La première relation sexuelle

Commentaires

Transcription

La première relation sexuelle
LA RECHERCHE EN REVUE
Préparé par SIECCAN
(The Sex Information and Education Council of Canada)
La recherche en revue : La première relation sexuelle
Bien des jeunes envisagent leur première relation sexuelle comme étant une expérience qui représente un aspect
important du passage vers l’âge adulte. Parce que la sexualité est une composante fondamentale de la vie et est
fortement associée aux relations romantiques, il n’est pas surprenant que la plupart des jeunes gens abordent la première
relation sexuelle avec une combinaison d’anticipation et d’anxiété.
Cette édition de La recherche en revue fait un résumé de la recherche récente menée sur les premières relations sexuelles
parmi les jeunes. Plus particulièrement, nous nous pencherons sur l’âge à la première relation sexuelle, la relation avec
le partenaire à la première relation sexuelle, le recours à la contraception à la première relation sexuelle, les niveaux de
satisfaction physique et psychologique associés à la première relation sexuelle et l’association entre le type de relation
(c.-à-d. sérieuse c. occasionnelle) et la satisfaction à la première relation sexuelle. Nous conclurons en discutant de la
recherche très limitée sur les premières expériences sexuelles entre personnes de même sexe parmi les gais, lesbiennes
et bisexuels.
La U.S. National Survey of Family Growth : Âge à la première
relation sexuelle, statut de la relation avec le partenaire et recours
à la contraception
Une des sources de données les plus exhaustives sur les premières relations sexuelles est la 2006-2010 National Survey
of Family Growth (NSFG) qui comprend un échantillon de 2 284 filles et de 2 378 garçons qui représentaient sur le plan
statistique les quelques 21 millions de jeunes entre 15 et 19 ans vivant aux États-Unis (Martinez, Copen et Abma, 2011).
Le sondage a posé plusieurs questions aux adolescents quant à leur première relation sexuelle.
En discutant des expériences des adolescents à leur première relation sexuelle, il est important de reconnaître qu’une
proportion non négligeable de gens ne connaissent leur première relation sexuelle qu’après l’adolescence et que la
plupart des adolescents qui ont leur première expérience sexuelle à l’adolescence ont 18-19 ans. Dans la NSFG, un peu
plus du quart des filles (27,0 %) et des garçons (28,0 %) âgés entre 15 et 17 ans ont déclaré n’avoir jamais eu de relations
sexuelles tandis que près des deux tiers des filles (62,7 %) et des garçons (63,9 %) ont indiqué avoir eu des relations
sexuelles avant l’âge de 18-19 ans (Martinez, Copen et Abma, 2011), laissant entendre que les années tardives de
l’adolescence sont une période courante pour connaître une première relation sexuelle.
La NSFG présente des données sur la relation entre partenaires parmi les adolescents connaissant leur première expérience
sexuelle. Comme le démontre le tableau 1, la majorité des filles et des garçons ont eu leur première relation sexuelle avec
un partenaire stable. Les auteurs du rapport notent également que les garçons ainsi que les filles qui ont eu leur première
relation sexuelle plus tardivement étaient plus susceptibles d’avoir une expérience avec un partenaire stable par rapport
à ceux qui ont eu leur première relation sexuelle lorsqu’ils étaient plus jeunes (Martinez, Copen et Abma, 2011).
Tableau 1 : Lien avec le partenaire à la première relation sexuelle,
filles et garçons âgés entre 15 et 19 ans
Rencontre récente/ Relation
amis seulement
occasionnelle
Relation
stable
Colocataires/
fiancés/mariés
Filles
16 %
9%
70 %
3%
Garçons
28 %
12 %
56 %
2%
Source : Martinez, G., Copen, C.E. et Abma, J.C. (2011). Teenagers in the United States: sexual activity, contraceptive use, and
childbearing, 2006-2010 National Survey of Family Growth. Vital and Health Statistics, Series 23, No. 31.
Janvier 2012
LA RECHERCHE EN REVUE
Préparé par SIECCAN
(The Sex Information and Education Council of Canada)
Le sondage NSFG a également recueilli des données sur le recours à la contraception des adolescents à la première
relation sexuelle. Comme le démontre le tableau 2, plus des trois quarts des garçons et des filles ont déclaré avoir
utilisé une certaine forme de contraception la première fois qu’ils ont eu des relations sexuelles et les condoms, qui
confèrent une protection contre une grossesse et les infections transmissibles sexuellement, étaient dans une grande
mesure la méthode contraceptive privilégiée. Martinez, Copen et Abma (2011) ont également découvert que, chez les
adolescentes, celles qui ont eu leur première relation sexuelle avec un partenaire du même âge ou plus jeune qu’elles,
83 % avaient eu recours à la contraception par rapport à 64 % pour celles qui ont eu leur première relation sexuelle avec
un partenaire de quatre ans ou plus leur aîné.
