maghreb - Département d`information et de communication

Commentaires

Transcription

maghreb - Département d`information et de communication
249
Le Maghreb (mot arabe signifiant « le Couchant ») regroupe quatre pays à l’extrémité nord-ouest de
l’Afrique, soit l’Algérie, le Maroc, la Mauritanie et la Tunisie. Trois de ces pays sont membres officiels
de la Francophonie et participent à ce titre aux Sommets de la Francophonie. Ils ont tous pour langue
officielle l’arabe.
Le Maroc, ancien protectorat français (1912-1956), comprend une bonne proportion de francophones.
C’est le 4e pays francophone au monde pour le nombre de locuteurs.
La Tunisie, ancien protectorat français (1881-1956), a une population pour près d’un tiers francophone.
La Mauritanie a un pourcentage de francophones moins important que dans les autres pays du Maghreb.
L’Algérie, française de 1830 (prise d’Alger) à 1962, n’adhère pas aux structures officielles de la
Francophonie et ne participe donc pas aux Sommets. L’arabe est la seule langue officielle. L’Algérie est
le second pays francophone au monde pour le nombre de francophones. Les 30 % de francophones réels
et les 30 % de francophones occasionnels, auxquels s’ajoutent les émigrés francophones, représentent
un total d’environ 18 millions de personnes.
Ces quatre pays accordent une place importante au français dans l’enseignement, les médias écrits et
électroniques, ainsi que dans diverses productions culturelles (musique, théâtre, cinéma et littérature).
ON PEUT CONSULTER
Maher ABDELMOULEH et Guy FEUER : Partenariat Euro-méditerranéen. Promotion ou instrumentalisation des
Droits de l’Homme. L’Harmattan, Paris, juin 2010, 235 pages, 22€
Karima BERGER : Eclats d’islam. Albin Michel, Paris, mars 2009, 263 pages, 15€
Mokhtar LAKEHAL : L’Emancipation contrariée du Maghreb. L’Harmattan, Paris, décembre 2009, 258 pages, 24€
Abdelwahab MEDDEB : Pari de civilisation. Le Seuil, Paris, août 2009, 209 pages, 16€
Jean-Marie MIOSSEC et Christian JAMBET (dir) : Terrains et échelons de la gouvernance. Expériences en France
et au Maghreb. L’Harmattan, Paris, septembre 2009, 414 pages, 36€
L’A N N É E F R A N C O P H O N E I N T E R N A T I O N A L E · 2 0 1 1-2 0 1 2
MAGHREB
250
MAGHREB
Algérie
Maroc
Mauritanie
Tunisie
Nom officiel
République
algérienne
démocratique
et populaire
Royaume du Maroc
République islamique
de Mauritanie
République
tunisienne
Superficie km2
2.381.741
446.550
1.030.700
163.610
Alger
Rabat
Nouakchott
Tunis
Oran, Constantine,
Annaba
Casablanca, Fès,
Marrakech, Tanger
Nouâdhibou, Adel
Bagrou, Rosso, Bogué
Sfax, Gabès, Sousse,
Kairouan, Bizerte
République
présidentielle
Monarchie
constitutionnelle
République
présidentielle
Régime parlementaire
Chef d'Etat
depuis le
Abdelaziz Bouteflika
28/04/1999
Roi Mohammed VI
30/07/1999
Mohamed Ould Abdel Aziz
05/08/2009
Fouad M'Bazaa
15/01/2011
Chef de gvt
Ahmed Ouyahia
Abbas El Fassi
23/06/2008
19/09/2007
Moulaye Ould
Mohamed Laghdaf
14/08/2008
non membre
-
membre
1981
membre
1980
Capitale
Principales villes
Régime
depuis le
Statut à l'OIF
depuis
Langue(s) off.
Fête(s) nationale(s)
POPULATION
Beji Caid Essebsi
27/02/2011
membre
1970
arabe
arabe
arabe
arabe
1er novembre/5 juillet
30 juillet
28 novembre
20 mars/7 novembre
34.994.937
31.968.361
3.281.634
10.629.186
Moins de 15 ans
24,2%
27,8%
40,4%
23,2%
Plus de 65 ans
5,2%
6,1%
3,5%
7,5%
Indice de fécondité
1,75
2,21
4,3
2,03
Mortalité infantile
pour 1000 naissances
25,81
27,53
60,42
25,92
Espérance de vie
74 ans
76 ans
61 ans
75 ans
Population urbaine
66%
58%
41%
67%
Alphabétisation
69,9%
52,3%
51,2%
74,3%
Tél. mobile % hab.
93,24%
79
66,94%
81,72
Usagers internet
13,5%
41%
1,44%
26,70%
IDH (rang /169)
84
116
136
81
L’A N N É E F R A N C O P H O N E I N T E R N A T I O N A L E · 2 0 1 1-2 0 1 2
ECONOMIE
PIB en Mds USD
160,3
103,5
3,799
44,29
PIB par hab. USD
7.300
4.800
2.100
9.400
Monnaie
dinar
dirham
ouguiya
dinar tunisien
Valeur d'1 ¤ été 11
103,41
11,33
396
1,97
% croissance
3,3%
3,2%
4,7%
3,7%
% inflation
3,9%
1%
6%
4,4%
% chômage
10%
9,1%
30% (est. 2008)
13%
8,3%
61,6%
30,1%
17,1%
31,6%
51,3%
12,4%
48,7%
38,9%
10,6%
34,6%
54,8%
Etats-Unis,
Italie, Espagne,
Canada, France
France, Espagne,
Italie, Royaume-Uni
Chine, France,
Italie, Espagne
France, Italie,
Allemagne,
Espagne, Libye
Principaux fournisseurs
France, Italie, Chine
France, Espagne,
Italie, Etats-Unis
France, Chine,
Espagne, Etats-Unis
France, Italie,
Allemagne,
Espagne, Libye
Site officiel
www.elmouradia.dz
www.pm.gov.ma
www.mauritania.mr
www.ministeres.tn
STRUCTURE ÉCONOMIQUE
Agriculture
Industrie
Services
Principaux clients
Sources : Organisation internationale de la Francophonie, The World Factbook 2011, Ministère français des Affaires étrangères, Données des
Nations-Unies, L’Observateur de l’OCDE, Atlaseco, PNUD, Banquez mondiale, www.populationdata.net et www.xe.com
MAGHREB
251
INTRODUCTION GENERALE
surtout un principe de précaution pouvant apparaître comme un prétexte : le maintien de la paix
sociale et l’éradication de l’intégrisme islamique.
C’était négliger l’aspiration de tous les Tunisiens, qui avaient déjà contesté à ce titre la fin du
L’ANNEE DE TOUTES LES CRAINTES ET DE
règne de Bourguiba, à plus de libertés et d’équité,
le souci des classes moyennes et des intellectuels
TOUS LES ESPOIRS
C’est une introduction un peu particulière, mélange
à ne pas se voir dépouillés des acquis d’un demide réflexions personnelles et d’expériences sur le
siècle d’indépendance, la volonté politique d’une
terrain maghrébin, que je donne cette année à cette
diaspora agissante: dès l’annonce des premiers
chronique, que je dirige pour la vingtième année!
troubles à Sidi Bouzid et dans d’autres villes
De Rabat et Alger à Tripoli et Sana’a, le monde
de l’intérieur, en dépit de la mise en place d’un
couvre feu et de l’ordre donné à l’armée de tirer
arabe vit en effet actuellement des événements
à vue, ce sont de milliers de personnes qui vont
brutaux et inattendus, qui nécessitent quelques
se répandre à travers les rues de Tunis, puis de
analyses comparatives.
toutes les grandes villes, en hurlant, le plus souQu’est-ce qui, dans nos précédentes chroniques
vent en français des slogans tels que « Liberté! »
comme sur le terrain, aurait pu laisser présager ce
qui se passe, et surtout la façon dont cela se passe, ou « Ben Ali, dégage! », ce qui finit par être le cas
depuis 8 à 9 mois, dans l’ensemble du monde
le 14 janvier 2011. On passera ici sur les deux
arabe, plus précisément, pour ce qui concerne
ou trois mois délicats qui vont suivre, de heurts
cette chronique, en Tunisie, Libye, Algérie et violents (on estime à plus de cent le nombre de
Maroc (voir ci-après calendrier des événements)? morts de la « révolution de jasmin »), puis de mise
en place de gouvernements de transition plus ou
Sous la férule du Président Zine Al Eddine Ben
Ali, la Tunisie passait jusqu’alors et depuis une
moins bien acceptés et d’épuration en douceur du
vingtaine d’années aux yeux de l’Europe pour le
monde politique et de la haute administration. Il
bon élève du monde arabe, avec un développe- faut à présent repartir à zéro, faire enfin l’expément du PIB de plus de 3%, l’émerrience du multipartisme et procéder
gence d’une classe moyenne et une
à des élections libres, prévues pour
concorde sociale favorable au déveoctobre 2011, d’une Assemblée
loppement d’un tourisme de masse.
Constituante chargée de rédiger
C’est pourtant dans ce contexte que
une nouvelle Constitution.
tout a débuté le 17 décembre 2010,
Au Maghreb comme au Moyenà Sidi Bouzid, une ville déshéritée de
Orient, le soulèvement populaire des
l’intérieur du pays, avec le suicide
classes moyennes va très vite faire
par immolation de Mohamed Bouaztache d’encre, dans des conditions
zizi, un jeune vendeur à la sauvette à
assez similaires : les prix des produits
qui la police avait confisqué son étal.
de première nécessité ont augmenté
Certes, les organisations interdans d’inquiétantes proportions, parnationales ne manquaient pas
tout le chômage atteint un pic (+ 5%
en moyenne en moins de deux ans)
d’attirer régulièrement l’attention
Au Maroc et en Mauritanie (où le
sur les manquements aux droits de
l’homme et à la liberté d’expression;
gouvernement a tenté d’organiser
certes, les procédures coercitives L’immolation par le feu, symbole les 17 et 18 septembre une réunion
du désespoir populaire, s’est
et policières du régime à l’égard de répandue au Maghreb et en
de dialogue entre tous les partis
politiques, largement boycottée
la presse, du net ou de la justice Afrique pour manifester contre
par l’opposition) comme en Algéétaient régulièrement dénoncées des régimes autoritaires ou
par la presse occidentale et plusieurs corrompus.
rie ou en Egypte, on recense en ce
ouvrages virulents commençaient à
début d’année 2011 des dizaines de
pointer du doigt les méthodes du Président ben Ali
tentatives d’immolation par le feu de cadres supéet de ses proches, principalement sa belle-famille, rieurs ou de chômeurs diplômés découragés; des
manifestations de plus en plus impressionnantes
les Trabelsi, qui ont progressivement mis la main
sur l’économie du paysi. Mais le pouvoir en place, occupent les rues de Rabat et de Casablanca,
soutenu au-delà du raisonnable par certains
d’Alger et du Caire. C’est ainsi que, répondant
milieux politiques français, avait beau jeu de
à l’appel lancé sur Facebook par une poignée de
faire valoir les avancées économiques, un niveau
jeunes activistes, 120 000 Marocains investissent
de vie sans équivalent au Maghreb, en dépit de
le 20 février les rues de 53 villes et localités du
Royaume pour réclamer – entre autres revendicagraves disparités entre les classes sociales, entre
tions – une Constitution démocratique.
la zone côtière touristique et l’intérieur du pays, et
L’A N N É E F R A N C O P H O N E I N T E R N A T I O N A L E · 2 0 1 1-2 0 1 2
Guy DUGAS
Université Montpellier 3, directeur de
l’IRIEC
[email protected]
L’A N N É E F R A N C O P H O N E I N T E R N A T I O N A L E · 2 0 1 1-2 0 1 2
252
MAGHREB
Mohammed VI, roi du Maroc, va
alors prendre une décision historique: dans ses discours du 9 mars
et du 17 juin 2011, il annonce une réforme de la monarchie qu’il incarne
en « monarchie constitutionnelle,
démocratique et sociale » préparée par un conseil constitutionnel
élargi à de nombreux intellectuels,
et propose pour cela un référendum.
