DFXQD&RLO«0DGH,Q,WDOLD«SDU<DQQH/&
/DFXQD &RLO HVW XQ JURXSH GH 0pWDO TXH M·DL GpFRXYHUW LO Q·\ D SDV ORQJ
WHPSV F·pWDLW XQ OXQGL HQ OLVDQW XQ URFN 2QH RQ P·D GLW © /DFXQD&RLO MH
FRQQDLVF·HVWXQ*URXSHGH0pWDOM·DLXQ&'G·HX[&KULVWLQDDXQHWUqVMR
OLHYRL[&KULVWLQD«ª«©2XLEDKM·DLFRPSULV&KULVWLQD«ª«)LQGHVFRXUVMH
UHQWUHFKH]PRL/DFXQD&RLO«,OIDXWTXHM·pFRXWH«&DWRPEHELHQM·DLXQ
VDPSOHUDYHFXQGHOHXUVQRXYHDX[PRUFHDX[«$XERXWGHPLQXWHVHW
VHFRQGHVM·DGRUHMHFURLV TXHMHVXLV DFFURj FH PRUFHDX© 6SHOOERXQG ª
M·DLPHO·DVVRFLDWLRQGHODYRL[FODLUHGH&KULVWLQD6FDEELDHWGHODYRL[SOXV
UDXTXHG·$QGUpD)HUUR«(QVXLWHM·DLUpXVVLjPHSURFXUHUO·DOEXP&RPDOLHV
TXLHVWYUDLPHQW683(5SXLVM·DLDFKHWpOHXUGHUQLHUDOEXP6KDOORZ/LIH
FHUWDLQVGLURQWTXHFHWDOEXPHVWXQSHXSOXVIRUPDWpFRPPHUFLDOPDLVPRL
MH P·HQ PRTXH F·HVW DX SODLVLU GH PHV
RUHLOOHV«
-H YDLV YRXV GRQQHU TXHOTXHV WLWUHV j DO
OHUpFRXWHU© &ORVHUªGHO·DOEXP.DUPD
FRGH © 'D\OLJKW 'DQFHU ª GH &RPDOLHV
© 1RW (QRXJK ª GH 6KDOORZ /LIH HW © ,
:RQ·WWHOO<RXªGHO·DOEXP6KDOORZ/LIH«
6XUFH%RQQH(FRXWH«
<DGRUHOHVSL]]DVGH,WDOLD
0DQJHUXQHSL]]Dj/XUF\"
(XFDO\SWXFHYRXVGRQQHVRQDYLV
Mais qu’est-ce qu’une bonne pizza ?
Il est difficile de le dire mais parmi les pizzérias
de Lurcy, on peut se faire un avis.
La Marjolaine est, pour moi, de loin la meilleure.
Les spécialités du Sud se différencient bien des
habituelles jambon-fromage, et la pâte, faite maison, est vraiment bonne.
L’ambiance y est agréable et le cadre est chaleureux. Il serait dommage qu’elle ferme, car cela ne
fait pas longtemps qu’elle a ouvert, et je n’ai pas
eu le temps de goûter toutes les pizzas proposées.
/H3·WLW%RXWU\DYULO
/H3·WLW%RXWU\DYULOPDL
PDLMXLQSDJH
MXLQSDJH
&·HVWTXRLXQL3RG"SDU0LFKHOHW0LFKHOOH
9RXVDYH]V€UHPHQWGpMjHQWHQGXSDUOHUGH/ L3RG
XQHSURXHVVHGHODWHFKQRORJLH©0DGHE\$SSOHª
,OSHUPHWFRPPHXWLOLVDWLRQSUHPLqUHG pFRXWHUGHOD
PXVLTXH
,OHQH[LVWHIDPLOOHVO L3RGFODVVLTXHO L3RGQDQR
FKURPDWLTXHO L3RGWRXFKHWOH©SHWLWªGHUQLHUO L3RG
VKXIIOH
$ORUVYRLFLO L3RGFODVVLTXHDYHFXQHFDSDFLWpGHVWRFNDJHpQRUPH
GH*RTXLFRUUHVSRQGjFKDQVRQVKHXUHVGHYLGpR
RX SKRWRV / L3RG FODVVLTXH WH SHUPHWWUDV G HPSRUWHU WRXV WHV FRQWHQXV
QXPpULTXHVRTXHWXDLOOHVRXWRXWVLPSOHPHQWG pFRXWHUGHODPXVLTXH
3RXUFHWWHSURXHVVHGHVWRFNDJHLOWHVHUDGHPDQGp½
/ L3RG QDQRFKURPDWLTXH GH j *R H[LVWH GH
FRXOHXUVGLIIpUHQWHVJULVQRLUYLROHWEOHXFLHO
YHUW SRPPH MDXQH RUDQJH URXJH HW URVH FRQoXW