Tableau 2 : Recours à la contraception à la première relation sexuelle,
filles et garçons âgés entre 15 et 19 ans
N’importe
quelle méthode Condom
Pilule
Autres contraceptifs Autres contraceptifs
hormonaux
hormonaux
Filles
78 %
68 %
16 %
6%
3%
Garçons
85 %
80 %
18 %
1%
3%
Source : Martinez, G., Copen, C.E. et Abma, J.C. (2011). Teenagers in the United States: sexual activity, contraceptive use, and childbearing,
2006-2010 National Survey of Family Growth. Vital and Health Statistics, Series 23, No. 31.
Niveaux de satisfaction physique et psychologique à la première
relation sexuelle
Reissing, Andruff et Wentland (2011) de l’Université d’Ottawa ont interrogé 521 étudiants universitaires hétérosexuels
(âge moyen : femmes = 20 ans, hommes = 21 ans) qui ont eu au moins une relation sexuelle. Parmi ce groupe, l’âge
moyen à la première relation sexuelle était de 17 ans. La plupart des participants (60 %) ont déclaré entretenir une
relation sérieuse avec un partenaire avec qui ils ont eu leur première relation sexuelle, pour 20 %, il s’agissait d’une
relation occasionnelle et 11 % ont déclaré que leur première relation sexuelle avait eu lieu avec un ami.
Les participants de l’étude Reissing, Andruff et Wentland (2011) ont complété une variété de mesures évaluant les
aspects psychologiques et sexuels de leur première relation sexuelle. Un peu plus du quart (26 %) des participants à
l’étude ont exprimé des sentiments de regret concernant leur première expérience sexuelle. Les femmes tendaient
davantage à exprimer des regrets parce qu’elles avaient eu leur première relation sexuelle à un âge précoce, tandis que
les hommes étaient plus susceptibles d’exprimer des regrets s’ils ne considéraient pas leur première relation sexuelle
comme étant une expérience positive. Ceux qui ont eu leur première relation sexuelle sous l’influence de l’alcool ou de
la drogue étaient plus susceptibles d’exprimer des regrets quant à leur expérience. En général, les hommes ont exprimé
des réactions émotives plus positives que les femmes.
Alors que certains jeunes puissent s’attendre à ce que leur première relation sexuelle soit une expérience leur procurant
beaucoup de plaisir, Reissing, Andruff et Wentland (2011) ont découvert que seulement 6 % des femmes et 62 %
des hommes prenant part à leur étude ont déclaré avoir eu un orgasme au cours de leur première relation sexuelle.
Ces résultats sont semblables à ceux d’une autre étude canadienne menée auprès d’étudiants universitaires qui a
révélé qu’après une première relation sexuelle, les hommes tendaient davantage à être satisfaits sur le plan physique
que les femmes (62 % c. 35 %) et à déclarer qu’ils avaient connu un orgasme (76 % c. 12 %) (Tsui et
Nicoladis, 2004).
Janvier 2012
LA RECHERCHE EN REVUE
Préparé par SIECCAN
(The Sex Information and Education Council of Canada)
Statut de la relation et satisfaction à la première relation sexuelle
Higgins, Trussell, Moore et Davidson (2010) se sont penchés sur la satisfaction physique et psychologique à la première
relation sexuelle parmi 1 986 étudiants âgés entre 18 et 25 ans de quatre universités aux États-Unis qui ont connu au
moins une première relation sexuelle. Les participants à l’étude ont rempli des questionnaires leur demandant si leur
première expérience sexuelle était «…satisfaisante sur le plan physiologique (Est-ce que c’était bon?) » et, dans une
question distincte, si leur expérience était « …satisfaisante sur le plan psychologique (c.-à-d. sur le plan émotionnel)? »
(p. 386). Pour chacune des questions, les étudiants ont choisi une des cinq réponses (pas du tout, légèrement,
modérément, grandement, extrêmement).
Higgins et coll. (2010) ont découvert qu’un quart (25 %) des femmes et près des deux tiers (65 %) des hommes prenant
part à leur étude ont signalé que leur première relation sexuelle était grandement ou extrêmement satisfaisante sur le
plan physiologique. Pour les réactions émotives à la première relation sexuelle, un peu plus du tiers (38 %) des femmes
et un peu plus de la moitié des hommes (57 %) ont indiqué que leur première expérience sexuelle était grandement
ou extrêmement satisfaisante sur le plan psychologique. Il n’est peut-être pas étonnant que des niveaux élevés de
satisfaction envers un aspect de la sexualité laissaient prévoir des niveaux élevés de satisfaction envers l’autre aspect.
C’est le cas, par exemple, si une personne a trouvé que la première relation sexuelle était une expérience satisfaisante
sur le plan psychologique, elle trouvera probablement que c’était une expérience satisfaisante sur le plan physique et
vice-versa. Chez les femmes, celles qui étaient plus âgées à la première relation sexuelle étaient plus susceptibles de
signaler que l’expérience était satisfaisante sur le plan physique par rapport à celles qui ont eu leur première relation
sexuelle à un plus jeune âge.