Cette réforme, vivement saluée par
l’opinion publique internationale,
est adoptée par le peuple à une
large majorité – plus de 98% de
oui – le 1er juillet. Mais la tension
sociale demeure, en dépit de l’anticipation au 25 novembre 2011 des Cette place du 14ème arrondissement de Paris porte depuis juin le nom du jeune
élections législatives prévues pour Tunisien Mohamed Bouazizi, dont l’immolation par le feu à Sidi Bouzid, le
septembre 2012 : dénonciation par 27 décembre 2010, a marqué le début de la révolution de jasmin (lcc LPLT)
le mouvement du 20 février d’un
« scrutin illégal », nouvelles immolations par le
qu’en Tunisie ou qu’au Maroc dans des relations
compromettantes et motivée par l’énorme enjeu
feu à Berkane et Sebta et affrontements entre la
police et de jeunes chômeurs diplômés dans dif- de relations économiques à venir, la France y est
férentes villes du Royaume.
immédiatement intervenue pour prendre la tête
En Algérie, la corruption, le chômage, la hausse
d’une coalition d’aide aux insurgés. En septembre
des prix de base n’ont pas davantage épargné le
2011, le voyage à Benghazi et Tripoli du Président
peuple. Dans ces premiers mois de 2011, les Algé- Sarkozy et du premier ministre britannique David
riens se montrent eux aussi sensibles aux événe- Cameron sonne comme le premier succès de la
ments des pays voisins que commentent sans fin
politique euro-méditerranéenne de la France.
certains blogs et autres pages de réseaux sociaux
Concluons. Au-delà des singularités propres
désormais libérés. Des tentatives d’immolation, à chaque pays et à chaque peuple, nous nous
nous l’avons noté, ont également eu lieu dans
sommes efforcé de mettre en évidence dans cette
ce pays durant l’hiver 2010-2011. En janvier et
introduction nombre de points communs à tous
février, des marches de protestation conduites par ces mouvements. L’enthousiasme avec lequel la
la jeunesse exigent un changement de régime. En
France a salué la politique d’ouverture au Maroc
avril, le Président Bouteflika réplique en annon- et en Mauritanie, l’aide très efficace apportée à
çant une hausse très significative des salaires des
l’émergence d’une nouvelle république libyenne,
fonctionnaires et une série de réformes politiques
la récupération de la révolution tunisienne
profondes. Et le 12 septembre 2011, le gouverne- d’abord incomprise sont autant de réponses aux
ment donne son feu vert à l’ouverture de l’audio- aspirations de ces peuples à un certain modèle de
visuel, à la dépénalisation du délit de presse et à « démocratie à l’occidentale », basé sur la liberté et
une nouvelle loi sur les partis politiques. Ce qui
la responsabilité individuelles, le multipartisme,
la constitution de contre-pouvoirs.
ne satisfait que partiellement aux revendications
populaires. Dans ce pays, néanmoins, les meurMême si l’Union pour la Méditerranée, si chère
trissures de la « décennie noire » sont loin d’être
au président français mais quasiment en panne
cicatrisées et l’opinion publique ne semble pas
depuis sa création en 2008, n’est pas pour autant
prête à des formes d’action.
pour demain – en effet, qui sait quand et avec
Parce que la Lybie s’est toujours située très loin
qui pourra se tenir le prochain sommet des chefs
d’Etat de l’UpM, par deux fois reporté en 2010 du
de la francophonie institutionnelle, il n’a guère
été dans nos habitudes de parler de ce pays dans
fait du conflit israélo-palestinien? – c’est, paradocette chronique maghrébine, bien qu’il ait été dans
xalement, de cette tourmente que peuvent surgir
un passé proche le premier à revendiquer le lea- les conditions les plus favorables à l’entente entre
dership d’un Grand Maghreb Arabe. Nous devons
les rives méditerranéennes. Reste à savoir quel
en dire un mot cette année, non seulement parce
sera le score obtenu par les partis islamiques lors
que dans la forme sous laquelle elle se déroule, des prochaines élections en Libye, en Tunisie ou
la révolte populaire contre le pouvoir de Kadhafi
au Maroc, et par suite leur capacité à infléchir dans
semble tout à fait comparable à celle des pays
un tout autre sens la dynamique qui s’y exprime
actuellement. }
voisins, mais surtout parce ce que celle-ci s’est
faite aussi, loin des principes de la charia et des
i. Citons notamment : Notre ami Ben Ali. L’envers du « mimodes opératoires de l’islamisme radicalii, au
racle tunisien », de Nicolas Beau et Jean-Pierre Tuquoi
nom de certains principes occidentaux de liberté,
(éd. La Découverte, 1999 ; rééd en poche en 2011),
d’égalité et de démocratie, si ce n’est de laïcité
La Régente de Carthage de Nicolas Beau et Catherine
comme en Tunisie. Du coup, moins empêtrée
MAGHREB
Graciet (La Découverte, 2009), ainsi que les deux fascicules de Mohamed El Boussaïri Boluebdelli : Le Jour
où j’ai réalisé que la Tunisie n’est plus un pays de liberté
et Livre blanc sur la mise à mort de l’Université libre de
Tunis, téléchargeables sur www.bouebdelli.org. Plus
tardif, le témoignage de Lotfi ben Chrouda, majordome
de la première dame de Tunisie : Dans l’ombre de la
Reine (Michel Lafon, 2011), en dit long sur le train de
vie de la famille Trabelsi.
ii. Ce qui semble donner raison à Gilles Kepel qui, il y a
déjà dix ans, annonçait dans son essai Jihad. Expansion
et déclin de l’islamisme (Gallimard, 2000) l’alternative
dans laquelle allait bientôt se trouver l’islamisme
radical dans le monde arabe : se couper des masses
populaires ou se fondre en elles sous des apparences
beaucoup plus modérées. Le 20 juillet 2011, dans
un entretien au Monde Hors série, « la Décennie Ben
Laden », il ajoute : « Aujourd’ hui, l’enjeu des révolutions dans les deux pays, la Tunisie et l’Egypte, où elles
ont réussi à passer au stade 2, c’est-à-dire à renverser le
régime en place, c’est de savoir si les classes moyennes
entrepreneuriales libérales seront capables de satisfaire les besoins de la masse de la population ou si, au
contraire, leur incapacité à assurer le rôle d’une véritable
bourgeoisie alimentera le vote islamiste lors des scrutins
à venir. Dans cette éventualité, on ne peut pas écarter de
nouveaux recours à l’armée. »
253
POUR EN SAVOIR PLUS
Tahar Ben Jelloun : Par le feu. Paris, Gallimard, 2011
L’étincelle. Paris, Gallimard, 2011
Ahmed Bensaada, Arabesque américaine – Le rôle des
Etats-Unis dans les révoltes de la rue arabe, éditions
Michel Brûlé, Montréal, Canada, 2011
Féthi Benslama, Soudain la révolution ! De la Tunisie
au monde arabe : la signification d’un soulèvement,
Paris, Denoël, 2011
Mathieu Guidère, Le choc des révolutions arabes, Paris, éditions Autrement, 2011
Moncef Marzouki : Dictateurs en sursis : une voie démocratique pour le monde arabe, Les Editions ouvrières/Les Éditions de l’Atelier, 2009
Abdelwahab Meddeb : Printemps de Tunis. La métamorphose de l’Histoire. Paris, Albin Michel, 2011
Olivier Piot : La Révolution tunisienne. Dix jours qui
ébranlèrent le Monde Arabe, Paris, éd. Les Petits
matins, 2011
ALGERIE
régime électoral, la loi sur les partis politiques, la
loi relative à la représentation des femmes dans
les assemblées élues, la loi sur les cas d’incompatibilité avec le mandat parlementaire, le mouvement associatif, la loi sur l’information et la loi
dépénalisant l’acte de gestion des entreprises
POLITIQUE L’année politique 2010 s’est
publiques. Une commission a été installée à cet
achevée en décembre par un
effet et un consensus général s’est dégagé pour
procès relatif à l’attentat contre
de vastes réformes à soumettre au parlement, à
le cortège présidentiel du 6 sepl’exception de la nouvelle constitution qui fera
l’objet d’un référendum.
tembre 2007 à Batna, lequel a
fait 25 morts dans la foule qui atSur le terrorisme qui sévit encore notamment
tendait le président. De lourdes
dans le Sahel, un centre de renseignements a été
peines, y compris la peine
installé à Alger le 29 septembre 2010 et l’Algérie
capitale, ont été prononcées.
n’a cessé de plaider pour le non-paiement de
En janvier 2011, des révoltes
rançons. Quant à la corruption qui gangrène les
populaires et particulièrement Le président Bouteflika institutions et la société, une commission ad hoc
(lcc Ricardo Stuckert)
de jeunes ont éclaté pendant
a été installée le 3 janvier 2011, à la faveur d’une
une semaine dénonçant la dégradation de leur nouvelle loi relative à la lutte contre ce phénomène.
pouvoir d’achat suite à des décisions augmentant
Enfin, longtemps interdite en Algérie, une réédiquelques produits de consommation de première
tion en 2011 à Alger de l’œuvre complète de Ferhat
nécessité (sucre et huile de table). S’en est suivi Abbas est entamée, y compris un livre posthume
le début de nouveaux comportements suicidaires, « Demain se lèvera le jour ».
des immolations par le feu devenues courantes.
Le 23 février 2011, levée de l’état d’urgence
ECONOMIE
institué le 9 février 1992. Cette disposition est
L’Algérie comptait 36,3 millions d’habitants au
accompagnée des mesures renforçant le rôle 31 décembre 2010, soit un taux de croissance
de l’armée en cas de lutte contre le terrorisme. de 2% par an (source : Office National des Statistiques). Elle connaît une aisance financière
Le 15 avril 2011, discours du président de la
république annonçant une réforme du système
(155 Milliards USD de réserves de change en 2010,
politique algérien portant notamment sur la révi- source ‘’Banque d’Algérie’’) due principalement à
sion de la Constitution et des lois suivantes : le
un excédent de la balance des paiements. En effet,
L’A N N É E F R A N C O P H O N E I N T E R N A T I O N A L E · 2 0 1 1-2 0 1 2
Hamid NACER KHODJA
Université de Djelfa, Algérie
[email protected]
254
MAGHREB
au 31-12-2010, celui-ci a été de 16,45 Milliards
USD, soit 56,66 Milliards USD d’exportations dont
97,14% d’hydrocarbures et 40,21 Milliards USD
d’importations (source: Douanes algériennes).