SRXU WRXW OHV JRXWV HW WRXWH OD IDPLOOH $YHF VRQ
GHVLJQHOOLSWLTXHHQDOXPLQLXPHWYHUUHO L3RGQDQR
HVW pTXLSp GH O DFFpOpURPqWUH 6HFRXH]OH SRXU
P p O D Q J H U
YRWUH PXVLTXH %DVFXOH]OH SRXU DIILFKHU &RYHU
)ORZ (W GpFRXYUH] GHV MHX[ DGDSWpV j YRV
PRXYHPHQWV
/HSUL["(WELHQSRXU*RoDVHUD½HWSRXU
*R ½ -HX[ DSSOLFDWLRQV
PXVLTXH VpULHV 79 OH :HE
O L3RG WRXFKUpXQLW WRXW GDQV XQ PrPH DSSDUHLO 0XOWL7RXFK pOpJDQW
WRXW FH TXH WX DV HQYLH G HVVD\HU GH UHJDUGHU RX GH FRQVXOWHU
/ L3RGWRXFKHVWXQFRQFHQWUpGHQRXYHDXWp3RXUFH.LWLOVHUDjWRL
DSDUWLUGH½WRXWGHPrPH
/H QRXYHO L3RG VKXIIOH HVW VSHFWDFXODLUHPHQW SHWLW ,O D EHDX
RFFXSHUPRLWLpPRLQVG HVSDFHTXHFHOXLGHVJpQpUDWLRQSUpFpGHQWH
LO OXL UHVWH TXDQG PrPH GH OD SODFH SRXU DFFXHLOOLU ELHQ SOXV GH
FRQWHQXV $YHF *R G HVSDFH GH VWRFNDJH L3RG VKXIIOH SHXW
GpVRUPDLV FRQWHQLU MXVTX j FKDQVRQV (W YRLFL 9RLFH2YHU OD
QRXYHOOH IRQFWLRQQDOLWp G $SSOH TXL GRQQH XQH YRL[ j O L3RG VKXIIOH
$SSX\H] VXU XQ ERXWRQ HW LO WH GLW TXHO PRUFHDX HVW HQ FRXUV GH
OHFWXUHHWTXLO LQWHUSUqWH,OSHXWPrPHW LQGLTXHUOHQRPGHWDOLVWH
GHOHFWXUHHWW RIIULUDLQVLXQQRXYHDXPRGHGHQDYLJDWLRQLOWHVHUD
SUpVHQWpDXSUL[GH½
3RXU FRQFOXUH MH YRXGUDLV IDLUH SDUW G XQ SHWLW © KLF ª SRXU SRXYRLU PHWWUH GH OD
PXVLTXH LO HVW REOLJDWRLUH G XWLOLVHU OH ORJLFLHO L7XQH GRQF GH OH WpOpFKDUJHU JUDWXLW
/H3·WLW%RXWU\DYULO
/H3·WLW%RXWU\DYULOPDL
PDLMXLQSDJH
MXLQSDJH
Réponses du grand jeu
avec les professeurs
Blague
La maîtresse demande : Quel est
le futur de "je bâille" ?
- Je dors !
$XIDLWOHVGHVVLQVLOOXVWUDQW
FHQXPpURVRQWGH*ZHUOX[
0LFKHOHW0LFKHOOHHW(PL
1:G
2:I
3:H
4:D
5:E
6:K
7:M
8:F
9:L
10 : B
11 : C
12 / A
13 : J
Réponses aux 2 précédents Sudoku
Sudoku N° 3
Le P’tit Boutry N° 2
Journal des collégiens de Lurcy Lévis
Ce journal est diffusé gratuitement dans l’enceinte
du collège André Boutry de Lurcy Lévis.
Son contenu n’engage que ses auteurs
Il est imprimé au Centre Social du secteur de Lurcy Lévis
Directeur de publication : M. Gonzalez, principal
Enquêtes, rédaction, mise en page :
Adélaïde, Benjamin, Elléa, Émilie, Jérémy,
Julien, Mathis, Morgane, Philippe
Animateur : M. Giraud, coordinateur d’animation au
Centre Social du secteur de Lurcy Lévis
Contact : dans la cour ; forum Internet du collège, rubrique club journal
Merci à :
La vie scolaire, l’équipe enseignante, tout le personnel
du collège André Boutry, les élèves, les familles.
