L`Algeria nella graduatoria economica, sociale e di governo tra i

Commentaires

Transcription

L`Algeria nella graduatoria economica, sociale e di governo tra i
Coopération Algérie-Russie
Selon des sources russes reportées par la presse algérienne, à la
fin de l’année seront livrés aux forces armées algériennes 4 des
28 avions de combat de fabrication russe Sukhoi Su-30MKA
commandés par le gouvernement algérien, alors que les autres
restants le seraient entre 2008 et 2009.
Des entreprises russes pour
moderniser les MIG-29
Cette commande fait partie d’un accord pour la vente d’armes
russes signé en mars 2006 au cours de la visite de Putin en
Algérie et s’inscrit dans le cadre de reconversion de la dette
publique algérienne envers la Russie qui est d’environ 4,7
milliards de dollars. En plus des 28 chasseurs Sukhoi les
contrats signés prévoient la livraison de 34 chasseurs MIG-29
SMT et MIG-29UBT, 16 avions d’entraînement Yak-130, 8
batteries de missiles terre air S300 PMU-2 et 180 blindé T90C.
La Russie, qui est le principal fournisseur d’arme de l’Algérie
avec un chiffre d’affaires qui se situe entre 1 et 1,2 milliard de
dollars par an, assure la formation de plus de 5.000 militaire
algérien en Russie dans le cadre de la modernisation des forces
armées du Pays. Certaines fournitures ont donné lieu à de
grandes critiques et insatisfaction sous le profil technique, de
la part de milieux militaires algériens.
Coopération Algérie-Espagne
Un contrat qui prévoit des investissements pour 30 millions
d’euros a été signé au mois de novembre entre l’algérienne
SEOR et le groupe AGBAR, filiale espagnole de SUEZ
Environment. Le contrat, qui arrive à un an de distance de
celui signé avec le même groupe, est d’une durée quinquennale
et prévoit un transfert de technologie, la formation et
l’assistance technique pour la modernisation du système
hydrique de la ville d’Oran.
La société de consultation Typsa a été choisie par l’Agence
Nationale des Autoroutes algérienne pour effectuer des études
préliminaires sur un tronçon de 125 km d’autoroute qui relie
Nador à Bordj Bou Arréridj.
Zapatero et Bouteflika
Au mois de décembre a été signé un contrat d’une valeur de
600.000 euros entre l’Entreprise nationale du matériel de
travaux publics (ENMTP) et la société espagnole Europactor
pour le montage à Constantine de 50 compacteur, première
étape vers la délocalisation de la chaîne de montage
1
d’Europactor.
Coopération Algérie-Pays arabes
Le groupe jordano-saudien spécialisé dans la production et le
transport de ciment a acheté 49% d’International Bulk
Carriers du groupe maritime algérien CNAM qui a conservé
49%.
Les Emiratis auraient gelé
quatre des cinq grands projets
d’investissement en Algérie
Le groupe immobilier EMAAR des Emirats arabes unis qui au
début 2007 avait obtenu l’agrément des autorités algériennes à
investir dans le Pays, aurait décidé de geler pour des raisons
bureaucratiques et faible coopération des organes du
gouvernement
algérien,
quatre
des
cinq
projets
d’investissement d’un montant global de 25 milliard de dollars
décidé au mois de juillet dernier.
Le seul projet restant concerne le complexe touristique Colonel
Abbès à Zéralda (Alger), qui comprend des résidences pour
vacances, un hôtel de 500 chambres, un terrain de golf et
quelques centres commerciaux.
Coopération Algérie-Etats Unis
Devrait être opérationnelle en janvier 2008 la General Electric
Healthcare Algérie, structure qui opérera dans le secteur
sanitaire, non seulement en promouvant la vente de
médicaments et équipements made in USA, mais aussi en
opérant pour moderniser les infrastructures sanitaires
algériennes.
Coopération Algérie-Banque
investissements (BEI)
européenne
des
Au cours de la 3ème Conférence euro-méditerranéenne des
affaires tenue au mois de novembre à Marseille, le viceprésident de la BEI a souligné que face à montant élevé de
projet d’investissements directs dans le Pays, ceux qui sont
réalisés sont peu.
La BEI, qui acquérra une participation dans l’entreprise
Nouvelles conserveries algérienne (NCA), est très intéressées