Cette bonne santé macro économique n’a pas
réduit le malaise social puisqu’il est enregistré
112 878 émeutes en 2010 et une pratiquement
chaque jour en 2011. Suite aux manifestations de
janvier 2011, le gouvernement a pris un ensemble
de mesures économiques et sociales en faveur du
soutien des prix, du chômage (le taux officiel de
10,2% est très contesté), du logement et de l’amélioration du service
public. Cependant,
la réduction des importations et la lutte
contre la marché
informel par l’introduction du chèque
n’a pas abouti tandis
que le manque de liquidités persiste au
niveau des banques
et autres institutions
financières, en dépit
du lancement d’un
billet de 2 000 DA
et du renforcement
de la lutte contre
Ferhat Abbas, redevenu légitime
les faux-monnayeurs.
en son pays
ALGERIE
GEOGRAPHIE
Deuxième plus grand pays d’Afrique, occupé à près de
85 % par le désert (Sahara). Seulement 3 % des terres
sont cultivées.
Grandes ressources pétrolifères.
HISTOIRE
1830 Prise d’Alger : début de la colonisation française.
L’A N N É E F R A N C O P H O N E I N T E R N A T I O N A L E · 2 0 1 1-2 0 1 2
1954-1962 Guerre franco-algérienne, qui prend fin
avec les accords d’Evian (18 mars) et l’indépendance
(1er juil.).
1963 Ahmed Ben Bella, président.
1965 Coup d’Etat de Houari Bou-médiène.
1979 Chadli Bendjedid lui succède.
1988-1991 Montée du FIS (Front islamique du salut),
qui l’emporte aux municipales de 1990. Aux législatives
de 1991, le FIS va vers la majorité absolue ; le processus
électoral est interrompu. Début du terrorisme.
1992 Assassinat du président Boudiaf.
1995 Liamine Zéroual est élu président de la
République. Les assassinats se succèdent malgré la
répression.
1996 Référendum constitutionnel renforçant les
pouvoirs du président.
1999 Démission du président Zéroual. Abdelaziz
Bouteflika, lui succède, et obtient 98,5 % de « oui » au
référendum sur la concorde civile.
2002 Agitations violentes en Kabylie.
Dans le cadre d’une politique protectionniste
initiée depuis 2009, deux autres faits importants
sont à signaler: le durcissement des conditions
d’accès aux marchés publics, d’une part, la renégociation de l’accord Union Européenne-Algérie
en vue notamment de reporter la zone de libreéchange en 2020 et non 2017, d’autre part.
Décès :
X l’économiste français d’inspiration marxiste
Gérard Destannes de Bernis (1928-24 décembre
2010), un des principaux conseillers de la stratégie algérienne de développement de l’Algérie
de Boumediene, avec notamment l’introduction
du concept et de la politique des « industries
industrialisantes ». Il a été professeur d’économie de 1963 à 1970 à l’université d’Alger, puis
à l’université de Grenoble où il a fait l’essentiel
de sa carrière.
X l’économiste algérien communiste Ahmed
Akkache (1926-2010), père de la législation
algérienne du travail, également écrivain (romans
historiques de l’Antiquité et récit, « L’Evasion »,
Alger, SNED, 1973, préface de Kateb Yacine).
CULTURE L’année est dominée par « Tlemcen, capitale de la
culture islamique en 2011 », qui débuta le 16 avril
2011, avec un hommage à Mohamed Dib à travers
une pièce théâtrale « Au café Romana » (tirée du
recueil de nouvelles « Au café »), jouée en français, arabe et tamazigh; la réédition de son œuvre;
un colloque international et l’attribution du Prix
Mohamed Dib élargi aux trois langues du pays.
Les écrivains algériens continuent à être consacrés. Relevons cette année 2011 que le critique
au Figaro littéraire, Mohamed Aissaoui reçoit en
décembre 2010 le Prix Renaudot de l’essai pour
son livre L’Affaire de l’esclave Furcy (Paris, Gallimard, 2010). Boualem Sansal obtient le prix de
la paix des libraires allemands 2011; Le Grand
Prix de littérature Henri Gal, Prix de l’Institut de
France, doté de 40.000 euros, a récompensé le
romancier algérien francophone Yasmina Khadra
(2011); le prix Goncourt 2011 de la nouvelle est
attribué à Kamel Daoud pour son recueil Le Minotaure 504 paru aux Editions Sabine Werspierser
(déjà édité en Algérie sous le titre La Préface du
nègre chez Barzakh, éditeur couronné du Grand
Prix Prince Claus 2010 des Pays-Bas d’un montant
de 100 000 euros).
Le 21e festival international du livre et du film
Etonnants voyageurs a décerné, le 12 juin 2011,
à Saint-Malo, le prix Ouest-France – Etonnants
voyageurs à Yahia Belaskri pour son roman Si
tu cherches la pluie, elle vient d’en haut (Ed. Vents
d’ailleurs). Pour son roman Liban (2009), Yamilé
Ghebalou-Haraoui, s’est vue attribuer le prix Tahar
Djaout en juin 2011. Enfin, retenons trois décès :
celui de l’auteur algérien Djamel Souidi (19442011), romancier Amastan Sanhadji, l’histoire d’un
prince dans le Maghreb de l’an mille (Paris, L’Harmattan, 2000) et historien (L’Algérie vue du ciel,
avec Yann Arthus-Bertrand, Flammarion, 2009);
MAGHREB
celui de Hamid Skif (1951-2011), poète, journaliste, écrivain; et enfin la disparition de l’islamologue Mohamed Arkoun (1928-2010).
En 2011, le cinéma algérien a raflé plus de
vingt distinctions internationales et a produit une
dizaine de courts métrages dont « Garagouz », de
Abdenour Zahzah, qui a brillé 15 fois sur le plan
255
600 titres. Trois expositions organisées par le Musée des Arts Modernes d’Alger sont à retenir: les
peintres M’Hamed Issiakhem (décembre-janvier
2011) et Mohamed Khadda (mai-juin 2011) à l’occasion du 25è et du 20è anniversaire de leur mort;
une exposition de photographies du Prix Nobel de
littérature 2010 « Mario Vargas Llosa : la liberté et
la vie » (3 mars-2 avril 2011).
Il est à souligner la célébration de
Paul Robert, natif de Chlef (ex-Orléanville) à l’occasion du 30è anniversaire
de son décès et la mort du géographe
français André Prenant (1924-2010),
grand spécialiste et ami de l’Algérie
où il enseigna à l’université d’Alger
de 1962 à 1966.(voir sur le site www.
afi.com.ulaval.ca la bibliographie
sélectionnée)
La grande mosquée de Tlemcen, capitale de la culture islamique
(lcc Noureddine Gori)
Inauguration des festivités à Tlemcen par le président algérien
(lcc Magharebia)
SPORTS
Le football a connu trois événements importants:
le premier championnat professionnel, avec des
clubs érigés en Sociétés par Actions, n’a pas généré les résultats escomptés puisque le sport n’est
pas encore une industrie productive de bénéfices;
le président de la fédération Mohamed Raouraou
a été élu au Bureau exécutif de la FIFA (février
2011); le nouveau directeur de l’équipe nationale
de football, le franco-bosniaque Vahid Halilhodzic,
a signé pour trois ans à compter du 1er juillet 2011.
D’autres manifestations sportives sont à retenir : en novembre 2010 et au Caire, l’Algérie a
battu l’Egypte 50 à 0 au rugby dans un tournoi
organisé par la Fédération Internationale d’un
sport peu pratiqué dans le monde arabe. En boxe,
l’Algérie remporte le 17 décembre 2010 à Alger
la troisième coupe d’Afrique des Nations; les
3-10 juin 2011, elle s’est imposée aux 17è championnat de boxe à Yaoundé (Cameroun), et a été
classée première par équipe.
SCIENCES
Dans le cadre de Desertec (voir AFI 2009-2010,
p 211), et après plusieurs tergiversations et
controverses, puis une visite du président de la
république en Allemagne en décembre 2010, l’Algérie a accepté – dans le cadre de son programme
national des énergies renouvelables 2011-2020
approuvé en conseil des ministres en février 2011 –
de coopérer avec le consortium allemand. }
L’A N N É E F R A N C O P H O N E I N T E R N A T I O N A L E · 2 0 1 1-2 0 1 2
international (2010-2011). Abdelkrim Bahloul
reçoit, pour son film « Un Voyage à Alger », trois
prix : Bayard d’or du meilleur scénario au Festival
de Namur 2010, Tanic d’or du public Aux Journées Cinématographiques de Carthage (2010) et
4 autres prix : deux Prix spéciaux de l’Unicef et
Prix Segnis de l’Association catholique mondiale
pour la communication et celui du meilleur scénario et deux normaux : la meilleure interprétation
féminine (Samia Meziane) au 22è festival panafricain de cinéma à Ouagadougou (mars 2011).
L’année 2011 a débuté surtout par l’adoption
d’une nouvelle loi sur la « cinématographie » en
date du 17 février 2011 et la réouverture de la cinémathèque d’Alger, après plusieurs mois de travaux,
à quoi il convient d’ajouter la récupération d’une
quarantaine de salles en cours de rénovation (sur
les 300 cédées aux Communes). Il est à signaler la
première comédie musicale algérienne « Essaha
» (« La Place »), de Dahmane Ouzid, laquelle a
reçu, pour l’ensemble des comédiens, le prix
d’interprétation masculine et féminine lors du 4è
Festival du film arabe à Oran (décembre 2010) et
le prix Vautier-Bouamari (avril 2011). Le cinéma
algérien a été aussi en deuil avec la disparition de
l’acteur Larbi Zekkal (1928-2010) et de grandes
comédiennes Keltoum (1916-2010) et Nadia Samir
(1956-2011), cette dernière ayant joué avec Alain
Delon et Simone Signoret et ayant aussi été speakerine de TF1 de 1980 à 1987. Rappelons également
le décès du réalisateur franco-algérien Abder Isker
le 14-12-2010 à l’âge de 90 ans. Il était connu pour
des séries télévisées (« Un certain Richard Doria »,
« La Passagère »), notamment avec les scénarios de
Francis Dubridge, et des émissions grand public.
En matière de livre, il y a eu l’installation d’un
Centre National du Livre le 1er septembre 2010 et
l’ANEP (organisme officiel) a été chargé de rééditer
256
MAGHREB
MAROC
On peut même parler de régression au niveau
des libertés au cours de la dernière décennie.
Ainsi, étouffée financièrement, Nichane, version
arabophone de l’hebdomadaire francophone Tel Quel
qui mobilisait une quinzaine de journalistes, disparaît au début du mois d’octobre 2010. Accusé
POLITIQUE
L’événement le plus important de l’année 2011 d’avoir jeté du discrédit sur une décision de la
aura été incontestablement l’appel des jeunes
justice et évoqué des faits non avérés, Rachid Niny,
du Mouvement du 20 février pour le changement
directeur du quotidien arabophone Al Masae (Le
lancé sur Facebook, suivi de conséquences
Soir) est arrêté à la veille du premier mai 2011.
impressionnantes.
