La 60e édition des 24 Heures du Mans s`est

Commentaires

Transcription

La 60e édition des 24 Heures du Mans s`est
1992
La 60e édition des 24 Heures du Mans s'est déroulée les 20 et 21 juin 1992 sur le circuit de la
Sarthe.
A l’issue des essais, Peugeot monopolise la première ligne de la grille de départ. Les trois
Toyota sont regroupées derrière, mais sur la meilleure japonaise Geoff Lees n’a réalisé que
3′26″411, bien loin des 3′21″209 du poleman Philippe Alliot.
(Mauvaise) surprise au départ : la pluie est là. Et elle restera insistante pendant la quasitotalité de l’épreuve.
En début de course, l’explication est musclée entre les favoris. La 905 n°2 de Mauro Baldi –
Philippe Alliot – Jean-Pierre Jabouille, la n°1 de Derek Warwick – Yannick Dalmas – Mark
Blundell, la Mazda n°5 de Johnny Herbert – Volker Weidler – Bertrand Gachot se succèdent
au commandement.
A 17 heures 30, la 905 n°31 d’Alain Ferté accroche la Toyota n°7 de Geoff Lees. Ces deux
voitures pourront reprendre la course après un long arrêt, mais c’en est bel et bien fini de leurs
espoirs au classement général.
C’est la 905 n°1 qui s’installe en tête, sans s’assurer un avantage déterminant sur ses
poursuivants, la voiture-sœur n°2, la Mazda n°5 et la Toyota n°33 de Masanori Sekiya –
Pierre-Henri Raphanel – Kenny Acheson.
Peu après 6 heures du matin, une excursion hors-piste relègue la 905 n°2 en cinquième
position, derrière deux Toyota et la Mazda. Elle remontera en seconde position, mais après
des soucis mécaniques et une nouvelle sortie de piste, elle devra finalement s’incliner face à la
meilleure Toyota.
Au final, la 905 n°1 s’impose avec six tours d’avance sur la Toyota n°33. La 905 n°2 est
troisième, la Mazda n°5 quatrième.
Malgré l’effectif plus que réduit au départ, quatorze concurrents sont classés. 50% des
concurrents à l’arrivée, ce n’est pas si mal !
Texte : Alain Jourdainne