DESCRIPTIF DE L`INSIGNE DE LA CRS N° 40 1

Commentaires

Transcription

DESCRIPTIF DE L`INSIGNE DE LA CRS N° 40 1
DESCRIPTIF DE L'INSIGNE DE LA C.R.S N° 40
1°) - SIGNIFICATION DES SYMBOLES Les symboles figurant sur l'insigne de la C.R.S N° 40 sont extraits
des blasons de la BOURGOGNE et de la FRANCHE COMTE.
Ce choix a été déterminé en raison de l'implantation de l'unité dans la
capitale de la 7ème région (BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE) et de sa position
géographique au centre de la région.
2°) - SIGNIFICATION HERALDIQUE A) Mi-partie dextre :
Mi-partie du blason de la BOURGOGNE.
a)Ecartelé 1 :
D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure componée d'argent et de
gueules, armes du Duché de BOURGOGNE, branche des VA-LOIS BOURGOGNE.
b) Ecartelé 3 :
Bandé d'or et d'azur de 6 pièces à la bordure de gueules, armes des Ducs
Capétiens.
B) Mi-partie senestre :
D'azur semé de billettes d'or, au lion d'or couronné, armé et lampassé,
brochant sur le tout, armes des comtes de FRANCHE-COMTE.
Ecartelé 1, 3 et mi-partie senestre, à la bordure de gueules, dans un but décoratif et de
simplification.
Histoire du cantonnement :
( Par l'Amicale des policiers CRS de bourgogne Franche-Comté )
Le bâtiment du village, sans doute le plus chargé d’histoire, est l’actuelle
caserne de la CRS 40. Il servit en effet, dans le passé, d’abord de résidence aux évêques, puis
de petit séminaire, et fut attribué au début du siècle au département de La Côte d’Or.
Pendant la guerre de 1870, le petit séminaire est au cœur des combats de
Plombières. L’établissement qui avait servi d’ambulance, est enfin évacué, les salles
détériorées sont remises en état et le 12 avril 1871, le séminaire assaini, rouvre ses portes.
C’est là que Félix Kir, le futur chanoine de Dijon est rentré le 7 octobre 1891. Les cours
reprennent jusqu’à la fin de l’année 1906. Il sont alors interrompus par le séquestre prononcé
par le préfet. En 1911, petit séminaire est attribué au département.
En 1940, l’ancien château accueille l’Ecole nationale de sport de combat ; en
1946, c’est la CRS 81 puis en 1964 la CRS 40 ainsi que la CRS 208 rapatriée de l’Algérie et
dissoute par la suite.
HISTORIQUE DE LA CRS N° 40
Tracer l'historique de la CRS 40, nous entraînerait bien loin si nous
devions évoquer tous les évènements et tous les déplacements qui se succédèrent depuis
25 années. Je ne serais d'ailleurs pas certain d'être un fidèle rapporteur, aussi e né
contenterai de vous parler de l'origine de la compagnie et des faits marquants dont les
anciens se souviennent encore.
Quelle fut son origine ? 1ère compagnie de la 8ème région militaire elle
fut créée le 8 décembre 1944 et implantée à Dijon, capitale de la Bourgogne. Elle
s'appelait alors CRS n° 81 et fut commandée jusqu'au 31 août 1949 par l'officier
DROGOUL. Sous le commandement de cet officier elle passa successivement du 18 rue
d'Assas au Quai Caillot à Dijon et enfin au casernement actuel de Plombières fin 1946.
Les services relatés sur le journal de marche de la compagnie sont
innombrables aussi bien en déplacement qu'à la résidence, mais comme je viens de vous
le dire je ne retiendrai Que quelques faits correspondant à des périodes d'utilisation non
seulement de la CRS 81, mais des compagnies. dans leur ensemble.
1945-1946, surveillance des frontières de l'Est avec de nombreuses
arrestations de prisonniers allemands évadés.
1947-1948, période de troubles dans les industries et les mines. La
C.R.S. n°81 se retrouve à Carmaux, Alès, la Grand Combe et dans ces localités le
rétablissement de l'ordre est particulièrement difficile.
1950, le Commandant GROS vient de prendre le Commandement de la
Compagnie et son personnel se distingue par l'arrestation à Marseille d'un dangereux
malfaiteur YTTHIER, bandit célèbre, de l'époque.
C'est d'ailleurs dans cette ville de Marseille que la compagnie effectuera
jusqu'en 1954 ses principaux déplacements.
Entre temps en 1953, la CRS n° 81 s'est grossie d'une section
motocycliste, section spécialisée dans la police de la route et utilisée en permanence sur
les grands itinéraires de la région.
Fin 1954 commencent les déplacements en Algérie la CRS 81 traversera
sept fois la Méditerranée d'ici à 1952.
En 1955 parallèlement de graves conflits sociaux éclatent en Bretagne.
A Nantes les heurts entre manifestants et forces de L'ordre seront très
violents, la compagnie comptera de nombreux blessés. A ce moment le Commandant
NAUWELAERS vient de prendre la tête de la compagnie. Il y restera jusqu'en 1957 date à
laquelle lui succédera le Commandant MAILLARD qui exercera son commandement à
Plombières pendant près de 10 ans.
Simultanément avec les déplacements en Algérie commence la surveillance
des Centres d'Assignés à résidence. C'est une dure période pour le personnel continuellement
en déplacement dans les conditions matérielles parfois très difficiles.
Les familles ne sont ras moins à plaindre, le chef de famille étant
absent 7 ou 8 mois dans l'année.
1962, les CRS créées en Algérie sont repliées, sur la Métropole. La
C.R.S. n° 208 de Bône cohabitera avec la CRS n°81 jusqu'à sa dissolution.
1962, encore, la Compagnie mise en œuvre à l'occasion du
déclenchement du plan ORSEC lors de la catastrophe ferroviaire du Viaduc de Velars
participe activement aux secours.
Le 2 janvier 1964, la CRS n° 81 devient la CRS n° 40 à la suite d'une
nouvelle numérotation de toutes les compagnies.
Le 1er janvier 1967, la C.R.S. 40 est désignée comme compagnie,
"soutien" d'un centre régional d'instruction participant conjointement avec l'école de Sens à
la formation de gardiens de la paix.
Quelques déplacements de routine pour la surveillance des frontières
terrestres ou aériennes conduiront la compagnie à ORLY et sur la frontière Suisse.
1968, le Commandant RIBAL vient de remplacer le Commandant
MAILLARD depuis quelques mois. Son premier grand service s'effectuera aux jeux
olympiques de Grenoble et sans transition il se retrouvera à Paris pour les évènements du
mois de mai que nous connaissons tous. Le 16 septembre 1969, il obtiendra sa mutation pour
les polices urbaines ce qui me vaut d'être présent parmi vous aujourd'hui en qualité de
nouveau commandant de la C.R.S. 40.
Mais nous voilà arrivés au 8 décembre 1969, 25è anniversaire de la création
des C.R.S..
Vous m'accorderez encore quelques instants pour remercier les retraites Qui
ont bien voulu se joindre à nous et saluer la mémoire des gradés et gardiens décédés pendant
leur activité à la CRS 40 :
Brigadier-chef
BARBIER
Sous-Brigadiers ANNAVAL et BALDAUF
Gardiens
COUR- GUICHARD- GAY- LALOY- FERRUXROZARD- JORAND- JACQUOT- GAIGNAT- BUTTAZONI- PECHIN.
A toutes leurs familles je renouvelle l'assurance de la sympathie du
personnel de l'unité.

Documents pareils