Décidé à lui appliquer le code pénal, le Parquet le
En effet, enhardis par le succès des révoltions
condamne à un an de prison ferme et à une amende
tunisienne et égyptienne, 120 000 Marocains in- de 1000 dirhams (1 dirham = 0,09 euro).
vestissent souvent sous la pluie battante les rues
Les relations entre le gouvernement marocain
de 53 villes et localités du royaume pour exprimer et les médias étrangers ne sont pas plus sereines.
haut et fort leurs revendications: dignité, démo- En novembre 2010, il décide de fermer le bureau
cratisation, libération de tous les détenus poli- d’Al Jazeera à Rabat. Il reproche en effet à la chaîne
tiques, réforme de la constitution, instauration
qatarie de ne pas traiter objectivement la situation
d’une monarchie constitutionnelle, séparation des
au Maroc, et en particulier la question du Sahara
pouvoirs, reconnaissance de la langue berbère, et d’avoir reçu dans une émission le journaliste
dissolution du parlement et du
égyptien Mohammad Hassanein
gouvernement, élections libres
Haykal, coupable d’évoquer les
et transparentes, indépendance
liens entre le roi défunt Hassan II
de la justice, lutte contre la coret le Mossad. Il manifeste également son mécontentement à
ruption, enseignement de qualité,
embauche des jeunes…
l’égard des médias espagnols à
Brandissant les drapeaux tunila suite des événements qui ont
siens et égyptiens, par référence
eu lieu au début de novembre
aux révolutions qui ont chassé les
2010 à Laâyoune (accrochages
dictateurs Ben Ali et Moubarak, les
dans un campement entre jeunes
manifestants scandent comme
et forces de l’ordre se soldant par
dans les autres capitales arabes
une dizaine de morts, un policier
ces vers du poète Abou el Kacem
égorgé, des voitures brûlées et
Chebbi: « Le peuple veut vivre/ Le
des édifices publics incendiés).
destin lui obéit/ Le jour se lève/ Et
Plus grave encore, le 25 octobre
Représentation de la maison du poète
les chaînes se brisent. »
2010, Human Right Watch préIls pressent le roi de régner Abou el Kacem Chebbi dans le musée de
sente à Rabat un rapport sur la
Tozeur (lcc Asram)
sans gouverner et de renoncer aux
détention illégale au Maroc où
affaires. Ils désavouent en majorité la classe politique
il est question d’arrestations arbitraires, de non
considérée comme timorée, récupérée, corrompue. respect de la durée de la garde à vue et de torture
Jusqu’alors, les adultes reprochaient aux jeunes d’être
dans un centre secret de détention à Témara, près
apolitiques, voire futiles. Il est ainsi difficile de par- de Rabat.
ler d’exception marocaine, même si les manifestants
En fait, la plupart des revendications des jeunes
ne remettent pas en cause la monarchie, se limitant
activistes ont souvent été formulées timidement
souvent à conspuer les amis du roi (et en particulier par les partis de gauche. Mais ce qui est nouveau
Fouad Ali El Himma, fondateur du PAM comparé volon- et assez déterminant, c’est le contexte régional
tiers au parti du président déchu Ben Ali, et Mounir El
puisqu’on assiste depuis la révolution du jasmin
en décembre 2010 à une forte contestation popuMajidi, gérant des biens du monarque) perçus comme
de véritables prédateurs. Il est clair en effet, que tous
laire dans le monde arabe. Parmi les manifestants,
les pays arabes souffrent pratiquement des mêmes
on distingue des jeunes activistes, des membres
maux. Ils se trouvent dans une situation explosive, d’organisations estudiantines et d’associations
spécialement en raison du mélange de despotisme
de défense de droits de l’homme, des militants
et d’affairisme, du chômage massif et de la corrup- de la gauche radicale, des berbéristes, des milition endémique. Au Maroc, la dynamique réforma- tantes féministes, des habitants de bidonvilles,
trice déclenchée dans les années 90 s’est essoufflée
des islamistes, mais aussi des hommes d’affaires
notamment après les attentats terroristes du 16 mai
comme le milliardaire et promoteur immobilier
2003 à Casablanca qui avaient fait une quarantaine
Miloud Chaâbi et l’industriel Karim Tazi, excédés
de victimes et une centaine de blessés.
par la corruption.
L’A N N É E F R A N C O P H O N E I N T E R N A T I O N A L E · 2 0 1 1-2 0 1 2
Ahmed ISMAÏLI
Professeur honoraire,
université de Meknès
[email protected]
MAGHREB
de la rue? Mais le temps presse. Des pouvoirs
qu’on croyait forts se sont effondrés en quelques
semaines.
Le 27 février, la plupart des membres du Conseil
National de l’USFP exigent la démission des ministres de leur parti du gouvernement de Abbas El
Fassi, incapable à leurs yeux de mettre en œuvre
les réformes nécessaires. Même
la jeunesse du très conservateur
parti de l’Istqlal dont le secrétaire général est en même temps
le premier ministre demande le
19 mars à leurs chefs de quitter
le gouvernement et de tenir un
congrès exceptionnel. De son
côté, la jeunesse du PJD désavoue ses dirigeants qui refusent
de participer aux manifestations
pour ne pas embarrasser le Palais. Quant à la confrérie Justice
et Bienfaisance, elle se joint au
mouvement de protestation au
même titre que la gauche radicale (La Voie démocratique de
Abdellah El Harrif et le Groupe Socialiste Unifié de
Mohamed Moujahid).
Le 9 mars au soir, le roi prononce un discours où
il répond indirectement aux exigences des jeunes
MAROC
GEOGRAPHIE
Pays au relief diversifié (montagnes, riches plaines,
désert) ; double ouverture maritime : Méditerranée
et Atlantique. Agriculture, tourisme, mines (3e pays
producteur de phosphate).
HISTOIRE
VIIIe-XVe s. Conquête par les Arabes qui imposent l’islam
aux Berbères. Les dynasties arabes et berbères se
succèdent.
1830-1912 Pénétration européenne.
1912 Protectorat français. Le maréchal Lyautey, résident
général (1912-1925).
1956 (3 mars) Indépendance. Le sultan Mohammed V
devient roi.
1962 Couronnement du roi Hassan II, chef d’Etat et
commandeur des croyants.
1979 Occupation par le Maroc de l’ensemble de l’ancien
Sahara espagnol, contestée par le Front Polisario qui a
l’appui de l’Algérie.
1992 (sept.) Révision de la Constitution.
1993 Elections législatives.
1996 Révision constitutionnelle visant au
bicaméralisme, voté en 1998.
1999 (23 juil.) Mort d’Hassan II. Son fils Mohammed VI
lui succède.
2000 Entrée en vigueur de l’Accord d’Association
avec l’UE.
2002 (sept.) Elections législatives. Driss Jettou, nouveau
premier ministre.
2003 (mai) Une loi anti-terroriste est votée.
L’A N N É E F R A N C O P H O N E I N T E R N A T I O N A L E · 2 0 1 1-2 0 1 2
Les rassemblements se déroulent dans le calme
en dépit de quelques actes de vandalisme signalés à Marrakech, mais aussi à Larache, Tanger,
Tétouan et Al Hoceima, au nord du Maroc où l’on
découvre cinq corps carbonisés dans une agence
bancaire. D’après certains témoins la police
s’abstient d’arrêter immédiatement les fauteurs
de troubles. Mais des interpellations suivies de procès auront
lieu ultérieurement. Les jeunes
manifestants se donnent un autre
rendez-vous : le 20 mars.
A la suite de l’appel à ces
manifestations, les adversaires
du mouvement du 20 février se
sont appliqués à le discréditer de
diverses manières. Ils ont prétendu que les partisans du changement étaient chrétiens. Sans
doute parce qu’ils comptaient
dans leurs rangs Zineb Ghazoui,
une journaliste qui avait proposé
d’engager, deux ans auparavant, Le PM Abbas El Fassi
un débat sur le ramadan. Ils ont
été en même temps accusés d’alimenter le discours
fanatique et de servir les intérêts de l’Algérie et du
Polisario. Le ministre de la Jeunesse et des Sports
par exemple s’est distingué par la violence de ses
propos contre ces jeunes. Puis le 19 février au soir,
les chaînes de télévision marocaines ont annoncé
que les organisateurs avaient décidé d’annuler
leur manifestation.
Le soir même du 20 février, les mêmes chaînes
présentent la marche comme s’il s’agissait des
rassemblements du 1er mai. Le 21 février, la presse
officielle et la plupart des partis politiques mettent
en avant essentiellement les dégâts provoqués par
les casseurs en montrant du doigt les islamistes
de Justice et Bienfaisance et les gauchistes de la
Voie démocratique soupçonnés de vouloir manipuler les jeunes. En fait, beaucoup de partis sont
dépassés par les événements. Ils sont considérablement affaiblis, domestiqués, souvent coupés de
leur base. Les jeunes, qui constituent la majorité
de la population, ne s’y reconnaissent pas. Ils
se sentent souvent méprisés, abandonnés à leur
sort. Mais de nombreuses formations se fissurent.
Aussi bien l’USFP (socialiste) que le PJD (islamiste
modéré) se scindent en deux camps: partisans et
adversaires du mouvement de contestation.
Au lendemain de ces manifestations, un sitin est organisé sur la place Bab El Had à Rabat.
La police intervient et malmène madame Riyadi,
présidente d’une association de défense de droits
de l’homme. Elle perd connaissance. Ainsi, les
forces de l’ordre se montrent tantôt discrètes,
tantôt répressives. Quant au roi, il parle à propos
de ce mouvement de « démagogie » et d’ « improvisation ». Il évoque aussi « les spécificités marocaines ». Il s’agit néanmoins de calmer les esprits
échauffés des foules. Les régimes arabes restent
en majorité désorientés. Comment lâcher du lest
sans donner l’impression de céder à la pression
257
L’A N N É E F R A N C O P H O N E I N T E R N A T I O N A L E · 2 0 1 1-2 0 1 2
258
MAGHREB
manifestants. Il accepte notamment l’idée d’amender la Constitution et en charge une commission
sous la direction de M. bdeltif
Lemnouni, ancien militant de
gauche. Mais il ne parle guère de
la dissolution du parlement et du
gouvernement. Le Palais invite
néanmoins les partis politiques
à faire des propositions en vue
de réformer la loi fondamentale.
Les membres de la commission ad
hoc étant désignés au lieu d’être
élus, la gauche radicale, par opposition aux autres partis, rejette
cet appel. D’ailleurs, Mohammed Le fameux restaurant Argana victime du terrorisme (lcc Sylvain Machefert)
Tozy, enseignant chercheur et
membre de cette commission se permet d’affir- prononce un autre discours le 17 juin où il expose
mer que l’élite marocaine n’est pas mûre pour le projet de la nouvelle Constitution soumise à référendum le 1er juillet 2011. Au lieu d’être nommé
la démocratie!
Le 13 mars, la police disperse les manifestants
par le monarque, le premier ministre sera issu du
parti ayant obtenu le plus de voix aux élections
à Casablanca en les rouant de coups. Mais d’autres
rassemblements ont lieu le 20 mars pour maintenir législatives. Il pourra désigner les hauts responla pression sur le Pouvoir et signifier que les pro- sables de l’administration hormis les militaires, et
messes du Palais demeurent insuffisantes. Tout en
donner son avis en cas de décision de dissoudre
réitérant leurs exigences, les jeunes constituent
le parlement. Le même projet de Constitution
des cordons servant à protéger les magasins et
reconnaît les principes des droits de l’homme et
les édifices publics. De son côté, le gouverne- promet l’indépendance de la justice. Le souverain
ment commence à céder. Il accepte d’augmenter continuera néanmoins à nommer les magistrats.
les salaires et de libérer des détenus politiques. Il demeure le Commandeur des croyants. Il règne
Quant à El Himma, le très puissant ami du roi, il
et gouverne un Etat islamique garantissant la
se montre de plus en plus discret.
liberté de culte et accordant au berbère le statut
Mais le 28 avril 2011 à 11 h du matin, une ex- de langue officielle au même titre que l’arabe.
plosion d’origine criminelle a lieu au café Argana
Si, dans leur majorité, les partis sont satisfaits,
fréquenté essentiellement par des touristes et
le mouvement du 20 février appelle à de nouvelles
donnant sur la célèbre place de Djamaa El Fna
manifestations le 19 juin. Il estime en effet qu’on
de Marrakech. Bilan: 16 morts (dont 8 Français, est encore loin de la monarchie constitutionnelle.