au projet de création d’une banque euro-méditerranéenne,
soutenue par le Président français Sarkozy.
Coopération Algérie- Union Européenne
Le 31 décembre s’est achevé le programme biennal MEDA,
financé par l’UE en faveur des petites et moyennes entreprises,
2
pour un coût de 42 millions d’euros, il en a concerné 445,
essentiellement privées. La mise aux normes internationales de
la gestion de ces entreprises s’est orientée vers la formation, le
marketing et, plus en général, la modernisation des instruments
de gestion entrepreneuriales. Le deuxième programme qui
intéressera 500 PMI devrait partir au cours de 2008 et promet
d’être plus efficace étant donnée l’expérience acquise dans le
précédent programme.
Le Ministre de la Petite et
Moyenne entreprise
Mustapha Benbada
L’Union Européenne financera en outre un programme de
soutien à la gestion de l’économie algérienne, avec un montant
de 20 millions d’euros. Le programme, qui a un horizon
temporal 4 années (2007-2010), vise à aider les institutions
centrales algériennes à se doter d’instruments tels que
l’élaboration de modèles de prévision et simulation, pour une
gestion moderne de l’économie.
Accord de libre échange Algérie-UE
L’accord avec l’Union européenne, signé par l’Algérie le 1
septembre 2005, visant l’augmentation des échanges
commerciaux et fixant les conditions pour une progressive
libéralisation des échanges de biens et services et des capitaux,
doit en outre favoriser les échanges humains, promouvoir la
coopération dans le domaine économique, social culturel et
financier entre l’ensemble des Pays du Maghreb et entre ceuxci et l’UE, dans le respect des principes démocratiques et des
droits fondamentaux de l’homme.
Accord d’Association signé
en 2005
L’adhésion de l’Algérie à cet Accord implique un effort de la
part du Gouvernement algérien d’obtempérer à une série de
recommandations suggérées par Bruxelles. La première
concerne l’urgence de mettre en oeuvre une governance qui
opère en luttant avec efficacité contre la corruption, principale
obstacle au développement des affaires et aux investissements
qui produisent la croissance socio-économique à moyen et
long terme. La seconde concerne l’harmonisation de la
législation, le renforcement de l’indépendance de la justice, la
réforme de l’administration publique. Une autre
recommandation devrait prévoir la modernisation des finances
étatiques, de manière à optimiser la dépense publique et lutter
contre l’évasion et la fraude fiscale. La quatrième,
fondamentale pour la croissance socio-économique du Pays,
vise à promouvoir le développement du capitale humain, de
manière à rendre plus efficientes les ressources sociales du
Pays, politique qui s’accompagne d’une nouvelle politique
salariale qui favorise la création d’emploi dans des travaux
utiles, de manière à avoir des répercutions sur la masse
croissante de chômeurs qui annuellement (environ 500.000)
3
s’ajoutent au nombre de chômeurs ou faussement employés.
Selon une étude du FMI de 2007, pour réduire sensiblement le
chômage et avoir des répercussions sur le niveau de pauvreté
un taux annuel de croissance économique de 7/8% serait
nécessaire, valeur très loin des actuelles valeurs de croissance
qui tournent autour de 3 et 4 %. Pour terminer, une dernière
recommandation concerne la nécessité d’accélérer les réformes
du système financier, pour qu’il soit plus efficient et
accompagne concrètement le développement du Pays.
L’Algérie, pour sa part, selon l’Accord devra :
Algérie
-démanteler progressivement les droits et les imports existant
sur les produits industriels et manufacturiers dans le délai
d’une certaine période transition (horizon prévu 2010), de
manière à ce que les entreprises algériennes protégée s’ouvrent
à la concurrence internationale ;
-abattre progressivement tous les monopoles aussi bien publics
que privés ;
-éliminer les restrictions au commerce aussi bien pour ce qui
concerne l’import que l’export, en respectant les normes de
qualité dans le cas de commerce avec l’UE ;
-respecter la propriété intellectuelle en luttant contre toute
forme de contrefaçon.
