SIGNIFICATION ET DESCRIPTION HÉRALDIQUE

Commentaires

Transcription

SIGNIFICATION ET DESCRIPTION HÉRALDIQUE
SIGNIFICATION ET DESCRIPTION HÉRALDIQUE DE L'INSIGNE DE LA CRS N° 6
I - L'EAU Les armes de NICE ne sont pas des armes parlantes. Plusieurs opinions ont
été émises, parmi lesquelles, celle d'Eugène GRIS, qui pense que le nom NIZZA est une
survivance prélatine. NIZZA, affirme-t-il, c'est l'eau. Fleuve, source, mer ou simple lacune
d'ailleurs dans le langage courant provençal, à un moment de l'histoire, NISSA a été
remplacé par NAIS = Source.
D'autres, pensent que notre ville tire son nom du grec NIKE, victoire. Elle
serait donc NIKE la victorieuse. Thriomphe des Massaliotes sur leurs ennemis d'Eturie et de
Carthage. Je pense quant à moi, que l'eau a pu être incorporée au BLASON, pour signifier
cette vocation maritime de Nice, depuis sa création par les grecs, vocation qui s'est encore
affirmée à l'époque Romaine et tout au long de son histoire, jusqu'à son rattachement à la
France.
II - LES MONTAGNES Les montagnes indiquent très nettement l'appartenance du comté à la grande
chaine alpine. Elles sont le symbole vivant de cette retraite naturelle qui lui permit de
conserver sa liberté face aux divers Peuples envahisseurs, ainsi que la conservation de son
dialecte Roman, un des plus purs des pays d'OC.
Certains y voient le Montalban, le Mont gros et le Mont Chauve. Je pense
que l'on peut surtout y voir la stylisation de nos montagnes alpestres, qui d'ailleurs ont donné
le nom à notre département.
III - L'AIGLE En 1388, le pacte de soumission de NICE au Compté de Savoie est signé à
l'Ariane, à l'abbaye de Saint-Pons (28 septembre). Le préambule du contrat bilatéral stipule
bien que les niçois ont délibéré à l'unanimité de recourir au comte de Savoie, vicaire de
l'Empereur, en se soumettant à. lui.
C'est donc l'aigle impérial qui devient le symbole principal de nos armes. Cet aigle était
d'abord noir. Plus tard, elle devint rouge, peut être en souvenir du 1er comte de Savoie,
AMEDDE VII, dit le comte rouge. La ville de NIUE, récemment, s'est de nouveau souvenue
de son Comté en donnant son nom à une rue du quartier de l'Arianne (Proche de l'abbaye de
Saint Pons).
IV - LA COURONNE La couronne placée sur la tête de l'aigle était d'abord une couronne ducale. En
1600 elle fut changée en une autre à l'antique à 3 pointes. Aucune hypothèse sérieuse n'a été
avancée à ce jour.
******************************************
HISTORIQUE
En mai 1945, le GMR Amiral de Grasses, cantonné à la caserne Ste Marguerite à
Nice et le GMR des Alpes, cantonné à la caserne des Galinières à St-Laurent-du-Var sont
dissous pour donner naissance aux compagnies 157 et 158 qui, toutes deux, demeurent aux
Galinières à partir de 1946, après avoir occupé ( de mai 1945 à début 46 ) quatre villas situées
à Cimiez.
Ces deux Compagnies, dissoutes à leur tour en janvier 1945, laissent le
cantonnement des Galinières sans occupant.
Le personnel ayant été conservé, après commission d'enquête, est réparti dans les
différentes CRS de France, dont la C.R.S. N°6 du Vésinet, commandée par le Commandant
MAILLET.
En MAI 1948, la CRS N° 6 vient prendre en compte les locaux de la Caserne des
Galinières où elle est, encore maintenant, stationnée.







Elle sera successivement commandée par :
Commandant MAILLET
jusqu'au 16/04/1950.
Commandant MESSIANT
du 30/03/1933 au 01/04/1958 (8ans)
Commandant RIOLET
du 01/04/1958 au 01/09/1971 (13ans)
Commandant CARROT
du 01/09/1971 au 01/04/1974 (2ans1/2)
Commandant DOUHET
du 01/04/1974 au 01/09/1977 (3ans1/2)
Commandant ANTOMARCHI du 01/09/1977 au 01/11/1979 (2ans)
Commandant BELLON
du 01/11/1979 au 01/09/1984
En 1962/1963, la CRS 209 qui est rapatriée d'Algérie/Batna occupe quelques
temps les locaux de la CRS N°6 avant d'être dissoute et de voir son personnel en partie
réaffecté à la CRS N°6 ainsi que dans d'autres unités de la IX ème région.
GRANDS DEPLACEMENT DE LA CRS N°6

1955 - Premier déplacement de la C.R.S. N° 6 en Algérie ( de Mars à Juin )dans la
Région d'Oran, ( Bou Hallou - Ferme de Sidi-Zeaer )

1958 - Déplacement en CORSE, Le Commandant RIOLET est confronté à une
situation très délicate dès son arrivée sur le sol Corse ( occupation par la légion et les
habitants des principaux édifices publics ).