Ses militants seront physiquement agressés par
2 Canadiens et 2 Marocains) et 23 blessés. Trois
jours plus tôt, Al-Qaïda a menacé le Maroc de le
des bandes de jeunes se disant royalistes. D’après
punir d’avoir persécuté des intégristes salafistes, le ministre de l’Intérieur Taïb Cherkaoui, le taux de
mais l’attentat n’est pas revendiqué. Si les Maro- participation au référendum du 1er juillet s’élève
à 72 %, et le « oui » à la réforme proposée par le
cains dénoncent unanimement cet acte odieux, ils
ont surtout peur que le processus de démocrati- souverain atteint 98 % des suffrages exprimés.
Concernant le problème du Sahara, le gouversation soit de nouveau sérieusement compromis.
D’ailleurs, à la surprise générale, les lointains
nement exprime sa satisfaction à la suite de la
pays du Golfe proposent au Maroc d’adhérer à
décision de l’ONU de renouveler le mandat de la
Minurso et de demander à l’Algérie d’accepter de
leur Conseil de Coopération alors qu’ils ont refusé
précédemment une demande d’adhésion de leur recenser les habitants du camp de Tindouf. Mais
voisin immédiat, le Yémen. La gauche radicale
comme d’habitude, les pourparlers entre le Maroc
marocaine rejette énergiquement cette initiative. et le Polisario n’aboutissent à rien de concret.
Selon elle, en cette période de soulèvements populaires, les monarchies de la région sentent le
ECONOMIE
besoin de se serrer les coudes : l’Arabie Saoudite
A la mi-octobre 2010, le taux de croissance prévu
a bien mobilisé ses troupes pour mater le mouve- est de l’ordre de 5 %, le déficit budgétaire fixé à
ment de contestation au Bahreïn.
3,5 % contre 4 % l’année précédente, et l’inflaDe nouveau, le 22 mai 2011, les brigades
tion à 2 %. D’autre part, dès les premiers mois de
anti-émeute font preuve d’une rare violence à
l’année 2011, les exportations des phosphates et
dérivés ont enregistré une hausse considérable:
Casablanca, à Rabat, à Fès et dans d’autres villes
encore. Un manifestant de 29 ans meurt le 2 juin à 10,20 milliards de dirhams contre 6,56 milliards
l’hôpital de Safi, au sud du Maroc. Licencié en phy- en 2010, soit une augmentation de 55,6 %. Selon
sique, Kamal Ammari travaillait comme gardien
les statistiques, globalement, les exportations
au port de la ville. Le mouvement du 20 février le
sont en progression : 26,8 % contre 11,5 % en
considère comme son premier martyr. Mohamed VI 2010. M. Salaheddine Mezouar, ministre des
MAGHREB
Finances n’hésite pas dans ces conditions à parler
de reprise économique. En outre, le gouvernement affiche sa volonté d’encourager notamment la
consommation et de promouvoir les programmes
d’investissement. Il accorde une importance particulière à certains secteurs tels que l’agriculture, le
tourisme, l’habitat, l’offshore, l’automobile, l’aéronautique et l’énergie.
Afin de réduire la dépendance aux importations
coûteuses telles que le pétrole, le gouvernement
s’efforce aussi de développer des énergies renouvelables et propres. Le pays dispose déjà d’un
important potentiel éolien au nord (Tanger et
Tétouan) et au sud (Essaouira, Tarfaya et Dakhla).
259
de touristes en 2020. Cela nécessite évidement
la mise en place de nouvelles infrastructures et la
construction de nouveaux hôtels.
Deux autres grands projets méritent d’être
signalés : Tanger Méd. et le tramway de Rabat
Salé. La gestion de ce système de transport en
commun desservant la capitale et la ville de Salé
est confiée à deux sociétés : Veolia Transport et
Transdev. Le coût du projet s’élève à 3,8 milliards
de dirhams et la mise en circulation du tramway
débute le 23 mai 2011. Opérationnel dès 2007, le
port Tanger Méd. occupe une position stratégique
très importante dans la mesure où il se trouve
notamment à 14 km des côtes européennes. Comportant deux terminaux à conteneurs,
il se situe à proximité de trois sites
majeurs : une zone franche d’activités
industrielles et logistiques, l’enclave
de Ceuta et le détroit de Gibraltar, voie
de passage de commerce maritime que
traversent 100 000 bateaux par an. Il
est appelé à devenir l’un des plus grands
ports du continent africain. Dans la zone
industrielle le groupe franco-nippon Renault-Nissan envisage de construire une
usine capable de produire annuellement
200 000 véhicules.
Le tout nouveau tramway de Rabat (lcc Atlastransportpublic)
Il bénéficie également d’un gisement solaire remarquable: plus de 3000 h/an d’ensoleillement.
Cela permet de mettre en œuvre, dès novembre
2009, un vaste programme intégré de production
d’électricité à partir de l’énergie solaire.
La 6ème édition du Salon International de
l’Agriculture de Meknès (SIAM) est programmée
du 27 avril au 1er mai 2011. Cette manifestation
s’inscrit dans le cadre du Plan Maroc Vert visant,
selon les organisateurs, à « promouvoir une agriculture moderne à forte valeur ajoutée ». Trente pays
sont invités à y participer. Les organisateurs prévoient initialement de recevoir 800 exposants et
650 000 visiteurs. Mais au cours de l’hiver 2010,
les intempéries provoquent des dégâts matériels
considérables : des inondations ont lieu notamment à Casablanca où des quartiers industriels
sont submergés suite aux crues de oued Bouskoura.
Des pluies tardives compromettent également les
récoltes céréalières.
De son côté, le ministère du tourisme a élaboré
un ambitieux plan de développement de ce secteur
pour la décennie à venir. Il s’agit en effet de doubler les recettes tirées de cette activité pour en faire
le plus grand secteur de l’économie nationale après
l’agriculture et de faire du Maroc la 20ème destination
touristique du monde. En dépit de l’effet dévastateur
que risque d’avoir l’attentat du 28 avril 2011 à Marrakech, le royaume espère accueillir 20 millions
L’A N N É E F R A N C O P H O N E I N T E R N A T I O N A L E · 2 0 1 1-2 0 1 2
CULTURE
La 17° édition du SIEL (Salon International de l’Edition et du Livre) de
Casablanca a ouvert ses portes du 11
au 20 février 2011. Mais de nombreux
invités de marque n’ont pu faire le déplacement. C’est le cas des écrivains français Robert
Solé, Marc Dugain, Alexandre Jardin et de l’auteur
égyptien Gaber Osfour. Par ailleurs, mécontents
de la politique et des agissements de Bensalem
Himmich, l’actuel ministre de la Culture, se traduisant notamment par des réductions de budgets et
une remise en cause des faibles acquis, des chanteurs et des acteurs, des écrivains et des artistes
lui ont demandé publiquement de démissionner.
Néanmoins, comme chaque année, plusieurs
festivals de cinéma et de musique ont été organisés en 2010 et en 2011. Ainsi, la 10° édition
du Festival International du Film de Marrakech
a eu lieu du 3 au 11 décembre 2010 en présence
de nombreuses vedettes comme Francis Coppola,
Gad el Maleh, Faouzi Bensaïd, Sophie Marceau,
Catherine Deneuve, Claude Zidi, Leila Bekhti et
Lee Chang Dong. Le jury du long métrage a été
présidé par le scénariste et réalisateur américain
John Malkovich. Celui de la 8° édition du Festival
du Court-métrage Méditerranéen a été dirigé par
le poète et écrivain Abdellatif Laâbi. En mars 2011,
le Festival International du Film Méditerranéen a
rendu hommage au réalisateur marocain engagé
Abdelkader Laqtaa et au cinéaste égyptien Daoud
Abdessaeid. En octobre 2010, Daoud Oulad Syad
a obtenu au Festival International du Film Francophone à Namur, en Belgique, le prix du meilleur
scénario pour son film La Mosquée.
260
MAGHREB
L’A N N É E F R A N C O P H O N E I N T E R N A T I O N A L E · 2 0 1 1-2 0 1 2
Le stade flambant neuf de Marrakech (lcc love)
De nombreux films ont été réalisés récemment :
Tu te souviens de Adil ? de Mohamed Zineddaine,
Kandisha de Jérôme Cohen Olivar et Fissures de
Hicham Ayouch, Les Ailes du désir de Lraki, Femmes
en miroir de Saâd Chraïbi. La Russie a été l’invité
d’honneur de la 11ème édition du Festival International du Cinéma d’Animation de Meknès (FICAM) qui
a eu lieu entre le 15 et le 20 avril 2011. Beaucoup
d’intellectuels boudent cependant les activités
de l’Institut en raison de l’attitude de la direction
jugée souvent arrogante à l’égard du public.
La 7ème édition du Festival des Andalousies
Atlantiques consacrée à la musique s’est déroulée à
Essaouira du 28 au 31 octobre 2010 et la 11ème édition Jazz à Tanger du 22 au 26 septembre 2010.
Malgré l’opposition farouche du Mouvement
du 20 février qui s’élève contre certaines manifestations culturelles extrêmement onéreuses,
l’association Maroc Cultures a pu organiser du
20 au 28 mai 2011 la 10ème édition du festival
Mawazine Rythmes du Monde. Elle a réussi à faire
venir à Rabat des artistes de renommée mondiale :
Cat Stevens, Joe Cooker, Shakira, etc. Enfin, Julia
Boutros, Elena Ledda et Youssou Ndour ont chanté
au début du mois de juin 2011 à Fès à l’occasion
de la 17ème édition des Musiques sacrées du Monde
SPORTS
En 2010, le budget alloué au ministère de la jeunesse et des sports est réduit par rapport aux
années précédentes. Néanmoins, s’inspirant d’une
lettre royale datant du 24 septembre 2008, le
même ministère entend suivre une stratégie étalée sur six ans et pratiquer une politique visant
à organiser des rencontres sportives à caractère
international. Dans cette perspective, deux grands
stades coûtant chacun un milliard de dirhams
(environ 90 millions d’euros) ont été inaugurés :
l’un à Marrakech le 5 janvier 2011, et l’autre à
Tanger le 26 avril de la même année. Erigé sur
une surface totale de 58 hectares, le premier
est d’une capacité de 45 240 places assises.
Baptisé Ibn Batouta (du nom d’un grand voyageur
tangérois du XIVème siècle), le
second qui contient 45 000 places
est construit sur 84 hectares. Les
deux terrains répondent aux normes
internationales les plus strictes en
matière de football et d’athlétisme.
En outre, faisant partie du
groupe D des éliminatoires de la
Coupe d’Afrique des Nations (CAN)
à l’instar de l’Algérie, la Tanzanie
et la République centrafricaine, le
Maroc affronte le 9 octobre 2010 la
sélection tanzanienne à Dar Salam.
Les Lions de l’Atlas gagnent 1 but à
0. On commence alors à croire au renouveau du football marocain. Mais
lorsque le onze national se rend le
27 mars 2011 à Annaba en Algérie, il
se fait battre par les Fennecs (un but
à zéro). Les Lions de l’Atlas prendront leur revanche le 4 juin 2011 à Marrakech en
écrasant l’équipe algérienne (4 buts à 0).