Pascal Lamy Directeur
Général de l’OMC
Un aspect problématique concerne le secteur de l’énergie
algérien qui, même en vue de l’adhésion du Pays à l’OMC,
devra nécessairement s’ouvrir à la concurrence internationale :
tous les produits du pétrole seront soumis à la même et à celle
européenne. Par conséquent, les prix internes ne pourront pas
être à un niveau plus bas de celui déterminé par les forces de
marché ou par des restrictions à l’exportation.
Depuis 2008 la concurrence et la transparence devront être la
règle, obligeant les opérateurs du secteur à avoir des comptes
séparés pour leurs activités de transport, distribution et
stockage, ainsi il sera plus aisé de réaliser l’objectif à long
terme de démantèlement de monopole aussi bien dans
l’électricité que dans le gaz.
APPEL D’OFFRES ET MARCHES
La Ival Fiat obtenu une commande pour la vente de 450 Punto
Van à la société algérienne Sonelgaz
La Protection civile algérienne a choisi le société italienne
4
ARIMA pour la fourniture de bateaux pneumatiques
Le 5 novembre dernier a été signé le contrat Sonatrach /
Saipem pour la réalisation du gazoduc reliant le gisement de
Hassi R’Mel au complexe pétrochimique d’Arzew.
La nouvelle canalisation dénommée LZ2 ira compléter celle
déjà existante ( la LZ1) construite en 1973 par la même
Saipem, permettant une augmentation de GPL transporté de 9
à 15 millions de tonnes par an, en prévision d’une
augmentation de la production des actuelles 13 millions de t/an
à 14 millions de t/an en 2010.
VISITES
Mission du vice-Président de la Confindustria
(23-25 novembre 2007)
Le Vice-président de
Confindustria Giuseppe
Morandini
Il Vice-président de la Confindustria et Président de la Petite et
Moyenne entreprise, Giuseppe Morandini, en visite à Alger au
mois de novembre a rencontré les Secrétaires Généraux du
Ministère de l’Industrie et des Participations et du Ministère de
la PME, il a participé à l’ouverture du Salon des travaux
Publics et au Comité Consultatif des entreprises italiennes en
Algérie. Le Dr Morandini durant sa visite était accompagné de
l’ing. Querci, Directeur Général de la Société de production
fromagère Stabila intéressée au processus de privatisation
algérien.
A ses interlocuteurs le Dr Morandini a fait part de l’intérêt
toujours plus grand des entreprises italiennes à renforcer leur
présence dans le Pays, en passant par la phase de
commercialisation à celle des investissements directs et, à cet
égard, il a demandé des éléments au sujet de : délais de
réalisation des investissements ; perspectives d’un système
bancaire plus proche des entreprises ; programmes de
formation pour qualifier la main d’œuvre locale, auxquelles les
italiens sont disposés à s’associer, pour nos projets
d’investissement qui prévoient le transfert technologique.
Le Ministère des PME, très intéressé aux propositions du
Président Morandini, a remis une liste de 300 entreprises
algériennes intéressées à contacter des entreprises italiennes
pour mettre en œuvre des rapports de collaboration.
Le Dr Morandini a rencontré aussi à l’Ambassade un grand
nombre de représentants d’associations de catégorie
5
(Confederation générale des Entrepreneurs Algériens, Forum
des Chefs d’Entreprise, Confédération Algérienne du Patronat,
Club des Hommes d’Affaires italo-algérien, Association des
Femmes Entrepreneurs) et des entrepreneurs italiens résidents
dans le Pays.
Visite de l’Ambassadeur Antonio Badini
( 25-28 novembre 2007)
Milan
L’Ambassadeur Antonio Badini au cours de sa mission à
Alger, en qualité de Conseiller de la Chambre de Commerce
de Milan et Directeur du Comité Stratégique de l’Université
Uninettuno, a eu de diverses rencontres au niveau ministériel
(Ministère de la Formation Professionnelle, de l’Education , de
l’Industrie et des Participations, des PME, du Commerce, de la
Défense), il a rencontré également les représentants de
différentes Institutions et Associations de catégorie.
Durant ces rencontres, l’Amb. Badini a souligné l’intérêt des
entrepreneurs de la Chambre de Commerce de Milan à
intensifier la coopération économique par des initiatives non