1960/1961 - Déplacement en ALGERIE ( de décembre 1960 à janvier 1961 ) 2ème
et 4ème section + 1/2 Compagnie de Grenoble et de janvier 1961 à avril 1961 - lère
et 3ème Section + 1/2 Compagnie de Grenoble ) Dans la région de Hussen-Dey .

1962 - déplacement à Alger dans le quartier de la Maison Blanche ( de janvier à avril).

1968 - Participation aux événements de Mai, d'abord en Bretagne, puis à Paris
(Transport par avion sur St Brieuc puis sur Paris) le déplacement durera 33 jours.

avril 1974 - Participation aux opérations de MO dans la région de Carcassonne
(viticulteurs). Blessés léger et matériel endommagé.

décembre 1974 - Participation aux opération de MO suite au transfert de la Préfecture
du Var de Draguignan à Toulon. Plusieurs blessés dont un grave.

27 et 28/08/1975 - MO en Corse (Bastia) suite aux événements d'Aléria. Plusieurs
blessés à la compagnie dont 1 par Balle.
PARTICIPATION AUX MISSIONS DE PROTECTION CIVILE
L'activité en matière de secours en montagne et d'aide aux populations débute à la
CRS N°6 dès son établissement dans les locaux des Galinières.
 1948 - création d'une brigade du feu, avec dépôt important de matériel de protection civile
(qui sera d'ailleurs utilisé lors de la catastrophe du barrage de Malpassé).
 1951 - Participation aux recherches et à l'évacuation des victimes de l'accident d'un avion
canadien à l'Obiou (58 morts).
 1953 - Participation aux recherches et à l'évacuation des victimes de l'avion long courrier
Paris-Saïgon, tombé dans la région de la Foux-D'allos (43 morts).
 1954 - Participation aux recherches et à l'évacuation des victimes de l'accident d'un DC7
Américain tombé dans la région de St-Etienne-de-Tinée (28 morts).
 1955 - Participation aux recherches des deux alpinistes, VINCEDON et HENRY, disparus
dans le massif du Mont Blanc. C'est d'ailleurs ce drame qui est à l'origine de la mise en
place d'une organisation nouvelle pour les secours en montagne et de la création des
sections de montagne des CRS en 1957.
 1957 - Création de la section montagne de Nice (ainsi que les 5 autres sections).
 1960 - Participation à l'évacuation et aux recherches et des victimes de la catastrophe de
Malpassé (rupture du Barrage - 600 morts). La CRS N°6 reçoit, à titre collectif, la médaille
d'Argent des actes de courage et de dévouement avec port de la Fourragère.
 1964 - Evacuation des victimes de l'accident d'un avion à destination de Paris qui s'écrase
sur les hauteurs de la ville de Nice quelques minutes après le décollage (50 morts).
 1964 - Participation à l'évacuation des victimes de l'accident de montagne de l'aiguille
Verte à Chamonix (14 alpinistes, tous professeurs ou stagiaires guides de l'E.N.S.A. de
Chamonix, emportés par une avalanche - 14 morts).
Outre ces opérations spectaculaires, réalisées soit par des éléments "montagne"
de la compagnie, soit par toute la compagnie, la section montagne de la CRS N°6 a réalisé,
depuis 1951, 450 opérations de secours en montagne, de toutes nature.
EXPERIENCE SIFFRE
Elle a également apporté un concours sans réserve à l'organisation des
expéditions du spéléologue Michel SIFFRE ainsi qu'à la réalisation de ses expériences hors du
temps dans les secteurs du col de tende (Plateau Marguareïs); et de Grasse (Andron Gréolières)de 1953 à 1965.
La section montagne a valu, à la compagnie, de se voir décerner la Médaille
d'or de la Société Nationale d'encouragement au bien "pour avoir procédé au sauvetage en
montagne de plusieurs centaines de personnes en difficulté et participé à de nombreuses
interventions lors d'incendies de Forêt".
ACTIVITE EN MATIERE DE POLICE ROUTIERE
La CRS N°6 fait partie des 40 compagnies qui ont été les premières à être
dotées d'une section motocycliste. Celle de la CRS N°6 créée en juin 1953, comprend
actuellement 25 fonctionnaires après en avoir compté jusqu'à 40 pendant la période
1972/1976.
Ses éléments ont particulièrement été chargés, au début de sa création, des
escortes des chefs d'état étrangers venant en voyage officiel en France et transitant par Nice.
De 1965 à 1974, un bureau accident fonctionne au sein de la CRS N°6.
Animé par quatre fonctionnaires, il traite entre 500 et 600 accidents par an (dont 15 à 20
accidents mortels). Les procédures sont transmises directement au parquet. Le procureur de la
République de Nice a d'ailleurs invité, par écrit, le commandant de la CRS N°6 à agir de la
sorte; ce qui est exorbitant du droit et du code de Procédure.
ACTIVITE EN MATIERE DE PLAGES ET DE MINEURS
La CRS N°6 a été l'une des première à créer un poste de secours en mer
(1958). Celui-ci a été installé sur la plage de Saint-Laurent-du-Var. Il en a été de même lors
de la création des brigades de mineurs (1962) à Cannes, Cagnes S/Mer, Cap d'Ail et Menton.
Egalement, le CLJ de Cagne S/Mer a été créé en 1966 après l'expérience concluante de
Hossegor-Cap-Breton. Un nouveau centre de loisir a été créé en 1976, à Cannes.

Documents pareils