Collège André Boutry 1 place du Champ de Foire
03320 LURCY LEVIS
[email protected]
/H3·WLW%RXWU\DYULO
/H3·WLW%RXWU\DYULOPDL
PDLMXLQSDJH
MXLQSDJH
(QVWDJH¢ODUDGLRSDU<DQQH/&
&RPPHWRXVOHVHPHVM DLIDLWXQVWDJHG XQHVHPDLQHDXPRLVGH0DUV0DLVMHQHO DLSDV
IDLWQ LPSRUWHRM pWDLVj5DGLR4XL4X HQ*URJQH-HYDLVYRXVUDFRQWHU OHVGHX[MRXUVOHV
SOXVLQWpUHVVDQWVGHPRQVWDJH/HPHUFUHGLM DLIDLVXQHpPLVVLRQMHPHVXLVSUpVHQWpHHWM DL
PrPHSDVVpXQSHWLW©FRXFRXªDX[3URIV 2XLMHOHVDLVMHVXLVJHQWLOOH;' (QVXLWH%ULJLWWH
PRQ PDvWUH GH VWDJH P D SRVp GHV TXHVWLRQV DX[TXHOOHV M DL VRXYHQW UpSRQGX j F{Wp OD
+RQWH HWHQWUHOHVTXHVWLRQVMHSDVVDLVODPXVLTXHTXHM DYDLVSUpSDUpODYHLOOH-HYDLVYRXV
DYRXHUTXHF pWDLWVXSHUVWUHVVDQWPrPHVLRQVDLWTXHSHUVRQQHQHQRXVYRLWOHVLPSOHIDLW
GHVDYRLUTXHO RQQRXVpFRXWHIDLWXQSHX EHDXFRXS SHXU- HQWUHPEODLVPrPH(QVXLWHOH
MHXGL MH VXLV SDVVpH j OD WHFKQLTXH %ULJLWWH P D PRQWUp OH IRQFWLRQQHPHQW GH OD WDEOH GH
PL[DJHSXLVHOOHP DODLVVpJpUHUOHV&'jSDVVHU$XGpSDUWRQKpVLWHXQSHX VXUWRXWTXDQG
RQDO LPSUHVVLRQG rWUHREVHUYpSDUODSKRWRGXSURIGHIUDQoDLV-HYRXVH[SOLTXHUDLVjODILQ
GH PRQ DUWLFOH FH TXH IDLVDLW FHWWH SKRWR j OD UDGLR PDLV DSUqV RQ HVW WUqV YLWH j O DLVH
)UDQFKHPHQW F pWDLW XQ VWDJH VXSHU LQWpUHVVDQW M DL
WURXYp TX LO pWDLW WURS FRXUW - $, (19,( ' <
5(72851(5
$K RXL MH GLVDLV TX LO \ DYDLW XQH SKRWR GX SURI GH
IUDQoDLV(KELHQODUDLVRQHVWWUqVVLPSOH0%DUGHO
QRWUH FKHU SURI DQLPH XQ pPLVVLRQ VXU OH 5RFN DYHF
QRWUH FKHU SURI GH PDWK 0 )RQWHQLDXG OH OXQGL VRLU
GH K j K VXU OHV IP RX DORUV VXU 544*IU
2XLMHVDLVMHIDLVGHOD SXE(WHQSOXVMHQHVXLV
PrPHSDVSD\pHSRXUoD ORO /D-DSDQ([SR
SDU(XFDO\SWXFH
Le rassemblement mondialement connu sur la
culture japonaise fête ses 10 ans et les fans ne manqueront pas son rendez vous le premier weekend-end
de juillet toujours au parc des expos de Villepinte à
Paris. Cette année encore ce sera encore une fois
énorme avec la
venue de grands
du manga (Ai
Yazawa (Nana))
des
nouveaux
jeux vidéo, des
nouvelles
tendances en matières de mode et de musique ainsi que de nombreuses autres animations. Donc si ça vous intéresse, aller sur http://www.japan-expo.com/ pour
réserver votre billet.
/H3·WLW%RXWU\DYULO
/H3·WLW%RXWU\DYULOPDL
PDLMXLQSDJH
MXLQSDJH
/(*5$1'-(8
WUDFHUXQWUDLWHQWUHOHQRPGHVSUR
IHVVHXUVHWODSKRWRFRUUHVSRQGDQWH
U«SRQVHVGDQVOHMRXUQDO SDU<DQQH/&
PHOTO B
PHOTO A
PHOTO M
0)RQWHQLDXG
0PH&OpPHQW
PHOTO C
0&KD]HO
0PH'XFKHU
0%DUGHO
$PDQGLQH 6XUYHLOODQWH 0/DV
0DJDOLH 6XUYHLOODQWH PHOTO D
PHOTO L
0PH&KDODSK\
0PH,QL]DQ
0PH0DGHYHU\
PHOTO K
0PH0RUHDX
6WpSKDQLH 6XUYHLOODQWH 0HUFLjWRXWFHX[TXLRQWMRXpOH
PHOTO E
MHX
PHOTO J
PHOTO F
PHOTO G
PHOTO H
/H3·WLW%RXWU\DYULO
/H3·WLW%RXWU\DYULOPDL
PDLMXLQSDJH
MXLQSDJH
PHOTO I