A l’échelle nationale, un match opposant le
20 août 2010 la Jeunesse Sportive de Kasbat Tadla
(JS) aux Forces Armées Royales (FAR) donne le
coup d’envoi à la 55ème édition du Championnat du
Maroc de football. D’autre part, l’équipe de Rabat
(FUS), bat celle de Fès (MAS) le 25 novembre 2010
(2 à 1), devenant ainsi le vainqueur de la Coupe
du Trône. La même formation réalise en fait une
double victoire dans la mesure où elle remporte
également le 10 mars la finale de la Coupe de
la Confédération Africaine (CAF) contre le club
tunisien Sfax en match retour (3 à 2). Mais les
deux équipes les plus puissantes des 16 meilleurs
clubs marocains demeurent le Raja et le Wydad
de Casablanca.
Dans le domaine de l’athlétisme, le jeune coureur marocain Jawad Gharib qui avait obtenu une
médaille d’argent aux jeux olympique de Pékin,
arrive en tête du Marathon International de
Fukuoka, au Japon, au début de décembre 2010.
De même, vainqueur du Tour du Mali en 2010,
son compatriote Mohsine Lahsaini remporte la
24ème édition du Tour du Maroc organisée par la
Fédération Royale Marocaine entre le 24 mars et
3 avril 2011. }
BIBLIOGRAPHIE
Omar BENDOUROU, Le Régime politique marocain,
Editions Dar al Qalam, Rabat, 2000.
Tahar BENJELLOUN, Becket et Genet,un thé à Tanger,
Gallimard, 2010
Tahar BENJELLOUN, Jean Genet, menteur sublime, Gallimard, 2010
Tahar BENJELLOUN, L’Etincelle, Gallimard, 2011.
Tahar BENJELLOUN, Par le feu, Gallimard, 2011.
Ignace DALLE, Les trois rois, Fayard, Paris, 2005.
Ignace DALLE, Hassan II, entre tradition et absolutisme, Fayard, 2011.
Youssef-Amine ELALAMY, Oussama, mon amour, La
Croisée des chemins, 2011.
MAGHREB
Abdallah HAMMOUDI, Maîtres et disciples. Genèse et
fondements des pouvoirs autoritaires dans les
sociétés arabes, Maisonneuve et Larose et Toubkal, Paris et Casablanca, 2001.
Fouad LAROUI, Une Année chez les Français, Julliard,
2010.
Mohamed LEFTAH, Hawa, La Différence, 2010.
Marguerite ROLLINDE, Le Mouvement marocain des
droits de l’homme, Karthala, Paris, 2002.
Abraham SERFATY et Christine DAURE, La Mémoire de
261
l’autre, Tarik Editions, Casablanca, 2002.
Benjamin STORA, Algérie, Maroc :histoires parallèles,
destins croisés, Maisonneuve et Larose et Tarik,
Paris et Casablanca, 2002.
Abdellah TAÏA, Le Jour du roi, Le Seuil, 2010.
Jean-Pierre TUQUOI, Majesté, je dois beaucoup à votre
père, Albin Michel, Paris, 2006.
Pierre VERMEREN, Le Maroc en transition, La Découverte, Paris, 2001.
Agrégé de lettres classiques, enseignant, poète,
romancier et critique littéraire, Jean-Pierre Koffel s’éteint le 2 novembre 2010, à l’âge de 78 ans.
Né à Casablanca en 1932, il a toujours été très
attaché au Maroc. Découvreur de talents, il a
créé et dirigé de nombreuses associations littéraires telles que l’APEC (Association pour la
Promotion des Ecrivains) et les APLM (Amitiés
Poétiques et Littéraires du Maroc) ainsi que la
revue Agora consacrée à la poésie, et la collection Côté Maroc dédiée à la nouvelle et publiée
aux éditions Marsam. Jean-Pierre Koffel est
également l’auteur de plusieurs ouvrages (Nous
l’appellerons Mehdi, Le Fennec, 1994, Prix Atlas
1995, Des pruneaux dans le tagine, Le Fennec,
1995, Pas de visa pour le paradis d’Allah, Le Fennec, 1997, L’inspecteur Kamal fait chou blanc, Le
Fennec, 1998, La cavale assassinée, Traces du
présent, 1998, Rapt à Ineziane, Le Fennec, 2000,
C’est ça que Dieu nous a donné, Marsam, 2003,
Ptolémée de Maurétanie, le dernier Pharaon, en
collaboration avec Josiane Lahlou, 2005, Anthologie de la poésie de langue française au Maroc,
2005, Dalal mon amour, Marsam, 2007).
Né dans une famille juive marocaine le
30 mars 1917 à Safi, au sud du Maroc, l’écrivain et intellectuel engagé Edmond Amran El
Maleh est décédé le 15 novembre 2010 à Rabat.
Après avoir été professeur de philosophie dans
un lycée de Casablanca, il quitte le Maroc en
1965 pour Paris où il enseigne la même discipline tout en exerçant le métier de journaliste.
A l’âge de 63 ans il commence à publier des
romans et des nouvelles où il évoque un Maroc
pluriel : arabe, juif et berbère. En 1996, il obtient le Grand prix du Maroc pour l’ensemble
de son œuvre composée des textes suivants :
Parcours immobile, Maspéro, 1980, Aïlen ou la
nuit du récit, La Découverte, 1983, Jean Genet,
Le Captif amoureux et autres essais, La Pensée sauvage/Toubkal, 1988, Mille ans, un jour,
La Pensée sauvage,1986, Le Retour d’Abou El
Haki, La Pensée sauvage, 1990, Abner, Abnour,
La Pensée sauvage/Le Fennec, 1996, La maIle
de Sidi Maâchou, Al Manar, 1998, Le café bleu.
Zrirek, La Pensée sauvage, 1999, Une femme,
une mère , La Pensée sauvage, éditions Lixus,
2004, Lettres à moi-même , Le Fennec, 2010.
Issu lui aussi d’une famille juive, Abraham Serfaty (Casablanca 16 janvier 1926 – Marrakech
18 novembre 2010) est l’un des plus célèbres militants marxistes marocains. A l’instar de Amran El
Maleh, Serfaty est un enseignant progressiste et
un fervent défenseur de la cause palestinienne.
Il paie cher ses engagements politiques puisqu’il
est torturé sous le Protectorat français et après
l’indépendance. Condamné à l’exil après un séjour
de 17 ans dans les geôles de Hassan II, qui ne
lui pardonne pas entre autres son soutien aux
indépendantistes sahraouis, il rentre au Maroc
en 1990 au lendemain de l’intronisation de Mohamed VI. Il est alors reçu triomphalement par ses
sympathisants dont certains lui reprocheront
de ne plus tenir tête au régime. Parmi ses écrits,
on peut citer : (avec Mikhaël Elbaz) L’Insoumis,
Juifs, Marocains et rebelles, Desclée de Brouwer,
2001 ; Le Maroc du noir au gris, Syllepse, 1998 ;
La Mémoire de l’autre, Stock, 1993 ; Dans les prisons du Roi - Écrits de Kénitra sur le Maroc, Éditions
Messidor, Paris, 1992 ; Écrits de prison sur la Palestine, Éditions Arcantère, 1992, Éditions Rahma,
Alger,1992 ; Lutte antisioniste et Révolution Arabe
(Essai sur le judaïsme marocain et le sionisme), Éditions Quatre-Vents, 1977.
Lauréat de l’IDHEC, le poète et cinéaste Ahmed
Bouanani se spécialise dans le montage cinématographique. Il réalise de nombreux courts
métrages et l’un des longs métrages marocains
les plus réussis, Mirage en 1979, où il évoque
l’époque coloniale. Il participe par ailleurs à
la réalisation de plusieurs films dont Traces en
1970. Il écrit des scénarios, publie des poèmes
et un roman, L’Hôpital et accompagne le jeune
et talentueux cinéastes Daoud Aoulad Syad. Son
œuvre qui témoigne d’une grande sensibilité a
profondément marqué le cinéma marocain. Au
lendemain d’un incendie qui a ravagé son appartement à Rabat en 2003, brûlé sa fille et détruit
ses manuscrits, Bouanai se retire avec sa femme
dans le village de Ait Oumghar, à une dizaine de
kilomètres de Marrakech. Il expire le 6 février
2011 à l’âge de 73 ans.
L’A N N É E F R A N C O P H O N E I N T E R N A T I O N A L E · 2 0 1 1-2 0 1 2
DISPARITIONS
262
MAGHREB
MAURITANIE
la tête d’une coordination qui lie différents pays de
la sous-région (l’Algérie, la Mali, le Niger). Elle a
déployé d’importants moyens militaires pour traquer à tout moment les terroristes. Dans cette stratégie, ces Etats sont fortement appuyés par l’Europe,
notamment la France mais aussi par les Etats Unis.
LUTTE CONTRE LE TERRORISME :
Mais cette stratégie a été très critiquée et rejeUNE PRIORITÉ NATIONALE QUI DIVISE
tée par l’opposition démocratique mauritanienne
En Mauritanie, l’année 2011 a été marquée par qui estime que ce combat est fait par procuration.
Selon le député et vice-président de l’Union des
l’engagement sans précédent du Président de
la République dans la lutte contre Al-Qaïda au
Forces de Progrès, Mohamed El-Mostapha Ould
Maghreb Islamique (AQMI), pour protéger ses
Bedredine : « Pour plusieurs raisons, nous devrions
concitoyens et toute personne vivant sur le ter- aller depuis très longtemps en guerre contre
l’Al-Qaïda. Parce que depuis
ritoire mauritanien.
En effet, après l’affaiblisse2005, les éléments de l’Al-Qaïda
ment et l’éclatement des mounous attaquent, ont tué plusieurs
vements djihadistes algériens,
personnes dont des étrangers et
certains chefs islamistes comme
fait beaucoup de dégâts moraux
Cheikh Abou Zeid, ont reconstiet matériels.
tué des groupes entre le Mali, le
Mais malheureusement, nos
Niger et la Mauritanie. Abou Zeid
vaillants généraux n’ont jamais
serait l’ordonnateur de l’enlèfait quoi que ce soit pour venger
vement de Pierre Camatte en
nos blessures et nos martyrs.
Il a fallu qu’un certain Michel
novembre 2009, puis de l’enlèGermaneau soit kidnappé par
vement et l’exécution de Michel
l’AQMI et que le pouvoir de
Germaneau, tous deux Français.
Depuis, la lutte contre Al-Qaïda
Nicolas Sarkozy, isolé au niveau
de la France, soit décidé à faire
au Maghreb Islamique s’est
une opération pour tenter de le
manifestée doublement : sur le L’otage français Michel Germaneau
terrain militaire et par la négo- exécuté à 78 ans trois mois après son
libérer, pour que nos vaillants
enlèvement au Niger.
généraux se souviennent enfin
ciation avec les islamistes.
Sur un premier plan, le combat ne peut se mener que nous sommes vraiment menacés par les éléseul. C’est pour cela que la Mauritanie a alors pris
ments de l’AQMI et que nous devons enfin nous
venger de ces gens-là. Nous pensons que ce n’est
pas de cette façon que nous devrions venger nos
MAURITANIE
martyrs tombés sous les balles de l’AQMI.