Higgins et coll. (2010) ont aussi examiné le lien entre le statut de la relation (c’est-à-dire une relation d’amour sérieuse,
une relation stable, des fréquentations occasionnelles) et la satisfaction à la première relation sexuelle. Pour les
hommes et les femmes, ceux qui entretenaient une relation d’amour sérieuse étaient plus susceptibles de déclarer que
la première relation sexuelle était satisfaisante sur le plan psychologique que ceux qui ont eu leur première relation
sexuelle avec un partenaire occasionnel. Par ailleurs, les femmes entretenant une relation stable à leur première relation
sexuelle étaient plus susceptibles de déclarer de la satisfaction sur le plan psychologique que les femmes qui ont eu leur
première relation sexuelle avec un partenaire occasionnel.
Les premières expériences sexuelles avec un partenaire de même sexe
chez les gais, les lesbiennes et les bisexuels
Les données de recherche examinant les facteurs associés à la satisfaction sur les plans psychologique et physique
entre des partenaires de même sexe à la première relation sexuelle chez les gais, les lesbiennes et les bisexuels (GLB)
sont limitées. De nombreuses études démontrent qu’en raison des attentes et attitudes sociétales, bien des jeunes de
minorité sexuelle ont des comportements hétérosexuels, y compris la pénétration, avant de prendre part à des activités
sexuelles avec un partenaire de même sexe (Coker, Austin et Schuster, 2010).
Dans une étude récente sur l’orientation sexuelle et le développement de l’identité, Calzo, Antonucci, Mays et Cochran
(2011) ont révélé que, en moyenne, les jeunes de minorité sexuelle atteignent l’étape d’auto-identification en tant que
GLB au moins un an avant d’avoir leur première relation sexuelle avec un partenaire de même sexe. Calzo et coll. notent
également que d’autres recherches laissent entendre que les jeunes qui s’identifient eux-mêmes comme étant GLB
pourraient entreprendre leurs activités sexuelles avec un partenaire de même sexe à peu près au même âge que leurs
pairs hétérosexuels qui commencent à avoir des activités sexuelles avec un partenaire de sexe opposé.
Janvier 2012
LA RECHERCHE EN REVUE
Préparé par SIECCAN
(The Sex Information and Education Council of Canada)
Quel est le message à en tirer?
La recherche indique que les dernières années de l’adolescence (c.-à-d. 18-19 ans) sont une période où une proportion
considérable de jeunes connaissent leur première relation sexuelle. Environ un tiers des gens ont eu leur première
relation sexuelle à 20 ans ou plus tard.
Des études du Canada et des États-Unis démontrent que la plupart des gens ont leur première relation sexuelle avec un
partenaire stable ou sérieux.
Des données provenant d’une vaste étude américaine indiquent que près de 80 % des femmes et 85 % des hommes ont
eu recours à la contraception à leur première relation sexuelle, les condoms étant la méthode privilégiée.
La première relation sexuelle n’est pas nécessairement une expérience plaisante sur le plan physique ou satisfaisante
sur le plan psychologique. Par exemple, plusieurs études révèlent que moins d’un quart des filles ont eu un orgasme
pendant leur première expérience sexuelle.
Un nombre d’études révèlent un lien entre le statut de la relation (c.-à-d. une relation sérieuse c. une fréquentation
occasionnelle) et les niveaux de satisfaction à la première relation sexuelle. Par exemple, une étude conclut que tant les
hommes que les femmes engagés dans une relation étaient plus susceptibles d’être satisfaits sur le plan psychologique
à leur première relation sexuelle que ceux qui ont leur première relation sexuelle avec un partenaire occasionnel.
Les données de recherches analysant les facteurs associés à la satisfaction physique et psychologique des premières
relations sexuelles avec un partenaire de même sexe parmi les jeunes GLB sont limitées. Les résultats de la recherche
limitée dans ce domaine indiquent qu’une proportion notable de ces jeunes ont eu leur première relation sexuelle avec
un partenaire de même sexe environ un an après s’être identifié eux-mêmes comme étant GLB.
Références
Calzo, J.P., Antonucci, T.C., Mays, V.M., & Cochran, S.D. (2011). Retrospective recall of sexual orientation identity
development among gay, lesbian, and bisexual adults. Developmental Psychology. 47, (6), 1658-1673.
Coker, T.R., Austin, S.B., & Schuster, M.A. (2010). The health and health care of lesbian, gay, and bisexual adolescents.
Annual Review of Public Health. 31, 457-477.
Higgins, J.A., Trussell, J., Moore, N.B. & Davidson, J.K. (2010). Virginity lost, satisfaction gained? Physiological and
psychological sexual satisfaction at heterosexual debut. Journal of Sex Research. 47, (4), 384-394.
Martinez, G., Copen, C.E. & Abma, J.C. (2011). Teenagers in the United States: sexual activity, contraceptive use, and
childbearing, 2006-2010 National Survey of Family Growth. Vital and Health Statistics. Series 23, No. 31.
Riessing, E.D., Andruff, H.L., & Wentland, J.J. (2011). Looking back: the experience of first sexual intercourse and current
sexual adjustment in young heterosexual adults. Journal of Sex Research. 49, (1), 27-35.
Tsui, L. & Nicoladis, E. (2004). Losing it: similarities and differences in first sexual intercourse experiences of men and
women. The Canadian Journal of Human Sexuality. 13, (2), 95-106.
Janvier 2012