seulement commerciales, mais aussi de partenariat et transfert
technologique. Une occasion de rencontre entre les entreprises
des deux Pays pourra être déjà celle de l’annuelle Conférence
économique euro-méditerranéenne de la Chambre de
Commerce de Milan, qui se tiendra au mois de juillet 2008 et à
laquelle l’Algérie participera en tant qu’invité d’honneur.
Une délégation de la Promos – Chambre de Commerce de
Milan, sera à Alger du 27 au 30 janvier à l’occasion du
« Forum économique italo-algérien » et sera accompagné par
plus d’une vingtaine d’entrepreneurs pour sonder les
opportunités d’investissement du marché local et participer
activement au processus de privatisation des industries
publiques algériennes
Le Ministre de la Formation
El Hadi Khaldi
De leur côté, les algériens ont souligné le besoin d’assistance
technique qui pourrait aboutir à l’association entre un centres
de formation professionnel italien et algérien.
Le Secrétaire général du Ministère de la PME, M. Lakhdar
Guenoun, a remis à l’Amb.Badini une liste de 300 entreprises
intéressées à établir des relations avec l’Italie, alors que le
Vice-président du Conseil National des PME a assuré du
soutien de cette institution aux entreprises intéressées à investir
en Algérie.
Durant la rencontre avec le Secrétaire Général du Ministère du
Commerce, s’est confirmé l’intérêt algérien à la formation
dans le secteur des PME et a été convenu l’organisation d’une
6
journée d’étude et de promotion du partenariat avec un
université italienne. Il a aussi été convenu d’intensifier les
cours de langue italienne et de relancer la coopération avec
l’ICE, déjà prévue par une convention de 2002.
Aux représentants du secteur de la formation, l’Amb. Badini a
illustré les qualités de l’Université télématique Uninettuno, en
soulignant l’engagement italien à fournir une formation de
haut niveau pour des techniciens à employer notamment dans
le secteur de l’industrie et a, donc, solliciter ses interlocuteurs
à envoyer des missions en Italie pour visiter des institutions et
des écoles de formation pour techniciens des PME.
Le Ministre de la Formation, El Hadi Khaldi, a proposé de
réunir une Commission mixte d’experts, pour identifier, dans
un délai de deux mois, les besoins du secteur algérien et a
anticipé l’intérêt à la formation dans les secteurs : mécanique,
électronique, textile, agriculture, tourisme, construction,
soudure homologuées.
Avec le Recteur de l’Université de Formation Continue,
localisée sur tout le territoire national et qui dispose de 10
millions d’euros pour la programmation, la rencontre a mené à
la demande algérienne d’un accord de partenariat qui prévoit la
mise à disposition d’experts italiens.
Ambassadeur Giampaolo
Cantini
Visite de l’ Ambassadeur Giampaolo Cantini
à Ouargla et Hassi Messaoud
(10-11.12.2007)
Durant la mission à Hassi Messaoud-HMD, où se trouve la
plus grande concentration de nos entreprises opérant dans les
secteurs de l’énergie, des services et des constructions (ENI,
Bonatti, Saipem, Multicatering, Alma, Bentini, ABB/Sarpi,
Comerint, Geolog, Cobra Maghreb, INC Castoro, Nuovo
Pignone, Ecomed, Saha), l’Ambassadeur Cantini, invité de
l’ENI, a manifesté aux autorités locales l’intérêt italien, en plus
du traditionnel secteur énergétique, également à la formation
de joint-ventures par des investissements de PME italiennes
qui servent de modèle pour attirer un plus grand nombre
d’entreprises à la coopération dans le secteur de la formation et
du transfert technologique.
Rédaction: Gloria M. Bellelli – Responsable du Bureau Commercial
[email protected]
Traduction et graphisme: Mourad Daddi
[email protected]
Le Bulletin est en ligne sur www.ambalgeri.esteri.it<newslettere>
7

Documents pareils

L`Algeria nella graduatoria economica, sociale e di governo tra i

L`Algeria nella graduatoria economica, sociale e di governo tra i l’entreprise Pizzarotti la réalisation de la première ligne du tram de Constantine. L’Entreprise Pizzarotti s.p.a. est chef de file d’un groupement composé de Pizzarotti Algérie, Alstom Ferroviaire...

Plus en détail