Au mois de juillet dernier, nos forces armées
GEOGRAPHIE
ont fait un raid commun avec les forces armées
Territoire en grande partie désertique (90 %). Ressources
françaises pour libérer l’otage français, selon les
minières (fer), agriculture et pêche. Quatre ethnies :
déclarations du chef d’état major de l’armée franArabo-Berbères, Peuls, Wolofs, Soninkés.
çaise. Pour nous, ce n’est pas ce qu’il fallait faire.
HISTOIRE
Puis, la deuxième opération de nos forces armées
1902 Xavier Coppolani conquiert l’intérieur du pays
s’est déroulée juste quelques jours après la prise
qu’il nomme Mauritanie.
en otage des sept (7) ingénieurs du groupe AREVA
au Niger dont cinq Français. Si cette toute dernière
1903 Protectorat français, transformée en colonie
(1920), puis en TOM (1946).
opération n’était pas menée pour libérer les sept
ingénieurs du groupe AREVA, il y a au moins une
1956 Autonomie interne.
coïncidence troublante entre ce raid et la prise en
1960 Indépendance. Moktar Ould Daddah dirige le pays
otage des ingénieurs du groupe1. »
(jusqu’en 1978).
Cependant, selon les autorités mauritaniennes,
1984 Coup d’Etat. Ould Taya devient président.
le combat contre le terrorisme se joue également
sur le terrain du dialogue et de la négociation. Pour
1991 Nouvelle Constitution (multipartisme), suivie de
l’instauration d’un régime démocratique ; réélections
libérer des otages kidnappés au Niger ou au Mali, le
de Ould Taya (1992, 1997 et 2003).
pouvoir mauritanien n’hésite pas à négocier, voire
L’A N N É E F R A N C O P H O N E I N T E R N A T I O N A L E · 2 0 1 1-2 0 1 2
Boubou SYLLA
Sociologue, journaliste, consultant en
Gestion de Ressources Humainess
[email protected]
2005 (août) Coup d’Etat militaire renversant Ould Taya.
2006 Référendum constitutionnel, élections législatives
et municipales.
1 Camara Mamedy deNouakchott Info, interview réalisé
en novembre 2010
MAGHREB
accorder l’amnistie aux détenus islamistes n’ayant
pas de sang sur les mains. Un dialogue initié dès
janvier 2010, dans le cadre de la stratégie nationale
de lutte contre le terrorisme (SNLT).
Le manque de cohésion entre le pouvoir et
l’opposition, sur une question aussi importante
que le terrorisme, est révélateur des relations
difficiles entre les deux parties depuis l’élection
présidentielle de 2009. Cette question ne devraitelle pas faire l’objet d’un consensus national afin
que l’Etat mauritanien adopte une position ferme
et intransigeante vis-à-vis de ces criminels ?
L’Etat mauritanien doit-il réagir seulement,
comme le dit l’opposition, aux pressions des
autres Etats lorsque les ressortissants ou les intérêts de ces derniers sont en jeu ? L’opposition
ne pourrait-elle pas de son côté saluer l’action
de la Mauritanie menée aux côtés des pays occidentaux ? Elle pourrait alors, dans la continuité,
inviter le pouvoir en place à une meilleure concertation sur des questions d’intérêt général.
L’occasion ne lui est-elle pas donnée de rappeler que la liberté d’expression, la culture et
l’éducation sont les remparts incontournables à
l’obscurantisme et à tous les extrémismes ?
Il en va de l’intérêt de la Mauritanie, de son développement économique, de son essor et de son
rayonnement dans la sous-région et dans le monde.
Sur le plan de la liberté de presse, un pas important viens d’être franchi, avec la publication d’un
appel d’offre concernant cinq radios et télévisons
privées. Sachant qu’il reste le cas des radios associatives, seules capables d’impliquer profondément les populations de nos campagnes, villages
et campements, dans le processus démocratique.
263
SOCIETE
X
X
De violentes inondations à la suite de pluies diluviennes en octobre 2010 ont provoqué dans le pays
quelque 21 morts, et plus de 50.000 sinistrés.
Un homme de 43 ans, Yacoub Ould Dahoud, s’est
immolé par le feu le 17 janvier 2011 devant le
Sénat mauritanien, à proximité de la présidence
de la République, pour manifester, comme il
l’avait annoncé à quelques journalistes quelques
minutes auparavant, «son mécontentement de la
politique du pays et sa colère contre le régime.»
La ville de Tintane a vu affluer les réfugiés des inondations
(lcc C. Hug).
X
Le tour operateur « Point Afrique » a lancé une
association de solidarité pour soutenir les
populations des différentes zones de Mauritanie, du Mali et du Niger qui ont été fermées au
tourisme à la suite du terrorisme. Cette ONG
reçoit des dons pour offrir des formations aux
guides, chameliers cuisiniers ou chauffeurs;
elle met en place des opérations de commerce
équitable; elle offre des prêts à taux zéro pour
des projets de coopérative. }
En juillet 2010, « Omar le Sahraoui », ressortis- par le gouvernement. Un nombre équivalent
sant malien de 52 ans, principal accusé du rapt d’islamistes reste emprisonné à Nouakchott. Le
de trois Espagnols en Mauritanie commandité
même mois, des combats entre l’armée mauritapar Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), est
nienne et des éléments d’AQMI dans le nord du
condamné à 12 ans de travaux forcés. En août, Mali font douze morts chez les islamistes et cinq
le gouvernement autorise
parmi les soldats mauritason extradition vers Bamako,
niens; l’aviation assure avoir
ce qui serait un geste pour
détruit trois véhicules d’AQMI
aider à la libération des deux
lors d’un raid aérien contre
otages espagnols restants,
une colonnes de 7 véhicules.
dont le premier a été relâché
La Mauritanie, à l’occasion de
par AQMI.
la visite de son président à
En septembre, le président
Bamako, annonce la prochaine
mauritanien gracie 35 islaremise à leur pays de 20 resmistes détenus, condamnés Le président Mohamed Ould Abdel Aziz
sortissants maliens arrêtés en
(lcc Magharebia)
ou en instance de jugement
février et accusés de « trafic
dans des affaires de terrorisme, à l’occasion de de drogue et de soutien » à AQMI, établissant
la fête de fin du Ramadan. Ils auraient officielainsi un lien entre les activités d’AQMI et le
lement exprimé leur « repentir » et se seraient narcotrafic.. En octobre, trois djihadistes sont
engagés à « se conformer à l’islam sunnite tolécondamnés à mort par la Cour criminelle de
rant » au cours d’un dialogue mené en janvier au
Nouakchott et huit autres à des peines de deux
à quinze ans. Î
sein de la prison par des théologiens mandatés
L’A N N É E F R A N C O P H O N E I N T E R N A T I O N A L E · 2 0 1 1-2 0 1 2
ALEAS DE LA REPRESSION ANTITERRORISTE
264
MAGHREB
(suite) Dans les faubourgs même de Nouakchott, en février 2011, l’armée arrête un Bissau-guinéen et deux Mauritaniens membres
présumés d’AQMI, avec des explosifs et des
armes. Elle tue trois autres terroristes présumés en faisant exploser leur véhicule.
En juin 2011, la Mauritanie lance un raid contre
un campement d’AQMI à 110 km en territoire
malien, dans la forêt très dense du Wagadou, et
annonce avoir fait quinze morts dans les rangs
des islamistes, deux soldats mauritaniens ayant
été tués et cinq blessés. L’armée malienne a pour
sa part arrêté neuf membres d’AQMI près de la
forêt. Engagé dans cette lutte sans merci contre
les réseaux djihadistes, le régime mauritanien a
décidé de faire appel à l’un de ses plus célèbres
ressortissants pour redorer l’image du pays.
Début juillet, Abderrahmane Sissako, 49 ans,
l’un des rares cinéastes africains reconnu internationalement, a été nommé conseiller culturel
auprès du président Mohammed Ould Abdel Aziz.
Lors du sommet sur la sécurité et le terrorisme au Sahel, tenu en septembre 2011 à Alger,
après deux jours de discussions en présence de
38 délégations internationales, le ministre mauritanien des affaires étrangères Hamadi Ould
Hamadi n’a pas caché les difficultés : « Dans
une région de plus de 8 millions de km2, il nous
est très difficile de contrôler nos frontières. La
jeunesse est de plus en plus recrutée par des éléments extrémistes et violents. Tout le monde sait,
a ajouté le ministre, que la Libye est devenue
un magasin d’armes à ciel ouvert. » Un nouveau
« sommet » aura lieu début 2012 dans l’un des
quatre pays organisateurs : Algérie, Mauritanie,
Mali ou Niger
TUNISIE
Rédaction
Année Francophone Internationale
[email protected]
L’A N N É E F R A N C O P H O N E I N T E R N A T I O N A L E · 2 0 1 1-2 0 1 2
Elle a tout balayé sur son passage. Et d’abord les
sceptiques de la première heure. La révolution de
jasmin a brisé là avec l’image d’un peuple arabe
soumis, éternellement voué aux dictatures. Elle
a triomphé, elle a fait école dans le monde arabe –
et quelle école! Elle est aujourd’hui dans le plus
difficile: la reconstruction d’une Tunisie qui joindrait la démocratie à la modernité. Elle a éclipsé
tout le reste. Chronologie et points de repère,
jusqu’à l’annonce des premières élections fondatrices d’octobre 2011.
Qu’il est loin, le score « soviétique » obtenu par
Zine el-Abidine Ben Ali à la présidentielle d’octobre 2009 (89,62% des voix!) lorsque, le vendredi 17 décembre 2010, Mohammed Bouazizi, 26 ans,
chômeur, et par force vendeur ambulant de fruits et
légumes à Sidi Bouzid, 265 km au sud de Tunis, se
fait confisquer sa marchandise par la police, se rebelle, puis s’immole par le feu devant la préfecture.
Il déclenche ainsi des manifestations populaires
pacifiques, durement réprimées. C’est la réaction
contre la cherté de la vie, la frustration des chômeurs diplômés ou non, le mépris des autorités et
la dureté de la police. Cinq jours plus tard un autre
jeune escalade un poteau électrique à Sidi Bouzid
« contre la misère », et est électrocuté. La veille
de Noël, tandis que le jeune marchand de légumes
se bat contre la mort à l’hôpital de Tunis, que le
gouvernement affirme avoir affaire à un cas isolé,
c’est à Menzel Bouzaiane, dans la région de Sidi
Bouzid, que de violents affrontements opposent
plus de 2.000 manifestants à la police : un jeune
homme est tué par balle, un autre succombera trois
jours plus tard. Un poste de police, des voitures,
les bureaux du parti, et même un train de marchandises sont incendiés. L’agitation s’étend dès
le lendemain à Souk Jedid, à Regueb...
Le PM Caid Essebsi en allocution télévisée (lcc Magharebia).
On n’arrêtera plus le mouvement, malgré la
censure dénoncée par le Syndicat des journalistes
tunisiens, malgré le discours de Ben Ali et sa visite
médiatisée à l’hôpital avec la mère du jeune martyr,
qu’il reçoit ensuite au Palais présidentiel. Malgré le
remaniement ministériel du 29 décembre, malgré le
limogeage du gouverneur de la région de Sidi Bouzid le 30 décembre, de nouvelles manifestations se
produisent avec des lycéens début janvier. Partout,
les locaux du parti au pouvoir, le Rassemblement
constitutionnel démocratique (RCD), sont la cible
MAGHREB
principale. Trois cents avocats manifestent devant
la primature. La Tunisie s’embrase à Gafsa, Sousse,
Gabes, Kasserine. A Monastir, à Sbikha et Chebba.
Une télévision privée , Nessma TV, organise un
débat qui dénonce la censure et la corruption.
Et le 4 janvier, à l’hôpital, Mohamed Bouazizi
meurt de ses blessures. La révolution de jasmin,
qui est celle de la jeunesse (42% des Tunisiens ont
moins de 25 ans) va prendre son envol jusqu’au
départ du dictateur et de sa famille.
CHRONOLOGIE JANVIER
3 Manifestations violentes à Thala
6
Manifestations près de Sfax,
suicide d’un ouvrier de 52 ans à
Chebba, immolation d’un jeune
protestataire à Metlaoui, grève
de milliers d’avocats
7 Affrontements à Saïda
13 Ben Ali promet de ne pas se représenter en
2014, et ordonne à la police de ne plus tirer. Il
promet la liberté de l’information de d’Internet.
Affrontements en banlieue de Tunis, pillages à
Hammamet, Gafsa, Nabeul, Gabès...
14 Tout le gouvernement est limogé par Ben Ali,
Les vœux de longue vie à Ben Ali
complaisamment étalés sur les murs ont
fait place aux procès (lcc Niqie).
d’un marchand de Sidi Bouzid; au
moins quatorze civils tués par
balles dans des manifestations à Thala, Kasserine
et Regueb; le syndicat unique UGTT soutient les
revendications
9 Ben Ali promet 300.000 emplois d’ici 2012 tout
en dénonçant les terroristes. Ecoles et universités
sont fermées
diplômé de Sidi Bouzid. Occupation de l’Université El Manar à
Tunis, saccage en banlieue de la
capitale
feu institué, une commission contre la corruption
lancée, le chef du parti communiste clandestin
arrêté, deux manifestants tués à Douz, la grève
générale décrétée à Sfax, des saccages à Bizerte
15 Cette présidence intérimaire
est confiée à Fouad Mebazaa, président de la chambre des députés, qui demande à
Ghannouchi de former un gouvernement d’union
nationale. Le chef du parti islamiste tunisien
(Ennadha) en exil à Londres annonce son retour
et se dit d’accord pour un gouvernement d’union
nationale. Ce même jour, une révolte de prisonniers
est réprimée (5 morts) à Mahdia et 42 prisonniers
périssent dans l’incendie de la prison de Monastir. Sur
les 30.000 détenus des prisons
tunisiennes, onze mille se sont
échappés en un mois.
16
L’armée prend d’assaut le
palais présidentiel de Carthage
où demeuraient les membres de
la garde présidentielle fidèles
à Ben Ali. Nombreux pillages.
Alors que la présidente de
Israël exprime son inquiétude.
la Fédération internationale des
Ligues de droits de l’homme,
Le général Seriati, ex chef de la
Souhayr Belhassen, dénonce le
sécurité, est arrêté alors qu’il
fuyait vers la Libye, comme le
nombre de morts (« au moins
35 »), la ministre des affaires
neveu Kaïs Ben Ali qui fomentait
étrangères française Michèle Fouad Mebazaa devient président par
des troubles. L’ambassadeur de
Alliot-Marie propose « le savoir- intÇrim, le 15 janvier 2011
Tunisie à l’Unesco, déjà démisfaire français » pour contenir les (lcc Wassim Najar).
sionnaire, accuse le président
manifestations (on apprendra
d’avoir prémédité l’anarchie. Le
plus tard qu’elle a passé les vacances de Noël
militant des droits de l’homme Kamel Jendoubi,
en Tunisie)
en exil en France depuis seize ans, annonce son
11
L’A N N É E F R A N C O P H O N E I N T E R N A T I O N A L E · 2 0 1 1-2 0 1 2
mous » attaque les sites officiels
du gouvernement
10 Nouveau suicide d’un jeune
12 Le ministre de l’Intérieur est limogé, un couvre-
qui annonce des législatives et décrète l’état d’urgence dans tout le pays. L’armée
se déploie dans Tunis, où les
manifestations ont été organisées via Facebook. Le chef du
PC est libéré. Les maisons de la
famille Trabelsi sont attaquées à
Gammarth. Alors que des fidèles
sèment terreur et désordre pour
justifier un rappel du dictateur,
en soirée, Ben Ali est évacué vers
l’Arabie saoudite par le premier
ministre Ghannouchi, qui « assume la présidence intérimaire ».
5 le collectif de hackers « Anony-
8 Nouvelle immolation par le feu
265
266
MAGHREB
retour. On découvre que la famille de Ben Ali se
serait enfuie en décembre vers Dubaï puis Djeddah,
avec 45 millions d’euros en lingots...
17 Gouvernement d’union nationale de 24 membres,
dont sept sortants. L’opposant historique Moncef
Marzouki dénonce la « mascarade ». Le gouverneur
de la Banque centrale est limogé.
18 le président et le premier ministre démissionnent du RCD, tandis que quatre ministres
quittent le gouvernement. Le parti Ennahda
demande à être légalisé.
19 L’agence de notation Moody’s dégrade la note
de la Tunisie et de sa banque centrale. Une enquête est ouverte contre Ben Ali et le clan Trabelsi.
20 Le blogueur Slim Amamou, secrétaire d’Etat
à la jeunesse, twitte en direct le nouveau conseil
de gouvernement, qui a adopté un projet de loi
d’amnistie générale, concernant aussi Ennahda.
Trois jours de deuil national sont décrétés.
Janvier 2011, caravane de la libération (lcc Rais 67).
L’A N N É E F R A N C O P H O N E I N T E R N A T I O N A L E · 2 0 1 1-2 0 1 2
TUNISIE
GEOGRAPHIE
Pays essentiellement plat, montagnes au N.-O. ; mines
(phosphates), tourisme, textile.
Activités économiques concentrées dans le nord et les
zones côtières.
HISTOIRE
VIIe-XVIe s. Conquête arabo-musulmane, dynasties
orientales puis berbères.
XVIe s. Domination ottomane.
1881-1956 Protectorat français.
1956 (20 mars) Indépendance.
1956-1987 Habib Bourguiba, président? ;
modernisation du pays.
1970 Adhésion à L’Organisation internationale de la
Francophonie
1987 Le premier ministre Ben Ali destitue Bourguiba et
prend la tête du pays.
1995 (17 juillet) Accord de partenariat entre la Tunisie et
l’Union européenne.
1999 Le président Ben Ali est réélu avec plus de 99 %
des suffrages.
2002 Réforme constitutionnelle acceptée à plus
de 99 %.
2004 La Tunisie remporte la Coupe d’Afrique des
nations.
2004 Réélection du président Ben Ali (94,49 % des
voix). Le Rassemblement constitutionnel démocratique
(RCD) remporte 80 % des sièges de la Chambre des
députés.
22 « Caravane de la libération » en marche vers Tunis
24
Grève illimitée des enseignants du primaire. Manifestations contre la composition du
gouvernement.
25 Allocation mensuelle de 78€ aux chômeurs
diplômés, avances aux familles des morts et des
blessés ou victimes des événements, aide exceptionnelle de 260 millions d’euros pour les régions
rurales les plus pauvres
26 Mandat d’arrêt international contre Ben Ali.
Dissolution de l’agence tunisienne de communication extérieure, instrument de la censure.
27 Remaniement du gouvernement avec le départ
de tous les ministres RCD. Annonce d’élections
« transparentes »
28 Dispersion des manifestants campant devant
la Primature
30 Arrivée de Rached Ghannouchi de Londres
après vingt ans d’exil
MAGHREB
CHRONOLOGIE FEVRIER
2 Remplacement de tous les gouverneurs
267
cette élection sera finalement programmée pour le
23 octobre 2011. Dix représentants des Tunisiens
de France y participeront.
4 L’Europe gèle les avoirs de Ben Ali et sa famille 9 Le parti RCD est dissous. Avec les légalisations,
6 Suspension des activités du RCD
la Tunisie compte alors 21 formations politiques.
Elles seront plus de 80 en septembre.
BILANS
Victimes de la révolution
Selon le ministère de la santé tunisien, les événements de la révolution, entre la mi-décembre et la
fin janvier, auraient fait 238 morts, dont 166 par
balles et plus de 1.200 blessés graves. C’est le jour
de la fuite de Ben Ali qui a été le plus meurtrier
avec 31 tués. La ville de Tunis a compté 47 morts et
Monastir 48 (incendie de la prison). A Sidi Bouzid,
il y aura eu cinq suicides et un tué par balle. Pour
sa part, l’ONU a annoncé plus de 300 morts.
12 Naufrage d’une barque de 12 émigrants près de
Lampedusa (4.000 émigrants en 4 jours!)
14 Visite de Catherine Ashton à Tunis
15 Levée du couvre-feu, aide d’urgence italienne
de 5 millions d’euros
18 Massacre d’un prêtre polonais
19 Manifestation à Tunis pour une Tunisie « laïque »
22 Première visite de ministres
français
Conséquences économiques
Les destructions lors des diverses manifestations
seraient évaluées à presque 1,5 milliard d’euros.
Vingt mille emplois auraient été perdus en janvier. La production industrielle aurait baissé de
9% sur les cinq premiers mois de l’année, bien
que les exportations en chute de 15% en janvier,
aient repris dès février et surtout mars (+25%) :
la motivation des salariés, qui ont souvent changé
de patron, et les hausses de salaires auraient dopé
la productivité. Des entreprises découragées par
le racket Trabelsi ont manifesté leur intérêt à
investir en Tunisie.
C’est le tourisme qui a pris le plus gros choc,
évidemment. Plus de 50% de baisse d’activité
sur les quatre premiers mois de l’année. Un taux
d’occupation des hôtels en chute de 80%, car
les touristes libyens ont aussi fait
défaut. Moyennant quoi le FMI table
tout de même sur une croissance
annuelle de +1,3% pour le pays.
Procès Ben Ali
Jusqu’à présent, Ben Ali a été jugé
contre le gouvernement
par trois fois, toujours par contumace. Son premier procès très
rapide s’est soldé le 20 juin par une
Démission du PM Ghannouchi Mohamed Ghannouchi, premier
condamnation à 35 ans de prison et
et nomination de Béji Caïd Essebsi ministre éphémère (lcc Medef)
45 millions d’euros pour détourne(84 ans) ancien ministre des affaires
ment de fonds.
étrangères de Bourguiba.
Le 4 juillet est intervenue une seconde condamnation à 15 ans et demi de prison pour détention
d’armes (5 ans), de stupéfiants (10 ans), et de
CHRONOLOGIE MARS
pièces archéologiques (6 mois). L’amende a été
établie à 108.000 dinars (environ 54.000€).
er
Légalisation du mouvement islamiste Ennahda.
En troisième lieu, dans l’affaire précise de
Annonce de l’élection d’une Assemblée consti- corruption et fraude immobilière dite des « Berges
tuante avant une élection présidentielle. C’était la
du lac », il a écopé le 28 juillet de 17 ans de
revendication de 14 partis, du syndicat UGT et de
prison et 97 millions de dinars d’amende (environ
diverses ONG. D’abord annoncée pour le 24 juillet, 50 millions d’euros). }
26 Plus de 100.000 manifestants
27
1
L’A N N É E F R A N C O P H O N E I N T E R N A T I O N A L E · 2 0 1 1-2 0 1 2
Le parti congédié (lcc Rais 67)